Hackintosh : prise en charge initiale des CPU Alder Lake et de leurs cœurs asymétriques

Nicolas Furno |

Avec la génération Alder Lake, Intel a modifié ses processeurs d’une manière fondamentale, en introduisant le concept de cœurs asymétriques. Bien connu dans le monde ARM, son principe est d’avoir des cœurs plus performants et d’autres plus économes, pour offrir de bonnes performances sans trop consommer.

Alder Lake : Intel trace sa route pour rattraper Apple (1/2)

Alder Lake : Intel trace sa route pour rattraper Apple (1/2)

Alder Lake : Intel trace sa route pour rattraper Apple (2/2)

Alder Lake : Intel trace sa route pour rattraper Apple (2/2)

Ce changement implique de nombreuses adaptations côté logiciel et notamment au niveau du système d’exploitation. Intel a travaillé avec Microsoft pour améliorer ce point dans Windows 11, mais il ne faut rien attendre de la part d’Apple pour macOS, les Mac ayant abandonné les processeurs conçus par Intel. Voilà qui pouvait inquiéter les amateurs de hackintosh, ces PC sur lequel on installe macOS, mais bonne nouvelle : OpenCore1 a débuté sa prise en charge des CPU Alder Lake.

Image Intel

C’est un début et il faut encore tenir compte de quelques limitations et bugs. Par ailleurs, les développeurs d’OpenCore n’ont testé qu’une seule carte-mère ASUS et il pourrait y avoir des incompatibilités avec d’autres modèles. Quoi qu’il en soit, macOS peut tourner sans problème majeur, même s’il ne faut pas s’attendre pour le moment à des performances aussi bonnes que sous Windows. Le problème vient de la gestion des cœurs à vitesse différente, il reste manifestement des optimisations à faire.

Même s’il est désormais possible d’installer macOS sur un PC avec Alder Lake, il est plus prudent pour le moment de s’en tenir aux générations précédentes pour obtenir un hackintosh plus stable.


  1. Une brique indispensable pour les hackintosh, c’est lui qui simule un Mac pour permettre à macOS de démarrer normalement.  ↩︎


avatar koko256 | 

Est-ce que le hackintosh vit ses derniers jours avec le passage au M1 ou est-ce Windows ARM va pousser à avoir des tours ARM... l'avenir nous le dira...

avatar Ouetham | 

@koko256

On peut supposer que tant qu'il y aura une version native Intel de macOS, le hackintish (Intel) sera techniquement possible sans trop de bidouille sur du matériel proche des config apple. "Pertinent" c'est autre chose. Vu le prix d'un mini M1 par exemple.

avatar koko256 | 

@Ouetham

Oui. J'ai écrit "derniers jours" mais c'était l'idée, derniers milliers de jours quoi...

avatar ingmar92110 | 

@Ouetham

C’est exactement ça. Je viens d’arrêter d’en monter vu le rapport prix/perfs du mini m1.

avatar Gwynpl@ine | 

@ingmar92110

C'est clair, mon Mac mini M1 fait 7% de moins que mon ancien MBP 16", et c'est pas le même prix. Je parle même pas de le la différence entre le M1Pro ou M1Max :-)

avatar Gwynpl@ine | 

@Ouetham

Non, on ne peut pas le supposer, car Apple n'apporte rien comme support. Il y a un gros changement d'architecture, si tu veux un Hackintosh, il faut prendre les mêmes générations que Apple. Les heures du Hack sont comptées.

avatar Ouetham | 

@Gwynpl@ine

Oui. C'est ce que j'ai dit. Enfin je crois. Je parle bien de macos natif Intel sur des configs (composants) similaire à celles d'Apple.
Bref, d'accord avec vous.
Et je parle que pour Intel. Je ne m'aventurerai pas sur du hackintosh ARM. Les SoC Apple étant sûrement trop spécifiques.

avatar aricoseco | 

C'est pas tout à fait exact comme commentaire, vu que depuis plusieurs années maintenant il est tout à fait possible d'avoir un Hackintosh sous Ryzen. Il y a même des articles sur ce site qui en parlent 😉

avatar dandu | 
En l'état, et probablement au moins pour les quelques prochaines années, les tours ARM, c'est pas envisageable. Y a pas de puce valables pour cet usage actuellement, même les meilleurs puces ARM utilisées, c'est au mieux du niveau d'un Apple A12. Plus le fait que le marché Windows 10 ARM, c'est ridicule en volume (en partie parce que les performances suivent vraiment pas). Et enfin, les points qui font aller vers un hackintosh (à mon avis), c'est l'ouverture du matériel et le prix, et les trucs ARM actuels peuvent vraiment pas proposer ça. Les rares trucs ARM disponibles, c'est fermé comme un Mac (parfois pire) et assez cher.
avatar oomu | 

@dandu

il n'est pas certain qu'il soit légalement et techniquement (non documenté) possible de faire sans Apple une machine "mac arm".

QUID des étapes de démarrage, du firmware, des pilotes UEFI, etc ?
Est-ce que tout cela est réimplémentable pour satisfaire MacOs : https://support.apple.com/fr-fr/guide/security/secac71d5623/web

https://www.corellium.com/blog/linux-m1 - How We Ported Linux to the M1
"Apple designed their own interrupt controller, the Apple Interrupt Controller (AIC), not compatible with either of the major Arm GIC standards. And not only that: the timer interrupts - normally connected to a regular per-CPU interrupt on Arm - are instead routed to the FIQ, an abstruse architectural feature, seen more frequently in the old 32-bit Arm days"

"To actually connect the USB port inside the M1 to the USB type-C connectors on the back of the Mac Mini, we had to interact with a chip on I2C (which means GPIO and I2C drivers) which has customized firmware."

Ceci est il possible avec ce qui est disponible sur le marché pour créer un futur "hackintosh" arm ?

Contre-intuitivement, l'avènement de ARM dans l'informatique générale annonce, à mon sens, le retour des machines (très) propriétaires.

Le CPU n'est qu'une partie de ce qui forme l'architecture d'un ordinateur complet. Et le cpu lui même peut être largement customisé grâce aux possibilités de la licence ARM dont dispose Apple et par design : un cpu ARM n'est pas nécessairement la même chose qu'un autre CPU ARM.

-
il y a eu des initiatives par le passé de définir une plateforme commune standard et vendue sur le marché par les fabricants de carte mère, périphériques, etc, MSX, CHRP (apple et ibm) etc

toutes échouèrent par un mélange d'apathie des consommateurs, de marché de niche donc ultra cher et de rejet à peine poli par l'industrie.

La plateforme de fait "ibm pc" était largement suffisante pour répondre à la demande.

avatar Gwynpl@ine | 

@oomu

Il faut voir du côté de Linux, avec le portage sur M1 on commence à avoir des retours. Mais pour démarrer sur Mac M1, là pou démarrer sur de l'ARM Vx... chaud patate !

avatar MGA | 

@dandu

« Et enfin, les points qui font aller vers un hackintosh (à mon avis), c'est l'ouverture du matériel et le prix » : dans le monde « pre-Mx » ok, mais les motivations d’aujourd’hui ne sont plus nécessairement les mêmes, le rapport prix puissance a tout de même évolué. En revanche le hackintosh est aujourd’hui LA machine pour celui qui reste un pied dans l’autre monde et qui veux windows « en local », LA machine pour celui qui attend un peu que la gamme Mx soit complète et LA machine pour celui qui utilise des logiciels encore non optimisés. Et tout ça si il ne peut se satisfaire de son matos actuel, ou vieillissant, ou… en panne.
Franchement je me demande même si le hackintosh n’est pas plus utile et raisonnable aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été.
NB je n’ai jamais eu de hackintosh et chez moi c’est vieux matos ou M1 mais j’ai gardé un PC sous W10 en accès à distance au cas où.

avatar aricoseco | 

Surtout, la machine pour le client très attaché à Apple pour le quotidien mais qui veut avoir un Windows performant en rapport qualité / prix pour jouer. C'est bien pour ça que je ne suis pas prêt de le lâcher pour le moment.

avatar MGA | 

@aricoseco

Effectivement vous faites partie de ceux qui gardent un pied dans l’autre monde, d’autres utilisent des logiciels pro exclusivement sous windows… au bureau j’ai été choisi de garder des pc à cause du logiciel pro, c’est d’un pénible… en plus il est programmé avec les pieds.

avatar Nielp | 

@aricoseco

Si tu veux une machine performante pour jouer, t'évites windows justement...

Vu comment avance proton, et tout ce qui gravite autour dont le noyau, et la tonne de bloatware inclus dans windows. Comment on peut encore nous sortir que windows = jeu vidéo...

Ubisoft recrute des spécialistes pour des projets concernant le JV et qui tourneront sous linux, amazon fait de même. Windows 10/11 c'est pas l'époque de windows 7 et ce n'est pas non plus windows 7.

Si windows était tellement la panacée, MS ne s'emmerderait pas à inclure du linux dans windows pour éviter la fuite des utilisateurs alors que ballmer et billou ont passés des années à cracher dessus.

Surtout avec toutes les récentes optimisations qui tombent fréquemment chez les barbus. Que ça soit dans DXVK, Mesa, Proton, dans des drivers, futex2 pour le noyau, etc. Manquerait plus que les produits adobe se retrouvent avec une version native linux... Mais microsoft sortira le chéquier pour s'assurer de les garder à la maison. :)

avatar fmj | 

Tant que le système Apple prendra en charge les derniers Intel (IMac 2020, Mac Pro 2019) le hackintosch aura encore une durée de vie d’une dizaine d’année.

avatar pocketalex | 

sur la durée je suis d'accord, quoiqu'en 5 ans l'évolution des composants risque d'amener progressivement de plus en plus soucis à régler. ça commence avec les nouveaux CPU Intel...

mais c'est surtout l'intérêt qualité/prix qui va en prendre un coup

jusqu'ici, monter un hackintosh permettait d'avoir une machine bureautique, familiale ou pro à moindre frais, et taillée sur mesure par rapport à ses besoins, évolution, et rapide à réparer si besoin (si un SSD ou une barette de RAM lache sur un hackintosh, ou une carte graphique, potentiellement c'est réparable en quelques minutes, voire pour le lendemain. Sur un vrai Mac, la résolution de ce type d'emmerde se compte en semaines)

Pas mal d'avantages qui vont passer à la trappe avec les Mac Arm, surtout quand le M2 va sortir (les M1 vont arriver en force sur le marché de l'occasion, et on pourra voir un Mac très intéressant pour un tout petit prix)

Bref c'était une solution pour un moyen/large public, ça va devenir un truc pour une minorité de passionnés et de bidouilleurs

avatar Dimemas | 

la vraie question est : quel est l'intérêt ?
J'en suis sorti à la sortie du M1 qui était vraiment prometteur, j'ai tout plaqué du jour au lendemain.

il y a 3 ans, je t'aurais dit que faire un hack c'est génial, tu as des possibilités infinies avec les fonctionnalités de macOS et en utilisant aussi bien un CPU intel qu'un ryzen (j'en avais un qui fonctionnait à merveille sur un 3600 sous big sur)
Maintenant avec :
- les problèmes de compatibilité avec les nouveaux composants,
- la puissance relative des anciens processeurs versus les M1 et surtout M1pro et m1max qui devraient sortir sur un imac voire un macmini (à moins de prendre le haut-de-gamme comme un 10900K/11900K ou un 3900X/3950X/5900X/5950X qui sont très - trop ?- puissants mais qui coutent un bras aussi sur un architecture et un OS qui risque à tout moment de lacher le support de ces CPU pour les nouveaux OS
- le prix des composants comme pour les GPU qui a complètement perdu la raison, on trouve des GPU d'entrée de gamme à 500 euros !!!
ma RX580 nitro + en 8gb est complètement hors de prix
- et je ne te parle pas du cooling, du boitier (j'étais très SFF pour ma part pour rester dans l'esprit du max, sobre et petit)

ça ne vaut pas du tout le cout.

avatar ingmar92110 | 

L’avantage d’avoir basculé sur unraid, c’est que mes macs sont de plus en plus des vm, donc on peut bidouiller sans crainte, et que le hardware n’ira pas à la poubelle si plus de support, car il sert à quantité d’autres choses…

avatar Pierre H | 

La vraie question, c'est "on peut installer MacOs sur une Tesla ?"

avatar Achylle_ | 

Oui ça sent le sapin pour le hackintosh.
Son seul intéret était de pouvoir faire des machines puissantes pour palier à certains manques d'Apple côté GPU ou au contraire des machines basiques et upgradables pour ne pas dépenser un bras pour une utilisation basique.

Mais l'arrivée du M1 a complètement changer la donne.

Et gardons à l'esprit que même les M1max surpuissants ne sont que des puces mobiles.
Quand les versions Desktop (les D1Max ?) sans problématique d'autonomie à gérer vont sortir pour les iMacPro et MacPro, cela risque de secouer côté perfs.

Quel intérêt restera-t-il alors pour les hackintosh ? Le prix ? Mouais.
Un Macmini M1 entrée de gamme ne coute déjà pas très cher et propose un rapport prix/performances affolant.
Et à la sortie des M2, on en trouvera pour une bouchée de pain en occasion alors qu'ils resteront encore excellents pour de longues années.

Quant au très haut de gamme, on a bien vu qu'Apple n'est pas si cher finalement quand on les compare à des choses comparables.

CONNEXION UTILISATEUR