Astuce Mojave : utilisez Siri pour contrôler HomeKit

Nicolas Furno |

L’une des nouveautés de macOS Mojave, c’est l’arrivée de l’app Maison, transposée depuis iOS. Grâce à elle, les utilisateurs d’appareils connectés compatibles HomeKit peuvent contrôler leur logement, allumer et éteindre les lumières, régler le chauffage et tout ce que l’app permet sur iOS. L’interface, identique à celle de l’iPad, n’est pas forcément très à son aise sur Mac, mais au moins est-elle familière.

Il y a toutefois une autre solution pour contrôler HomeKit avec son Mac, une solution peut-être plus pratique : vous pouvez utiliser Siri. L’assistant vocal d’Apple a été mis à jour et la version fournie avec macOS Mojave est tout aussi capable de gérer HomeKit que celle intégrée à iOS. Par exemple, vous pouvez lui demander d’éteindre les lumières :

Cet étrange bug de Siri n’a pas disparu, mais l’assistant d’Apple fait ce qu’on lui demande malgré tout.

C’est aussi très pratique pour obtenir rapidement une information, comme la température mesurée par un thermomètre connecté. Avec iOS, il y a d’autres options sans avoir à passer par l’app Maison, tous les accessoires HomeKit sont associés à des apps et vous pouvez obtenir l’information par leur biais. Avec macOS en revanche, il n’y a que l’app Maison, et je trouve Siri plus rapide et plus pratique pour cet usage.

Siri renseigne très rapidement sur la température mesurée par un thermomètre connecté, c’est nettement plus simple que de passer par l’app Maison.

Retrouvez des centaines d’astuces sur macOS et toutes les informations concernant les nouveautés de Mojave dans notre livre Le guide de macOS Mojave. Plus de 700 pages de trucs et astuces pour macOS, pour seulement 9,99 €.

Lire les commentaires →

Des MacBook Pro 2018 sont arrivés sur le refurb français

Florian Innocente |

La dernière génération de MacBook Pro, celle de juillet 2018, commence à arriver sur le refurb français. Une entrée timide puisqu'il n'y a pour le moment… qu'une seule référence, en 13,3".

C'est le deuxième des modèles Touch Bar 2018, avec l'équipement de base et une réduction de 15%/340 € sur le prix du modèle neuf.

  • MacBook Pro 13" Core i5 à 2,3 GHz 8/512 Go (gris sidéral) à 1 909 € (2 249 €)
  • MacBook Pro 13" Core i5 à 2,3 GHz 8/512 Go (argent) à 1 909 € (2 249 €)

Cette génération est dotée de processeurs de la dernière famille en date d'Intel, d'un écran compatible avec l'affichage True Tone, d'une puce T2 et surtout d'un clavier amélioré.

Les MacBook Pro 2018 sont d'abord arrivés sur le refurb américain il y a cinq jours. Au départ il n'y avait qu'une sélection de 13". Ce week-end se sont ajoutées des configurations de 15". Avec de la chance on en aura aussi dans les tout prochains jours.

À noter que des MacBook Pro 2018, 13" et 15" font l'objet d'une vente flash à la Fnac pour encore quelques heures. Il y a un asssortiment de configurations standard et sur mesure avec des remises de 10 %.

Lire les commentaires →

Tim Cook reçu par Emmanuel Macron à l'Élysée le 23 octobre

Stéphane Moussie |

Emmanuel Macron recevra Tim Cook à l’Élysée mardi prochain, le 23 octobre, à 11h30. Ce sera la deuxième rencontre officielle entre le président de la République et le CEO d’Apple.

Il y a un an, les deux hommes avaient discuté durant trois quarts d’heure d’éducation, d’investissement et de fiscalité. Tim Cook avait profité de sa venue en France pour rendre visite à un fournisseur normand et à des éditeurs d’apps parisiens.

Le programme de leur prochain entretien n’est pas encore connu. Le lendemain, le patron d’Apple donnera une conférence au sein du Parlement européen sur la confidentialité.

Lire les commentaires →

Livres : -30 % sur les nouveautés iOS 11 et le guide de High Sierra

Christophe Laporte |

Si vous venez de faire vos mises à jour « 2018 », le guide de macOS Mojave et les nouveautés d’iOS 12 sont d’excellents compagnons pour vous aider à exploiter au maximum vos appareils. De très bonnes lectures pour les vacances !

Si vous restez fidèles à d’anciennes versions système, sachez que nous avons baissé le prix de nos anciens livres : le guide de macOS High Sierra et les nouveautés d’iOS 11 sont désormais respectivement vendus 6,99 € et 4,99 €, soit une réduction de 30 % sur leur prix de vente initial !

Cela vous rappelle des souvenirs ?

Comme nous le faisons aussi chaque année, nous avons rendu gratuits deux anciens livres de notre collection : Les nouveautés d’iOS 8 et les nouveautés d’OS X Yosemite. Des manuels qui peuvent être utiles, si vous donnez par exemple un ancien appareil à quelqu’un qui n’est pas très à l’aise avec l’outil informatique !

Lire les commentaires →

The Big Hack : Tim Cook demande à Bloomberg de se rétracter

Mickaël Bazoge |

La guerre est ouverte entre Apple et Bloomberg. Au début du mois d’octobre, la publication mettait en ligne une enquête concernant des serveurs de Supermicro dans lesquels des espions chinois auraient discrètement installé des puces aux grandes oreilles.

Le site a assuré qu’Apple, et d’autres clients de Supermicro comme Amazon et une trentaine d’autres entreprises, avaient utilisé ces serveurs. Apple aurait prévenu le FBI de la découverte de ces puces (lire : The Big Hack, une porte dérobée matérielle dans les serveurs du monde entier).

Or, aussi bien Apple qu’Amazon ont démenti ces allégations, de manière particulièrement véhémente et à plusieurs reprises en ce qui concerne le constructeur de Cupertino (lire aussi : The Big Hack : appuyée par la Sécurité intérieure, Apple dément invariablement).

La pression sur Bloomberg monte d’un cran ce soir, avec Tim Cook en personne qui demande à la publication de se rétracter. « Il n’y a aucune vérité dans leur histoire à propos d’Apple », assure le CEO du groupe à BuzzFeed. Ce dernier s’est impliqué dans le démenti de l’affaire depuis le début : « J’ai parlé personnellement aux journalistes de Bloomberg, ainsi qu’avec Bruce Sewell qui était notre précédent directeur juridique. Nous avons été très clairs avec eux que rien de tout cela ne s’était passé, et nous avons répondu à leurs questions ».

Tim Cook poursuit : « À chaque fois qu’ils revenaient nous voir pour cette histoire, elle avait changé et à chaque fois nous avons enquêté, sans rien trouver ». Apple a fait les efforts qu’il fallait, comprend-t-on entre les lignes : « Nous avons retourné l’entreprise dans tous les sens. Fouillé dans les e-mails, dans les enregistrements des data-centers, dans les finances, les bordereaux de livraison (…) Nous en sommes arrivés à la même conclusion : ça n’est jamais arrivé. Il n’y a aucune vérité là-dedans ».

Le patron d’Apple pointe du doigt l’absence de preuves et de détails spécifiques dans les documents fournis par Bloomberg. Selon lui, les allégations de la publication ne reposent que sur des affirmations vagues de « seconde main ». De son côté, Bloomberg maintient ses informations et a même ajouté récemment que des ports Ethernet avaient été bidouillés pour écouter aux serveurs.

Lire les commentaires →

Chrome 70 : la fonction Picture in picture pour les vidéos activée par défaut

Mickaël Bazoge |

La version 70 de Chrome active par défaut l’affichage Picture in picture. Comme Safari, le navigateur de Google peut désormais extraire une vidéo pour la placer dans une fenêtre flottante. Une fois dans son coin, l’utilisateur peut positionner la vidéo où il le souhaite, ainsi que l’agrandir et la réduire. Il aura aussi tout loisir de naviguer sur un autre site, sans toutefois fermer l’onglet du site source au risque de voir la vidéo disparaitre.

Notez la présence dans l’onglet du site source une petite icône PiP.

Cette fonction, déjà présente dans Chrome 69 sous forme de bêta, s’active via le petit bouton des options en bas à droite d’une vidéo, ou avec un clic droit sur le fichier (deux clics droit sur une vidéo YouTube).

Attention, cette fonction PiP semble consommer beaucoup de ressources. Parmi les autres nouveautés de Chrome 70, la disparition du caractère obligatoire de la connexion entre les services de Google et le navigateur (lire : Chrome 70 permet d’éviter la connexion forcée au navigateur).

Lire les commentaires →

SFR mettrait à la porte les employés de boutiques qui veulent aider les clients à se désabonner

Mickaël Bazoge |

Chez SFR, les employés ont interdiction d’aider les clients à résilier leur abonnement, sous peine de licenciement. L’information, révélée par Les Jours, s’appuie sur une directive interne à l’opérateur transmise aux employés de SFR Distribution, la filiale de l’entreprise en charge des boutiques.

On y apprend que les conseillers SFR ne doivent « en aucun cas » communiquer les coordonnées du service résiliation au client qui voudrait se désabonner, ni le code RIO, qui permet de passer d’un opérateur à l’autre sans changer de numéro. Les employés des boutiques ne peuvent pas non plus fournir le contact du service clients. Et bien sûr, il leur est interdit de pousser les clients mécontents vers la concurrence.

À la place, SFR recommande aux employés de la branche distribution de convaincre le client de rester (via une nouvelle offre avec « réengagement si possible »), et si vraiment il veut fuir l’opérateur, alors il sera contacté sous 48 heures. D’après les syndicats de SFR, une partie seulement est réellement recontactée. Au risque de voir revenir les clients en colère dans les boutiques.

SFR a perdu beaucoup d’abonnés depuis la reprise en main de l’opérateur au carré rouge par Altice en 2014 : 2,5 millions de clients fixes et mobiles sont passés à la concurrence. Ces procédures qui datent de septembre 2017 ont été mises en place pour lutter contre le « churn », c’est à dire la perte d’abonnés.

Ces méthodes ont manifestement porté leurs fruits : Patrick Drahi, le patron du groupe Altice, s’est récemment réjoui de voir que SFR avait reconquis tous les clients perdus de ces trois dernières années…

Quant aux salariés visés par des sanctions voire des procédures de licenciement, ils ont été épinglés via des « visites mystère » d’autres employés SFR, dans des conditions pour le moins opaques. En novembre dernier, le même Patrick Drahi admettait que l’opérateur ne traitait pas ses clients comme il le faudrait. Ses employés non plus visiblement.

Lire les commentaires →

Pages