Les internautes se sont précipités sur les contenus en ligne l'an dernier

Mickaël Bazoge |

Entre les confinements et le couvre-feu, les Français ont dû trouver à s'occuper l'an dernier ! Les écrans ont été mis à contribution, ce qui a provoqué une hausse de la consommation des biens culturels dématérialisés. Le bilan 2020 de l'Hadopi le démontre amplement : le nombre d'internautes ayant consommé des contenus en ligne a augmenté de 2 points pour atteindre 83%. Un chiffre qui représente 39,8 millions de consommateurs, en hausse constante depuis dix ans.

Durant la quatrième semaine du premier confinement en avril, le nombre de consommateurs de biens culturels en ligne a atteint 89%.

Le baromètre de la Haute autorité relève que 62% des internautes ont accès à au moins un abonnement payant (+6 points par rapport à 2019), dont 46% à un service de vidéo à la demande (+10 points) et 19% pour le streaming musical (+4 points). Les abonnés ont souscrit en moyenne à 2,7 offres payantes ; le nombre de multi-abonnés parmi les internautes s'établit à 21%, soit 4 points de plus par rapport à 2019.

57% des internautes ne consomment que des contenus culturels dématérialisés légaux, un niveau similaire à celui de 2019 (c'est 69% des consommateurs de contenus en ligne). Le panier moyen mensuel pour acheter des biens culturels en ligne s'établit à 30 €, soit 1 € de plus qu'en 2019. Ces dépenses mensuelles remontent depuis 2018, mais on est encore loin des 33 € de 2016.

La crise sanitaire a certes permis aux plateformes légales de prospérer, mais devant l'appétit des Français pour les contenus, la période a aussi été propice au téléchargement illicite. L'étude de l'Hadopi montre que le confinement a interrompu la tendance baissière pour les pratiques illicites. En fait, le taux d'internautes ayant déclaré une consommation illégale d'un bien culturel dématérialisé (26%, soit 31% des consommateurs) est resté inchangé par rapport à 2019.

Dans le détail, le taux de pratiques illicites a été de 21% des internautes deux semaines après le premier confinement, puis il est remonté à 28% deux semaines plus tard. Les internautes ont profité des nombreuses promotions et gratuités temporaires offertes par les plateformes durant la période, mais cela n'a pas duré longtemps et la nature est revenue au galop.

Sans surprise, ce sont les films, les séries TV et la musique qui représentent, dans cet ordre, les contenus les plus consommés de manière illicite (chez respectivement 15%, 11% et 8% des internautes). En revanche, leur consommation illicite est en recul par rapport à 2019, avec 3 points de moins pour chacun des biens. Les modes d'accès à ces contenus demeurent d'abord et avant tout le streaming et le téléchargement direct (P2P, liens directs partagés sur les réseaux sociaux) qui sont utilisés par respectivement 51% et 45% des consommateurs illicites, soit 13% et 12% des internautes.

Autre enseignement intéressant : les terminaux mobiles sont très utilisés pour accéder à des bien culturels récupérés de manière illégale. L'Hadopi indique que 66% des consommateurs illicites se servent d'un smartphone ou d'une tablette pour ce faire (soit 19% des internautes), ce qui représente un bond de 4 points par rapport à 2019.

Pour près de la moitié des consommateurs illicites (46%), le prix est un frein à la consommation légale, qu'il s'agisse du prix du contenu à l'unité ou de celui de l'abonnement. Néanmoins, cette question du prix est de moins en moins considérée comme un frein majeur : ils étaient 69% à l'avancer en 2017, puis 56% en 2019. L'offre de contenus (autrement dit les catalogues trop étriquées des services) n'est plus citée que par 39% de ces mêmes consommateurs : un niveau similaire à celui de 2019, mais inférieur de 10 points par rapport à 2017 et 2018.

C'est plutôt de bon augure pour les ayants droits, néanmoins il faudra surveiller l'impact de la multiplication des plateformes : à un moment donné, les consommateurs devront arbitrer et la tentation sera alors forte de récupérer d'une manière ou d'une autre le contenu que l'on ne trouve que sur un service.


Tags
avatar Ali Baba | 

Preuve que « la culture » n’est pas menacée par le confinement, contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire.

Certaines industries culturelles oui (le spectacle vivant notamment), mais pas « la culture ».

avatar Derw | 

@Ali Baba

Personne ne veut rien nous faire croire (encore une théorie du complot ?), il s’agit juste d’une synecdoque (prendre le tout pour une partie). Toutefois, il faut avouer que :
- les spectacles vivants, le cinéma, les musées, les galeries, les bibliothèques, les librairies sont quand même un gros morceau de la culture.
- pour un grand nombre de musiciens, les revenus issus des plateformes sont au mieux ridicules, au pire inexistants
- la culture qui « profite » du confinement n’est pas forcément celle qui augmente le plus les connaissances culturelles de son public (Netflix vs cinémathèque, FNAC vs Étonnants Voyageurs, Spotify vs Les Eurockéennes…)

avatar cosmoboy34 | 

@Derw

Suffit d’aller sur insta pour voir que depuis 1 an le théâtre la musique dans toute ses formes les arts vivants et parfois même les musées s’y sont déplacés et par la même occasion rendant la culture encore plus accessible qu’avant. Ce qui a changé c’est les revenus tirés de ces arts mais l’accès à la culture lui s’est facilité par les réseaux sociaux et s’est démocratisé

avatar Derw | 

@cosmoboy34

😳

Pour dire ça, je suppose que :
- vous ne côtoyez que des personnes de moins de 40 ans, hyper connectées et financièrement assez à l’aise…
- vous n’avez jamais vue une toile ou entendu un concert en vrai.

avatar cosmoboy34 | 

@Derw

Sachant qu’on se connaît pas je vais faire passer ça sur de la condescendance non intentionnelle. De plus vous êtes totalement dans le faux mais merci d’avoir essayé de réduit mon commentaire à mon âge parce qu’il n’est pas raccord avec le votre

avatar Derw | 

@cosmoboy34

« Sachant qu’on se connaît pas je vais faire passer ça sur de la condescendance non intentionnelle. »

Désolé si vous avez senti de la condescendance, ce n’était pas le but.

C’était une réelle réaction de surprise et une tentative pour comprendre comment on pouvait sous-entendre que tout va bien dans la culture puisqu’on peut voir des musées, du théâtre, des musiciens sur son smartphone et que les tentatives de diffusion culturelles de ces acteurs « rendent la culture encore plus accessible qu’avant » !

avatar cosmoboy34 | 

@Derw

« financièrement assez à l’aise… »

C’est vrai que de nos jours un téléphone c’est pas donné à tout le monde d’en avoir un. Un ordinateur non plus d’ailleurs et on parle même pas d’internet

« vous n’avez jamais vue une toile ou entendu un concert en vrai »

Quel rapport ? J’ai jamais dit que c’était mieux

Pour vous répondre au final : vous supposez très mal

avatar Derw | 

@cosmoboy34

« C’est vrai que de nos jours un téléphone c’est pas donné à tout le monde d’en avoir un. Un ordinateur non plus d’ailleurs et on parle même pas d’internet »

Je confirme. Les ordinateurs sont assez peu répandus. D’ailleurs, nombreux sont les parents qui se sont trouvés fort dépourvus avec le premier confinement. Ceux qui en ont les moyens ont pu s’équiper depuis, mais je pense qu’on est encore très loin du 1 foyer / 1 ordi.
Il est vrai que les smartphones sont assez répandus (et encore, cela dépend des tranches d’âges). Mais avec de fortes inégalités quant à l’accès à internet et la capacité à accéder à du contenu culturel…

« Quel rapport ? J’ai jamais dit que c’était mieux »

Sur la qualité, non, effectivement. Par contre sur la capacité d’accès si. En ce qui me concerne, je ne considère pas que visiter un musée sur Instagram soit un accès viable à la culture…

avatar cosmoboy34 | 

@Derw

C’est mieux que rien et ça prouve que la culture n’a pas disparaît contrairement à ce qu’on clame partout elle s’est transformée pour le mieux ou pas mais elle est loin d’être absente et inaccessible.

Sinon le chiffre officiel : 76% des français ont un ordi chez eux.... en effet c’est peu répandu 😂
99% ont un portable
71% un smartphone

(Chiffres officiels 2019)

avatar Derw | 

@cosmoboy34

« C’est mieux que rien et ça prouve que la culture n’a pas disparaît contrairement à ce qu’on clame partout elle s’est transformée pour le mieux ou pas mais elle est loin d’être absente et inaccessible. »

Personnellement, je n’ai pas entendu qu’elle avait disparu. J’ai entendu qu’elle disparaissait. Pour qu’il y ait culture, il faut qu’il y ait des acteurs culturels, et pour cela, il faut que ces acteurs puissent en vivre. Enfin une bonne partie d’entre eux (il y a des acteurs culturels « bénévoles »)… si ces mêmes acteurs disent ne plus arriver à vivre de leur art, j’ai plus tendance à les croire eux que vous.

D’ailleurs, quel est le but de vos propos au juste ? Vous minimiser les difficultés, voire les « souffrances » d’un grand nombre de ces acteurs culturels et vous semblez trouver non-problématique la disparition de la culture « réelle » financée au profit d’une culture édulcorée non-financée. Pourquoi ? Quel sont vos motivations ? Soutenir un gouvernement qui n’a pas été attaqué dans ce fil ? Défendre une théorie du complot anti-journalistes mainstream ? Soutenir les GAFAM et le monde virtuel ? 🤷‍♂️ En fait, je ne comprends absolument pas où vous voulez en venir…

« Sinon le chiffre officiel : 76% des français ont un ordi chez eux.... en effet c’est peu répandu 😂
99% ont un portable
71% un smartphone »

Pourriez-vous indiquer vos sources s’il vous plaît ? Parce que cela ne correspond en rien à ma réalité : dans l’école primaire de ma femme, c’est 50% des familles qui n’ont pas d’ordinateur. Dans le collège de mon fils (où je suis membre du Conseil d’Administration), 40% des familles venaient au collège ts les jours chercher les travaux à faire lors du 1er confinement. Dans ma propre famille large, c’est 6 sur 9 foyers sans ordi et quand il y en a 1, en général il ne sert qu’à une personne. Et qd j’en discute avec mes collègues, amis… les proportions semblent assez proches… Je sais bien qu’il ne sert à rien de généraliser à partir d’une expérience personnelle, mais là on est tellement loin de vos chiffres !…

Quant aux 99% de portables :
1. Si ce ne sont pas des smartphones (ce qui semble le cas de 30 %), cela ne sert à rien dans ce sujet.
2. Les 0-12 ans et les 70-💀 ne représenteraient qu’1 à 2 % de la population ?

Pour revenir sur « mais elle est loin d’être absente et inaccessible ». Moi je ne sais pas comment accéder à des concerts ou des festoù-noz, des films sur grand écran, des boîtes de nuit, des opéras (avec du vrai son…) du sport, des tableaux…

avatar niicoo76 | 

Je fais parti de ces nouveaux « clients » en 2020. J’avais 0 abonnement pour des services de streaming et suis passé à 3. L’effet direct me concernant c’est que je ne télécharge plus rien illégalement. Je vous rejoins sur le dernier point, avec les nouvelles plateformes à venir, HBOmax et compagnies il faudra à un moment arbitrer. A moins que des rapprochements/rachats se fassent.

avatar Lucas | 

Test

CONNEXION UTILISATEUR