Boot Camp ne sera pas disponible sur Mac ARM ! 🆕

Anthony Nelzin-Santos |

« Les Mac resteront les Mac que vous connaissez et que vous aimez », assure Andreas Wendker, vice-président d’Apple en charge de l’ingénierie logicielle. Oui mais voilà, pour certains, le Mac est aussi un PC. Apple a bien pris soin de démontrer la virtualisation sur ses puces… mais avec des conteneurs Docker et des systèmes GNU/Linux qui intéressent surtout les développeurs. Faut-il craindre la fin de la compatibilité avec Windows ?

Image Apple.

Rosetta « traduit » toutes les applications, sauf les machines virtuelles x86_64, et les extensions de noyau indispensables aux applications de virtualisation1. Cela signe la fin des solutions de virtualisation… qui refusent d’utiliser les outils fournis par Apple. Les extensions de noyau sont dépréciées depuis plusieurs années, et doivent être remplacées par les extensions système conçues avec DriverKit.

DriverKit prend explicitement en charge les besoins des solutions de virtualisation. Mieux : depuis OS X Yosemite, le système possède son propre hyperviseur, qui permet de concevoir des applications de virtualisation extrêmement légères et parfaitement respectueuses des politiques de sécurité du système. Et cela fonctionne !

Les ingénieurs d’Apple utilisent déjà une préversion de Parallels Desktop adaptée aux processeurs ARM. VMware travaille sur une version de Fusion exploitant l’hyperviseur de macOS, qui sera disponible « au début du mois de juillet ». Michael Roy, responsable du développement de la solution de virtualisation de VMware, attend de recevoir son DTK pour éprouver la future version ARM.

Une chose est sure : seuls les systèmes compatibles avec l’architecture ARMv8-A pourront être virtualisés par le biais de l’hyperviseur de macOS sur les machines dotées d’un processeur Apple. Les principales distributions GNU/Linux sont déjà adaptées, comme les trois grandes distributions BSD, et quelques systèmes plus exotiques.

Et Windows 10 ? Microsoft propose une version ARM depuis quelques années, compatible avec les applications UWP compilées pour les architectures ARM, mais aussi les bonnes vieilles applications Win32 compilées pour l’architecture x862. Le problème n’est pas la compatibilité, mais la commercialisation de cette version ARM à l’unité3.

Boot Camp est toujours présent dans macOS Big Sur, mais n’apparait pas dans la liste des applications adaptées aux processeurs Apple. Ce sera probablement le plus gros changement : si la virtualisation semble plus ou moins assurée, l’installation aux côtés de macOS semble avoir du plomb dans l’aile. Il ne faut pas paniquer, mais un peu quand même.

MàJ du 25 juin 2020. Ars Technica dit avoir obtenu la confirmation que « Boot Camp ne fonctionnera pas sur les Mac dotés d’une puce Apple ». « La voie, c’est la virtualisation », confirme Craig Federighi dans le podcast Daring Fireball, « les hyperviseurs peuvent être très efficaces, donc le besoin de démarrage direct ne devrait pas être un problème. » Ce qui ne règle pas la question de la disponibilité d’une version ARM de Windows 10 installable par les utilisateurs finaux, Microsoft se contentant de répéter qu’elle la réserve pour le moment aux fabricants de PC.


  1. Ainsi que les instructions AVX, AVX2, et AVX512.  ↩︎

  2. Exécutées par le biais d’une couche d’émulation. Les applications x64 ne sont pas prises en charge, mais la plupart sont aussi disponibles dans une version 32 bits.  ↩︎

  3. Nous avons demandé à Microsoft si elle comptait commercialiser la version ARM à l’unité, et nous mettrons à jour cet article lorsque nous aurons obtenu une réponse. De petits malins ont récupéré depuis longtemps des liens de téléchargement pour installer la version ARM de Windows 10 sur des ordinateurs comme le Raspberry Pi.  ↩︎


avatar simnico971 | 

Donc si je comprends bien aucun système Intel ne pourra être virtualisé quoi qu'il arrive ? Aïe...

avatar DVP | 

Alors il faudra les emuler, comme on faisait du temps des Power PC avec VirtualPC.
Ca sera lent, mais ca dépannera. (sauf si bien sur les extraordinaires puces Silicon sont capable de performances eblouissantes)

avatar Frodon | 

Ça sera beaucoup plus rapide qu'à l'époque, car l'émulation a énormément progressée depuis :)

avatar Ron Dex | 

@Frodon

Peut-être que la solution sera dans le Cloud Computing. Bien moins pratique cependant.
Mais je suppose que les entreprises comme Shadow se frottent les mains !

Encore une fois Apple tranche dans le vif. Après être passé chez Intel est proposé Boot Camp pour rassurer les utilisateurs de Windows qui voulais switché. Maintenant, c’est niet 😓.

avatar oomu | 

virtualiser, non. par principe.

émuler oui.

-
Mais l'industrie est appelée à bouger vers ARM. Sur windows, y a un passif gigantesque et pas une grande pression pour aller vers ARM, donc faudra être patient.

Coté Linux, c'est en plein chamboulement et ça ne cesse de grandir.

Pour Linux, le besoin d'émuler devrait devenir rapidement rare.

avatar djgreg13 | 

@oomu

En Linux quasiment tout est déjà sur armv8 grâce au pi

avatar byte_order | 

@jgreg13

Attention, ne pas confondre un changement de jeu d'instruction du CPU avec un changement d'architecture.

Y'a pas que le jeu d'instruction du CPU qui change ici, y'a toute l'architecture.
On passe d'une architecture Intel faite de pleins de standards industriels publiés (PCI Config Space, ACPI, UEFI, NUMA etc) implémentés ensuite par Intel mais aussi des fabricants tiers à un SoC propriétaire, avec des composants aux interfaces pour l'essentiel propriétaires.

Si vous croyez que cela se supporte facilement sans l'aide du constructeur ce genre de nouvelle architecture, vous revez.

Si Apple ne veut pas trop aider à ce que d'autres OS puissent exploiter pleinement les capacités du SoC, GPU compris, elle fera le strict minimum. Un framebuffer cote GPU comme dans la demo, par exemple, c'est suffisant pour faire serveur Linux en VM. Cela ne signifie pas que vous pourrez faire tourner une solution Linux qui nécessite une acceleration OpenCL ou CUDA ou Vulkan pour autant, par exemple.

Et il semble évident qu'elle a décidé d'interdire de booter autre chose que son macOS désormais. Cela sera VM ou rien.

avatar Un Type Vrai | 

Et FreeBSD fonctionne déjà sur ARM en Tier 2 et va supporter ARM en Tier 1 dans sa version 13 à venir.

avatar Scooby-Doo | 

@simnico971,

« Boot Camp ne sera pas disponible sur Mac ARM ! »

&

« Donc si je comprends bien aucun système Intel ne pourra être virtualisé quoi qu'il arrive ? Aïe... »

Pourquoi aïe ?

C'est plutôt une bonne nouvelle !

Je m'explique :

1. Pas de compatibilité Windows à gérer ;

2. Pas de pilotes à développer pour faire fonctionner Windows sur des Mac version Apple Silicon ;

3. Pas de problèmes de sécurité liés à une infestation virale / cheval de Troie pendant une session sous Windows ;

4. Plus d'espaces disponibles sur le stockage de masse puisque moins de composants logiciels installés ;

5. Une partition en moins...

En fait que du bonheur pour Apple et l'utilisateur lambda qui ne connait certainement même pas Bootcamp et s'en contrefiche totalement.

Après ceux qui en ont absolument besoin, ben ils resteront sur Mac OS Catalina ou Mac OS Big Sure for Intel et ne migreront pas vers les Mac Apple Silicon.

C'est pas la mort en soit. C'est juste la fin de Windows sur Mac à court terme.

Faut savoir couper le cordon parfois, et pas que le FireWire !

😉

avatar Lion.b | 

Donc je panique ! Beaucoup quand même ! 😭😭

avatar bonnepoire | 

@ Lion.b
Un hackintosh à base de rpi4 ça te remonterait le moral? :p

avatar Lion.b | 

@bonnepoire

Oh ! 😍, c’est lumineux comme idée ça 😋

avatar fredsoo | 

@bonnepoire

Peut-être pas le 4 vu le manque de réactivité avec Windows ou d’autres OS comme Ubuntu. Mais les prochaines versions qui sait? 😃

avatar Un Type Vrai | 
avatar 0MiguelAnge0 | 

@bonnepoire

Parce que tu rêves qu’Apple ne signera pas materiellement son OS..?!!

avatar Scooby-Doo | 

@0MiguelAnge0,

« Parce que tu rêves qu’Apple ne signera pas materiellement son OS..?!! »

C'est une éventualité fort probable effectivement avec une TPM entre le Apple Silicon et le T2, tous les composants matériels signés, évitant ainsi les contrefaçons et les réparations à l'arrache avec des pièces détachées volées ou récupérées sur des cadavres...

😎

avatar frankm | 

@Lion.b

Attends qu'ils passent de Windows 10 à 11 comme Apple avec macOS

avatar Scooby-Doo | 

@frankm,

« Attends qu'ils passent de Windows 10 à 11 comme Apple avec macOS »

Vous faites référence à Windows 10 X ???

😉

avatar Cro_Arthur | 

Ouille ça va faire mal ça.. 😅

avatar marc_os | 

@ Cro_Arthur
Pourquoi cela ferait-il mal ?
Est-il, sera-t-il vraiment indispensable d'utiliser Windows avec bootcamp sur des Mac ARM ?
Les autres solutions pour exécuter des logiciels Windows via Parallel ou VMware ne vous suffisent-elles pas ?
Rq: Pour info, mon MBP C2D de 2008 fonctionne toujours.
Donc vous pourrez utiliser les machines actuelles pour faire tourner Windows avec bootcamp pendant au moins dix ans encore !

avatar Cro_Arthur | 

@marc_os

Ah si aujourd’hui Parallels suffit, je dis ça dans l’hypothèse où il n’y aura plus que des Mac ARM.
Si Mac OS un jour ne permets plus de boot ou de virtualiser Windows ça serait dommageable

avatar pocketalex | 

Moi j'ai acheté un Mac parcequ'il est doté de MacOS

Au boot, je boot sur MacOS et à l'usage, j'utilise MacOS

Si j'avais besoin d'utiliser Windows, je sais pas pour vous, mais moi ... j'aurais acheté un PC

Il m'arrive extrêmement rarement de lancer un VirtualBox avec Windows 10 dessus, tellement rarement que si demain on me dit "ce sera plus possible", je répondrais "pas grave". Mais c'est pas le cas, et il me semble que ce ne le sera jamais.
ça tourne plutot bien et je peux faire une session PC, et, en plus, j'ai toujours MacOS qui tourne. Il y a certaines limitations mais j'imagine que les utilisateurs de Parrallels ou de Fusion ne les ont pas

Bref, c'est un non problème qui ne concerne qu'une brochette d'informaticiens qui achètent un Mac pour faire tourner Windows, avec toutes les emmerdes à l'usage (quand il tourne en parrallèle ça va, mais quand il faut tout fermer, tout sauver, tout quitter, tout éteindre et relancer le bousin pour utiliser un autre soft ... enfin, chacun son truc hein)

Ils sont gênés et je les comprends, car ils ne peuvent faire tourner un OS dont les fondations et la rétrocompatibilité avec du matos d'il y a 40 ans impose du x86. Ceux la risquent d'être déçus, l'immense majorité qui a acheté un Mac pour ...MacOS ne pourra que se réjouir, je pense.

avatar fte | 

@pocketalex

"Moi j'ai acheté un Mac parcequ'il est doté de MacOS"

Autrement dit, tu achètes un ordi parce qu’il est bleu.

Moi j’achète pour faire un job.

;)

"Bref, c'est un non problème qui ne concerne qu'une brochette d'informaticiens"

Toujours cette vision tunnel uh ?

Perso, et sans généraliser ni exclure d’autres usages, et si en effet je vois beaucoup d’usages typés informaticiens, l’utilisation la plus courante de VMware sur Mac n’est pas pour tourner Windows mais pour tourner des applications business qui n’existent pas pour Mac, et il y en a beaucoup. Ce cas de figure, je l’observe fréquemment avec des apps de gestion, et avec des apps métier.

Mais c’est un non problème qui ne concerne qu’une brochette de non informaticiens. Ce dernier mouvement d’Apple va celler le sort du Mac en entreprise, tous ces non informaticiens vont devoir passer à autre chose pour leurs applications métier.

avatar BeePotato | 

@ fte : « Autrement dit, tu achètes un ordi parce qu’il est bleu. »

Si tu ramènes un choix d’OS à l’équivalent d’un choix de couleurs, c’est que tu n’as absolument rien compris aux services que peut fournir un OS et que tu mérites bien d’utiliser Windows.

« Perso, et sans généraliser ni exclure d’autres usages, et si en effet je vois beaucoup d’usages typés informaticiens, l’utilisation la plus courante de VMware sur Mac n’est pas pour tourner Windows mais pour tourner des applications business qui n’existent pas pour Mac, et il y en a beaucoup. »

En effet. Heureusement, c’est le cas de figure qui est susceptible d’être peut-être réalisable dans des conditions acceptables (oui, je prends beaucoup de précautions, car on est encore très loin de pouvoir le savoir), si Microsoft sort une version ARM de Windows avec un meilleur émulateur x86 que l’actuel (comme certaines rumeurs le prédisent) et avec une licence d’utilisation achetable séparément d’une machine, et si les performances des processeurs Apple se révèlent aussi élevées que certains l’espèrent.
Oui, ça fait beaucoup de « si », mais au moins il reste plus d’espoir pour ce cas de figure que pour ceux qui veulent Windows pour les jeux.

avatar fte | 

@BeePotato

"c’est que tu n’as absolument rien compris"

Laissons l’ad personam dehors et essayons de rester urbains.

"tu mérites bien d’utiliser Windows."

Wow.

Il n’y a aucune réponse urbaine à ça, sauf si c’est une forme d’ironie mordante mais j’avoue qu’un indice manque pour confirmer cette possibilité.

Je crois que tu as manqué mon smiley dans le message que tu cites, à ce propos.

Passons.

"si Microsoft sort une version ARM de Windows avec un meilleur émulateur x86 que l’actuel"

Soyons réalistes, un Windows arm ne tournera pas sur un Mac arm à moins que Microsoft ne développe spécifiquement une version Windows arm for Apple Silicon. Il n’y a aucun standard comparable à la plateforme x86.

Crois-tu que Microsoft développera une telle versions spécifique pour Mac arm ?

"Oui, ça fait beaucoup de « si », mais au moins il reste plus d’espoir pour ce cas de figure que pour ceux qui veulent Windows pour les jeux."

L’espoir fait vivre, dit-on.

Je suis probablement pessimiste. Et je suis dans le moindre doute influencé par mon désintérêt grandissant de la chose Mac.

Mais je pense que Windows sur Mac arm, virtualisé ou natif, c’est mort. Linux virtualisé, très possible, si un logiciel de virtualisation est porté sur Mac arm. Si. Au fond de moi, je pense que c’est mort aussi.

Mais je pense que ce n’est pas un problème. Ça ne va impacter concrètement que quelques très rares irréductibles qui s’accrochent encore à un Mac qui n’a plus grand chose en commun avec le Mac d’Apple en 2020.

Il est temps de passer à autre chose. Le choix ne manque pas.

avatar BeePotato | 

@ fte : « Laissons l’ad personam dehors et essayons de rester urbains. »

Ah.
Donc, si je suis bien, « autrement dit, tu achètes un ordi parce qu’il est bleu », ça n’a rien d’« ad personam », mais « tu n’as absolument rien compris aux services que peut fournir un OS » (j’ai mis en gras la partie de la citation que tu avais pris le soin de tronquer, donnant ainsi l’impression d’un sens différent), ça, ça l’est ?
J’aime bien cette approche qu’on peut résumer en : « je m’autorise à raconter n’importe quoi, mais il ne faut surtout pas me le faire remarquer car ce ne serait vraiment pas urbain ». :-)

« Je crois que tu as manqué mon smiley dans le message que tu cites »

Celui qui était deux lignes plus loin que le passage problématique et ne donnait donc aucunement l’impression de porter sur ce passage ?

« Crois-tu que Microsoft développera une telle versions spécifique pour Mac arm ? »

Je n’en sais rien. D’où mon « si ».
Je sais juste que c’est techniquement possible, d’où mon explication comme quoi on peut s’autoriser à avoir un peu plus d’espoir de voir ça que quelque chose de tout bonnement infaisable.

« L’espoir fait vivre, dit-on. »

Plutôt que de parler de l’espoir (qui ne me concerne pas, après tout, vu que je n’ai aucun besoin de faire tourner Windows sur un Mac), j’aurais dû parler de la possibilité technique de l’existence d’une telle approche.
Possibilité qui autorise donc ceux qui veulent espérer que ça se réalise à le faire.

« Linux virtualisé, très possible, si un logiciel de virtualisation est porté sur Mac arm. Si. Au fond de moi, je pense que c’est mort aussi. »

Le fond de toi a dû rater l’information comme quoi ce n’est pas juste une possibilité mais déjà une réalité, dont une très brève démonstration a été faite lors de la WWDC.

« Il est temps de passer à autre chose. Le choix ne manque pas. »

Discours que j’entends depuis trente ans. Et je suis toujours aussi navré, depuis trente ans, de constater que le choix manque toujours autant.

avatar fte | 

@BeePotato

"Ah."

Oui. C’est toujours avisé de ne pas commencer une conversation en insultant l’intelligence de son correspondant. C’est ma maman qui m’a appris ça quand j’étais encore à l’école enfantine.

"Celui qui était deux lignes plus loin"

OH DOG DEUX LIGNES !!!

"Je n’en sais rien."

Il semblerait que Microsoft ait dit non, vu il y a 10 minutes.

"j’aurais dû parler de la possibilité technique de l’existence d’une telle approche."

Techniquement, un macOS sans bugs est possible. Ou Windows, hein. Pas d’OSisme.

"Le fond de toi a dû rater l’information comme quoi ce n’est pas juste une possibilité mais déjà une réalité, dont une très brève démonstration a été faite lors de la WWDC."

En effet. J’ai manqué ce point. Je me réjouis que le fond de moi se soit planté.

"Discours que j’entends depuis trente ans."

Bien entendu. Pas pour les mêmes raisons cependant. Tout est affaire de contexte.

"Et je suis toujours aussi navré, depuis trente ans, de constater que le choix manque toujours autant."

Là encore, tout est affaire de contexte. Pourtant depuis une décennie, il y a une explosion d’informatiques alternatives de toutes natures, mais bien entendu aucune n’est ni ne prétend être universelle.

En tout cas pour ce qui me concerne, je n’ai jamais eu autant d’ordinateurs variés. Il y a 10 ans, 2 parfums, aujourd’hui juste maintenant dans mon bureau, 7 parfums. Mais c’est mon contexte.

avatar BeePotato | 

@ fte : « C’est toujours avisé de ne pas commencer une conversation en insultant l’intelligence de son correspondant. »

Ah ? « Autrement dit, tu achètes un ordi parce qu’il est bleu. » Suivi d’un « moi je », histoire d’être complet. ;-)

« OH DOG DEUX LIGNES !!! »

J’ai écrit ça pour être gentil, mais c’était en fait 4 lignes, représentant deux paragraphes entre lesquels étaient laissées des lignes vides. Tu sais, le genre de marqueur l’on met dans un texte pour bien marquer une rupture dans le contenu, indiquer que ce qui suit n’est pas la continuation directe de ce qui précède, etc.

« Il semblerait que Microsoft ait dit non, vu il y a 10 minutes. »

Pour aujourd’hui, oui. Difficile d’être sûr de ce que sera sa position sur ce sujet dans un ou deux ans.
Mais comme je l’ai déjà dit, je n’ai fait que signaler qu’il y avait au moins une faisabilité technique laissant une (petite) place à l’espoir pour ceux qui le veulent bien, sans que je fasse partie de ceux-là (n’étant fort heureusement pas concerné par Windows).

« Techniquement, un macOS sans bugs est possible. Ou Windows, hein. »

Oui, mais beaucoup moins. Il y a des degrés dans la possibilité technique, comma dans beaucoup d’aspects de la vie. Mais bien sûr, on ne va pas laisser un détail comme ça se mettre en travers du plaisir de faire une telle réponse absurde. :-)

« Bien entendu. Pas pour les mêmes raisons cependant. »

Pas tellement différentes, pourtant.

« Pourtant depuis une décennie, il y a une explosion d’informatiques alternatives de toutes natures, mais bien entendu aucune n’est ni ne prétend être universelle. »

Auxquelles penses-tu, qui seraient capables de remplacer quelque chose comme le Mac ?

« En tout cas pour ce qui me concerne, je n’ai jamais eu autant d’ordinateurs variés. »

Tu as déjà oublié les années 80 ?

« Il y a 10 ans, 2 parfums, aujourd’hui juste maintenant dans mon bureau, 7 parfums. »

J’ai comme l’impression que bon nombre de ces parfums sont juste des variations de couleur autout d’un seul et même parfum.
Mais bon, si on aime choisir son OS parce qu’il est bleu… :-P

avatar fte | 

@BeePotato

"J’ai écrit ça pour être gentil"

Et bien, je me réjoui de voir ce que ça donne lorsque tu n’essaies plus d’être gentil, ça va assurément mettre une chouette ambiance de joyeuse camaraderie.

"des lignes vides"

Tu as peur du vide ?

"Il y a des degrés dans la possibilité technique, comma dans beaucoup d’aspects de la vie. Mais bien sûr, on ne va pas laisser un détail comme ça se mettre en travers du plaisir de faire une telle réponse absurde. :-)"

Tout comme il y a des degrés de possibilités marketicomerciales, comme dans beaucoup d’aspects de l’industrie. Mais bien sûr on ne va pas laisser un détail comme ça se mettre en travers du plaisir d’élaborer des hypothèses venteuses.

"Pas tellement différentes, pourtant."

Les degrés de différences varient selon le référentiel, il n’y a pas de relativité générale des différences.

"Auxquelles penses-tu, qui seraient capables de remplacer quelque chose comme le Mac ?"

D’après Apple, un iPad... plaisanterie à part, un presse-papier en céramique peinte peut remplacer un Mac, si le Mac sert à tenir une pile de papiers en place.

Pour faire tourner Windows, puisque c’est un des thèmes discuté dans ce fil, voyons, réfléchissons, l’un des quelconques 17850 modèles de PC (c’est une estimation au doigt mouillé) disponibles sur le marché ? Il peut aussi faire un très acceptable presse-papiers je présume.

"Tu as déjà oublié les années 80 ?"

Je n’en avais pas autant, et je n’aimerais vraiment pas revenir à des machins de cette époque.

"J’ai comme l’impression que bon nombre de ces parfums sont juste des variations de couleur autout d’un seul et même parfum.
Mais bon, si on aime choisir son OS parce qu’il est bleu… :-P"

Pas de relativité générale des différences. Mais je trouve qu’il y a pas mal de différences entre un Raspberry, une station de travail, un téléphone mobile, ou un arduino équipé d’un shield LoRa et de divers capteurs... Tu trouves que ça a le même goût ?

Enfin, les goûts et les couleurs... c’est important les goûts et les couleurs.

avatar BeePotato | 

@ fte : « Les degrés de différences varient selon le référentiel, il n’y a pas de relativité générale des différences. »

Faudrait savoir : c’est relatif ou ça ne l’est pas ? :-)
Bref, comme je le disais, les raisons invoquées à l’époque n’étaient pas tellement différentes de celles l’ont peut lire maintenant.

« plaisanterie à part, un presse-papier en céramique peinte peut remplacer un Mac, si le Mac sert à tenir une pile de papiers en place. »

Heureusement que ça, c’était la version plaisanterie à part.
Et dire que j’espérais un début de réponse…

« Pour faire tourner Windows »

Non. Pour utiliser comme ordinateur fournissant grosso modo le même type de services que fournit un Mac.
Il y a évidemment la possibilité d’un PC sous Windows ou d’une machine sous un Linux, voire un BSD, mais ça, ça n’a rien de nouveau. Ce que tu affirmais — et ce sur quoi je te demandais un éclaircissement —, c’était qu’il y avait maintenant tout plein d’autres possibilités en plus de celles-là. J’aurais bien aimé avoir un début de liste.
Je sais, je suis parfois naïf. :-)

« Il peut aussi faire un très acceptable presse-papiers je présume. »

Il y a bien des gens qui en arrivent à l’accepter comme ordinateur, alors pourquoi pas comme presse-papiers. Au moins, il aura plus de chances d’arriver à remplacer un Mac dans ce second rôle que dans le premier. :-)

« "Tu as déjà oublié les années 80 ?"
Je n’en avais pas autant »

Au temps pour moi : j’avais réussi à lire (deux fois !) « je n’ai jamais vu » au lieu de « je n’ai jamais eu ». D’où ma remarque.

« Mais je trouve qu’il y a pas mal de différences entre un Raspberry, une station de travail, un téléphone mobile, ou un arduino équipé d’un shield LoRa et de divers capteurs... Tu trouves que ça a le même goût ? »

Je trouve surtout que ça ne se présent pas tellement comme réponse à la question initiale qui était de savoir par quoi on pouvait remplacer un Mac.
Comme compléments, oui, il y a des choses intéressantes dans cette liste.

avatar fte | 

@BeePotato

"Je trouve surtout que ça ne se présent pas tellement comme réponse à la question initiale qui était de savoir par quoi on pouvait remplacer un Mac."

La lecture de ma réponse aurait normalement du t’aiguiller vers ce qui manquait dans ta question pour pouvoir y répondre.

Je me dois d’ajouter que l’exemple du presse-papiers n’est pas aussi crétin qu’il n’y paraît car ayant allumé mon Mac mini deux fois ce semestre pour... mettre à jour le système... je pourrais en effet tout aussi bien le remplacer par une tuile en ardoise naturelle, ça serait aussi utile et décoratif. Et beaucoup plus écolo.

Question d’usages, vois-tu.

avatar BeePotato | 

@ fte : « La lecture de ma réponse aurait normalement du t’aiguiller vers ce qui manquait dans ta question pour pouvoir y répondre. »

Ben voyons…
On ne trouve qu’il manque quelque chose dans cette question que lorsqu’on n’a surtout pas envie d’y répondre.
Mais bon, je te laisse t’amuser avec tes délires et tes presse-papiers.

avatar fte | 

@BeePotato

Tu as obtenu la réponse adéquate à ta question. Merci pour cette conversation.

J’espère que la prochaine commencera sur de meilleures bases et sera plus civilisée ; je ne doute pas que ce soit possible.

avatar BeePotato | 

@ fte : « Tu as obtenu la réponse adéquate à ta question. »

Non.

avatar fte | 

@BeePotato

"Non."

Il n’y a aucune nécessité à être du même avis.

avatar Brice21 | 

@BeePotato

Le problème est que même avec un Windows ARM en virtualization les application business ne se recompileront pas toute seule pour ARM... bref fini la liberté de choix de machine dans beaucoup de boites.

avatar Frodon | 

@Brice21

Windows ARM contient un émulateur x86 et bien x86_64 pour faire tourner les apps Windows Intel sans recompilation.

La plupart des apps business n’ont pas besoin d’une puissance de fou donc même avec l’impact de l’émulation elles tournent très bien sous Windows ARM.

avatar MarcMame | 

@fte

"@pocketalex

"Moi j'ai acheté un Mac parcequ'il est doté de MacOS"

Autrement dit, tu achètes un ordi parce qu’il est bleu.

Moi j’achète pour faire un job."

—————-
C’est un peu idiot comme réflexion.
Figure toi que nombre de softwares offrent le choix de la plateforme.
Tu peux donc faire le choix de windows ou macOS pour faire le MEME job.

avatar fte | 

@MarcMame

"C’est un peu idiot comme réflexion. "

En effet, si ça en avait été une.

"Figure toi que nombre de softwares offrent le choix de la plateforme.
Tu peux donc faire le choix de windows ou macOS pour faire le MEME job."

Donc c’est bien un choix de couleur de boîte à outil, puisque l’outil est le même. C’est ce que tu essaies de dire ?

avatar pocketalex | 

"si en effet je vois beaucoup d’usages typés informaticiens, l’utilisation la plus courante de VMware sur Mac n’est pas pour tourner Windows mais pour tourner des applications business qui n’existent pas pour Mac, et il y en a beaucoup. Ce cas de figure, je l’observe fréquemment avec des apps de gestion, et avec des apps métier."

Je le sais, j'en parle même dans un commentaire plus bas. Mais a t'on besoin de "booter" sur Windows pour ça ? Ces logiciels, de ce que j'ai vu (donc pas exhaustif) sont par exemple des solutions compta qui ne tournent QUE sous Windows, ou des progiciels entreprise, etc

OK, mais, et j'en parle plus bas aussi, ce sont rarement des logiciels qui ont un besoin d'accéder au hard en direct. Ce qu eje veux dire par là, c'est qu'avec un Parrallels, un Fusion ou même un Virtual Box gratuit, ils vont tourner

Ceux qui ont vraiment besoin de Windows au boot, c'est soit ceux qui veulent Windows mais dans un joli ordinateur, soit ceux qui veulent faire du Windows qui accède direct au hard, comme des jeux vidéos ou certains softs pro. Dans ce cas là, un PC est plus approprié et offrira plus de performances pour moins cher

Mon propos n'est pas autre

avatar Cro_Arthur | 

@pocketalex

Ce n’est pas une brochette d’informaticien, la plupart des professionnels bâtiment et de l’industrie utilisent Windows car les logiciels sont uniquement sur Windows (je pense surtout à la suite Autodesk qui est quasi inexistante sur Mac - Revit / Catia...).
En 2020 où le télétravail est de rigueur, beaucoup de personnes souhaite un Mac pour leur utilisation perso, mais sont obligés d’avoir Windows pour leur utilisation pro. Qu’est-ce que tu fais de toute ces personnes là.. ?
Les informaticiens ne représente qu’une infime partie des utilisateurs qui ont besoin d’un double Os

avatar SebKyz | 

Comme dit mon collègue du dessous c'est pour faire tourner des applications non dispo sur Mac mais aussi quand on veut avoir un Mac et pas un PC full Windows.
C'est mon cas et j'ai même une VM Linux Debian qui permet les même choses.

avatar loubalico06 | 

@pocketalex

Pareil, j'ai un deuxième ordinateur sous Windows pour des besoins ponctuels, mais avant tout j'ai un mac pour macOS et rien d'autre

avatar fte | 

@loubalico06

"mais avant tout j'ai un mac pour macOS et rien d'autre"

Aucune application ? Tu fais quoi avec ton Mac, tu admires les fonds d’écrans qui changent et l’économiseur d’écran ?

avatar loubalico06 | 

@fte

Non mais c’est quoi cette réflexion à deux balles? Si tu n’as pas compris que je parlais de l’OS et du fait de ne pas attacher d’importance à installer Windows sur un Mac hein! Non je n’ai pas acheté de Mac pour en faire un presse-papiers

avatar fte | 

@loubalico06

"Non mais c’est quoi cette réflexion à deux balles? "

Gagné ! C’était exactement ça, une réflexion à deux balles.

Tu gagnes une amanite tue-mouches : 🍄.

avatar Brice21 | 

@Cro_Arthur

Dans ma boîte les employés peuvent choisir à l’embauche un Mac ou un Windows PC. On utilise VirtualBox pour accéder à quelques logiciels business qui tournent que sous Windows (Navision). Si demain cela devient impossible, on ne pourra pas acheter deux machines à chacun, donc ça sera un PC Windows obligatoire. Triste...

avatar Soner | 

C’est les services de cloud computing style Shadow qui doivent se frotter les mains.

avatar Paul Position | 

Mais c'est clair, pour 15 balles /mois ceux qui ont besoin de Windows et qui ont une bonne connexion pourront bénéficier d'un très bon PC en streaming !!

avatar bonnepoire | 

@ Soner
Pourquoi faire compliqué? Tu peux avoir un serveur dans ta cave et faire du rdp. Je le fais depuis des années. Je n'ai pas besoin de Bootcamp. Je n'achète pas un Mac pour utiliser Windows...
Ceux qui se plaignent seront de nouveau une minorité bruyante.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR