Test du MacBook Pro Retina 15 pouces fin 2013 (Core i7 2 GHz)

Nicolas Furno |

Apple continue de mettre très régulièrement à jour son MacBook Pro doté d’un écran Retina. En février dernier, la gamme avait très peu évolué avec un processeur légèrement plus rapide, mais c’était à peu près tout (lire : Test du MacBook Pro Retina 15" début -2013 Core i7 à 2,4 GHz). En apparence, ce nouveau modèle ne change rien de plus et on retrouve la même conception générale puisque, contrairement au dernier 13 pouces, le MacBook Pro Retina 15 pouces fin 2013 n’a pas minci.

Pourtant, à l’intérieur, Apple a opté pour des composants très différents avec, à la clé, des changements plus importants que prévu. Que vaut cette génération par rapport aux précédentes ? Réponse dans notre test !

Même boîtier, nouvelle architecture

Extérieurement, rien n’a changé sur cette nouvelle génération. Les MacBook Pro Retina 15 pouces mesurent toujours un petit peu moins de 36 cm sur quasiment 25 cm, ils restent toujours à une épaisseur de 1,8 cm pour un poids très légèrement supérieur à 2 kg. Leur conception fait toujours la part belle à l’aluminium et reste irréprochable : rien ne bouge, on peut tenir l’ordinateur d’une main sans plier la structure et la charnière de l’écran semble aussi solide qu’avant.

Apple n’a pas changé le nombre ou la position des connecteurs autour de son ordinateur. On trouve toujours un chargeur MagSafe, deux connecteurs Thunderbolt, deux USB, un port HDMI, une prise mini-jack et un lecteur de carte SD. Bref, les nouveaux modèles sont exactement similaires aux ordinateurs sortis en 2012 et pour plus d’informations, vous pouvez (re)lire notre test publié à la sortie des premiers MacBook Pro Retina (lire : Test du MacBook Pro Retina 15" mi-2012 Core i7 à 2,3 GHz).

C’est sous le capot que les choses changent, et changent enfin vraiment avec cette génération. Apple a adopté Haswell, la nouvelle plateforme d’Intel pour cette génération avec des processeurs et des puces graphiques plus puissantes. Les MacBook Air l’ont adopté avant l’été et le bilan a été très positif, mais plus pour l’autonomie que pour les performances (lire : Test des MacBook Air 11" et 13" Core i5 1,3 GHz "Haswell").

Pour ses MacBook Pro Retina 15 pouces, Apple a non seulement adopté Haswell, mais le constructeur a aussi opté pour une déclinaison plus puissante encore. La différence ne se voit pas nécessairement sur le processeur utilisé — un Core i7 quadricœur à 2 GHz capable de monter à 3,2 GHz en cas de besoin sur notre modèle de test — que sur la puce graphique associée. Comme sur ses prédécesseurs, l’ordinateur dispose d’une puce Intel de base, mais celle intégrée dans cette dernière génération surpasse largement celle présente jusque-là.

Apple a remplacé la puce Intel HD 4000 par une Iris Pro 5200, version plus puissante de l’Intel Iris qui équipe les modèles 13 pouces. La différence tient principalement dans l’ajout d’un module de 128 Mo de mémoire dédiée, directement à côté du processeur et de la puce graphique. Cette mémoire qu’Intel nomme Crystalwell est extrêmement rapide, elle sert de cache supplémentaire pour le GPU, mais aussi pour le CPU. La puce d’Intel pioche en priorité dans cette mémoire, mais elle peut aussi utiliser jusqu’à 1 Go de mémoire vive sur l’ordinateur pour compléter.

Le module "eDRAM" est principalement ce qui distingue Crystalwell du reste de la gamme des puces Haswell.

Cette nouvelle puce a permis à Apple de retirer la deuxième puce graphique sur son entrée de gamme. Jusque-là, tous les MacBook Pro Retina 15 pouces disposaient de deux puces graphiques : l’une, fournie par Intel, ne servait que pour les usages limités ; la seconde, conçue par NVIDIA, prenait le relais dans les jeux et dans tous les cas où la puce intégrée d’Intel ne suffisait pas. Le système se chargeait de changer automatiquement de puce en fonction des besoins, de manière à offrir une interface fluide, mais à maximiser aussi l’autonomie.

Apple a jugé que la puce Iris Pro d’Intel pouvait suffire en permanence, même si le haut de la gamme bénéficie du confort supplémentaire apporté par une carte NVIDIA. Le modèle testé ici n’a que la puce d’Intel qui doit alimenter seule, non seulement l’écran Retina, mais aussi toutes les sorties-écran. En tout, elle doit pouvoir gérer trois écrans, dont l’interne, soit une image totale de plus de 13 000 pixels sur 1600 ou 1800 pixels.

La nouvelle architecture utilisée par Apple permet d’autres évolutions, comme le passage au Thunderbolt 2. Annoncée pour les Mac Pro qui ne sortiront pas avant le mois de décembre, cette nouvelle norme est disponible pour la première fois sur un appareil grand public. Sur le papier, on peut désormais obtenir des débits doublés, soit jusqu’à 20 Gbit par seconde et par connecteur.

Malheureusement, il n’y a, à ce jour, aucun appareil Thundebolt 2 pour tester… si ce n’est un autre MacBook Pro Retina. Nous avons essayé de mesurer la vitesse de cette nouvelle norme en reliant nos deux Mac en mode « target », mais nous avons atteint la limite de vitesse du SSD interne (un Samsung) avant d’atteindre la limite du Thunderbolt… À ce propos, on peut noter que la génération actuelle ne fait pas beaucoup mieux, mais ne fait pas pire non plus, que les précédentes (pour plus de détails, lire aussi : Premiers tests avec les nouveaux MacBook Pro Retina).

Deux MacBook Pro Retina reliés en Thunderbolt peuvent échanger très rapidement des fichiers… mais pas plus que la vitesse du SSD interne.

Du côté des entrées et sorties, signalons aussi la gestion des écrans 4K. Les deux connecteurs Thunderbolt peuvent gérer de tels écrans, mais aussi la sortie vidéo HDMI qui peut afficher jusqu’à 4096 pixels par 2160 pixels, à 24 Hz seulement. Ce sera largement suffisant si vous avez une télévision ou un vidéoprojecteur 4K, mais ces appareils restent encore très rares à ce jour.

La présence du 4K n’est pas forcément utile aujourd’hui, mais elle le sera forcément à terme. On n’imagine pas qu’Apple ne compte pas mettre à jour ses écrans Thunderbolt pour augmenter leur définition jusqu’au 4K. La mise à jour attendra peut-être la sortie des Mac Pro à la fin de l’année, mais elle finira bien par avoir lieu. Ces nouveaux Mac sont d’ores et déjà capables de les gérer et c’est un point important si vous comptez les garder plusieurs années et utiliser des écrans externes.

Moins visible, Apple a remplacé la puce Wi-Fi de son ordinateur et opté pour la nouvelle norme 802.11ac que l’on avait déjà sur les derniers MacBook Air et iMac. Sur le papier, des gains importants, puisque l’on peut atteindre 1300 Mb/s sur les MacBook Pro Retina avec leurs trois antennes. Hélas, notre modèle de test semble avoir un problème de ce côté, puisque nous avons obtenu des scores systématiquement moyens et souvent pires qu’avec le modèle de 2012 équipé uniquement de Wi-Fi 802.11n. Nous n’avons pas pu tester cette nouvelle norme, mais le modèle 13 pouces également à la rédaction n’a aucun problème sur ce point.

Des performances en demi-teinte

En 2012, le premier MacBook Pro Retina d’Apple était qualifié dans notre test de « MacBook Pro le plus puissant de l’histoire ». Deux générations après, c’est toujours le cas, bien sûr, mais que vaut cette génération par rapport à ses prédécesseurs ? Faut-il franchir le pas et changer de machine uniquement pour gagner en performance ?

Côté processeur, la réponse est plus difficile à apporter qu’escomptée. On sait depuis longtemps que la fréquence n’est plus un indicateur, et c’est tant mieux, car la génération actuelle doit composer avec la fréquence la plus basse depuis le lancement de la gamme. Son processeur Core i7 quadricœur de 2 GHz est toutefois capable de monter à 3,2 GHz quand c’est nécessaire et il contient de nombreuses autres nouveautés qui devraient faire oublier le chiffre.

De fait, Geekbench 3 qui est chargé de mesurer la puissance brute d’un processeur montre bien une évolution significative des performances. Le MacBook Pro Retina 15 pouces fin 2013 dépasse les 13 500 points à ce test, alors que le modèle sorti en début d’année n’atteignait pas les 12 5000 points. Depuis le premier modèle, le processeur a été amélioré à hauteur de 12 % environ, un gain théorique assez important, mais on est loin des progrès réalisés par les appareils iOS par exemple.

Geekbench est spécialisé dans la mesure de performances des processeurs : son test met en avant un progrès assez net de ce point de vue.

Le problème de ces benchmarks, c’est qu’ils restent très théoriques. Nous avons soumis la machine à notre batterie habituelle de tests applicatifs et l’intérêt de cette mise à jour est beaucoup moins évident. Sur certains tests, comme l’export d’images avec Aperture, le gain est net puisque l’on divise presque par deux le temps nécessaire depuis la génération précédente. Dans la majorité des cas toutefois, le Mac a fait aussi bien, voire moins bien que ses prédécesseurs, même si on note quand même des progrès avec l’export depuis iMovie et depuis QuickTime X.

Ces « mauvaises » performances ne doivent pas faire oublier qu’il ne s’agit que de tests et qu’ils ne sont pas forcément représentatifs du ressenti réel. Même si nous nous efforçons de maintenir les tests à l’identique d’une génération à l’autre, l’évolution informatique introduit nécessairement des biais. Ainsi, le MacBook Pro testé ici a été livré avec OS X Mavericks alors que les trois machines précédentes ont été testées avec OS X 10.7 ou OS X 10.8.

Le nouveau système explique-t-il à lui seul les contre-performances mesurées ici ? Difficile de le savoir, mais à l’usage, nous n’avons pas noté de différences majeures à l’utilisation, du moins pour un usage courant. La différence s’explique peut-être malgré tout par la fréquence du processeur légèrement plus faible, même si Haswell a d’autres arguments en sa faveur comme on le verra par la suite.

Quoi qu’il en soit, ces résultats déçoivent un petit peu. On s’attendrait, d’une génération à l’autre, à des progrès ou au moins à une stabilité, mais pas à des performances en retrait. Encore une fois, rappelons qu’il ne s’agit que de tests qui, même s’ils sont pensés pour être au plus près d’une utilisation normale, restent assez théoriques.

Cinebench mesure aussi le processeur et contrairement à Geekbench, il note aussi des performances en demi-teinte. D’après ce test, les modèles fin 2013 sont légèrement inférieurs à ceux sortis en début d’année, mais égaux aux premiers MacBook Pro Retina.

Une puce graphique pas joueuse

Pour la première fois, Apple n’a pas équipé tous ses MacBook Pro Retina 15 pouces de deux puces graphiques. Sur le modèle d’entrée de gamme testé ici, il faut tout faire avec la puce Intel Iris Pro. Avant de recevoir la machine, nous avions quelques doutes sur la capacité de cette puce à gérer efficacement l’écran Retina de l’ordinateur, sans même parler d’écrans externes. Il faut dire que l’expérience des MacBook Pro Retina 13 pouces de première génération avait de quoi refroidir : la puce Intel HD Graphics 4000 était assez limitée et même une utilisation bureautique de base pouvait la mettre en difficulté.

À l’usage pourtant, cette Intel Iris Pro nous a impressionnés : pour une utilisation courante, elle suffit largement et ne faiblit jamais. Avec la première génération de MacBook Pro Retina, on avait tendance à bloquer manuellement la puce NVIDIA pour éviter les ralentissements qui pouvaient survenir en utilisation courante, en particulier dans le navigateur ou encore en utilisant Mission Control. Nous n’avons jamais ressenti de gêne avec cette génération et la puce d’Intel est de fait assez puissante pour gérer l’écran au quotidien.

Ce test brut montre que l’Intel Iris Pro de la dernière génération (bleu) fait mieux que la puce dédiée de NVIDIA des deux générations précédentes (vert et jaune). À titre de comparaison, le dernier MacBook Pro 15 pouces (sans écran Retina) a été ajouté au graphique (orange).

Le choix d’Apple nous semble assez logique pour une utilisation de base. La puce d’Intel peut tout à fait assumer à elle seule la charge d’alimenter l’écran Retina de l’ordinateur et nous n’avons pas noté de problèmes particuliers dans ce domaine. La question se pose toutefois différemment si vous comptez utiliser un MacBook Pro Retina pour jouer ou si vous avez besoin d’une bonne carte graphique pour toute autre utilisation…

Pour mesurer la capacité de la carte graphique dans des jeux, nous avons utilisé le Valley Benchmark d’UNiGiNE qui a l’avantage d’être gratuit et de proposer des conditions de test assez proches de ce que l’on aurait avec un jeu. Les résultats sont assommants pour la puce d’Intel : nous avons comparé les MacBook Pro Retina 15 pouces d’entrée de gamme 2013 et mi-2012 et la première génération fait non seulement mieux, mais il se permet même d’écraser la gamme actuelle.

Unigine Valley Benchmark qui simule un déplacement dans un immense paysage

La différence est déjà flagrante avec des réglages exigeants (1920x1200 pixels et qualité réglée sur le palier maximum "Ultra" et antialiasing en x8) : le modèle testé ici n’a jamais dépassé les 5 FPS, alors que son prédécesseur avec sa puce NVIDIA dédiée atteignait par moment les 10 FPS, même si sa moyenne se situe plutôt entre 6 et 7 FPS. C’est évidemment un test très exigeant qui ne reflète pas la réalité des jeux, mais la différence est encore plus nette quand on fait quelques concessions. Notre test avec une qualité inférieure réglée conserve la définition mais avec les détails sur "Low" et l'antialiasing en x4. Le Mac de 2012 offre alors des performances acceptables avec une moyenne de 18,3 FPS, mais des pointes plus élevées et une sensation globale de fluidité. Le modèle actuel, quant à lui, a stagné autour de 10 FPS : même en réduisant la qualité, il ne permettrait pas de jouer la scène 3D confortablement.

Valley Benchmark mesure la capacité d’une carte graphique à effectuer le travail demandé par un jeu. Nous avons mené le test dans deux configurations : en qualité basse (1920x1200 pixels, réglage de la qualité "Low" et Antialiasing x4) et en qualité élevée (1920x1200 pixels, réglage de la qualité "Ultra" et Antialiasing x8). Le MacBook Pro testé ici est en bleu.

Nous avons également essayé l’ordinateur avec de vrais jeux, mais pas les titres les plus exigeants du marché. Avec Diablo III par exemple, on n’a pas dépassé les 10 FPS environ avec les réglages au maximum (qualité High et Antialising, pour une définition de 2880x1880 pixels). Il a fallu considérablement réduire la qualité pour obtenir quelque chose de jouable et dans tous les cas, on sentait bien que l’ordinateur était poussé dans ses retranchements (ventilateurs bruyants).

Autre essai avec le jeu Batman : Arkham City et sa séquence de tests automatiques qui enchaine plusieurs scènes. Avec tous les réglages vidéo cochés (sauf FXAA et synchro verticale), niveaux de détails sur haut, antialiasing au maximum (x8) et définition maximale de 1920x1200, la moyenne a été de seulement 16 FPS. En baissant la définition à 1680x1050 et l’antialiasing à x4, on atteint 27 FPS et même 39 FPS avec une définition de 1440x900. On peut alors jouer, mais la qualité n’est pas optimale.

Essai Diablo III : les réglages au maximum produisent une image magnifique… mais on ne peut pas jouer. - cliquez pour agrandir

Le constat s’impose facilement : ce MacBook Pro Retina 15 pouces d’entrée de gamme n’est pas capable de jouer, du moins pas à un jeu récent. Et encore, nous ne l’avons pas soumis à ce qui se fait de mieux dans le domaine… On peut souvent obtenir une image fluide à condition de faire une grosse concession sur la qualité. Exemple avec le plus tout jeune Starcraft II qui ne tourne vraiment bien qu’en diminuant sérieusement la définition : en 1152x720 pixels, on atteint les 60 FPS, alors que la machine reste bloquée sous les 20 FPS en définition native. C’est deux fois moins bien que le modèle sorti en 2012…

Autonomie

Sur les MacBook Air sortis en juin dernier, le passage à Haswell a été synonyme de bonds significatifs en matière d’autonomie. L’ultraportable d’Apple peut désormais tenir largement plus de huit heures et son autonomie n’est plus vraiment un problème. Sur les MacBook Pro Retina, la situation n’est pas encore aussi simple, puisque sur le papier, l’autonomie de ces machines n’a pas changé.

Haswell apporte un gain de puissance sans avoir d’impact négatif sur l’autonomie si l’on en croit les caractéristiques techniques données par Apple. Les 15 pouces sont ainsi censés tenir "jusqu’à huit heures" en lecture de film ou en navigation web. C’est une heure de moins que les 13 pouces, mais c’est aussi bien que les deux générations précédentes. Dans les faits, le gain de puissance n’est pas aussi clair qu’escompté et les gains en autonomie ne sont pas plus francs.

Nous avons mené nos tests d’autonomie habituels, avec d’abord deux tests fixes pour essayer d’obtenir des résultats fiables d’une génération à l’autre et comparer chaque machine. Le premier consiste à lire une vidéo h.264 (définition de 1280x526 pixels) avec VLC tout en laissant Mail en arrière-plan pour relever du courrier, en Wi-Fi, toutes les minutes (étant donnés les déboires de Gmail avec Mavericks, nous n’avons utilisé qu’un compte iCloud mais bien alimenté en nouveaux courriers). Le deuxième test implique de recharger notre page d’accueil toutes les trente secondes dans Safari, avec Flash installé, tout en jouant de la musique en boucle avec iTunes. Dans tous les cas, l’écran est réglé à 80 % de luminosité, le son à la moitié.

Nos tests d’autonomie montrent des résultats contrastés : la dernière génération est pire que les deux précédentes en lecture de film, mais elle est bien meilleure pour le test du navigateur.

Le premier test a été conduit trois fois et le second, avec Safari, deux fois, pour obtenir des résultats plus fiables. Pour le premier, notre Mac de test à tenu 4h13 en moyenne ; il a résisté pendant 8h45 sur le second. Ces résultats sont à la fois très bons et très décevants : en lecture vidéo, ce MacBook Pro Retina fait le pire score de tous les Mac similaires que l’on a testés depuis l’an dernier. Son prédécesseur avait tenu près de trois quarts d’heure de plus et on est très loin des résultats obtenus avec les MacBook Air Haswell, certes dépourvus de grands écrans (et pas Retina qui plus est), mais qui ont tenu jusqu’à huit heures de suite sur le même test !

L’autre test, avec Safari et de la musique, est en revanche une bonne surprise. Beaucoup plus proche des tests menés par Apple pour évaluer l’autonomie de ses ordinateurs, il dépasse même les valeurs annoncées de 8 heures. Ce test montre que l’on peut utiliser un MacBook Pro Retina au quotidien sans trop s’inquiéter de la batterie, à condition de ne pas regarder de vidéo ou de faire une activité trop intense.

Nous avons d’ailleurs utilisé normalement cet ordinateur pendant quelques jours et le bilan est très positif. Pour une utilisation mixte, bureautique simple (iA Writer et Marked) et navigation internet intensive (Safari sans Flash et Chrome avec, en plus du mail, un ou deux clients Twitter, des flux RSS…), on tient sans trop de difficulté une journée entière. En étant raisonnable sur la luminosité de l’écran et sur le nombre d’applications ouvertes, on peut même assez facilement atteindre les dix heures sans interruption.

Au total, l’autonomie est plutôt bonne, mais elle n’est pas aussi spectaculaire que sur les derniers MacBook Air. Par rapport aux générations précédentes, ce MacBook Pro Retina fait légèrement mieux en usage courant, mais potentiellement moins bien en usage intensif. C’est bien là que le bât blesse : alors même que les performances n’ont pas progressé, on ne peut pas compter sur une autonomie vraiment meilleure.

Autres changements

Écran et images fantômes

L’écran Retina de ces Mac est superbe et ce n’est pas cette génération qui vient changer cela. D’ailleurs, ce MacBook Pro Retina 15 pouces mi-2012 ne change rien sur ce point : la dalle a toujours une définition de 2880x1800 pixels et OS X s’affiche toujours à 1400x900 pixels de base, avec des options pour monter à 1920x1200 pixels si l’utilisateur le souhaite. La dalle est toujours recouverte de verre et elle est toujours traitée pour limiter les reflets… avec là encore plus ou moins de succès d’ailleurs. En revanche, ses angles de vue sont toujours aussi étendus. Si vous découvrez cette machine, nous vous recommandons notre test de la première génération.

Malheureusement, cet écran exceptionnel a été en partie gâché pour certains utilisateurs à cause d’un effet indésirable : les images fantômes. Pour certaines dalles, un élément d’interface resté quelques instants à un même endroit avait tendance à laisser une trace qui ne disparaissait pas quand on déplaçait l’élément en question.

Pour ses précédentes générations, Apple se fournissait auprès de LG ou de Samsung pour ces dalles et les premières étaient systématiquement concernées, quand celles de Samsung étaient épargnées. En 2012, la majorité des MacBook Pro Retina 15 pouces étaient équipés avec des dalles LG et donc souffraient de ce problème. Qu’en est-il pour cette génération ?

Sur un MacBook Pro de la précédente génération : à côté de la fenêtre du navigateur, sur le fond d’écran gris, on distingue très nettement un fantôme de la fenêtre qui a été positionnée quelques minutes à cet emplacement.

Difficile en fait de répondre définitivement à cette question. D’une part parce que l’on ne peut plus savoir aussi facilement qu’avant qui a produit la dalle d’un MacBook Pro Retina, d’autre part parce que nous manquons encore de recul pour en juger. Selon nos premières observations, la part de dalles produites par Samsung a augmenté de manière significative : les deux ordinateurs testés à la rédaction en sont dotés et les témoignages relevés sur internet semblent indiquer que ces dalles sont majoritaires. Reste que l’on trouve aussi des témoignages d’utilisateurs qui ont obtenu une dalle LG et qui ont encore une fois des images fantômes.

Faut-il en déduire qu’Apple vide ses stocks de salles LG avant de ne proposer que des dalles Samsung ? Il est beaucoup trop tôt pour en juger et de toute manière, on ne peut plus tolérer ce phénomène aujourd’hui (décrit dans un fiche technique d'Apple). En 2012, on voyait pour la première fois des écrans Retina sur des Mac et les problèmes de production étaient sans doute inévitables. Reste qu’on en est aujourd’hui à la troisième génération : ce problème devrait être réglé et ce n’est pas aux clients de subir les choix politiques d’Apple en la matière.

Point positif à savoir tout de même : si votre MacBook Pro Retina souffre du problème, vous pourrez changer son écran très facilement. Apple n’a jusque-là jamais discuté et c’est une opération facile et normalement assez rapide.

Enceintes

Inchangées en apparence, les enceintes de cette génération ont en fait été revues par Apple. À l’écoute, la différence est très nette entre ce Mac et le premier MacBook Pro Retina 15 pouces… et les changements ne sont pas forcément très positifs.

Pour commencer, on peut rappeler que ces ordinateurs sont incontestablement les meilleurs pourvus en matière de haut-parleurs. Apple a réussi à exploiter au mieux l’espace disponible pour offrir un son puissant qui ne sature pas, mais aussi — et c’est le plus important —, un son ample qui semble venir d’enceintes beaucoup plus éloignées qu’elles ne sont en réalité. C’est très agréable pour écouter de la musique, c’est presque parfait pour regarder un film. Même pour sonoriser une petite pièce, l’ordinateur seul peut suffire.

Le modèle que nous avons testé conserve une bonne partie des qualités des premières générations, mais le son a perdu de son ampleur. Le volume a été également diminué et les basses sont moins présentes. Le résultat n’est pas forcément pire, il est plus neutre et moins impressionnant et il convient moins pour un film et plus pour de la musique acoustique. Dans l’ensemble, sans être mauvais, ce nouveau réglage nous semble moins convaincant que celui de la génération mi-2012.

Bruit et chaleur

Avant de conclure, finissons ce test sur une note plus positive. Les MacBook Pro Retina n’ont jamais été connus pour surchauffer et sur ce point, Apple avait fait de gros progrès par rapport aux MacBook Pro précédents. Avec cette nouvelle génération, les progrès continuent et l’ordinateur est encore plus discret qu’avant.

Ce modèle d’entrée de gamme chauffe peu et quand il le fait, ses deux ventilateurs entrent rapidement, mais discrètement, en action. Ils ne sont pas très bruyants et ils sont extrêmement efficaces, si bien que la température interne chute vite. De manière générale, l’ordinateur chauffe de toute manière moins : pendant les tests de Valley Benchmark, nous avons noté une différence d’environ 10° entre la génération fin 2013 et le mi-2012. L’absence de deuxième puce graphique n’est certainement pas étrangère à ce constat positif…

Mieux, en utilisation basique (bureautique, navigation internet légère), ce MacBook Pro Retina se fait largement oublier. La température reste très basse, on n’entend pas le processeur : bref, sur ce point, c’est un sans faute.

Pour conclure

Le MacBook Pro Retina 15 pouces fin 2013 est une bonne machine en soi, c’est incontestable. L’ordinateur profite des années d’expérience d’Apple en matière de conception et sa construction unibody en aluminium a fait ses preuves et reste, aujourd’hui encore, l’une des meilleurs, pour ne pas dire la meilleure du marché. Ce portable est très fin et assez léger par rapport à sa taille, il est solide, il a une bonne autonomie et il dispose surtout d’un excellent écran, peut-être le meilleur à ce jour sur un Mac. En plus de ces acquis, la nouvelle génération ajoute le Thunderbolt 2 et du Wi-Fi 802.11ac, tandis qu’elle gère les écrans 4K, ce qui est important si on veut le garder longtemps.

Un bel écran, qui a aussi quelques exigences. Pour alimenter cet écran Retina sans faillir, Apple avait jusque-là choisi d’accompagner la puce Intel de dépannage d’une puce graphique haut de gamme fournie par NVIDIA. Avec la nouvelle génération de la gamme Intel, le constructeur n’a pas résisté à l’appel des marges et le MacBook Pro d’entrée de gamme se passe de carte graphique dédiée. À l’usage, ce choix est tout à fait justifié tant que l’on n’utilise pas vraiment la puce graphique.

Il faut être clair : ce modèle n’est pas fait pour les jeux. Si vous envisagez de le faire, vous n’avez pas de choix, il faudra passer au modèle haut de gamme et alourdir une note déjà salée de 600 €. Créer une gamme très claire et inciter à prendre un modèle plus cher ne sont pas des pratiques surprenantes avec Apple, mais il convient de remettre les points sur les i. Avec la génération fin 2013, le ticket d’entrée pour une machine vraiment polyvalente n’est pas inférieur à 2000 €, mais il est bien de 2600 €.

Certes, pour ce prix, on a aussi 16 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage sur SSD, ce qui est appréciable. On aurait aimé toutefois une option sur le modèle d’entrée de gamme, simplement pour ajouter la puce graphique de NVIDIA. En l’état, les prix n’ont pas baissé selon nous, ils ont bien augmenté et si votre budget est un peu juste, on recommandera plutôt de se tourner vers les offres reconditionnées. Mieux vaut acheter un modèle début 2013, voire mi 2012, qui sera plus polyvalent et moins cher. Vous perdrez le Wi-Fi et le Thunderbolt nouvelles générations, mais en avez-vous vraiment besoin à court et moyen terme ?

Si vous tenez à acheter cette nouvelle génération, le modèle d’entrée de gamme testé ici est bon en soi, mais il moins bon que son prédécesseur sur trop de points, sans compenser avec des avantages nets. On espérait une autonomie en hausse pour contrer les performances pas toujours en progrès, mais ce n’est pas le cas. Sans l’avoir encore testé, le modèle haut de gamme avec sa puce NVIDIA dédiée nous semble un choix plus logique, mais les prix s’envolent…

Note

Les plus :

  • Machine extrêmement bien conçue et solide
  • Écran Retina d’excellente qualité
  • Clavier et trackpad confortables
  • Deux ports Thunderbolt 2 et Wi-Fi 802.11ac
  • Bonne autonomie

Les moins :

  • Pas de vrais progrès sur les performances
  • Carte graphique moins complète qu’avant
  • Toujours des problèmes d’images fantômes signalés
  • Enceintes moins bonnes
7
10

Prix :

avatar robertodino | 

Merci pour votre article ^^

avatar rimshot | 

J'ai pris le modèle avec carte graphique car le choix de la seule carte intel est juste un non sens... ( de la part d'Apple)

Sinon j'ai une dalle LG qui semble être exempte de persistance d'image... avoir d'ici 2 semaines sinon ils reprendront leur ordi...

Je suis un peu inquiet également concernant le wifi je n'arrive pas du tout au niveau promis par le Wifi ac , en étant a cote de la borne ( TC mi-2013) je dépasse pas les 280mbp. Très décevant... pensez vous qu'il s'agissent d'un problème de la machine. Je suis impressionné par les défaut presents sur des machines a ces prix la.

avatar oomu | 

Bougez toute votre installation wifi

Wifi ac est complexe, il ne va pas de soi de faire mieux que n.

Il faut pas que les fréquences soient parasitées par exemple. Être pile contre la borne n'est pas une bonne idée non plus. Ne pas bloquer la borne par un meuble en bois. Mettez vous à 2 mètres.

Ho, n'écoutez pas les débits THÉORIQUES des normes wifi. Elles sont accomplies dans des situations que personne de normal ne vit. Au débit vaguement réussi par la radio s'ajoute le poids des sécurités (wpa2 aes) et poids des protocoles (afp, http, smb, etc.)

Déjà, bougez votre installation, dans le coin opposé par exemple, comme premier test.

avatar misc | 

La persistance d'image ne partira pas, ca sera a si tu arrive a ignorer ou non.
C'est une excellente machine et je suis très contente de la mienne, mais la persistance fait vraiment tache.
Surtout qu'ils suffirais qu'ils s'approvisionnent pas chez les scabreux de chez LG...

avatar hamone63 | 

Bon test, merci MacG !
J'en suis venu à me poser une question par rapport aux haut-parleurs... Sont-ils les mêmes sur le MacBook Pro Retina 15' que sur le 13' ? Moi qui m'en sert quand même pas mal sur mon MacBook Air, ça pourrait m'aider à faire mon choix...

avatar doupold | 

En gros, finalement, je n'ai pas de raison de regretter mon achat réalisé en Août 2013! MBPr 15' early 2013 avec 8 Go de Ram et 256 Go de SSD. L'autonomie est plus que correcte avec Marvericks, et j'ai une carte graphique dédiée NVIDIA .

Quoi qu'il en soit, il y a toujours le refurb, avec des prix plus raisonnables et parfois de bonnes surprises...

avatar oomu | 

Pourquoi voudriez vous changer une machine de seulement un an ? Plutôt dans 4 ou 6 ans,

avatar doupold | 

En gros, finalement, je n'ai pas de raison de regretter mon achat réalisé en Août 2013! MBPr 15' early 2013 avec 8 Go de Ram et 256 Go de SSD. L'autonomie est plus que correcte avec Marvericks, et j'ai une carte graphique dédiée NVIDIA .

Quoi qu'il en soit, il y a toujours le refurb, avec des prix plus raisonnables et parfois de bonnes surprises...

avatar xavier25 | 

Merci pour ce test. Testerez-vous la version haut de gamme du 15" ? Je viens de la commander, ça ne me fera pas changer d'avis, mais j'adore vos tests !

avatar Niarlatop | 

Ce serait intéressant, en l'état tous les tests du net sont actuellement incomplets en ne comparant pas les deux machines. Il "suffirait" pourtant d'en commander une deuxième le temps de tester les points intéressant et de la renvoyer en rétractation, ça bloque des fonds, certes, mais ce serait une grosse valeur ajoutée à votre test (et donc, des lecteurs !) ;)

Quid de la différence d'autonomie entre les deux modèles, à utilisation égale ?
Quid de la différence de chauffe entre les deux modèles, à utilisation égale ?
Bruit de ventilo en pleine charge, etc, beaucoup de points seraient intéressant à comparer.

Si l'équipe me lit !

avatar remi2383 | 

Mon retina mi-2012 a encore de beau jour devant lui :)

avatar sinbad21 | 

Test intéressant, c'est un bon point que la carte graphique d'Intel assure sans défaillir la gestion de l'écran retina. Je n'ai jamais été fan des doubles cartes graphiques, pour moi c'est une usine à gaz. Vive la simplicité !

Le problème des dalles LG est insupportable, Apple doit liquider ce fournisseur s'il n'est pas capable de fournir du matériel correct. Que LG fournisse Acer, mais pas Apple.

Enfin je rappelle que si on prend cette machine sans carte nvidia avec les options 2,3 Ghz, 16 Go de ram et 512 Go de ssd, on arrive exactement au même prix que la machine de base avec la CG nvidia. Il faudrait qu'Apple revoie ses tarifs à la baisse sur cette machine pour qu'on n'arrive pas à cette aberration.

avatar sedition | 

"Bien concue" la blague !!!

C'est une merde, ça se répare pas. Apple est en train de commencer à vendre des machines pour idiots : ram soudée, ssd au format propriétaire... MacG c'est un petit site de fanboy maintenant > À mort l'esprit critique

avatar Firespirit | 

"en train de commencer" ou pas... Apple est plutôt en fin de course sur ce point --'
Mais il y aura toujours des abrutis pour acheter, à la limite ceux qui ont trop d'argent pourquoi pas mais le pire c'est que même ceux qui n'ont pas de budget conséquent pour un ordinateur tombent dans le panneau et cassent la tirelire...

J'ai toujours utiliser mac et je n'ai aucune envie d'en changer mais là c'est plus possible... A part garder ma machine le plus longtemps possible, j'envisage mal l'avenir :s

avatar xavier25 | 

@hamone63

j'ai lu sur un autre site (US) que les haut parleurs étaient de meilleure (voir de bonne) qualité.

avatar Niarlatop | 

Vu ce que précise le testeur, on va lire tout et n'importe quoi à ce sujet, en fonction des goûts musicaux de chacun. Amateurs de boom boom vs amateur de rendus neutres, ready, fight !

avatar thierryd65 | 

Merci pour ce test, par contre je trouve que vous passez très vite sur le SSD...dommage. Je pense prendre ce MBPR 15 dans quelques jours avant la fin du délai de 15 jours, en échange de mon MBPR 13 acheté il y a une semaine.

avatar Nathalex | 

Est-ce que MacG a déjà envisagé de rendre publics les fichiers qui servent à faire les tests de sorte à alimenter une base de données de résultats au-delà du seul Geekbench dont les défauts sont régulièrement soulignés dans les tests ?
Comme on ne peut pas reprocher à MacG de tester toutes les configurations proposées (il y en a tellement !), cette base pourrait être enrichie ponctuellement par les lecteurs.

J'ai remplacé mon iMac la semaine dernière et j'aurais été assez content de pouvoir évaluer la pertinence des différentes options proposées !

avatar sedition | 

@Nathalex
va voir sur le site de geekbench, y'en a plein et ce depuis des années

avatar Nathalex | 

Je suis déjà allé voir geekbench bien sûr. Mais je n'y ai rien vu d'autres que des comparatifs de ce test qui ne me parle pas du tout. D'ailleurs, dans les tests MacGe, je ne les regarde pratiquement jamais.
En revanche, les tests applicatifs me parlent : exporter 50 RAW de 18MP sous Aperture, je fais ça régulièrement, etc....

Geekbench propose ce genre de trucs ?

avatar Cocopop | 

sedition => Je suis tout à fait d'accord avec toi.

Mais j'ai l'impression que plus Apple fait des machines "jetables" plus les gens achètent sans réfléchir.

Un modèle 15" Retina à 2000E sans CG dédiée. Woow çà c'est du matos "Pro".

Et bien entendu, si vous voulez augmenter la RAM faut acheter chez Apple qui l'a vend à un prix hallucinant, idem pour le SSD o_O.

Enfin, on ajoute une batterie collé et on a une parfaite machine jetable en cas de panne hors garantie !

Bravo Apple :)

avatar Bab0u | 

Reste le test du haut de gamme en comparaison avec celui-ci et avec la 650M et je suis content. :D
Vous comptez le faire?
Merci!

avatar Sharp | 

Il aurait fallu tester le modèle équipé d'un GPU 750m ou même tester les deux modèles pour cerner les différences.

Évidemment dans ces conditions le test est incomplet et arrive tardivement ( comparé aux autres sites). Et ceux qui veulent consulter les tests avant de se décider restent indécis et doivent chercher l'information ailleurs.

avatar Sharp | 

Pour ceux qui sont intéressés par les performances graphiques des MacBook Pro avec une puce Nvidia 750M, le benchmark Valley dans les mêmes conditions que citées dans l'article (1920x1200, High, Anti-Alising : x8) on obtient :

Min fps : 11,1 Max fps: 28,4 et Fps (valeur moyenne) :16,6.

C'est à dire bien mieux que les 10fps Max de l'ancienne génération, si ce qui est rapporté ici sur sa performance est vrai.

Enfin acheter un MacBook Pro pour jouer aux jeux PC me semble une décision insensée.

avatar naixplaisind | 

Je suis un heureux propriétaire de ce modèle et je crois que la vraie question à se poser est celle de l'utilité de plus de puissance graphique. Pour les jeux et des grosses applications qui nécessitent beaucoup de puissance graphique, il n'y a pas photo : ce modèle n'est pas adéquat.
Par contre, pour les personnes qui prennent ce MacBook parce qu'il s'agit d'une machine qui est certainement la seule qui rassemble un aussi grand nombre de qualité, je crois que la puce Intel est non seulement suffisante, mais elle permet aussi moins de chauffe, plus de silence et plus d'autonomie !
C'est un excellent compromis si vous n'avez pas un réel besoin de puissance graphique :-)

avatar Niarlatop | 

"mais elle permet aussi moins de chauffe, plus de silence et plus d'autonomie !"

Justement, ce n'est pas gagné, sans un test comparatif précis et bien mené on n'aura pas le fin mot de l'histoire.
Cela semble évident en apparence, on est d'accord, mais on est parfois surpris en menant des expériences à priori sans intérêt.

avatar Firespirit | 

Je prie pour que cette gamme fasse un énoooorme bide !!!
Starter pour avoir une carte graphique dédiée: 2600€ ?!

Heureux possesseur d'un MBP15" 2012, j'espère qu'il va tenir encore très longtemps parce que je n'achèterai plus jamais de portable apple à l'avenir (sauf retour en arrière) :'(

Encore étudiant, ça fait déjà un bon moment que je ne suis plus gamer mais au prix du 15" je trouve malheureux (ou plutôt scandaleux!) de ne pas pouvoir lancer à l'occasion un jeu dernière génération... (merci de ne pas me parler de PC en rapport au gaming, je ne vais pas acheter un PC juste pour jouer quelques heures par mois --' )

NB: même remarque pour l'iMac...

avatar Goldevil | 

J'ai un MBP 2008 et je songe a le remplacer mais je suis vraiment déçu de ce qu'Apple propose maintenant.

L'évolutivité a disparu. J'ai toujours eu l'habitude d'augmenter la RAM après l'achat d'un MAC avec de la mémoire certifiée à un prix toujours moitié inférieur à l'option d'Apple. Idem avec le disque dur. Maintenant c'est fini. Le prix du doublement de RAM chez Apple est simplement scandaleux.

A l'époque j'avais mis un peu plus de 2000€ et j'avais entre les mains une machine qui était sans compromis. Dans le monde PC, les machines équivalentes n'étaient pas moins chères et n'étaient pas équipées de Mac OSX.
Depuis Tiger, plusieurs innovations faisaient vraiment la différence (Spotlght, Time Machine,Exposé...). J'étais très satisfait de Snow Leopard et de sa stabilité.

Depuis, l'eau à coulé sous les ponts, Windows 7 tourne comme une horloge et un laptop Windows à 1800 tient la dragée haute à un MBP de 2600€ qui n'a plus pour lui qu'un design unique et un bel écran ...avec de la rémanence.

Les nouveaux MBP ne sont à mon avis pas à la hauteur des prix pratiqués. Pour ma part, j'apprécie qu'un ordinateur soit beau mais pas au prix de certains compromis que je trouve aberrants.

Du coup, quand à devoir faire des concession je pense simplement me tourner vers un MacBook Air. Il me restera assez pour acheter un PS4.

avatar fromdisco | 

Je compte m'acheter ce 15" retira essentiellement pour FCPx.
J'ai déjà un écran 27" Apple Thunderbolt.
Savez-vous si FCPx ou mon écran va utiliser la CG NVIDIA ?

(actuellement j'ai un MBP 13" I5 @ 2,3 Ghz avec HD3000 en 16Go et FusionDrive de 2,5 To et je ne serais pas contre un petit "boost" de la vitesse)

avatar sedition | 

FCPx utilise les multi-threads CPU + CUDA GPU non?
Si c'est pour faire tourner un MBP en guide de station de bureau tu ferais mieux de te monter une tour et d'y installer Maverick. C'est super simple, pas très couteux et surtout bien plus puissant. Pour 1500€ sans écran t'as un monstre. Tu peux t'acheter un second 27" ;-)

avatar Jamseth | 

Il y a tellement de commentaires désagréables que l'on se croirait sur pcinpact ces derniers temps et j'espère que macg va pouvoir y faire quelquechose.

Si cette machine ne vous plaît pas, ne l'achetez pas. C'est simple.
Plusieurs points :
L'évolutivité sur un portable, c'est une blague.
- Tous les possesseurs de mbp ne jouent pas dessus.
- Une machine 'pro' ça ne se limite pas à une carte graphique à la con (vu la fiabilité des nvidia de toute façon, je peux comprendre qu'ils l'aient jartée de certaines configs par contre le prix aurait pu suivre, n'oubliez pas qu'il y a le refurb).
- Vouloir upgrader la ram n'a pas beaucoup de sens avec de telles tailles (on n'est plus à l'époque où on cherchait à atteindre au moins 2go pour faire du multi-tâches/avoir plus de confort, avec 4go n'importequel utilisateur -pro ou pas- dans une utilisation normale peut voir venir). Proposer d'office le passage à 8 ou 16go me paraît très logique.
- Ca fait depuis plusieures années que l'on nous impose la batterie soudée, il faut faire avec (sinon on aurait toujours des mbp qui pèsent aussi lourds que des acer à carrouf).

Si vraiment vous n'êtes pas contents, autant vous orienter vers du thinkpad série T.

avatar fromdisco | 

@sedition : je ne peux pas utiliser de Mac Pro ou d'imac 27".

8 mois sur 10 je suis en extérieur (principalement en Amérique Latine donc impossible de me balader avec une tour ou un imac).

Seul un portable + moniteur externe est envisageable pour mon activité.

avatar Alf38 | 

J'avoue être un peu dubitatif quand au succès de cette nouvelle gamme.
Si je devais, pour une raison ou pour une autre, remplacer mon MBP de 2010, je serai bien embêté...
Certes, il n'a pas d'écran Rétina, mais il a un superbe écran mat (j'exècre les écrans brillants) avec une résolution de 1680x1050, ce qui est très confortable.
Moyennant quelques euros (pas tant que ça en fait), il a eu droit à un SSD de 64 Go à la place du Superdrive et à 8 Go de RAM.
Au test Unigine Valley, il s'en sort avec un honorable score de 230, la moitié de ce que fait le nouveau MBP. Pas mal pour un ordi qui a 3 ans (certes, il se fait exploser par celui de 2012, mais c'est ce qu'on attend d'un ordinateur qui se dit 'PRO').
Je peux aussi tout upgrader ou remplacer très facilement, le DD, le SSD, la RAM, etc...
Sans faire partie des bidouilleurs fous, c'est quand même intéressant quand on ne change pas de machine tous les ans (ben oui, on n'est pas tous crésus et vu les prix proposé par Apple, faut savoir se démerder un peu).

Désormais, le ticket d'entrée est vraiment très élevé, et on a quand même l'impression que de plus en plus, seul le prix est 'PRO' dans cette famille d'ordinateurs.
Un MBP 15', ça coutait dans les 1700 euros. Là, on n'a plus rien à moins de 2000 euros...

avatar fromdisco | 

@Alf38 : tu ne peux pas ouvrir un Retina pour changer la RAM ou le DD/SSD mais il pèse 1/2 kilo de moins que ton MBP 2010 et ça c'est que ce moi j'attends d'un portable : pouvoir le porter toute la journée !

1 cm de moins d'épaisseur (pratique pour le planquer quand je suis dans une chambre d'hôtel)

et surtout une autonomie d'une journée de travail et ça c'est aussi ce que j'attends d'un portable.

Alors, elle est pas dépassée ta brouette de 2010 ?????
(sauf bien sur si tu l'utilises comme in iMac, c'est à dire sur un bureau avec son chargeur toute la journée)

avatar Alf38 | 

Pour commencer, pas la peine de prendre un ton condescendant et d'agresser les gens, nous sommes ici pour exposer notre point de vue et essayer d'échanger en toute tranquillité entre grandes personnes.

J'en suis à mon 7ème ou 8ème Mac en un peu plus de 20 ans, et jusque là, la barrière était assez claire entre le matériel grand public et le matériel pro.
Là, franchement... Je ne m'y retrouve plus trop.
Si je n'avais pas pu faire évoluer mon MBP de 2010, sans doute serait-il largement dépassé aujourd'hui (c'est sans doute ce que vous appelez une brouette). Mais grâce à sa modularité, j'ai pu le tenir à jour sans dépenser des fortunes.

Si je cherche un Mac super léger, il y a une gamme qui existe chez Apple.
Ma chère et tendre a d'ailleurs un MacBook Air et en est très contente pour l'utilisation qu'elle en fait (il est d'ailleurs en réparation chez un revendeur Apple depuis bientôt 3 semaines, le SSD étant HS suite à la dernière mise à jour d'Apple).

Là, non seulement je vais payer mon ordinateur bien plus cher (certes, moins épais de 6 mm car 2,4 - 1,8 ça fait pas 1 cm de moins), un peu plus léger (mais encore beaucoup trop lourd comparé au MacBook air si on veut le transporter partout et tout le temps), et surtout qui peut deviner ce que sera la technologie ou mes besoins dans 2 ou 3 ans ?
En 2010, j'aurai jamais pensé ne plus pouvoir me passer d'un SSD couplé à un très gros disque dur, j'aurai jamais pensé que j'aurai besoin de 8 Go de RAM, etc...

Que ce soit comme ça sur la gamme grand public représentée par les MacBook Air, soit. Mais je pense que le gros intérêt d'acheter un ordinateur pro et de mettre beaucoup d'argent dans son achat, c'est aussi de pouvoir le faire évoluer.

En attendant, je vous souhaite une bonne journée, et surtout décompressez un peu, nous ne parlons que d'ordinateurs !

avatar Cocopop | 

@fromdisco : Je vais t'apprendre un truc => Tu sais qu'initialement Apple avait créer 2 gammes de portables (MBP et MBA) pour 2 types d'utilisations/publiques distincts ?

Si je t'assure ! Le MBA était synonyme de légèreté, mobilité, finesse et autonomie.

Et le MBP était synonyme de modularité, puissance et connectivité.

Donc si tu voulais un portable léger tu prenais un MBA. Si tu voulais un portable plus robuste/puissant et facilement upgradable tu prenais un MBP !

Alors OUI faire de la RAM soudé, de la batterie collé et un SSD propriétaire sur un MBP est totalement débile de la part d'Apple est beaucoup (dont moi) ne renouvelleront par leur MBP tant que les derniers modèles ne seront pas upgradable facilement.

@Jamseth : Tiens Nvidia fait de mauvaise carte graphique maintenant ? Tu dois être bien ignorant pour sortir de telles inepties !

Concernant la RAM si tu es assez "pigeon" pour payer le prix Apple alors que tu peux avoir mieux et moins cher ailleurs ça te regarde. Mais sache que certaines personnes préfèrent payer moins cher pour mieux. Si je t'assure c'est vrai :)

Sur la batterie, tu viendras pas pleurer quand tu auras un problème (çà peut arriver à tout le monde) et que tu devras raquer pour la faire changer !

L'évolutivité était un gros point fort des MBP. Maintenant les gens réfléchiront à 2 fois avant d'acheter un machine jetable.

avatar fromdisco | 

Cocopop : le MBP 15" retina est déjà pourvu de 16 Go en standard, donc on ne peut (malheureusement) pas en mettre plus. Je ne comprends pas ta remarque.

La seule option intéressante est 1To pour 500€ TTC et je ne trouve pas que c'est hors de prix.
Le processeur i7 à 200€ tic est intéressant aussi.

Non , vraiment en 2014, je ne vois pas l'utilité de "bidouiller" son MBP.
Je préfère que loin, qu'il soit léger, fin et avec beaucoup d'autonomie.

Si tu veux bidouiller, choisi un HP 17" de 3,4 Kg avec les ventillos qui te soufflent dans les oreilles toute la journée....

avatar Sharp | 

Ceux qui s'inquiètent pour l'évolutivité de leurs machines mais qui veulent tout de même un Mac, peut importe la raison, peuvent toujours se tourner vers les modèles qui offrent 16Go de RAM et une puce Nvidia. De toute façon les ordinateurs portables ( et les iMac aussi ) ont toujours des GPU trop faibles pour espérer une puissance satisfaisante.

On se plaint d'une connectivité insuffisante pourtant le MBP d’aujourd’hui n'en manque pas. Je ne comprends pas que l'on puisse bloquer sur cet aspect des choses. Les adaptateurs FireWire et Ethernet existent et leur poids est négligeable pour celui qui veut transporter son portable.

N’espérez pas non plus avoir 3To de SSD sur un portable. L'espace manquera toujours sur ce type de machine équipée seulement de SSD surtout si vous manipulez de gros fichiers. J'ai opté pour un SSD 512 Go parce que les 256 Go sont trop limités pour mon usage. Mes données sont stockées sur un gros disque externe rapide et je ne ressens jamais aucun ralentissement.

Beaucoup regrette l'absence d'un lecteur optique ! C'est quand la dernière fois que vous avez eu besoin de lire un support de ce genre ? On peut brancher un graveur blu-ray ou DVD externe si besoin se fait sentir et ça marche.

Personnellement je préfère largement cette solution qu'un volume occupé en permanence par un lecteur peu sollicité dans le boitier d'un portable.

Enfin il y a peu de chance pour que les 8 Go d'espace mémoire s'avèrent insuffisants et vous handicapent réellement dans les années à venir. Ils sont nombreux ceux qui exploitent des logiciels gourmands sur les MBA.

Une chose est certaine, en cas de panne il sera impossible de remplacer un élément.

avatar Jamseth | 

J'ai bien rit.
Damn, cette avalanche de haters.
Mais il faut s'y faire, bientôt il n'y aura plus que ce genre de spécimens sur nos internets.

Dans tous les cas, tout à fait d'accord avec les coms de fromdisco et sharp.

Je ne vois pas ce nouveau mbp comme un nouveau sujet de polémique.
En dehors du mbp, un certain nombre de portables du monde de windows, se développent autour de l'haswell + intel iris (on a pas les perfs d'une carte graphique dédiée, mais les performances de l'intel iris restent néamoins intéressantes). Il est évident que cette 'glu-ification' des composants va se répandre de plus en plus pour de nombreuses raisons.

avatar Goldevil | 

Je viens d'investiguer un peu sur les performances de la 750M et il ne s'agit que d'une évolution mineure de la 650M que l'on retrouve sur les MBP de la génération précédente. Il n'y a pas de grande différence de performances entre les deux (moins de 10% sur pas mal de tests).

Je me demande si avec des logiciels qui utilisent la 3D ou pas mal d'effet graphiques, la CG change beaucoup. Je pense à quelques logiciels que j'utilise comme Timeline 3D, BannerZest Pro, Boinx TV, Motion Compozer.

Je trouve que 2600€ pour avoir un CG dédiée (pas mauvaise mais pas exceptionnelle non plus, c'est vraiment très cher.
Il est également dommage qu'Apple ne propose plus de portables avec possibilité de disque dur et fusion drive. Pour ma part j'aurais bien aimé une machine un peu plus épaisse et lourde mais avec +/- 1 TB de stockage. Les disques externes USB3 ne sont pas très onéreux mais cela ne reste pas très pratique.
Une autre chose qui m'embête c'est qu'il n'y a jamais chez Apple d'option pour avoir une connexion 3G. Un slot micro-SIM est quand même plus souple qu'une clé USB qui gène beaucoup en particulier lorsque l'on est en déplacement. C'est pourtant une option courante chez la concurrence (Lenovo, HP, Toshiba...)

Je comprend qu'Apple ne fait pas des machines pour tout le monde mais ils s'éloignent d'un certain type de public pragmatique qui ne met pas de design au dessus du reste (performances, prix, flexibilité...)

avatar Sharp | 

Sans vouloir émettre un avis sur le prix de ces nouvelles machines, je rappelle que la configuration équivalente à MacBook Pro retina 15 d' avant dernière génération coûte 200 € moins cher (16Go RAM SSD 512 Go) ! 2799€ --> 2599€ évidemment les nouveaux MBP sont un peu plus rapides et sont équipés des SSD franchement plus performants.

Pour avoir des mesures exactes sur les gains de performances apportés par le GPU 750M il faut attendre un peu parce que pour le moment les résultats sont parfois contradictoires. Par exemple si on se fie à ce qui est dit dans l'article concernant le 650M alors le GPU 750M est 250% plus rapide ! Ce qui me semble loin de la vérité.

avatar fromdisco | 

@Goldevil : pour ta solution de stockage sur un MBP non retira, je travaille actuellement sur un MBP 13" de 2012 avec un FusionDrive de 2,5 To composé d'un DD de 1,5 To et d'un SSD de 1 To.
J'ai viré mon Superdrive, acheté un caddy chez OWC (70€) pour mettre le SSD de 1 To Crucial (500€) dans le logement du Superdrive et remplacé un DD 750 Go par un de 1,5 To (110 €).
J'ai fait monter l'ensemble par un centre de maintenance qui m'a facturé 60€ et j'ai racheté un Graveur externe (29€).
Prix total de mon FusionDrive de 2,5 Tp : 770 €.
Bien sur j'ai aussi du acheter un disque de sauvegarde 3To pour mes TimeMachine.

Pas belle la vie ?

Je commande d'ici quelques jours un MBP 15" Retina avec seulement 1 To de SSS et j'ai les boules de devoir revenir à une solution de Disque Dur externe pour mes rush.....

avatar SwissMade | 

RAM et disque soudé je suppose? (d'ailleurs, on a toujours pas compris pourquoi!!)

avatar Sharp | 

Si on consulte iFixit on voit que le disque n'est pas soudé ! Mais le format doit être spécifique à Apple.
La RAM est soudée pour gagner de la place. Enfin c'est surement la réponse qu'ils fourniront.

J'ai du mal à comprendre cette obsession concernant la RAM. On veut absolument pouvoir l'augmenter dans un avenir proche mais pas tout de suite !

avatar fromdisco | 

@Sharp : bof.....8 Go suffisent dans la plupart des utilisations.
Ceux qui font du montage vidéo ou de la compo de son savent qu'ils ont besoin de 16 Go, donc ils prennent 16 Go directement à l'achat.

CONNEXION UTILISATEUR