Fermer le menu
 

Guadeloupe : NS Evolution forme aux produits et services Apple

| 24/02/2017 22:30 | 0

Un nouveau centre de formation a ouvert ses portes en Guadeloupe il y a quelques mois : NS Evolution. Créé par d’anciens salariés d’Apple Retail, il s’adresse aux particuliers comme aux entreprises, et propose des formations sur le matériel comme sur le logiciel et les services.

La Guadeloupe compte peu d’adresses réservées aux utilisateurs de produits Apple. Ariane est sans doute le plus ancien revendeur de l’ile, qui doit compter avec la concurrence de Mc Village et de Digitlife, tous situés à Baie-Mahault. After+ est le principal — pour ne pas dire le seul — centre de service.

Si la plupart des revendeurs proposent des activités de formation, et que des formateurs venus de métropole ou de Martinique viennent régulièrement prodiguer leurs conseils, l’établissement d’une agence exclusivement dédiée à la formation est une nouveauté. NS Evolution couvre l’ensemble des technologies d’Apple, du débutant à l’expert, mais propose aussi des services de montage vidéo et de création de sites web à destination des entreprises.

> Accéder aux commentaires

Récit d'une grosse migration de Swift 2.3 à Swift 3 avec Firefox iOS

| 24/02/2017 18:22 | 6

Swift 4, qui sera lancé cette année, va soulager les développeurs d’un processus contraignant : la migration. La stabilité du code source récemment annoncée par Apple signifie pour les développeurs qu’ils n’auront pas à modifier le code de leurs apps pour passer de Swift 3 à Swift 4.

Encore faut-il que le projet soit passé à Swift 3. Dans un billet de blog détaillé, Mozilla raconte la migration de Firefox iOS de la version 2.3 à la 3.0. Une opération tout sauf anodine pour un projet qui comptabilise plus de 200 000 lignes de code.

L’outil de migration intégré à Xcode.

Xcode a un outil de migration automatique, mais même s’il est d’une « aide fantastique », il vous laisse au bout du compte avec un projet impossible à compiler et long à démêler, indique l’équipe mobile de la fondation.

Pour passer à Swift 3.0, Mozilla a décidé d’agir plus méthodiquement que lors de sa transition de Swift 1.0 à 2.0, c’est-à-dire en commençant déjà par freezer le code (pas d’ajouts durant le processus).

Notre plan était simple. Avancer étape par étape, en migrant chaque composant séparément et en s’assurant que les tests soient concluants avant de passer au suivant.

Pour cela, Mozilla a identifié clairement les différents composants de son projet et les a cartographiés avec le logiciel Graphviz, ce qui a donné le graphique ci-dessous. L’équipe a ensuite organisé le travail dans la plateforme de développement Bugzilla.

Cliquer pour agrandir

Le premier accroc dans le plan s’est manifesté assez rapidement. Impossible de tester individuellement les composants migrés sans convertir le composant principal au préalable. L’approche choisie n’était pas adaptée au fonctionnement de Xcode.

L’équipe a fait face à un second obstacle quand elle a migré de gros composants, en particulier celui consacré au stockage : « même après tout ce temps, la capacité de Xcode à compiler du code Swift est...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Apple allonge la garantie de remplacement des écrans détériorés de MacBook et MacBook Pro Retina

| 24/02/2017 16:59 | 27

Apple a étendu la durée du programme de réparation pour des MacBook Pro Retina dont le revêtement antireflet de l'écran est frappé d'une détérioration précoce. Ce site en recense plusieurs exemples.

Sont concernés des MacBook et avant eux des MacBook Pro Retina achetés à partir de juin 2012. Le SAV sur ce défaut précis est prolongé jusqu'au 16 octobre 2017 (précédemment c'était la même date mais jusqu'en 2016). Ou bien pendant trois ans à compter de la date d'acquisition (si par exemple vous en avez acheté un tardivement sur le refurb). Cette intervention est gratuite et il convient de contacter l'assistance Apple.

Ce programme n'a pas fait l'objet d'une annonce publique comme d'autres, mais Apple a confirmé l'information auprès de MacRumors. Il avait fallu que des milliers d'utilisateurs lancement une pétition pour qu'enfin Apple se saisisse du problème. De la même manière qu'il avait fallu que des clients bataillent pour obtenir la reconnaissance d'un problème avec les cartes graphiques de portables vendus entre 2011 et 2013.

> Accéder aux commentaires

Forums : des logiciels pour augmenter ou remplacer le Finder

| 24/02/2017 15:00 | 0

Cette semaine est sorti ForkLift 3, un excellent logiciel multifonction servant aussi bien à transférer des données sur un serveur qu’à gérer ses documents en local.

ForkLift 3. Cliquer pour agrandir

ForkLift est même supérieur au Finder par certains aspects : son interface à deux panneaux est très pratique pour comparer deux dossiers et échanger des fichiers entre eux, et l’édition des textes dans la fenêtre de prévisualisation est une excellente idée. Un fil de discussion a été ouvert à son sujet sur notre forum.

Il y a d’autres logiciels qui se proposent d’augmenter ou de remplacer le Finder. C’est le cas de XtraFinder, mais celui-ci n’est pas compatible avec les dernières versions de macOS en raison de nouvelles mesures de sécurité empêchant de modifier des éléments clés du système. Même cas de figure pour TotalFinder (il fonctionne uniquement si l’on désactive SIP). Un utilisateur, hercut, cherche ainsi une alternative. Voici d’autres topics sur le sujet :

> Accéder aux commentaires

Allo, la messagerie oubliée de Google arrivera sur Mac et PC

| 24/02/2017 12:13 | 8

Utilisez-vous beaucoup Allo, la messagerie instantanée de Google ? Oui, non, un peu… voire pas du tout ("Allo" c'est quoi…?) Depuis sa sortie en septembre dernier, Allo n'a pas l'air d'avoir réussi à jouer des coudes pour se faire une place entre WhatsApp, Messenger, Messages et quantité d'autres services du même genre, bien que l'app soit disponible sur iOS [6.0 — Gratuite] ainsi que sur Android.

Face à une abondance de services plus ou moins similaires et pour certains solidement installés, il manquait aussi à Allo la capacité d'être utilisé sur Mac ou PC. Google va réparer cet oubli, l'un de ses responsables a tweeté une première capture d'une version web d'Allo fonctionnant dans Chrome sur macOS. On retrouve l'interface de la version mobile ainsi que l'assistant Google prêt à intervenir dans une discussion pour apporter des informations supplémentaires aux participants.

Cliquer pour agrandir

Vu l'arrivée tardive de Google — et le fait que cette version pour PC n'en est même qu'au début de son développement — on peut se demander si cela aidera de quelque manière. Messenger et WhatsApp pour ne citer qu'eux avaient chacun dépassé le milliard d'utilisateurs quelques mois avant la sortie d'Allo. Sur Google Play, Allo a été téléchargé entre 10 millions et 50 millions d'exemplaires. C'est bien dans l'absolu pour un éditeur d'apps, mais à l''échelle de Google et des enjeux c'est une goutte d'eau.

> Accéder aux commentaires

Il y a 30 ans, lorsque l'interface utilisateur du Mac faisait débat

| 24/02/2017 10:45 | 49

Apple veut que les enfants apprennent à programmer au même titre qu'on leur enseigne à lire et à écrire. Dès lors, la programmation deviendra peut-être la prochaine langue étrangère à maîtriser, au même titre que l'anglais ou le chinois.

C'est un peu comme si l'on était en train de fermer une boucle : au commencement de l'informatique il y avait les programmeurs, une caste réduite mais détentrice d'un savoir complexe, puis sont arrivés les utilisateurs avec les ordinateurs grand public. Maintenant leurs rejetons sont invités à devenir programmeurs à leur tour pour mieux appréhender l'avenir.

Cette nécessité impérieuse, qui n'est pas non plus sans arrière-pensées commerciales, s'exprime chez Apple au travers d'une application comme Swift Playgrounds, par la participation à des initiatives comme l'Heure de Code et prochainement par un programme télé de divertissement.

Cela témoigne du chemin parcouru dans notre rapport aux objets informatiques, et celui des enfants en particulier. On n'en est plus à essayer de leur apprendre à utiliser un ordinateur ou une tablette — ou même à s'efforcer de les sensibiliser à leur emploi. Ce n'est plus la peine, cela se fait tout seul et sans effort. C'est l'exact contraire parfois : on s'efforce de les éloigner de ces écrans.

Il suffit de voir un enfant buter sur l'utilisation d'un écran non tactile pour prendre la mesure du bond réalisé. Dans 10, 15 ou 20 ans peut-être, leurs propres enfants seront probablement interloqués par l'absence de réaction d'un appareil à leurs sommations vocales.

Aujourd'hui aussi, dans n'importe quel foyer (certes relativement aisé), un père ou une mère de famille sont devenus des sortes d'administrateurs système. Il faut gérer l'utilisation des ordinateurs, tablettes et téléphones du foyer, déployer les mises à jour, veiller aux sauvegardes, régler les droits d'accès et recevoir tout l'opprobre familial si le Wi-Fi ne marche plus.

Ce rapport intime, quotidien, aux ordinateurs et à leurs descendants a été rendu possible par l'avènement de l'interface graphique, inventée chez Xerox, mise en musique par Apple et répandue à travers le monde par Microsoft.

Il y a un mois, le Mac fêtait ses 33 ans. Les apports de son interface, évidents et incontestables aujourd'hui, ne coulaient pas de source à son apparition. Dans un billet, Louis Anslow s'est amusé de quelq...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Apple a découvert une faille de sécurité dans les serveurs d'un fournisseur

| 24/02/2017 08:14 | 33

Début 2016, Apple coupait les ponts avec un de ses fournisseurs de serveurs sur fond de problèmes de sécurité. Super Micro Computer, une société américaine qui fait fabriquer ses serveurs aux Pays-Bas, à Taïwan et à San Jose, travaillait depuis des années avec Apple pour garnir ses centres de données. Seulement voilà, les ingénieurs de Cupertino ont repéré une faille dans le firmware livré par Super Micro, selon The Information qui a obtenu un e-mail d’Apple confirmant que « l’environnement de développement interne a été compromis ».

Le centre de données d’Apple à Maiden (Caroline du Nord).

On n’en saura pas plus sur la nature de cette faille, mais aucun vol de données n’a été constaté. Un porte-parole du constructeur a même nié la présence d’un firmware infecté sur des serveurs provenant de Super Micro. La Pomme a néanmoins retourné quelques uns des serveurs achetés auprès de ce fournisseur. « Nous surveillons constamment les attaques sur nos serveurs, et nous travaillons de près avec nos fournisseurs et nous vérifions régulièrement les équipements pour les malwares », explique ce représentant du groupe.

Apple s’appuie, ou s’appuyait, sur les serveurs de Super Micro pour, entre autres, motoriser Topsy, un service maison qui fournit aux utilisateurs les résultats de recherche d’apps sur l’App Store. Ce sont des centaines de machines qui ont été commandées par Apple auprès de ce fournisseur, qui reste malgré tout un “petit” sous-traitant qui représentent tout de même plusieurs dizaines de millions de dollars d’équipement.

Après la découverte de cette faille, Apple a envoyé des ingénieurs et des avocats dans les bureaux de Super Micro afin d’obtenir des informations sur les protocoles de sécurité observés par l’entreprise. Sans révéler aucune donnée sur le problème constaté. Le constructeur californien a fourni le numéro de version du firmware douteux à Super Micro, mais ce numéro n’était pas valide.

Les micrologiciels de Super Micro, accessibles aux clients de l’entreprise depuis un FTP privé, proviennent habituellement de sous-traitants. Dans le cas qui nous intéresse ici, le firmware provenait d’un constructeur de puces réseau. Tau Leng, vice-président en charge de la technologie chez Super Micro, a même demandé à une société de sécurité indépendante de vérifier leurs processus ; le fournisseur a procédé aux améliorations demandées. Mais sans qu’Apple revienne sur sa décision.

Leng explique que seule Apple a rencontré cette faille alors que l’entrepr...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Le premier Apple Store argentin serait prévu pour 2018

| 23/02/2017 23:36 | 4

L’Amérique du Sud est bien mal servie en Apple Store. Seulement deux sont ouverts au Brésil, l’un près de São Paulo, l’autre à Rio de Janeiro. Mais les choses pourraient (un peu) changer l’année prochaine.

Message de Tim Cook pour l’ouverture du deuxième Apple Store brésilien

Selon la version espagnole de Gizmodo, un Apple Store est prévu en Argentine pour 2018. Il ouvrirait dans la capitale Buenos Aires. Des boutiques seraient également en projet au Mexique, au Chili et au Pérou.

> Accéder aux commentaires

Intelligence artificielle : Apple va recruter de nouveaux cerveaux à Seattle

| 23/02/2017 20:45 | 15

Apple prévoit de renforcer ses équipes dédiées à la recherche sur l’intelligence artificielle (IA) basées à Seattle, haut lieu de ce domaine qui prend une importance grandissante dans les produits.

Une fois n’est pas coutume, cette expansion a été annoncée par un cadre d’Apple. « Nous essayons de trouver les meilleures personnes passionnées par l’IA et le machine learning, a déclaré Carlos Guestrin, responsable de ces spécialités chez Apple, à GeekWire. Des personnes enthousiasmées par la recherche et la vision à long terme, mais qui veulent aussi intégrer ces idées dans des produits qui touchent directement les consommateurs. »

Apple emploie 1 200 personnes dans l’État de Washington, un chiffre qui comprend les ingénieurs du centre de recherche de Seattle, des employés d’Apple Store et des développeurs d’un petit centre de Vancouver. Carlos Guestrin ne précise pas combien de personnes planchent sur Siri et les autres technologies d’IA ni combien il veut en recruter, mais il veut faire gonfler ses équipes « rapidement ».

Pour cela, la Pomme tisse des liens étroits avec l’Université de Washington, qui vient d’annoncer un financement de 1 million de dollars de son département d’informatique et ingénierie à la suite de l’acquisition par Apple de la startup Turi… fondée par Carlos Guestrin.

> Accéder aux commentaires

Des cas de rétentions d'image sur des iMac Retina 5K

| 23/02/2017 15:30 | 46

Des possesseurs d’iMac Retina 5K se plaignent de persistances d’image anormales. Dans une fiche technique, Apple précise que ce phénomène d’« images fantômes » est « normal » pour les écrans IPS, mais les témoignages (ici, ou encore ici) font état d’une rémanence particulièrement marquée au point d’en être parfois gênante.

Crédits : mikeofthethomas. Cliquer pour agrandir

Ce phénomène, qui a tendance à s’accentuer avec le temps, touchait déjà certains certains iMac de générations précédentes. Les iMac Retina 4K ne sont a priori pas concernés, mais est-ce parce qu’ils sont plus récents ou parce que leur dalle est vraiment immunisée ? Si vous êtes concerné, faites-en part dans les commentaires.

> Accéder aux commentaires

eGFX Breakaway Box, le boîtier eGPU de Sonnet

| 23/02/2017 14:17 | 8

Les boîtiers Thunderbolt 3 accueillant les cartes graphiques externes pullulent. Sonnet vient d’annoncer le sien en amont du NAB 2017. L’eGFX Breakaway Box est le châssis le mieux refroidi et le plus silencieux du marché, assure son fabricant, grâce un ventilateur intégré dont la vitesse varie en fonction de la température. Le bruit est en effet un désagrément habituel des solutions eGPU lestées de grosses cartes graphiques.

L’eGFX Breakaway Box ne dispose que d’un seul port Thunderbolt 3, quand d’autres en profitent pour servir aussi de hub. Son prix et sa date de lancement seront dévoilés lors du NAB qui se tiendra du 22 au 27 avril.

> Accéder aux commentaires

Firefox teste la lecture différée de pages comme pour les mail

| 23/02/2017 12:00 | 5

Mozilla teste deux fonctions potentiellement intéressantes pour Firefox, l'une pour remettre à plus tard la lecture d'un contenu et l'autre pour signaler des problèmes de rendus de pages.

La fonction Snooze Page permet de différer la lecture d'un contenu, par exemple un lien qu'un copain vous aura envoyé mais que vous n'avez pas le temps de voir en détail dans l'immédiat. Le fonctionnement est identique à celui qui existe aujourd'hui dans nombre de logiciels de mail sur Mac et sur iPhone. On choisit si l'on veut revoir cette page plus tard dans la journée, le lendemain, la semaine suivante (etc) ou bien on définit précisément un jour et une heure.

Le menu de sélection d'une date et d'une heure pour afficher ultérieurement cette page Cliquer pour agrandir

L'onglet se ferme aussitôt et il réapparaîtra automatiquement au moment prévu, avec une icône d'horloge pour rappeler son origine. Le menu de réglage de cette fonction liste également tous les liens mis de côté si d'aventure on avait trouvé le temps d'aller les lire avant l'échéance.

Un onglet surgit automatiquement en arrière-plan à l'heure dite
Le menu pour voir et gérer les liens en attente, les supprimer ou changer les heures programmées

Cette fonction permet aussi de se passer de services comme Instapaper ou Pocket lorsqu'on n'en a pas un besoin important au quotidien. La limitation que l'on voit pour le moment c'est qu'il faut que Firefox soit lancé et une fenêtre déjà ouverte pour que l'onglet de l'article programmé s'ouvre correctement.

L'autre fonction, Pulse, vise à signaler facilement aux développeurs de Firefox les sites ou pages web qui rencontrent des problèmes de rendu. On note le contenu sur une échelle de 5 étoiles et on peut préciser si nécessaire la manière exacte dont se matérialise le dysfonctionnement.

Ces deux prototypes de fonctions appartiennent au programme Test Pilot. Pour les activer, ainsi que les autres, il faut créer un compte (un e-mail suffit) et dans le cas précis de ces deux-là, utiliser un Firefox en langue anglaise. Mozilla travaille toutefois à mieux internationaliser...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Fausses promotions : Amazon et d’autres commerçants en ligne mis à l’amende

| 23/02/2017 11:00 | 51

Une bonne affaire est-elle toujours une bonne affaire ? Pour le consommateur sourcilleux, la méfiance est de mise et elle le sera encore plus depuis que la direction de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis au jour un nombre considérable de promotions bidons sur des sites internet ayant pignon sur rue. Amazon, Vente-privée, Zalando, GrosBill… Les fins limiers de la DGCCRF ont contrôlé pendant plusieurs mois les principaux commerçants en ligne, rapporte Le Parisien - Aujourd’hui en France.

Avec à la clé des pratiques trompeuses sur les promotions. 19 vitrines en ligne ont ainsi été prises la main dans le sac à tricher avec les étiquettes : soldes à des prix identiques qu’avant leur lancement ; des réductions flash qui durent en fait toute l’année ; de gros pourcentages affichés sur des prix de référence… revus à la hausse juste avant le rabais. Bref, il existe bon nombre de manières pour tromper le consommateur avide de bonnes affaires !

La direction générale a donc mis à l’amende ces enseignes à hauteur de 2,4 millions d’euros, dont Amazon qui a versé 1 million d’euros. Le numéro un du commerce en ligne en France fait néanmoins preuve de bonne volonté : après sa condamnation, l’entreprise a mis en place des procédures trimestrielles de vérification du prix de référence de ses fournisseurs. D’autres enseignes, comme H&M, GrosBill, Darel et Netquattro, qui ont été verbalisées à hauteur de 490 000 euros, ont refusé de payer. Les procédures se poursuivent en 2017. Les sites récidivistes peuvent être condamnés à des amendes pouvant aller jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires.

> Accéder aux commentaires

Avec la puce OP1, Google mise aussi sur ARM pour ses ordinateurs

| 23/02/2017 10:22 | 58

Le nouveau Chromebook Plus de Samsung est un des premiers ordinateurs portables sous Chrome OS à faire fonctionner des applications Android. Alors certes, cette prise en charge est encore brinquebalante (lire : Le nouveau Chromebook de Samsung : des défauts, mais prometteur). Mais ce n’est pas le seul atout de cette machine. Il se trouve que sous son capot, on trouve un moteur ARM maison. OP1, le nom de ce système-sur-puce (SoC), est conçu par Rockchip mais c’est bien Google le maitre d’œuvre, d’après la découverte de The Verge.

Cet OP1 reste encore largement mystérieux, et son site dédié ne nous apprend pas grand chose de réellement croustillant, si ce n’est que la puce s’adapte parfaitement à tous les usages — en particulier aux applications et services de Google, évidemment. Le SoC fait fonctionner des apps Android en natif (même si les performances dans la vraie vie ne sont pas encore au top faute d’optimisation de la part des développeurs). Il est aussi censé tirer le meilleur profit du Wi-Fi et optimiser l’usage de la batterie.

Ce qui est particulièrement notable dans cette nouvelle, c’est que Google investit dans le développement de ses propres SoC ; et au vu du nom de la puce, on peut parier sans trop se tromper qu’elle aura des successeurs. C’est un coup de poignard supplémentaire dans le dos d’Intel, qui motorise tout de même le Chromebook Pro du même Samsung (avec un Core m3). Les processeurs x86 du fondeur ont échoué à s’imposer dans les smartphones et les tablettes ; il reste encore quelques efforts à accomplir pour que les puces ARM puissent faire jeu égal avec les processeurs Intel, mais les constructeurs s’en approchent dangereusement.

Apple et ses puces Ax, Microsoft et Windows 10 compatible ARM, et désormais Google montrent que l’écart de puissance n’est plus si important entre les SoC ARM et les puces du groupe de Santa Clara. D’ailleurs, l’A10 de l’iPhone 7 n’a plus grand chose à envier au Core i5 d’un MacBook Air. Et la puce ARM au cœur des MacBook Pro a vocation à étendre ses fonctionnalités au sein de l’ordinateur… jusqu’au jour où elle remplacera complètement les Core d’Intel ?

> Accéder aux commentaires

Apple désapprouve la réouverture de la "guerre des toilettes"

| 23/02/2017 07:38 | 133

Apple est la première entreprise de la high-tech à marquer publiquement et à nouveau son opposition face à l'administration Trump. Après le décret sur l'immigration, c'est la question de l'accès aux toilettes de leur choix par les personnes transgenres qui a fait réagir la Pomme.

Apple a adressé un communiqué à plusieurs médias américains où elle déclare :

Apple estime que tout le monde mérite une chance de s'épanouir dans un environnement exempt de stigmatisation et de discrimination. Nous soutenons les efforts qui conduisent non pas vers moins de tolérance mais davantage, et nous croyons fermement que les étudiants transgenres doivent être traités à égalité. Nous sommes en désaccord avec tout effort visant à limiter ou à annuler leurs droits.

L'administration Obama, il y a un an, dans ce qui avait été surnommé "la guerre des toilettes" avait autorisé les étudiants transgenres à fréquenter les toilettes qu'ils jugeaient correspondre au sexe auquel ils s'identifient, et pas nécessairement au sexe de leur naissance.

Une politique d'ouverture qu'abhorrait la frange la plus conservatrice des républicains. Ce revirement a donné lieu à une passe d'armes feutrée entre le département de la justice dirigé par un conservateur et le département de l'éducation dont la responsable jugeait, grosso modo, que cette question n'était pas de la première urgence. Entre démissionner et manger son chapeau, Betsy DeVos a choisi la seconde option s'est rangée à la position de son collègue Jeff Sessions, soutenu par le président américain.

> Accéder aux commentaires

OmniOutliner 5 Essentials : comme OmniOutliner, en plus simple et moins cher

| 23/02/2017 07:00 | 0

L'actualité d'Omni Group est particulièrement chargée en ce début d'année. L'éditeur, un « historique » sur Mac, a annoncé qu'à terme, tous ses logiciels seront disponibles sous une forme gratuite et limitée, avec des achats intégrés pour débloquer des fonctions supplémentaires. Fin janvier, Omni Group déroulait aussi une feuille de route conséquente, avec une première étape pour OmniOutliner 5 (lire : The Omni Group annonce de gros développements pour 2017).

Le logiciel de création de documents structurés est désormais disponible en preview et, surprise, il se décline en deux versions. Il y a tout d'abord OmniOutliner 5 Pro, qui comprend des outils avancés de filtres, la protection par mot de passe, des raccourcis clavier personnalisables, un mode plein écran amélioré, des thèmes, et d'autres fonctions encore. La licence sera proposée à 59,99 $, c'est 10 $ de plus que la version 4 actuelle vendue sur le Mac App Store. L'éditeur proposera un tarif mise à jour à 29,99 $, ce même si on possède la version 1, ce qui ne nous rajeunit pas.

Cliquer pour agrandir

La surprise du chef ici, c'est OmniOutliner 5 Essentials, également proposée sous la forme d'une bêta publique et qui sera vendu 9,99 $. Pour ce prix, on aura sous les yeux une version allégée du grand frère, ce qui ne veut pas dire pour autant maigre en fonctions. Cette mouture se destine à des utilisateurs qui voudraient structurer des documents simples en mode fenêtré ou plein écran, sans distraction ni flonflons d'interface.

Dix thèmes seront proposés pour accommoder tous les goûts ; on y trouvera aussi des statistiques pour le document. Et si l'on possède une version antérieure d'OmniOutliner, on peut bénéficier d'un tarif "mise à jour" à 4,99 $ seulement. Un des objectifs d'Omni Group ici est de faire connaitre sa solution à un plus grand nombre d'utilisateurs. Par ailleurs, OmniOutliner 5 Essentiels sera aussi disponible sur iOS, avec la synchronisation des documents.

> Accéder aux commentaires

Patcher : un ransomware en Swift pas très futé mais dangereux

| 22/02/2017 22:30 | 42

Comme chacun sait, bien mal acquis ne profite jamais. Les malandrins qui voudraient craquer des logiciels du commerce pourraient rejouer le gag de l'arroseur arrosé si d'aventure ils venaient à télécharger Patcher sur l'internet interlope. Gare, nous dit Marc-Étienne M. Léveillé de WeLiveSecurity : c'est un logiciel malveillant. Pire, c'est un rançongiciel qui prend en otage le contenu du Mac.

Ce petit logiciel qui traîne sur les réseaux torrent se propose de craquer Office 2016 ou encore Adobe Premiere CC 2017, dans une fenêtre innocente comme on le voit ci-dessous. Dans les faits, c'est un malware qui, une fois que l'utilisateur clique sur le bouton Start, va installer un fichier README!.txt dans différents endroits du système et surtout, chiffre tout le reste avec un mot de passe de 25 caractères généré aléatoirement. Les données prises en otage sont stockées dans une archive, tandis que les fichiers "sains" sont supprimés.

À partir de là, Patcher propose deux solutions pour récupérer les données : payer 0,25 bitcoin pour débloquer le contenu dans les 7 jours ; ou payer 0,45 bitcoin pour un déverrouillage dans les 10 minutes. Seul hic : le logiciel (en Swift) a été très mal développé. Quand elle a été fermée, la fenêtre de l'application ne peut plus être rouverte. Surtout, les instructions laissées dans les fichiers README présentent les mêmes adresses Bitcoin et des adresses e-mails identiques quel que soit l'utilisateur.

Résultat : la victime aura beau s'acquitter de la rançon, elle ne pourra pas déverrouiller la protection qui affecte ses fichiers. Il n'y a aucun moyen de récupérer la clé pour déchiffrer les données. Morale de l'histoire, ne téléchargez pas ce type de logiciel… Il n'est certes pas un « chef d'œuvre » comme l'explique le chercheur en sécurité, mais sa dangerosité est d'autant plus importante qu'il est dans l'incapacité de fournir les clés de déchiffrement. Le mieux est de mettre au point une stratégie de sauvegarde de ses données en dur pour pallier ces déconvenues, par exemple avec Time Machine.

> Accéder aux commentaires

La caverne des collectionneurs de Mac

| 22/02/2017 21:30 | 0

Il existe un endroit où l’on discute de jeux sur Macintosh LC, où l’on recherche des accessoires pour Macintosh Plus et où l’on s’échange de vieilles pièces détachées. Cet endroit, c’est le forum Classic Mac, une caverne d’Ali Baba remplie de passionnés et de collectionneurs.

PowerBook 170. Crédits : gpbonneau

Que vous cherchiez de l’aide ou du matériel pour votre ancien Mac, il y a sûrement quelqu’un qui pourra vous renseigner. C’est aussi un espace où l’on parle d’un temps que les moins de 10, 20 ou 30 ans ne peuvent pas connaître — à moins qu’ils lisent ces conversations, justement.

Sur ce topic, les passionnés étalent (parfois avec des photos) leur impressionnante collection de Mac. Un autre fil similaire plus ancien recense aussi les machines amassées. À ce sujet, MacG recherche du « vieux » matériel Apple pour un projet photo.

Apple IIe. Crédits : Erem

Parmi les autres sujets notables, il y a aussi ce tour du propriétaire d’un Apple IIe, un ordinateur qui a pas loin de 35 ans, qui ne demande qu’à être remis en route.

> Accéder aux commentaires

Et si l'Apple Car s'inspirait des produits Apple ?

| 22/02/2017 20:00 | 27

La probabilité de voir Apple lancer sa propre voiture est bien faible depuis la réorganisation en interne du projet Titan (lire : Voiture : Apple réduit la voilure du projet Titan). On parle désormais plus d’un système d’exploitation pour voitures, et pourquoi pas pour des voitures autonomes, un marché sur lequel le constructeur veut se positionner. Ceci étant dit, rien n’empêche les designers de se faire plaisir à imaginer à quoi ressemblerait une hypothétique Applemobile.

ClickMechanic, un réseau de réparateurs automobiles britannique, a couché sur le papier quelques concepts de voitures Apple, chacune inspirée par un produit emblématique du constructeur. L’iCar Macintosh partage un air de famille avec le bon vieux Mac de 1984, lecteur de disquettes compris :

Cliquer pour agrandir

L’iCar G3 est peut-être le concept le plus mignon du lot :

Cliquer pour agrandir

Si vous avez besoin d’un tank en ville, voici l’iCar Power, dont les formes sont bien sûr inspirées du Power Mac G5 :

Cliquer pour agrandir

Plus sportif, l’iCar Air puise ses formes dans celles du MacBook Air :

Cliquer pour agrandir

En mode furtif, voici l’iCar 7 reprenant les lignes de l’iPhone 7 noir de jais. Espérons que la carrosserie de cette voiture soit plus résistante aux rayures que son modèle.

Cliquer pour agrandir

> Accéder aux commentaires

Safari Technology Preview : 24e !

| 22/02/2017 19:15 | 4

On vous présente habituellement comme l'Indiana Jones du Mac ? Vous n'avez pas peur des chausse-trappes du code ? Vous vous riez des dangers de l'informatique ? Alors Apple a ce soir un petit quelque chose pour vous. Oui, comme tous les quinze jours à peu près, voici venir un nouvel aperçu pour la version "canary" de Safari !

Safari Technology Preview en est déjà à sa 24e version et comme à chaque fois, il s'agit d'éprouver toutes sortes de nouveautés qui ne seront pas nécessairement visibles par le commun des mortels — mais puisque vous n'êtes pas de ceux-là, allez donc télécharger cette nouvelle mouture à récupérer à cette adresse.

La précédente édition de Safari TP apportait entre autres le support des gamepads ou encore un meilleur support matériel pour les contenus WebGL. A priori, rien d'aussi excitant dans ce 24e aperçu dont vous trouverez les notes de version ici. À noter toutefois : cet aperçu prend en charge les liens preload dont la fonction est de charger des ressources en priorité. C'est le cas pour Chrome depuis mars dernier (lire : Chrome 50 charge les données importantes en priorité).

> Accéder aux commentaires

Pages