Alder Lake : les premiers PC avec les puces hybrides d'Intel cet automne

Mickaël Bazoge |

Les premiers PC équipés des nouveaux processeurs Alder Lake devraient être lancés cet automne. À l'occasion de son Architecture Day, Intel a aujourd'hui levé le voile sur pas mal d'informations autour de cette architecture hybride. Son principe rappelle le système big.LITTLE à l'œuvre depuis des années sur les processeurs ARM : la combinaison de cœurs performants et de cœurs économes, à l'image des puces Ax et M1 d'Apple… mais en x86, forcément.

Les premières puces Alder Lake sortiront sous l'étendard Intel 7 (gravure en 10 nm), une nouvelle nomenclature — une de plus… — que le fondeur de Santa Clara a présenté fin juillet. Il faudra attendre 2023 pour bénéficier des bienfaits d'Intel 4 (7 nm).

Intel dévoile son plan de relance pour redevenir leader en 2025

Intel dévoile son plan de relance pour redevenir leader en 2025

Ces nouveaux systèmes-sur-puce embarquent des cœurs performants « Golden Clove », le cœur « le plus puissant » jamais créé par Intel selon l'entreprise jamais avare en superlatifs. Les cœurs économes « Gracemont » seront quant à eux « les cœurs x86 les plus efficaces », tout simplement. Intel présente « Golden Clove » comme des cœurs qui pourraient trouver une place dans les processeurs Core, tandis que les cœurs « Gracemont » sont du même calibre que ceux des processeurs Atom.

L'architecture Alder Lake, la 12e génération d'Intel, a connu une sorte de faux départ : la gamme hybride précédente, Lakefield, est restée une petite année au catalogue avant d'être rangée au placard. Les puces équipaient des PC pliables et le Surface Neo mort-né de Microsoft.

Alder Lake est plus ambitieux : les puces qui proviendront de cette architecture afficheront un TDP compris entre 9W et 125W. De quoi équiper des PC portables tout comme de gros ordinateurs de bureau. Parmi les premières puces hybrides prévues pour cet automne, le fondeur prévoit un modèle de bureau avec 8 cœurs performants et 8 cœurs économes ; un modèle pour portable avec 6 cœurs performants et 8 cœurs économes ; et une version ultra mobile avec 2 cœurs performants et 8 cœurs économes.


avatar Dimemas | 

125W ??? 🤣🤡

plutôt jusque 300W pour le mainstream avec les puces très haut de gamme
ah le TDP et intel, toujours une Grosse blague

avatar fte | 

@Dimemas

"ah le TDP et intel, toujours une Grosse blague"

Je pense que tu n’as pas compris la différence entre puissances pic et moyenne.

Mais je t’accorde que la com d’Intel et ses nomenclatures en particulier est fort médiocre.

avatar Dimemas | 

@ fte : bien sur que si, mais même en moyenne, on est à 200 chez eux eux sur du 125

avatar jb18v | 

Ces renommages sans aucun sens 😂

avatar cecemf | 

Jen suis sur qu’il battra même pas le M1. Donc encore moi le M1X.

avatar en chanson | 

en puissance brute le M1 est déja battu, tu confonds avec le ratio puissance cpu/consommation

avatar Dimemas | 

@cecemf : ...
euh il est largement battu par certaines puces, mais le ratio perf / W est très en faveur d'apple pour l'instant

avatar zcomzorro | 

En tous cas pour trouver un wagon de noms pour tout et n’importe quoi ils font le boulot 👍🏻😅

avatar Levrai | 

Intel peut dormir tranquille surtout quand on voit la liste ridicule des logiciels pro compatible avec la puce M1 après 6 mois de commercialisation... A part pour faire du traitement de texte et quelques retouches vidéos, cette puce n'a aucun intérêt dans un véritable environnement professionnel.

avatar bonnepoire | 

@levrai
« un véritable environnement professionnel.« 
Heureusement tu sais ce qu’est un véritable environnement professionnel. Je dois être un faux professionnel.

avatar Levrai | 

Aucun logiciel de gestion d'entreprise ne tourne sur une machine équipée du M1 telle que SAP, aucun logiciel de DAO, CAO, CFAO compatible bref à part faire du traitement de texte et quelques encodages vidéos, cette puce ne sert à pas grand chose.

avatar oomu | 

@Levrai

boaah, tout le monde est sous Salesforce, de toute façon ;)

-
il était évidemment impensable que les logiciels passent à M1 en natif en 6 mois. ça prendra 2 à 4 ans.

avatar Tomtomrider | 

@oomu

Ça prendra 1000 ans plutôt, les ERP ne sont pas compatibles Mac à la base il me semble. Les Movex, SAP, IFS Irium etc etc ne fonctionne que sur Windows. Ça fait des paquets d’industries pour qui le mac n’existe pas :(.

avatar manu666 | 

@Tomtomrider

Avec SAP 4 HANA et la technologie SAP Fiori, on a plus besoin de client à installer sur le poste. Tout se fait avec le navigateur internet.

Maintenant toutes les entreprises ne sont pas encore passées sur S4 HANA..

avatar oomu | 

@Tomtomrider

ha pardon

vous pensiez surtout à ces logiciels qui franchissent jamais le pas sur mac, et que le M1 ne va en RIEN changer la donne, quoi qu'on fantasme sur l'impact de cpu apple pour le mac en général ? c'est cela ?

Oui.

avatar mapiolca | 

@oomu

Moi je rêve toujours Solidworks et Tekla sur Mac…Mais ça restera un doux rêve à jamais…

avatar cecile_aelita | 

@Levrai

Petit scoop le vrai !!! Office et le traitement de texte est de très loin le logiciel pro le plus utilisé mon grand (avec Outlook probablement) ^^.
Du coup tu viens de confirmer l’intérêt de cette puce dans ton commentaire 😁

avatar Levrai | 

Même pour une secrétaire de direction, le temps passé sur la suite Office est vraiment anecdotique comparé au reste de son activité qui nécessite d'autres logiciels qui eux ne sont pas compatibles avec la puce M1.
Bref le mac M1 dans une entreprise est tout juste bon pour être mis à disposition dans la cafétéria des employés pour qu'ils fassent mumuse pendant la pause de midi.

avatar cecile_aelita | 

@Levrai

🤣🤣🤣^^
Il est mignon 😍😍

avatar Tomtomrider | 

@romainB84

Il a pas tord. Dans ma boîte on voudrait passer sur mac que ça serait impossible, aucune solution n’existe. Il va de soit que la société qui m’emploie n’est pas l’alfa et l’oméga de l’informatique d’aujourd’hui mais il faut bien admettre que ce qui peut être fait sur mac peut être fait sur pc mais la réciproque n’est pas vrai.

avatar Levrai | 

De toute façon un Mac sans Windows, ça ne sert à pas grand chose que ce soit en entreprise ou même pour les études, trop de logiciels sont aux abonnés absents. C'est pas pour rien que les parts de marché de Macos sont si anecdotique de nos jours.
Macos on peut facilement s'en passer car on trouve facilement un équivalent logiciel sur PC alors que le contraire est impossible.
Et ces versions ARM aussi performantes soient-elles auront un destin encore plus funeste que leurs equivalents x86 et seront ponctuellement cantonner à faire quelques tâches spécifiques rien de plus.
Sans Windows et logiciels compatibles, ces machines seront inutile dans un environnement professionnel...

avatar Silverscreen | 

@Levrai

La plupart des softs manquants le sont du fait d’éditeurs qui soit ont toujours privilégié leur version PC (ERPs), soit dont le soft tournetrès bien sous Rosetta (autocad, arvhicad, sketchup) ,soit dans des secteurs où la politique de déploiement IT fait que de toutes façons les machines ne tournent jamais sur le dernier OS. La transition se fera alors simplement légèrement en décalé.

D’ailleurs, même en interne, Apple n’équipe pas encore la plupart de ses employés corporate en BigSur et a fortiori en M1. C’est de la politique IT standard.

Ça ne veut pas dire que les puces Apple Silicon ne sont pas attendues avec impatience pour les gains qu’elles apporteront, juste que les éditeurs et certaines industries patientent comme elles le font toujours (trouvez moi un fabricant/imprimeur etc dont les machines de prod tournent avec le dernier OS dès octobre…). Les Macs M1 n’échappent pas à la règle.

Maintenant SAP, Autocad etc c’est aussi peanuts par rapport à Adobe CC ou Office en utilisation pro. Et énormément de grosses boites bossent de toutes façon avec du SaaS. Le Mac (M1 notamment) ayant un meilleur TCO que le PC, la plupart des boites du Fortune 500 sont équipées de Mac Apple Silicon à divers degrés… avec une part allant grossissant.

Je ne vois pas ce qui te permet de jouer les Cassandres : les Macs Apple Silicon sont très attendus même dans les secteurs où la transition ne commencera réellement que dans quelques mois. Comme si les éditeurs de softs de 3D et autres softs spécialisés ne suivaient pas avec attention les gains que peuvent apporter les puces Mx à leur clientèle actuelle. On est plus en 2000 : la transition aura bien lieu et aucun éditeur sérieux ne souhaite rester sur le carreau.

avatar scanmb (non vérifié) | 

@Levrai

Pourquoi laissez vous des commentaires négatifs à chaque passage ?

avatar oomu | 

@scanmb

peut être parce que comme moi, il a un coeur noir et décharné et qu'il sent lentement dans ses os la vieillesse. et que je suis jaloux des jeunes et des optimistes ! :)

avatar cecile_aelita | 

@Tomtomrider

Il a totalement tort même 🤣!
Vous ne parlez pas de la même chose toi et lui.
Je suis d’accord avec toi que passer sur Mac OS en entreprise est compliqué à cause de l’absence de logiciel. Mais ce n’est en rien à cause de la puce M1 ^^. L’écrasante majorité des logiciels macOS tourne sur les macM1 (soit nativement soit pr roseta)…

avatar oomu | 

@Levrai

ben c'est sur que si on pense à ma secrétaire sur encore sa version de Sage pour Windows... mais on va migrer à la version dans le nuage :)

avatar Dimemas | 

@ romain : ah oui je vois le niveau du pro...
ça envoie du lourd.
disons qu'il faut s'adapter encore mais ça marche bien faut l'avouer

Ah quand ton argument du hard gamer en jouant aux échec sur Mac...
tu es vraiment ridicule avec tes réactions puériles

avatar Derw | 

@Levrai

😄

Merci, j’ai bien ri.

Plus sérieusement :
1. La DAO, la CAO et même la compta, ne représente qu’un infime fragment de ce qui compose une activité professionnelle.
2. D’après certains tests (que je n’ai pas réalisés, je l’avoue), grâce à Rosetta 2, certains des logiciels non optimisés M1 peuvent tourner mieux sur un M1 que sur un Intel. Ne serait-ce que sur la consommation énergétique et l’échauffement, ce qui est un bon point pour les professionnels nomades.
3. Certains logiciels de DAO sont optimisés M1 (suite Affinity) d’autres sont en cours (Adobe).
4. Les autres qui sont déjà sur Mac suivront…

Puce M1 n’a pas été pensée pour les « pros ». C’est pourquoi Apple n’a pas encore sorti de Mac « Pro » avec. Malgré cela, de nombreux « pros » TRAVAILLENT très bien avec…

avatar Levrai | 

Je n'ai cité que quelques types de logiciels que j'utilise et qui ne sont pas disponibles sur Mac. Ils existent énormément de corps de métier qui font usage de programmes spécifiques à leurs activités et qui ne sont pas disponibles sur Mac, la liste est trop longue pour les énumérer.
Prendre un Mac sans Windows comme machine principale dans une entreprise, c'est comme jouer à la roulette russe avec 6 balles dans le barillet.

avatar Derw | 

@Levrai

Ha ba mes collègues et moi devons être majoritairement mort sans le savoir alors…

Dans la société où je travaille à l’heure actuelle (gd journal) :
- service informatique : 90 % Linux, 8 % Mac, 2 % Windows,
- service DAO : 100 % Mac
- service PAO : 100 % Mac
- service MOA / MOE : 80 % Windows, 20 % Mac
- direction : 50 % Windows, 50 % Mac

Par ailleurs, chez mon médecin : 100 % Mac

Chez un pote charpentier : 100 % Mac

Ensuite, le problème de disponibilité de logiciels que vous évoquez (qui est bien réel, je ne le nie pas), n’a rien à voir avec la puce M1. Il a à voir avec le Mac…

PS : les chiffres donnés ci-dessus sont bien évidemment à la louche, je n’ai pas fait de vraie enquête…

avatar Mageekmomo | 

@Levrai

100% Mac dans ma propre société, aucun problème de compatibilité. Pourtant on utilise tout ce que tu viens de citer, DAO, PAO, comptabilité... Et d'ailleurs la compatibilité Mac peut être aussi utile pour déceler des éditeurs qui accordent aussi de l'attention à leur interface.

avatar DahuLArthropode | 

@Levrai

"Aucun logiciel de gestion d'entreprise ne tourne sur une machine équipée du M1 "

Tout ce que ma boîte utilise et tout ce que mes clients utilisent tourne maintenant avec un client web.
Il y a bien sûr beaucoup de logiciels spécifiques qui nécessitent une installation en local ou un client local (quoique de moins en moins…), m’ai l’affirmation « aucun logiciel d’entreprise » me semble très largement fausse. Un navigateur quelconque suffit à la plupart des besoins — compta, PLM, planification, etc.

avatar YetOneOtherGit | 

@DahuLArthropode

"Tout ce que ma boîte utilise et tout ce que mes clients utilisent tourne maintenant avec un client web."

C’est clairement le tropisme de l’époque pour les « progiciel » la question d’une exécution en natif appartient à un autre temps 👍

Déjà au niveau même des applications de plus en plus d’entre elles reposent sur des solutions issue des technologies Web tel Electron.

Bref cette fixette sur les application progiciel en natif est un combat d’arrière-garde 🤓

avatar DahuLArthropode | 

@YetOneOtherGit

... et même en 1995, quand un client nous achetait des outils avec un client « gourmand », il le faisait tourner sur une ferme Citrix. Facilité de déploiement et d’administration, partage des jetons et du temps d’utilisation, les outils étaient utilisés en 3 huit sur tous les fuseaux horaires.

avatar YetOneOtherGit | 

@DahuLArthropode

Le retour à l’informatique centralisé et au client léger est un phénomène clair 😀😉

avatar Mageekmomo | 

@Levrai

Les vrais pros utilisent de moins en moins de logiciels sur leur ordi mais de plus en plus de SaaS. Donc la compatibilité Mac est bien supérieure à celle des logiciels uniquement. Après il y'a toujours des exceptions 😌

avatar cecile_aelita | 

@bonnepoire

« Heureusement tu sais ce qu’est un véritable environnement professionnel. Je dois être un faux professionnel. »

Un professionnel c’est quelqu’un qui travaille l’image ! Tu ne le savais pas ?
Pour être professionnel il faut avoir besoin de PUISSSSSSSAAAAAAAAAAAANNNNNNCE !!
Les artisants, avocats, médecins, infirmiers, enseignants, opérateurs sur chaîne, charcutiers, vendeurs, commerciaux, secrétaires, assistants sociales, chef d’entreprise, comptables, agents logistiques, …. Tout ça ce ne sont pas des professionnels voyons !! Vu qu’ils n’ont pas besoin de puissance et qu’il n’utilisent pas finaaaal cuuuuut prooo!
Si tu n’utilises pas phooootooooshooop alors t’es pas un vrai pro c’est tout ! Qu’est ce que tu nous saoules franchement ! Tout le monde sait ça, il a raison de te le rappeler !
(Faudrait le dire à l’oral avec la voix de Laspales 🤣🤣 - façon « c’est vous qui voyeezz » 😅😅)

avatar Dimemas | 

@ romain : ah oui donc tout le monde doit avoir un Mac M1 alors !
arrête 2 secondes de te faire passer pour un imbécile tu veux, il y a des pros qui n'ont pas besoin d'un ordi ou d'office tu sais

oh tu parle des médecins, déjà d'une on est sur PC pour la grande majorité, et surtout on utilise pas vraiment office puisqu'on a des solutions intégrés, donc stop

avatar Bigdidou | 

@Dimemas

“et surtout on utilise pas vraiment office puisqu'on a des solutions intégrés, donc stop”

Je savais que j’étais pas médecin.
Pourtant l’indice était là devant mon nez : Office.

avatar IceWizard | 

@Levrai

Kamoulox !

avatar iPadProM1 | 

@Levrai

Euh. T’es pas renseigné ou juste un troll ??

avatar cecile_aelita | 

@iPadProM1

Parce que les deux sont incompatibles selon toi? 😅

avatar crackhouse | 

Levrai est dans le faux …

avatar Derw | 

@crackhouse

Et vice-et-versa…

avatar cecile_aelita | 

Du coup est ce qu’il y a toujours les technos d’hyperthreading et de turbo boost dans cette génération de proc ou plus du tout ?

avatar fte | 

@romainB84

"Du coup est ce qu’il y a toujours les technos d’hyperthreading et de turbo boost dans cette génération de proc ou plus du tout ?"

HT oui, pour les deux types de cores, c’est visible sur les schémas blocs.

Fréquence variable, c’est standard et nécessaire à la gestion de la conso. Turbo, c’est plus lié à la température, je doute que ça disparaisse de sitôt pour les cores puissants, et je ne vois pas pourquoi ils supprimeraient ça pour les cores efficaces, ce n’est pas pour l’économie de silicium que ça vaudrait la suppression.

avatar cecile_aelita | 

@fte

Pour l’histoire du turbo boost, c’était surtout une histoire de philosophie en fait.
Quand l’ordi fait une tache légère, il travaille à faibles ou moyennes fréquences et en cas de taches complexe, il booste le TDP en montant la fréquence.
On pourrait se dire que avec la techno big.little cette philosophie devient la même mais sans monter les fréquences temporairement.
Tâches légères : cœurs économes
Tâches lourdes : cœurs puisants
Après en effet on peut imaginer aussi un mixte des deux en effet.🙂

avatar fte | 

@romainB84

Le design des cores est vraiment différent pour le coup, ce n’est pas juste des astuces de fréquençage.

avatar Bigdidou | 

Quid de la correction physique des failles de sécurité dont les corrections logicielle donnent moyennement confiance et bouffent la puissance de nos serveurs ?

C’est bizarre, leur découverte a été un événement majeur, le semble-t-il, et elles sont passé sous silence à chaque annonce d’une nouvelle génération.

On en est où de ces histoires ?

avatar oomu | 

@Bigdidou

on est à peu près au même point : faut vivre avec et essayer de mitiger au mieux par des améliorations cpu (de nouvelles abi, etc) et de l'attention au niveau logiciel, sans faire s'effondrer les performances (ça serait ballot).

exemple:
https://arxiv.org/pdf/2103.03443.pdf

ou ce (pas) rassurant document sur le site du noyau Linux
https://www.kernel.org/doc/html/latest/admin-guide/hw-vuln/spectre.html

-
il faut bien comprendre que ces failles ne proviennent pas de juste une erreur ou une gaffe par des ingénieurs mais de conséquences indirectes de choix de conception sophistiquée (et géniale) et de la forte hausse des performances des machines. On a une classe entière de possibilités de contournement nouvelle car devenue praticable, exploitable.

-
vous remarquerez aussi que le document liste la quasi totalité des cpu utilisés au quotidien, avec ceux d'Apple.

Et histoire d'être tranquille: "Likely most other high performance CPUs. Contact your CPU vendor for details." ...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR