Les logos d'Apple stylisés comme économiseur d'écran pour le Mac

Stéphane Moussie |

Pour le carton d’invitation du special event du 30 octobre consacré aux nouveaux iPad Pro, MacBook Air et Mac mini, Apple avait joué avec son logo en le déclinant en de nombreuses versions. Un développeur, Pedro Carrasco, les a compilées pour en faire un très joli économiseur d’écran animé. Les différentes pommes se succèdent à l’écran avec l’effet qui leur est propre.

Vous pouvez télécharger gratuitement l’économiseur d’écran sur la page GitHub du développeur. Pour l’installer, faites un clic secondaire dessus puis cliquer sur Ouvrir. Vous pourrez alors le sélectionner dans le panneau Bureau et économiseur d’écran des Préférences Système. Cet économiseur demande OS X Mavericks au minimum.

Lire les commentaires →

Refurb : des Mac portables à partir de 1149 €

Christophe Laporte |

L’arrivée du MacBook Air sur le refurb a eu au moins un mérite. Celui de faire baisser le ticket d’entrée pour acheter un Mac portable avec écran Retina. Le tout premier MacBook Air 2018 est vendu 1149 €. Il s’agit d’une configuration relativement intéressante, si vous n’avez pas de gros besoin de stockage. Il faut mettre 1359 € pour avoir une configuration similaire, mais avec 256 Go de stockage.

Dans cette zone tarifaire, on peut mettre le MacBook Air en concurrence avec le MacBook. En effet, pour 1269 €, vous avez une configuration avec 8 Go de RAM et 256 Go de SSD. Mais avec une telle machine, vous êtes rapidement très limité : un processeur qui ne brille pas par ses performances, un seul port, pas de Thunderbolt 3…

À ce même prix, on trouve également de MacBook Pro 13” sans Touch Bar, mais le refurb propose aujourd’hui dans cette gamme essentiellement des modèles avec Touch Bar à partir de 1699 €. Enfin, on notera qu’Apple propose également des Mac mini 2018 à partir de 759 €.

Pour ceux qui cherchent un iPhone, rappelons que le refurb en propose depuis quelques jours. Au menu notamment :

Lire les commentaires →

Le Razer Game Store n'aura pas tenu un an

Mickaël Bazoge |

Personne ne vous en voudra si vous aviez oublié jusqu’à l’existence même du Razer Game Store, la boutique de jeux du constructeur de PC et d’accessoires gaming. Cette échoppe avait ouvert ses portes — en bêta — en avril dernier. Moins d’un an plus tard, l’entreprise en annonce la fermeture : à compter du 28 février, le magasin ne sera plus accessible.

Les jeux achetés dans la boutique continueront de fonctionner après la date fatidique, mais il faut être certain d’en avoir activé les clés Steam ou Uplay. Dans le même ordre d’idée, les coupons de réduction devront être utilisés avant la fin du mois. Les titres précommandés qui n’auront pas été livrés d’ici la date fatidique seront remboursés. Razer indique aussi que le système de monnaie virtuelle (les Razer Gold) continuera à servir dans le cadre de promotions à venir.

Le catalogue de la boutique comptait plus de 700 jeux Mac que l’on retrouvera sur Steam et ailleurs. Si Razer ne donne pas la raison pour laquelle son magasin ferme ses portes, il ne faut sans doute pas chercher trop loin : se faire une place au soleil sur le marché de la dématérialisation du jeu vidéo n’est pas une sinécure, cela réclame une certaine constance et beaucoup d’investissements.

C’est d’autant plus vrai dans un secteur très concurrentiel. Il y a Steam bien sûr, mais Epic a bien l’intention de tailler des croupières à Valve avec sa propre boutique lancée en décembre dernier.

Lire les commentaires →

Le logiciel de colorimétrie de Spider-Man : New Generation est open-source

Mickaël Bazoge |

Les petits génies de Sony Pictures Imageworks ont décidé de faire un joli cadeau à la communauté : le logiciel de colorimétrie OpenColorIO est disponible en open-source. Cet outil très professionnel est compatible macOS, pour peu que l’on passe par Homebrew (Windows et Linux sont aussi de la fête, tous les détails pour l’installation sont à cette adresse).

Cette version 1.0 d’OpenColorIO, en gestation depuis 2003, est une solution de gestion colorimétrique complète pour les films d’animation et en prises de vue réelles. Le logiciel a notamment œuvré sur Spider-Man 2 (le film de 2004), Alice au Pays des Merveilles (le Tim Burton de 2010), ou encore l’épatant Spider-Man : New Generation sorti en décembre dernier. Les fichiers OpenColorIO sont pris en charge nativement par de nombreux logiciels pro du commerce, comme Nuke, Silouette FX et d’autres.

« Nous voulions rendre OpenColorIO à la communauté qui dépend de lui », explique Michael Ford, vice-président et patron du développement logiciel chez Sony Pictures Imageworks. « Les développeurs et les entreprises qui utilisent le logiciel tous les jours vont guider la feuille de route, à commencer par les fonctions et leur cadence pour une nouvelle version 2.0 ».

La licence d’OpenColorIO a été confiée à l’Academy Software Foundation, qui va désormais animer le développement du logiciel auprès de la communauté (auparavant, Sony donnait l’accès à l’outil via une licence BSD modifiée).

Lire les commentaires →

macOS 10.14.4 : la troisième bêta est disponible

Mickaël Bazoge |

Apple fournit aux développeurs la troisième bêta de macOS 10.14.4. Cette mise à jour comprend plusieurs améliorations en termes de sécurité, en particulier pour Safari qui retire le mode Do Not Track, gère les formulaires avec Touch ID et active le mode sombre des sites web s’il est disponible. On y a aussi repéré un nouvel écran UltraFine 5K.

Lire les commentaires →

Espionnage industriel : les manigances de Huawei pour copier Apple

Mickaël Bazoge |

Une des raisons qui a motivé l’administration Trump à serrer la vis contre la Chine, c’est le vol de technologies pratiqué par les grandes entreprises chinoises auprès des groupes américains. Les États-Unis ont d’ailleurs formellement inculpé Huawei d’espionnage industriel. L’équipementier est au cœur de nouvelles révélations, qui touchent cette fois directement Apple.

The Information rapporte plusieurs anecdotes décrivant les efforts de Huawei pour récupérer le maximum d’informations sur les produits Apple. Il y a par exemple cet entretien d’embauche d’un ex-employé d’Apple, bombardé de questions sur la feuille de route du constructeur californien. « Il était évident qu’ils [Huawei] s’intéressaient davantage à Apple qu’à mon embauche », explique cette personne.

Comme d’autres entreprises, Huawei tenterait également d’extorquer des informations auprès des ouvriers des lignes de production de produits Apple. Ces derniers pouvant difficilement piquer des pièces en raison des mesures de sécurité dans les usines, les corrupteurs leur proposent de dessiner et de décrire les composants qu’ils manipulent.

Huawei a également voulu en savoir plus sur la charnière du MacBook Pro sorti en 2016. Après avoir obtenu les informations désirées, des employés du constructeur chinois se sont rendus chez des sous-traitants pour faire fabriquer cette charnière ; les fournisseurs ont reconnu sur le schéma présenté qu’il s’agissait du même composant qu’Apple, et ils ont refusé de produire la pièce.

Huawei a fini par trouver un sous-traitant conciliant puisque le MateBook Pro présente une charnière très proche de celle du MacBook Pro… Autre exemple, celui d’un ingénieur de l’entreprise qui a envoyé la photo d’un composant à un fournisseur d’Apple, en lui proposant de suggérer un « autre design dont il a l’expérience ». Le fournisseur en question a refusé de collaborer avec Huawei.

En novembre dernier, des ingénieurs de Huawei travaillant sur une montre connectée ont rencontré un sous-traitant qui a conçu le cardiofréquencemètre à l’arrière de l’Apple Watch. La carotte de la réunion était la possibilité d’un gros contrat, mais dans les faits les représentants du constructeur ont surtout essayé de soutirer le maximum d’informations, notamment sur les coûts du composant.

Cet article ne va certainement pas redorer l’image de Huawei aux États-Unis, qui est déjà largement non grata.

Lire les commentaires →

Tweetdeck a désormais besoin d’OS X Yosemite

Mickaël Bazoge |

Oh là là, on n’arrête plus Twitter qui a finalement décidé de donner un nouveau souffle à son client « pro » Tweetdeck. Après plus de trois ans sans mises à jour, l’application a eu droit à une version 3.10 mi-janvier, et depuis c’est un feu roulant de nouveautés — toutes proportions gardées.

La mise à jour 3.11 disponible depuis quelques heures remplace l’ancienne vue web par une version moderne WKWebView. C’est la raison pour laquelle Tweetdeck ne peut désormais fonctionner que sur les Mac équipés de Yosemite (OS X 10.10). Le logiciel revoit également à la baisse l’usage de la mémoire de l’ordinateur, et corrige deux gros soucis. Le premier est lié à la connexion d’un compte Twitter via Teams, l’autre concernait des crashs touchant « beaucoup de monde ». On n’en saura pas plus, mais on prend quand même.

Lire les commentaires →

Pages