Fermer le menu

Ailleurs

Tous les articles de MacGeneration sur le monde de l'informatique en général.

Adobe encore plus mobile avec Aviary

| 23/09/2014 | 10:00 |  

Aviary, un éditeur connu pour son application Photo Editor [3.4.1 – Français – Gratuit (achats in-app) – iPhone/iPad - Aviary] (téléchargée à 100 millions de copies sur iOS et Android), est surtout un fournisseur de services : il propose en effet aux développeurs qui le souhaitent un SDK multi-plateformes (iOS, Android, Windows, HTML5) permettant d'intégrer à leurs applications des fonctions d'édition d'images. Une véritable plateforme s'est développée autour de ces outils, et ce sont plus de 10 milliards de photos qui ont été retouchées avec les filtres et les outils fournis par Aviary, qui compte dans son portefeuille des clients aussi prestigieux que Flickr, MailChimp ou Walgreens.

Adobe a saisi tout le potentiel de cette société fondée en 2007 : l'éditeur de Photoshop a acheté Aviary, pour un montant inconnu. C'est après l'acquisition par Adobe du réseau Behance il y a dix huit mois, que les discussions ont commencé entre les deux entreprises. Un rapprochement assez naturel, puisque les locaux d'Aviary sont situés à côté de ceux de Behance ! « Il devenait évident que nous devions joindre nos forces », explique Tobias Peggs le CEO d'Aviary, « accélérer nos efforts communs et mieux servir encore plus de développeurs d'apps et plus de gens qui veulent être créatif avec leurs mobiles ».

Si rien ne change — pour le moment — du côté des utilisateurs (Photo Editor restera en ligne ainsi que le kit de développement), Aviary compte intégrer des technologies Adobe dans ses outils, « comme la possibilité de sauvegarder des créations dans le Creative Cloud dans des formats Adobe ». Chez Adobe justement, on se félicite évidemment de cette acquisition, et on précise que les prochaines journées MAX, qui débuteront le 6 octobre, seront l'occasion de dévoiler des nouveautés pour faciliter la création sur mobile.

> Accéder aux commentaires

Larry Page : les ambitions du labo Google Y

| 22/09/2014 | 07:30 |  

Cela n'est pas une révélation : Google va continuellement au delà de son crédo d'« organiser toute l'information du monde » pour s'intéresser à des domaines aussi vastes que les voitures autonomes ou l'augmentation de l'espérance de vie. Larry Page, le CEO du moteur de recherche, a mis sur pied il y a environ un an un programme baptisé en toute simplicité Google 2.0. D'après The Information, le rôle de cette initiative, qui regroupe une centaine d'employés de Google, est de réfléchir aux défis posés à l'humanité et aux solutions que pourrait apporter le groupe.

Grosse ambition donc, qui dépasse le cadre de Google X, le labo de recherche et développement supervisé par Sergey Brin, l'autre fondateur de Google. Larry Page aurait ainsi décidé de la création d'une nouvelle entité R&D, baptisée… Google Y. Parmi les pistes de réflexion, les sources donnent quelques exemples étonnants : un aéroport plus efficace ou une ville modèle, le tout en mettant de côté — pour l'instant — les considérations commerciales.

Plus près de nous, Larry Page a aussi évoqué des projets « Google 2.0 » plus réalistes, comme l'authentification au travers des capteurs des montres connectées, afin de remplacer les traditionnels codes alphanumériques peu performants. Également à l'étude, la géolocalisation très précise des utilisateurs (quelques centimètres seulement), ce qui permettrait d'identifier les personnes autour de soi, mais aussi d'améliorer l'information sur les produits dans les magasins.

> Accéder aux commentaires

Une nouvelle enseigne Apple Premium Resellers pour Versailles

| 19/09/2014 | 14:17 |  

Nouvelle adresse à Versailles pour l'Apple Premium Reseller Hype Store, ex boutique 1Formatik. La nouvelle enseigne a déménagé dans la ville, rue Maréchal Foch. Le service englobe à la fois la vente des produits Apple et périphériques et les activités de maintenance et réparation (avec l'agrément Centre de Service Apple). Il s'agit du 7e magasin Hype Store, les autres sont situés à Blois, Tours, au Mans, Orléans, Levallois-Perret et Thionville.

> Accéder aux commentaires

Microsoft avance dans son plan de licenciements

| 19/09/2014 | 11:15 |  

Microsoft avance à marche forcée dans son plan de restructuration, avec 2 100 postes en passe d'être encore supprimés, ainsi que cela a été confirmé à la BBC. À la mi-juillet, Satya Nadella avait annoncé un objectif global de 18 000 suppressions de postes. Le dernier chiffre donné s'inscrit dans ce décompte.

En avril, Microsoft avait officiellement avalé Nokia. 30 000 personnes étaient d'un coup passées sous ce nouveau pavillon, portant l'effectif du groupe à 127 000 salariés. Ces 2 100 suppressions viennent s'ajouter aux 13 000 déjà réalisées depuis l'été, essentiellement dans les effectifs de Nokia (lire Microsoft supprime 18 000 emplois sur 127 000). 747 emplois ont été supprimé au siège à Seattle et le reste à travers le monde.

Satya Nadella, lors de sa prise de fonction

> Accéder aux commentaires

Fnac : une opération sur les Mac et iPod touch pour les adhérents

| 19/09/2014 | 10:20 |  

La Fnac renouvelle son opération 10€ offerts tous les 100 € dépensés, et cela s'applique aussi aux Macintosh (des MacBook Air/Pro au Mac Pro en passant par le mini et l'iMac) et sur l'iPod touch 5G à 64 Go (modèle bleu uniquement). Sur une machine de 1000 €, un reversement de 100 € sera réalisé en chèques cadeaux.

La seule contrainte est d'être titulaire d'une carte d'adhérent FNAC (la 3 ans). Pour appâter le chaland, cet abonnement passe à 10€ au lieu de 30€ (. L'opération est en cours jusqu'à dimanche soir pour les magasins et lundi 13h sur Fnac.com.

> Accéder aux commentaires

Larry Ellison n'est plus CEO d'Oracle

| 18/09/2014 | 22:36 |  

Coup de tonnerre dans le milieu de l'industrie technologique : Larry Ellison abandonne son poste de CEO d'Oracle, la société qu'il a co-fondée et qui l'a rendu immensément riche (Ellison est la cinquième fortune au monde). Ellison reste président du groupe et directeur de la technologie; son ancien rôle est désormais assuré par Mark Hurd et Safra Catz, un tandem qui se partagera la casquette de CEO (étrangement, ils ne seront pas « co CEO », mais « CEO » tout court).

Catz va se concentrer tout particulièrement sur les finances de l'entreprise (elle en reste d'ailleurs la directrice financière), tandis que Hurd (ancien CEO de HP débarqué pour une sombre histoire de harcèlement sexuel) va surtout gérer les ventes et les services. Ellison conserve la haute main sur l'ingénierie et le logiciel.

Safra Catz et Mark Hurd

« Larry a été très clair sur le fait qu'il veut continuer de travailler à plein temps et concentrer son énergie sur l'ingénierie des produits, le développement technologique et la stratégie », explique Michael Boskin, le président en exercice du conseil d'administration d'Oracle. L'entreprise est prospère (elle a généré 37,18 milliards de revenus durant son année fiscale 2013 pour des profits de 11 milliards), mais une polémique avait entaché la performance : en septembre dernier, des actionnaires ont reproché à Larry Ellison de s'être montré un peu trop gourmand en matière de compensations (il s'était offert 77 millions de dollars). Ce retrait est-il la conséquence de cette affaire, ou Larry Ellison souhaitait-il prendre du champ 37 ans après la création d'Oracle ? Les raisons sont encore floues.

Larry Ellison n'est pas un inconnu dans la galaxie Apple : il était un des très bons amis du fondateur d'Apple. Après la disparition de Jobs, il avait déclaré qu'Apple ne connaîtra pas le même succès.

> Accéder aux commentaires

Google et Dropbox derrière une initiative open source sur la sécurité

| 18/09/2014 | 22:00 |  

Alors qu'Apple prend enfin des mesures sérieuses pour améliorer la sécurité de ses services, Dropbox et Google annoncent aujourd'hui soutenir une nouvelle initiative visant à améliorer la sécurité des produits open source.

Simply Secure est une organisation qui va collaborer avec des développeurs, designers et chercheurs, entre autres, afin de renforcer la sécurité des services et applications open source.

Une des actions concrètes sera la réalisation d'audits dont les conclusions seront partagées avec la communauté afin que chacun puisse en tirer profit. Des outils seront aussi développés, toujours dans l'objectif d'assurer la confidentialité des données des utilisateurs.

L'équipe de direction de Simply Secure est constituée d'anciens ingénieurs de Google, d'universitaires et du journaliste et activiste Cory Doctorow.

> Accéder aux commentaires

2,8 millions d'utilisateurs pour le Creative Cloud d'Adobe

| 18/09/2014 | 13:45 |  

Adobe a annoncé des résultats un peu décevants pour le 3e trimestre qui a pris fin le 29 août. Si le nombre de clients abonnés au Creative Cloud continue de croître, les résultats de l‘éditeur ont été en dessous de ses prévisions et de celles des analystes. Le nuage compte maintenant 2,81 millions d'utilisateurs (+502 000 clients).

Les résultats de la division Digital Media Business, qui comprend les activités de la suite Creative Cloud, sont en baisse de 2,4 %. L’éditeur s’attendait à des revenus de 1,03 à 1,08 milliard de dollars, soit des bénéfices de 26 à 32 cents par action.

Même déception chez les analystes financiers, selon Thomson Reuters, qui tablaient sur des revenus de l’ordre de 1,09 milliard de dollars. La croissance des revenus n’a augmenté durant ce trimestre que de 1%, soit 1,01 milliard de dollars alors que les analystes s’attendaient à 1,02 milliard de dollars. Les bénéfices ont chuté : ils étaient de 83 millions de dollars l’année dernière, mais ne représentent plus que 44,7 millions. Dès cette annonce, le cours de l’action a plongé d’environ 5 %.

Selon Josh Olson, analyste pour Edward Jones Technology, Adobe a réussi à convaincre facilement une grande partie de ses utilisateurs à accepter le principe d’un abonnement à la suite CC. Mais le défi consiste désormais à convaincre les utilisateurs les plus « réfractaires » (les PME, les freelances…) d’accepter la solution d’une « location » de leurs outils de travail…

> Accéder aux commentaires

Les Apple Premium Resellers dans l'attente de leurs iPhone 6

| 18/09/2014 | 07:00 |  

On retient sa respiration chez les Apple Premium Resellers (APR) avant l'arrivée des iPhone 6. Pour la première fois ce réseau de revendeurs a été associé au lancement d'un nouveau modèle du téléphone. Habituellement, ils leur fallait patienter jusqu'à tard dans l'année, lorsque le soufflé de sa commercialisation était largement retombé.

Autre point positif nous a expliqué l'un d'eux, Apple les a autorisés à communiquer dès le début et à accepter des précommandes. Mais Apple restant Apple, un cadre a été posé. La publicité était interdite sur les sites web, les APR devant s'en tenir à leurs propres sites.

Au moins ont-ils eu l'autorisation d'utiliser les réseaux sociaux et le mail pour prospecter des clients. Avec un résultat que certains admettent volontiers comme plutôt positif au vu des retours. Les boutiques ont aussi reçu le matériel promotionnel, affiches et autres visuels pour habiller vitrines, murs et tables ce vendredi.

Cependant, une question taraude aujourd'hui ces enseignes : combien et quels iPhone 6 seront livrés d'ici vendredi et dans les semaines qui vont suivre ? Là, Apple reste aussi Apple et c'est un épais brouillard qui s'est formé dans les échanges depuis une semaine.

L'un de ces APR nous a expliqué batailler quotidiennement pour essayer de connaître les volumes d'iPhone 6 dont il disposera. Les grosses capacités sont les plus convoitées par les clients - on les a vues fondre à vitesse grand V sur l'Apple Store vendredi dernier - mais ce sont justement les plus difficiles à avoir.

Les boutiques Apple Store sont servies directement par la maison-mère. Les APR, eux, pour les iPhone, doivent se tourner principalement vers deux grossistes. Ils doivent en choisir un et s'y tenir. Ce ne sont donc pas les même stocks qui sont mis à contribution ni les même délais entre les boutiques Apple et les autres. Dès lors, la partie s'engage comme inégale. Il y a de bonnes chances que tout le monde se retrouve ce week-end en manque d'iPhone 6 mais pas la même vitesse ni sur les mêmes modèles.

Ce qui place les revendeurs dans une situation malaisée vis à vis de clients parfois fidèles, se plaint l'un de ces gérants. D'un côté Apple donne enfin un feu vert à une activité commerciale immédiate autour de l'iPhone et pousse à profiter de l'opportunité, mais de l'autre elle ne soutient que très modérément ces efforts. Ces APR sont aujourd'hui pris dans une partie de ping-pong entre Apple qui les renvoie vers leurs grossistes et des grossistes qui ne reçoivent que des bribes d'informations de la Pomme.

Il devrait y avoir quelques-uns des iPhone 6 et 6 Plus chez les APR ce vendredi. Mais comme partout ailleurs, des ruptures de stocks très prématurées sont à prévoir, sauf bonne surprise de dernièr...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Les smartphones font plonger les comptes de Sony

| 18/09/2014 | 00:20 |  

Sony a « surestimé » les revenus que la société comptait engranger de son activité smartphones et tablettes, a annoncé l'entreprise. Et de beaucoup : cette « charge de dépréciation » alourdit les pertes attendues pour l'année fiscale de l'équivalent de 1,7 milliard de dollars. Sony prévoit donc 2,1 milliards de pertes pour son année 2014 qui s'achèvera fin mars. C'est d'autant plus inquiétant pour le constructeur qui a misé une partie de son avenir sur son activité mobile.

Kaz Hirai, le patron de Sony, a initié avec son programme One Sony une restructuration lourde de l'entreprise, qui a revendu son activité VAIO à un consortium japonais, réduit la branche téléviseurs et s'est séparée de 5 000 collaborateurs. Ces efforts ont été décidés afin de muscler les investissements dans la branche mobile qui livre régulièrement des terminaux d'une très bonne qualité (à l'image du tout récent Xperia Z3). Sony a cependant choisi une stratégie à l'opposé de celle d'Apple : alors que le constructeur californien tient mordicus à ses marges, son homologue nippon a choisi de rogner sur les siennes. Si l'on combine ces marges très maigres avec un volume moins important que prévu, on obtient le détonnant cocktail de pertes annoncées hier.

De fait, Sony s'oriente vers une nouvelle stratégie pour ses smartphones, dans le but de « générer plus de profits stables ». Cela va sans doute impliquer le retrait progressif du constructeur sur le marché milieu de gamme, pour mieux se concentrer sur le premium, qui génère plus de marges. Sony explique également que ces mauvaises prévisions sont le fruit d'un environnement compétitif sur le marché mobile. Tout comme Samsung à son échelle, il semble bien que l'entreprise souffre de la concurrence des constructeurs chinois, rapidement montés en gamme.

> Accéder aux commentaires

Pages