Fermer le menu
 

Creative Desk monte des hackintosh sur-mesure

| 20/11/2017 19:10 | 61

Peut-être qu'en introduisant des puces ARM dans les Mac, Apple a dans l'idée de porter un coup fatal aux hackintosh. En attendant, ces PC capables de faire rouler macOS gagnent de plus en plus d'adeptes, grâce à une souplesse qu'Apple a bien du mal à offrir ses utilisateurs pro. L'assembleur français Creative Desk se lance sur ce créneau avec des ordinateurs qui peuvent fonctionner sous Windows, Linux, BSD, ou… macOS, donc.

Cliquer pour agrandir

Quatre stations sont proposées, chacune pouvant être personnalisée à loisir. Les Série S (son, mixage), Série G (graphisme, design), Série V (montage vidéo, animation 3D) et Série P (polyvalente) présentent des caractéristiques adaptées à chaque usage, à des prix qui débutent à 1 700 € TTC (jusqu'à 3 000 € et plus pour la Série P).

Si le fabricant assemble le PC avec les composants désirés (il est aussi testé en amont), en revanche il ne fournit pas le système d'exploitation. Pour ce qui concerne macOS, Creative Desk — qui nous certifie ne pas être dans une démarche « anti Apple » — conseille d'acheter un Mac afin d'obtenir une licence légale de l'OS ; ensuite, il revient à l'utilisateur de créer une clé bootable de macOS. Les Série sont compatibles Sierra et High Sierra, avec les pilotes nécessaires préinstallés (en dehors des drivers Nvidia).

En termes de garantie, elle est de deux ans sur les pièces fournies. Et il est toujours possible de changer un composant par la suite pour faire évoluer le matériel.

> Accéder aux commentaires

Écologie et économie : Lisa Jackson met les points sur les iPhone

| 20/11/2017 18:30 | 12

Au gré de deux rapports indépendants favorables, Apple soigne sa communication sur sa responsabilité environnementale. La Pomme est l’exemple à suivre dans l’approvisionnement responsable en minerais provenant de zones de conflit, selon les ONG Enough Project et Amnesty International.

« Nous nous sommes engagés à utiliser 100 % de matériaux recyclés pour fabriquer nos produits ou des matériaux renouvelables, rappelle Lisa Jackson, vice-présidente d’Apple responsable des initiatives environnementales, politiques et sociales, dans un entretien au site News.com.au. Pour autant que je sache, nous sommes la seule entreprise du secteur à viser cet objectif. »

Lisa Jackson. Crédits : News.com.au.

Un objectif louable qui ne doit pas éluder la prise de position d’Apple contre le projet de loi américain sur le droit à la réparation, qui obligerait les constructeurs à fournir des manuels et des pièces détachées aux boutiques de réparation non agréées.

« Réparateur n’est pas vu comme un métier vert, pourtant votre garagiste fait des choses merveilleuses pour l’environnement en maintenant une machine en état de marche », défend le patron du site spécialisé iFixit.

« Soyons très clair, il n’est pas dans les intentions d’Apple de proposer autre chose que des appareils durables qui soient bons pour la planète, qui puissent être recyclés et qui puissent être réutilisés pour faire plus d’appareils. C’est notre objectif ultime », souligne Lisa Jackson.

Mais pouvoir faire réparer son iPhone avec des pièces officielles en dehors du réseau de boutiques Apple, il n’en est toujours pas question. « La question avec un appareil [l’iPhone, ndr] qui devient de plus en plus complexe, c’est qu’est-ce qui est le mieux pour le consommateur ? Les réparations de tierce partie, les réparations non autorisées, ça signifie bien ce que ça veut dire. Nous voulons nous assurer que les réparations sont effectuées correctement », rétorque la vice-président...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Astuce High Sierra : empêcher les touches de lecture de contrôler Safari

| 20/11/2017 14:45 | 9

macOS High Sierra modifie le comportement des touches de lecture sur les claviers conçus par Apple. Désormais, le contrôle de la lecture ne se fait plus seulement dans les logiciels (iTunes par défaut, QuickTime s’il est actif, etc.), mais aussi dans Safari. Si vous avez un onglet avec une vidéo YouTube ouverte, par exemple, c’est cette vidéo qui sera mise en pause ou jouée, même si iTunes est ouvert à l’arrière-plan.

Les touches multimédia du clavier Apple, ici sur un MacBook Pro 13 pouces. (Image kun530 (CC BY-NC 2.0)) Cliquer pour agrandir
Les touches multimédia du clavier Apple, ici sur un MacBook Pro 13 pouces. (Image kun530 (CC BY-NC 2.0)) Cliquer pour agrandir

Ce comportement aligne en fait tous les Mac sur les MacBook Pro équipés d’une Touch Bar, où les contrôles de lecture prenaient déjà en charge le navigateur d’Apple. C’est une uniformisation de la plate-forme bienvenue sur le papier, mais c’est aussi une rupture d’un comportement ancien et les habitudes ont souvent la vie dure…

Si vous préfériez le comportement de Sierra et des versions antérieures de macOS, il existe une solution, mais elle ne vient pas d’Apple. Le constructeur n’a pas choisi d’ajouter une option à High Sierra et peut-être que cela viendra, mais en attendant, vous devrez installer un utilitaire. High Sierra Media Key Enabler empêche le clavier de contrôler la lecture dans le navigateur et restaure de fait son fonctionnement préalable.

L’utilitaire est disponible gratuitement à cette adresse et vous devrez l’ouvrir avec un clic secondaire pour contourner Gatekeeper. Précisons que la version actuelle compte quelques défauts, notamment le fait que les touches suivant et précédent ne fonctionnent pas sur un clavier externe (elles ne posent pas de souci en revanche sur le clavier interne). Son code source est open-source et disponible sur GitHub, si jamais vous voulez l’améliorer.

> Accéder aux commentaires

Apple pousse à l’installation de macOS High Sierra

| 20/11/2017 13:15 | 73

Vous utilisez encore OS X El Capitan ou macOS Sierra ? Il y a quelques semaines, vous avez sans doute reçu une notification vous invitant à passer à macOS High Sierra. Vous allez bientôt recevoir, si ce n’est pas déjà fait, une nouvelle notification du même acabit. Attention toutefois : cette fois, vous pourriez bien installer macOS High Sierra par erreur.

Le programme d’installation de macOS High Sierra.
Le programme d’installation de macOS High Sierra.

« Mise à niveau vers High Sierra, profitez des dernières technologies et améliorations de vos apps » : au premier coup d’œil, cette nouvelle notification est identique à la première. Mais à y regarder de plus près, elle propose des options bien différentes, qui montrent la volonté d’Apple d’accélérer la transition vers macOS High Sierra.

La première notification offrait deux choix bénins : Détails, qui ouvrait la page de macOS High Sierra dans le Mac App Store, et Plus tard, qui repoussait l’apparition de la notification d’une semaine. La nouvelle notification offre deux choix nettement plus directifs : Installer, qui provoque l’installation de macOS High Sierra, et Détails, qui renvoie vers le Mac App Store.

Ce qui explique cette différence ? Ces derniers jours, Apple a déclenché le téléchargement du programme d’installation de macOS High Sierra sur de nombreuses machines. Cela ne devrait pas tout à fait être une surprise : elle avait procédé de la même manière quelques semaines après la sortie de macOS Sierra, et documente clairement cette fonction dans la fiche technique consacrée au téléchargement de macOS High Sierra.

Reste que le téléchargement en arrière-plan peut poser problème aux utilisateurs dont la connexion à internet est faible ou soumise à un quota, et que la prééminence du bouton Installer peut pousser des utilisateurs à installer macOS High Sierra sans vérifier la compatibilité de leurs applications et l’état (voire la présence) de leur sauvegarde. Heureusement, le système ne télécharge pas le programme d’installation si le disque est bien rempli, et le supprime automatiquement si l’espace vient à manquer.

Vous comptez rester sous OS X El Capitan ou macOS Sierra ? Veillez à décocher l’option Télécharger les dernières mises à jour disponibles en tâche de fond de la r...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Comment utiliser Touch ID dans le Terminal (commande sudo)

| 20/11/2017 11:53 | 22

Touch ID est très pratique sur MacBook Pro Touch Bar, mais il arrive parfois que ce soit le mot de passe classique qui soit demandé, ce qui est un peu frustrant quand on a pris l’habitude de poser son doigt sur le capteur d'empreintes dans le coin en haut à droite.

Tout ce qui touche assez profondément au système (préférences de Sécurité et Utilisateurs, Trousseaux d’accès…) nécessite le mot de passe. Ce choix est compréhensible : le mot de passe est plus sécurisé que Touch ID.

Néanmoins, si vous voulez profiter de Touch ID plus largement, Der Flounder livre une astuce pour l’utiliser avec la commande sudo dans le Terminal. sudo permet d’exécuter une commande comme superutilisateur, autrement dit avec tous les droits. Comme c’est une commande superpuissante, elle est à manier avec précaution. On vous déconseille de la bidouiller si vous n’êtes pas sûr de ce que vous faites.

La mise en garde étant faite, ouvrez le Terminal, et commencez par enregistrer le fichier qui gère les autorisations en saisissant la commande suivante :

sudo cp /etc/pam.d/sudo /etc/pam.d/sudo.bak

Saisissez votre mot de passe. Ensuite, entrez cette commande pour modifier les autorisations :

sudo nano /etc/pam.d/sudo

Ajoutez la ligne suivante au début du fichier, et enregistrez :

auth sufficient pam_tid.so

Dorénavant, à chaque fois que vous exécuterez la commande sudo (vous pouvez essayez avec sudo date qui affiche simplement la date), vous pourrez utiliser Touch ID à la place de votre mot de passe pour vous authentifier.

> Accéder aux commentaires

Venez noter iOS 11 et macOS High Sierra

| 20/11/2017 09:50 | 48

C’est un rituel ! Chaque année, quelques semaines après leurs sorties, nous vous demandons d’attribuer une note aux nouveaux systèmes d’exploitation d’Apple.

Vous êtes donc invités à donner une note entre 1 et 10 à iOS 11 ainsi qu’à High Sierra. Nous ferons ensuite une moyenne afin de réaliser des points de comparaisons avec les précédentes versions de macOS et d'iOS.

> Accéder aux commentaires

Dashboard a encore ses fans

| 20/11/2017 08:51 | 21

Utilisez-vous encore Dashboard ? Telle était la question de notre précédent sondage. Alors, on s’attendait à ce que le non l’emporte. La vraie question était de savoir s’il allait l’emporter largement ou non.

Finalement, le système de widgets d’Apple a encore ses supporters. En effet, le non recueille 60 % des voix. À l’inverse, vous êtes 29 % à répondre par la positive. À ce chiffre, il faut ajouter les 11 % qui indiquent avoir troqué Dashboard pour le Centre de notifications.

> Accéder aux commentaires

iMac Pro : un coprocesseur A10 Fusion pour la sécurité et « Dis Siri »

| 18/11/2017 23:19 | 186

L'iMac Pro sera le second Mac à intégrer un coprocesseur ARM. Les MacBook Pro 13 et 15 pouces contiennent la puce T1 qui sert à gérer la Touch Bar et Touch ID ; par bien des aspects, c'est une Apple Watch que le constructeur a inséré au chausse-pied sous le capot de ses portables (lire : La Touch Bar des nouveaux Mac est pratiquement une Apple Watch).

En juin, le bloggueur Pike avait déniché les traces d'une enclave sécurisée pour le futur tout-en-un dans une bêta de macOS ; qui dit enclave sécurisée dit processeur ARM, il fonctionnera donc aux côtés des processeurs Xeon d'Intel.

Crédit FCP.co. Cliquer pour agrandir

Jonathan Levin, auteur des ouvrages « OS X Internals », a mis la main sur une version OTA (over the air) de BridgeOS version 2.0.0, nouveau nom de ce système d'exploitation dérivé de watchOS. On le connaissait sous le sobriquet eOS (pour « embedded OS ») dans le MacBook Pro. Le paquet est, à l'heure actuelle, toujours disponible au téléchargement sur les serveurs d'Apple.

Les révélations contenues dans ce firmware semblent indiquer que le coprocesseur ARM de l'iMac Pro, qui apparait sous la référence Bridge2.1, est une puce A10 Fusion dotée de 512 Mo de RAM (l'iPhone 7 fonctionne avec la même puce). Elle prendrait en charge le démarrage du Mac et traiterait les processus liés à la sécurité. Le boot de l'iMac passerait d'abord par cette puce qui passerait la main à la puce x86 : en quelque sorte, le processeur principal de l'iMac Pro deviendrait l'A10 Fusion, et le coprocesseur celui d'Intel…

Steve Troughton-Smith pense que ce système-sur-puce permettra aussi de convoquer Siri en disant « Dis Siri ». Actuellement, il faut cliquer sur l'icône de l'assistant dans la barre de menus (ou dans le dock). Par ailleurs, le développeur laisse entendre que l'A10 Fusion fonctionnerait en continu… même quand macOS est éteint.

Pas en reste, Guilherme Rambo, le développeur qui a multiplié les découvertes cet été en dépiautant le firmware du HomePod qu'Apple avait laissé fuiter, a ...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Un dock Thunderbolt 3 touche-à-tout chez Promise Technology

| 17/11/2017 22:00 | 22

Promise Technology a ajouté un nouveau dock à son catalogue. Le TD-300 a un petit peu de tout pour tout le monde, avec trois ports USB-A 3.0, deux ports Thunderbolt 3, une sortie HDMI 2.0 et un port Ethernet Gigabit à l'arrière. À l'avant on trouve une sortie jack, un lecteur de cartes SD, et deux ports USB-A supplémentaires.

Cliquer pour agrandir

Le dock fournit une puissance de 60 watts, de quoi recharger un MacBook 12 pouces ou un MacBook Pro 13'', mais ce sera un peu juste pour alimenter un modèle de 15 pouces (87 watts). Le périphérique peut se connecter à deux écrans 4K, ou un moniteur 5K. Promise fournit un câble Thunderbolt 3, le tout pour 249 $.

> Accéder aux commentaires

Apple étend le programme de remplacement des écrans défectueux de MacBook Pro

| 17/11/2017 19:00 | 57

Le revêtement anti-reflets des écrans des MacBook Pro produits entre 2013 et 2015 peut se dégrader de manière précoce, avec des résultats peu esthétiques et qui peuvent surtout provoquer une gêne à l'utilisation. Apple a mis en place un programme de prise en charge gracieux des écrans défectueux en octobre 2015, qui a été reconduit par deux fois — la dernière date de février.

Rebelote aujourd'hui : sur la base d'un document interne, MacRumors indique qu'Apple autorise la prise en charge des MacBook Pro jusqu'à quatre ans après leur date d'achat. Cela concerne les portables de 13 et 15 pouces lancés en 2013, 2014 et 2015 ; en revanche, les modèles de 13 et 15 pouces sortis en 2012 ne sont plus éligibles (ils ont été remplacés en octobre 2013).

Les MacBook Pro 13 pouces et 15 pouces lancés en 2013 bénéficient d'une couverture jusqu'en juillet 2018 ; les modèles sortis en 2014 sont couverts jusqu'en mars 2019 (mai 2019 pour le 15 pouces) ; le MacBook Pro 13 pouces lancé en 2015 est éligible jusqu'en octobre 2020. Le MacBook Pro 15 pouces lancé en 2015 est toujours commercialisé.

Apple a, par le passé, indiqué à MacRumors que ce programme ne serait pas annoncé publiquement ; néanmoins, la réparation des MacBook Pro affectés sera bien effectuée. Il faut contacter le support d'Apple, via l'app Assistance Apple ou encore en passant par le site d'assistance d'Apple.

> Accéder aux commentaires

Un rêve de Mac mini oblong avec une Touch Bar

| 17/11/2017 16:30 | 83

Le Mac mini sera-t-il mis à jour à un moment ou à un autre ? Un peu plus de trois ans après la dernière version, Apple ne semble toujours pas prête à revoir le petit ordinateur qui aurait pourtant bien besoin d'un sérieux ripolinage. Les fans de ce Mac se raccrochent aux dernières déclarations de Phil Schiller qui, au printemps dernier, qualifiait cette machine de « produit important »… sans rien dire de plus (lire : Le Mac mini actuel a trois ans).

Cliquer pour agrandir

Puisqu'il n'est pas interdit de rêver, cette attente insoutenable est l'occasion de fantasmer d'imaginer le futur du Mac mini, qui pourrait prendre une forme très différente si d'aventure Apple voulait bien investir un peu de temps et de ressources. Quitte à faire table rase du passé, l'étudiant en design Louis Berger a imaginé un tout nouveau form factor, qui rappelle les barres de son.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Le "Taptop Computer" se positionne juste au-dessus du clavier pour une bonne raison : il intègre un écran tactile qui fait tout à la fois figure de dock et de Touch Bar, afin d'avoir toujours à disposition ses applications et raccourcis favoris. Les apps Handoff provenant d'un iPhone ou d'un iPad s'y affichent également, comme dans le dock de macOS.

Cliquer pour agrandir

Techniquement parlant, le designer intègre tout le nécessaire : quat...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Google se replace dans Firefox après son intégration à Siri

| 17/11/2017 15:04 | 12

En 2014, Mozilla réduisait sa dépendance financière à Google en remplaçant dans Firefox le moteur de recherche de Mountain View par Yahoo aux États-Unis. Trois ans plus tard, Google redevient le moteur de recherche par défaut du navigateur dans ce pays, mais aussi au Canada, à Hong Kong et à Taiwan.

Vous pouvez changer le moteur de recherche dans les préférences. Cliquer pour agrandir

L’intégration de Yahoo était pourtant prévue pour une durée de cinq ans. Cette durée était présentée comme un avantage par l’évangéliste Tristan Nitot qui travaillait toujours pour Mozilla à l'époque : « [C’est] un contrat plus avantageux que le précédent, y compris en termes de durée, puisqu’il est prévu sur 5 ans au lieu de 3 précédemment. »

« Nous avons exercé notre droit contractuel de mettre un terme à notre accord avec Yahoo en tenant compte de plusieurs facteurs, dont faire ce qu’il y a de mieux pour notre marque, proposer une bonne recherche sur le web et améliorer les contenus », a expliqué cette semaine Denelle Dixon, la responsable des affaires juridiques de Mozilla, à TechCrunch.

C’est le deuxième partenariat majeur conclu par Google cette année. Son moteur de recherche a récemment remplacé Bing dans Siri pour les requêtes sur le web, à l’exception des images. Conséquence : les coûts d’acquisition de trafic de Google sont passés de 2,62 milliards au troisième trimestre 2016, à 3,1 milliards au T3 2017, et ils vont encore augmenter.

> Accéder aux commentaires

Le Visitor Center d'Apple Park ouvre ses portes aux fans et aux curieux [màj]

| 17/11/2017 11:00 | 11

Apple ouvre aujourd'hui au public les portes de son Visitor Center, cet espace de découverte et de vente installé à Apple Park. Ses employés et les riverains du site ont pu y aller cette semaine, après une visite des journalistes en marge du dernier keynote.

crédit ydavidang, en septembre dernier Cliquer pour agrandir

Ce sera une nouvelle étape pour les amateurs de la marque lorsqu'ils visitent la baie de San Francisco. De quoi changer du rond point de 1 Infinite Loop sur le campus historique où il est traditionnel de se faire photographier. Une mezzanine permet de voir l'anneau de loin.

crédit : iTech911 Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
crédit : @mwhuss Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

La maquette peut se voir depuis un iPad ou un iPhone en réalité augmentée avec un habillage photographique des bâtiments et de leurs alentours.

Merci Kévin Cliquer pour agrandir
...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Tesla a présenté le camion (et la voiture) le plus rapide au monde

| 17/11/2017 10:00 | 116

Tesla a tenu une conférence de presse dans la nuit, essentiellement pour présenter… un camion. Le constructeur exclusivement électrique a dévoilé officiellement le Tesla Semi, un semi-remorque électrique qui devrait sortir en 2019. Et Elon Musk avait une petite surprise à la fin, sous la forme de la voiture de série la plus rapide au monde, tout simplement.

Le Tesla Semi est beaucoup plus aérodynamique que la moyenne, ce qui lui donne aussi une bouille étrange. Cliquer pour agrandir
Le Tesla Semi est beaucoup plus aérodynamique que la moyenne, ce qui lui donne aussi une bouille étrange. Cliquer pour agrandir

Le passage à l’électrique et les technologies habituelles chez Tesla apportent plusieurs nouveautés susceptibles d’intéresser les conducteurs et surtout les entreprises de transport. Le Tesla Semi devrait être plus résistant que la moyenne, notamment grâce à ses quatre moteurs électriques (un par roue arrière) qui nécessitent moins d’entretien. La transmission est garantie pour fonctionner pendant un million de miles (environ 1,6 millions de km), alors que c’est un composant fragile sur les camions traditionnels.

Les freins, autre composant qui doit être régulièrement remplacé en temps normal, ne seront presque jamais utilisés, puisque le semi-remorque s’arrêtera en rechargeant sa batterie. Le pare-brise a été renforcé et il est censé être d’un niveau militaire, alors que c’est un autre élément qui doit être changé en moyenne une fois par an, d’après Elon Musk.

La cabine intérieure ressemble davantage à un poste de conduite de train. Le conducteur est en position centrale pour maximiser la place, le confort et la sécurité. À noter que le volant et les deux écrans proviennent de la Model 3. Cliquer pour agrandir
La cabine intérieure ressemble davantage à un poste de conduite de train. Le conducteur est en position centrale pour maximiser la place, le confort et la sécurité. À noter que le volant et les deux écrans proviennent de la Model 3. Cliquer pour agrandir

Pour un camion plus que pour une voiture de loisir, la question du coût est centrale, c’est quasiment la seule qui compte. Tesla a voulu rassurer ses futurs clients, sans donner de prix précis, mais le constructeur affirme que son semi-remorque sera moins cher à exploiter qu’un camion diesel. Il s’agit du prix au kilomètre, donc le prix de l’essence et de l’électricité entre en jeu, ce qui fait largement pencher la balance en faveur du Tesl...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Refurb : l'iPad 2017 à 349 €, MacBook à 1089 € et le plein de MacBook Pro

| 17/11/2017 08:35 | 10

349 € ! C'est le prix demandé par Apple pour son iPad "classique" sur le refurb. Si cette tablette fait moins de bruit médiatiquement parlant que les iPad Pro, cela peut être une excellente tablette pour quiconque disposant d'un iPad dont le poids des années commence à se faire sentir.

Ce terminal commercialisé au printemps dernier, embarque un processeur A9, 32 Go d'espace de stockage, et est disponible en trois coloris.

Apple propose ce même modèle en 128 Go au prix de 429 € et en Wi-Fi + Cellular 32 Go pour 479 €. On attend maintenant avec impatience les iPad Pro 2017. À titre d'informations, les premiers iPad Pro sont vendus à partir de 529 € sur le refurb.

Côté Mac, Apple propose des MacBook à partir de 1089 €. Le premier modèle à 1089 € donc n'est pas très souvent disponible sur l'espace dédié aux produits reconditionnés d'Apple. Cette configuration n'est pas un foudre de guerre, mais à ce prix…

Enfin, comme souvent, on trouve une sélection très importante de MacBook Pro à partir de 1269 €. Au menu

  • des 13” Retina sans Touch Bar à partir de 1269 €
  • des 13” Retina avec Touch Bar à partir de 1489 €
  • des 15” Retina avec Touch Bar à partir de 2379 €

> Accéder aux commentaires

Les camionnettes Apple Maps partent au Portugal, en Croatie et Sardaigne

| 17/11/2017 07:15 | 12

Apple enverra ces prochains jours ses camionnettes pour Apple Maps rouler au Portugal, dans la région de l'Alentejo, ainsi qu'en Croatie et aussi en Sardaigne pour ce qui est de l'Italie. Il s'agit des nouvelles destinations parmi la toute petite poignée qui intéressent Apple.

Elles existent aussi en noir. Celle-ci était à Paris, début juin. Merci Christophe Cliquer pour agrandir

Il est toujours difficile de savoir ce que font ces véhicules au vu des endroits parfois très parcellaires qu'ils visitent dans chacun des pays. Et encore, plusieurs grands pays manquent toujours à l'appel, en Europe comme ailleurs.

Les États-Unis sont les plus couverts et au-delà il y a un bout de l'Irlande (Le Comté de Galway), de la Slovénie (la capitale Ljubljana), un peu de l'Espagne (Madrid, la Province de Barcelone et celle de Biscaye), du Royaume-Uni (Londres, le Pays de Galle et l'Écosse), un peu d'Italie (Rome jusqu'à présent).

S'agissant de la France il y a eu Paris puis soudainement la ville de Besançon qu'Apple continue visiblement de traverser de long en large, et ce depuis la fin septembre.

> Accéder aux commentaires

Six mois après sa nomination, Denise Young Smith quitte son poste de vice-présidente à la diversité

| 16/11/2017 23:22 | 45

Denise Young Smith, vice-présidente en charge de la diversité au sein d'Apple, va quitter son poste d'ici la fin de l'année. Celle qui avait été la directrice des ressources humaines avant d'occuper ce nouveau siège inauguré au mois de mai, va être remplacée par Christie Smith, auparavant cadre chez Deloitte.

TechCrunch a obtenu confirmation de ce changement à la direction d'Apple. Un porte-parole a dit « l'enthousiasme » de l'entreprise de la venue d'un leader comme Christie Smith « pour nous aider à continuer à progresser et devenir un lieu de travail plus ouvert ». Il y a du pain sur la planche, comme le dernier rapport sur la diversité l'a démontré (lire : Diversité chez Apple : du blanc avec des petites touches de couleur ici et là).

Durant sa carrière chez Deloitte (17 ans), la nouvelle recrue s'est occupée de la gestion des équipes, de l'organisation, de la diversité aussi. Elle sera sous les ordres de la vice-présidente « aux gens » (la DRH), Deirdre O'Brien, en place depuis cet été.

Cela faisait un moment que Denise Young Smith cherchait un nouveau défi. Ces derniers mois, Apple était à la recherche de la perle rare pour la remplacer, malgré sa promotion toute récente au poste de VP. Elle va désormais travailler avec des étudiants au sein de Cornell Tech, afin de les sensibiliser aux enjeux de la diversité. En attendant la confirmation officielle, elle fait toujours partie du Leadership d'Apple.

> Accéder aux commentaires

Minerais : Apple « chef de file » du mouvement conflict-free en dépit des critiques

| 16/11/2017 18:20 | 37

Depuis la sortie de l’iPhone X, un mouvement baptisé iPhoneRevolt veut sensibiliser les consommateurs sur les « dérives » du smartphone d’Apple : « exploitation des travailleurs·euses, course à la consommation, évasion fiscale, obsolescence programmée… »

Tribune dans le journal Le Monde signée par des personnalités publiques, manifestations devant des Apple Store et autres collages d’affiches font partie des actions de ce mouvement rassemblant des collectifs variés.

L’une des affiches concerne l’extraction des métaux nécessaires à la fabrication de l’iPhone (et de n’importe quel autre smartphone) : « Les mines à ciel ouvert rendent très rentable l’extraction de certains métaux qui servent dans l’iPhone, mais aussi très polluante pour les sols et les eaux de toute la région. La forte demande de certains minerais alimente aussi des guerres en Afrique. »

Affiche de la campagne iPhoneRevolt. Cliquer pour agrandir

Un rapport qui vient de paraître désigne pourtant Apple comme le « chef de file » du mouvement conflict-free qui vise à mettre en place des chaînes d’approvisionnement responsables dans les zones de conflit. Avec 114 points sur un maximum de 120, Apple ressort largement en tête du classement 2017 des entreprises électroniques et des bijouteries établi par l’ONG Enough Project.

Les entreprises ont été notées selon quatre critères principaux : l’exercice du devoir de diligence pour l’approvisionnement en minerais provenant de zones de conflit et la réalisation de comptes rendus ; la mise en place au Congo d’un commerce de minerais et d’un approvisionnement en minerais qui ne contribuent pas aux conflits ; les actions visant à soutenir et améliorer les moyens de subsistance des communautés minières artisanales de l’est du Congo ; et le plaidoyer en faveur des minerais non liés au conflit.

« Le fait qu’Apple satisfasse régulièrement les critères du classement indique que l’entreprise a déployé des ressources substantielles pour mettre au point des processus d’approvisionnement en minerais auprès de mines qui bénéficient aux communautés congolaises », indique le rapport. Mais s...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Comment installer les extensions Chrome dans Firefox

| 16/11/2017 17:00 | 17

Outre une nouvelle interface et un nouveau moteur, Firefox 57 introduit un nouveau système d’extensions qui marque une grosse rupture. Les extensions « classiques » écrites avec les technologies XUL et XPCOM de Mozilla ne sont plus compatibles avec le navigateur.

La fondation a fait le choix, il y a deux ans de cela, d’adopter une nouvelle solution pas aussi puissante en matière de personnalisation et de fonctionnalités, mais plus sécurisée, plus modulaire… et plus proche de Chrome. Les développeurs doivent maintenant utiliser une API baptisée WebExtensions qui est un décalque de l’architecture des extensions de Chrome.

Si l’on perd des extensions historiques de Firefox (All-in-One Sidebar, DownThemAll!, Classic Theme Restorer…) qui ne seront pas mises à jour vers le nouveau système, on gagne toutes celles de Chrome (et d’Opera qui a la même base)… ou presque. Il y a en effet des incompatibilités connues.

C’est peut-être pour cette raison que Mozilla ne met pas plus en avant la possibilité d’installer des extensions Chrome dans Firefox dès aujourd’hui. C’est pourtant possible, mais avec d’éventuelles lacunes à la clé, donc. Voici comment faire.

Créez un compte Firefox

Vous devez commencer par créer un compte Firefox. Ce compte sert notamment à synchroniser vos données sur tous vos appareils, mais dans le cas qui nous intéresse, il va servir à signer les extensions afin qu’elles puissent s’installer.

Cliquer pour agrandir

Connectez-vous sur Firefox Add-ons

Connectez-vous avec ce compte sur le site Firefox Add-ons. Vous n’avez même pas à activer votre compte Firefox au sein du navigateur (Préférences > Compte Firefox) si la synchronisatio...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Pages