Test de Photoshop CS5 Extended

La redaction |
Rares sont les produits commerciaux dont les noms passent dans le langage commun. Autrefois, Frigidaire imposait son patronyme au réfrigérateur. Aujourd’hui Photoshop se conjugue comme un verbe synonyme de « retoucher ». Une silhouette « photoshopée » lit-on ici et là ? Depuis l’affaire des bourrelets envolés de Nicolas Sarkozy dans une parution de Paris-Match, même Mme Michu connaît l’existence de Photoshop.

Prendre place dans le vocabulaire suppose une domination écrasante d’un domaine ou d’une discipline, et lorsqu’on entre vivant dans la légende, il y a souvent à craindre qu’on ne s’y endorme. Rien de tel avec Photoshop, sans doute le logiciel dont l’évolution est la plus spectaculaire de toute la Creative Suite 5.

Polissage d’interface

Au premier regard pourtant, pas de changements très saillants dans l’interface comme lors du passage de CS2 à CS3. Toutefois, en creusant, on remarque quantité de ces « petits riens » qui, additionnés, finissent par compter : le changement de l’opacité de plusieurs calques en même temps, le réglage des options par défaut des effets (fini donc cette Lueur externe toujours jaune et ce Contour obstinément rouge). Dans cet esprit, et toujours plus à l’écoute des utilisateurs, Adobe dénombre plusieurs dizaines d’ajustements. D’autres exemples ? On n'a jamais « zoomé » aussi efficacement qu’avec la CS5 en maintenant (comme avant) les touches Commande et Espace enfoncées, mais désormais en glissant simplement la souris (toujours cliquée) de droite à gauche.

regledestiers
Recadrage avec la règle des tiers


Aussi, les images que l’on glisse du bureau (ou de Bridge) créent directement de nouveaux calques en tant qu’objets dynamiques ; l’outil de recadrage, quadrillé selon la règle des tiers chers aux photographes… Impossible de tout énumérer, mais à la fin de journée, le gain de temps n’est pas négligeable. Bridge (le visualiseur-organisateur de fichiers de la CS5) bénéficie également de nouveaux raffinements. Pour en citer quelques-uns : des préréglages pour l’exportation de fichiers, une fonction de substitution des chaînes de caractères dans le module pour renommer les fichiers ou l’ajout de filigranes dans les PDF.

Mini-Bridge, le petit frère de Bridge

MiniBridge2
Mini Bridge, l'essentiel du Bridge


Mais ici, l’existence de Bridge valait d’être rappelée à cause de son nouvel alter ego dans Photoshop : Mini-Bridge. L’idée ravira les nostalgiques de la version CS car Mini-Bridge propose dans une simple palette les fonctions essentielles de son grand frère Bridge sans quitter Photoshop. L’idée serait excellente si la réalisation ne pêchait sur un détail critique : Mini-Bridge a absolument besoin de lancer Bridge pour fonctionner. Du coup, aucun bénéfice côté mémoire, denrée dont Photoshop est pourtant avide. Bien sûr, le spectaculaire est ailleurs.

Mini-Bridgesansbriodge
Mini-Bridge refuse de se passer de son grand frère Bridge


Le remplissage d’après le contenu est l’une des nouveautés qui frappent immédiatement. Elle se met en œuvre de deux manières : soit avec l’outil Correcteur localisé (ex Correcteur de Tons directs) dont c’est maintenant une option, soit plus efficacement à partir d’une sélection et en invoquant l’item de menu "Remplir". Se débarrasser d’un poteau qui bouche la vue ou même éliminer quelqu’un ou devient facile dans le monde de Photoshop (!), à condition de saisir les limites de la fonction.

Élimination sous condition

Elle ne donne de bons résultats que si la partie à supprimer réside dans un contexte relativement homogène : un ciel, du gazon, un mur… Sur un décor hétéroclite ou dans un contexte très géométrique, les résultats sont plus qu’incertains. Et à cet égard, on est un peu déçu qu’Adobe n’ait pas prévu l’ajout de contraintes pour préserver une ligne d’horizon par exemple comme le présente ce film qui se voulait un avant-goût de la fonction en vue de la sortie de la CS5. Adobe voudrait-il en garder sous le pied pour la CS6 ?

detouragecheveux
Elimination grâce à Remplir avec Contenu pris en compte


detouragecheveux
Elimination grâce à Remplir avec Contenu pris en compte


En revanche, l’amélioration de la fonction de détourage ne mérite que superlatifs. Apparue avec la CS4, la boîte de dialogue "Améliorer le contour" a été complètement rénovée. Avec l’option "Rayon dynamique", Photoshop est non seulement capable d’aller chercher les fins détails d’une fourrure ou d’une chevelure, mais il sait en même temps épouser les contours plus lisses d’un corps humain.

Une vitesse à ne plus arracher les cheveux

Bien que réglable, l’option "Rayon dynamique" en elle-même ne suffit pas à sélectionner les moindres petits cheveux d’un personnage à détourer, il faut « peindre » avec l’outil "Amélioration du rayon" pour signifier au programme où ils nichent. De sorte qu’avec un minimum de pratique, ce module fait au moins aussi bien que les meilleurs plug-ins dédiés au détourage (MaskPro, EZ Mask, Fluid Mask…), mais tellement plus vite. Mieux, il crée à volonté un masque de fusion avec lequel il reste possible d’affiner encore le résultat avec les techniques classiques. Et certes, il y a toujours des images quasi irréductibles au détourage, mais pour le tout-venant, l’efficacité de Photoshop tape clairement dans le registre du jamais vu.

detouragecheveux
Détourage de cheveux avec Améliorer le contour


D’ailleurs avec cette CS5, les photographes sont d’ailleurs particulièrement gâtés. Notamment avec le filtre "Correction de l’objectif" maintenant en mesure de reconnaître les optiques des appareils photo pour en corriger les défauts : distorsion (défaut de géométrie), aberration chromatique (franges colorées), vignettage (assombrissement des bords de l’image).

detouragecheveux
Vignettage amélioré dans Camera Raw


Correction en effet d’optique ?

D’entrée la base d’objectifs est plutôt modeste, mais Adobe compte sur la communauté des utilisateurs pour l’étoffer grâce à un éditeur de profils Adobe Lens Profile Creator à télécharger gratuitement sur Adobe Labs. Le français DXO dont le logiciel DXO Optics automatise la correction de près de 2000 optiques a beau jeu de critiquer cette attitude du numéro 1 mondial des logiciels d’arts graphiques.

detouragecheveux
Correction de l'objectif dans Camera Raw 6.1


De fait, sur les quelques optiques à forte distorsion essayées pour ce test, les résultats obtenus avec Photoshop ne sont pas totalement probants. Dès la disponibilité de la CS5, des critiques se sont élevées pour remarquer l’absence d’une telle correction dans Camera Raw, le module dédié au traitement des fichiers Raw. Adobe a réagi rapidement, car il y a déjà une mise à jour 6.1 qui pallie cette carence. Sauf que pour le moment, Photoshop et Camera Raw n’ont pas l’air de partager leurs profils d’objectifs… Mais le fait même qu’Adobe se soit enfin décidé de s’attaquer à ce genre de profilage est en soi une bonne nouvelle. Car à terme, il est peu douteux que le géant américain y apporte une réponse plus solide.

Camera Raw met la sourdine

Pour preuve, il y a les progrès saisissants du dernier Camera Raw dans le traitement du bruit, enfin au niveau des meilleurs, à savoir les DXO optiques, Neat Image, Noise Ninja et autres Topaz DeNoise ; en prime avec une mise en œuvre très simple. De quoi ouvrir des horizons pour la photo en basse lumière si on n’a pas les moyens de se payer un Nikon D3S (le champion du moment dans le genre).

detouragecheveux
Traitement du bruit dans Camera Raw - Avant


detouragecheveux
Traitement du bruit dans Camera Raw - Après


Cela vaut également le coup d’y passer ses JPG ou ses PSD pour éviter les fastidieuses opérations de répression du bruit en mode Lab. La réécriture des algorithmes de dématriçage (la manière dont les données du capteur sont interprétées en pixels colorés) n’est sûrement pas étrangère à cette avancée. La comparaison avant-après est facile puisque l’ancien dématriçage est toujours accessible dans la section "Étalonnage de l’appareil photo" -> "Processus". La différence sera néanmoins inversement significative de la qualité intrinsèque du capteur, autrement dit, la différence est plus notable avec un boîtier médiocre.

À l’inverse de la réduction du bruit, Camera Raw sait maintenant rajouter du grain, ce qui n’était faisable jusqu’ici que dans Photoshop lui-même. Toujours à des fins artistiques il développe ce vignettage qui se rajoute pour focaliser l’attention. Plus précisément, il se met à niveau avec Lightroom pour offrir une plus grande variété de rendu. Mais pour clore la comparaison avec ce dernier, il est difficile de ne pas observer la moindre réactivité de Camera Raw sur des outils pourtant strictement identiques de part et d’autre comme le "Filtre gradué" ou le "Pinceau de retouche".

Exposition à tous crans

Les passionnés de photo vont également priser les nouvelles facultés de traitement HDR (High Dynamic Range). Le principe est de combiner plusieurs clichés d’une même scène avec différents crans d’exposition afin de combler la dernière lacune de la photo numérique en regard de l’argentique, à savoir sa difficulté de s’adapter aux contrastes violents. En HDR, on atteint ainsi un codage des couleurs sur 16 ou 32 bits encore hors de portée des boîtiers réflex d’aujourd’hui.

detouragecheveux
Le nouveau module HDR, ici dans un traitement s'éloignant du photoréalisme


De fait, Photoshop disposait d’un traitement HDR depuis la CS2, mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’il est à la hauteur du meilleur du genre, Photomatix ; la complexité en moins. Photoshop aligne même une fonction unique pour éliminer, autant que possible, le flou induit par les éléments mouvants comme l’eau ou les nuages. Contrairement à Photomatix, Photoshop ne propose pas de « Faux HDR » (pour simuler le rendu HDR lorsqu’on ne dispose que d’un seul cliché). Il préfère proposer une sorte de filtre intitulé "Virage HDR" avec lequel on parvient surtout à imiter le look typique des images HDR quand elles commencent à ressembler à de l’illustration plutôt qu’à de la photo. Les possibilités sont néanmoins en retrait du Plug-in Topaz Adjust, un virtuose dans le genre.

De la dureté de poils

Mais il n’y en a pas que pour les photographes. Les graphistes illustrateurs apprécieront déjà l’accès au choix des couleurs directement sur l’image avec une combinaison clavier (idem avec la pipette). Et puis, il y a aussi de nouvelles brosses imitant les outils des peintres avec taille de poils, dureté ou densité réglables. Qui dispose d’une tablette graphique observera même une incidence de l’angle du stylet, lequel s’affiche dans une fenêtre de prévisualisation.

detouragecheveux
Les réglages des nouvelles brosses


choixcouleurs
La palette de choix des couleurs directement sur l'image


Encore un poil plus proche d’un Corel Painter (mais sans prétendre l’égaler), le nouvel outil "Pinceau mélangeur" comme son nom l’indique est capable de mixer les couleurs tel un peintre sur sa palette avec des pigments humides. Justement, c’est le paramètre d’humidité qui est déterminant pour le mélange dans Photoshop. D’ailleurs, il faut nettoyer le pinceau virtuel si l’on veut éviter de ne peindre qu’en gris sale…

pinceauxmelangeur
Les pinceaux mélangeurs rendent faciles la transformation d'une photo en peinture virtuelle



Nouvelle ossature d'animation

Hérité d’After Effects, le nouvel outil "Déformation de la marionnette" est de nature à intéresser toute sorte de public. À condition d’avoir un élément isolé sur son calque, Photoshop est à même de lui ajouter des articulations afin de le déformer selon une ossature au final invisible. Dès lors, le changement posture d’un personnage est aussi aisé à opérer que la rectification d’un monument, d’ailleurs Adobe faisait faire des entrechats à la Tour Eiffel pour la présentation française du logiciel…

detouragecheveux
Déformation d'un personnage grâce à l'outil Marionette


Pour les photographes, ce sera aussi une alternative au filtre "Fluidité" alors que les vidéastes y verront un moyen d’éviter les va-et-vient trop fréquents avec After Effects. À noter quand même que la fonction marionnette n’est pas reconnue dans la palette d’animation pour réaliser des interpolations. Mais bien sûr, la vidéo reste l’apanage de la version Extended de Photoshop. D’ailleurs pas de nouveautés pour cette dimension de Photoshop.

Repoussé pour mieux défoncer

En revanche, le module 3D, lui aussi réservé à l’Extended, fait l’objet d’une nouvelle troisième refonte (rappelons qu’il est né avec la CS3 !). La transformation du texte en 3D est enfin à portée de quelques clics et Photoshop reçoit une sorte de petit modeleur intitulé "Repoussé" (en français dans le texte), terme autrefois utilisé dans la métallurgie pour décrire la mise en volume.


Repoussé un petit modeleur 3D très simple d'accès


Toujours est-il qu’en partant de tracés, d’un masque, d’un calque ou d’une sélection, Repoussé réalise les opérations de base que sont extrusion, rotation (de manière peu orthodoxe en jouant seulement sur l’angle X), défonce ou déformation (façon pâte à modeler).

Ses facultés sembleront probablement ridicules à un adepte des Cinema 4D et autres Maya, mais Photoshop n’a manifestement pas l’ambition de les égaler. Son public est plutôt celui des utilisateurs de la trilogie Illustrator-InDesign-Photoshop ou des Web Designers qui n’ont aucune envie d’affronter l’arsenal intimidant des logiciels dédiés.

Accélération réelle, mais pas flagrante

La qualité de rendu s’améliore un peu, mais plus manifestement sa vitesse d’exécution en Lancer de rayon (Raytracing). En effet, cette CS5 supporte enfin le mode 64 bits sur Mac et la 3D est probablement le domaine dans lequel cela se ressent le plus. Car autrement, si l’accélération est réelle comme le montre notre test (voir plus bas), elle n’est pas franchement flagrante en utilisation ordinaire (lire également Photoshop CS5 : tests de performances).

iMac 24" à 2,93 GHz et 4 Go de RAM.
Test du script DriverHeaven (une douzaine de filtres sur une image en 7000x5443).
- CS5 : 4 min 05 s
- CS4 : 5 min 30 s

Test du script RetouchArtist (manipulations sur une image en 3504x2336).
- CS5 : 1 min 04 s
- CS4 : 1 min 17 s

À noter au passage que certains filtres comme "Éclairage" ne sont pas opérationnels en 64 bits, mais surtout que la plupart des plug-ins des sociétés tierces sont pour l’heure en 32 bits. Si l'on tient absolument à les utiliser, il faut redémarrer en mode 32 bits. L’opération est certes facile (une case à cocher dans la fenêtre Informations du Finder), cependant, les mauvais esprits ne pourront s’empêcher de remarquer que cette contrainte n’existe pas sous Windows…

N’empêche, avec son détourage nouvelle manière, son traitement antibruit efficace comme jamais, son module HDR revisité, sa 3D accessible au commun des graphistes, il va être difficile de ne pas se laisser manipuler comme une marionnette par Photoshop CS5.

Tags
avatar Ziflame | 
Vous n'avez pas remarqué le freeze total du Mac pendant quelques secondes à chaque fois qu'on déroule un menu d'outil dans la palette d'outil ?
avatar bortek | 
Quand est-ce qu'ils se décident a unifier leurs interfaces?
avatar Nihondjin | 
On aurait également aimé une comparaison avec la CS3 pour les tests. Sinon merci, c'est très instructif !
avatar momo-fr | 
Ne changez pas chez Adobe !! De l'esbroufe oui, mais sous le capot ce n'est pas reluisant.
avatar Zed-K | 
Quitte à ne pas participer à la mode actuelle du lynchage d'Adobe à la moindre news les concernant (ou pas, d'ailleurs...), excellente mouture de Photoshop, qui tourne à merveille sur mon Mac Pro. Les nouveautés sont excellentes, l'interface custom est toujours un peu chiante c'est vrai, mais tant que le soft reste ergonomique et que l'interface est réactive ça me va, et c'est le cas. @momo-fr : Tu pense à quelque chose de précis, où t'as juste pas lu l'article et est venu troller directement "pour le fun" ?
avatar pecos | 
[quote]il va être difficile de ne pas se laisser manipuler comme une marionnette par Photoshop CS5.[/quote] Difficile pour tous les naïfs qui ne peuvent pas résister aux sirènes du marketting, ou à ceux qui sont sensibles à l'ajout de quelques gadgets dans un logiciels déjà fort complet depuis au moins 2006 et la CS3. Pour ma part, c'est pas demain la veille que je vais repasser à la caisse, ou sce sera pour AUTRE CHOSE que le photoshop que j'utilise tous les jours et qui convient parfaitement à mes besoins. Comme cela devrait être le cas de la plupart des gens... mais de ce côté je ne me fais aucune illusion : quand ce n'est pas l'attrait de la nouveauté qui attire les pigeons, c'est l'obligation de racheter une nouvelle version pour cause d'incompatibilité avec un nouvel OS. Voilà pourquoi, en sus de NE PAS acheter PS CS5, je ne mets pas à jour Leopard en Snow Leopard, Adobe (bien aidé par Apple pour le coup...) ayant décidé de ne pas "supporter" le nouvel OS sur les versions anciennes de sa suite.
avatar Zed-K | 
@ pecos : Je suis d'accord avec toi sur le fond (surtout au vu des prix européens des licences Adobe...), mais les nouveautés de la CS5 sont très loin de relever du simple gadget comme tu l'affirme. Le gain de productivité pour la retouche est tout bonnement énorme. Si tu en as l'occasion, essaye la version démo pour te faire une idée. Après il est vrai que ces nouveautés n'intéresseront pas forcément tout le monde, elles sont plus ou moins intéressantes en fonction de l'utilisation que l'on a de Photoshop.
avatar Hasgarn | 
J'aimerai tester les nouveautés en peinture numérique, les nouvelles fonctions d'élimination sous condition, les nouveaux outils de détourages. Mais sur le principe, je m'attendais surtout à un vrai gain de performance.
avatar mediapress | 
@ Zed-K : +1 Je l'ai aussi avec mon mac pro, ça tourne comme une horloge, c'est bien le logiciel le plus performant de la suite sans aucun doute, je n'ai pas eu l'occasion de tester encore toutes les nouvelles fonctions de la suite, mais le remplissage automatique est bluffant (comme il est dit quand l'image s'y prête !!!) bref, la suite CS, c'est quand même que du bonheur pour les pros... :-)
avatar pecos | 
Permettez moi d'être plus que dubitatif justement sur le sujet des "pros"... Les pros (dont je peux me targuer d'être puisque je fais de la retouche d'image professsionellement depuis photoshop 2) n'ont normalment pas besoin d'outils de ce style "assisté" pour effectuer des retouches. En tous cas, à chaque fois que je les ai essayé, j'ai été moins vite et le érsultat a été moins beau que ce que je fais "à la mano". Je parle surtout du détourage ou du tampon. Je pense au contraire que ces nouvelles fonctions sont là piour simplifier la retouche aux non-pros ou à ceux qui ne sont pas forcément habiles avec un style et et une tablette. Pour le reste... la réduction de bruit a l'air très bien, mais ça m'étonerai fort qu'on arrive au niveau d'un plug-in genre Neat Image. faudra quand même que j'essaye. La 3D ? J'ose même pas imaginer ce que ça peut donner au vu des tentatives précédentes pour un habitué de Lightwave et Modo comme moi... La crise de rire à mon avis...
avatar Zed-K | 
@ pecos : Ces outils permettent de gagner du temps, mais ce n'est bien évidemment pas de la magie pure. Il faut que l'image s'y prête, quitte à la "préparer" rapidement au tampon au préalable. Si tu pars du principe que l'outil est censé te donner exactement ce à quoi tu pense en toutes circonstances, quelque soit l'image et sa complexité, il est plus qu'évident que tu finisse par être déçu. Je ne t'apprendrai rien en te disant que chaque nouvel outil nécessite d'être "apprivoisé" au préalable, pour savoir quand il est judicieux de l'utiliser, où quand ça va nous faire perdre plus de temps qu'en gagner (ça avait déjà été le cas de l'outil Pièce par exemple, très efficace, mais pas toujours adapté). Et tu me semble très vindicatif pour quelqu'un qui n'a visiblement même pas testé cette CS5. Que tu en veuille à Adobe pour ses tarifs européens, je peux tout à fait le comprendre, mais ça ne justifie en rien le fait de cracher sur la dernière version sans même l'avoir essayé. Enfin après, à chacun son bonheur, personnellement j'ai trouvé le mien sur la CS5, si tu préfère rester sur la CS3, c'est ton droit le plus légitime.
avatar pecos | 
@Zed-K : vindicatif... c'est le mot ! J'ai peut-être tord, note... mais j'ai tellement été échaudé par la CS4 que je n'ai même pas envie de tester la suivante. Rien que la nouvelle interface incompatible avec exposé me rebute !
avatar Bruno-cal | 
Moi franchement je trouve que la CS5 a beaucoup plus de raisons d'exister que la CS4,sur bien des points la CS5 innove dans le bon sens alors que l'on avait l'impression de faire du sur place. Pour la petite anecdote, le tarif pour le staff de Stanford pour la production premium est de 317$ TTC en version boite, ce qui explique que je change de versions a chaque nouvelle sortie.
avatar Dagui | 
Merci beaucoup pour cet article. Pour moi c'est une sorte de tuto light. Ça faisait plusieurs années que je n'utilisais plus photoshop, je me servais de Gimp, mais vu que je vais être graphiste de façon professionnelle, ben j'suis bien obligé d'y retourner. Les 2 ont leurs avantages/inconvénients. Et comme je viens juste d'installer PS CS5 ce weekend (en version d'essai), cet article tombe à pic. Entre autre, je viens de mettre à profit l'astuce du zoom avec glissement de gauche à droite, c'est beaucoup plus efficace, surtout avec ma tablette graphique.
avatar momo-fr | 
@Zed-K Je suis bien d'accord avec Pecos, j'ai même l'impression que l'on ne parle pas des mêmes "pros", je dirais que ceux qui font des gains de productivité avec les derniers gadgets de Photoshop le font car ils ne maîtrisent pas l'outil comme de vrais pros. Je connais pas mal de chromistes/retoucheurs/truqueurs qui bossent avec des versions CS2/CS3 sans souci et efficacement. Vous me faite marrer avec la fonction de "rebouchage", toutes les démos que je vois sont merdiques, cloner de la matière je le fait depuis des années, avec de l'expérience tu retouches à grande vitesse… mais il faut avoir l'œil et maîtriser ses outils. Si il y a une chose d'intéressante c'est les nouvelles fonctions de détourage… ok… what else ? Pour le reste les interfaces Adobe ne sont toujours pas unifiées, les localisations parfois approximatives (je fais de la formation), et des lenteurs apparaissent sur des petits fichiers (ici en export web par exemple). Adobe n'a toujours pas revu tout le code de sa Suite Graphique et son adaptation reste perfectible. Je n'aborderais pas l'ergonomie tellement c'est devenu le bazar, à ce titre tu peux passer 1/5 heure pour te faire la bonne interface de production (les choix de bases sont moyens). Pour ce qui est du troll : j'ai commencé à travailler sur Illustrator 88 et Photoshop 1 sur un Mac IIFx.
avatar clapton22 | 
A tous, J'ai téléchargé la démo de PS5CS Extended et la fonction (basique) "intervertir " du menu Sélection la fait systématiquement planter, sur ma machine un iMac 27" quad i5. Suis je le seul ? Merci de vos feedbacks
avatar mediapress | 
vous pouvez toujours rester en CS2 ou 3, ça n'enlève à rien la qualité du travail, ce ne sont que des outils, après, les nouvelles fonctions apportent des gains de productivité non négligeables, ce n'est pas indispensable, c'est selon ses moyens et ce que l'on recherche...
avatar hawker | 
il y a des versions chez adobe a acheter et d'autre a sauter (la cs4 ...franchement mauvaise était a sauter : pas innovante vs cs3 et super lourde beurk), mais la pour photoshop cs5, la qualité est au rdv. PS qui se lanche en moins de 5 sec sur mon ordi (un peu vieux) a froid puis 1ou 2 seconde a chaud, c'est appréciable. et les module a la ramasse sont desormais digne de l'hote comme l'hdr... pour la 3d dans ps en effet c'est risible... photoshop standart étant pour moi la version impec
avatar FreddyF | 
"il faut redémarrer en mode 32 bits. L’opération est certes facile (une case à cocher dans la fenêtre Informations du Finder), cependant, les mauvais esprits ne pourront s’empêcher de remarquer que cette contrainte n’existe pas sous Windows…" Certes ... sous Windows, il faut juste une version 32 bits OU une version 64 bits ...
avatar clapton22 | 
@ FreddyF Passage en 32 bits concluant, en effet… Je pensais pourtant avoir investi dans une bonne machine ultra top avec système optimisé et test d'applis optimisées, et tout et tout ! Y'a encore du boulot donc ;-)
avatar Ambobo25000 | 
Les nouveautés sont assez bluffantes, j'ai pu utiliser le remplissage intelligent en voulant modifier les patterns de Mail Apple (supprimer le papillon du papier à lettre). 2 sec de calcul alors que j'en aurais eu pour 5 min de tampon avant. Ce qui est intéressant depuis la CS4, c'est aussi les nouveaux termes de la version Studant and teacher qui permet l'usage commercial et professionnel des logiciels. Pour un étudiant en graphic design, c'est tout bénef' d'acheter sa CS5 à 420€ au lieu de 2700€ et de pouvoir l'utiliser une fois freelance ! Par contre, y'a un truc qui m'ennui depuis la CS4 dans Photoshop, c'est la fenêtre qui se redimensionne quand on dézoome. Je ne sais pas si vous avez trouvez comment désactiver ça mais le fait de dézoomer et de devoir agrandir à chaque fois la fenêtre est assez ennuyeux à force.
avatar kaisy | 
@ Ambobo25000: pour agrandir/réduire: commande-plus et commande-moins: le cadre (la fenêtre) reste le même. Ou alors va dans les préférences: Général / Fenêtres redimensionnées automatiquement (!)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
je ne sais pas sur quelle config vous avez fait les tests mais perso j'ai des résultats nettement supérieur ... et pourtant mon UC n'est pas fusée ... (dual core 3,86ghz 8Go de Ram) Test du script RetouchArtist sur CS5 (manipulations sur une image en 3504x2336). : 30 secondes ...

CONNEXION UTILISATEUR