Fermer le menu

Adobe XD et Adobe Dimension : pour les interfaces et le design 3D

| 18/10/2017 16:45 | 16

Au beau milieu des mises à jour et des nouvelles versions pour Lightroom, Photoshop, InDesign, Premiere et consorts, Adobe lance aussi deux nouveaux logiciels pour épauler les designers et les graphistes dans deux domaines spécifiques : la création d'interfaces logicielles et la 3D. Le tout destiné aux abonnés du Creative Cloud.

Adobe XD (pour Experience Design) est connu depuis la fin 2015 sous le nom de projet Comet et disponible sous la forme d'un aperçu public sorti en mars 2016. Cette version 1.0 confirme la volonté d'Adobe de marcher sur les platebandes de Sketch.

Ce logiciel de « design d'expériences utilisateur » facilite la vie des designers d'interfaces avec des outils comme une grille de répétition permettant de répliquer des groupes d'éléments ; de personnaliser les plans de travail et multiplier les interfaces en fonction des formats d'écran désirés ; L'éditeur annonce par ailleurs l'intégration d'outils tiers, à l'instar de Zeplin et Sympli. Des plug-ins seront aussi de la partie.

Des applications pour iOS et Android sont disponibles afin de prévisualiser les interfaces sur les appareils mobiles.

Adobe Dimension, que l'on connaissait sous le nom de projet Felix, permet de créer des compositions mêlant 2D et 3D. Utile pour générer des emballages et des photos de produit ou des décors, par exemple.

Le logiciel permet d'insérer des photos provenant de Photoshop et de la bibliothèque Stock dans des décors ou sur des objets. L'éclairage, l'angle de caméra, et d'autres paramètres sont ensuite calculés automatiquement par Dimension. La prévisu est en temps réel, et i...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Cardhop, le Fantastical du carnet d’adresses

| 18/10/2017 16:05 | 19

Cardhop est la nouvelle app pour les Mac de Flexibits, le créateur de l’excellent Fantastical. Ce nouveau-venu prend également place dans la barre des menus de macOS, mais il ne permet plus de gérer son calendrier. Le rôle de cet utilitaire est de simplifier l’utilisation du carnet d’adresses, à la fois pour consulter les données, mais aussi pour en ajouter.

Première utilisation de Cardhop : accéder rapidement aux fiches du carnet d’adresses. Pour cela, son interface est disponible en permanence d’un clic sur son icône dans la barre de menus, et si vous le souhaitez avec un raccourci clavier global (⌃⌥D par défaut, vous pouvez le modifier dans les réglages). Comme avec Fantastical, l’interface peut rester associée à la barre des menus ou prendre la forme d’une fenêtre dédiée. En fonction de vos préférences, vous pouvez même utiliser l’utilitaire sans passer du tout par la barre de menus.

Cette interface, donc, affiche tout d’abord les anniversaires à venir dans les prochains jours. En dessous, vous aurez les contacts récents, mais Cardhop prend tout son sens grâce au champ de recherche tout en haut. Sans surprise, saisissez n’importe quel élément dans le champ de recherche et la liste en dessous sera filtrée en temps réel.

L’interface de Cardhop à droite. À gauche, quelques actions rapides proposées par l’app : appeler, envoyer un message, obtenir un itinéraire ou encore composer un tweet. Cliquer pour agrandir
L’interface de Cardhop à droite. À gauche, quelques actions rapides proposées par l’app : appeler, envoyer un message, obtenir un itinéraire ou encore composer un tweet. Cliquer pour agrandir

À ce stade, vous aurez uniquement effleuré la surface de ce que Cardhop propose. Le champ de recherche est aussi un champ d’action : tapez « message Tim Cook » et l’app Messages s’affichera dans la bonne conversation, vous n’aurez plus qu’à écrire le texte. Cela fonctionne aussi pour un itinéraire affiché dans Plans (« directions Phil Schiller »), pour rédiger un mail (« mail Eddy Cue » avec la possibilité de préciser un sujet à la suite : « mail Eddy Cue What’s your favorite (shirt) colour ? » ), pour envoyer un message sur Twitter (« tweet Craig Federighi ») et même pour passer un appel (« call Jony Ive »).

Ces commandes ne sont disponibles qu’en anglais pour le moment, pui...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Adobe enfonce le cloud avec Lightroom CC et Lightroom Classic CC

| 18/10/2017 15:00 | 75

Deux pour le prix d’un, ce pourrait être le slogan d’Adobe cette année à propos de Lightroom. Le logiciel professionnel se dédouble en effet pour proposer une nouvelle manière de gérer vos clichés.

Adobe marche sur les plates-bandes de la photothèque iCloud avec Lightroom CC, un nouveau service (accompagné d’une nouvelle application) qui héberge toutes vos photos dans le nuage et les synchronise sur tous vos appareils.

Le Lightroom tel que vous le connaissez ne disparaît pas pour autant. Rebaptisé Lightroom Classic CC, il évolue en douceur et devient désormais indissociable du Creative Cloud.

Lightroom Classic CC (Lightroom 7)

Autant commencer par ce qui fâche : Adobe ne laisse plus le choix entre licence perpétuelle et abonnement au Creative Cloud pour le successeur de Lightroom 6. Si vous voulez utiliser Lightroom 7 (autrement appelé Lightroom Classic CC), il faut vous abonner au Creative Cloud.

Lightroom était jusqu’à aujourd’hui le seul logiciel d’Adobe à être encore disponible en licence perpétuelle. Mais des signaux avant-coureurs avaient été envoyés : les dernières nouveautés de Lightroom 6.x étaient déjà réservées aux abonnés Creative Cloud.

L’éditeur, qui enchaîne les excellents résultats financiers grâce aux abonnements, fait néanmoins preuve d’une certaine mansuétude à l’égard des photographes. Alors que les graphistes doivent payer 23,99 €/mois pour Illustrator et les maquettistes le même prix pour InDesign, les photographes disposent toujours d’une formule dédiée à 11,99 €/mois qui comprend Photoshop CC en plus de Lightroom.

Et si vraiment l’abonnement au Creative Cloud ne vous convient pas, sachez que Lightroom 6 restera en vente pour une durée indéterminée. Mais sachez aussi que son support s’arrêtera à la fin de l’année. Cette version ne recevra plus de mise à jour à partir de janvier 2018, ce qui signifie que les bugs ne seront plus corrigés et que les nouveaux appareils photo ne seront pas gérés.

Sur le long terme, Lightroom 7 — et son abonnement à 11,99 €/mois — est donc l’unique solution viable… À moins bien sûr de passer à la concurrence. Mais au fait, il y a quoi dans cette nouvelle version ?

Un regain de performances

Lightroom 7, c’est avant tout la mise à jour qui améliore les performances. Adobe répond enfin...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Apple et General Electric vont faire des apps ensemble

| 18/10/2017 14:43 | 19

Apple et le monde de l'entreprise, c'est une affaire qui roule depuis quelques années par le biais de partenariats avec IBM, Cisco, SAP ou encore Deloitte. Le constructeur de Cupertino continue de creuser ce sillon, cette fois avec General Electric (GE), le géant américain de l'énergie et de l'industrie.

Les deux partenaires vont plancher ensemble sur des outils de développement mobiles, ainsi que sur des applications pour smartphones et tablettes. Un SDK pour Predix, la plateforme de services en ligne de GE (gestion des équipements industriels et des services du groupe), sera disponible le 26 octobre. Predix est particulièrement important, puisqu'il permet de prédire les pannes qui peuvent apparaitre sur des équipements comme des moteurs d'avion, des turbines hydro-électriques, ou encore des locomotives.

Des apps mobiles s'appuyant sur Predix pourront donc être développées, aussi bien en interne par GE que par des développeurs externes. Les commerciaux d'Apple iront aussi vanter les mérites de la plateforme Predix de GE auprès des clients industriels de la Pomme ; de son côté, General Electric s'engage à standardiser son app pour iPhone et iPad, et proposera à ses 330 000 employés de s'équiper en Mac.

« GE est un partenaire idéal, fort d’une longue expérience en matière d’innovation dans les domaines industriels les plus divers, tels que l’aviation, l’industrie de transformation, la santé et l’énergie », explique Tim Cook. « Ensemble, Apple et GE vont littéralement changer les méthodes de travail de l’industrie en combinant la plateforme Predix de GE à la simplicité et à l’efficacité de l’iPhone et de l’iPad ».

> Accéder aux commentaires

Une autonomie de plusieurs jours pour les futurs appareils Windows 10 sur ARM

| 18/10/2017 11:35 | 43

Mais où sont passés les ordinateurs Windows équipés d'un processeur ARM ? En décembre dernier, Microsoft faisait miroiter de telles machines après la mise à jour printanière Creators Update de Windows 10 (lire : Microsoft se relance dans la course à l'ARMement). Or, dix mois après l'annonce, on ne voit toujours rien venir.

La défunte et peu regrettée Surface RT.

Courage : les premiers appareils dotés d'un Snapdragon 835 — la puce de référence pour ces nouveaux produits — devraient bel et bien arriver d'ici la fin de cette année, sans doute en décembre. C'est ce qu'ont laissé entendre Qualcomm et Microsoft durant le sommet 5G du fabricant de puces réseau qui s'est tenu à Hong Kong cette semaine, selon Trusted Reviews. Des annonces sont en tout cas attendues avant Noël.

Des « centaines » de portables sont en phase de test du côté du QG de Microsoft, à Redmond. Ils sont utilisés au quotidien par des employés histoire de voir ce que ces appareils ont dans le ventre et la bonne nouvelle, c'est que l'autonomie est tout bonnement exceptionnelle. Pete Bernard, directeur du programme Connectivity Partners chez Microsoft a déclaré que ces machines présentaient une autonomie « au-delà de nos attentes » : les batteries tiennent plusieurs jours sur une seule charge.

Bernard raconte une anecdote amusante à ce propos chez ZDNet : « Nous avons commencé à recevoir des rapports de bugs qui disaient : "l'indicateur de batterie ne fonctionne pas. Il dit toujours qu'il est à pleine charge". Mais ce n'est pas un bug : c'est simplement que ces appareils ont une super autonomie ».

HP, Asus et Lenovo sont les principaux constructeurs partenaires dans cette nouvelle aventure. Plusieurs portables, hybrides et tablettes de 6, 10 et 14 pouces sont dans les tuyaux. Microsoft et Qualcomm ont fait miroiter de nombreux designs pour accommoder tous les besoins, et aussi une large fourchette de prix.

Il n'est pas question pour l'éditeur de revivre le cauchemar qu'a été Windows RT, cette version castrée du système d'exploitation pour processeur ARM à la logithèque extrêmement limitée. Cette fois, il s'agit de faire fonctionner un « vrai » Windows 10 sur des appareils ARM, capables de faire rouler de gros logiciels comme Photoshop (voir vidéo ci-dessus), grâce à un émulateur...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Windows 10 : la mise à jour Fall Creators est disponible

| 18/10/2017 10:31 | 56

Comme promis, Microsoft a commencé à déployer la version Fall Creators Update de Windows 10. Celle-ci devrait apparaitre dans le mécanisme de mise à jour du système d'exploitation, mais si ce n'est pas le cas il est toujours possible de récupérer l'image disque.

Windows 10 Fall Creators Update contient plein de nouveautés qui vont du futile au pratique. La nouvelle application Photos permet désormais de créer des vidéos à partir de clichés que l'on aura tripatouillés avec force effets 3D, transitions et bruitages.

Plus intéressant, cette nouvelle version apporte des fonctions rappelant Continuité sur les plateformes d'Apple : on peut ainsi terminer la consultation d'un site web sur son PC après l'avoir débuté sur un smartphone iOS ou Android. Un lanceur Android est aussi de la partie pour mieux connecter Windows avec son appareil mobile.

Des fonctions d'accessibilité font également leur apparition, pour suivre les mouvements des yeux ou contrôler Windows à la voix. Le navigateur Edge sait remplir des formulaires PDF et épingler ses sites préférés dans la barre de tâches. Un nouvel outil Find my Pen permet de remettre la main sur un stylet (ce dernier peut aussi servir à naviguer au sein de l'interface).

La mise à jour contient de nouvelles fonctions de sécurité pour se protéger des rançongiciels et des virus. Il est aussi possible de récupérer le code de déverrouillage et le mot de passe depuis l'écran verrouillé. Et puis on peut maintenant épingler ses contacts préférés directement dans la barre de menus de Windows.

La grande affaire de cette version automnale reste néanmoins la prise en charge des casques de « réalité mixée », dont plusieurs modèles ont été lancés par des constructeurs partenaires. Dans un registre proche, les objets et personnages créés dans Paint 3D peuvent s'intégrer dans son environnement avec des fonctions de réalité augmentée. Rendez-vous au printemps pour la prochaine fournée de Windows 10 !

> Accéder aux commentaires

MacBook Pro : comment effacer les données de la Touch Bar

| 18/10/2017 09:19 | 13

Avant de vendre ou donner votre Mac, il y a plusieurs choses à faire pour éviter d’éventuelles complications au nouveau propriétaire ainsi qu’à vous même. Avant de formater la machine, il faut vous déconnecter d’iTunes, d’iCloud, d’iMessage et, si vous avez un MacBook Pro Touch Bar, vous pouvez effacer les données de la barre tactile.

C’est ce que conseille Apple dans sa fiche de procédure. Pour effacer les informations stockées par la Touch Bar, il faut démarrer sur la partition de restauration (maintenir les touches Commande + R après avoir appuyé sur le bouton d’alimentation), puis ouvrir le Terminal dans le menu Utilitaires. Dans le Terminal, saisissez la commande suivante : xartutil --erase-all. Appuyez sur Retour, tapez « Oui » pour confirmer, puis appuyez à nouveau sur Retour. Vous pouvez ensuite quitter le Terminal.

Pourquoi faut-il une commande spéciale pour effacer les données de la Touch Bar ? Sans nul doute parce qu’elle fonctionne indépendamment du reste du système. C’est en effet une puce dédiée, l’Apple T1, qui la gère intégralement.

Si vous n’avez pas exécuté cette commande avant de vous séparer de votre Mac, vous n’avez toutefois pas trop de souci à vous faire a priori. Ce ne sont pas des images de vos empreintes digitales qui sont enregistrées par Touch ID, mais des représentations mathématiques qui ne permettent pas de recréer les empreintes, selon Apple. De plus, ces données sont conservées bien à l’abri dans une enclave sécurisée.

> Accéder aux commentaires

Google Agenda devient plus joli sur le web

| 18/10/2017 08:50 | 8

Google Agenda est le nouveau service de Google à être revu avec les codes du material design de la firme. Les dates sont inscrites en plus grand, il y a des effets d’ombre discrets, un gros bouton rouge pour ajouter des événements et des illustrations pour les décorer. La web app de Google Agenda est ainsi beaucoup plus proche des applications mobiles.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Les entreprises bénéficient aussi de nouvelles fonctionnalités : ajout d’informations sur la salle de réunion, ajout de liens et options de formatage pour les invitations et possibilité de mettre côte à côte plusieurs calendriers.

Cette nouvelle version est déployée progressivement à partir d’aujourd’hui.

> Accéder aux commentaires

Les camionnettes Apple Maps roulent un peu plus en Europe

| 18/10/2017 07:19 | 14

Les camionnettes d'Apple Maps vont aller se promener en Slovénie, dans la capitale Ljubljana. Ce pays est le dernier en date choisi par Apple pour y envoyer ses véhicules bardés de capteurs.

À Paris, au début juin Cliquer pour agrandir

On ne sait toujours pas quel rôle ils jouent dans les développements pour Maps, et les choix géographiques n'aident pas à y voir plus clair, notamment en Europe.

Avant la Slovénie, l'Espagne était apparue cet été. D'abord pour une portion du pays basque puis maintenant avec la communauté de Madrid ainsi que Barcelone. Fin septembre le Pays de Galles et l'Ecosse étaient réapparus dans la liste (en complément au Grand Londres).

Aujourd'hui il y a toujours l'Italie avec Rome et, en France, Besançon a rejoint depuis un mois les rotations effectuées depuis deux ans dans Paris et sa petite couronne. C'est la première fois qu'elles s'aventuraient en dehors de la capitale.

D'immenses parties de chacun des pays actuellement visités restent néanmoins ignorés, sans parler de nombreux pays, en Europe comme dans le reste du monde. Cette semaine, lors d'une visite en Inde, Eddy Cue révélait qu'Apple avait désormais 4 000 personnes dans le pays qui travaillaient à l'amélioration de son service de cartes.

> Accéder aux commentaires

Troisième bêta pour macOS 10.13.1

| 17/10/2017 23:47 | 8

Il n'y a pas d'heure pour en profiter ! Apple vient de livrer la troisième bêta pour macOS High Sierra 10.13.1 pour les développeurs (il est probable que la bêta publique soit livrée d'ici quelques heures, restez donc encore un peu debout !).

Cette nouvelle version apparait au lendemain des bêtas 3 pour iOS 11, tvOS 11 et watchOS 4.1. Ces moutures apportent un correctif à la faille KRACK qui défraie la chronique depuis ce début de semaine (lire : KRACK : toutes les réponses à vos questions sur la faille Wi-Fi).

> Accéder aux commentaires

Dropbox Professional : 1 To de stockage pour les indépendants

| 17/10/2017 22:30 | 27

Dropbox part à la chasse aux pros, après s'être attaqué au marché des entreprises. Dropbox Professional est une nouvelle déclinaison du service de stockage en ligne qui offre 1 To d'espace, ainsi que des fonctions de synchronisation, de présentation et de gestion avancée des fichiers.

Smart Sync permet ainsi de libérer son disque dur de tous les fichiers qui encombrent l'ordinateur, en les regroupant dans un lieu unique dans le nuage ; un service flexible (on peut décider de conserver tel ou tel dossier sur le disque) qui prend tout son sens quand on travaille sur un projet avec plusieurs collaborateurs et clients. Cette fonction était auparavant l'apanage de Dropbox Business.

Showcase, le module de présentation, permet par exemple aux clients de suivre l'avancée d'un projet. Avec les outils de gestion, on pourra savoir qui a consulté et commenté tel ou tel fichier, contrôler les accès et restaurer les fichiers des quatre derniers mois.

Cette nouvelle offre, qui s'adresse en particulier aux professionnels indépendants et éventuellement aux petites entreprises, est proposée à 16,58 € par mois.

> Accéder aux commentaires

Une nouvelle odeur pour la bougie "Mac" de TwelveSouth

| 17/10/2017 21:00 | 18

C'est bientôt Noël, mais oui, et si vous n'avez pas les moyens de vous offrir une des dernières merveilles hors de prix d'Apple, voici peut-être un cadeau plus abordable à glisser sous le sapin. L'Inspire [Mac Candle n°2] est la nouvelle bougie (!) de TwelveSouth, spécialiste du genre depuis la première bougie sortie il y a à peu près un an.

Mais qu'est-ce que c'est que ce truc, peut-on légitimement se demander. C'est simple, l'Inspire est une bougie parfumée à base de bergamote, avec des notes de citron, d'estragon, d'ambre et de musc. La proposition du premier modèle était de sentir le Mac neuf, cette odeur si singulière lorsqu'on déballe un nouveau produit d'Apple (et que TwelveSouth avait identifié comme un mélange de menthe, pêche, basilic, lavande, mandarine et sauge).

Cliquer pour agrandir

Pas de promesse inconsidérée pour ce « nouveau modèle », mais le fabricant vend une bougie dont l'odeur « libère l'esprit et stimule la créativité ». On y croit, ou pas. En tout cas, cette bougie coûte 30 $.

> Accéder aux commentaires

macOS High Sierra : un bug met le souk dans Messages

| 17/10/2017 19:31 | 87

Messages sur macOS est le parent pauvre de la messagerie instantanée d'Apple : bon nombre des fonctions d'iOS n'y sont toujours pas disponibles. Par contre, certains utilisateurs de High Sierra y ont trouvé un bug ! Sur le forum d'assistance du site d'Apple, ils sont en effet plusieurs à se plaindre que les messages mettent plusieurs minutes à apparaitre sur leur Mac. Et si ces messages sont plus rapidement lisibles sur iPhone, les notifications ne s'affichent pas sur le smartphone…

Le comportement est assez erratique, parfois cela fonctionne bien, parfois les messages ont de nouveau du retard à l'allumage sur le Mac, et là aussi sans notification sur l'appareil mobile. Une des solutions provisoires est d'envoyer un message depuis le Mac, ou encore de désactiver puis réactiver Messages, mais au bout d'un moment le bug réapparait.

Le meilleur correctif trouvé par des utilisateurs excédés est de… revenir à macOS Sierra, ce qui n'est pas une perspective très réjouissante. Les dernières bêtas n'ont pas réglé ce problème. Apple a repoussé une des fonctions annoncées dans High Sierra touchant à la synchronisation iCloud des messages. Peut-être est-ce lié ?

> Accéder aux commentaires

Microsoft lance un grand Surface Book de 15"

| 17/10/2017 16:24 | 97

Le Surface Book de Microsoft devient une gamme avec la mise à jour aujourd'hui du premier modèle de 13" de 2016 et le lancement d'un autre de 15". Le Surface Book c'est ce mélange de MacBook Pro et d'iPad, avec un écran détachable, retenu au clavier par une charnière déployante (lire Surface Book : prise en main du portable qu'Apple ne veut pas faire).

Une charnière qui empêche de refermer complètement l'écran sur le clavier mais qui offre une bonne tenue en main par sa forme arrondie et qui permet à l'écran d'être légèrement relevé vers l'utilisateur lorsqu'on le retourne sur son attache. Dans ce cas de figure, le Surface Book peut être imaginé comme un support de croquis ou un très grand bloc-note. Avec maintenant ce 15" au catalogue on a non seulement un grand ordinateur portable mais aussi une tablette immense (si l'on trouvait déjà l'iPad Pro 12,9" imposant…).

En France, seul le modèle 13" sera vendu le 16 novembre, à partir de 1749 €. Le grand format de 15" reste pour le moment une exclusivité pour le marché américain. Les précommandes vont démarrer le 9.

Tous les tarifs en euros des quatre configurations de 13" ne sont pas encore en ligne, mais l'appareil demeure résolument haut de gamme. Aux États-Unis la fourchette pour le 13" (3 000 x 2 000) va de 1 500 $/1749 € (Core i5 bi-coeurs, 8 Go de RAM, 256 Go de stockage et CPU intégré de type Intel HD Graphics 620) jusqu'à 3 000 $ (Core i7 Quad, 16 Go de RAM, 1 To de stockage et GeForce GTX 1050).

Pour les trois configurations de 15" (3 240 x 2 160) on démarre à 2 500 $ (Core i5, 8 Go de RAM, 256 Go de stockage et CPU NVIDIA GeForce GTX 1060 ou 1060) et on termine à 3 300 $ (Core i7, 16 Go de RAM, 1 To de stockage et GeForce GTX 1060 toujours).

À l'exception du premier modèle d'entrée de gamme de cette famille, tous utilisent les Core iX de huitième génération, "Kaby Lake refresh" (les MacBook Pro de juin dernier en sont au Kaby Lake tout court). Microsoft a donné comme indication d'autonomie la lecture vidéo (avec le Wi-Fi connecté à un réseau), de l'ordre de 17 h sur les deux types de Surface Book. Ou de 5h maxi lorsqu'on détache l'écran, celui-ci ayant sa propre batterie intégrée. Toutefois ces tests ont été faits avec...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

La connexion USB de DisplayLink retrouve des couleurs avec macOS High Sierra

| 17/10/2017 14:30 | 1

Les utilisateurs de produits DisplayLink (moniteurs et stations en particulier) peuvent très sérieusement envisager de passer à macOS High Sierra. Plugable, un constructeur de périphériques qui exploite cette technologie de connexion de périphériques USB, se réjouit de voir la dernière mouture de macOS corriger la plupart des bugs qui touchaient le support de DisplayLink sur le Mac, depuis OS X 10.9.

Ça fait une paie effectivement, même si depuis, Apple a apporté des correctifs au fil de l’eau, tandis que les pilotes DisplayLink sont parvenus à en contourner d’autres. Mais il restait des problèmes, sans oublier des performances en retrait par rapport à Windows.

Le fabricant a enregistré une nette amélioration des performances pour deux de ses stations DisplayLink (UD-ULTCDL et UD-6950), à tel point que le fossé qui s'était creusé avec le système de Microsoft s'est franchement réduit. Plugable a testé ces docks avec un MacBook 12'' Retina (2015) et un MacBook Pro 13'' sans Touch Bar (2016), d'abord sous Sierra puis sous High Sierra.

Avec macOS 10.12.6, les branchements effectués sur ces ordinateurs avec la station UD-ULTCDL (deux écrans 2K et 4K branchés sur les ports HDMI, et un troisième sur le port DVI) ont eu pour conséquence des bugs en tout genre. Passage difficile d'une fenêtre du Finder ou de Safari d'un moniteur à un autre, barres noires et flou lors de l'activation d'un moniteur externe comme écran principal, ou encore des problèmes de performances pendant l'exploitation d'un contenu vidéo… Bref, rien de très réjouissant.

Les mêmes tests réalisés avec des Mac sous High Sierra et les derniers pilotes DisplayLink (version 4.0 minimum, il faut supprimer les précédents) ont montré que les bugs, tout comme les soucis de performance, avaient pratiquement disparu. Et ce avec les deux stations : on peut raisonnablement penser que c’est aussi le cas avec la plupart des périphériques DisplayLink. Une bonne nouvelle due notamment à Metal 2, l’API graphique bas niveau inaugurée avec la dernière version de macOS.

Il reste toutefois un bug à régler, qui touche à la recopie vidéo avec un adaptateur Display...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

FaceTime : Apple continue de perdre contre VirnetX

| 17/10/2017 13:26 | 27

L’affaire a commencé à la fin de l’année 2011 et elle n’est toujours pas résolue. Le patent-troll VirnetX obtient des brevets sur le VPN et attaque Apple dans la foulée sur FaceTime. Depuis, un long procès oppose les deux entreprises et jusque-là, souvent en défaveur de la firme de Cupertino.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Pour la troisième fois, VirnetX a obtenu un jugement en sa faveur. Apple avait fait appel d’une décision de justice donnée l’an dernier en sa défaveur, mais le juge a de nouveau condamné le constructeur. En plus des 302 millions de dollars réclamés à l’époque, l’entreprise doit payer 41,3 millions de dollars de dommages supplémentaires et 96 millions de dollars pour les frais d’avocat et les dommages et intérêts. En tout, Apple a été condamnée à payer une amende de 439,7 millions de dollars (373 millions d’euros).

Ces trois décisions de justice ont toutes été rendues au Texas, où la cour est connue pour être favorable aux brevets logiciel. Apple a déjà fait part de son intention de faire appel, à nouveau, de cette décision, si bien que l’histoire n’est pas encore terminée.

> Accéder aux commentaires

Starry regroupe vos projets GitHub favoris

| 17/10/2017 12:00 | 0

Starry [1.0.5 – US – Gratuit (achat in-app) – macOS 10.12 – Wei Zhao] intéressera tous les utilisateurs de GitHub, le service web dédié à la gestion de projets pour les développeurs. Le principe de cet utilitaire est d’organiser les projets que vous avez ajoutés aux favoris (système d’étoile) pour retrouver plus facilement celui que vous cherchez. Son interface catalogue tous les projets favoris et vous pouvez ensuite les organiser en fonction de vos besoins.

Starry en action Cliquer pour agrandir
Starry en action. Cliquer pour agrandir

Par défaut, Starry organise les projets par langage : tous ceux qui sont majoritairement en JavaScript, ceux qui exploitent Swift, ceux qui reposent sur PHP, etc. Néanmoins, vous pouvez créer vos propres groupes et associer chaque projet favori à un groupe. Les différents groupes sont affichés dans la barre latérale de l’application, vous pouvez y glisser n’importe quel projet pour l’associer à un groupe.

Outre cette organisation, l’app peut servir à lire la page d’accueil du projet, c'est-à-dire le fichier Readme.md habituellement placé à sa racine. C’est là qu’on y trouve les informations importantes sur le projet, le descriptif, des captures d’écran, etc. Starry ne va pas au-delà toutefois, pour accéder au code source lui-même, aux issues et aux pull-requests, vous devrez ouvrir le projet dans votre navigateur.

Starry n’en fait pas beaucoup, mais si vous avez utilisez souvent la fonction favoris de GitHub, elle peut avoir son intérêt. Vous pouvez l’essayer gratuitement, avec quelques limites : cinq groupes personnalisés au maximum, pas d’options pour modifier le texte. Un achat in-app unique de 3,49 € débloque toutes les fonctions du logiciel.

L’interface de Starry n’est pas traduite en français. Pour l’installer, votre Mac doit tourner sous macOS Sierra ou High Sierra.

> Accéder aux commentaires

LDLC finalise l'achat du revendeur Apple BIMP

| 17/10/2017 11:00 | 22

Les 14 agences du revendeur Apple BIMP sont en bonne voie d'être absorbées par le groupe LDLC. Depuis juin, les deux enseignes étaient en discussion et une nouvelle étape a été franchie avec la signature hier d'un protocole d'accord. Sauf avis contraire de l'Autorité de la concurrence, l'opération sera achevée au plus tard le 31 janvier prochain, annonce le communiqué de presse.

Les 14 agences de BIMP, dont 7 Apple Premium Resellers, appartiennent à la société OLYS (40 millions d'euros de CA en 2016, 140 salariés) et c'est sur elle que LDLC a jeté son dévolu.

Cet été, c'est BIMP qui avait avalé l'un de ses concurrents, les quatre boutiques Apple de iTribu dans l'ouest de la France. LDLC compte 26 boutiques en France, en plus de ses multiples sites web dont ldlc.com, materiel.net ou hardware.fr. Il écoule déjà des produits Apple, mais le renfort de BIMP lui donnera un vrai statut de revendeur, plein et entier.

> Accéder aux commentaires

Greenpeace : Apple bien notée, mais peut mieux faire sur les réparations

| 17/10/2017 10:16 | 21

Greenpeace a publié son nouveau rapport sur une électronique plus verte, et Apple est aux avant-postes de l’industrie juste derrière Fairphone. Le constructeur de smartphones durables et faciles à réparer est un adversaire redoutable puisqu’il a été véritablement pensé pour répondre aux critères environnementaux les plus élevés. Même si avec une note B- pour l’utilisation de produits chimiques comme du tungstène, ce dernier peut mieux faire encore.

Cliquer pour agrandir

Globalement, aucun constructeur ne récolte de note parfaite. Amazon est l'entreprise la moins transparente en ce qui concerne sa performance environnementale ; Samsung traine la patte sur les énergies renouvelables ; les fabricants chinois (Huawei, Oppo et Xiaomi) sont mal placés en raison de leur manque de transparence et d'engagements envers l'énergie renouvelable…

Cliquer pour agrandir

Apple récolte une note globale B-. Parmi les satisfecits décernés par Greenpeace, l'association salue l'engagement de la Pomme envers une chaîne de production carburant à l'énergie 100% renouvelable, ainsi que la promesse d'utiliser des matériaux issus du recyclage. Apple et Google sont les seules entreprises dont les produits sont garantis sans PVC, ni béryllium ou retardateurs de flammes bromés.

Apple est considérée comme une entreprise leader dans le domaine environnemental. Toutefois, Greenpeace pointe du doigt l'utilisation par l'industrie — et par Apple — de l'obsolescence programmée qui permet aux constructeurs de contourner la saturation du marché dans de nombreux pays. Ces acteurs ont « modifié le design de leurs produits de manière à accélérer le cycle de remplacement ».

De fait, il est difficile de réparer les appareils, ce qui en réduit la durée de vie. Greenpeace se réjouit cependant de voir que HP, Dell et Fairphone font des efforts dans ce domaine. Apple continue de son côté d'utiliser des composants propriétaires dans ses produits, et cela ne devrait pas s'arrêter (lire : Le tout soudé, c’est fantastique !).

L'association regrette qu'Apple et Sony tentent de bloquer des législations ouvrant le droit à la réparation : des textes ont été déposés ici et là...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Kickstarter : un enrouleur de câbles pour MacBook Air et Pro

| 17/10/2017 09:55 | 18

Le Side Winder est un projet Kickstarter d'enrouleur de câble pour les MacBook Air et MacBook Pro. L'idée est de proposer un accessoire capable de garder bien rangés l'épais cordon d'alimentation et le câble de charge tout en permettant leur utilisation à tout moment.

Cliquer pour agrandir

On place le bloc du chargeur au centre d'un boitier rond que l'on referme et les câbles de part et d'autre suivent chacun un passe-câble pour éviter d'être tordus. On tire sur les câbles pour les dérouler et une poignée intégrée au couvercle permet de rembobiner le tout lorsqu'on veut ranger l'accessoire dans son sac, sans que cela vire au fouillis.

Cliquer pour agrandir

Depuis les MacBook et avec les derniers MacBook Pro, Apple a apporté des changements à son bloc de recharge. Les deux ailettes intégrées qui permettaient d'enrouler le câble de charge autour ont été supprimées. Quant au cordon d'alimentation, il n'est carrément plus fourni mais il suffit d'en utiliser un autre, de type plat par exemple.

Cliquer pour agrandir

Dans tous les cas, cela ne diminue pas l'intérêt du Side Winder pour les MacBook Pro récents. La grille de compatibilité sur la page du projet liste pas mal de modèles de chargeurs, qu'ils soient utilisés pour les MacBook Air ou les Pro mais celui des MacBook 12" est exclu.

Le premier palier de financement — contenant un Side Winder — est de 25 $, pour un tarif de commercialisation de 30 $ (mais ajoutez 22 $ de frais de port vers la France). La livraison est prévue pour février 2018, les promoteurs du projet espéraient récolter 20 000 $, ils en sont à 247 790 $ avec encore un peu plus de deux jours restant.

> Accéder aux commentaires

Pages