La guerre des clones #4 : le retour du Jedi

j-b.leheup |

Déjà, en mars 1995, PC Mag s'interroge : des clones de Mac, n'est-ce pas trop peu, et déjà trop tard ? En se lançant dans cette aventure, Apple souhaite doubler la part de marché du Macintosh et la porter à 20 % dès l'année suivante, soit une masse critique d'utilisateurs apte à attirer de nouveaux développeurs sur le marché du Mac. Une bonne idée en soi, mais comment Apple espère-t-elle gagner de l'argent avec cette méthode, s'interrogent les journalistes : Microsoft elle-même ne gagne que 35 $ par licence DOS/Windows vendue ! Et c'est bien le drame de toute cette période : non seulement le Mac ne s'est pas mieux vendu (en décembre 1996, quand Apple achète NeXT, sa part de marché a chuté à 5,4 %), mais plusieurs centaines de milliers de ventes ont échappé à Apple, au profit de cloneurs qui ne lui reversaient qu'une petite obole !


avatar YetOneOtherGit | 

« Pourtant, la disponibilité de Mac OS sous licence était une demande de longue date des utilisateurs de Mac. »

La grande erreur : écouter les demandes des utilisateurs 😉☺️

avatar melaure | 

@YetOneOtherGit

Ha on a failli oublier que dans une secte il n’y a que le guru qui « sait » ....

avatar YetOneOtherGit | 

@melaure

Bien de grosses erreurs de l’histoire du business proviennent d’une réponse paresseuses aux « demandes  » des cibles et/ou à d’une volonté de satisfaire trop de cibles.

Et cela n’a strictement rien à voir avec une secte.

Bien des entreprises profitable doivent leur succès au fait d’avoir une vision, les masses de cibles ne montent pas à ce niveau d’abstraction.

avatar Cactaceae | 

« quand Apple faisait (déjà) preuve de pingrerie dans l'entrée de gamme »

Note à la rédaction: remplacer (déjà) par (depuis toujours)

🤣🤣🤣

avatar YetOneOtherGit | 

« Apple souhaite doubler la part de marché du Macintosh et la porter à 20 % dès l'année suivante »

Vous parlez visiblement du marché US, la PDM mondiale d’Apple était de moins de 5% à l’époque.

avatar melaure | 

On oublie un peu vite les investissements massifs de Motorola en recherche et site de production. Eux ont perdu bien plus qu’Apple !

avatar YetOneOtherGit | 

@melaure

« On oublie un peu vite les investissements massifs de Motorola en recherche et site de production. »

Pas certain que les investissements furent massifs de façon atypique pour leur business.

Le premier passage par perte et profits fut l’abandon de l’architecture RISC 88k qui avait vocation à remplacer le 68k et où les effort de R&D ont entièrement reposés sur Motorola.

Sur l’adhésion à l’alliance AIM autour du PowerPC une part très conséquente des efforts de R&D avaient été fait par la très puissante R&D d’IBM.

L’architecture POWER était plus que mature (Lancé industriellement en 90 sur les stations RS/6000) et représentée une fondation extrêmement solide.

Bref, oui Motorola a perdu petit à petit sa place d’acteur majeur de l’industrie du processeur et la transition d’Apple vers Intel n’a pas aidée.

Mais il me semble fort périlleux de considérer qu’il y eu des efforts atypiques de R&D spécifiques à cette architecture.

avatar YetOneOtherGit | 

@melaure

"Eux ont perdu bien plus qu’Apple !"

Pas évident aussi comme affirmation.

La dégringolade d’Apple avant le retour de SJ représente une destruction de valeur très loin d’être anecdotique.

avatar Nesus | 

@YetOneOtherGit

Clairement, nous nous sommes tous moqués que Michael Dell disant à propos de Steve Jobs qu’à sa place il vendrait tout et rembourserait les actionnaires, mais à l’époque c’était loin d’être une hérésie. Les finances étaient mauvaises et le marché absolument pas avec eux.
Et honnêtement, sans le coup magistral que furent l’iMac, l’iPod et l’iPhone, il n’y avait aucune chance qu’Apple s’en sorte.

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

Un cas d’école de retournement d’entreprise effectivement.

Au passage la vente des parts d’ARM a sans doute donné les liquidités évitant le passage sous chapter 11, ce qui se disent aujourd’hui que cette vente était une erreur ignorent sans doute qu’elle a grandement contribué à la sauvegarde d’Apple.

Jobs a amener une vision là où il n’y avait que de maladroites tentatives de satisfaire les demandes, toujours flous et superficielles, des potentiels clients.

avatar hirtrey | 

@Nesus

“sans le coup magistral que furent l’iMac, l’iPod et l’iPhone, il n’y avait aucune chance qu’Apple s’en sorte.“ Dis plutôt merci à Microsoft

avatar YetOneOtherGit | 

@hirtrey

"Dis plutôt merci à Microsoft"

Très, très réducteur.

L’investissement de MS apporta effectivement un peu de trésorerie, mais d’une part ce n’est que le tiers de ce que rapporta la cession des parts d’ARM mais surtout dans un retournement de situation les fonds sont une condition nécessaire mais très loin d’être suffisante.

De plus l’accord qui impliquait aussi une politique de soutien à l’écosystème Mac par MS a été obtenu par SJ.

Au passage MS a fait une bonne opération financière lors de la cession des part d’Apple en 2003 (une valeur multipliée par 4)

Bref imaginer que l’investissement de MS est la clef du redressement à lui seul est inepte.

avatar hirtrey | 

@YetOneOtherGit

On a jamais su combien de part d’Apple a vendu.

Mais ta réaction me fait bien sourire. Tous les fans essayent de minimiser ce fait.

avatar YetOneOtherGit | 

@hirtrey

"On a jamais su combien de part d’Apple a vendu."

Tu parles de l’investissement de MS ?

Ce n’est pas une vente de part mais une forme d’augmentation de capital et les chiffres sont publics dans les documents déposés à la SEC.

Tu parles de la ventes des parts d’ARM ?

Là encore les chiffres sont public.

avatar YetOneOtherGit | 

@hirtrey

« Mais ta réaction me fait bien sourire. »

Libre à toi de sourire de ce que tu peux.

« Tous les fans essayent de minimiser ce fait. »

Pour toi être un fan signifie ne pas raconter d’inepties ?

Réduire le redressement d’Apple au concours financier de MS c’est juste idiot.

Comme il serait idiot de nier que cet investissement n’a pas contribué en partie à créer les conditions qui ont permis à SJ d’agir.

En fait être un fan c’est pour toi n’être ni manichéen ni réducteur 😳🤢

Quand je dis que W10 est un excellent OS et qu’il ne faut pas avoir peur de l’utiliser, c’est par fanatisme Apple ?

Quand je dis que les jugements à l’emporte-pièce sur les années de direction de Ballmer sont caricaturaux, c’est par fanatisme Apple ?

...

Par contre déblatérer systématiquement et aveuglement sur Apple, là c’est clairement du fanatisme 🙄

avatar hirtrey | 

@YetOneOtherGit

Ta réaction a quand même été “très très réducteur“. Je me souviens de l’époque et ce n’était pas très réducteur.

Ensuite mon fanatisme pour une société ou une autre est simple. Je n’en ai aucune. J’achète un outil informatique qui me convient, je n’achète pas une marque, je n’utilise pas une marque.
Si un jour, une société fait un meilleur OS je basculerais sans me poser de question ( ce qui ne va pas tarder sur Mac )

avatar YetOneOtherGit | 

@hirtrey

"Ta réaction a quand même été “très très réducteur“.”

C’est ton propos qui est très réducteur.

le : “Je me souviens de l’époque et ce n’était pas très réducteur."

Cette phrase n’a aucun sens, un fait ne peut être réducteur contrairement à une opinion, un jugement...

Tu pouvais dire : “Je me souviens de l’époque et ce n’était pas très réducteur.” là c’est recevable mais mon propos ne prétendant pas que l’aide de MS était anecdotique...

Au final: Tu opposes cet investissement au propos de notre camarade mettant en avant la stratégie de SJ pour retourner la situation, c’est indubitablement très réducteur.

C’est confondre conditions nécessaires et conditions suffisantes.

Un investissement 10 fois supérieur à celui de MS n’aurait pas sauvé longtemps Apple sans l’essentiel vision stratégique de SJ. 😎

Pour le reste il faut être assez obtus pour nier l’importance de l’aide de MS mais il faut l’être tout autant pour en faire l’alpha et l’omega dun redressement d’Apple.

avatar hirtrey | 

@YetOneOtherGit

Tu as raison mon propos est réducteur, c’est plus simple.

avatar YetOneOtherGit | 

@hirtrey

Avoir raison ne m’intéresse pas, t’ouvrir les yeux sur le sens de ton propos et sa nature réductrice m’intéresse beaucoup plus 😉

avatar hirtrey | 

@YetOneOtherGit

J’avais plutôt l’impression du contraire. Avoir toujours raison.
Mes yeux sont grand ouvert mais ... no comment 😂

avatar YetOneOtherGit | 

@hirtrey

"Avoir toujours raison."

Là il n’y aucun enjeu d’opinion c’est purement factuel 😎

Tu peux affirmer que la terre est plate, mon engagement à pointer ton erreur ne sera en rien le fur d’une volonté d’avoir toujours raison.

“Vouloir Avoir toujours raison “ c’est s’enfermer dans le déni de ses erreurs contre toute évidence, pas défendre une évidence factuelle.

D’autant plus que je suis un des rares ici à reconnaître sans pb ses erreurs, ses approximations, ses maladresses quand j’en fais, qui plus est en remerciant celui qui me les a montrées.

Toujours surpris par le mal qu’ont certain à reconnaître des maladresses et des raccourcis périlleux 🙄😳

avatar Nesus | 

@hirtrey

Non. Il ne faut pas nier que l’argent qu’est allé chercher très intelligemment Jobs avec un accord comme seul lui pouvait le signer, a aidé Apple à se relancer, mais cet argent n’a rien à voir avec le succès des produits.

Et je ne vois pas pourquoi les fans, comme tu dis, cacherait ce passage. Au même titre que tous le monde a accepté intel. C’était un choix stratégique de Jobs, qui a décroché l’accord directement à Gates. Le deal était un partage de technologie (qui s’est fait très à minima), mais surtout Jobs lui a expliqué que s’il disparaissait, ça coûtera très cher à Microsoft. Vu les lois antitrust aux usa. Faire un chèque à Apple coûtait forcément moins cher. Donc vraiment, je ne vois pas la honte, au contraire, ça prouve le génie commercial de Jobs.

avatar Marcos Ickx | 

«Power Computing aura réussi à devenir l'entreprise qui défend l'utilisateur, et Apple, celle qui défend son chiffre d'affaire…»

Replacer Power Computing par Epic, et on est en pleine actualité du moment 2020.

avatar fousfous | 

@Marcos Ickx

Pourtant Epic quand on voit leurs pratiques dans le monde PC je suis pas convaincu qu'ils protègent vraiment l'utilisateur...

avatar Marcos Ickx | 

@fousfous

D’accord avec toi. Mais c’est comme cela qu’ils se positionnent. Tout comme Power Computing à l’époque alors que leur priorité était de sauver leur business.

avatar YetOneOtherGit | 

@Marcos Ickx

"Tout comme Power Computing à l’époque alors que leur priorité était de sauver leur business."

Sans blague 👍😉

avatar YetOneOtherGit | 

@Marcos Ickx

"Replacer Power Computing par Epic"

tu crois une seconde qu’EPIC est sur des enjeux de défense du consommateur ? 😳

c’est beau la naïveté: EPIC defends son exaspération d’être traité comme le commun des acteurs du store alors qu’ils ont amené 400M$ à Apple avec Fornite.

Le reste n’est qu’habile communication 😎(Et c’est de bonne guerre)

avatar martikreut | 

Encore une série d'articles historiques dont je me suis régalé !

Merci Jean-Baptiste de nous faire (re)découvrir l'histoire d'Apple et de l'informatique, j'en redemande :)

avatar j-b.leheup | 

@martikreut

Merci ! Une idée pour la prochaine série ?

avatar YetOneOtherGit | 

@j-b.leheup

Apple avant le Mac ?

Beau travail en tout cas 🙏👍

avatar lcd_ts | 

Oui, un vrai plaisir à lire, merci beaucoup ! Moi qui dévorais tous les SVM Mac de l’époque ça fait une drôle d’impression de redécouvrir tout ça 25 ans plus tard !

avatar iBorg | 

@lcd_ts

Pareil mais Univers Mac 🙂

CONNEXION UTILISATEUR