Microsoft s'empare d'Activision Blizzard pour 69 milliards de dollars

Stéphane Moussie |

Microsoft commence l'année avec une acquisition exceptionnelle. Le créateur de la Xbox fait tomber dans son escarcelle Activision-Blizzard pour la coquette somme de 68,7 milliards de dollars. À côté, l'acquisition de Bethesda en 2020 pour 7,5 milliards apparait toute petite, alors qu'il s'agissait déjà d'un séisme à l'époque dans le monde du jeu vidéo.

Activision-Blizzard n'est nul autre que l'un des plus grands éditeurs de jeux, comptant parmi ses franchises Call of Duty, Diablo, Warcraft, Tony Hawk, Overwatch, mais aussi Candy Crush, puisqu'il en faut pour tous les goûts.

Microsoft précise dans son communiqué de presse qu'Activision Blizzard va continuer de fonctionner de manière indépendante. Néanmoins, Phil Spencer, le patron de Microsoft Gaming, compte bien mettre en place des synergies. Ainsi, il promet qu'autant de jeux que possible seront inclus dans le Xbox Game Pass et le PC Game Pass, des offres qui comptent aujourd'hui 25 millions d'abonnés.

Article en cours…

Lire les commentaires →

Le mini-LED se répand dans les moniteurs et les téléviseurs

Stéphane Moussie |

Face à l'OLED, le LCD n'a pas dit son dernier mot. Les dalles LCD sont bien moins flatteuses, mais combinée au nouveau rétroéclairage par mini-LED bien plus avancé, la technologie comble une partie ses lacunes. L'écran de l'iPad Pro 12,9" et celui du MacBook Pro 2021 ont beau être simplement à cristaux liquides, ils ont une luminosité et un contraste comparables à de l'OLED.

Téléviseur Bravia Z9K mini-LED. Image Sony.

Apple n'est pas la seule à suivre la voie du mini-LED, de plus en plus de fabricants choisissent cette technologie qui permet de se rapprocher du rendu si envié de l'OLED à moindre frais. Au CES 2022, Sony a annoncé sa première gamme de téléviseurs mini-LED, les Z9K et X95K, dont le constructeur vante « une plus grande luminosité, une plage dynamique impressionnante, des noirs profonds et des tons moyens extrêmement naturels. »

TCL qui misait déjà fortement sur cette technologie a confirmé son ambition de devenir le numéro 1 dans le domaine d'ici cinq ans. LG, qui produit pourtant une grande partie des dalles OLED à l'industrie, a de son côté renouvelé et étendu sa lignée de téléviseurs mini-LED (appelés « QNED »). Mais LG et Sony n'abandonnent pas l'OLED pour autant. Le duo LCD + mini-LED forme chez chacun une gamme complémentaire et plus accessible.

mini-LED : tout ce qu’il faut savoir sur l’écran Liquid Retina XDR

mini-LED : tout ce qu’il faut savoir sur l’écran Liquid Retina XDR

On voit également le mini-LED arriver progressivement dans les moniteurs externes. Asus, AOC et Acer ont tous lancé l'année dernière au moins un modèle équipé ainsi, et ViewSonic vient de faire de même avec sa gamme Elite. Allant de 27" à 34", les Elite XG272G-2K, XG321UG et XG341C-2K sont des écrans haut de gamme visant en particulier les joueurs avec la prise en charge de plusieurs technologies Nvidia et AMD.

Chez Apple, le prochain produit à adopter le rétroéclairage mini-LED pourrait être le nouvel iMac de 27". Mais tandis que l'iPad Pro 12,9" profite depuis peu de cette technologie, les rumeurs sont vivaces sur un passage futur à l'OLED sur les tablettes.

Lire les commentaires →

Vidéo : l'incontournable FFmpeg passe en version 5.0

Félix Cattafesta |

FFmpeg se met à jour et entre dans sa version 5.0. Ce framework libre est capable de décoder, d'encoder, de transcoder et de lire « à peu près tout ce que les humains et les machines ont créé ». Il est utilisé comme base par de nombreux logiciels, de VLC à Blender en passant par Kodi. Si les développeurs ont surtout fait le ménage pour cette version 5.0 (surnommée « Lorentz »), ils ont également ajouté quelques nouveautés.

FFmpeg 4.0. Si c'est un outil en ligne de commande, de nombreuses apps l’exploitent avec une interface.

Certaines vieilles API passent à la trappe. Dans un billet de blog, Jean-Baptiste Kempf, le président de VideoLAN explique être très prudent par rapport aux abandons et aux suppressions d'API, ce qui permet de laisser le temps aux utilisateurs de tout mettre à jour. Après 4 ans sans aucun retrait, FFmpeg 5.0 y va franco avec plus de 80 suppressions afin d'éviter l'encombrement sur le long terme.

Au niveau des ajouts, on notera que la prise en charge de Vulkan a été grandement améliorée, les paramètres par défaut de l'encodeur AAC ont été modifiés pour améliorer la qualité et de nombreux nouveaux filtres ont été ajoutés. De gros ajouts ont été faits à la prise en charge de VideoToolbox avec le décodage VP9 et ProRes, ainsi que l'encodage ProRes. On voit également apparaître quelques nouveaux décodeurs, dont un speex natif et des décodeurs pour MSN Siren, GEM Image et Apple Graphics (SMC).

Jean-Baptiste Kempf explique que la version 4.4 continuera d'être supportée. Il espère désormais partir sur un nouveau calendrier avec une sortie chaque année et une version LTS (dont le support est assuré pour une période plus longue que la normale) tous les deux ans. La liste complète des changements de cette version 5.0 peut être trouvée sur le site des développeurs.

Lire les commentaires →

Handbrake 1.5 ajoute le corse et abandonne El Capitan et Sierra

Florian Innocente |

La précédente mise à jour importante d'Handbrake (1.4) avait apporté l'adaptation du logiciel d'encodage vidéo aux processeurs M1. Pour la 1.5 sortie il y a quelques jours (passée en 1.5.1 rapidement) il y a eu du tri parmi les versions système prises en charge et une nouvelle langue régionale a été ajoutée : le corse.

Il faudra désormais avoir au minimum macOS 10.13 High Sierra pour continuer d'utiliser Handbrake. Précédemment on pouvait encore tourner avec macOS 10.11 (El Capitan). Ce sont deux générations qui passent à la trappe d'un coup.

Ensuite, les notes de version parlent d'actualisations dans la traduction en français mais elles signalent surtout l'ajout du Corse. L'utilisation de ces nouvelles ressources linguistiques passe par un changement dans les réglages système. Il faut aller dans les préférences de macOS, puis Langue et région et enfin ajouter le corse dans la colonne de gauche. Et un nouvel Handbrake se révèle.

Lire les commentaires →

Les fabuleux économiseurs d'écran de tvOS 15 sur votre Mac avec Aerial 3.0

Mickaël Bazoge |

Les économiseurs d'écran de tvOS sont si hypnotiques qu'il serait bien dommage de les cantonner à l'Apple TV. Aerial, l'application macOS open source développée par Guillaume Louel, permet justement de profiter de ces grandes envolées aériennes, spatiales ou sous-marines sur son Mac ! La version 3.0 est désormais disponible et à télécharger à cette adresse. Aerial est ensuite à configurer dans l'onglet Économiseur d'écran des préférences Bureau et économiseur d'écran.

Cette mise à jour contient les derniers économiseurs de tvOS 15, notamment les très belles séquences au-dessus des majestueux paysages écossais et islandais. Les autres restent évidemment disponibles, y compris celles de tvOS 10 et tvOS 13.

La version 3.0 améliore son interface, il est ainsi possible de sélectionner facilement plusieurs économiseurs à lire à la suite. On peut sélectionner le dossier dans lequel les vidéos seront stockées — y compris un dossier sur le réseau local — et le partager. Pratique lorsque plusieurs utilisateurs sont sur le même réseau, ce d'autant que ces vidéos pèsent lourd.

Autre nouveauté appréciable, les économiseurs peuvent indiquer le nom du morceau à l'écoute ainsi que sa jaquette, qu'il provienne d'Apple Music ou de Spotify. On retrouve les mêmes fonctions de gestion de téléchargement introduites avec la version 2, qui permettent au logiciel de tout gérer en solo ou de donner la main à l'utilisateur.

Par ailleurs, Aerial propose de télécharger des économiseurs supplémentaires réalisés par Joshua Michaels et Hal Bergman. Le tout est gratuit mais il est toujours possible de faire un petit don pour récompenser le bon travail. La version 3.0 du logiciel peut être installée sur un Mac à partir de macOS Sierra (10.12). Le code d'Aerial est disponible sur ce GitHub.

Lire les commentaires →

À votre service ! Apple TV+, du neuf à la télé mais pas trop

Mickaël Bazoge |

L'activité Services représente la deuxième source de revenus d'Apple, derrière l'iPhone mais devant le Mac, l'iPad et tout le reste. De quoi s'y intéresser de plus près et dresser une comparaison avec la concurrence. Que valent les services d'Apple ? Aujourd'hui : Apple TV+.

De tous les services d'Apple basés sur du contenu, Apple TV+ est celui qui a la pente la plus forte à grimper. Le refus de la Pomme, à quelques exceptions près, de se constituer un fond de catalogue empêche en effet Apple TV+ de jouer dans la même cour que ses concurrents.

Un casting plaqué or, mais pour quel résultat ?

En misant uniquement sur les créations originales, Apple TV+ est condamné à multiplier les productions de prestige qui coûtent cher pour un retour sur investissement qui reste encore à déterminer. Bien sûr, il y a quelques pépites qui parviennent à s'inscrire dans l'air du temps, au premier rang desquelles Ted Lasso qu'Apple promeut agressivement. On a aussi beaucoup parlé de The Morning Show, Foundation, Greyhound

SysJoker : un malware pour macOS, Windows et Linux qui opère discrètement depuis des mois

Félix Cattafesta |

Un inquiétant cheval de Troie très discret et multiplateformes vient d'être repéré. Baptisé SysJoker et mis en lumière par la firme de sécurité Intezer, il peut cibler autant Windows, Linux que macOS. Pire encore, celui-ci passait sous les radars des antivirus depuis un bout de temps. Les versions Linux et macOS n'étaient jusqu'à présent pas du tout détectées par des sites comme VirusTotal, qui permettent d'analyser des fichiers en se basant sur un grand nombre de moteurs antivirus.

Image : Intezer.

Intezer suspecte SysJoker de se faire passer pour une mise à jour du système, et estime qu'il aurait été lancé au cours du second semestre 2021. Le malware est écrit en C++ tandis que chaque version est adaptée à l’OS spécifique qu'il cible : le fichier macOS était notamment signé. Il a été découvert pour la première fois lors d'une attaque sur un serveur web Linux « d'une grande institution éducative ». Si les chercheurs n'ont pas réussi à trouver comment le virus se diffuse, il semble que son installation se fasse en forçant la main à l'utilisateur (par exemple en téléchargeant un fichier compromis).

Sur Windows, SysJoker va se cacher dans les dossiers système sous le nom d'un logiciel Intel (igfxCUIService.exe pour Intel Graphics Common User Interface Service) et peut faire en sorte de s'exécuter à chaque démarrage. Il recueille l'adresse MAC, le nom d'utilisateur, le numéro de série et l'adresse IP. Les malandrins peuvent ensuite s'en servir pour lancer des commandes à distance.

Pour les chercheurs, cette découverte est importante pour plusieurs raisons : les malwares multiplateformes de ce type sont rares, et celui-ci a été écrit à partir de zéro. Autrement dit, les gens derrière SysJoker sont des professionnels avec beaucoup de moyens. De plus, les équipes d’Intezer ont pu observer que les pirates se basent sur quatre serveurs de commande et de contrôle distincts. Ils ont pu être témoins de trois changements de serveur pendant leurs analyses, ce qui montre bien que les malfaiteurs sont actifs et surveillent les machines infectées.

Maintenant que SysJoker a été détecté, on devrait le voir arriver dans les moteurs d'antivirus ce qui devrait rendre sa détection à grande échelle beaucoup plus facile. Selon Intezer, le malware a pour objectif l'espionnage, ce qui « pourrait également conduire à une attaque par ransomware ». Il ne viserait cependant que des « cibles spécifiques » et les chercheurs expliquent ne pas l'avoir vu passer à l'attaque pendant leurs analyses.

Lire les commentaires →

Pages