Comment sera la voiture du XXIe siècle ?

Nicolas Furno |

Apple présentera-t-elle sa propre voiture, comme de nombreuses sources l’affirment depuis quelques mois ? Si c’est le cas, doit-on s’attendre à une révolution similaire à celle de l’iPhone, qui a totalement bouleversé l’équilibre des forces et imposé des changements profonds dans l’industrie informatique ?

La Ford 021C, un concept-car dessiné à la fin des années 1990 par Marc Newson. Ce dernier est aujourdhui employé par Apple… et l’entreprise travaillerait sur une voiture.
La Ford 021C, un concept-car dessiné à la fin des années 1990 par Marc Newson. Ce designer renommé consacre aujourd'hui une partie de son temps chez Apple…

En attendant de voir à quoi ressemblera un véhicule sorti du département design de Cupertino, on peut déjà se poser la question : à quoi ressemblera la voiture du XXIe siècle ? Il y a quelques points qui nous semblent évidents et inévitables, de quoi dresser le portrait de ce futur qui pourrait être proche. Rappelons que l’on prête à Apple des intentions dès 2020, soit dans moins de quatre ans.

Comment sera la voiture de demain ? Réponse en quatre points !

Électrique

La voiture de demain sera électrique. Pas forcément pour des raisons écologiques, on y reviendra, mais tout d’abord parce que cela simplifie considérablement la conception même du véhicule. Quand on y pense, que l’humanité soit allée aussi loin avec des moteurs à essence qui font tourner les roues des véhicules en multipliant des petites explosions tient du miracle. Les moteurs à explosion sont si courants que l’on oublie à quel point ils sont complexes, avec des centaines, voire des milliers, de pièces différentes et un assemblage sophistiqué.

En comparaison, un moteur électrique est beaucoup plus simple, tant par le nombre de pièces requis que par l’assemblage. Il n’y a plus d’explosions, plus de pistons ni de vilebrequins, plus de bougies, plus d’embrayage ni de vitesses, plus d’huile, plus… La liste de ce qu’il n’y a pas dans un moteur électrique est nettement plus longue que celle des pièces qui le composent. Pour simplifier énormément, il ne reste que deux aimants, dont un électroaimant alimenté par la batterie pour faire tourner le second.

Le rendement d’un moteur électrique est aussi bien supérieur à celui du moteur à explosion. Avant même de parler d’écologie, cette simplicité a une conséquence directe sur le coût d’entretien qui est largement inférieur pour l’électrique, par rapport à celui des voitures traditionnelles. Il faut toujours prendre en compte l’entretien des pièces mécaniques, essentiellement les pneus et amortisseurs, mais aussi quelques éléments obligatoires, comme la direction. Les freins aussi, même s’ils sont moins exploités sur une voiture électrique où la recharge de la batterie suffit souvent à freiner le véhicule.

À l’arrivée, une voiture électrique coûte moins cher à entretenir qu’une voiture traditionnelle. Une étude allemande a montré en 2012 que la différence pouvait être significative : jusqu’à 35 % de moins ! Le moteur électrique a une durée de vie estimée à des millions de kilomètres, mais c’est la batterie qui lâchera bien avant. Quelques années suffiront à la vider, ce qui explique qu’elle est souvent louée avec la voiture, et non vendue : il faut la remplacer régulièrement, et c’est la pièce qui coûte le plus cher.

Le châssis d’une Model S, conçue par Tesla : si on enlève les quatre roues, les deux moteurs au premier plan et les amortisseurs, il ne reste que la batterie. Celle-ci occupe l’essentiel de l’espace et représente la majorité de la masse du véhicule. (Photo Oleg Alexandrov CC BY-SA 3.0)
Le châssis d’une Model S, conçue par Tesla : si on enlève les quatre roues, les deux moteurs au premier plan et les amortisseurs, il ne reste que la batterie. Celle-ci occupe l’essentiel de l’espace et représente la majorité de la masse du véhicule. (Photo Oleg Alexandrov CC BY-SA 3.0)

Une voiture électrique est plus écologique, c’est un argument exploité en boucle par tous les constructeurs, quitte parfois à en faire trop. D’ailleurs, le jury de déontologie publicitaire avait jugé en 2014 que les publicités étaient parfois mensongères, puisqu’un véhicule électrique n’est pas totalement propre. Une décision justifiée par deux arguments :

  • la production de la voiture, et notamment de sa batterie, est une activité polluante ;
  • l’électricité générée pour recharger la batterie n’est pas forcément renouvelable.

Plusieurs études ont montré que la production d’une voiture électrique nécessitait plus de CO2 qu’une voiture à explosion, notamment parce que la batterie est composée de matériaux rares coûteux à exploiter sur le plan environnemental. Par ailleurs, selon les pays, l’électricité utilisée pendant la durée de vie de la voiture peut provenir de sources extrêmement polluantes. Aux États-Unis, en Chine ou encore en Allemagne, les centrales à charbon sont encore très nombreuses, ce qui vient alourdir le bilan carbone de la voiture.

C’est encore pire pour les Bluecar, ces petites voitures à partager que l’on retrouve à Paris (Autolib), à Lyon (Bluely) et à Bordeaux (Bluecub). Leurs batteries nécessitent d’être maintenues en permanence autour de 70° C pour éviter la décharge (sans prise électrique, la batterie se vide en deux jours), ce qui explique que les voitures sont branchées en permanence. Résultat, elles consomment beaucoup d’électricité même quand elles ne servent pas, ce qui permet de démontrer qu’un gros SUV hybride est plus écologique que l’une de ces voitures.

Les Bluecar ne supportent pas d’être déconnectées, sous peine de voir leur batterie se vider. (Image Damien Roué CC BY-NC 2.0)
Les Bluecar ne supportent pas d’être déconnectées, sous peine de voir leur batterie se vider. (Image Damien Roué CC BY-NC 2.0)

La question de l’écologie est plus complexe qu’il n’y paraît, on le voit bien, mais il y a un élément indéniable : une voiture électrique est écologique localement. Elle n’émet rien quand elle roule et à cet égard, son bilan écologique est bien meilleur qu’une voiture à explosion. Ce qui veut dire qu’en ville, un parc de véhicules électriques sera nécessairement plus écologique… même si ce n’est pas forcément le cas à l’échelle globale.

Autonome

C’est une autre évidence, la voiture du futur sera autonome. Certains véhicules actuellement sur les routes le sont déjà en partie : la majorité des voitures vendues par Tesla sont capables de conduire toutes seules dans une grande partie des cas. Ce n’est pas encore un véhicule autonome et le conducteur doit rester derrière le volant à tout moment, au cas où, mais c’est un premier pas dans cette direction.

Tesla est probablement le constructeur le plus avancé dans ce domaine aujourd’hui, mais c’est loin d’être le seul. Google travaille depuis des années sur des véhicules totalement autonomes et tous les constructeurs traditionnels avancent aussi sur le sujet. C’est un mouvement général, initié depuis les quatre coins du globe, et il semble évident que les acteurs technologiques, comme Apple par exemple, s'y intéressent également.

Cela ne veut pas dire que l’on aura des voitures autonomes rapidement, il reste de nombreux défis techniques. Même si l'autopilote présenté par Tesla est impressionnant, il n'est pas encore infaillible, comme l'a tragiquement montré le premier accident mortel intervenu récemment. Le plus dur, pour tout système de conduite automatique, c’est de couvrir les innombrables exceptions que l’on peut trouver sur la planète.

Au-delà de la technique, il y a aussi un problème législatif. Même si les voitures peuvent conduire toutes seules sans aucun problème, les législations en place retarderont probablement leur utilisation. Il faut dire que les véhicules autonomes soulèvent plusieurs problèmes difficiles à régler, à commencer par la question de la responsabilité. En cas d’accident, le conducteur est normalement responsable, mais si c’est la voiture qui se conduit toute seule, qui l’est ? Le constructeur ?

Sans les mains aujourdhui… sans permis demain ?
Sans les mains aujourd’hui… sans permis demain ?

Dans un premier temps, les conducteurs sont censés garder le contrôle de leur voiture et restent ainsi responsables. Mais si on va vers une autonomie totale, on doit imaginer des véhicules vides ainsi que des véhicules avec uniquement des passagers sans permis.

On imagine souvent que les États-Unis seront pionniers en matière de conduite autonome — de fait, on peut déjà utiliser de tels véhicules dans une quinzaine d’États américains —, mais le pays ne sera peut-être pas le premier à accepter totalement cette technologie. Si l’on devait parier, on mettrait une pièce plutôt sur la Chine, où le nombre de voitures est déjà un énorme problème en ville, alors que le pire n’est pas encore arrivé.

En incitant ses habitants à utiliser des véhicules électriques et autonomes, le pays pourrait optimiser ces flux quotidiens, tout en réduisant la pollution à l’intérieur des villes. Apple n’a pas investi à hauteur d’un milliard de dollars dans Didi, startup spécialisée dans les VTC et le covoiturage, sans raison. Et on peut imaginer que le constructeur fera des essais en Chine avec l’aide de Didi, ou au minimum qu’il apprendra énormément du marché chinois avec cet investissement (lire : Apple et Didi Chuxing : 22 jours seulement pour signer un chèque d’un milliard).

Un feu rouge en Chine, en 2010 (photo Carlos ZGZ).
Un feu rouge en Chine, en 2010 (photo Carlos ZGZ).

Plus encore peut-être que pour tous les autres produits, le marché chinois devrait être central pour le monde automobile dans les années à venir.

Différente

Avec une voiture qui conduit pour vous, vous n’aurez plus grand-chose à faire sur la route… ce qui amène à repenser complètement son design. Si l’on n’a plus besoin de volant, l’habitacle peut être entièrement pensé pour le plaisir de ses passagers. Quand on commence à réfléchir à ce genre de considérations, tout devient possible : pourquoi avoir des rangées de passagers qui se tournent le dos ? Pourrait-on transformer les fauteuils en lits pour les longs trajets ?

Sans aller aussi loin, les contrôles d’une voiture autonome seront certainement très différents. On peut imaginer que les volants cèdent leur place à des contrôles simplifiés, réservés aux cas d’urgence, comme un joystick par exemple. En tout cas, si on ne conduit pas l’appareil, il y a un bon nombre de contrôleurs et d’informations qui ne servent plus à rien. On y pense notamment chez Tesla, avec une Model 3 qui pourrait proposer un tableau de bord minimaliste. Un volant, quelques contrôles physiques autour et un écran : c’est tout ce qui a été montré (mais ce n'est pas le design final).

La Model 3 de Tesla est-elle la première voiture pensée avant tout pour la conduite automatique ?
La Model 3 de Tesla est-elle la première voiture pensée avant tout pour la conduite automatique ?

Si l’on ne conduit plus vraiment, le pare-brise pourrait lui aussi être exploité à d’autres fins. Certains constructeurs l’utilisent déjà pour afficher des informations sur la route et on imagine sans mal que cette tendance sera renforcée à l’avenir. Et pourquoi pas un pare-brise reconverti à la demande en écran, pour afficher film ou jeu ?

La voiture du futur sera-t-elle plus petite ? Les composants d’un véhicule électrique prennent moins de place, en particulier le moteur. On le voit avec la Model S : sous le capot avant se cache en fait un coffre. C’est un choix, mais on pourrait aussi opter pour un véhicule plus court, à l’image de la voiture dessinée par Google. Le principal défi, au moins à court terme, sera néanmoins l’autonomie. Si Tesla offre de telles performances, c’est d’abord parce que ses grosses batteries ont une capacité bien supérieure à celles d’une Zoé ou d’une Leaf.

Prototype de Google Car, une petite voiture autonome à partager.
Prototype de Google Car, une petite voiture autonome à partager.

Louée

En partant du principe que notre voiture du XXIe siècle sera électrique et autonome, la conclusion semble assez logique : à quoi bon posséder le véhicule ? Si on peut, à toute heure, appeler une voiture qui vient nous chercher pour nous emmener à l’endroit désiré, à quoi bon s’encombrer d’un produit coûteux et encombrant ? C’est particulièrement vrai en ville, où les parkings sont chers et où les voitures sont plus souvent parquées à ne rien faire qu’en fonctionnement.

Imaginez la place gagnée en ville si l’on n’avait plus que des voitures toujours en déplacement, louées en fonction de la demande, parfaitement autonomes. On pourrait supprimer tous les parkings et les places dans les rues, de quoi aménager des pistes cyclables et construire plus d’immeubles dans les centres urbains. C’est déjà le modèle d’Autolib mis en place par Vincent Bolloré, et ce modèle a du succès : 3 500 voitures à Paris et près de 5 millions de locations par an.

Après quatre ans en France, le monde entier s’y intéresse et les voitures grises pourraient débarquer à Londres, Rome, Turin et même Singapour. Ce ne sont pas les seules sur ce segment, loin de là : c’est l’objectif affiché de Google, mais aussi d’Uber, qui a d’ailleurs commencé récemment à tester ses premières voitures autonomes. Difficile de penser qu’il n’y aura pas de nombreux autres acteurs dans les prochaines années.

L’une des nombreuses stations Autolib à Paris (image Raphael Desrosiers CC BY 2.0).
L’une des nombreuses stations Autolib à Paris (image Raphael Desrosiers CC BY 2.0).

Ce principe de la voiture en location, « car as a service » comme on dit, pose encore de nombreux problèmes. Il convient surtout en ville, où on peut facilement créer un réseau de voitures et de stations de recharge, mais beaucoup moins dans les zones rurales. Et puis partager une voiture, ce n’est pas toujours pratique, notamment quand on a des enfants, ou pour les trajets plus longs, qu’il s’agisse d’un week-end ou de vacances complètes.

Est-ce qu’Apple adoptera ce modèle ? Si le constructeur choisissait de louer sa voiture, plutôt que de la vendre, ce serait un changement de paradigme complet. L’entreprise a toujours compté sur la vente de ses produits pour gagner de l’argent, pas sur ses services. Vendre une voiture, surtout dans le segment premium, est sans aucun doute bien plus rentable que de la louer et on imagine qu’Apple préférerait vendre, comme Tesla le fait aujourd’hui.

Mais aura-t-elle vraiment le choix ? Si le succès des services de véhicules partagés ne se dément pas, vendre une voiture en 2020 sera peut-être déjà obsolète.

11 000 places de parking dans le futur Campus 2 : espérons pour Apple que le modèle « car as a service » ne décolle pas trop vite…
11 000 places de parking dans le futur Campus 2 : espérons pour Apple que le modèle « car as a service » ne décolle pas trop vite…

Image de couverture : le concept Terrafugia TF-X


avatar Un Type Vrai | 

"Le francais, individualiste , utilisera son monospace , ou pire son SUV"

Parce qu'il est bien connu que la France est le pays du monde où les voitures sont les plus grosses et les plus polluantes et que les français en particulier écrasent tout sur leur passage...

A moins que ce ne soit une insulte gratuite, injustifiée et qui annule tout l'intérêt de ce que vous tentiez maladroitement de dire dans une message à la con.

avatar Stardustxxx | 

@expertpack
La smart reste une voiture traditionelle. Le fait que les familles francaise aient plusieurs voiture n'a rien a voir avec la smart, c'est juste une evolution, avant les annees 90 il etait rare qu'une famille possede plusieurs voiture, alors que maintenant c'est la norme.

Pourquoi elle ne sortirai pas des hyper centres ?
Quand tu habites a la campagne, tu doit faire plus de 300 km pour te rendre a la ville la plus proche ? Au pire, c'est 50 ou 80 km, ce n'est pas un soucis pour les voitures electrique actuelle.
Et dans le futur, la technologie des batteries va s'ameliorer, donc l'autonomie va s'ameliorer. Quand a la recharge, et bien il me semble que c'est deja rapide, et ca va etre encore plus rapide dans le futur.

La voiture electrique est le futur, si on veut avoir une chance de garder une planete habitable pour les humains.

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

@Stardustxxx :
Encore une fois, la voiture électrique est plus polluante que la voiture à combustion... Au bilan global, ce n'est absolument pas bon pour la planète...

avatar Stardustxxx | 

@Moumou92
Non ce n'est pas vrai. Cela depend de la facon dont est produit l'electricite que tu vas consommer. Effectivement si tu as des centrales a charbon, ce n'est pas une bonne solution. Mais si tu as du nucleaire, du renouvelable pour produire ton electricite, alors cela pollue moins.

Et ce sans compter le fait que les voitures avec moteurs a combustion existe depuis plus de 100 ans, et on fait d'énorme progres pendant ce temps la. Imagine les evolutions qu'il va y avoir pour la voiture électrique. La voiture électrique sera de plus en plus efficace.

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

@Stardustxxx :
Tu t'arrêtes à la consommation de la voiture… mais la production de voitures électriques, sans même parler de la batterie, et très energivore: composites légers que l'on ne sais pas recycler, alliages pointue -s p lus complexes à forger et encore une fois recycler, colle au lieux des soudures (produits issus du pétrole et peu recyclage encore une fois)… la voiture électrique est un fléau écologique aujourd'hui, heureusement qu'elle reste chère et confidentielle, sinon la planète serait dans de beaux draps…

avatar Stardustxxx | 

@Moumou92
Je ne m'arrête pas a la consommation de la voiture mais aux 2. Tu as le coût de production du véhicule, et ensuite le coût au kilomêtre. Tu fais le bilan sur la durée de vie du véhicule et le nombre de kilomètre. Tu pars avec un taux d'émission en CO2 plus élevé a la production pour un véhicule, mais par contre tu émets beaucoup moins par km parcourus.
Le principe est simple c'est plus cher au début mais c'est moins cher a l'utilisation...

Des sources plus sérieuse : http://planeteviable.org/impact-carbone-voitures-electriques/

Ce n'empeche pas que les recherches doivent se poursuivre sur les batteries pour les rendre moins polluante, et de nombreux progrès ont été fait en laboratoire. Malheureusement cela prend du temps pour industrialiser les processus. La voiture électrique a deja des avantages a l'heure actuelle, donc cela ira qu'en s'améliorant.

Et pour terminer, les voitures électriques permettront de rendre l'air de nos villes plus respirable, a moins que tu aimes respirer l'air des pots d'échappement, avec pour conséquence des améliorations de nos santées. Cela économisera des dépenses liés a cette pollution, qui ne sont pas pris en compte dans toutes ces études.

avatar iPop | 

Moi, je voudrais une voiture à air comprimé.

avatar Powerdom | 

@iPop :
En effet le moteur à air comprimé est ce qui se fait de mieux au niveau écologique.
Le plein en 2 minutes aucune pollution et très très grande autonomie.

Malheureusement l'air est gratuit et l'état ne gagnant rien dessus nous n'en verrons jamais.
Monsieur Negre inventeur du procédé en sait quelque chose...

avatar Un Type Vrai | 

"Imaginez la place gagnée en ville si l’on n’avait plus que des voitures toujours en déplacement, louées en fonction de la demande, parfaitement autonomes. "

Absolument aucun gain de place.
Tout le monde ou presque à besoin d'une voiture le matin à 8h et le soir à 18h. La révolution dans ce domaine, c'est enfin l'acceptation (par les employeurs) qu'on puisse venir à 7h du matin et quitter à 17h ou qu'on puisse travailler depuis chez nous.

En fait, si on reprend tous les critères énoncés, la voiture de demain sera un métro (électrique, autonome, loué, qui arrive à la demande ...)

Il existe d'autres concepts intéressant (des trains de véhicule électrique pouvant se déconnecter pour assurer les détours pour aller chercher des personnes)

Mais avant tout, il faut aussi considérer que si le transport de demain passait en sous terrain, sans polluer etc. les piétons et vélos récupéreraient ENORMEMENT de place en ville. De quoi financer tout ça d'ailleurs en revendant ou louant l'ancienne route à des terrasses ou même des promoteur immobilier.

Bref, demain, la voiture sera-t-elle encore là ?
Voilà la vraie question pour moi.

avatar patrick86 | 

"Bref, demain, la voiture sera-t-elle encore là ?
Voilà la vraie question pour moi."

THE question.

Je pense que, bien plus qu'en ville, c'est en milieu rural que la voiture autonome peut amener un changement profond à court terme. En ville, on a déjà possibilité de construire des transports en commun efficaces, mais en campagne, faire tourner des bus à heures régulières, vides la moitié du temps, est une hérésie.

Une voiture autonome pourrait m'emmener de mon patelin jusqu'à la ville, puis je prends le métro/tram/bus et la voiture, plutôt que de rester plusieurs heures à encombrer un "parcobus", repart transporter d'autres personnes entre la ville et la campagne environnante.

avatar iPop | 

@patrick86 :
Au contraire, faire circuler des bus à heure régulier permet de s'affranchir de l'obligation d'avoir une voiture. Je parle en connaissance de cause.

avatar patrick86 | 

@ iPop :

"Au contraire, faire circuler des bus à heure régulier permet de s'affranchir de l'obligation d'avoir une voiture. Je parle en connaissance de cause."

Ce n'est pas mon point.

Je parlais de l'aspect environnemental, consommation d'énergie et pollution. J'ai fréquenté un réseau départemental de bus, assurant notamment le transport scolaire, durant plusieurs années. C'est bus roulent à vide au moins la moitié du temps. A certains horaires, il n'y a que quelques passagers quasiment tous les jours. Il est indéniable que, pour 3 ou 4 passagers, n'importe quelle voiture, thermique ou électrique, autonome ou pas, polluerait moins que ces gros bus.

La voiture autonome emmène justement une autre réponse à ceux qui, comme vous, ne souhaitent pas posséder leur propre voiture. Réponse potentiellement plus adaptée que le bus aux zones rurales.

avatar iYoung | 

@Un Type Vrai :
Belle argumentation et surtout la question qui sert d'ouverture chapeau. C'est vraiment une question à poser celle là. T'es vraiment un type vrai ;)

avatar iPop | 

@Un Type Vrai :
J'ai lu ton commentaire après le mien et de constater que c'était exactement ce à quoi je pensais.
(Trop grosse flemme de l'écrire )

La voiture de demain pourrait être un mixte en le transport en commun et l'individuel.

avatar bobibou | 

Bel article merci !

avatar scanmb (non vérifié) | 

@LittleBigFrancois
Un vélo autonome ?

avatar BleuRooster | 
avatar scanmb (non vérifié) | 

@iPop
Existe déjà.

avatar Hoooti | 

Bel article. Une vision relativement objective d'un futur possible. Qu'on soit pour ou contre, on se dirige clairement vers ces propositions.

avatar scanmb (non vérifié) | 

@bluerooster
Merki !!

avatar Lion.b | 

En avion, même s'il y'a un pilote automatique le commandant de bord est toujours responsable de ce que fait le pilote automatique ou son copilote.

avatar iBenou | 

Dommage de manquer encore d'analyse ici et tomber dans le piège Tesla. Tesla n'est pas le constructeur le plus avancé en terme d'autonomie...

avatar Lapin85 | 

Hein ?
C'est bien le plus avancé pour les voitures de série, les autres ne sont que des prototypes !

avatar jerome74 | 

Pas compris pourquoi la voiture en location ne serait pas adapté à la campagne et aux coins paumés. Il suffit d'une masse critique de quelques dizaines d'habitants à plusieurs km à la ronde pour qu'une voiture soit toujours disponible à l'improviste en quelques minutes. Et même pour une ferme isolée au milieu du larzac, il suffira d'appeler sa voiture 10 ou 20 mn avant et pis c'est tout. Par contre le service sera plus cher pour l'utilisateur, ou moins rentable pour l'opérateur, qu'en ville, mais comparé au coût de posséder un véhicule pour son usage exclusif.....

avatar occam | 

Voyons. Prenons comme exemple Le Mas Trinquier, situé au beau milieu de la causse du Larzac (F-12540 Cornus).
La plus proche localité aux alentours susceptible d'offrir une voiture de location autonome est Millau, à 29 km par la route la plus courte. Google Maps estime le trajet moyen en voiture à 32 minutes.

En admettant qu'un véhicule soit immédiatement disponible, il faudra le commander au moins 40-45 minutes avant son départ. En réalité, en fonction de la demande, il faudra probablement le réserver plusieurs heures à l'avance.

Millau compte 22 mille habitants, pour une densité de 132 habitants au kilomètre carré. Dans les communes du Larzac avoisinantes, cette densité tombe jusqu'à 5 habitants par kilomètre carré.

Il est clair qu'un service de véhicules autonomes de location ne peut pas fonctionner de façon à la fois efficace et rentable dans une telle région, à moins qu'une telle infrastructure ne soit pleinement intégrée dans l'ensemble d'une politique des transports, et vraisemblablement subventionnée. C'est toute l'intégration des transports en commun et individuels qu'il faut revoir, dans le cadre d'une politique d'ensemble de l'infrastructure territoriale. Le freinage du dépeuplement des campagnes et du dépérissement du monde rural ne peut se faire qu'à ce prix.

avatar jerome74 | 

La situation actuelle, c'est que chaque famille dans les villages du Larzac doit avoir 1, souvent 2, parfois 3 ou 4 voitures, dimensionnées pour l'usage maximal qui en sera fait (donc souvent break ou kangoo etc). Ces voitures passent 95% de la journée garées, et quand elles roulent, 95% du temps c'est pour transporter 1 ou 2 personnes et un sac de courses. C'est forcément économiquement rentable de mettre à disposition un flotte de quelques twingos autonomes qui trainent ça et là dans les villages du larzac, et d'avoir matin et soir des voitures de 4, 6, 8 places qui emènent les gens bosser en covoiturant à la volée, plutôt que la situation actuelle! C'est juste pas aussi rentable qu'en ville, et donc ça arrivera moins vite, mais ça arrivera quand même inévitablement.

avatar occam | 

Je connais la situation, et je crois que nous sommes bien d'accord sur le principe.
Ce que j'ai essayé de souligner dans mon commentaire ci-dessus, c'est l'asymétrie des frais. La situation actuelle est contraignante et onéreuse pour les particuliers. Le remède — un parc suffisant de voitures autonomes disponibles pour une population éparse et sujette à des trajets d'acheminement proportionnellement plus longs — serait plus judicieux pour les utilisateurs et aurait un bilan écologique bien plus favorable. Mais il risquerait fort de ne pas arriver au seuil de rentabilité nécessaire pour un entrepreneur particulier. Si vous avez une somme à investir sur un parc de véhicules de location, allez-vous l'investir d'abord à Toulouse, ou à Millau ? Jusqu'à saturation du marché, c'est l'agglomération toulousaine qui va être privilégiée.

Par conséquent, pour des zones rurales comme le Larzac (et bien d'autres), il faut une politique globale des transports, avec des subsides pour y introduire le transport individualisé intelligent et flexible. Tout le monde y gagnera. Je ne fais aucune confiance au « marché » (du moins tel qu'il est conçu aujourd'hui) pour résoudre le problème en temps utile.

avatar Himeji | 

La voiture du XXIe siècle sera ultra fine (gare à ne pas la plier façon origami !).
Elle sera proposée dans des coloris adaptés aux goûts des consommateurs africains (la Chine sera has-been, l'Afrique sera le nouvel Eldorado des constructeurs automobiles).
Son autonomie sera limitée et nécessitera des recharges quotidiennes pour ne pas se retrouver comme un con en rade en rase campagne. On pourra la recharger sur une prise de courant standard mais l'adaptateur sera en option et hors de prix.
Elle démarrera par un appui sur un capteur d'empreintes digitales, sera pilotable à la voix et un appui prolongé sur le tableau de bord permettra de faire des actions supplémentaires.

Amazing !

avatar ovea | 

Après le cheval, la voiture. Après la voiture …

le giro-pod :

Plus près du corps (plus proche de l'exo-squelette), transportable à pied afin d'utiliser d'autres moyens de transports, le transport de personnes de demain n'existe pas encore et sera encore plus multi-modal ;)

Par contre on pourra toujours y agréger (ou pas) un espèce de side-car (qui pourrait être totalement autonome) pour le transport d'objets plus lourds.

avatar pifpaf | 

A pédale !

avatar heret | 

à quoi bon posséder le véhicule ? Si on peut, à toute heure, appeler une voiture qui vient nous chercher pour nous emmener à l’endroit désiré, à quoi bon s’encombrer d’un produit coûteux et encombrant ?

Réflexion typique de quelqu'un qui, après plus d'un siècle d'automobile, n'a toujours pas compris l'intérêt de posséder sa propre voiture automobile. Ma bagnole est garée à proximité immédiate de chez moi et elle est immédiatement disponible sans avoir à prévoir que sa révision une fois par an. Je n'imagine pas un seul instant demander une bagnole autonome pour aller faire mes courses et devoir attendre 1 heure ou 2 qu'elle arrive, ou la réserver la veille, voire l'avant veille. Autant prendre le bus ou le métro (l'abonnement d'une semaine aux transports en commun me coûte le même prix qu'un plein qui dure presque 3 semaines; aller au boulot en métro+bus+pieds me prendrait 1h15 minimum tous les matins et tous les soirs et je serais bien embété à midi pour bouffer; en voiture, le trajet me prend 20 mn et 35mn à vélo quand mon état de santé me le permettait). Quand on utilise un objet 5j/7 ou plus, il est évident qu'il est plus rentable de le posséder que de le louer.
S'il n'y avait aucun intérêt à posséder sa propre voiture, il y aurait bien moins de propriétaires de bagnoles. Posséder sa propre voiture est synonyme de liberté.

C'est bien beau la voiture autonome électrique, mais ne vous y trompez pas, à défaut d'un bon carbu, on en pète des culasses (Mickaël, si tu me lis ;).

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

@heret :
Très jolie discours rétrograde... Avant de pouvoir changer les choses, il va falloir que ce genre de discours disparaisse... Ca prend du temps, mais heureusement l'être humain a une durée de vie relativement courte...

Ce n'est pas parce que tu ne souhaites pas renier ton petit confort et tes habitudes que c'est forcément la meilleure solution... Il y a des solutions plus simple: vivre près de son lieux de travail, développer les réseaux de transports en commun...

J'ai une amie suédoise quî à achèté sa voiture en commun avec ses voisins... La plupart ne l'utilisent que peu pour les courses par exemple, et cela ne justifie pas une voiture à temps plein par personne...

Je vais au boulot à pied, notre voiture reste au garage toute la semaine et ne sort que parfois le Week end... Je me suis déjà posé la question de la supprimer...

avatar jerome74 | 

Reflexion typique de quelqu'un qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez... À partir du moment ou le parc de voitures autonomes est suffisant abondant et bien organisé, il sera plus rapide d'appeler une voiture que d'aller chercher la sienne (quand on ne dispose pas d'un garage ou d'une place de staionnement chez soi, ce qui coûte souvent plus cher que la voiture elle-même!), et plus rapide de se faire déposer où l'on veut plutôt que de chercher une place.
Posséder une ou plusieurs voitures, aujourd'hui c'est quasi inévitable quand on n'habite pas en centre ville d'une grande agglomération, demain ce sera juste un luxe sans aucune justification pratique ni économique. Il est plus rentable d'acheter que de louer quand on fait un usage exclusif d'un objet, pas quand on le partage!

avatar poco | 

On ne parle pas de moteur à EXPLOSION dans nos voitures actuelles, mais de moteur à COMBUSITON INTERNE (le front de flamme à une vitesse inférieure à la vitesse du son).

Pour ce qui est de la voiture électrique il est vrai que tout se simplifie énormément. Conséquences inévitables, ces voitures associées à la robotisation vont créer des millions de chomeurs.

Fabriquer une auto avec 2 moteurs de "machine à laver" et une batterie ce n'est pas la même chose que fabriquer un moteur à combustion interne avec une boite à vitesse, un embrayage et un système de transmission (actuel). Des millions d'emplois industriels…

Comme on n'arrête pas le progrès, il faudra trouver une nouvelle organisation de nos sociétés et économiques.

Just my $0.02

avatar iYoung | 

J'adore rouler moi; peut être parceque j'ai pas la voiture tout le temps mais c'est génial. Sacrifier un beau rêve d'enfant pour ça bof. La technologie quelle perte

Très bel article, merci MacG;)

avatar cv21 | 

Merci MacG de réussir à résumer si simplement...
Si je vous lis bien :
- dès qu'il y a consommation d'énergie, à grande échelle cela à une incidence écologique
- on risque de "bouffer" de la voiture autonome, si cela devient fonctionnel et légal j'imagine que de nombreuses livraisons vont être réalisées par ces robots sur roues
- la location, encore de la location...
- l'économie de partage est aussi évoquée, avec déjà ses marques !
Si je résume, le modèle économique reste grosso modo le même avec de nouveaux acteurs et des capacités techniques/informatiques plus accessibles...

P.S. pour l'histoire des batteries qui restent à 70°C, je n'en avais pas entendu parlé, merci.

avatar bluesteeleyes | 

Pour les voitures totalement autonomes, ce serait déjà possible, les technologies existent depuis 20 ans.
Le seul souci et qui sera le plus difficile à résoudre, ce sera la communication. En effet, combien de fois n'est-on pas prévenus de travaux sur la route, d'accidents, ou autre? Hors, une voiture autonome a besoin d'un signal GPS, mais également de balises, et d'infos trafic. C'est cette dernière qui pose le plus de souci, et il semblerait qu'en France, nous soyons les champions ( les pires ).

avatar Almux | 

Il faut construire des moteurs à quarks. En utilisant l'ubiquité intrinsèque au quarks, il suffirait de profiter de la simultanéité extra-temporelle et de sa symbiose pour tirer l'énergie (largement suffisante) à faire aller un véhicule absolument n'importe où.

avatar IceWizard | 

@Almux
"Il faut construire des moteurs à quarks. En utilisant l'ubiquité intrinsèque au quarks, il suffirait de profiter de la simultanéité extra-temporelle et de sa symbiose pour tirer l'énergie (largement suffisante) à faire aller un véhicule absolument n'importe où."
Et en cas d'accident, pouf .. un joli trou noir bien affamé.

avatar SMDL | 

@IceWizard :

Ou le téléporteur, mais le principal inconvénient de la téléportation, c'est la perte du cheminement.
Obscurcir le pare-brise avec la saison quarante-neuf de GOT revient d'ailleurs au même.

Au cœur du sujet et pour les amateurs de BD, l'excellent "les Mange-Bitume", 40 ans et pas une ride.

avatar dtb06 | 

Très bon article de Macg. Tout à fait d'accord sur bien des points :
1-Une voiture électrique coûte beaucoup moins cher à construire qu'un voiture essence. Si les prix actuels ne le reflètent pas encore, c'est à cause d'un problème de nombre de ventes. Quand on vendra des millions de voitures électriques, elles seront moins cher.
2-Le souci de l'électricité a toujours été le stockage. Du coup on a toujours un souci de production d'éléments pour batteries qui sont lourds, chers, rares et difficiles à recycler.
3-L'avenir n'est pas dans la possession personnelles, car une voiture est inutilisée 90% du temps (je n'ai pas les chiffres en tête). Mais ça laisse des problèmes de gestion de flotte (car beaucoup de gens utilisent seulement la voiture à 8h et à 18h), ainsi que des problèmes de prix (ça reste souvent moins cher de posséder une voiture à 100% même si elle reste sur place la majorité du temps que d'en louer une deux heures par jour.

Mais rêvons un peu ! Imaginons un parking énorme à la périphérie des grandes villes, les gens qui ont besoin d'aller d'un endroit à un autre lancent une demande en ligne, une voiture vient les chercher toute seule et emmène le passager ou les passagers qui vont au même endroit, les dépose et ensuite retourne se garer. On libérerait des centaines d'hectares en ville qui sont actuellement dédiés au stationnement. Bien sûr ça n'est pas applicable partout mais ça serait un bon début.

avatar amanray | 

la voiture apple roulera de plus en plus lentement au fur et à mesure des upgrades, vous serez obligé de vous en payer une nouvelle tous le 2 ou 3 ans pour rester à une vitesse normale. Les parebrises seront aussi fragiles que les vitres des iphones, le moindre choc et ils se fissureront. Il ne faudra pas circuler sous de grosse pluie car l' étanchéité laissera à désirer et apple ne prendra pas en charge les réparations .
Elle sera disponible en version de base avec 2 sièges et une autonomie de 50km, si vous rajoutez 10000 € vous aurez 4 sièges et 220 km d 'autonomie . Les mise à jour intempestive vous empêcheront parfois de la démarrer le matin. Des bugs de GPS sont à prévoir et bien évidemment tous vos déplacements seront sauvegardés sur des serveurs américains. Apple laissera aux gouvernements la possibilité de desactiver le fonctionnement de votre voiture si vous avez commis une infraction ou si vous n' avez pas payé tous vos impots. Bienvenue dans l' (im)monde Apple

avatar Sic transit | 

Tu as pensé qu'on avait oublié ce fameux texte : "Si les voitures étaient comme les ordinateurs" ?
http://www.rfcafe.com/miscellany/humor/if-cars-were-like-computers-bill-gates.htm

avatar jeanba3000 | 

La voiture du XXIe siècle, c'est la marche et le vélo associés aux transports en commun.

avatar iPop | 

Pour ceux que ça intéresse :
http://www.mdi.lu/

avatar philus39 | 

- La voiture à air comprimé n'est pas intéressante par rapport à la voiture électrique. On ne stocke pas beaucoup d'énergie sous forme d'air comprimé et c'est très coûteux en énergie à comprimer.

- La voiture à hydrogène est une voiture électrique dans laquelle on stocke de l'énergie sous forme d'hydrogène plutôt que dans des batteries. Cela apporte une meilleure autonomie, par contre l'hydrogène provient dans la plupart des cas de gaz naturel, de pétrole ou de charbon. Sa production n'est donc pas neutre en CO2.

- Si la batterie Bolloré des Autolib consomme de l'énergie pour être maintenue en température, elle en nécessite beaucoup moins lors de sa fabrication et s'use bien moins vite qu'une lithium ion classique ( elle sont garanties kilométrage illimité). Par ailleurs elle ne peut pas prendre feux. Le 'rendement écologique' global sur la durée de vie de la voiture n'est pas si mauvais que ça. Le truc à retenir c'est qu'il faut l'utiliser pour des trajet quotidien de l'ordre de 40/50 km et réserver les batteries classiques pour ceux qui roulent moins.

- Il n'y a pas de boite de vitesse dans une voiture électrique ( on en a pas besoin, le couple moteur à bas régime est maximum), il y a juste un train d'engrenage qui ne nécessite pas de vidange régulière.

- La voiture électrique est d'ores et déjà moins émettrice de CO2 durant sa vie qu'une thermique équivalente dans la plupart des pays d'Europe . La situation évolue rapidement ( même et surtout en Chine) en matière d'utilisation des énergies renouvelables. Or la voiture électrique, de part sa capacité de stockage, est le meilleur allié du solaire et de l'éolien Grace au V2G. (Véhicule to grid)

- Le gros avantage de l'électricité est sa versatilité. Achetez une voiture thermique, et pendant les 15/20 ans à venir, elle va consommer du gasoil ou de super. Achetez une voiture électrique, et sa production de CO2 va diminuer avec le temp au fur et à mesure du déploiement des énergies renouvelables.

avatar Initiatik | 

Ce concept de voiture autonome me donne curieusement l'impression que l'on est en train de réinventer l'eau chaude, parce qu' à terme pour l'utilisateur cela s'apparente plus ou moins au principe du transport en commun ou du taxi...

avatar Un Type Vrai | 

" Quand on y pense, que l’humanité soit allée aussi loin avec des moteurs à essence qui font tourner les roues des véhicules en multipliant des petites explosions tient du miracle. "

Tentez d'expliquer le fonctionnement interne d'une batterie P-Ion avec une vidéo aussi comme pour le moteur à combustion, et on reparle de la simplicité...
Quand à l'informatique, autant arrêter tout ça, parce que créer une logique et des logiciels complexes avec juste un peu d'électricité dans des transistors...

Ce qui est intéressant pour le moteur à combustion, c'est son histoire...
On est passé d'un cylindre à compression (avec combustion externe pour générer la vapeur) qui agissait directement sur les roues (Voir le Fardier) à une internalisation de tout ça (la combustion est interne, la sortie du moteur est un tour indépendant des roues ou autre)

Finalement, c'est un système SIMPLE, il apparait complexe parce que la complexité du moteur électrique est masquée (dans la batterie etc.)

avatar ovea | 

Pages

CONNEXION UTILISATEUR