ARM : Windows émule (enfin) les applications x86 64 bits

Anthony Nelzin-Santos |

Microsoft présente la première build publique de Windows 10 pour ARM capable d’émuler les applications 64 bits. Depuis son lancement en 2017, Windows 10 pour ARM était capable d’émuler l’immense majorité des applications x86 historiques, déclinées dans une version 32 bits. Mais la plupart des applications récentes sont disponibles dans une version 64 bits.

Microsoft Surface Pro X, un PC convertible avec un processeur ARM. Image Microsoft.

Windows 10 pour ARM intègre une couche d’émulation des instructions x86, dont les objectifs sont similaires à Rosetta sur macOS. Les instructions x86 sont « traduites » en instructions ARM, un système de cache conservant des traductions courantes en mémoire pour accélérer les performances. Dans son incarnation originale, cette couche d’émulation ne prenait en charge ni les vieilles applications 16 bits, ni les applications 64 bits récentes.

Bien sûr, Microsoft promeut la compilation native des applications pour l’architecture ARM. Elle montre elle-même l’exemple avec de nouvelles versions optimisées de Visual Studio Code et de Microsoft Teams. Reste que l’immense majorité de la logithèque Windows est composée d’applications x86. La plupart sont compilées pour 32 et 64 bits, comme Google Chrome, mais les plus récentes et plus exigeantes sont disponibles uniquement en 64 bits, comme Autodesk Sketchbook.

Avec cette annonce, Microsoft résout le problème de la transparence de la couche d’émulation. Dans les mois qui viennent, les utilisateurs de machines ARM n’auront plus à se soucier de la compatibilité de leurs applications avec telle ou telle architecture. Va-t-elle aussi résoudre le problème des performances, point noir de l’émulation x86 sur Windows ?

Une chose est sûre : Microsoft boucle un long chantier, indispensable à la généralisation des machines ARM, même si les applications natives se multiplient. Espérons qu’elle considèrera bientôt Windows 10 pour ARM comme un produit fini, digne d’une « édition » en bonne et due forme. Les builds de développement peuvent être virtualisées sur les Mac M1, mais une reconnaissance officielle serait bienvenue.


avatar marc-5 | 

"Va-t-elle aussi résoudre le problème des performances, point noir de l’émulation x86 sur Windows ?"
Ça marche plutôt bien sur les Mac M1... Le problème n'est peut-être pas logiciel...

avatar oomu | 

@marc-5

si, c'est aussi logiciel.

avatar Frodon | 

@oomu

Quand on voit les performances franchement pas terrible de Photoshop Bêta en natif ARM sur une Surface Pro X, on se dit que c’est surtout le matériel qui est franchement pas terrible en terme de performances, et en l’occurrence ici le GPU Adreno intégré.

En effet, on aurait pu espérer des performances au minimum acceptables en natif sur Photoshop, et pourtant même en natif, ça rame, contrairement bien sûr aux Macs M1 qui font fonctionner Photoshop très bien que cela soit sur la Bêta native ARM64 ou via Rosetta 2.

Cela corrobore aussi les premières impression des apps Intel x86 sous Windows ARM virtualisé sur Mac M1 qui sont assez bonnes, bien meilleures que ce que craignait les testeurs au regard de ce qu’ils avaient vu sur Surface Pro X, et largement utilisable.

C’est une mauvaise nouvelle pour les utilisateurs de Surface Pro X qui pouvaient espérer que les mauvaises performances étaient principalement dues à l’émulation x86 alors que c’est très clairement principalement dû au matériel.
Ça explique probablement qu’Adobe n’ait pas portée Photoshop sur Windows ARM plus tôt alors qu’ils l’avaient promis, par communiqué de presse, à la sortie de la Surface Pro X. Ils ont certainement fait des POC et vue que cela nuirait bien trop à leur image s’ils le sortait au vu des performances exécrables.
Là en le sortant pour Mac M1 en même temps, cela leur permet de montrer que c’est une question avant tout de performances matériel.

Par contre c’est une bonne nouvelle pour les utilisateurs de Mac M1 qui souhaitent une solution de compatibilité Windows 10 suffisamment performante, y compris pour faire tourner des logiciels x86/x64, ils peuvent espérer que cela soit le cas en virtualisation, en particulier quand les versions optimisées M1 de Parallels et VMWare Fusion sortiront.

https://youtu.be/kcXkKBQT7Ps

avatar flux_capacitor | 

@Frodon

Il y a déjà une beta de Photoshop native pour M1 sous macOS ? Ou uniquement pour Windows ARM ?

avatar Frodon | 

@flux_capacitor

Oui elle est sortie simultanément sur macOS et Windows

avatar flux_capacitor | 

@Frodon

Super je ne savais pas, merci 🙏

avatar Valiran | 

L'écart de perf entre un Mac M1 et une Surface Pro X est tellement grand, que seul le matériel ne peut être en cause, il est certain qu'il y a une quantité astronomique d'amélioration à apporter sur l'OS.

avatar marc-5 | 

@Valiran

Je parlais de Windows en virtualisation sur les M1, donc si c’est matériel.
Les Snapdragon ne sont pas assez puissants pour une bonne émulation.
L’émulation fonctionne bien sur les M1 et offre de bonnes performances mesurables via Geekbench.

avatar Furious Angel | 

Microsoft se prend une telle leçon sur le passage (inévitable) vers ARM...

Ce n’est que le début des emmerdes pour eux, la transition sera beaucoup plus dure que chez App’e vu qu’ils ne maîtrisent pas le hardware. Les fabricants hésiteront à faire du matériel faute d’apps, les développeurs hésiteront à faire des apps faute de matériel, et cette inertie va faire mal.

avatar bonnepoire | 

AMD s'y met donc d'ici 3 ans tu verras les machine ARM sous Windows partout dans les magasins. Elles remplaceront dans un premier temps les chromebooks puis les machines de bureau.

avatar Furious Angel | 

@bonnepoire

Mais comment acheter une machine si les apps tournent mal ? Et comment développer des apps si ARM représente une goutte d’eau dans l’ensemble des ordinateurs ?

avatar oomu | 

@Furious Angel

très simple : les apps tourneront bien.

Les éditeurs de logiciels les plus en vus, feront l'effort de migrer, MS aidera les éditeurs de logiciels "stratégiques" (indispensable pour intéresser le public)

etc.

c'est plié. ce sont des structures qui savent faire ça.

On ne vous dit pas que ça sera d'un claquement de doigt, mais ça ne leur ait pas impossible et aucune raison que le marché leur échappe. Y a personne d'autre de toute façon.

avatar Furious Angel | 

@oomu

Sauf qu’actuellement, les apps tournent très mal.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Sauf qu’actuellement, les apps tournent très mal."

Strictement aucune importance 😉

Oomu t’explique fort bien pourquoi.

avatar Furious Angel | 

@YetOneOtherGit

Ben à ce jour Microsoft n’y arrive pas. La réalité c’est ça. Le reste, ce sont des appréciations au doigt mouillé.

Nokia, IBM et bien d’autres ont vu leur business de base s’écrouler.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Nokia, IBM et bien d’autres ont vu leur business de base s’écrouler."

Strictement incomparable tu ne veux pas voir le contexte de la domination de Windows et Intel 😉

avatar byte_order | 

@Furious Angel
> Mais comment acheter une machine si les apps tournent mal ?

Attention à ne pas prendre les benchs de la Surface X pour des benchs "windows sur ARM".
C'est surtout un benchmark de la puce de la Surface X, qui est loin d'être performance.

Y'a aucun raison que du code Windows (OS ou apps) natifs ou transcompilé tourne moins vite sur une puce ARM parce c'est du code "Windows". C'est du code ARM, natif ou transcompilé, point barre.

D'ailleurs la démo via QEmu d'un Windows ARM tournant sur un mac M1 le démontre très bien.

> Et comment développer des apps si ARM représente une goutte d’eau
> dans l’ensemble des ordinateurs ?

Comme pour le mac M1 : pas d'effort particulier si la transcompilation est suffisante au départ (et avec le support 32bits *et* 64 bits le champ est couvert), recompilation en natif dans un second temps si la part de marché des ordinateurs compatible Windows ARM le justifie.

Les apps qui sont optimisés à la mimine pour un jeu d'instruction CPU particulier sont extremement minoritaire. On est plus en 1990.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Les apps qui sont optimisés à la mimine pour un jeu d'instruction CPU particulier sont extremement minoritaire. On est plus en 1990."

C’est une des choses qui a du mal à passer plus encore quand on annonce des versions “optimiser” M1 alors que ce n’est qu’un portage.

Beaucoup imaginent un travail d’optimisation spécifique au matériel, alors que les portions de code interagissant directement avec le matériel sont aujourd’hui rarissime et fortement déconseillés d’ailleurs.

Le choix des mots a un impact et les médias devraient préférer “Portage M1” à “Optimisation M1”

avatar Manu | 

Le choix des mots a un impact et les médias devraient préférer “Portage M1” à “Optimisation M1”
Vu que les applis utilisent intensivement les frameworks ou api optimisés par Apple pour M1 le raccourci est tout à fait valable non?

avatar YetOneOtherGit | 

@Manu

"Vu que les applis utilisent intensivement les frameworks ou api optimisés par Apple pour M1 le raccourci est tout à fait valable non?"

Les API et les Framework sont ceux de l’OS il ne sont pas liés au matériel c’est justement l’intérêt de ces approches.

On ne “parle” pas directement au matériel.

Il s’agit bien du portage sur un même OS mais sur une architecture matériel différentes, nullement d’une optimisation du code spécifique à une architecture cible.

avatar Manu | 

Les api et frameworks sont plutôt liés au langage je crois. Par exemple chez Apple on a un AppKit en Objective-C et un AppKit en Swift. Le lien au matériel se faisant au biais de la compilation du programme avec un compilateur pour chaque langage. Tout cela tourne sur le même OS. OS lui même dont certains composants comme le Finder utilise entre autre le composant View de l'AppKit.

avatar YetOneOtherGit | 

@Manu

"Les api et frameworks sont plutôt liés au langage je crois"

Pour essayer de schématiser une API (Application Programing Interface) est la part visible de l’extérieur d’une solution logicielle, pour pouvoir être utilisé par une autre solution logicielle.

On peut dire que c’est un ensemble de règles et de conventions pour obtenir des services d’un programme dans un autre programme.

Les OS modernes offrent, voir impose, l’usage de cette approche par des API pour interagir avec le matériel.

Le code dépend du matériel sous-jacent avant compilation est aujourd’hui assez rare et une bonne pratique est d’éviter le plus possible cela.

Formellement le Framework est un concept d’architecture: c’est un ensemble de composants génériques posant les bases d’une architecture.

Au final la tendance lourde depuis longtemps est d’abstraire le plus possible le code du matériel sous jacent qui l’exécutera.

Et les réelles optimisations dans le code source liées à l’architecture sont très rares pour des applications standard.

D’ailleurs de plus en plus de code n’est pas exécuté nativement sur le CPU mais via une machine virtuelle comme par exemple JavaScript qui est au cœur de ton browser web.

avatar YetOneOtherGit | 

@Manu

"Par exemple chez Apple on a un AppKit en Objective-C et un AppKit en Swift. Le lien au matériel se faisant au biais de la compilation du programme avec un compilateur pour chaque langage."

Yep une API est une pure abstraction qui peut être instanciée dans divers langages.

Un OS moderne est une superposition de couches entre le matériel et l’application qui s’exécute et qui ne communique en général qu’avec les couches les plus élevée.

avatar YetOneOtherGit | 

@Manu

"Tout cela tourne sur le même OS"

Un portage sur des plateformes d’OS multiples est bien plus complexe que sur un même OS avec une architecture différente.

Beaucoup d’acteurs passent par une couche intermédiaire dans leur architecture logicielle pour s’abstraire en partie des spécificités de l’OS.

Il est assez intéressant de voir comment des entreprises tel MS ou Adobe gèrent la contrainte d’avoir des produits multiplateforme.

Il y a quelques chouettes conférences en ligne sur ce type de sujets.

avatar Dimemas | 

@ furious angel :
tu es un sacré visionnaire toi !

comme te l'as dit oomu, ça tournera ne t'en fait pas.

tu compare un système sur quelques machines vs un système sur des combinaisons de configurations dépassant l'entendement, comment veux-tu faire pour tout optimiser...

avatar Furious Angel | 

@Dimemas

Non mais là on parle de produits inutilisables tellement c’est mal fait. C’est facile de dire « tout ira bien », en tout cas la réalité actuelle c’est que ça ne va pas du tout.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"en tout cas la réalité actuelle c’est que ça ne va pas du tout."

Strictement aucune importance quand bien même la situation que tu décris serait à ce point catastrophique.

avatar Furious Angel | 

@YetOneOtherGit

Prendre en compte la réalité n’a pas d’importance ?

Ah ok.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Prendre en compte la réalité n’a pas d’importance ?"

Tu ne prends pas en compte la réalité justement, tu n’en regardes qu’une toute petite partie quasiment anecdotique.

La réalité ces les élément#s qui font la domination de longue date de Wintel et qui font que cette domination n’est pas prête à s’effondrer à moyen terme 😉

avatar Valiran | 

Pour une grande majorité de gens, les apps nécessaires sont:
- suite office
- de quoi surfer sur le web
- de quoi mater des films, écouter de la musique
- que les jeux du web fonctionnent

avatar oomu | 

@Furious Angel

Microsoft continuera sa vie sans à peine remarquer quoi que ce soit:

- xbox, azure, office, bing, visual studio, etc sont tous en pleine forme
- concernant windows, Microsoft fournira et vendra ce que l'industrie lui demande

l'industrie veut du zintel ? elle fournira windows en zintel
l'industrie veut du zarm ? Ms fournira windows en zarm
l'industrie veut du Zuglon ? MS fournira windows en zuglon, etc etc etc.

Microsoft a déjà joué avec du ARM, elle peut migrer vers le "monde nouveau" si on l'a paie pour.
MS a déjà su faire vivre windows sur : sparc, mips et alpha. Bien sur, à la seconde où ces trois plateformes n'avaient plus aucun intérêt commercial, elles furent jetés à la poubelle.

Mais le point, c'est que MS n'a aucun état d'âme ni difficulté à faire quoi que ce soit que l'industrie veut.

Les éditeurs de logiciels auront plus de difficultés. Mais Ms arrive à déployer ces solutions variées et diverses en éditions :

- web
- x86
- arm sur ios
- arm sur mac (ben vi, office arrive)
- android
- divers produits "surface" avec du arm.

qu'importe si l'industrie, sauf Apple, n'a pour l'heure fait que du arm basse performance pour le grand public, Microsoft adaptera son offre à tout cpu "haute performance" qui arrivera.

Ce n'est pas une leçon pour Microsoft, c'est juste un jeudi : vendre des solutions à l'industrie qui lui achète.

-
historiquement, _aucune_ inertie n'a durablement fait mal à Microsoft.

l'avènement d'internet n'a pas ralenti Microsoft. Elle abandonna prestement Compuserve, AOl et sa propre lubie de "réseau privé bien mieux que ce publique internet, aka MSN" quand il fut évident qu'internet était l'avenir

windows 95 était pleinement voué à MSN et bouda Internet. Windows 98 était totalement voué à Internet (IE,etc) et commençait à jeter l'échec de MSN.

-
Microsoft fut politiquement inquiété début 2000s sur les formats de Microsoft Office par les exigences des gouvernements que ça s'ouvre à des formats dit "opensource" comme pour OpenOffice.

Microsoft fit ce qu'elle sait faire: multiples recours législatifs, trainer des pieds, utiliser ce temps pour financer à mort une réinvention de Word, Excel, Powerpoint, débarquer devant les politiciens avec "tadaaa, le nouveau office a un format ZoPainSource comme vous voulez"

et c'est reparti comme d'hab. (je fais référence à la création des formats docX, xlsx, et leur standardisation OASIS, en réaction à l'exigence de format ISO par les gouvernements)

et je pourrai citer tant d'exemples de "houlalal le paradigme change que va devenir microsofteuh"

mon point est: MS SAIT FAIRE ! Elle sait anticiper, elle sait faire ralentir les choses, elle sait investir pour rebatir rapidos ce qui lui manque, pour continuer à vendre par ailleurs;

et quand c'est bâclé, c'est suffisant pour maintenir son activité, le temps de refaire tout bien ce qui est bâclé.

Nous sommes d'ailleurs en train de le voir avec windows ARM.

Certes, Microsoft semble en retard, a échoué sur le mobile (arm), mais en fait, elle se repositionne rapidement au grès des évolutions de l'industrie :

windows 10 arm est une réalité
le nouvel émulateur 64b est là, comme annoncé y a qq mois
et les performances devraient évoluer rapidement dés janvier

MS aura donc un windows 10 arm de bonne facture à éventuellement rendre disponible au grand public si ça bouge.

Microsoft sera encore Omniprésente, Omnipotente, OmniDansNotreCul pour les décennies à venir au minimum.

avatar Furious Angel | 

@oomu

Je n’ai pas dit que Microsoft était menacé. Mais là ils sont en train de prendre très difficilement le virage et ça s’annonce bordélique pour quelques années, avec des apps non optimisées voire impossibles à utiliser, dans un sens ou dans l’autre.

Il ne faut pas croire que tout est immuable, ça pourrait être une catastrophe pour Windows. Et Microsoft a déjà raté pas mal de virages (comme le smartphone justement).

avatar Valiran | 

Bof, il est vrai que le dev de Windows Arm, d'un point de vue consommateur c'est à dire nous, semblait être la 5e roue du carrosse pour Microsoft.
Sauf que maintenant, y'a une grande marque qui vend du Arm, Apple, et Apple va vendre plus d'ordinateurs Arm d'ici Noël que ce qu'il s'est vendu de PC Windows Arm depuis 2 ans.
Je suis prêt à parier que Microsoft a déjà gonflés les effectifs dédiés à Arm pour inonder les machines Apple.

avatar Furious Angel | 

@Valiran

Mais ce n’est pas Microsoft qui décide d’inonder, c’est Dell, HP, Lenovo et les autres. Et ils ne le feront pas tant qu’ils n’y aura pas les apps adaptées ou une émulation digne de ce nom. Et il n’y aura pas d’apps tant qu’il n’y aura pas de matériel.

C’est bien le problème. Un cercle vicieux sur lequel Microsoft n’a pas le contrôle.

avatar oomu | 

@Furious Angel

je ne suis pas entièrement convaincu.

Microsoft ne se soucis guère de tout cela. Elle fournira déjà ses services à toute plateforme ARM, comme elle va faire pour le Mac.

de là, ça créé , avec le seul office, back office, azure, etc, de quoi travailler pour une grande majorité d'utilisateurs, ouvrant de facto le commerce de machines arm.

avec la pression d'Apple, on voit qu'Adobe s'est préparé aussi, et d'autres éditeurs de logiciels suivent.

Proposer l'équivalent en version windows ARM devrait être à leur porté du coup.

Le reste des besoins sont de plus en plus des outils web, agnostiques donc intel ou arm.

ça peut bouger bien plus vite qu'on ne le pense, cela ne parait pas du tout problématique pour Microsoft (pas un risque) et c'est aux constructeurs de se secouer pour qu'embraie les fournisseurs de firwmare, pilotes, etc et qu'ils proposent des machines excitantes pour le grand public.

Microsoft sera ravie de vendre des licences OEM windows arm aux fabricants et de vous proposer des abonnements Microsoft 365 pour vos nouvelles machines.

et de faire comme apple "pour le reste, il y a un émulateur"

comme par hasard, l'émulateur windows 64b tombe pile le mois après la sortie des macbook M1

Microsoft ne semble pas si derrière Apple. Gageons qu'elle a simplement attendu l'annonce d'Apple de juillet pour décider d'y aller franco dans la mise à disposition d'un windows 10 ARM complet et viable pour les utilisateurs.

avatar pocketalex | 

@oomu

"Microsoft ne se soucis guère de tout cela. Elle fournira déjà ses services à toute plateforme ARM, comme elle va faire pour le Mac."

Microsoft a déja fourni Office Arm pour les PC Arm sortis en 2017, ça n'a pas empeché ces machines de ne pas se vendre ...

@FurousAngel

"Mais ce n’est pas Microsoft qui décide d’inonder, c’est Dell, HP, Lenovo et les autres. Et ils ne le feront pas tant qu’ils n’y aura pas les apps adaptées ou une émulation digne de ce nom. Et il n’y aura pas d’apps tant qu’il n’y aura pas de matériel.

C’est bien le problème. Un cercle vicieux sur lequel Microsoft n’a pas le contrôle."

Je ne dis pas autre chose dans mes commentaires précédents dans d'autres articles

Ce "serpent qui se mord la queue" a déja causé la perte des Surface RT et des PC "ARM" de 2017, il n'y a aucune raison pour que l'histoire ne se répète pas
Office c'est sympa mais Office ne fait pas tout, les machines vont passer dans les mains des testeurs et des influenceurs, comme ça a été le cas pour la Surface RT, comme ça a été le cas pour les PC ARM de 2017, si au final l'expérience d'utilisation est catastrophique (lenteurs, pas d'apps natives, PC sous x86 bien plus réactif pour moins cher, etc) l'affaire va être vite pliée...

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Mais là ils sont en train de prendre très difficilement le virage "

Attention le virage n’existe pas 😉

Nous sommes sur les premises d’une potentiel inflexion de la domination d’Intel qui changera peut-être les PDM à un horizon relativement lointain.

Apple à montré le faisabilité de la transition cela ne signifie pas pour autant que le marché va être bouleversé à court terme.

avatar Furious Angel | 

@YetOneOtherGit

Je ne pense pas que les PC vont pouvoir tenir longtemps avec la claque que leur met la puce M1 qui est, je le rappelle, qu’un début sur les machines entrées de gamme...

Apple est loin d’avoir fini le boulot.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Je ne pense pas que les PC vont pouvoir tenir longtemps avec la claque que leur met la puce M1"

C’est là où je te dis que tu rêves éveillé 😳

avatar oomu | 

@Furious Angel

je dois acheter des serveurs pour les services internes des ingénieurs de mon entreprise
on a pris des postes de travail pour le développement du produit et noyau Linux
et nos client mettent en oeuvre ce logiciel et leurs solutions massivment sur intel (et de plus en plus sur du ARM custom de constructeurs réseaux ou internes)

de fait, pas une seconde, l'autonomie du M1 a été une considération. et si j'ai pris un peu d'AMD c'est une goutte dans l'ensemble ce que INTEL vend au sein de l'industrie. C'est un simple exemple pour vous dire qu'Intel est toujours là et peut résister, non qu'à des claques, mais à des coups de poings dans le ventre. C'est costaud intel.

On est loin d'éroder intel et justement, avec ses colossaux moyens et la pression des investisseurs, Intel va forcément agir pour maintenir sa position. que ça soit à terme du x86 ou autre chose voir du ARM hein. Intel peut tout faire s'il faut. Elle a déjà fait du business ARM quand ça faisait sens pour elle.

-
mais je rejoins sur un point, à l'aube de renouveler des ordinateurs portables pour les commerciaux, je réfléchis à nouveau au macbook. Le M1 redonnant un sérieux gain en rapport qualité prix grâce à son autonomie record.

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

Il suffit de lire les rapport d’activité d’Intel pour voir que le centre de gravité n’est absolument pas là où beaucoup l’imaginent et ceux d’AMD pour voir à quel point ils ne sous-estiment pas eux leur concurrent et sont absolument conscients de sa puissance.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Il ne faut pas croire que tout est immuable, ça pourrait être une catastrophe pour Windows. "

Attention à ne pas prendre ses rêves pour des réalités, on peut sans grand risque parier su une domination de Windows sur les dix prochaines années.

Au pire la PDM colossal diminuera dans des proportions raisonnables.

avatar Furious Angel | 

@YetOneOtherGit

Je ne rêve de rien. Je constate le gain monstrueux apporté par M1 alors que ce n’est que le début (pas tout à fait, Apple a 13 ans d’expérience là-dedans) et je constate aussi que tout ce que Microsoft a fait côté ARM pour le moment est une calamité.

Microsoft a en plus le désavantage de ne pas être maître de la transition, alors qu’Apple peut l’imposer.

Donc je constate (encore une fois) que la situation est compliquée pour Microsoft, car le virage vers ARM me paraît inévitable tant les bénéfices sont importants (l’autonomie des nouveaux MacBook est délirante, la rapidité de la plupart des tâches aussi, des choses bien plus concrètes que tous les bench à la con), et Microsoft a et aura du mal à faire cette transition.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

Tu surestimes profondément l’impact du M1 sur les perspectives de marché.

La PDM de Wintel va rester ultra dominante pour de nombreuses années. 😉

avatar Furious Angel | 

@YetOneOtherGit

Mais je m’en fous éperdument de la part de marché de Windows, ce n’est pas du tout le sujet. Je parle du matériel.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Je parle du matériel."

Tu plaisantes: tu parles des plateformes matériel +OS+application (et heureusement si non cela n’aurait aucun sens)

avatar Furious Angel | 

@YetOneOtherGit

Je parlais du matériel au sens large, ce qu’on a entre les mains.

Sous-entendu : je ne parlais pas de la valeur des actions Microsoft.

Ça devient fatigant ton premier degré total...

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Ça devient fatigant ton premier degré total..."

Nous sommes visiblement trois Oomu, ByteOrder et moi à avoir la même interprétation de tes propos et le même type de réaction à ces derniers.

Tu vois un danger dans le relatif retard de MS à proposer un Windows attractif sur ARM, nous considérons que c’est là un fantasme.

avatar YetOneOtherGit | 

@Furious Angel

"Ça devient fatigant ton premier degré total..."

Comment devons nous par exemple interpréter cela: “Je ne pense pas que les PC vont pouvoir tenir longtemps avec la claque que leur met la puce M1” ?

avatar oomu | 

@Furious Angel

quand enfin les samsungs, qualcomm etcc vont se mettre à proposer des machines ARM raisonnables (avec des cpu de la trempe d'Apple), windows ARM sera subitement viable

et les gens se remettront à acheter du Windows.

-
un point bloquant est le jeu vidéo. Mais MS a certainement l'habitude d'accompagner les éditeurs de jeux avec son expérience de la XBox pour que les gros titres (fortnite, fortnite et donc fortnite) arrivent sur de chouettes PC arm de samsung, nec, lenovo etc.

le point, c'est que je pense que vous avez tort de voir ça concentré sur Microsoft

je reste persuadé que pour Microsoft c'est rien. tout juste un évènement du quotidien

Par contre, ce sont des sociétés comme HP et DELL qui vont avoir du mal à se réorienter. elles sont très proches d'intel, malgré les timides incursions d'AMD dans leurs gammes.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR