Bruxelles aimerait des produits plus faciles à réparer pour mieux durer

Florian Innocente |

Rendre par la loi la réparation des matériels plus aisée afin d'allonger leur durée de vie, c'est l'objectif de la Commission européenne pour lutter contre le phénomène de "l'obsolescence programmée".

Un terme un peu fourre-tout et utilisé parfois à tort et à travers qui décrit ici des matériels informatiques, des logiciels, des biens électroniques ou de l'électroménager dont les conditions de réparation ou de mise à jour sont volontairement rendues plus compliquées par les fabricants et les éditeurs. Obligeant les consommateurs à jeter et remplacer plutôt que réparer et faire durer.

Dans son communiqué le Parlement européen liste toute une série de mesures préconisées par un rapport et qui figureront, peut-être, un jour, dans la loi.

  • les produits devraient être conçus pour être solides, facilement réparés et de qualité: des "critères de résistance minimum" devraient être fixés par catégorie de produit dès leur conception;

  • si la période de réparation est supérieure à un mois, la garantie devrait être étendue en fonction de ce délai;

  • les États membres devraient prévoir des mesures d’encouragement en faveur de produits durables et réparables, et encourager les réparations ainsi que les ventes en deuxième main - ce qui pourrait contribuer à créer des emplois et à réduire les déchets;

  • les consommateurs devraient avoir la possibilité d’opter pour un réparateur indépendant: les solutions techniques, de sécurité ou logicielles qui empêchent les réparations en dehors des circuits agréés ne devraient pas être encouragées;

  • les pièces essentielles du produit, telles que les batteries et LED, ne devraient pas être fixées au produit, à moins que cela ne soit justifié pour des raisons de sécurité;

    La batterie passablement maintenue collée dans un iPad Pro 10,5" - crédit iFixit

  • les pièces de rechange indispensables au bon fonctionnement du produit devraient être disponibles "à un prix proportionné à la nature et à la durée de vie du produit";

  • une définition à l’échelle européenne de "l’obsolescence programmée" ainsi qu’un système qui pourrait tester et détecter l’obsolescence programmée devraient être introduits, tout comme des "mesures dissuasives adaptées pour les consommateurs" (une question, soulevée lors de la discussion en 2014 d'un tel projet de loi en France était de savoir comment on pouvait, à coup sûr, prouver qu'un fabricant avait intentionnellement limité la durée de vie de son produit, ndlr).

Ces suggestions s'accompagnent de l'idée de créer un label qui traduise le niveau de durabilité, de conception soucieuse de l'environnement et de mise à jour ou réparation d'un bien matériel comme logiciel. Certaines demandes rappellent les critiques que formule iFixit lorsqu'il démonte un matériel. Le rapporteur de ce document parle ainsi de batteries qui ne doivent plus être collées mais vissées (lire aussi Le tout soudé, c’est fantastique !).

Cette initiative fait écho à d'autres actions, comme aux États-Unis où une dizaine d'États veulent contraindre par la loi les fabricants à améliorer la réparabilité de leurs produits, à supprimer tout ce qui peut y faire obstacle pour le consommateur et laisser des acteurs non agréés proposer leurs services en ayant accès aux documentations et pièces détachées officielles.

avatar Bigdidou | 

Difficile d'être contre tout ça, mais je crains que tout ceci reste au stade du voeux pieu.
Juste en dessous, on nous explique nos télés de 2013 sont de "vieux" appareils incapables de faire tourner YouTube...

avatar melaure | 

@Bigdidou

Il faudrait commencer par interdire de souder la RAM et les SSD !

avatar Bigdidou | 

@melaure

"Il faudrait commencer par interdire de souder la RAM et les SSD !"
Et les rendre accessibles facilement, oui, tout à fait.

avatar Dodo8 | 

@melaure

J'imagine déjà le ridicule des débats pour voter cette loi. Quand vous rendrez vous compte que seule un infime minorité veut pouvoir changer sa ram ou son ssd? ?

avatar stefhan | 

@Dodo8

Je ne peux qu'approuver.

avatar patrick86 | 

"J'imagine déjà le ridicule des débats pour voter cette loi. Quand vous rendrez vous compte que seule un infime minorité veut pouvoir changer sa ram ou son ssd? ?"

On touche là un point d'hypocrisie présente chez nombre de geeks clamant la lutte contre "l'obsolescence programmée". S'il est en effet pertinent de vouloir remplacer les pièces d'usures ou défectueuses, sans remplacer complètement un appareil, pour faire durer ce dernier, il se trouve que la première raison de remplacer la RAM ou le stockage n'est pas la panne, mais l'envie de PLUS.

Toujours plus rapide, plus puissant, plus moderne. PLUS. Toujours PLUS ! Voilà aujourd'hui la principale motivation à renouveler les ordinateurs, bien avant une obsolescence sciemment programmée par les industriels — bien que des pratiques de ces deniers favorisent également une obsolescence plus rapide.

L'obsolescence est programmée par les industriels… quand ça arrange les geeks. ?

Mon point n'est pas de dédouaner les industriels de leurs responsabilités, loin de là, mais de ne pas davantage dédouaner les comportements individuels. NOS comportements.

C'est mignon de faire la victime en reprochant à tel constructeur d'empêcher de remplacer la RAM, mais rapidement hypocrite quand arrive l'argument de l'écologie. Tant que nous voudrons augmenter régulièrement les dotations en RAM de nos ordinateurs, des barrettes de faibles capacités finiront au rebu. Alors je vois de suite venir le contre argument "non mais c'est pas vrai… mois mes anciennes barrettes je les donne/vend à d'autres utilisateurs…". Combien d'utilisateurs rachètent des barrettes de 1 ou 2 Go aujourd'hui, pour les utiliser ? Une poignée, qui se contente d'ordinateurs peu performants. Pas de quoi absorber la quantité de composants dont les geeks, technophiles et autres drogués aux Gigas ne veulent plus.

Qu'on ne vienne pas me faire croire que les smartphones sont renouvelés tous les 1 ou 2 ans des suites d'une obsolescence sciemment programmée par les industriels. ?

--

Je salue les initiatives en faveur de la réparabilité, mais regrette que la recherche de la fiabilité ne soit pas davantage considérée. La réparabilité pourrait devenir un bon prétexte pour faire des produits peu fiables, puisque "bah c'est pô grave, c'est facile à réparer". ?

avatar C1rc3@0rc | 

@patrick86

«La réparabilité pourrait devenir un bon prétexte pour faire des produits peu fiables»

Si la reparation etait un business rentable et si l'optimisation de coût par economies d'echelle n'etait par aussi efficace, ça pourrait etre le cas. Ce n'est pas le cas.

Ensuite il y a au moins 3 elements qui contredisent ton hypothose:
Premier element: le fait que le lobby des industriels redouble de vigueur pour empecher la loi de passer aux USA. S'il y avait un avantage economique pour les industriel a faire de la reparation, il n'y aurait pas une telle opposition. Et on verrait au moins un debat au sein de l'industrie. Il n'y a pas debat, il y a consensus contre les projets de loi.

Second element: le cout de la reparation sous garantie.
La reparation sous garantie a un cout d'autant plus important que les materiels ne sont pas fiables. Un des principes de l'obsolescence programmee et d'arriver a un produit fiable durant la periode de garantie et qui devient obsolete une fois qu'elle est terminée.
Produire des composants a bas prix en jouant sur leur faible qualité complique la fiabilité de l'obsolescence programmée, l'appareil peut tomber en panne autant pendant la garantie que hors.

Troisieme element: la garantie contre le vice de fabrication.
Il n'y a pas de periode de prescription concernant le vice de fabrication (ou de conception). Si une serie de composants est défectueux, non seulement le constructeur devra remplacer les materiels en panne, mais devra rappeler et échanger les composants ou appareils entiers de toute la production!

avatar vince29 | 

> si la période de réparation est supérieure à un mois, la garantie devrait être étendue en fonction de ce délai;

plus simple : toute période de réparation prolonge la garantie de 7 fois la période d'immobilisation.

Et encourager l'adoption de form factor standard pour les batteries ça serait pas mal aussi.

avatar C1rc3@0rc | 

@ vince29

Prolonger la periode de garantie en fonction du delai de restitution est logique, cela pousse a faciliter la reparabilité sans poser de probleme d'industrialisation. Multiplier ce delai par x est absurde et pourrait pousser le fabricant a simplement proposer un echange standard qui irait a l'inverse du but recherché.

Pousser a un form-factor standard pour les batteries a des avantages mais aussi des inconvenients. Deja cela va limiter la conception et les possibilités d'ingenieries d'optimiser les batteries; on voit que dans ce domaine Apple a trouvé des solutions assez incroyables. Cela va aussi limiter le design des appareil surtout ceux ou la batterie occupe une place preponderante, comme les tablettes et smartphones.

Par contre, on peut tout a fait imposer que la batterie soit amovible (par le client ou en magasin), ce qui va aussi poser des contraintes mais moins extremes.

Il faut aussi prendre en compte les questions d'optimisations de couts de production. Souder et coller, permet des economies d'echelles qui peuvent etre magistrales sur des gros volumes. C'est comme affiner le design, il y a un gain sur la quantité de materiaux qui devient tres important sur les gros volumes (1mm de moins sur une coque en alu, c'est des tonnes d'aluminum que le constructeur n'a plus a payer ni a transporter)

Apres, il faut calculer ce qu'on gagne d'un cote et ce que l'on perd de l'autre, surtout que le terme considere n'est pas le meme: l'industriel considere le court terme, le politique (responsable) le long terme et l'impact environnemental.

Donc je suis le premier a militer pour la réparabilité et la modularité, mais ce n'est pas dichotomique, il faut bien peser les pours et les contres de chaque contraintes et lois.

Un truc par contre qui est urgentissime et crucial c'est de legiferer sur les normes de productions zero-rejet et la responsabilité imprescriptible sur les pollutions. Un materiel doit etre recyclable et recyclé, qu'il soit reparable ou pas. Et la c'est la responsabilité de l'industriel.

avatar occam | 

@C1rc3@0rc

"Apres, il faut calculer ce qu'on gagne d'un cote et ce que l'on perd de l'autre, surtout que le terme considere n'est pas le meme: l'industriel considere le court terme, le politique (responsable) le long terme et l'impact environnemental."

Exact. Mais ce n'est pas uniquement l'horizon de temps qui diffère, c'est aussi l'adresse de facturation.
Les profits à court terme sont privatisés.
Les coûts à long terme et les pertes environnementales irréparables sont socialisés.

C'est en cela qu'il est essentiel de pratiquer le principe de responsabilité sur toute la "supply chain", de façon absolue, et vous avez raison de le souligner.

avatar vince29 | 

Du point de vue du consommateur ça me parait assez logique de multiplier la durée de prolongation de la garantie.
T'achètes une voiture garantie 1 an et elle passe une semaine sur 2 au garage. Tu vas te contenter d'une prolongation de garantie de 6 mois ? (prolongée de 3 mois puis de 90 jour puis de 45...)

Vu le turn over des produits informatiques, si un produit est indisponible pendant UN mois cela devrait ouvrir un droit légal à remboursement au prix du neuf + x % de pénalité pour le préjudice subi.

L'échange standard vis-à-vis du client n'empêche pas de réparer le produit. Sauf s'il revient moins cher de le jeter que de le réparer. A ce moment là, il faudrait faire payer la taxe non pas au matériel vendu mais au matériel produit. Et taxer d'autant plus fortement que le taux de retour est élevé. (ou pour les partisans du verre à moitié plein : d'autant moins qu'il est faible). Ou nationaliser ifixit et taxer les produits en fonction de la note attribuée :)

assez incroyable oui
on a vraiment besoin de batteries en terrasse ?
(bon en terrasse admettons encore)
mais en forme de trapeze ?
Et on parle pas de smartphone mais de macbook.

1mm de moins sur une coque alu et on voit à travers :)

avatar C1rc3@0rc | 

Non, c'est pas logique.
Le consommateur veut un produit fiable a un cout minimal.

Pour avoir un cout minimal, on optimise la production industrielle qui passe par une optimisation des cout de production. On a alors deux elements a considerer:
- le cout important des controles qualité.
- la chaine de production est conçu pour sortir zero defaut.

Mais il peut arriver des erreurs et personne au monde de peut garantir zero defaut. Alors on fait des controles qualité a plusieurs stades et le dernier va decider des produits a mettre au pilon.

Mais les controles qualité ont des seuils de détection pour chaque controle. On peut tendre sur le 100% de conformité mais plus on s'en approche plus la duree du controle et son cout augmente, cela meme de maniere exponentielle.

Si on prend 1000 produit, et que l'on veut garantir un taux de conformité de 100% au lieu de 90% cela veut dire quoi ?
- Dans la majorité des cas le contrôle verra 100% des appareils conformes (la chaine de production est faite pour ça)
- Dans une minorité de cas le contrôle verra 1 a 10 appareils présentant un defaut
- Dans un cas exceptionnel le contrôle verra 100 appareils non conforme ( ce qui indiquera que les 1000 appareils sont defecteux, ce qui est quasi impossible d'arriver sans avoir été detecté aux niveaux precedents)

Donc pour un risque qu'il sorte 0 a 10 appareils défectueux de la production on va multiplier le temps de production et augmenter le tarif de 50% a 1000% selon la complexité du produit?

L'industriel et le legislateur ont decidé qu'il y a un taux raisonnable de controle permettant de produire a un cout le plus bas possible.
Le taux de défaut résiduel est couvert par la garantie. Tu as la malchance de tomber sur un produits industriel défectueux: tu as la garantie qu'il est remplacé, réparé ou remboursé.

Multiplier le temps de garantie en fonction du délai de restitution/remboursement, équivaut a imposer un taux zero défaut, donc a faire exploser le cout.
Ce n'est ni logique pour le consommateur, ni pour l'industriel.

Y a un seul cas ou l'on doit assurer d'un taux s'approchant du 0 défaut: lorsque le risque est majeur et irréversible. C'est rare est il y a alors 2 solutions:
- soit le produit est hors de prix (materiel medical par exemple)
- soit on délaye le cout dans le produit final (intégrant le produit 0 defaut) comme par exemple en automobile.

avatar vince29 | 

> Multiplier le temps de garantie en fonction du délai de restitution/remboursement, équivaut a imposer un taux zero défaut, donc a faire exploser le cout.

Aucunement. Juste à réapprovisionner le magasin avec un produit de remplacement dans un délai raisonnable.
Après si tous leurs produits sont défectueux...

avatar armandgz123 | 

Peut être que le prix des réparations baissera du coup... mon iPhone 6 à a peine 3 ans et 1600 cycles de batterie, celle ci commence sérieusement à donner des signes de fatigues... et mon iphone risque de connaître environ 3 changement de batterie, comme pour mon iphone 4 actuelle que je garde très très très longtemps, sûrement 10ans par téléphone (je ne fais jamais les mise a jour, pas besoin)

avatar rua negundo | 

@armandgz123

Comment fais-tu pour ne jamais faire les mises à jour ?

Je me souviens avoir déjà essayé de résister mais j'ai abandonné. Les invitations à mettre à jour devenaient insistantes et agressives (obligé de décliner tous les jours l'invitation imposante, téléchargement automatique de la nouvelle version d'ios à chaque recharge de batterie si connexion Wi-Fi et la suppression manuelle ensuite ne changeait rien, nouveau téléchargement dès la prochaine recharge).

Félicitations si tu réussis à résister durablement à cette pression !

avatar jojo5757 | 

@rua negundo

Il ya un certificat a mettre sur ton device pour ne plus être embêté avec les "retapes" d'Apple pour mettre à jour

avatar ecosmeri | 

@jojo5757

Peux tu en dire plus stp je suis intéressé par ca. Ne voulant pas mettre ios et macos a jour j'en ai ras le bol des rappel

avatar debione | 

Oui stp donne nous la combine... j'en ai tellement marre de ses spam qui me désactive l'utilisation de mon iPad en plein live...

avatar Tignus | 

@armandgz123

1600 !!
J'ai trouvé la mienne morte au bout de 900 cycles (batterie < 20% après les 50 minutes pour aller au boulot dont 25 minutes de jeu)

Tu utilises que des chargeurs "lents" (i.e pas ceux d'iPad et puissance équivalente) pour la faire durer autant ?

avatar Hideyasu | 

@armandgz123

C'est étonnamment élevé le nombre de fois que tu as changé de batterie. Tu utilises un chargeur d'origine ? Si c'est pas le cas ne cherche pas plus loin

avatar Toinewh | 

C'est le système qui est contre le système…
D'un côté on veut faire marcher l'économie à l'échelle mondiale avec le capitalisme. De l'autre on veut que les produits durent plus longtemps (on les rachète moins souvent en gros)
D'un côté on veut des produits de meilleure qualité… mais on veut s'affranchir de l'agrément en ce qui concerne les réparations (qui garantit le respect du matériel, en plus de justifier des coûts plus élevés et donc des rentrées d'argent…)
Faut qu'on m'explique la logique là dedans.
Je ne vois pas comment on peut exiger des tests aussi rigoureux lors d'une sortie de produit, mais dès qu'il s'agit de le réparer, n'importe qui peut faire ce qu'il veut, pourvu qu'il ait les pièces. Bref on veut du high-tech en amont, et du low-tech en aval.
J'aime les défis !! :)

avatar hirtrey | 

@Toinewh

Avant la super glue d'Apple, les macs était d'aussi bon produit que maintenant.
Un téléphone avec une batterie amovible peut être un téléphone de qualité et de dernière génération.
Je ne vois aucun problème

avatar C1rc3@0rc | 

@Toinewh

La réparabilité n'est pas directement liée au cycle d'achat.
L'obsolescence programmée est par contre une programmation du cycle d'achat totalement artificielle. Mais la panne n'est qu'une des techniques de l'obsolescence programmée
En agissant sur la reparabilité on agit sur l'obsolescence programmée, mais c'est indirect.

une autre technique c'est le sous-equipement ou sous-dimensionnement:
- soit un constructeur d'ordinateurs qui developpe aussi les OS qui animent ces ordinateurs.
- ce constructeur developpe a 5 ans ses OS, et il sait que la version n+3 necessitera 9 Go de RAM pour fonctionner décemment.
- il produit des machines qui ont une RAM soudée,

Alors ce constructeur sait que toutes les machines produites qui ont 8Go de RAM seront obsolètes dans 3 ans( surtout s'il impose des mises a jours des OS...)

Autre technique: la penurie de pieces de rechange.
- le consctructeur fait des machines reparables
- ces machines utlisent des pieces non standard fabriquées sous licence exclusive
- au bout d'une periode X le constructeur change le format de quelques pieces et arrete de produire les precedantes (un exemple pourrait etre le MagSafe et MagSafe 2... ou des vis)

Resultat, le produit est reparable, mais les pieces sont introuvables => la machine est obsolete.

On pourrait aussi parler de la technique logicielle de la vraie-fausse fonctionnalité, exemple:
- un format de compression video qui divise jusqu'a 50% la taille a qualité egale.
- integration profonde de ce format dans l'OS
- ce format est "gourmand" en puissance materielle et seule la toute derniere generation de processeur est equipée d'un co-processeur dedié qui a l'avantage de decoder vite et sans trop consommer.
- ce constructeur a sous dimensionné les batteries de ses PC

Consequence, le nouveau systeme va exploiter a fond le processeur qui va donc consommer beaucoup pour decoder les fichiers graphiques et video, et donc vider la batterie deja a la peine, de maniere inexploitable. Seule les nouvelles machines equipées du coprocesseur graphique dedié au format, garderont une autonomie suffisantes, les autres seront obsoletes...

Ce ne sont la que quelques exemples des techniques d'obsolescence programmées. L'informatique en a des paquets sous la main et l'industrie automobile en a developpé des tonnes (recuperees souvent pas l'industrie informatique et electronique)

avatar fte | 

@C1rc3@0rc

"seule la toute derniere generation de processeur est equipée d'un co-processeur dedié"

(ce n’est pas un co-processeur dédié)

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Toinewh

Les choix d'Apple et d'autres sont stupides à la base: mettre une trappe pour changer la RAM sur le 27 et pas sur le 21.5 est une connerie au minimum ou de l'obsolescence programmée pour parler vrai.

Que dire des connecteurs proprietaires, des firmware empêchant l'ajout jusqu'à peu de SSD NVme tiers.

Et le pompe, l'article que j'ai lu hier à propos du capteur Nike+ où le code Apple le 'tue' passés 1000 jours de fonctionnement!!!

Pour moi: chaque produit devrait passer une homologation par un organisme à la iFixit lui donnant une note de réparabilité. Ensuite, pour chaque produit vendu, la boîte devrait payer une taxe inversement proportionnelle à cette note à un organisme local luttant contre les déchêts. On verrait en 1 ou 2 génération un changement radical.

Mais encore faudrait-il que toutes ces bandes de nuisibles administratifs qui siègent dans les différent pays ne soient pad corrompus par des lobbys. La position d'Apple et d'autres aux US pour lutter contre une loi en gestation me débecte. Mais ce genre de déclaration de Bruxelles et juste un appel du pieds à ces lobbys: on a aussi faim, venez nous flâter et acheter notre silence aussi....

Pages

CONNEXION UTILISATEUR