Xerox, le vrai pĂšre du Macintosh ? La visite au PARC (1/3)

Jean-Baptiste Leheup |
Club iGen 👑

Cet article initialement publié le 16 janvier 2020 et réservé aux membres du Club iGen est exceptionnellement en accÚs libre à compter d'aujourd'hui. Pour découvrir tous les articles exclusifs du Club iGen et d'autres avantages, abonnez-vous !

Apple a de tout temps revendiquĂ© la paternitĂ© des innovations du Lisa (qui fĂȘte ses 37 ans le 19 janvier) et du Macintosh (36 ans le 24 janvier) : souris, icĂŽnes, menus dĂ©roulants, fenĂȘtres
 Encore aujourd'hui, la marque conclut ainsi chacun de ses communiquĂ©s de presse : « Apple a rĂ©volutionnĂ© la technologie personnelle en lançant le Macintosh en 1984 », preuve du rĂŽle incontournable que ce petit ordinateur — et son aĂźnĂ©e Lisa, jetĂ©e avec l'eau du bain — a jouĂ© Ă  l'Ă©poque.

Pourtant, on lit parfois que « Xerox avait tout inventĂ© » dĂšs les annĂ©es 70, dans les murs du Palo Alto Research Center, son centre de recherches situĂ© dans cette ville californienne voisine du siĂšge d'Apple. Steve Jobs lui-mĂȘme n'a-t-il pas dĂ©clarĂ©, Ă  la suite de Pablo Picasso, que « les bons artistes copient, les grands artistes volent » ?

  1. La visite au PARC
  2. La naissance du Lisa
  3. Le procĂšs

Car oui, personne ne le nie, Steve Jobs et plusieurs ingénieurs d'Apple ont visité le PARC à deux reprises en novembre 1979 et se sont fait présenter quelques-unes des créations du centre. Nous ne résumerons pas une décennie de recherche et développement en quelques pages, mais nous voulions revenir sur l'influence de ces visites pour les deux bébés d'Apple, Lisa et Macintosh (encore aujourd'hui, Apple omet volontairement les déterminants devant le nom de ses principaux produits, ce qui contribue à les personnifier).

Le dossier que nous ouvrons aujourd'hui se prolongera avec une deuxiÚme partie consacrée aux innovations imaginées pour le Lisa et le Macintosh, puis une troisiÚme consacrée au procÚs qui opposera les deux marques.

En Europe, on a longtemps connu le fabricant de photocopieurs Xerox sous le nom de Rank Xerox. Rien à voir avec RanXerox, l'androïde de BD créé à partir des piÚces d'un photocopieur (PEGI 18), ni avec la planÚte des Petits Hommes

Écartons tout de suite un premier dĂ©bat : Apple n'a pas inventĂ© la souris. Pas plus que Xerox. Comme nous avons eu l'occasion de le dĂ©tailler sur L'Aventure Apple, on se souvient que des trackballs (qui ne sont finalement que des souris Ă  l’envers) avaient Ă©tĂ© brevetĂ©s dĂšs les annĂ©es 40, et la souris telle qu’on la connaĂźt aujourd’hui, dĂšs les annĂ©es 60 par Douglas Engelbart.

Celui-ci avait mĂȘme rĂ©alisĂ© une dĂ©monstration publique (qui sera surnommĂ©e avec le temps « la mĂšre de toutes les dĂ©mos ») de cet objet en 1968, associĂ© Ă  un Ă©cran sur lequel il pouvait sĂ©lectionner, afficher ou masquer du texte, cliquer sur un « lien », tracer des formes ou gĂ©rer des fichiers. Sur cette interface, on ne trouvait cependant ni icĂŽnes, ni menus, ni fenĂȘtres, et il fallait toujours entrer des commandes au clavier et Ă  l'aide de touches de fonctions.

La mĂȘme annĂ©e, un serveur de Telefunken disposait dĂ©jĂ  d’une souris parmi ses options. Et en 1973, l’Alto de Xerox, jamais commercialisĂ© mais utilisĂ© en rĂ©seau au PARC et distribuĂ© Ă  plusieurs centaines d'universitaires en quelques annĂ©es, associait pour la premiĂšre fois une souris Ă  l'interface d'un ordinateur pleinement fonctionnel.

L'Alto de Xerox. Image : Palo Alto Research Center, via Interface-Experience.org

Sous la pression de Steve Jobs, plusieurs améliorations essentielles sont apportées à la souris et lui donnent ses lettres de noblesse. En exigeant que celle-ci puisse fonctionner aussi bien sur une table en Formica que sur son pantalon en jean, il pousse ses partenaires industriels dans leurs derniers retranchements, permettant de plus d'en diviser le prix de revient par vingt.

Il rĂ©ussit lĂ  oĂč les concepteurs de l'Alto avaient peinĂ© : il faut dire que la bille en mĂ©tal de la souris Xerox exigeait une surface particuliĂšre pour ĂȘtre utilisĂ©e et qu'elle s'encrassait vite. À tel point que les utilisateurs de l'Alto pouvaient Ă  tout moment rapporter leur souris au labo de Xerox et l'Ă©changer contre une souris reconditionnĂ©e, un souvenir partagĂ© par un ingĂ©nieur du PARC, Geoff Thompson, sur le site oldmouse.com.

Image : Archives d'Apple, via l'université de Stanford

Mais si la souris a Ă©tĂ© simplement perfectionnĂ©e par Apple, l'interface graphique a Ă©tĂ© totalement repensĂ©e. Sur l'Alto de 1973, l'interface graphique n'Ă©tait qu'une fonction parmi d'autres. Lors du dĂ©marrage de l'ordinateur, c'est une bĂȘte interface en lignes de commande qui s'affichait. Pour utiliser la souris, il fallait lancer une sorte de Finder sans icĂŽnes, affichant le nom des fichiers sous forme de liste. La souris permettait simplement de dĂ©signer le fichier, puis il fallait appuyer sur le bouton rouge de la souris pour le copier, le jaune pour le renommer, ou le bleu pour le supprimer.

C'était déjà un progrÚs : l'Apple II de 1977 ou le PC de 1981 nécessitaient encore de taper le nom du fichier en toutes lettres, sans se tromper. Pas d'ascenseurs non plus pour l'Alto : pour monter ou descendre dans la liste, il fallait viser le bord de la liste et faire un clic gauche pour descendre ou un clic droit pour monter. Ah oui, parce que les trois boutons de la souris de l'Alto changeaient de fonctions au gré des applications. Parfois, le curseur changeait d'apparence pour indiquer le type de fonctions, et parfois, non.

L'interface de l'Alto. Image : Palo Alto Research Center, via Interface-Experience.org

Ce n'est pas tout : ce Finder, qui s'appelait Neptune, ne permettait pas de lancer les logiciels. C'était surtout un outil destiné à faciliter la gestion des disques et de leurs fichiers. Pour lancer un programme, il fallait quitter Neptune et revenir à l'interface classique, à base de lignes de commandes. On était donc loin de la philosophie du Lisa et du Macintosh, pour lesquels aucun apprentissage n'était requis.

Lançons maintenant Bravo, l'éditeur de texte WYSIWYG de l'Alto. N'y cherchez pas de barre des menus pour copier, coller ou modifier l'apparence du texte, car celle-ci n'avait pas encore été inventée. Pire : le geste permettant de sélectionner du texte à la souris n'avait pas été imaginé par ses concepteurs. Il fallait pointer le début de la sélection avec un clic gauche et la fin avec un clic droit.

Faute de barre des menus, les commandes étaient affichées à l'écran, et un appui sur une touche du clavier déclenchait la fonction associée (L, comme Look, suivi de B, comme Bold, permettait de passer la sélection en gras, tandis que D comme Delete permettait d'effacer la sélection). Bref, la souris était là, mais presque tous ses usages restaient à inventer.

Neptune sur l'Alto Ă  gauche, le Filer du Lisa et le Finder du Macintosh Ă  droite

Jef Raskin, Ă  l'origine du premier projet Macintosh, rĂ©sumait les choses ainsi : les Ă©quipes Lisa et Macintosh avaient connaissance, comme tous les professionnels de l'Ă©poque, des travaux du PARC, largement mĂ©diatisĂ©s. Lui-mĂȘme avait eu l'occasion d'y travailler en tant qu'assistant de formation de l'UniversitĂ© de Californie, qui entretenait des relations permanentes avec le centre de recherches.

DĂšs leur origine, les Ă©quipes Mac et Lisa ont donc commencĂ© Ă  travailler sur la notion d'interface graphique. La visite de 1979 n'a pas dĂ©cidĂ© Apple Ă  travailler sur l'interface graphique, elle n'a eu pour objet que de convaincre Steve Jobs lui-mĂȘme de l'intĂ©rĂȘt de cette technologie. Car oui, Steve Jobs n'avait pas immĂ©diatement perçu ce que cette idĂ©e, qui n'Ă©manait pas de lui, avait de gĂ©nial !

Pendant qu'Apple peaufinait ses deux machines, Xerox avait bien amĂ©liorĂ© son interface pour le Xerox Star, sorti en 1982, mais sans atteindre le niveau de perfectionnement qu'Apple visait au mĂȘme moment. En effet, si le Star avait gagnĂ© un bureau dotĂ© d'icĂŽnes, ses concepteurs n'avaient toujours pas compris tout le potentiel de la souris.

Le Xerox Star. Image : Xerox

Ils avaient fait le choix d'ajouter des touches de fonctions sur les cÎtés du clavier de la machine, pour copier, ouvrir, déplacer, rechercher ou encore afficher les propriétés. Ces touches s'appliquaient à la sélection active, qu'il s'agisse d'un paragraphe de texte, d'une portion d'image ou de l'icÎne d'un fichier, d'un dossier ou d'un disque.

Pour dĂ©placer une icĂŽne, il fallait donc la sĂ©lectionner d'un clic, appuyer sur « Move » et cliquer sur son nouvel emplacement. Pour souligner un mot, il fallait le sĂ©lectionner, puis appuyer sur « Prop(riĂ©tĂ©s) » et cliquer sur « SoulignĂ© » dans la fenĂȘtre qui s'affichait. Et tout cela Ă©tait lent, terriblement lent, mĂȘme comparĂ© au petit Macintosh. Et pourtant le Star coĂ»tait plus de 16 000 $


Le bureau du Xerox Star (émulé par le logiciel Darkstar)

Il proposait cependant quelques fonctions fort bien pensées, comme l'icÎne des imprimantes affichées directement sur le bureau, permettant d'y déplacer un document à imprimer (une fonction qui attendra le SystÚme 7 chez Apple).

À suivre


Les avantages du Club iGen

L'abonnement au Club iGen supprime la publicité et donne accÚs à du contenu exclusif sur tous nos supports : le site du Club (qui rassemble les articles de MacGeneration, iGeneration et WatchGeneration), notre application iOS, notre application tvOS et notre application Android.

Le nouveau site web du Club offre de nombreux avantages, Ă  commencer par un confort de lecture maximal, de nombreuses options de personnalisation, des filtres pour le contenu, un flux RSS dĂ©dié 

Trois formules d'abonnement sont disponibles : 4,99 € pour un mois, 45 € pour un an (3 mois offerts), ou encore 22,50 € pour un an (faibles revenus). Tous les dĂ©tails sont disponibles sur le Club iGen.

avatar SindanĂĄriĂ« | 

Aaah enfin un article payant đŸ˜ŒđŸ„łđŸ‘đŸŒ
Je vais aller dĂ©guster celui-ci 📖

avatar MadalvĂ©e | 

HonnĂȘtement avec tout ce qu'on avait racontĂ©, je croyais le systĂšme de Xerox plus Ă©voluĂ©, Apple remonte dans mon estime. Merci pour ces dĂ©tails instructifs. Apple a bien inventĂ© l'interface graphique moderne.

avatar zoubi2 | 

@Madalvée

"HonnĂȘtement avec tout ce qu'on avait racontĂ©, je croyais le systĂšme de Xerox plus Ă©voluĂ©"

Moi aussi...

avatar macfredx | 

@zoubi2

C'Ă©tait mon cas Ă©galement.
Merci pour cet article trĂšs intĂ©ressant ; j'attends la suite avec impatience 😉

avatar hirtrey | 

@Madalvée

Non ïŁż n’a pas inventĂ© l’interface graphique elle a seulement copiĂ© puis formatĂšrent amĂ©liorer. Grosse diffĂ©rence en inventer et amĂ©liorer.

avatar BeePotato | 

@ hirtrey : « Non ïŁż n’a pas inventĂ© l’interface graphique elle a seulement copiĂ© puis formatĂšrent amĂ©liorer. Grosse diffĂ©rence en inventer et amĂ©liorer. »

MadalvĂ©e avait pourtant bien pris la peine de prĂ©ciser qu’il parlait de l’interface graphique moderne.
Il faudrait vraiment ĂȘtre de mauvaise foi (ou simplement ignorant de l’histoire des interfaces) pour nier qu’il y a eu nettement moins d’évolution depuis l’interface du Mac de 1984 que dans les annĂ©es qui l’ont prĂ©cĂ©dĂ©es.
En s’inspirant des travaux prĂ©cĂ©dents sur les interfaces graphiques, en les modifiant Ă  sa façon et en y ajoutant des morceaux inĂ©dits, Apple a bel et bien crĂ©Ă© (si tu n’aimes pas le terme « inventer ») l’interface graphique moderne (pour ordinateurs personnels traditionnels — parce que ce qui mĂ©riterait le plus de porter le nom d’interface graphique moderne de nos jours, c’est celle qu’on trouve sur les smartphones et tablettes).
Tout le monde a fini par s’aligner Ă  peu prĂšs sur le modĂšle dĂ©fini en 1983/1984.

Est-ce parce qu’on ne peut pas faire mieux ? Personne de sensĂ© ne lancerait une telle affirmation. Le fait que personne n’a jusque lĂ  rĂ©ussi Ă  proposer quelque chose de plus convaincant (en dehors d’amĂ©liorations progressives du modĂšle de base) ne signifie pas que c’est impossible, juste que, malgrĂ© quelques expĂ©rimentations de-ci de-lĂ , on n’a pas encore rĂ©ussi Ă  le trouver. Et bien sĂ»r, il devient de plus en plus difficile d’envisager d’y arriver, en raison de l’inertie liĂ©e Ă  la force des habitudes et Ă  la taille du parc logiciel existant.

avatar Olivier S | 

Un article comme je les aime pour les ieuvs đŸ€Ș !

Documenté, précis et concis ! Merci
Effectivement, cela remet en perpective tout ce qui a Ă©tĂ© dit et dĂ©formĂ© ( Steve Jobs a tout volĂ©, il n’a rien inventĂ© et patati et patata....)
On attend la suite avec impatience

avatar ys320 | 

De belles rĂ©fĂ©rences Franquin, et Seron !Dans la BD ces dessinateurs ont aussi innovĂ© en crĂ©ant tous les deux de belles prouesses technologiques. J’ai toujours voulu une Turbo 2 et une Zorglubmobile. Finalement le Comte de Champignac c’est les champignons Ă  la place de le pomme.

avatar umrk | 

(dupliqué)

avatar NicoChill | 

Merci pour cet article fourni ! HĂąte de lire la suite !

avatar leaggael | 

Merci pour ce trùs bon article et hñte de lire la suite pour en apprendre plus ! 🙂

avatar Tykkho | 

Chouette article .. Merci

avatar pat3 | 

Aaaaaaaaah ! Merci pour cet article, j’ai encore appris quelque chose sur un Ă©pisode que je croyais connaĂźtre par cƓur.
Et je retrouve la plume qui m’avait fait adorer l’Aventure Apple !

avatar Lau19670 | 

Bonjour Ă  tous,
Article passionnant !
Vivement la suite car on suit cette odyssée en redécouvrant les origines.
Si en plus, vous citez Les petits hommes et Ranxerox, je vais m’abonner à vie !
C’est du vĂ©ritable travail d’écriture et c’est passionnant.
Une lecture pour tous les révisionnistes qui hantent les forums en déversant leur bile...

avatar umrk | 

Cela en étonnera beaucoup, mais il faut bien comprendre que dans les groupes ayant atteint une taille suffisante pour avoir un centre de recherches séparé, le PDG est le plus souvent totalement indifférent à leur activité, et n'y met jamais les pieds, tout occupé qu'il est à passer le cap des prochains résultats trimestriels ....

Le centre de recherche n'est lĂ  que pour proclamer aux investisseurs qui s'en inquiĂšteraient "vous voyez, on fait de la recherche, et on y consacre mĂȘme beaucoup d'argent !".

avatar XiliX | 

@MacGĂ©
"À suivre
"

NOOOOOONNNNNNNNNN.......

:p

avatar iValFR | 

Super article, une série trÚs intéressante.
C’est toujours passionnant de voir le chemin parcouru par tous ces Ă©lĂ©ments dont la prĂ©sence nous semble si Ă©vidente aujourd’hui !

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

Ils avaient fait le choix d'ajouter des touches de fonctions sur les cÎtés du clavier de la machine, pour copier, ouvrir, déplacer, rechercher ou encore afficher les propriétés. Ces touches s'appliquaient à la sélection active

Donc Apple a copié Xerox en créant la Touch Bar.

avatar bazino | 

Tellement cool de lire les commentaires ici ! Ça fait du bien quand c’est constructif et pacifiĂ© !

avatar BingoBob | 

Super article, merci !

avatar Azurea | 

Superbe article (et retour dans... le passĂ©) il n'y a qu'Ă  voir la taille des disques de sauvegarde de l'Alto, toute une Ă©poque, tout Ă©tait Ă  dĂ©couvrir, du cĂŽtĂ© ingĂ©nierie comme du client. Ça me rappelle ma premiĂšre imprimante Ă  8 aiguilles. Toute une Ă©poque.
Merci MacG pour l'article!

avatar Greg 57 | 

Je pense que rien que pour sa contribution historique, Apple devrait racheter Xerox, pour le principe, et lier définitivement les deux firmes.

avatar klouk1 | 

Merci pour ce trÚs bel article bien documenté.

avatar DrStax | 

Super article, je pense que je vais m’abonner. Dommage que certains commentaires pensent plus au "Ta vu finalement Xerox a juste fait ça et Apple ont fait mieux nanana" au lieu de profiter de l’histoire et de remercier ces diffĂ©rents acteurs qui ont contribuer Ă  l’informatique moderne brique par brique.

avatar hirtrey | 

Je vais pas ĂȘtre mĂ©chant mais un article similaire est dĂ©jĂ  disponible sur MacG datant de 2011 et Ă©crit par Arnaud de la GrandiĂšre.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR