Fermer le menu

AAPL

Tous les articles de MacGeneration sur Apple.

Les résultats du quatrième trimestre d'Apple le 20 octobre

| 30/09/2014 | 19:23 |  

Les investisseurs, boursicoteurs et analystes de tout poil seront sur les rangs le 20 octobre prochain vers 22h (heure de Paris) pour connaitre les résultats du quatrième trimestre fiscal d'Apple (le troisième calendaire, qui se termine fin septembre). Le constructeur vient d'en faire l'annonce sur son site consacré aux relations avec ses investisseurs. La divulgation des résultats s'accompagnera d'une conférence audio durant laquelle des dirigeants du groupe (Tim Cook sans doute et Lucas Maestri, le directeur financier de l'entreprise) discuteront des chiffres du trimestre et du bilan de l'année fiscale écoulée.

On attend également les premiers retours sur le lancement des iPhone 6 qui se sont vendus à 10 millions d'unités durant leur premier week-end de lancement, peut-être un point d'étape sur l'Apple Watch, ainsi que des éclaircissements sur l'enquête menée par Bruxelles concernant l'implantation fructueuse du constructeur en Irlande.

> Accéder aux commentaires

#bendgate : Computer Bild sur la liste noire d'Apple

| 30/09/2014 | 16:55 |  

Apple n'a pas l'habitude de ménager la presse, même si sous l'ère Tim Cook, les règles se sont un peu détendues. Gizmodo a même été invité au Special Event de l'iPhone 6 et de l'Apple Watch alors que le site est persona non grata depuis 2010 et l'affaire de l'iPhone 4 perdu dans un bar, c'est dire (lire : Comment Apple ne communique pas avec la presse). Il s'agirait cependant de ne pas trop marcher sur les pieds du constructeur de Cupertino, car sinon la réplique ne manquera pas de partir. Apple s'attaque donc à une filiale de Bild, qui n'est autre que le quotidien le plus lu d'Europe (le tabloïd allemand se vendait l'an dernier à 2,46 millions de copies chaque jour).

Comme bon nombre d'autres publications, Computer Bild, la branche techno du canard, a procédé à son propre #bendgate d'iPhone 6, en comparant la solidité de la phablette avec le Galaxy S5. Voilà qui n'a pas plu aux responsables allemands des relations publiques d'Apple outre Rhin, comme l'explique le quotidien dans une lettre ouverte, en anglais, adressée à Tim Cook.

La sanction après la mise en ligne de la vidéo est la suivante : Computer Bild n'aura désormais plus accès aux produits Apple de test envoyés à la presse, et ne sera plus invité aux événements officiels. Axel Telzerow, rédacteur en chef du site, s'en étonne directement auprès du CEO d'Apple; il explique que cela ne va pas changer grand chose : « Heureusement, nous n'avons pas besoin des appareils que nous prête Apple. Heureusement, beaucoup de nos lecteurs sont prêts à payer pour que notre magazine reste indépendant. Donc, nous sommes capables d'acheter des appareils pour nos tests de toutes façons. Y compris des appareils de constructeurs qui semblent craindre le jugement indépendant de Computer Bild », écrit-il.

Cette interdiction est effectivement l'occasion idéale pour le journal de faire valoir son indépendance à bon compte. La mauvaise publicité faite à Apple dans cette histoire poussera peut-être l'entreprise (du moins, ses représentants allemands) à revoir sa position — ce d'autant que le constructeur a montré sa volonté de jouer une partition plus ouverte avec la presse et dans sa communication en général, comme on l'a vu aujourd'hui avec une première présentation au public de l'Apple Watch à Paris.

> Accéder aux commentaires

Bruxelles poursuit son enquête sur Apple et l'Irlande

| 30/09/2014 | 16:00 |  

La Commission européenne a publié ses observations préliminaires dans son enquête sur la fiscalité d'Apple en Irlande. Bruxelles en a notifié les parties et leur a demandé un complément d'informations avant de poursuivre ses investigations et rendre ses conclusions [PDF]. Si les anomalies sont avérées, Apple risque de devoir payer plusieurs milliards d'euros au titre d'impôts non payés.

Comme le souligne Tim Wostall chez Forbes, dans ce type de dossiers, une entreprise ne paie pas d'amende à Bruxelles en sus de la somme dont elle est contrainte de s'acquitter. Elle régularise sa situation fiscale auprès du gouvernement concerné.

On n'en est toutefois pas encore là, il faut déjà que la Commission, à la lueur de tous les éléments en sa possession, achève son enquête et en tire ses conclusions. Pour l'heure, Bruxelles exprime ses « doutes sur l'adéquation entre ce qu'elle estime correspondre à des aides d'État perçues par Apple et les règles qui définissent leur attribution.

De telles aides ne peuvent pas être considérées comme compatibles avec le marché intérieur dans le sens où elles ne facilitent pas certaines activités ou régions économiques, pas plus que les incitations en question ne sont limitées dans le temps, dégressives ou proportionnelles à ce qui est nécessaire pour remédier à un handicap économique spécifique aux secteurs concernés.

L'enquête n'a pas permis pour le moment de déterminer que ces réductions d'impôts avaient été consenties pour palier à des contraintes économiques rendant plus difficile l'activité d'Apple, pour aider à la création d'emplois ou encore pour le développement de projets d'intérêt intracommunautaire.

Autre sujet, Apple comme d'autres groupes minore ses bénéfices dans les pays fortement taxés au profit de ceux où les impôts sont plus modérés, ce que l'on appelle les transferts de prix.

Les prix de transfert sont les prix facturés pour des transactions commerciales entre différentes entités d’un même groupe, en particulier les prix fixés pour des biens vendus ou des services fournis par une filiale d’un groupe d’entreprises à une autre filiale du même groupe. Les prix de transfert influencent la répartition du bénéfice imposable entre les filiales d’un groupe établies dans différents pays.

C'est également un point sur lequel se sont penchés les enquêteurs :

Si les autorités fiscales, au moment d’accepter le calcul de l’assiette d’imposition proposée par une entreprise, insistent sur la...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Un campus 2 vert : Apple donne des précisions

| 30/09/2014 | 15:16 |  

Le campus Apple 2 sera « le plus vert de la planète », a assuré Tim Cook pendant une conférence qui s'est déroulée durant la Semaine du Climat, à New York (lire : Environnement : Apple en pointe, assure Tim Cook). Il restait encore à Apple à prouver la véracité des assertions du CEO, ce dont s'est chargé le constructeur aujourd'hui à BusinessInsider, en fournissant quelques chiffres. La ville de Cupertino oblige les sites de travaux à recycler 75% des matériaux de construction ? Apple fait mieux en recyclant 90% de ces mêmes matériaux; c'est notamment le cas du béton : un site spécialement dédié au recyclage des vieux ciments a ainsi été mis en place.

Apple précise également travailler avec une usine locale afin de fabriquer des planches de bois provenant des arbres arrachés durant le terrassement du Campus 2. Les bâtiments utiliseront 30% d'énergie en moins que des bureaux similaires; et comme pour les centres de données, le nouveau campus tirera son énergie de sources 100% renouvelables — en particulier via une ferme de panneaux solaires et, sans doute, des accords avec des fournisseurs d'énergie durable. Apple assure que le bâtiment sera alimenté par l'une des plus grandes installations solaires d'entreprises au monde.

Le Campus 2 économisera également sur le chauffage et l'air conditionné : la ventilation y sera naturelle 75% du temps. 80% du lieu sera ouvert sur l'extérieur. Le tout devrait ouvrir à partir de 2016.

> Accéder aux commentaires

L'Apple Watch se montre à Paris : une première mondiale

| 30/09/2014 | 14:29 |  

Le magasin Colette, rue Saint-Honoré dans le premier arrondissement de Paris, sera ce jour (à partir de 11h et jusqu'à 19h) le centre du monde, enfin presque. Un « moment exceptionnel » avec Apple y sera organisé.

papasoey

La raison de ce charivari ? La mise en vitrine pendant une journée seulement de l’Apple Watch. Une première mondiale qui intervient en pleine fashion week à Paris. Apple cherche à entretenir le buzz autour de sa montre connectée tant auprès des geeks que du monde de la mode, les deux cibles du Californien.

Pour Apple, il ne s’agit pas que d’une opération marketing. La marque à la pomme cherche également à prendre la température auprès de ses clients potentiels. Ce n’est sans doute pas pour rien qu’une partie de l’équipe design d’Apple a fait le déplacement dans la capitale française. Jony Ive et Marc Newson sont notamment du voyage.

[MàJ 30/09/2014 09h11] : Jonathan Ive est sur place ! Difficile de le rater, il faut dire, avec son costume bleu qui ne passe pas inaperçu… Comme on pouvait s'y attendre, il y a plusieurs modèles en présentation. On voit essentiellement des modèles Sport, mais aussi quelques déclinaisons classiques, en acier. Sur la photo, on ne voit aucun modèle "Édition", en métal précieux, mais on imagine qu'il y en aura quelques-uns.

Jonathan Ive en bleu et Marc Newson avec un t-shirt rayé. Photo de Suzy Menkes

[MàJ 30/09/2014 09h33] : les quelques journalistes invités sont actuellement dans la boutique, et ils peuvent tester la montre d'Apple. On ne sait pas encore si les visiteurs pourront la toucher, à partir de 11 heures.

L'Apple Watch au poignet de Jean-Seb Stehli, rédacteur en chef de Madame Figaro.

Il n'y a pas que des journalistes français dans la boutique : Robbie Myers, rédactrice en chef du magazine Elle aux États-Unis, est aussi sur place et elle a testé l'Apple Watch Edition en or rosé.

...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Apple porte plainte contre un (supposé) cofondateur de Beats

| 30/09/2014 | 07:30 |  

Apple a déposé une plainte contre Steven Lamar, qui sur le site web de son entreprise, ROAM (un fabricant de produits audio), clame qu'il est un des cofondateurs de Beats aux côtés de Jimmy Iovine et Dr Dre. Le constructeur de Cupertino, désormais propriétaire de Beats, accuse Lamar de concurrence déloyale et de publicité mensongère.

Les écouteurs Ropes de Roam.

Le dossier est plus compliqué qu'il y paraît. Steven Lamar a bel et bien fait partie de l'aventure Beats; il en est même à l'origine, assure t-il, puisqu'il aurait eu l'idée de construire des casques audio tirant profit de l'image de marque de vedettes. En 2006, Lamar a rencontré Iovine, alors patron du label Interscope Geffen A&M, pour évoquer ce projet. Ce dernier a alors suggéré d'impliquer Dr Dre dans le rôle de l'artiste « influenceur ».


Jimmy Iovine a joué de son carnet d'adresses pour rapprocher son ex-partenaire auprès de Jerry McDougal, VP d'Apple en charge de la distribution, qui l'a redirigé vers Don Inmon, responsable du placement produit dans les Apple Store. C'est de là que provient la grande place prise par les produits Beats dans les boutiques du constructeur, distribués à l'origine par Monster. Cette histoire prend un tour plus complexe lorsque l'entente entre les trois personnages s'est terminée en eau de boudin : tandis que Iovine et Dre empochaient 20% des royalties, Lamar devait se contenter de 5%. Ce dernier a porté plainte contre ses anciens partenaires (pour plus de détails, lire : Les relations entre Beats et Apple détaillées dans une plainte).

Apple explique dans sa poursuite que Lamar « n'a pas, et n'a jamais eu, aucun intérêt de propriétaire dans l'entreprise [Beats, NDLR] », ce qui contredit une partie de son histoire. Jibe Audio était la société de Lamar avant la création de Beats; avec l'aide du studio de design Pentagram (dont le fondateur, Robert Brunner, a été celui qui a embauché un certain Jony Ive chez Apple), cette société devait créer ce type de casques haut de gamme « approuvé » par un artiste. Or, poursuit Apple, « Jibe Audio n'était pas responsable pour le concept, le design, la fabrication et la distribution de casques Beats ».

Les couteaux sont de sortie entre les anciens compagnons de route de Beats. Les 3,2 milliards de dol...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Nombreux services iCloud en panne [màj : c'est terminé]

| 30/09/2014 | 02:20 |  

Cliquer pour agrandir

Ce n'était pas la journée pour arrêter la colle du côté d'iCloud. La page de statut du bouquet de services dans le nuage d'Apple s'est illuminée de petits triangles rouges, synonymes de fonctions en carafe. Les webapps iCloud, le calendrier, l'accès au compte, les contacts, Documents dans le nuage, iCloud Drive (qui a d'autres soucis plus graves à régler), le courriel, les mises à niveau du stockage, les notes, les photos, les rappels, la sauvegarde, les signets et onglets ainsi que le trousseau ne fonctionnent plus ou très mal depuis un peu plus de minuit maintenant. Apple précise que « certains utilisateurs sont affectés ».

Mise à jour [02h42] — Tout semble revenu en ordre.

> Accéder aux commentaires

Jonathan Ive et Marc Newson demain chez Colette ?

| 29/09/2014 | 18:14 |  

Jonathan Ive et Marc Newson seront-il de la petite sauterie organisée demain chez Colette à Paris ? Peut-être… Un membre des forums de MacRumors suit le compte Instagram de Mikael Silvanto, l'un des designers d'Apple. Il poste ses images en mettant en lien certains de ses collègues de l'entreprise.

Il y a donc posté ces dernières heures quelques photos où il montrait son atterrissage à Paris, où il faisait étape aux Deux Magots à St-Germain et où l'un de ses compères, Jérémy Bataillou, le français de l'équipe d'Ive, s'offrait une bonne bière, cigarette au bec et Apple Watch au poignet.

Une autre photo prise dans un jet privé donnait un peu plus de grain à moudre. On a vraiment l'impression que dans le fond à droite sont assis Marc Newson (habitué des polo marin) et en face de lui un certain Jonathan Ive. C'est flou, oui, mais les silhouettes sont familières.

La fashion week qui se tient en ce moment à Paris est certainement une bonne occasion de rencontrer du beau monde et peut-être d'aller jauger en personne l'accueil fait à l'Apple Watch chez Colette. Apple et la boutique n'ont rien dit de ce qu'elles allaient montrer aux visiteurs demain mais l'annonce publiée sur le site est assez explicite.

[MàJ] : entre le début de la rédaction de l'article et sa publication, le compte Instagram a été rendu privé…

[MàJx2] : correctif au sujet de J.Bataillou

> Accéder aux commentaires

Anecdotes sur la naissance de l'Apple Store de la 5e avenue

| 29/09/2014 | 15:18 |  

C'est avec une bonne dose d'astuce que le propriétaire du futur emplacement de l'Apple Store de la 5e avenue, réussit à convaincre Steve Jobs de la pertinence de son projet. New York Magazine publie un extrait d'un livre sur le promoteur immobilier Harry Macklowe où il est question de la naissance du célèbre Apple Store.

via axisimages

Macklowe était devenu propriétaire en 2003 de l'immeuble de General Motors, ce building qui surplombe aujourd'hui le cube de verre. L'affaire signée — pour un montant record de 1,4 milliard de dollars —, il s'agissait maintenant de faire quelque chose de la grande place au pied de l'immeuble, qui fait face à l'une des principales entrées de Central Park.

Le promoteur sentait qu'il y avait un coup à jouer avec Apple qui s'était déjà lancée dans l'ouverture de nouvelles boutiques en son nom propre. Après avoir harcelé le vice-président de la branche Retail, George Blankenship, Harry Macklowe obtint un rendez-vous avec Steve Jobs à Cupertino en novembre 2003.

Apple avait déjà quelques idées, comme celle d'une boutique ouverte absolument non-stop. Jobs, d'après les souvenirs des participants, avait eu l'idée de ce cube de verre. Une maquette de bois montrait l'emplacement avec un cube de 12m x 12m. Une idée qui séduisit Macklowe d'emblée. Il était venu avec sa propre idée d'un cube mais aussi d'autres formes rectilignes, ainsi que d'un croissant ou des formes aussi plus circulaires. Macklowe avait envisagé de poser le cube plus près de la rue mais la ville souhaitait qu'un muret sépare la 5e avenue de la place. D'ailleurs, l'équipe d'Apple souhaitait élever la structure au centre de la place, rappelant quelque peu la Pyramide du Louvre.

Les projets de Jobs et de Macklowe étaient au final tous les deux basés autour d'un cube, différents dans les deux cas de celui que l'on connaît aujourd'hui. Mais leurs tailles étaient assez différentes. Macklowe trouvait celui de Jobs trop grand, mal proportionné comparé à l'immeuble GM. Il militait plutôt pour une taille de 9m x 9m. Un format qui fonctionnait mieux visuellement et qui serait plus susceptible d'être accepté par la ville.

via axisimages

...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Apple et Colette vont montrer quelque chose demain…

| 29/09/2014 | 13:03 |  

Apple et Colette trament quelque chose pour demain et demain uniquement. Le site web du célèbre concept store de la rue Saint-Honoré affiche un visuel qui annonce « Apple et Colette vous invitent à un moment exceptionnel ». Rendez-vous est donné ce 30 septembre dans la boutique, entre 11h et 19h.

Aucun détail n'est donné sur le contenu de ce « moment » qui ne durera qu'une seule journée. On ne peut que spéculer sur la présence de ce nuage de points qui agrémente l'invitation. Il rappelle quand même beaucoup le nuage des applications sur l'écran de l'Apple Watch… À voir. Ce partenariat n'est pas courant pour Apple, on peut se demander si d'autres grandes villes à travers le monde et peut-être d'autres formes d'événements sont prévus au fil des prochaines semaines (Paris accueille en ce moment la Fashion Week avec les défilés prêt-à-porter Printemps-Été 2015).

> Accéder aux commentaires

Pages