Fermer le menu   

Matériel

Test du Mac Pro fin 2013 (quatre cœurs à 3,7 GHz, FirePro D300) 18/02/2014 | 12:00 | Anthony Nelzin | 43 commentaires

Le Mac Pro d’entrée de gamme a toujours été une machine un peu à part, pas forcément plus puissante qu’un iMac haut de gamme, mais évidemment plus extensible. Or le nouveau Mac Pro n’est plus aussi extensible que l’ancien, ou du moins pas beaucoup plus que l’iMac. Cette nouvelle version d’entrée de gamme a-t-elle encore un intérêt ? La réponse dans notre test du Mac Pro quadricœur à 3,7 GHz (FirePro D300, 12 Go de RAM et 256 GO de SSD, 2 999 €).

Notez bien

Ce test ne couvre que les éléments spécifiques au Mac Pro quadricœur. Pour en savoir plus sur les nouveaux Mac Pro en général, n’hésitez pas à vous reporter aux articles suivants :

Lire la suite

Pratique : Augmenter la portée de son réseau Wi-Fi 13/02/2014 | 18:35 | Antoine Collin | 54 commentaires

Depuis l’avènement des réseaux Wi-Fi, la portée du signal a toujours été un problème. Malgré des appareils de plus en plus performants — de 11 mégabits/s dans les années '90 avec les premières bornes AirPort on arrive à 1 300 mégabits/s avec les derniers Mac en date —, la portée et la couverture d’un réseau Wi-Fi sont les deux problèmes principaux. Nous avons donc décidé de tester pour vous quelques solutions pour essayer d’augmenter la portée d’un réseau Wi-Fi et donc couvrir la ou les pièces dans lesquelles il est impossible de se connecter avec un ordinateur portable en Wi-Fi. Nous allons d’abord vous proposer quelques astuces simples pour améliorer la couverture du réseau, avant de passer à des solutions qui demandent un peu de matériel, et donc un peu d’investissement.

Il faut simplement prendre en compte un point avant de commencer : dans nombre de cas, augmenter la portée se fera au détriment des performances. En effet, si les dernières générations d’appareils (lire : Test de l’AirPort Time Capsule 2 To) peuvent atteindre 1,3 gigabit/s (avec un débit réel compris entre 500 et 700 mégabits/s), ce n’est valable que sur du matériel récent, sans obstacle et à une courte portée. Notre but n’est pas d’atteindre des centaines de mégabits/s pour transférer de gros fichiers, mais d’obtenir un signal suffisant pour qu’un appareil connecté à Internet puisse surfer dans de bonnes conditions. Une partie des solutions limite la bande passante à quelques dizaines de mégabits/s, ce qui est suffisant pour la majorité des connexions à Internet dans notre pays.

Optimiser un peu son réseau

Avant d’aller acheter du matériel, il est possible d’augmenter à peu de frais la portée et l’efficacité d’un réseau Wi-Fi en effectuant quelques...

Lire la suite

Test de l’écran Iiyama Prolite XB2779QS 10/02/2014 | 18:30 | Anthony Nelzin | 16 commentaires

Avec son Prolite XB2779QS, Iiyama ambitionne de proposer une alternative aux écrans d’Apple. Il fait mieux que vaguement ressembler à un iMac : il embarque une dalle 27 pouces AH-IPS rétroéclairée par DEL d’une définition de 2 560 x 1 400 px, et coûte deux fois moins cher que le Thunderbolt Display équivalent. Trop beau pour être vrai ? La réponse dans notre test du Prolite XB2779QS.

Un vague air d’iMac… mais seulement de loin

À quelques mètres, le Prolite XB2779QS ressemble furieusement à un iMac : même dalle brillante bord à bord, même « menton » gris souligné par un logo, même pied intégrant un passe-câble… Les similarités s’arrêtent là et dès que l’on s’approche, on se rend compte que les matériaux sont le premier poste de dépenses sur lequel Iiyama a fait des économies.

De loin, le Prolite XB2779QS ressemble un peu à l’iMac. Iiyama assume cette « ressemblance » et destine cet écran aux utilisateurs de Mac.
De loin, le Prolite XB2779QS ressemble un peu à l’iMac. Iiyama assume cette « ressemblance » et destine cet écran aux utilisateurs de Mac.

De fait, vous ne trouverez pas d’aluminium soudé par friction-malaxage sur le Prolite XB2779QS, mais seulement du plastique. Et pas forcément du beau plastique, façon iPhone 5c ou Nokia Lumia — non, c’est plutôt du plastique granuleux, façon PC beige du milieu des années 1990. La qualité de construction est exemplaire et rien ne bouge ni ne grince, mais la qualité de finition...

Lire la suite

Test du dock 2 baies Inateck pour disques durs 05/02/2014 | 13:10 | Florian Innocente | 13 commentaires

Ce Dock pour disques durs de l'allemand Inateck appartient à la famille des modèles capables de cloner un volume vers un autre. Ce périphérique USB 3 servira donc autant à monter deux disques durs simultanément sur le bureau pour y déplacer des fichiers, qu'à cloner un volume vers un autre.

La première fonction n'appelle pas de commentaires particuliers. Les deux logements acceptent indifféremment des disques SATA 2,5" ou 3,5" qui apparaîtront sur le bureau de manière classique. On aurait simplement apprécié la présence de deux volets de protection pour les logements lorsqu'ils sont inutilisés. À défaut, on conseille l'astuce de certains utilisateurs qui ont conservé le cache plastique présent dans l'emballage pour s'en servir comme gros capuchon…

Ce boîtier tout plastique est doté d'une prise USB 3. Nous l'avons testé tantôt sur un iMac USB 2, tantôt avec un MacBook Air USB 3. Les deux ordinateurs étaient sur SSD, et le boitier hébergeait un disque dur 2,5". Les transferts en USB 3 dans un sens ou dans l'autre ont été entre 3,5 et 6 fois plus rapides selon les cas. Par exemple, un dossier de 3 Go avec 9000 fichiers est allé de l'iMac vers le disque externe en 2min 26s avec l'USB 2 contre 37s en USB 3. La même opération avec une vidéo de 4,7 Go a pris 3min 38s dans un cas et 55s dans l'autre.

Clonage

L'autre fonction, celle de clonage de volumes, est très facile à réaliser, mais elle n'est pas sans contraintes. Il faut obligatoirement que le disque de destination (celui qui recevra le contenu cloné) soit de taille supérieure au disque de départ. Le fabricant déconseille l'emploi de disques de même taille.

L'opération doit être faite avec le boitier débranché du Mac, le dock opère alors de manière autonome....

Lire la suite

Test de l’écran 4K Sharp PN-K321 04/02/2014 | 18:30 | Anthony Nelzin | 28 commentaires

À défaut d’un écran Retina 27 pouces, vous pouvez « au moins » avoir un écran 4K 32 pouces : le Sharp PN-K321. Non seulement Apple vend cet écran dans sa boutique en ligne, mais elle le met aussi en avant sur ses pages comme le compagnon naturel du nouveau Mac Pro. Qu’en est-il au quotidien ? La réponse dans notre test de l’écran Sharp PN-K321.

Un écran (presque) 32 pouces (presque) Retina

Le PN-K321 n’est pas tout à fait un écran 32 pouces : sa dalle mesure en fait 31,5 pouces de diagonale. Avec une résolution de 3 840 x 2 160 px, il atteint tout de même une définition très confortable de 140 ppp, un net cran au-dessus des écrans 27 pouces d’Apple (110 ppp). À une distance « normale » d’utilisation, il n’est même pas loin de répondre aux caractéristiques qui en feraient un écran Retina.

Si vous comptez acheter le PN-K321, prévoyez un peu de place sur votre bureau : il s’étend sur 75 cm en largeur et un peu plus de 44 cm en hauteur. L’ensemble-écran lui-même est assez fin (3,6 cm), mais le pied, que vous devrez d’ailleurs monter, est plutôt imposant (une vingtaine de centimètres).
Si vous comptez acheter le PN-K321, prévoyez un peu de place sur votre bureau : il s’étend sur 75 cm en largeur et un peu plus de 44 cm en hauteur. L’ensemble-écran lui-même est assez fin (3,6 cm), mais le pied, que vous devrez d’ailleurs monter, est plutôt imposant (une vingtaine de centimètres).

Apple définit en effet un écran Retina comme un écran dont le nombre de pixels par degré (PPD) est supérieur à 53. Ce nombre...

Lire la suite

Test du système RAID Promise Pegasus2 R6 (18 To) 30/01/2014 | 19:30 | Anthony Nelzin | 47 commentaires

Les appareils Thunderbolt ne courent toujours pas les rues, mais on ne pourra pas reprocher à Promise de ne pas soutenir cette norme. La société taïwanaise a rapidement mis à jour ses produits après la commercialisation des premières machines Thunderbolt 2, à commencer par son système RAID. Rebaptisé Pegasus2, il s’adresse notamment aux professionnels de la vidéo et ambitionne d’allier rapidité absolue et stockage gargantuesque. Avec succès ? La réponse dans notre test du Promise Pegasus2 R6 18 To.

C’est du solide…

Le Pegasus2 R6 ne remportera aucun concours de beauté, ce qui n’est pas forcément ce que l’on attend d’un système RAID, mais il inspire la confiance, ce qui est déjà plus important. Son traitement de surface est net et sans bavure, ses quelques pièces en plastique sont parfaitement agencées, et ses tiroirs sont sans doute les plus agréables que nous ayons eu à manipuler. Un bouton pour les déverrouiller, un loquet pour les tirer, des ressorts pour fluidifier les mouvements, cela change des systèmes spartiates de certains concurrents.

Dans notre exemplaire de test, les six tiroirs du Pegasus2 R6 étaient garnis de disques Seagate Barracuda de 3 To (SATA 6 Gb/s, 7 200 TPM, 64 Mo de cache), pour une capacité totale de 18 To. La réputation de Seagate étant ce qu’elle est, il s’agit potentiellement d’un problème. Reste que Promise semble s’approvisionner chez plusieurs fabricants : nous sommes par exemple tombés sur des mécaniques Toshiba dans un...

Lire la suite

Test du Mac Pro fin 2013 (huit cœurs à 3 GHz, FirePro D700) 29/01/2014 | 14:00 | Anthony Nelzin | 138 commentaires

Dix ans que le Power Mac / Mac Pro n’avait pas changé d’apparence. Avec le nouveau Mac Pro, Apple ne propose pas seulement un nouveau boîtier : elle impose un peu plus sa façon de penser l’informatique de bureau. Avec succès ? Réponse avec notre test du nouveau Mac Pro huit cœurs à 3 GHz (FirePro D700, 32 Go de RAM et 512 Go de SSD, 6 799 €).

Le Mac Pro Xeon Tube

Le Power Mac G5 (devenu Mac Pro) était certes beau et pratique, mais il n’en demeurait pas moins un ordinateur de bureau assez conventionnel : une grosse boîte pleine de ventilateurs, de disques et de cartes d’extensions. Alors que le grand public bénéficiait des multiples avatars de l’iMac tout-en-un, Apple était conservatrice avec un marché conservateur. Mais ça, c’était avant.

Le Mac Pro est le premier Mac entièrement assemblée aux États-Unis depuis près de quinze ans.
Le Mac Pro est le premier Mac entièrement assemblée aux États-Unis depuis près de quinze ans.

S’il garde le nom de son prédécesseur, le nouveau Mac Pro n’est pas qu’une énième déclinaison sur le même thème. L’idée qui a présidé à sa conception justifie toutefois les expérimentations d’Apple depuis plus de trente ans. Ce cylindre noir remplace les tours grises et les boîtes beiges dans le rôle du module de calcul agnostique, dont l’utilisateur peut augmenter et spécialiser les fonctions selon ses besoins créatifs.

...

Lire la suite

Test du simpleDock de Kanex 02/01/2014 | 17:00 | Nicolas Furno | 11 commentaires

Le Thunderbolt est l’interface idéale sur le papier pour créer un Dock et augmenter le nombre d’entrées et de sorties sur votre Mac. Un unique câble peut servir autant de hub USB que de sortie écran ou encore ajouter une connexion Ethernet Gigabit à l’ordinateur. Malheureusement, c’est aussi une solution coûteuse et il est impossible, encore aujourd’hui, d’en trouver à moins de 230 €, sans compter qu’il faut aussi acheter le câble en plus…

Kanex a opté pour une solution plus simple pour son simpleDock : le dock est relié en USB 3, une connectique largement plus répandue et surtout beaucoup moins chère. Résultat, ce produit est vendu une centaine d’euros, plus de deux fois moins que la majorité des docks Thunderbolt. À ce tarif, on n’attend pas autant de fonctions, mais le constructeur a malgré tout intégré plusieurs ports USB et de l’Ethernet, tout en offrant un support pour un iPhone. Que vaut ce Dock moins cher ?

Quatre USB 3 et de l’Ethernet

D’aspect, le simpleDock fait dans la simplicité et c’est plutôt réussi. Le constructeur n’a pas multiplié les logos et les LED, respectant ainsi la philosophie des produits Apple. La face avant est ainsi un seul bloc de métal — de l’aluminium comme les Mac — recouvert d’un emplacement en plastique mat noir. Toute la connectique est reléguée à l’arrière, invisible et l’ensemble est plutôt élégant, quoique peut-être un peu imposant sur un bureau (197 x 44 x 90 mm).

Le dock ne jurera pas à côté d’un MacBook Air, sa cible de prédilection. Grâce à lui, on peut bénéficier de quatre ports USB supplémentaires, mais aussi d’une connexion Ethernet qui reste indispensable dans certains cas, notamment en milieu professionnel. Sur le papier, le simpleDock a tout bon avec de l’USB 3, mais aussi...

Lire la suite

Test de l'ensemble cartable, étui et portefeuille de Léo et Violette 25/11/2013 | 13:00 | Kévin Gavant | 19 commentaires

En début d’année, un couple de jeunes Parisiens renouvelait le cartable en cuir à l’ancienne en le modernisant et l’adaptant aux ordinateurs et autres appareils mobiles (lire : Kickstarter : le petit cartable rénove les cartables d’antan). Suite au succès de ce premier modèle, Léo et Violette, qui donnent leurs prénoms à la marque, ont créé une gamme complète de sacs et accessoires et ouvert leur boutique en ligne.

Que penser de ces produits ? Méritent-ils leur succès ? La réponse dans notre test...

Un souvenir de jeunesse...

Commençons par le petit cartable. Présenté comme le partenaire idéal pour vos déplacements, il sait se faire discret et transportable. Avec ses 30 cm de hauteur et 38 cm de largeur, il se place dans la moyenne basse de ce qui se fait sur le marché. Conçu en France et fabriqué à Naples, le petit cartable est fabriqué avec du cuir de veau à l’extérieur et du velours à l’intérieur. Des matières premières luxueuses pour un produit haut de gamme. Ses deux jeunes concepteurs ont repris une forme bien connue pour réaliser un sac moderne et vintage à la fois, adapté aux ordinateurs et aux tablettes. D'ailleurs le cartable vous propose des rangements de différentes tailles, une pour votre MacBook format 13 pouces, deux autres pour y ranger votre iPad et votre iPhone, et enfin deux derniers pour y placer des livres ou quelques magazines.

Dans les...

Lire la suite

Test du MacBook Pro 15" Retina Core i7 à 2,6 GHz et 1 To de SSD 22/11/2013 | 14:20 | Florian Innocente | 64 commentaires

Après avoir évalué des versions d'entrée de gamme 13" et 15" de la nouvelle famille MacBook Pro Retina, le modèle testé ici est résolument haut de gamme. Ce 15" est une version configurée sur mesure avec un Core i7 à 2,6 GHz au lieu de 2,3 GHz (+200€) et 1 To de SSD au lieu de 512 Go (+500€). De base on disposait déjà de 16 Go de RAM et de la double solution graphique avec une Intel Iris Pro et Nvidia GeForce GT 750M.

La facture passe alors de 2600€ en équipement standard à 3300€ avec nos deux options. Soit un tarif situé un peu au dessus du prochain Mac Pro d'entrée de gamme (3000€).

Pas de fantômes dans l'écran

Il faut en premier lieu souligner que cet écran n'a montré aucun symptôme du problème de rémanence qui a touché d'autres Retina par le passé : un élément d’interface resté quelques instants à un même endroit de l'écran laisse une empreinte fantôme qui ne disparait pas immédiatement lorsqu'on déplace l’élément en question. Ce modèle ci utilise une dalle Samsung, un fabricant qui ne parait pas souffrir de ces problèmes, contrairement à LG.

Le 15" d'entrée de gamme testé précédemment n'avait pas non plus cet effet. Idem pour le 13" Retina testé aussi il y a quelques jours. Mais pour ces deux machines, l'identité du fournisseur de l'écran n'avait pu être obtenue (via une commande de...

Lire la suite

Pages