Gurman, Kuo, Young… Qui sont ces fuiteurs qui en savent trop ?

Félix Cattafesta |

Si vous suivez assidûment l'actualité Apple, vous êtes sans doute familier de certains noms comme Mark Gurman, Ross Young ou encore Ming-Chi Kuo. Journaliste ou analyste, ils font la pluie et le beau temps dans l'actualité d'Apple grâce à des prédictions souvent très proches de la réalité. Dans le club des fuiteurs Apple, il y a beaucoup d'appelés et bien peu d'élus.

N'importe qui peut ouvrir un compte Twitter et affirmer que le prochain iPad Pro aura une puce M2. Mais les petits malins qui essaient de faire du buzz à peu de frais sont généralement vite démasqués. Dans ce milieu impitoyable, multiplier les rumeurs ne suffit pas : si rien ne se concrétise derrière, on tombe très rapidement dans la catégorie des charlots.

Une crédibilité se bâtit au fur et à mesure des années et à ce petit jeu, plusieurs fuiteurs affichent une marge d'erreur impressionnante, surtout quand on connait les efforts mis en place par Apple pour garder le secret sur ses nouveautés. Qui sont ces leakers, comment font-ils et pourquoi reprenons-nous leurs prédictions ?

Reprenez le contrôle de vos données personnelles en ligne avec Incogni 📍

Article sponsorisé |

La société de cybersécurité et fournisseur de VPN Surfshark vient d'annoncer son tout nouveau produit de confidentialité conçu pour effacer vos données personnelles auprès de courtiers.

L'outil, appelé Incogni, est en mesure d'identifier et de communiquer avec les courtiers en données du monde entier. On estime qu'il existe actuellement plus de 4 000 sociétés de courtage de données dans le monde : les principaux noms du secteur possèdent des données sur des centaines de millions de consommateurs, certains comptant jusqu'à 1 500 points de données par consommateur.

Car vous ne le savez peut-être pas, mais vos informations personnelles circulent énormément en ligne : ces courtiers en données savent qui vous êtes, où vous vivez, votre état civil, vos habitudes d'achat et plus encore. Le but d'Incogni est donc très simple : contacter régulièrement tous les courtiers afin de supprimer si nécessaire vos informations personnelles de leurs bases de données .

Incogni, cet outil pour reprendre le contrôle de vos données

Incogni est un outil de confidentialité signé Surfshark qui automatise le processus de demande aux courtiers en données de supprimer vos données de leurs annuaires. Normalement, vous devez parcourir le Web pour trouver des courtiers en données avec vos informations personnelles, un à la fois, et leur demander de les supprimer.

Incogni vous aide ainsi à éviter ce processus de suppression, à la fois manuel, fastidieux, long et bien souvent, inefficace. Il utilise un algorithme qui prédit quels courtiers en données sont susceptibles d'avoir vos données, et son équipe d'esprits juridiques accélère l'ensemble du processus afin de le rendre plus efficace.

Le tableau de bord d'Incogni, qui n'est disponible pour l'instant qu'en anglais, vous donne un aperçu de vos demandes de suppression de données, facilitant le suivi. Vous avez accès à certaines informations : combien d'entreprises ont été contactées par Incognito, quels courtiers ont donné suite à la demande de suppression ou encore, quelles demandes de suppression sont toujours en attente.

Au total, près de 146 courtiers sont pris en charge par Incogni. Mais le chiffre ne fait qu'augmenter. L'app recense par exemple AccuData, DecaData, Rich Media, InfoPay, Censia ou encore, Yello.

Une suppression automatique de vos données confidentielles

Le PDG de Surfshark, Vytautas Kaziukonis, a expliqué dans un communiqué de presse comment les courtiers en données sont fréquemment négligés lors des discussions sur la confidentialité des données. « Malgré l'énorme quantité d'informations sensibles qu'ils possèdent, les courtiers en données sont trop rarement évoqués », dit-il. « Essentiellement, ces entreprises collectent des informations telles que les archives publiques, l'activité en ligne et l'historique des achats, agrègent ces données et les revendent ensuite à d'autres entités » ajoute-t-il.

Témoins d'une croissance exponentielle de l'utilisation abusive de la confidentialité des données, Surfshark cherche à donner aux personnes soucieuses de la confidentialité des moyens de surveiller leur présence numérique. Cette étude de Surfshark démontre que 30 des 491 plus grands courtiers en données examinés ont été touchés par des brèches de données par le passé, et ce, une ou plusieurs fois, entraînant la perte moyenne de 125 millions points de données. Ces informations divulguées incluent des noms, des prénoms, des numéros de téléphone, des e-mails et même des numéros de sécurité sociale.

Malgré le fait que de nombreuses sociétés de courtage de données garantissent une option de retrait, contacter manuellement des centaines d'entreprises peut être un processus long et fastidieux. Pour cette raison, Incogni automatise ce processus en gérant les recherches, les demandes de suivi et même les rejets injustifiables pour rendre le processus sans tracas.

Vous pouvez d'ores et déjà essayer Incogni

Les personnes intéressées à reprendre le contrôle de leurs données personnelles auprès des courtiers en données peuvent s'inscrire ici pour s'essayer au service, qui n'existe pour l'instant qu'en anglais.

Lire les commentaires →

Découvrez ces articles du Club iGen maintenant en accès libre

Stéphane Moussie |

Pour occuper vos longues journées d'été et vous faire découvrir notre offre premium, des articles du Club iGen deviennent accessibles à tous ! Ces articles resteront « ouverts » indéfiniment. On espère qu'ils vous donneront envie de vous abonner au Club iGen si ce n'est pas encore le cas.

  • 5 août :
Même à plat, votre iPhone a une petite réserve d

Même à plat, votre iPhone a une petite réserve d'énergie pour vous dépanner

  • 9 août :
À votre service ! Apple Music toujours plus loin dans les oreilles

À votre service ! Apple Music toujours plus loin dans les oreilles

  • 13 août :
À l

À l'heure de l'Apple Watch : une montre en avance sur son temps… mais qui fait du surplace

D'autres articles passeront en accès libre très prochainement.


Si vous êtes déjà abonné, on ne vous oublie pas. Depuis le début de l'été, vous avez eu droit comme d'habitude à de nombreux contenus :

Et ça continue en août avec notre grande sélection d'applications favorites et d'autres articles. Bonnes vacances en notre compagnie !

Le Club iGen, notre formule premium pleine d'avantages 👑

Le Club iGen, c'est :

  • Des dizaines d'articles exclusifs (tests, analyses, séries…) chaque mois
  • Un site web dédié, ClubiGen.fr, sans pub et personnalisable, qui rassemble les contenus de MacGeneration, iGeneration et WatchGeneration
  • Un podcast régulier, Kernel Panic
  • Pas de publicité dans nos apps ni sur nos sites
  • Et depuis peu un serveur Discord pour discuter entre membres et avec l'équipe de MacG

S'abonner au Club iGen, c'est aussi nous soutenir directement, une aide indispensable pour la pérennité de MacGeneration. Trois formules sont disponibles : 4,99 €/mois sans engagement, 45 €/an (soit 3 mois d'économie) ou bien 22,50 €/an pour les faibles revenus.

👉 S'abonner au Club iGen

Lire les commentaires →

Les nouvelles cartes cadeaux Apple sont disponibles chez les revendeurs

Stéphane Moussie |

Fin juin, Apple commercialisait enfin en France et en Suisse ses Apple Gift Cards, des cartes cadeaux valables aussi bien sur ses boutiques de contenus dématérialisés que pour les achats de matériel en Apple Store. Jusque-là, les cartes cadeaux Apple se limitaient aux apps et services numériques.

Depuis ce lancement, les Apple Gift Cards ont rejoint les rayons des revendeurs habituels, où elles ont logiquement remplacé les cartes App Store. À l'instar de l'Apple Store, Amazon et StartSelect permettent de choisir un montant libre entre 10 et 150 € pour une carte envoyée par email. À la Fnac, il n'y a que des bons à montant fixe.

Amazon offre une option de plus que l'Apple Store, à savoir commander une carte cadeau en carton (de 25, 50 ou 100 €) envoyée par courrier. Cela intéressera peut-être les clients voulant offrir la carte à un proche pour un événement spécial.

Il n'y a pas de promotion à l'heure actuelle sur les Apple Gift Cards chez les revendeurs. Il y en avait parfois sur les cartes App Store, mais il faudra voir si la nouvelle nature de ces cartes qui englobent aussi les achats de matériel ne barre pas la route à des réductions.

Lire les commentaires →

Epson accusé d'obsolescence programmée pour ses imprimantes

Mickaël Bazoge |

L'innovation chez les constructeurs d'imprimantes se niche dans les stratagèmes extrêmement élaborés pour pousser les utilisateurs à bout. Encre vendue plus chère que le pétrole, achat obligatoire de cartouches de couleur même pour imprimer des trucs en noir, obsolescence logicielle, DRM dans des cartouches… Les exemples de mauvaises pratiques de leur part sont malheureusement innombrables.

Dernier exemple en date, celui d'Epson. Depuis des années, des utilisateurs ont la mauvaise surprise de voir apparaitre un message d'erreur sur leur imprimante selon lequel « un composant interne est en fin de service ». En l'occurrence, ce composant est très souvent un tampon encreur qui atteint sa capacité maximale de collecte d'excès d'encre.

Au-delà, l'encre en trop risque de déborder, avec comme conséquence de s'étaler sur les pages imprimées, voire d'endommager l'imprimante. Selon Fight to Repair qui accuse Epson d'obsolescence programmée, le souci touche surtout les modèles L360, L130, L220, L310 et L365.

Pour retrouver l'usage du périphérique devenu une brique, une solution est d'utiliser un utilitaire de maintenance (pas disponible sur Mac…), mais ce dernier ne fera que repousser le problème de quelques semaines ou mois en fonction de l'utilisation de l'imprimante. Ensuite, il ne sera plus possible de se servir de cet utilitaire, et l'imprimante redevient inopérante à moins de remplacer les tampons.

Jusqu'à récemment, avant que l'affaire ne tourne au vinaigre sur les réseaux sociaux, le constructeur proposait tout simplement de ne pas faire changer les fameux tampons car « une réparation n'est pas un bon investissement pour les imprimantes à bas coût (…) les autres composants peuvent également être proches de la fin de leur durée de vie utile ».

Qu'à cela ne tienne, on trouve sur YouTube des vidéos « do it yourself » pour récupérer les tampons et les nettoyer. Pour être tout à fait honnête, Epson recommandait à ceux qui voulaient tout de même continuer à utiliser leur imprimante de s'adresser à un réparateur agréé.

Devant la bronca suscitée par cette histoire, le fabricant a revu sa page d'assistance en listant les options disponibles pour le remplacement des tampons encreurs. Il suggère aussi de faire recycler l'imprimante si les options proposées ne conviennent pas : toutes nécessitent d'en passer par un réparateur professionnel, alors que l'opération n'a pas l'air si complexe.

Alors que le droit à la réparation gagne des points (même Apple s'y est mis, c'est dire), c'est encore une notion largement méconnue chez les constructeurs d'imprimantes.

Lire les commentaires →

Visioconférence : Screegle améliore drastiquement ses performances grâce à ScreenCaptureKit

Stéphane Moussie |

Screegle fait partie des toutes premières applications à tirer avantage de ScreenCaptureKit, un nouveau framework proposé par Apple aux développeurs d'applications de capture vidéo et de partage d'écran. Comme promis par Apple, la prise en charge de cette brique logicielle améliore considérablement les performances : le créateur de Screegle a noté une réduction de la consommation du CPU allant de 20 à 50 % en fonction du nombre de fenêtres affichées.

Screegle sert à contrôler finement son partage d'écran lors de sessions de visioconférence. L'application affiche à l'interlocuteur un bureau propre que l'on remplit ensuite de fenêtres sélectionnées manuellement. Elle fait donc un grand usage des capacités de capture vidéo de macOS. La consommation CPU descend maintenant à moins de 1 % pour capturer une fenêtre de 1 280 x 720 pixels à 30 i/s, selon Laurent Denoue. Screegle est en vente à 3,99 € dans le Mac App Store.

Screegle, une application pour mieux gérer ce que vous diffusez en visioconférence

Screegle, une application pour mieux gérer ce que vous diffusez en visioconférence

Pour l'heure, Screegle exploite ScreenCaptureKit en combinaison avec une ancienne fonction de capture vidéo, CGWindowListCreateImage. Une nouvelle version 100 % ScreenCaptureKit sera disponible bientôt. L'application utilise aussi un nouveau framework, CoreMedia Camera Extensions, qui permet de proposer une caméra virtuelle sécurisée dans toutes les applications, y compris celles d'Apple (Safari, FaceTime, QuickTime, etc.).

ScreenCaptureKit vient également d'être implémenté dans OBS Studio, une application très populaire chez les streamers, mais uniquement en bêta pour le moment. On attend impatiemment que les poids lourds de la visio s'emparent du nouveau framework pour améliorer leurs services. Cela devrait arriver un jour ou l'autre, car Zoom, Webex et Microsoft (Teams) ont contribué à sa mise au point.

Lire les commentaires →

Les premiers câbles USB-C 240W disponibles sur Amazon

Mickaël Bazoge |

Pour qu'un MacBook Pro 16 pouces bénéficie de la recharge rapide à 140W, il faut utiliser le câble USB-C/MagSafe en tandem avec l'adaptateur de même puissance fournis par Apple. C'est ce qui permet à l'ordinateur de remplumer 50 % de sa batterie en une trentaine de minutes. Les câbles USB-C/USB-C classiques ne vont pas au-delà des 100W : pour atteindre les 140W, et même bien plus, il faut s'équiper de câbles compatibles avec l'USB-C 2.1.

Cette évolution permet en effet aux câbles de fournir une puissance allant jusqu'à 240W. Les premiers câbles supportant la norme commencent à faire leur apparition sur Amazon. Deux modèles signés Club 3D sont ainsi disponibles : le premier modèle d'1 mètre (CAC-1576) à 34 € est certifié USB 4 Gen3x2 pour un transfert des données de 40 Gbit/s. Le second de 2 mètres de long (‎CAC-1575) à 40 € affiche un débit moins important de 20 Gbit/s (USB 4 Gen2x2, oui c'est un bazar sans nom). Les deux sont capables de fournir jusqu'à 240W de jus.

Club 3D avait présenté un troisième modèle pas encore proposé par Amazon, le CAC 1573, qui est le moins intéressant du lot avec son débit de 480 Mbit/s (USB 2.0). Nous allons tester les câbles disponibles avec un MacBook Pro 16 pouces pour voir ce qu'ils ont dans le ventre.

Les câbles USB-C 2.1 de 240 W pointent le bout de leur connecteur

Les câbles USB-C 2.1 de 240 W pointent le bout de leur connecteur

Lire les commentaires →

Pages