L’irrésistible ascension de Jeff Williams

Anthony Nelzin-Santos |

Comment peut-on ignorer que Jony Ive va quitter Apple pour fonder son propre studio ? La presse mondiale, et pas seulement les titres les plus spécialisés, a couvert cette annonce ad nauseam. Ce n’est pas étonnant : Sir Jony Ive, monsieur plastique transparent aux couleurs acidulées et bloc d’aluminium aux coins savamment arrondis, est un symbole.

Cette annonce est surprenante, mais elle n’est pas inattendue. Jony Ive avait pris du recul depuis plusieurs années, et son équipe historiquement immuable a connu quelques défections majeures. De fait, ce départ est moins intéressant que la place laissée vacante, qui consacre la fin d’une époque et le triomphe des opérations dans l’organisation d’Apple. Avec un visage tout aussi discret que central, celui de Jeff Williams.


avatar umrk | 

Je confirme. Pourtant très sourcilleux sur la qualité rédactionnelle, j'estime que MacG est une référence, même comparée à une presse généraliste avec infiniment plus de moyens (Le Monde, pour ne pas le citer ..)

avatar Yves SG | 

Super article, merci 🙏 !

avatar zebulonQC | 

La p'tite bêbête qui monte, qui monte...
En tous les cas, il est plus sympathique que son patron sur les photos. Si en plus il avait la fibre Apple : qualité, précision, réponse aux besoins des clients, produits longuement pensés et correctement réalisés. Ça se perd tout ça, surtout depuis l'arrivée d'Angela A(naconda)rrhents qui a préféré tirer sa révérence, suivi de près par Sir Ive.

avatar zebulonQC | 

@umrk : pitié pas lui !!!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR