Sortie de veille (2/12) : trop de streaming ou pas assez, et coup d'œil sur l'Apple TV/HomePod dans un univers parallèle

Mickaël Bazoge |

Tous les matins de la semaine, écoutez Sortie de veille, le podcast quotidien du Club iGen ! En plus ou moins dix minutes, on fait le tour de l'actualité de la veille, avec en plus un test, une interview, ou un retour sur une info.

Le paysage du streaming en France s'est enrichi d'un nouveau « + », en l'occurrence il s'agit de Paramount+ qui propose tout un tas de contenus plus ou moins originaux. On revient sur le sujet dans les infos du jour. Et aussi sur les risques que font peser les coupures d'électricité pour les numéros d'appel d'urgence, ainsi que sur le coup de main d'Apple pour la lutte contre le sida.

macOS 13.1 et iOS 16.2 optimisés pour les générations d'images de Stable Diffusion

Mickaël Bazoge |

Les prochaines versions des systèmes d'exploitation d'Apple seront capables de générer des images Stable Diffusion plus rapidement. La quatrième bêta de macOS 13.1, iOS 16.2 et iPadOS 16.2 apportent en effet des optimisations qui permettent au modèle d'apprentissage automatique de fonctionner plus efficacement, en s'appuyant sur le Neural Engine et le circuit graphique des puces Apple Silicon.

Quelques images gérées par Stable Diffusion avec Core ML sur du matériel Apple Silicon.

Le blog de l'équipe Machine Learning d'Apple a annoncé la bonne nouvelle. Il explique qu'un MacBook Air M2 doté de 8 Go de mémoire peut générer 50 itérations d'une image en 18 secondes avec le modèle v2 de Stable Diffusion. Le constructeur a partagé du code sur GitHub pour tirer le meilleur profit de Core ML pour Stable Diffusion sur ses puces maison.

Lancé en août, Stable Diffusion permet de générer des images à partir d'une description textuelle, à l'image de Dall-E par exemple. On peut tester le modèle directement sur le web ou avec l'app Diffusion Bee.

Diffusion Bee permet de générer des images localement avec Stable Diffusion

Diffusion Bee permet de générer des images localement avec Stable Diffusion

Lire les commentaires →

Xcode Cloud : la solution d’intégration et développement continus tant attendue

Florent Morin |

Après une année pour essuyer les plâtres de la version beta, Xcode Cloud est disponible pour tous depuis la fin de l’été. Cette solution d’intégration et de développement en continu (CI/CD dans le jargon) permet de répondre élégamment à un certain nombre de problématiques de développement au sein de l’environnement Apple. Si ces concepts ne vous disent rien, rassurez-vous, nous allons commencer par un rappel rapide du fonctionnement de Xcode et du partage de code entre développeurs par le biais de Git, avant de voir comment Xcode Cloud y trouve sa place.

Xcode : la boîte à outils du développeur Apple

Xcode est l’environnement de développement intégré proposé par Apple pour l’ensemble des développeurs qui travaillent sur ses différentes plateformes. Grâce à lui, vous pourrez concevoir une app pour iOS, macOS, tvOS, watchOS ou même un service web avec un seul et même outil, ce qui est plutôt pratique.

Xcode : la boîte à outils du développeur Apple

Cet environnement propose un ensemble d’outils clés en main. Il y a un éditeur qui permet d’écrire du code, par exemple en Swift avec l’auto-complétion, l’aide intégrée et bien d’autres options bien pratiques. On a aussi une interface dédiée à la mise en place de toutes les autres ressources « hors code » du projet : images, fichiers de configuration et autres. On peut configurer la compilation via une autre interface, la documentation de code est également intégrée. On peut aussi gérer les dépendances avec des composants de code externes via Swift Package Manager, le gestionnaire de paquets maison que nous avions évoqué dans un précédent article.

Swift Package Manager, notre série au complet sur le Club iGen

Swift Package Manager, notre série au complet sur le Club iGen

Et c’est loin d’être fini : on peut tester directement dans Xcode des modèles d’apprentissage automatique (ML). On peut exécuter des tests automatisés et aussi tester les apps sur son iPhone ou sur un simulateur en passant par ce même environnement. Et, en arrière-plan, c’est une multitude d’outils qui sont appelés pour exécuter chaque étape du développement.

En somme, Xcode propose le strict minimum pour concevoir une app iOS de qualité professionnelle dans les meilleures conditions possibles.

La gestion des versions des fichiers avec git

Depuis quelques années, Xcode intègre également le gestionnaire de versions git, un outil indispensable pour tout développeur, surtout en équipe. Git enregistre un historique des modifications de tous les fichiers utilisés dans le projet dans un endroit appelé dépôt. Ce dépôt peut être synchronisés avec un serveur, comme ceux de GitHub, ou rester local.

Git est pratique quand on est seul, puisqu’il permet de ne perdre aucune trace de son travail et également de revenir aisément en arrière. Par exemple, j’ai mon code initial qui fonctionne bien, puis je décide d’améliorer tout ça en modifiant une grosse partie de mon code. Et là, c’est le drame : plus rien ne fonctionne. Cela arrive, mais grâce à git, je pourrai revenir en quelques clics à l’ancienne modification de mon code (appelée « commit ») et également voir ce qui a été modifié entre les deux. Le nouveau commit qui a suivi la réécriture pourra alors être modifié ou annulé selon les besoins.

Le commit : représentation des modifications effectuées sur les fichiers d'un projet pour une étape donnée

Le Mail iCloud a des ratés

Mickaël Bazoge |

Oups, ça coince depuis quelques minutes pour le courriel iCloud. Apple prévient sur la page d'état du système que le Mail iCloud peut être lent ou indisponible pour certains utilisateurs.

Tenez bon, le temps de serrer quelques boulons et ça devrait être bon 🤞.

Lire les commentaires →

Facebook, Spotify, Epic : la coalition informelle des détracteurs de l'App Store accueille Twitter

Mickaël Bazoge |

En balançant tout ce qui lui passait par la tête (parfois à tort et à travers) contre Apple, Elon Musk a rouvert la boîte de Pandore et tous les détracteurs d'Apple se sont de nouveau engouffrés dans la brèche. Tim Sweeney, le patron d'Epic, a rapidement embrayé en retweetant le message du patron de Twitter : il dénonçait la menace que faisait planer Apple d'un retrait de l'App Store (c'était bidon).

Daniel Ek, fondateur et CEO de Spotify, a rappelé dans un fil Twitter le contexte dans lequel s'inscrivait le mouvement contre les pratiques d'Apple. Le service de streaming a porté plainte contre Apple en mars 2019 auprès de la Commission européenne. Le constructeur y a répondu, mais la procédure se poursuit à Bruxelles, tout comme les bisbilles. Dernière en date : les livres audio qui ont provoqué une passe d'armes entre Apple et Spotify.

« Maintes et maintes fois, Apple se donne tous les avantages tout en bridant l'innovation et en nuisant aux consommateurs », écrit-il. « Apple agit dans son propre intérêt, mais elle ne semble pas se soucier de la loi, des tribunaux ou du choix du consommateur ». Au passage, ça n'a pas empêché Spotify de conserver sa place de numéro 1 du streaming.

Interrogé au sujet de l'attaque d'Elon Musk contre Apple, Mark Zuckerberg a également sauté sur l'occasion. « Apple s'est en quelque sorte distinguée en étant la seule entreprise qui essaie de contrôler unilatéralement les applications sur un appareil. Je pense pas que ce soit soutenable », a indiqué le patron de Meta.

Tous ceux qui reprochent la mainmise d'Apple sur l'App Store ont pu se sentir galvanisés par la diatribe d'Elon Musk, qui rejoint leur combat. S'ils peuvent ainsi maintenir la pression sur le constructeur, ils sont en passe de gagner une grosse bataille : le DMA européen va permettre le sideloading en dehors de l'App Store.

Elon Musk essaie d

Elon Musk essaie d'arrondir les angles avec Tim Cook et l'Union européenne 🆕

Lire les commentaires →

LastPass attaqué : des données compromises, mais pas les mots de passe

Pierre Dandumont |

LastPass, un gestionnaire de mot de passe, a annoncé avoir été touché par un incident de sécurité récemment. Ce n'est pas la première fois cette année : en août, la société notifiait avoir détecté une attaque, en indiquant qu'une partie du code et des informations techniques avaient été compromis. Un peu plus tard, quelques détails avaient été fournis : la brèche venait du compte d'un développeur, et l'attaquant avait eu accès aux systèmes internes pendant 4 jours, sans pouvoir atteindre les données des clients ni les mots de passe stockés par ces derniers.

Plus récemment, donc, la société a détecté une activité inhabituelle sur un service de stockage externe, partagé avec GoTo. GoTo est en fait le nouveau nom de LogMeIn, qui avait racheté LastPass en 2015, avant que LastPass reprenne son indépendance en 2021.

Ce second incident est lié au premier, mais cette fois les attaquants ont pu accéder à des données sur les clients. La société n'indique pas les données en question, mais nous pouvons supposer qu'il s'agit des adresses e-mail, ce qui risque d'amener des vagues d'hameçonnage chez ces clients. LastPass rappelle par contre que les mots de passe sont protégés : ils sont chiffrés et la clé nécessaire au déchiffrement n'est pas connue du service, elle ne se trouve que sur les périphériques des utilisateurs.

Bien évidemment, ces annonces sont un coup dur pour l'image de la société et les utilisateurs risquent de prendre peur et se tourner vers d'autres gestionnaires de mot de passe, qui sont parfois gratuits (l'offre de LastPass est limitée à un seul type de périphérique si vous ne payez pas).

Lire les commentaires →

Pages