Fermer le menu

Ailleurs

Tous les articles de MacGeneration sur le monde de l'informatique en général.

Des bâtons dans les roues de la Google Car

| 23/08/2014 | 00:00 |  

La route est semée d'embûches pour les voitures autonomes de Google. Développés depuis des années et annoncés de manière plus officielle fin mai, ces véhicules ont pour particularité de ne comporter aucun système de conduite — de fait, le prototype montré au printemps n'embarquait pas de volant, de pédales, et encore moins de levier de vitesse (lire : Google a créé sa première voiture autonome). Un choix audacieux qui risque cependant de se heurter à la législation.

À partir du 16 septembre, la Californie interdira tout véhicule qui ne permettra pas au conducteur d'en prendre immédiatement le contrôle physique si cela est nécessaire. Autant dire que la Google Car, telle qu'elle a été présentée il y a quelques mois, ne fait pas partie de la liste…

Le moteur de recherche a cependant fait savoir que durant la période de test de sa voiture autonome sur les routes californiennes, celle-ci sera équipée d'un volant et d'un système de pédales « temporaires ». L'entreprise a également la possibilité de faire rouler son véhicule sur des circuits privés.

D'ici la commercialisation au grand public de cette voiture, il se sera écoulé quelques années durant lesquelles Google aura pu faire valoir auprès du législateur la sécurité de son produit — le nœud du problème de la sécurité routière se situant généralement entre le volant et le fauteuil, il n'est pas si farfelu de penser qu'un ordinateur pourrait gérer les situations potentiellement accidentogènes de manière plus efficace qu'un humain.

Google prévoit de produire cent prototypes de véhicules autonomes, dont la vitesse est limitée à 40 km/h. Les tests sur circuit privé débuteront en septembre.

> Accéder aux commentaires

AVID cherche à revenir au NASDAQ

| 21/08/2014 | 14:50 |  

Avid Technology tente de convaincre le NASDAQ de coter à nouveau en bourse la société. Mercredi 6 août, l’éditeur de grosses solutions vidéo (Symphony/Media Composer/NewsCutter…) et audio (Pro Tools…) a rempli les documents afin de pouvoir retrouver une place dans les cotations du deuxième marché en actions des États-Unis (lire aussi John Frederick : Avid est concentrée sur « l’innovation et la croissance »).

On se souvient que le NASDAQ avait rayé AVID de la liste des sociétés cotées après que l’éditeur avait, sous différents prétextes, laissés passer les dates limites pour communiquer les documents comptables demandés par la Securities and Exchange Commission (SEC). À savoir, l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers.

AVID a indiqué avoir l’intention de combler le retard sur ses rapports annuels d’activité pour l’année fiscale prenant fin le 31 décembre 2013. Ce rapport inclurait les résultats financiers des années précédentes (2011 et 2012) que l’éditeur s’était gardé de rendre publics jusqu’à présent. Il a annoncé s’attendre à un « retour à un cycle normal de compte-rendu [financiers] avec celui des résultats des 4 derniers mois de l’année 2014 ».

La société a précisé que ses réserves de cash correspondaient à 23 millions de dollars, et ses dettes, à 5 millions. Les dépenses engagées pour le processus de redressement devraient toutefois coûter entre 12 et 14 millions de dollars à Avid…

> Accéder aux commentaires

RKube, un concurrent français mais onéreux à Dropbox

| 21/08/2014 | 12:20 |  

RKube a revu cette semaine son application iPhone, l'un des points d'entrée proposés pour cette solution française, concurrente de Dropbox, OneDrive et autre Hubic. RKube est un service de stockage dans le nuage comme on en trouve maintenant beaucoup. Il est utilisable depuis un navigateur web et des clients iOS, Android, OS X et Windows sont téléchargeables.

L'application OS X est aussi bien intégrée que ses concurrentes, elle s'appuie sur le principe maintenant rodé d'un dossier et d'un menu de contrôle. Lors de nos essais, nous n'avons toutefois pu la faire fonctionner correctement, la faute à Yosemite. Le Finder de la DP6 d'OS X 10.10 quitte sitôt l'application lancée et revient dès qu'on la ferme (pas de problème particulier avec le client iPhone sur iOS 8 bêta).

L'utilitaire Mac ressemble à ses concurrents avec l'indication du taux d'occupation sur son compte, des réglages de proxy, de limitation de bande passante et une console qui liste l'activité des fichiers déplacés sur son espace de stockage.

La toute nouvelle version iPhone arrivée mardi est aussi de bonne tenue, même si son designer a marqué sa préférence pour les canons esthétiques de Windows Phone (absent des plateformes mobiles prises en charge…) plutôt que ceux d'iOS (elle n'en est pas moins jolie). On a les habituelles fonctions de partage et d'album photos, renforcés par les filtres et nombreux outils de retouche (ceux d'Aviary) très simples d'emploi.

La version web n'est pas en reste, avec également les fonctions d'édition des photos ; un bloc note et la ribambelle de fonctions de partage vers d'autres utilisateurs. À noter aussi le système de corbeille pour supprimer ses fichiers en deux temps et donc les retrouver au besoin.

RKube est développé par Oodrive, une entreprise qui livre entre autres choses des services de stockage en ligne en marque blanche auprès de grandes enseigne...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Steve Ballmer quitte le conseil de Microsoft pour les terrains de basket

| 20/08/2014 | 02:30 |  

Un autre chapitre de la vie de Steve Ballmer chez Microsoft se clôt. Six mois après avoir cédé sa place de CEO à Satya Nadella, l'ancien dirigeant a annoncé qu'il quittait maintenant le conseil d'administration de l'entreprise.

Photo : AP/Jae C. Hong

De ses 34 années passées chez Microsoft, Ballmer dit ne rien regretter, il affirme qu'il soutient à bloc la stratégie dessinée par son successeur autour de la mobilité et du nuage.

Microsoft devra faire preuve d'audace et faire de grands paris pour réussir dans ce nouvel environnement […] Dans un monde où l'on privilégie les mobiles et le nuage, le développement de logiciels est une compétence clé, mais le succès passe par la monétisation au travers des abonnements en l'entreprise, les marges brutes réalisées sur le matériel et les revenus publicitaires

Balmer s'éloigne encore mais il rappelle qu'il demeure le principal actionnaire de Microsoft en dehors des fonds d'investissement. Il précise qu'il garde ses actions et qu'il participera à la vie de l'entreprise comme actionnaire, sans omettre de temps en temps de glisser quelques suggestions ou remarques en tant qu'utilisateur des produits de la maison.

La nouvelle vie de Steve Ballmer va être rythmée par la clameur des parquets américains, il est maintenant le nouveau propriétaire de l'équipe de basket des Clippers de Los Angeles. Une passion qu'il s'est offert pour deux milliards de dollars (1,5 milliard d'euro). Une activité qu'il exercera en plus d'autres autour de l'enseignement et des actions civiques.

> Accéder aux commentaires

La carte de Sam Sung n'avait pas la cote

| 16/08/2014 | 19:14 |  

Sam Sung, ancien Spécialiste d'un Apple Store de Vancouver, avait mis à l'encan une de ses cartes de visite dont l'amusante ironie n'a échappé à personne (lire : Chez Apple, Sam Sung a une carte à jouer). Cette enchère se destinait à alimenter les caisses d'une association caritative réalisant les souhaits les plus chers d'enfants malades.

Une belle action donc, malheureusement polluée par des malandrins qui ont tenté de truander eBay en multipliant les enchères bidons. La carte de visite, qui s'accompagnait du t-shirt bleu emblématique et du tour de cou de l'ex employé, avait vu sa cote grimper au delà des 80 000$ !

Après le nettoyage de l'enchère ce jeudi, les items sont retombés à un prix plus raisonnable pour finalement atteindre les 2 653$. Comme promis, ils seront reversés à la fondation The Children's Wish qui se dit évidemment heureuse de ce don, mais déçue de voir comment certains n'ont pu s'empêcher de prendre l'enchère à la légère. « Nous étions prudemment optimistes en début de semaine », explique la directrice de la branche locale de la fondation, « mais comme nous le suspections, il semble que les enchérisseurs actuels ne sont pas sérieux ». Une déception donc pour Sam Sung.

> Accéder aux commentaires

Schiller se renverse un seau d'eau sur la tête pour la bonne cause

| 14/08/2014 | 10:47 |  

Mais qu'est-ce qui a bien pu passer par la tête de Phil Schiller pour qu'il se renverse un seau d'eau sur la trogne, et qu'il s'en félicite publiquement ? Le SVP marketing d'Apple a posté sur Twitter un message disant qu'il « relevait le défi » accompagné de trois photos. On le voit tout sourire avant, pendant et après s'être déversé un seau d'eau glacé sur lui-même.

Ce défi, c'est une opération virale qui vise à sensibiliser le public sur la sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Charcot. D'autres célébrités ont donné de leur personne pour la bonne cause : Satya Nadella (qui a posé ses lunettes pour l'occasion), Justin Timberlake, Mark Zuckerberg...

Le Ice Bucket Challenge étant viral, Schiller a nommé à son tour trois personnes, parmi lesquelles... Tim Cook. On a hâte de voir si le CEO d'Apple sait garder la tête froide.

> Accéder aux commentaires

Google + HP pour contrer Apple + IBM ?

| 13/08/2014 | 20:30 |  

Google s'intéresse au monde de l'entreprise. Ça n'est pas vraiment un scoop, puisque le moteur de recherche a mis au point une offre pro composée, entre autres, d'applications et de services adaptés aux besoins des PME, mais Google n'a pas encore réellement montré de réelle appétence pour le big business et pour cause : son modèle d'affaires le pousse à s'adresser d'abord au grand public. Il s'agit cependant de ne pas complètement abandonner cet important secteur économique. Il y a environ un an, écrit The Information, Google et HP ont commencé à discuter sur l'adaptation de Google Now aux entreprises.

Imaginée par l'équipe en charge d'Android, l'idée est de permettre à l'assistant virtuel de Google de piocher dans les bases de données de l'entreprise afin de renseigner l'utilisateur sur les données financières de sa société, son inventaire, et d'autres informations encore, de la même manière qu'il se sert de Google Now pour obtenir la météo ou le trafic routier. Actuellement, le module de recherche du service de Google ne comprend aucune intégration avec les serveurs des entreprises.

Si les discussions avec HP sont en cours depuis une année, Google n'a pas semblé montrer un intérêt très prononcé jusqu'à présent. Mais peut-être que le partenariat signé entre Apple et IBM redonnera le goût au moteur de recherche de se lancer plus franchement à l'assaut des entreprises ? Google, qui voit ses solutions mobiles trainer de la patte derrière iOS, va sans doute vouloir répliquer à Apple. À l'instar du créateur de l'iPhone, une alliance avec un vieux routier de l'informatique comme HP pourrait être une solution.

Meg Whitman, CEO et présidente de HP.

HP cherche de son côté un partenaire de poids pour asseoir sa position dans le secteur de l'entreprise, où le constructeur fait face à de solides concurrents : Apple bien sûr qui bénéficie désormais de l'appui et de l'expertise d'IBM, mais aussi Microsoft, Samsung, BlackBerry… Tous ont des vues sur ce marché aux marges plus confortables que les produits grand public. À un moment, HP voulait même mettre au point un smartphone de la gamme Nexus à destination des entreprises, équipé de technologies de chiffrement des informations. An...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Twitter : 23 millions de bots

| 12/08/2014 | 19:58 |  

Twitter cherche à multiplier les utilisateurs et tout particulièrement les actifs, ceux qui postent plus d'un tweet tous les quatre matins, et si possible des messages susceptibles de générer des discussions et du buzz. Mais de la même manière que sur internet, personne ne sait qu'on est chien, tous les utilisateurs de Twitter ne sont pas nécessairement des humains. Ainsi, 23 millions des 271 millions d'utilisateurs actifs mensuels (MAU) sont des robots. Cela représente 8,5% du total des MAU pour le mois de juin.

Tous les bots ne sont pas nécessairement du spam : beaucoup d'entre eux servent à diffuser sur Twitter le titre d'une actualité suivie par le lien vers un site web, par exemple. D'autres sont plus facétieux comme @bigbenclock qui affiche les bongs de la fameuse horloge. Sans intérêt, mais rigolo.

Parmi les 14% d'utilisateurs qui ne passent pas par le site web ou l'application officielle de Twitter pour diffuser leurs gazouillis, on trouve en plus de ces 8,5% de bots, 3% qui utilisent TweetDeck ou Twitter pour Mac. Cela représente tout de même 8 millions de personnes qui utilisent Twitter à des fins plus professionnelles. 2,5% se servent d'applications tierces mettant à profit l'API Twitter (soit 7 millions de MAU), comme Tweetbot ou Twitterrific.

> Accéder aux commentaires

Blog : Ghost commence à devenir une alternative sérieuse

| 12/08/2014 | 12:45 |  

Ghost est un moteur de blog qui commence à devenir une alternative sérieuse face aux ténors du genre, parmi lesquels on compte le mastodonte WordPress. Lancé l’an dernier seulement, ce nouveau venu est encore loin, très loin, d’offrir toutes les fonctions de ses concurrents, mais ce n’est pas son objectif. Bien au contraire, ce moteur est né de l’idée de se recentrer sur la publication d’articles et d’oublier toutes les fonctions qui font de WordPress un outil capable aussi bien de créer un blog, qu’un portfolio et même une boutique en ligne.

Un blog créé avec Ghost et le thème par défaut, dans l’esprit de Medium.com, mais uniquement sur la page d’accueil (gauche). Un article (à droite) n’a pas d’image en tête par défaut. Cliquer pour agrandir

Depuis sa première sortie, Ghost a bien évolué et la version 0.5 qui vient de sortir marque une étape décisive dans son développement. Quelques fonctions de base d’un moteur de blog attendues en 2014 ont été ajoutées, en particulier la gestion de plusieurs utilisateurs. Plusieurs auteurs peuvent publier sur un même blog, et on retrouve toutes les fonctions associées : l’administrateur gère la liste d’auteurs et l’utilisateur peut, d’un clic, retrouver tous les articles de chaque auteur.

Le changement le plus important toutefois, est moins visible. Ghost propose pour la première fois une API qui permettra à tous les développeurs de concevoir des logiciels exploitant ses fonctions. Le cas le plus évident est à chercher du côté de la publication : même si l’interface web du moteur est très agréable à utiliser, on peut préférer écrire sur un logiciel local, sur son ordinateur et plus encore sur une tablette ou un smartphone.

L’API permettra de créer des applications capables de publier des articles, mais ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Contrairement à WordPress qui ne propose pour le moment que des fonctions de publication (mais cela devrait rapidement changer), toutes les fonctions de Ghost sans exception seront disponibles à travers cette API. On peut ainsi imaginer créer un logiciel capable de contrôler toutes les fonctions du blog, mais pour l’heure on en reste à la théorie.

Interface de rédaction de Ghost : pariant sur le Markdown, le moteur présente la source à gauche et le résultat à droite. C’est simple, mais très efficace et bien plus élégant que l’équivalent chez WordPress...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Une carte des attaques DDoS en temps réel

| 12/08/2014 | 07:02 |  

Norse est une SSII américaine spécialisée dans la surveillance d’internet. L’entreprise a créé un réseau de « HoneyPots » (littéralement, des pots de miel), c’est-à-dire des serveurs ou services placés sur la Toile comme leurres dans le but d’attirer des attaques en se faisant passer pour des machines de production réelles. Grâce à l’analyse de ses attaques, les ingénieurs peuvent ainsi identifier les menaces et leurs commanditaires. La société détecte les attaques par déni de service (« Distributed Denial of Service Attack » ou DDoS) cherchant à mettre hors ligne ou à interdire l’accès à un serveur en le saturant de requêtes d’accès.

Cliquer pour agrandir

Norse a mis en ligne une carte interactive qui présente une partie des agressions provenant des bas-fonds du net. En déplaçant le curseur sur la carte, on obtient des informations sur le pays d’où est partie une attaque de déni de service et sur sa cible. On connaît aussi le type d’attaque, car le protocole est indiqué. Par exemple, « db-lsp-disc » indique une attaque menée contre la fonction LAN Sync Discovery des serveurs Dropbox. « Microsoft-ds » cible le port de partage de fichier 445. « Isakmp » vise l’Internet Security Association and Key Management Protocol, etc.

La carte ne montre qu’une petite partie des attaques DDoS repérées par Norse, mais elles sont affichées en temps réel. Pour obtenir des informations plus précises, il faut devenir client de la SSII. Précisons que le pays d’où part une attaque n’est pas toujours celui dans lequel se trouve la personne à l’origine de celle-ci. Souvent les dénis de service sont menés par des milliers de BotNet, d’ordinateurs « zombies » dont un néfaste a pris le contrôle à distance pour déclencher son DDoS.

> Accéder aux commentaires

Pages