Tim Cook ne sera « probablement plus » à la tête d'Apple dans dix ans

Mickaël Bazoge |

Tim Cook a profité de ce lundi férié pour répondre aux questions de Kara Swisher, du New York Times. Une interview1 sous forme de podcast au long cours, qui touche bon nombre de sujets d'actualité.

Le CEO d'Apple est revenu sur l'application iOS du réseau social Parler, supprimée de l'App Store peu après l'assaut des partisans de Donald Trump sur le Capitole de Washington — bon nombre d'entre eux ont utilisé cette application pour coordonner leurs attaques. Une mise à jour de l'app a été rejetée récemment, car des propos haineux s'y échangent toujours.

Crédit : Apple.

Tim Cook espère toujours que l'application de Parler reviendra dans la boutique, « nous travaillons dur pour avoir tout le monde dans l'App Store, pas pour rejeter des gens ». Mais pour cela, il faudra que Parler mette en place une modération qui tienne la route. « Je pense qu'avoir plus de réseaux sociaux est mieux que d'en avoir moins ».

Interrogé sur la désinformation qui se propage et prospère grâce aux réseaux sociaux, le CEO fait valoir la différence d'Apple qui croit en la « curation », l'organisation ordonnée du contenu comme dans l'App Store et Apple News : « nous avons des éditeurs humains qui sélectionnent les histoires importantes ». Ce qui permet aux services « d'éviter toute la désinformation qui a cours ailleurs ».

La réalité, affirme-t-il, c'est que certaines zones d'internet sont devenus des « endroits sombres » et que sans curation, la désinformation se propage et s'amplifie. Malheureusement, selon lui, les outils permettant la collecte de données pour le suivi publicitaire servent à des fins de désinformation ou extrémistes.

Facebook et le suivi publicitaire

iOS 14.5, dont la version finale sortira « dans les prochaines semaines », compte parmi ses nombreuses nouveautés un nouveau panneau qui va obliger une application à demander à l'utilisateur l'autorisation de le suivre, afin d'afficher des publicités personnalisées. Cette fonction ATT (pour App Tracking Transparency) a soulevé un vent de panique auprès des régies publicitaires, et aussi chez Facebook.

Pour défendre le suivi publicitaire et les réclames personnalisées, le réseau social a expliqué que l'initiative d'Apple allait affecter les petits commerces. Tim Cook ne s'attendait pas à une telle levée de boucliers, car en bout de course, il s'agit simplement de donner le choix à l'utilisateur. « C'est difficile d'être contre ça ». Selon lui, les arguments de Facebook ne tiennent pas la route.

Tim Cook pense qu'il est possible de faire de la publicité en ligne et d'être rentable « sans avoir à suivre les gens sans qu'ils le sachent ». Il renvoie dans les cordes Facebook, qui estime qu'Apple est un de ses principaux concurrents : « Oh, je pense que nous sommes concurrents pour certaines choses. Mais non, si on me demandait qui étaient nos principaux concurrents, [Facebook] n'en ferait pas partie. Nous ne sommes pas dans le business des réseaux sociaux ».

App Store et concurrence

Le procès avec Epic Games s'ouvrant dans moins d'un mois, le 3 mai, le podcast permet à Tim Cook de resservir les mêmes arguments qui seront sans aucun doute au cœur de la défense d'Apple. Il rappelle ainsi que 85% des développeurs ne paient aucune commission, qu'il n'y a pas de commission prélevée sur les ventes de biens physiques, et que les 15% payés par Prime Video le sont par tous les services de streaming — c'est dans les faits beaucoup plus compliqué que ça et Amazon en a profité pendant des années avant que les autres puissent en bénéficier.

Pour défendre le mécanisme de paiement des achats intégrés, qui permet à Apple de toucher sa com' sur chaque transaction, Tim Cook explique que cette obligation est nécessaire pour renforcer la confiance de l'utilisateur. « Je pense que c'est ce que nos utilisateurs veulent », assure-t-il, bien qu'ils n'aient jamais eu la possibilité de tester et, peut-être, d'apprécier un autre système.

Pas question non plus d'autoriser des boutiques alternatives : « Si vous commencez à [permettre l'installation d'apps en dehors de l'App Store] , vous allez casser le modèle de confidentialité et de sécurité ». Cela reviendrait à « ouvrir un vecteur important » de problèmes de sécurité. Mais c'est ce qui se passe sur Mac depuis toujours, sans pour autant que la plateforme macOS soit devenue un enfer pour la confidentialité et la sécurité de l'utilisateur…

Le CEO d'Apple met beaucoup en avant les efforts de curation accomplis par Apple, pour organiser et promouvoir les applications. C'est une partie « importante » de l'App Store, chaque semaine 100 000 apps sont examinées et 40 000 sont rejetées, « la plupart du temps parce qu'elle ne fonctionnent pas ou qu'elles ne fonctionnent pas comme elles le devraient ». Si Apple perd le contrôle sur l'App Store, alors elle perdra la supervision du contenu, prévient-il : « vous imaginez ce qui se passerait dans la boutique très rapidement ».

Personne n'est infaillible, et Apple non plus. Les exemples sont innombrables de ces apps qui passent sous le radar et tentent de tromper ou d'arnaquer les utilisateurs, comme l'app clone de Raccourcis ci-dessus (avec un abonnement de 10 $ par semaine !), cette histoire de vol de bitcoins par une app bidon validée par la boutique, ou encore le scandale des applications parasites.

Réalité augmentée

Moment incontournable dans chaque interview de Tim Cook, le passage obligé sur la réalité augmentée alors que les rumeurs sur un casque d'Apple tournent à plein régime. Bien sûr, le CEO ne peut rien dire des projets d'Apple, mais le podcast est l'occasion de donner un exemple de ce à quoi l'AR peut servir.

Concept d'Apple View par Antonio De Rosa.

« Nous avons une très bonne conversation en ce moment. Elle pourrait sans doute être encore mieux si nous pouvions "augmenter" notre discussion avec des graphiques ou d'autres choses qui pourraient apparaitre », décrit-il. Une sorte d'iMessage en réalité augmentée, en quelque sorte ! Tim Cook pense que l'AR a toute sa place dans les domaines de la santé, de l'éducation, du jeu vidéo, de la vente au détail… « Je vois déjà la réalité augmentée décoller dans plusieurs de ces secteurs avec un smartphone ».

Elon Musk et Tesla

En décembre, Elon Musk révélait qu'il avait voulu vendre Tesla à Apple au dixième de la valeur actuelle de l'entreprise… mais que Tim Cook s'était refusé à le rencontrer. Interrogé sur cette anecdote, le patron d'Apple assure n'avoir jamais parlé à Elon Musk, mais il a pour lui « une grande admiration et un grand respect pour l'entreprise qu'il a bâtie ».

« Je pense que Tesla a accompli un travail remarquable non seulement pour se lancer sur ce marché, mais aussi pour rester à la première place pendant si longtemps dans le segment des voitures électriques ». Bien évidemment, Tim Cook n'ira pas plus loin, si ce n'est qu'à son avis, la conduite sans chauffeur est « une technologie centrale ». En prenant un peu de recul, la voiture est « un robot : une voiture autonome, c'est un robot. Et il y a beaucoup de choses possibles à faire avec l'autonomie ».

Apple travaille sur tout cela en interne, admet-il, mais « beaucoup [de ces technologies] ne verront jamais le jour ». Tim Cook se refuse à en dire plus, notamment sur cette question pourtant très intéressante : « Est-ce que ce sera la forme d'une voiture ou de la technologie dans la voiture ? ». Le fameux projet Titan vogue constamment entre ces deux possibilités, à en croire les rumeurs.

Tim Apple et le vote par iPhone

Après une réunion, Donald Trump avait remercié un certain « Tim Apple » pour sa contribution. Un nom qui est resté collé à la peau de Tim Cook, qui s'en est même amusé sur son compte Twitter. Le podcast de Kara Swisher est l'occasion pour lui de revenir sur la politique américaine qui a changé de bord avec l'administration Biden. Il explique qu'il travaillera avec cette dernière, comme il l'avait fait sous la présidence Trump.

« Tim  »

Plus intéressant, il « rêve » qu'il soit un jour possible de voter depuis son iPhone. « Nous faisons nos comptes bancaires sur des téléphones. Nous avons nos données de santé sur nos téléphones. Nous avons plus d'informations sur nous dans un téléphone que dans nos maisons. Et pourquoi pas [le vote] ? ». Le vote électronique est une vieille lune qui pose de sérieuses interrogations sur la sécurité. Peut-être qu'Apple pourrait s'intéresser à ce problème, bien que cela n'empêchera pas la politisation de cette forme de vote — en particulier par le camp qui perd.

Sur le plus long terme, et c'est peut-être la réponse la plus étonnante donnée par Tim Cook dans cette interview, il pense qu'il ne sera probablement plus à la tête d'Apple dans dix ans — il est entré dans sa 60e année . « Je peux vous dire que je m'y sens très bien en ce moment. Et il n'y a aucune échéance en vue. Mais dix ans de plus, c'est beaucoup de temps et probablement pas dix ans encore [à la tête d'Apple] ». Il ignore ce qu'il fera dans dix ans, « j'aime tellement cette entreprise, c'est difficile d'imaginer ma vie sans elle ».


  1. L'enregistrement remonte au 27 mars, pour être précis. ↩︎


Tags
avatar jeantro | 

Ouf !

avatar p@t72 | 

@jeantro.
Pourquoi ouf ?
Là pomme ne c'est jamais porté mieux que sous sa présidence.
Les produits se vendent, il a diversifié les sources de revenu et les actionnaires sont heureux.
Si t'es un vieux de la vieille, je comprends un certain point de vue.

avatar Sindanárië | 

@p@t72

"Là pomme ne c'est jamais porté mieux que sous sa présidence."

😅😂😂😅

avatar Dimemas | 

Oui les actionnaires par contre niveau class action ça y va ...
Il ira en politique, ça crève les yeux, il en rêve vu le nombre de prises de position qu’il se permet de prendre.
A croire qu’Apple est un état parfois

avatar jazz678 | 

@Dimemas

« vu le nombre de prises de position qu’il se permet de prendre. »

Il se permet ce que tout leader d’opinion de son envergure peut se permettre

avatar melaure | 

Apple va devoir se trouver un nouveau vampire, parce qu'il ne faut pas rêver, on est pas prêt de revoir un Steve Jobs ...

avatar YetOneOtherGit | 

@melaure

“on est pas prêt de revoir un Steve Jobs ...”

Le SJ qui défendait toutes les positions qui t’insupportent ?

Tu as un jour aimé Apple sur une accumulation de malentendus, de fantasmes et d’aveuglement 😄

Les dogmes de SJ sont une insulte pour tes positions 😈

- SJ aimait imposer ses vues aux clients pour qui il avait fort peu d’estime et dont il ne voulait absolument pas écouter les demandes triviales
- SJ aimait le contrôle et la fermeture de ses visions que ce soit en terme de possibilité d’évolution, de capacité de customisation esthétique de l’interface, de design, d’usages...
- SJ a souvent fait des choix et imposés des contraintes qui ont fait des machines bancales, déséquilibrées, fragiles, non fiables ou invendables.
- SJ était un patron redoutable sur les enjeux financiers et la négociation des contrats
- SJ était un pure capitaliste libéral
- SJ était élitiste et méprisant pour le commun
- SJ avait un mal fou à reconnaître ses erreurs et plus encore face aux utilisateurs
- SJ n’a jamais eu peur de tordre le bras à ses clients pour imposer ses visions et ses choix
- SJ mépriserait une très grande part des inepties triviales proférées ici par des utilisateurs nombrilistes.
...

avatar Drkokai | 

Il a 60 ans donc, il y a peu chance qu’il reste rien à cause de son âge... après up to him

avatar YetOneOtherGit | 

@Drkokai

"il y a peu chance qu’il reste rien à cause de son âge"

De nombreux dirigeants restent aujourd’hui aux manettes à des âges bien plus avancés, 60 ans aujourd’hui c’est le début de la maturité 😎

avatar romainB84 | 

Ohhhh on va avoir droit à des haters qui vont être heureux 🤣

avatar p@t72 | 

Et des garçons ventilateurs dans ton genre, chassant les hâters.
Le trolleur qui chasse lui même le troll sur tout les sites qu'il fréquente....
Désespérant!

avatar romainB84 | 

@p@t72

avatar p@t72 | 

Oh que oui...

avatar romainB84 | 

@p@t72

avatar p@t72 | 

Que t'es un abrutis....
Totalement !
Dsl j'ai finis ma crotte, J'dois te laisser...
Bonne fête de pâques encore hein.
C'était un grand jour pour toi... Ding, dong

avatar romainB84 | 

@p@t72

avatar romainB84 | 

@Sindanárië

Naaan je voulais le mettre 🤣🤣🤣!!
T’es chiant, tu me l’a piqué à 10s 🤣🤣

avatar armandgz123 | 

@p@t72

+1

avatar toto_tutute | 

Curation ? Pourquoi ne pas écrire recommandation ?

La curation, c'est la guérison en français.

Ras-le-bol de tous ces anglicismes et autres néologismes dans les sites dédiés à la technologie.

avatar oomu | 

@toto_tutute

Faites vous une raison: nous haïssons la langue française comme nous nous haïssons nous même: nous détruirons cette langue mot après mot pour la remplacer non pas par l’anglais mais par le californien so sale trendy.

avatar comboss | 

@oomu

J’aime ma langue et j’aime le peuple français pourtant,
Mais il est vrai que bcp de ventilateurs sont aujourd’hui bien plus mondialistes que français

avatar r e m y | 

Moi j'associe plutôt le terme "curation" à l'organisation d'une exposition artistique, mais je ne vois pas plus que vous ce que ça a à voir avec l'AppStore 🤔

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

"Moi j'associe plutôt le terme "curation" à l'organisation d'une exposition "

Dans les deux cas c’est un anglicisme, en français on a commissaire d’exposition pour le curateur d’une exposition 🤓

avatar marenostrum | 

Parce qu’il s’agit de curation = guérison tout simplement.
Curation s. f.
Provenç. curation ; espagn. curacion ; ital. curazione ; du latin curationem, de curare (voy.
1. Terme de médecine. Ensemble des moyens employés pour obtenir la guérison d'une maladie.
Prononciation
ku-ra-sion

Pages

CONNEXION UTILISATEUR