Fermer le menu
 

(Très) haut débit : les meilleurs opérateurs…

| 21/01/2017 11:44 | 57

On parle beaucoup de la guerre de la 4G, mais les opérateurs s’écharpent également sur les hauts débits dans le fixe, notamment avec la fibre optique, qui se démocratise petit à petit. Alors, qui a les meilleurs débits ?

Le baromètre de nPerf [format PDF] portant sur le dernier trimestre 2016 permet de se faire une petite idée de la situation actuelle. Les résultats sont divisés en deux catégories :

  • Haut débit, soit les débits inférieurs à 30 Mb/s. Concrètement, cela englobe l’ADSL et le câble
  • Le très haut débit (autrement dit la fibre ou le cable dans certains cas)

nPerf reprend quasiment la catégorisation de l’ARCEP. Toutefois, pour entrer dans la case très haut débit, elle ajoute un critère supplémentaire : proposer des débits montants égaux ou supérieurs à 2100 kb/s.

Dans le cadre de cette étude, nous nous sommes intéressés spécifiquement à deux éléments : le haut débit et le très haut débit mais uniquement en fibre optique (FFTH).

En ce qui concerne le haut débit, on notera que les débits descendants sont environ de 7 Mb/s en moyenne et en montants de 0,5 MB/s. Ici, SFR est le plus rapide en débit descendant (8,05 Mb/s) alors que Free se montre le plus efficace en débit montant (0,62 Mb/s) et en temps de réponse (58 ms).

Cliquer pour agrandir

Des chiffres qui doivent paraitre bien faibles à tous ceux qui sont gavés de 4G et de fibre optique. Au passage, cela montre également tout l’intérêt de la box 4G de Bouygues pour ceux qui ne sont pas en possibilité d’avoir mieux que de l’ADSL.

Orange : leader de la fibre optique mais…

Ce n’est pas une surprise en soi, mais une confirmation : Orange est le leader incontesté de la fibre optique (FFTH). Sur les 151 224 tests recensés par nPerf, 74,5 % ont été effectués à l’aide d’une connexion fibre Orange. Les autres sociétés se partagent les miettes : 11,9 % pour Free, 7,6 % pour SFR et 5,9 % pour Bouygues.

Qui est le plus rapide ? Il est assez difficile d’apporter une réponse nette et tranchée. Pourquoi ? Parce que SFR et Orange ont décidé de segmenter leurs offres en fonction du débit alors que Bouygues Telecom et Free ont une offre unique.

Résultat, ces deux derniers se hissent en tête des débits descendants avec des résultats très proches : 358 Mb/s pour Bouygues et 356 Mb/s pour Free. SF...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Des offres d'emploi chez Apple, chez un revendeur et un éditeur iOS

| 21/01/2017 10:45 | 0

Deux offres d'emplois pour des profils très différents sont enregistrées dans la section dédiée d'iOccasion. Chez l'Apple Premium Reseller Inter-Actif on embauche pour la boutique de Versailles un(e) conseiller(e) commercial(e) pour la clientèle des différents produits Apple. Il n'y a pas de spécialisation requise sur l'une des plateformes de la Pomme en particulier.

Un(e) développeur iOS est attendu(e) chez Touch And Play pour rejoindre une équipe qui bûche sur des apps destinées au secteur de la restauration (réservation d'une table d'un côté et gestion de la clientèle d'un établissement de l'autre). Il s'agit d'un CDI en région parisienne.

A noter aussi qu'Apple recrute pour son équipe de développement installée en Suisse, à Zurich. Elle cherche un profil costaud en développement logiciel sur Mac et Linux pour travailler sur son infrastructure dédiée au machine learning.

> Accéder aux commentaires

La Touch Bar, une bonne idée pour l'accessibilité dans macOS

| 20/01/2017 17:30 | 19

Que vaut la Touch Bar des nouveaux MacBook Pro lorsqu'on la considère sous l'angle d'un utilisateur handicapé ? Deux clients de cette machine, James Rath et Steven Aquino, atteints chacun d'une déficience visuelle plus ou moins prononcée (et Aquino de difficultés motrices) ont jugé cet ajout extrêmement futé. Mais parce qu'il est accompagné d'une fonction d'accessibilité particulière.

En activant l'option de zoom avec la Touch Bar, macOS affiche au bas de l'écran un double virtuel de la barre physique du portable.

Lorsqu'on glisse son doigt sur la vraie barre, le mouvement est restitué à l'écran avec un affiche agrandi pour en améliorer la visibilité. En activant Voice Over par ailleurs on peut entendre en plus sur quels boutons on passe.

Pour Steven Aquino, qui peut avoir du mal à exécuter les combinaisons de touches qui implique trois doigts, la Touch Bar est également bienvenue puisqu'un tap sur le bouton correspondant à l'action suffit. De la même manière, elle le rapproche de boutons appartenant à l'interface de ses logiciels qu'il devait précédemment chercher péniblement dans l'écran. Il ajoute que cette barre est plus agréable pour lui à utiliser en situation de faible luminosité puisque son éclairage est plus franc, moins atténué par la lumière ambiante.

Il exprime quelques regrets néanmoins face à la disparition du MagSafe. D'une façon plus générale, dans son cas particulier où des gestes de branchements peuvent être laborieux à réaliser, le principe d'un aimant pour fixer une prise est une aubaine. Mais il n'y a rien de tel pour la connectique USB-C.

Autre espoir formulé, qui aura peut-être plus de chances de se concrétiser, l'arrivée dans un futur macOS d'un réglage de police dynamique comme en a iOS depuis quelques années pour forcer partout une taille particulière pour les caractères.

> Accéder aux commentaires

Notebook : une application de prise de notes ludique et multiplateformes

| 20/01/2017 16:19 | 13

Dans le secteur des logiciels de prise de notes, la concurrence fait rage. Après quelques faux pas, Evernote a perdu de son attrait, ouvrant un espace à une concurrence affûtée. C’est le cas de Notebook, une application désormais disponible sur toutes les plateformes Apple après un lancement sur iOS en mai dernier. Pour un fonctionnement optimal et synchronisé entre tous ses appareils, il faudra donc télécharger la version macOS toute neuve, et la mouture mobile compatible iPhone, iPad, Apple Watch et Messages.

Notebook est un logiciel simple à prendre en main, et qui offre une large palette de possibilités. Après avoir créé un carnet (et illustré sa couverture), on peut le remplir avec quatre types de documents : une note texte, un enregistrement audio, un diaporama photos, ou une liste de tâches. Il est bien sûr possible de créer autant de notes que nécessaire, les regrouper, les éditer, modifier une image ou la couleur de fond…

Cliquer pour agrandir

Chaque note peut être protégée d’un mot de passe. Et un historique des modifications est disponible, pour chaque note. L’application macOS fait un grand usage des gestes, mais un fonctionnement plus classique à la souris reste évidemment possible.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Un changement appliqué sur un appareil sera synchronisé dans tous les appareils connectés au même compte (à créer).

Cliquer pour agrandir
...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Astuce : modifier les corrections automatiques de macOS

| 20/01/2017 10:40 | 20

Comme sur iOS, macOS est capable de corriger automatiquement ce que vous écrivez. Et comme sur iOS, vous pouvez mémoriser des mots qui ne sont pas dans le dictionnaire pour éviter les autocorrections surprises. Pour ajouter un mot au dictionnaire personnel, effectuez un clic secondaire sur le terme en question et choisissez l’option Mémoriser l’orthographe.

Ajout d’un mot au dictionnaire personnel de macOS en passant par l’interface. Cliquer pour agrandir

En cas d’erreur, vous pouvez effectuer à nouveau un clic secondaire sur le mot et choisir cette fois l’option Oublier l’orthographe. Il existe une autre solution pour lister tous les mots que vous avez manuellement ajoutés et éventuellement modifier cette liste, soit pour supprimer un ajout effectué par erreur, soit pour en ajouter plus rapidement.

Ce fichier est situé dans votre bibliothèque qui est masquée par défaut. Vous pouvez y accéder en passant par le menu Aller du Finder tout en maintenant la touche enclenchée, ou en passant par le terminal et saisir cette commande :

open ~/Library/Spelling/LocalDictionary

Comme il s’agit d’un fichier texte, il devrait s’ouvrir dans l’éditeur de texte par défaut sur votre Mac. Si vous n’avez pas modifié ce paramètre, ce sera TextEdit. Vous verrez alors la liste composée très simplement d’un mot mémorisé par ligne. Libre à vous de supprimer une ligne ou d’ajouter des mots en respectant la même logique. Enregistrez le fichier et rouvrez votre session pour que les changements soient effectifs.

Tous les mots mémorisés sont stockés dans un fichier texte. Cliquer pour agrandir

Ajoutons que vous pouvez désactiver complètement la correction automatique de macOS dans les Préférences Système. Ouvrez le panneau Clavier, puis l’onglet Texte et décochez la case Corriger l’orthographe automatiquement.

Ce dictionnaire personnel existe aussi sur iOS. Mais malheureusement, faute de terminal ou d’accès aux fichiers, vous ne pourrez pas modifier cette liste facilement. La seule option proposée par Apple est de supprimer complètement la liste pour repartir à zéro. Dans les Réglages, ouvrez la section Général, puis Réinitialiser et choisissez Réinitialiser le dictionnaire clavier.

...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Promos : ampoule Hue à 26,5 € et clé USB Wi-FI 802.11ac à 15,2 €

| 20/01/2017 09:55 | 9

Si vous voulez compléter votre collection de Philips Hue, sachez qu’Amazon en propose à des prix réduits aujourd’hui. On trouve :

  • des Ampoules Hue White Balance E27 à 26,5 € (au lieu de 35 €)
  • des Ampoules Hue White and Color E27 à 45,90 € (au lieu de 59,95 €)

Pour ceux qui veulent s’y mettre, Amazon propose également à la vente son kit de démarrage comprenant 3 ampoules Hue White and Color et son pont de connexion de troisième génération compatible HomeKit au prix de 149,90 € (soit une réduction de 50 €).

Sur Amazon, on trouve également une clé USB Wi-FI 802.11ac compatible Mac et PC au prix de 15,19 €. Le prix est intéressant, mais reste à voir la qualité des pilotes. Avec ce genre de produits, c’est souvent aléatoire. D’ailleurs, la fiche technique indique une compatibilité pour les versions de macOS allant de 10.4 à 10.10. A noter que l’on trouve également un modèle similaire à 23 €, mais qui est davantage pensé pour les ordinateurs de bureau. Le module Wi-Fi se relie à l’ordinateur à l’aide d’un câble. Il dispose de grandes antennes qui doit lui permettre de mieux capter.

> Accéder aux commentaires

Les autorités américaines innocentent l’autopilote de Tesla

| 20/01/2017 09:43 | 28

Suite au premier accident mortel qui a impliqué une Tesla en conduite autonome en juillet dernier, les autorités américaines avaient ouvert une enquête pour déterminer si l’autopilote était en cause. Cet accident avait écorné l’image de cette fonction conçue au départ pour améliorer la sécurité et qui avait été largement critiquée, notamment par Consumer Reports. L’équivalent américain de Que Choisir demandait alors à Tesla de désactiver l’autopilote en attendant de l’améliorer.

La NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) vient de rendre les conclusions de son enquête et l’autopilote est complètement innocenté. Mieux, l’administration a analysé les statistiques fournies par Tesla et conclu comme le constructeur que cette fonction évite effectivement les accidents. Et pas qu’un peu : une Model S conduite par son ordinateur a 40 % de risque en moins de connaître un accident.

Quand l’autopilote est activé, le nombre d’accidents diminue environ de 40 %. Cliquer pour agrandir

Tesla n’avait pas attendu ces conclusions pour améliorer son autopilote et la version 8.0 sortie à l’automne exploite davantage le radar, précisément pour éviter l’accident mortel. Rappelons que l’ordinateur de la Model S n’avait pas repéré un camion placé au travers d’une autoroute. Le radar présent sur toutes les Tesla n’aurait pas fait cette erreur.

Par ailleurs, les modèles qui sortent actuellement des usines de Tesla intègrent des capteurs encore plus précis. Ce sont ces voitures qui doivent atteindre l’autonomie complète et Elon Musk a promis une démonstration à la fin de l’année.

> Accéder aux commentaires

Mandat d'arrêt rejeté pour l'héritier de l'empire Samsung

| 19/01/2017 22:08 | 20

Lee Jae-yong, héritier de l'empire Samsung ne dormira pas en prison. La demande de mandat d'arrêt délivrée lundi par le procureur sud-coréen chargé de l'enquête sur le trafic d'influence opéré jusqu'au sommet de l'État, a été rejetée par la justice.

Lee Jae-yon à sa sortie d'un centre de détention près de Séoul

L'enquête va se poursuivre, mais pour le patron opérationnel de Samsung et petit-fils du fondateur du groupe, c'est un répit appréciable. Le juge qui a statué sur cette demande a considéré qu'après examen du « contenu et du déroulement de l'enquête… Il [était] difficile au stade actuel de reconnaître la nécessité et l'importance d'une arrestation. » du fils héritier. Ce dernier avait été temporairement retenu en détention ce mercredi pendant 14h, dans l'attente de ce jugement.

> Accéder aux commentaires

Apple distribue ses ressources d'interface iOS 10 pour les designers

| 19/01/2017 21:37 | 7

Tout vient à point pour qui sait attendre. Les designers d'apps iOS trouveront sur le portail développeurs d'Apple des ressources actualisées pour tester et préparer les interfaces de leurs logiciels (en plus de tutoriels en vidéo). Ces éléments et modèles types, utilisés par Apple pour ses apps et comme guides des bonnes pratiques en matière d'interface pour iOS 10, sont proposés simultanément au format Photoshop et Sketch.

> Accéder aux commentaires

Underpass, une messagerie P2P confidentielle et minimaliste

| 19/01/2017 20:00 | 9

Underpass [1.0.0 – US – 0,99 € – OS X 10.11 – Jeff Johnson] est un nouveau venu sur le marché des messageries instantanées chiffrées. Quel intérêt par rapport à iMessage, WhatsApp ou Signal ? Underpass pousse la confidentialité jusqu’au bout en ne se reposant pas sur des serveurs externes.

Les conversations, chiffrées en AES 128-bit, sont de pair à pair. Pas d’adresse email ou numéro de téléphone à fournir, la connexion se fait de la manière la plus basique qui soit, c’est-à-dire en utilisant l’adresse IP.

Sur le réseau local, Underpass affiche automatiquement les autres ordinateurs équipés de l’application grâce au protocole Bonjour. Par contre, si l’on veut communiquer avec quelqu’un à distance, il faudra s’échanger les adresses IP et le mot de passe de la conversation au préalable. Au vu de cette contrainte, on ne se mettra pas à bavarder du jour au lendemain avec tout son carnet d’adresses via Underpass. L’application est plutôt destinée aux discussions privées épisodiques.

L’absence d’historique (pour le moment), de conversations à plusieurs et la façon dont sont gérées les pièces jointes (il faut que le destinataire les ait téléchargées pour recevoir les messages suivants) sont d’autres limitations importantes.

Pour ceux qui voudraient s’assurer de sa confidentialité, l’application n’est pas open source et son développeur ne prévoit pas de publier son code. Elle ne vient pas d’un inconnu toutefois, puisque c’est Jeff Johnson, qui officie aujourd’hui chez Rogue Amoeba et à qui l’on doit d’autres logiciels connus (Knox, Vienna), qui est derrière. Une version iOS est prévue.

> Accéder aux commentaires

Dell est très content des ventes de ses portables Linux

| 19/01/2017 16:40 | 45

2017 sera l’année de Linux. Comme 2016 devait l’être, et 2015 encore avant… Cette affirmation est devenue une blague que l’on se transmet de génération d’informaticiens en génération de geeks, mais en cette nouvelle année elle pourrait bien finalement devenir vraie. Ou pas. En tout cas, Dell est particulièrement content d’avoir vendu, sur les quatre dernières années, des « dizaines de millions de dollars » d’ordinateurs équipés de Linux, à partir d’un investissement initial de « 40 000 $ » !

Le Dell Precision 3520 peut être vendu avec Ubuntu à la place de Windows 10.

Ces déclarations de Barton George, “Senior Architect” chez Dell, ne sont certes pas très précises, mais elles feront sans aucun doute chaud au cœur de tous ceux qui continuent à miser sur Linux. L’assembleur texan distribue une gamme d’ordinateurs portables milieu et haut de gamme sous Ubuntu, qui se destinent à une clientèle de développeurs. Avec un certain succès, si on comprend bien !

Dell ne donnera pas de chiffres de ventes, ni d’idée sur les volumes écoulés, mais cette activité rapporte suffisamment d’argent pour que l’entreprise continue de s’y investir. Ce marché de niche ne rapporte peut-être pas grand chose, mais il est « extrêmement influent », explique le dirigeant. Le groupe avait même envisagé un temps de distribuer des modèles chez des revendeurs ayant pignon sur rue, avant d’abandonner cette idée. Point trop n’en faut…

Si on trouve au catalogue du constructeur des serveurs certifiés pour toutes sortes de distributions Linux, il n’est pas question d’en faire autant pour les ordinateurs destinés à un plus large public. « Nous n’avons pas en projet de prendre en charge d’autres distributions dans nos produits », explique George. Il est toutefois évidemment possible d’installer soi-même une autre distribution Linux sur un portable Ubuntu Dell.

> Accéder aux commentaires

Promo : 40% de rabais sur Scrivener

| 19/01/2017 16:25 | 2

Pour fêter ses dix ans, Scrivener offre un solide rabais de 40% sur le prix des versions macOS et iOS (et Windows). Sur le Mac App Store, le logiciel passe de 44,99 € à 26,99 € ; sur iOS, l’application — sortie en juillet dernier — est maintenant à 11,99 € (au lieu de 19,99 €).

Scrivener sur iPad.

Scrivener est bien plus qu’un logiciel de traitement de texte : c’est un outil complet dédié aux romanciers, aux essayistes, et à tous les utilisateurs qui ont besoin de préparer, créer et éditer des textes longs.

> Accéder aux commentaires

Backblaze lance une offre de sauvegarde adaptée aux entreprises

| 19/01/2017 13:00 | 10

Backblaze, le service de stockage dans le nuage illimité pour 5 $/mois ou 50 $/an, lance une offre adaptée aux entreprises. La formule de base ne change pas, il s’agit toujours d’une sauvegarde illimitée au même prix pour chaque ordinateur, la nouveauté porte sur la possibilité de créer des groupes d’utilisateurs contrôlés par un administrateur. Celui-ci peut vérifier l’état de la sauvegarde pour chacun et les droits d’accès.

En fait, la formule n’est pas réservée aux entreprises, elle peut aussi convenir aux familles ou aux équipes en général. L’offre permet aussi de sauvegarder des serveurs et des NAS pour 5 $/mois par To.

La restauration se fait soit en téléchargeant les données depuis les serveurs de Backblaze, soit en recevant un support de stockage externe (99 $ pour une clé USB jusqu’à 128 Go ou 189 $ pour un disque dur externe jusqu’à 4 To) qu’on peut renvoyer pour ne pas avoir à le payer.

> Accéder aux commentaires

Pourquoi et comment utiliser un écran 4K sur Mac ?

| 19/01/2017 12:00 | 54

Les écrans externes 4K deviennent la norme dans le salon comme sur le bureau. Ils ne sont plus aussi chers qu’avant, vous en trouverez désormais à partir de 350 €. De quoi acheter un modèle 4K à la place d’un écran de définition standard, d’autant que tous les Mac récents sont capables de gérer cette définition.

Un Dell UltraSharp UP3216Q, un moniteur 32 pouces et 4K, relié ici à un Hackintosh.

Pourquoi opter pour un écran 4K plutôt qu’un modèle standard ? Comment la définition est gérée par macOS ? On fait le point !

Qu’est-ce que la 4K ?

Pour commencer, il n’est peut-être pas inutile de rappeler ce qu’est la 4K. Derrière ce nom, une définition d’écran qui est en général 3 840 x 2 160 pixels. C’est quatre fois plus que le 1080p (1 920 x 1 080 pixels) : deux fois en hauteur et deux fois en largeur. Pour le dire autrement, vous pouvez placer quatre écrans Full HD dans un écran 4K.

Cette définition issue du monde de la télévision est la plus fréquente quand on parle de 4K en informatique, mais ce n’est pas exactement le standard du cinéma. La DCI 4K utilisée par les caméras professionnelles et les salles de cinéma repose sur une définition de 4 096 × 2 160 pixels. L’écrasante majorité des constructeurs d’écran se contentent de la définition « 4K Ultra HD », soit 3 840 x 2 160 pixels.

L’UltraFine 4K de 21,5 pouces conçu par LG en partenariat avec Apple a une définition originale de 4 096 x 2 304 pixels. Toujours chez LG, on trouve aussi un écran 31 pouces DCI 4K (4 096 x 2 160 pixels, donc) vendu autour de 1 000 €. Et pour les professionnels, Eizo commercialise un modèle de la même taille dans cette définition à plus de 4 500 €.

Néanmoins, ce sont des exceptions plutôt que la règle en la matière. À l’usage, les pixels supplémentaires ne justifient sans doute pas le coût supérieur et ces écrans DCI 4K sont très rares, contrairement aux modèles Ultra HD.

Pourquoi la 4K ?

Les télévisions 4K promettent une meilleure qualité d’image en affichant quatre fois plus de pixels. L’image est plus fine et les détails sont mieux définis, ce qui est aussi le cas pour un écran d’ordinateur. En informatique, la netteté des traits et des polices est un élément essentiel pour le confort d’utilisation.

À taille d’écran égale, les pixels sont quatre fois plus petits...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

HyperDock fait son retour pour Sierra

| 19/01/2017 10:45 | 22

HyperDock [1.7 / Démo – Français – 9,99 € – OS X 10.9 – Christian Baumgart] est de retour ! Si ce nom vous rappelle quelque chose, c’est peut-être parce que vous l’avez découvert à sa sortie, quand il améliorait le Dock de Snow Leopard. Depuis sa sortie, il n’avait pas vraiment évolué et il ne fonctionnait plus avec les dernières versions de macOS. Son développement n’avait pas été abandonné toutefois, la preuve avec cette première mise à jour depuis 2014.

HyperDock en action, ici pour afficher deux fenêtres Safari. L’interface a été légèrement modernisée pour l’occasion. Cliquer pour agrandir

Si vous ne connaissez pas cet utilitaire, HyperDock permet de visualiser les fenêtres ouvertes pour chaque application en passant le curseur de la souris sur son icône. Vous aurez un aperçu de chaque fenêtre et la possibilité d’en afficher une au premier plan en cliquant dessus. Il y a aussi quelques cas particuliers, notamment un contrôleur de lecture pour iTunes et l’affichage des prochains rendez-vous pour le Calendrier.

HyperDock ajoute aussi quelques fonctions pour gérer les fenêtres (plein écran en les glissant en haut, moitiés à gauche et à droite) et des raccourcis clavier que macOS ne propose pas. L’ensemble est proposé pour 10 € sur le Mac App Store ou environ 8 € sur le site de l’éditeur.

Dans les deux cas, l’interface est traduite en français et OS X 10.9 est nécessaire au minimum. La version de démonstration proposée sur le site permet de tester l’utilitaire gratuitement pendant deux semaines.

> Accéder aux commentaires

Développeurs : Twitter a vendu Crashlytics à Google

| 19/01/2017 10:15 | 8

Twitter vient de vendre Fabric à Google. Si ce nom ne vous dit rien, celui de Crashlytics vous parle plus : cet outil chargé de récupérer les rapports de plantage des apps mobiles est extrêmement populaire et des milliers d’apps l’utilisent. De Twitter à Waze, de Yelp à Groupon, Fabric revendique une présence sur 2,5 milliards d’appareils dans le monde, rien de moins.

C’est un gros coup pour Google, qui proposait déjà des outils similaires avec Firebase. D’ailleurs, l’équipe de Fabric sera intégrée à celle de Firebase qui deviendra un poids-lourd sur le marché. Outre le suivi des crashs, l’entreprise disposait d’autres solutions dédiées aux apps mobiles, comme Answers, un outil de statistiques concurrent de Google Analytics.

Crashlytics est apparu en 2011 et ce SDK a rapidement connu un gros succès. C’est en 2013 que Twitter achète la start-up et surtout son travail pour plus de 100 millions de dollars. Quelques années plus tard, le réseau social a revendu l’entreprise et ses produits à un tarif qui reste inconnu. Le passage de Twitter à Google se fera progressivement, en commençant avec Crashlytics et Answers. Dans un premier temps, le service de connexion Digits restera chez Twitter.

Avec cette acquisition, les conditions d’utilisation de chaque service vont changer. Les développeurs qui utilisaient Crashlytics ou un autre outil peuvent consulter une première version des nouvelles conditions à cette adresse. L’acquisition n’est pas encore effective, ce qui laisse à tous ceux qui ne veulent pas de Google un petit peu de temps pour arrêter leur abonnement et retirer les SDK de leurs apps.

> Accéder aux commentaires

Armor A85 : des disques durs ultra-résistants pour Mac

| 19/01/2017 09:41 | 23

Quand on fait l’acquisition d’un disque dur externe, on peut dans certains cas vouloir un appareil costaud, qui n’a pas peur des chocs. Dans ce domaine, la référence, ce sont les disques Rugged de LaCie que nous avons pu tester par le passé (lire : Test du LaCie Rugged Thunderbolt) . Mais LaCie n’est pas seul sur le créneau, la société taïwanaise Silicon Power commercialise depuis quelques mois déjà une gamme de disques durs externes Armor A85M qui présente la spécificité d’avoir la protection IP68.

Cela signifie que l’Armor A85 est étanche à la poussière et qu’il ne craint pas les immersions prolongées dans l’eau. À titre de comparaison, la gamme de disques de LaCie affiche au mieux une protection IP54. Silicon Power assure que son appareil fonctionnerait après une immersion de 1,5 mètre dans l’eau pendant 60 minutes.

Pour protéger le disque dur, l’Armor A85 bénéficie d’un système de suspension, d’un revêtement en caoutchouc et d’un boitier en aluminium. Résultat, il résiste à des chutes de plus de 122 cm sur 26 points de contact et peut encaisser une pression de force de 500 kg.

L’Armor A85M comporte un système astucieux pour transporter le câble et est livré avec un logiciel de chiffrement SP HDD Lock Utility. À noter que le disque est décliné en version Mac et en version PC (à cause du logiciel de chiffrement ?). Et que cette dernière est vendue légèrement moins cher.

En matière de connectique, il embarque un port USB 3.1 Gen1 (rétro-compatible) sur lequel il puise son alimentation. Un disque dur solide donc, mais qui pèse son poids : entre 298 et 381 grammes selon les modèles.

La gamme se décline actuellement de la manière suivante : 1 To (94 €), 2 To (152 €) et 4 To (231 €)

> Accéder aux commentaires

Fruitfly, un malware vintage

| 19/01/2017 08:36 | 3

Le premier malware de l’année est une bizarrerie. Repéré par Malwarebytes, Fruitfly — également appelé Quimitchin — peut réaliser des captures écran et récupérer des images provenant de la webcam des Mac infectés, collecter des données sur les appareils connectés au même réseau que l’ordinateur touché, et même se connecter à ces terminaux. Si ce programme malveillant a été découvert en ce mois de janvier, il court depuis au moins OS X Yosemite, c’est à dire depuis 2014.

Une analyse du code montre que le malware n’est effectivement pas né de la dernière pluie. On y trouve la présence de libjpeg, une bibliothèque libre de droit permettant d’ouvrir et de créer des images au format JPEG ; la dernière mise à jour de ce code date de… 1998. Cela ne signifie pas, bien évidemment, que Fruitfly date de cet âge reculé. Mais cela indique que nous sommes en présence d’un malware vintage !

On trouve également un commentaire dans le code se référant à un changement réalisé dans OS X Yosemite en date de janvier 2015. Il y a donc de fortes chances pour que Fruitfly soit dans la nature depuis au moins deux ans. Malwarebytes ne sait pas dire comment le logiciel se propage. S’il est passé sous le radar pendant si longtemps, c’est que la cible du malware est assez limitée : il semble en effet que les victimes se limitent à des centres de recherches biomédicales. L’éditeur explique que des hackers chinois et russes s’en prennent depuis quelques années aux travaux scientifiques en Europe et aux États-Unis, mais pour le moment il est impossible de connecter Fruitfly à ces tentatives de piratage très ciblé.

Autre originalité, Fruitfly peut également très facilement fonctionner sur Linux, seul un binaire Mach étant formaté spécifiquement Mac. Malwarebytes n’a cependant pas encore découvert de variante Linux dans la nature. Pour finir, Apple a mis au point une parade dans macOS qui agit automatiquement sans action particulière de l’utilisateur.

> Accéder aux commentaires

La catharsis du créatif abandonné par Apple

| 18/01/2017 22:39 | 246

« Apple nous a abandonnés ! Face à ce sentiment de désertion je commence une petite série d’images autour de macOS et des ordinateurs fantômes d’Apple. » C’est ainsi que Boris Cargo, freelance dans le milieu de la 3D, présente son projet qui vient de débuter.

sAdmac. Cliquer pour agrandir

Il a publié sur Behance aujourd'hui sAdmac, une illustration montrant un iPhone qui découvre avec stupéfaction une stèle de Mac dans une grotte (l’image peut faire un fond d’écran sympa, au passage). La scène évoque le délaissement du Mac Pro qui, s’il fallait le rappeler, n’a pas été mis à jour une seule fois en trois ans, et la relégation au second plan du Mac en général.

« [Ce sentiment d’abandon] s’est installé progressivement, nous confie Boris Cargo. Apple ne communiquant aucune feuille de route, on voit avec inquiétude disparaitre petit à petit tous les produits, autre que téléphone et tablette. » Le nœud du problème pour le créatif, c’est que « chez Apple [il n’y a] pas de machine pour travailler. »

Pas de puissance de calcul, pas de machine qui puisse tourner 24/24, pas de carte Nvidia (beaucoup de moteurs de rendus 3D passent par Cuda pour les calculs), pas de visibilité sur l’avenir. Cela va déboucher inexorablement sur un changement de machine au profit de Microsoft. Contraint et forcé. Et il est bien évident que mon prochain téléphone ne sera pas un iPhone, et il n’y aura pas non plus de renouvellement d’iPad. Apple a brisé son écosystème.

Ses reproches sont tout sauf une surprise, ce sont les mêmes qui sont exprimés par une partie de la clientèle professionnelle depuis un certain temps.

En annonçant mi-décembre qu’Apple avait de « super ordinateurs de bureau dans [sa] feuille de route », Tim Cook a essayé d’éteindre l’incendie attisé par des MacBook Pro ne répondant pas à certaines attentes, mais il est peut-être trop tard. Dans le cas du graphiste bordelais, qui prévoit au moins cinq ou six images cathartiques, la confiance a été rompue : « Je dirais que j’ai été patient, longtemps, puis inquiet, et que maintenant je ne suis pas loin d...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Pages