[Accès libre] Test du MacBook Pro 14" M3 : une puce entre deux chaises

Florian Innocente |
Club iGen 👑

Cet article réservé initialement aux membres du Club iGen est exceptionnellement en accès libre à compter d'aujourd'hui. Pour découvrir tous les articles exclusifs du Club iGen et d'autres avantages, abonnez-vous !

Le MacBook Pro 14" M3 modernise enfin l'entrée de gamme des portables professionnels d'Apple. Il reprend de nombreux attributs du 14" à puce Mx Pro, mais quelques choix opérés brouillent le positionnement de cette machine.

L'arrivée du MacBook Pro 14" M3 fut l'une des deux surprises de l'événement Apple d'octobre, l'autre étant que les M3 Pro et M3 Max ont remplacé leurs prédécesseurs avant même qu'ils fêtent leur premier anniversaire. On aurait presque parié sur un très classique MacBook Pro 13" M3, après le M1 puis le M2, tant ce modèle, rescapé des générations de portables avec Touch Bar, faisait à chaque fois mentir les sombres pronostics à son sujet. Après ce départ en retraite, le MacBook Air M1 devient l'ultime portable, encore au catalogue, descendant de l'ère Intel.

À l'arrière un MacBook Pro 13" Intel dont les Pro 13" M1 et M2 étaient les descendants, à l'avant le MacBook Pro 14" M3 qui prend le relais.

Nouvelle gamme et prix

Le Pro 13" M2 s'en est allé, le Pro 14" M3 est arrivé, mais le second ne se contente pas de s'assoir à la place du premier. Cet espace assez central dans la gamme des portables Apple est complètement réaménagé. Il part du premier MacBook Air 15" M2 et s'étire jusqu'au premier MacBook Pro 14" avec M3 Pro. Ou, pour le présenter autrement, cet ensemble regroupe des machines de milieu de gamme comprises dans une fourchette de 1 600 € à 2 500 €.

Précédemment, le Air 15" et le Pro 13" se marchaient dessus : leurs designs et équipements étaient différents, mais ils avaient le même processeur, les mêmes dotations en RAM/SSD et des prix identiques. En supprimant le Pro 13", la grille devient plus lisible. Le MacBook Air 15" M2 est maintenant suivi par le MacBook Pro 14" M3 qui précède les 14" M3 Pro/Max.

Cette nouvelle distribution se traduit par une révision des prix. Auparavant on entrait dans la gamme des MacBook Pro avec 1 599 €. Dorénavant le ticket est à 1 999 € pour ce 14" M3, soit 400 € de plus. On a cependant 512 Go de SSD de base contre 256 jusque-là. Ouf. Pourtant, là aussi, il y a une hausse de 170 € puisque le Pro 13" de 512 Go valait 1 829 €. Bien entendu, le 14" apporte beaucoup d'autres améliorations, mais le fait est qu'elles réclament un budget immédiatement plus conséquent.

Et dans un cas comme dans l'autre, la RAM demeure aussi précieuse que l'or chez Apple. Celle-ci ne met toujours que 8 Go de base sur cette première machine « Pro ». Même le second 14" M3 standard, avec 1 To de SSD, campe sur ces 8 Go par défaut.

Les mathématiciens du marketing d'Apple ont beau prétendre que 8 Go sur Mac équivalent à 16 Go sur PC, avec une mémoire impossible à faire évoluer sur la durée, on se sent presque tenu d'ajouter les 230 € supplémentaires pour passer sur 16 Go (460 € pour le maximum de 24 Go), par sécurité.

Non Apple, 8 Go dans un Mac ne correspondent pas à 16 Go dans un PC

Non Apple, 8 Go dans un Mac ne correspondent pas à 16 Go dans un PC

8 Go de RAM dans un MacBook Pro ne suffisent pas : la preuve en vidéo

8 Go de RAM dans un MacBook Pro ne suffisent pas : la preuve en vidéo

Pour qui voudrait muscler sa machine, on passera à 1 To moyennant 230 € de plus et à 2 To avec 690 €. Une configuration en 16/512 Go — qui nous paraît équilibrée — revient ainsi à 2 229 €. C'est déjà une très belle somme et on n'est même pas sur un processeur supposément « Pro ». On pourra alourdir encore l'étiquette avec 24 Go de RAM (+ 460 €). Le top du MacBook Pro M3, avec 24/2 To et l'adaptateur 96 W au lieu de 70W, revient alors à 3 169 €.

C'est toute l'ambiguïté de ce MacBook Pro, avant qu'il puisse faire valoir ses performances, il ne diffère pas tellement de son prédécesseur qui était bancal aussi à sa manière. Il fait le grand écart entre des modèles plus puissants dont il reprend des points forts bien visibles (le design, l'écran, la connectique) et des modèles inférieurs pour des éléments plus techniques et moins apparents aux non initiés (le processeur et cette RAM). On se sent comme un « pro » en allant vers cette machine, mais on ne fera pas tout ce que fait un « pro » ou pas dans les mêmes conditions. C'est un SUV qui procure l'illusion de pouvoir s'enfoncer en forêt alors qu'il est plutôt prévu pour enjamber des trottoirs.

Caractéristiques : ce qui reste

On ne s'attardera pas sur le design qui est un (heureux) copier-coller des deux précédentes gammes 14"/16" avec leurs lignes plus droites, un clavier extrêmement agréable à la frappe (et fiable), un trackpad toujours excellent et une encoche dans l'écran qui se fait oublier, mais dont on aimerait tout de même qu'elle s'efface un jour.

L'écran de 14,2" laisse penser qu'on y perd face au 15,3" du MacBook Air, mais ce dernier n'est plus grand que par son gabarit. Le 14" étale une résolution de 3 024 x 1 964 pixels et le 15" de 2 880 x 1 864 pixels. La dalle du 14" est plus lumineuse aussi, avec 600 nits au minimum (500 sur l'Air) et des pointes à 1 000 ou 1 600 Nits sur des contenus HDR. On n'oubliera pas ProMotion, avec un taux de rafraîchissement poussant jusqu'à 120 Hz pour lisser les défilements de pages et de photos. L'écran 15" du MacBook Air est bon, mais celui du 14" lui est meilleur en tout.

Dans l'encoche de l'écran, on retrouve la même caméra 1080p (pas de fonction Cadre centré comme les iPad ou le Studio Display) et autour du clavier les six haut-parleurs sont compatibles avec l'audio spatial. La qualité sonore est suffisamment bonne pour écouter sa musique en travaillant et pallier un oubli de ses écouteurs ou de son casque.

Le noir sidéral (à droite) n'est proposé que sur les modèles avec M3 Pro ou M3 Max. Il remplace le gris sidéral qui reste sur le 14" M3.

Le seul regret à ce stade, c’est l'absence sur ce MacBook Pro d'entrée de gamme de la nouvelle couleur noir sidéral. Elle est du plus bel effet sur les 14"/16" M3 Pro et M3 Max. Le M3 donne toujours à choisir entre les habituels argent et gris sidéral. C'est une autre manière de tenir ce 14" M3 un peu à l'écart des autres Pro, les vrais, ceux que l'on pourra reconnaître rien qu'à la couleur du châssis.

Aperçu du coloris noir sidéral des MacBook Pro M3 Pro/Max : une heureuse finition obscure

Aperçu du coloris noir sidéral des MacBook Pro M3 Pro/Max : une heureuse finition obscure

Caractéristiques : ce qui change

Comparé aux autres modèles Pro, le 14" M3 perd un port Thunderbolt/USB 4. Il en a deux, placés à gauche et logés entre la prise d'alimentation MagSafe et la prise casque 3,5 mm. Côté droit, il subsiste le logement pour une carte SDXC et la prise HDMI. C'est varié et gageons que cela sera suffisant pour le plus grand nombre.

Par rapport au modèle équipé d'une puce M3 Pro, le MacBook Pro avec une puce M3 perd aussi un écran externe : on ne branchera qu'un seul écran externe à la fois, soit en le connectant au port Thunderbolt et alors on ira jusqu'à 6K à 60 Hz (il y a plus de latitude sur les deux autres configurations M3 Pro/Max), soit en le branchant en HDMI, qui accepte jusqu'à un écran 4K à 120 Hz.

En standard, on ne branchera qu'un seul écran externe sur cette machine.

Si l'on veut au moins deux écrans externes en plus de l'intégré, il faut utiliser un adaptateur DisplayLink et faire face à plusieurs contraintes. Sur ce point des écrans externes, c'est encore un distinguo qui est opéré entre les MacBook Pro. On pourrait croire le premier d'entre eux est au moins aussi flexible que les autres, mais il n'en est rien.

Le Pro 13" disparu était plus pauvre en comparaison avec ses deux ports Thunderbolt/USB 4 et sa prise casque, mais il avait la Touch Bar, appréciée par certains, ignorée par d'autres. Apple l'a enterrée depuis la refonte des MacBook Pro en 2021, le débat est clos à son sujet.

Adieu Touch Bar, je ne te regretterai pas

Adieu Touch Bar, je ne te regretterai pas

Au M2 succède donc un M3 qu'Apple a immédiatement décliné en M3 Pro et M3 Max, en attendant probablement un M3 Ultra pour les Mac Studio et Mac Pro 2024. Si l'on devait faire une comparaison avec avant, le M3 serait à la gamme des puces Apple ce que les Core i5 étaient à celles d'Intel. Des processeurs suffisamment aptes à tout faire, mais pas optimum pour tout.

Le M3 reprend la construction du M2 avec un CPU à 8 cœurs (4 performants, 4 économes) et un GPU à 10 cœurs. Le tout est gravé en 3 nm, une étape supplémentaire dans la finesse afin de caser plus de transistors. Apple a inauguré ce procédé chez TSMC avec l'A17 Pro des iPhone 15 Pro. C'est la première fois en outre que la fréquence du CPU atteint et dépasse les 4 GHz (4,1) sur un seul cœur (contre 3,6 GHz en multi cœur).

Comme ses frères plus costauds, le GPU du M3 utilise la fonction de Dynamic Caching et l'accélération matérielle pour les tâches de ray-tracing et de Mesh Shading en 3D (lire aussi notre test de l'iMac M3 pour plus de détails). Le M3 est également capable de décoder des flux vidéos AV1 de façon matérielle, ce n'était pas le cas il y a encore peu de temps.

Apple travaille depuis des années sur le Dynamic Caching des puces M3

Apple travaille depuis des années sur le Dynamic Caching des puces M3

Performances

Les quelques tests de performance réalisés avec ce M3 confirment ce à quoi on pouvait s'attendre. Il fait logiquement mieux que le M2, il creuse l'écart avec les M1 et laisse loin vers l'horizon les anciens 13" Intel Core i5 et i7. Le M3 s'en tire même pas mal face aux M2 Pro et M1 Pro… lorsqu'on s'en tient aux épreuves sur un seul cœur. Dès que plusieurs cœurs sont sollicités de front ou dès que l'on tire sur le GPU, les précédents Mx Pro reprennent naturellement l'avantage. Ils peuvent compter en outre sur des configurations mieux dotées en mémoire.

CPU à 8 cœurs

Dans les tests CPU de Geekbench 6, le M3 est 20 % plus rapide en simple cœur et 24 % en multicœur. C'est une bonne progression qui fait tutoyer le M3 avec le M2 Pro. Si vous êtes toujours sur Intel, on change complètement de dimension. Ce M3 est presque 150 % plus rapide sur le CPU et 200 % plus véloce sur le GPU face au solide Core i7 Quad 2,7 GHz du MacBook Pro 13" de 2018.

GPU à 10 cœurs

Lors du test de la partie graphique du M3 (avec ses 10 cœurs), celui s'est avéré 9 % plus rapide que notre M2 de comparaison (10 cœurs aussi de GPU), mais 50 % plus véloce que le GPU à 8 cœurs du M1. Le gain est plus modeste d'une génération à l'autre.

Avec les tests graphiques de GFX Bench Metal, le M3 se montre entre 8 et 16 % plus rapide que le M2 et entre 50 et 60 % plus véloce que le M1. Quant à un Core i5 Quad de 2 GHz passé par le même test, le M3 lui assène un score 400 % supérieur.

Après un tour dans l'épreuve de test automatique de Shadow of the Tomb Raider, on obtient une moyenne de 38 images par seconde en 1080p avec les réglages graphiques sur Haut. C'est une mince progression sur les M2 et M1 qui affichent respectivement 34 et 33 i/s. Là encore, le premier MacBook Pro 14" M3 Pro se détache clairement du lot, avec 55 i/s. Enfin, impossible de réaliser le test GPU dans Cinebench 2024. L'outil a bien été adapté aux nouveaux processeurs d'Apple et aux calculs de ray-tracing accélérés par le matériel, mais la dotation en RAM est jugée d'emblée insuffisante pour charger le fichier de test.

Applications

Dans son argumentaire, Apple destine les portables à base de M3, M3 Pro et M3 Max aux « futurs professionnels, étudiants, entrepreneurs, codeurs, artistes 3D, pros de la vidéo et créateurs de toutes sortes ». Pas besoin d'être devin pour se douter que les choses sont plus nuancées que ce bloc compact. Si vous n'êtes plus étudiant et déjà professionnel, que vous gagnez votre vie avec votre Mac, que vous enchaînez les commandes, la variable du temps d'exécution a une toute autre valeur.

Pour reprendre le cas de la RAM avec Final Cut Pro, un export 8K d'une séquence prend un peu plus de 6 min sur ce M3 à 8 Go… contre 28 secondes sur le M3 Pro avec ses 18 Go de base. La compilation du moteur WebKit avec Xcode s'effectue en un peu plus de 30 minutes sur ce M3, là où le premier M3 Pro achève l'opération en 19 minutes. Dans GFX Bench Metal, le M3 Pro est entre 40 et 50 % plus rapide en nombre d'images par seconde que le M3.

« Aspirant professionnel », ce pourrait être le surnom de ce portable. Ses performances progressent joliment depuis le M2 et sont plus substantielles face au M1. De là à le mettre dans le même sac que les autres MacBook Pro sortis avec lui, comme le fait Apple, il y a un pas.

SSD de 512 Go

Sur la partie stockage, le SSD de 512 Go a donné de bons résultats de vitesse : avec 2,7 à 2,9 Go/s en lecture et 2,8 à plus de 3 Go/s en écriture. C'est ce que l'on avait constaté avec les MacBook Pro M2 Pro et c'est similaire au SSD de 512 Go du MacBook Air 15" M2 testé cette année. On rappellera tout de même que la génération des M1 Pro faisait mieux, avec 4,3 Go/s en écriture et 3,2 Go/s en lecture. Il faut aller sur le 14" M3 Pro (dès le modèle de 512 Go) pour retrouver ces valeurs et les dépasser. Le 14" M3 est aussi en retrait sur cet aspect.

Enfin, lors des tests de performance, la machine s'est révélée globalement silencieuse. Son unique ventilateur, contre deux sur les M3 Pro/Max, s'est surtout manifesté durant la compilation Xcode. Tantôt il fallait se pencher sur le clavier pour l'entendre, tantôt c'était plus perceptible. S'il y a un ventilateur, c'est l'assurance que vous aurez à l'entendre parfois alors que deux auraient assuré un refroidissement probablement plus efficace et plus discret. Ce ventilateur permet néanmoins d'avoir des performances qui tiennent sur la durée au lieu de s'essouffler comme cela peut arriver sur les MacBook Air et leur refroidissement passif.

En résumé, ce portable sur M3 saura affronter n'importe quelle tâche plus corsée que la moyenne. Mais ce n'est pas parce qu'il peut le faire, qu'il le fera bien. Si vous dépendez d'applications exigeantes comme celles mises en exergue par Apple (Final Cut Pro, Premiere Pro, Photoshop, Matlab, Horos MD, Redshift, etc), aller vers un Mac à base de M3 Pro minimum sonne comme une évidence. Au moins ce premier portable à puce M3 donne-t-il un aperçu de ce que l'on peut espérer avec les futurs MacBook Air 2024 lorsqu'ils abandonneront leur M2.

Autonomie

Il n'y a que du bon à dire sur l'autonomie qui s'inscrit dans la droite ligne des précédentes et de la génération Apple Silicon de manière générale. Apple annonce jusqu'à 15h en navigation web et 22h en lecture vidéo avec l'app TV. Par rapport au précédent 14" M2 Pro c'est respectivement 3h et 4h de mieux. Face au 13" M2 c'est 2h de moins pour le web, mais 2h de plus pour la vidéo.

19h avec De Niro.

De mon côté, en travaillant avec mes applications habituelles (Safari, Mail, Twitter, iA Writer, Photos, Spotify, Messages, Numbers.) ainsi qu'une connexion Wi-Fi sollicitée en permanence, j'ai tenu 13h45. Et sur cette durée j'ai consacré 2h à YouTube. L'écran était à 50 %, réglé en résolution maximale. Le MacBook Pro 13" M2 avait résisté 14h30, c'était un record ! Autant dire que ce portable excelle. Mon activité n'est pas de nature à épuiser trop vite la batterie, mais c'est une indication de ce que l'on peut espérer avec des applications que l'on englobe traditionnellement dans la catégorie de la bureautique/internet.

Pour notre test avec Netflix, où l'on fait jouer un film jusqu'à épuisement (de la batterie) avec la luminosité et le son à 50 % chacun, le portable a lâché prise au bout de 19h. On peut regarder presque 6 fois The Irishman de Scorsese (il dure 3h30) qui nous sert pour ce test ! Le MacBook Pro M2 avait fait une demi-heure de mieux. Un peu plus ou un peu moins… lorsqu'on arrive sur ces durées, les différences sont superflues, elles ne correspondent plus à aucune réalité d'usage.

Le MacBook Pro 14" M3 face aux autres portables Mx

Avec cette position centrale dans la gamme, le MacBook Pro M3 est en compétition avec les modèles au-dessus et en dessous de lui. On l'a dit plus haut, les M3 Pro et M3 Max sont des choix évidents pour les catégories d'utilisateurs qui ont besoin d'aller vite, pour qui le temps gagné est de l'argent gagné. Point. Pour les autres clients, il y a matière à étudier l'offre du MacBook Air et le 15" en premier lieu.

En 8/512 Go, le MacBook Air 15" coute 179 € de moins que le 14" M3. Au vu de cet écart, il est difficile de ne pas être tenté par le MacBook Pro : allure cossue, connectique plus importante, écran supérieur et processeur de la dernière génération.

Tant que les MacBook Air ne sont pas passés sur M3, ils partent avec ce désavantage. Mais ils ont pour eux de bonnes performances aussi et une autonomie tout aussi formidable. On peut alors faire un autre calcul et préférer descendre en gamme, mais prendre quand même une ou deux options de confort.

Un MacBook Air 13" M2 gonflé en 16/1 To vaudra 2 109 € et le 15" avec 16/512 Go coutera 2 059 €. En face d'eux, le Pro 14" M3 et ses 8/512 Go démarrent à 1 999 € et passent à 2 229 € en configurations 16/512 Go ou 8/1 To. Peut-être est-il pertinent de prendre moins puissant et un écran moins grand, mais plus de stockage et de mémoire vive (en outre, avez-vous besoin d'une prise HDMI et d'un lecteur de cartes d'appareil photo ?)… Ou tout simplement de prendre son mal en patience et d'attendre les MacBook Air M3.

Le MacBook Pro 13" face aux portables Intel

Dès l'arrivée des premiers portables M1, leurs prédécesseurs sur Intel ont été mis à terre par KO. Sur les performances comme sur l'autonomie c'était du jamais vu. Les M2 et M3 n'ont pas surpris à ce point, mais ils continuent de transformer l'essai. Tout a changé pour le meilleur sur les portables Apple depuis cette bascule (clavier et connectique notamment).

MacBook Pro 13" Touch Bar et MacBook Pro 14"

D'aucuns diront que leur portable Intel fonctionne très bien et qu'il leur suffit encore. C'est un discours que l'on entend régulièrement et pas que pour les portables. Et pourquoi pas après tout ? J'utilise un MacBook Pro 13" Touch Bar de 2018. Il tourne rond, la batterie est en bonne santé (il est plutôt sédentaire) et Sonoma y est installé.

Il y a toutefois des choses qui grincent : l'écran Dell 4K qui y est branché fait souffrir la puce graphique (oubliez Stage Manager, par exemple). Ouvrez plein d'onglets ou mettez YouTube en plein écran et l'agrandissement de la fenêtre saccade et le passage d'une page web à l'autre manque de punch. Dans le même temps mes collègues se plaindront des emballements du ventilateur.

Et puis il y a ces fonctions qui tirent tout le jus de quelques facettes des puces Apple Silicon, comme le Neural Engine. Prenez simplement Pixelmator Pro et sa fonction Super resolution qui affine le rendu des images. Elle va prendre 9s pour traiter une photo de taille moyenne avec le M3 contre quasiment 1mn 40s sur mon Core i5…

Enfin, chaque version de macOS contient toujours de petites améliorations réservées aux Mac Apple Silicon. Plus le temps passe, plus il faut s'attendre à ce que des fonctions d'intelligence artificielle exigent des architectures Apple Silicon. Le prochain macOS 15 enverra certainement à la retraite une nouvelle série de Mac Intel (parions sur la génération 2018, la plus ancienne encore prise en charge aujourd'hui).

MacBook Pro 13" Touch Bar et MacBook Pro 14"

L'insistance d'Apple, encore aujourd'hui, à comparer ses nouveaux Mac M3 aux anciens sur Intel montre deux choses. La première est que la progression entre M1, M2 et M3, si elle est réelle, n'est pas faramineuse. La seconde c'est qu'il y a encore beaucoup de monde qui n'a pas fait le saut sur Apple Silicon, parce que le besoin n'est pas encore manifeste, parce que le budget est trop important (et puis il faut aussi remplacer les iPhone ou iPad). C'est au moins la preuve que bien que dépassée techniquement, la génération Intel fait preuve d'une bonne résilience.

La question en définitive est de savoir si ces ralentissements et privations induites par les puces Intel restent négligeables pour vous, si elles sont encore supportables ou si elles deviennent désormais contraignantes au quotidien.

Conclusion

Comme son prédécesseur le 13", ce MacBook Pro 14" donne le sentiment d'être là pour occuper une case, pour remplir un blanc entre les familles Air et Pro, empruntant beaucoup à la seconde et picorant dans la première sur des points clefs. On aurait aimé qu'à l'occasion de cette refonte de gamme, on ne se retrouve pas, une nouvelle fois, face à une machine dont on ne sait pas trop à qui elle s'adresse en priorité.

C'est le genre de portable que l'on imagine très bien acheté en entreprise, parce qu'il a l'estampille « Pro » plus valorisante et parce qu'il est le moins cher de sa famille. Mais il est plus compliqué à conseiller qu'un Air ou qu'un MacBook Pro M3 Pro, deux opposés aux profils mieux définis et sans ambiguïté.

Un portable coincé entre un MacBook Air M2 à sa gauche et un MacBook Pro M3 Pro à sa droite.

C'est un MacBook Pro « oui, mais… ». S'il a votre préférence, on ne peut que suggérer de lui ajouter un supplément de RAM pour ne pas insulter l'avenir. Vous trouverez aussi facilement des gens qui se satisfont aujourd'hui de leurs 8 Go que d’autres qui n’envisagent pas d’avoir moins de 16 Go. Il n’y a pas un groupe qui a tort et un autre qui détient la vérité, juste deux groupes qui utilisent leurs machines de manière très différente.

Le problème est qu’en qualifiant cette machine de « Pro », Apple induit qu’elle a des capacités particulières et il en découlera des attentes plus élevées. C’est là que ça risque de coincer. Si vous passez votre temps dans Safari, Microsoft 365 et Photos, la version de base ira très bien. Mais elle n'a pas les épaules des autres modèles dès que l'on veut monter en charge et travailler sur du plus lourd. Mais c'est un grand classique d'Apple : une configuration d'entrée de gamme est toujours taillée pour vous inciter à prendre le modèle juste après, qui a plus de ceci ou plus de cela.

Quand bien même ces 8 Go peuvent suffire aujourd’hui à pas mal de gens, c'est pingre pour 2 000 € et l’excellente longévité des Mac fait qu’on sera amené à installer plusieurs nouveaux macOS, des applications aux fonctions plus sophistiquées et que leurs besoins iront en augmentant. Pour le résumer d'une manière plus commerciale : il faut acheter en pensant à la revente.

Mise à jour le 14 novembre : correction, dans les graphiques, du nombre de cœurs indiqué pour le GPU du MBP 13" M2 (10 et non pas 8).

avatar Captain Bumper | 

"mais la dotation en RAM est jugée d'emblée insuffisante pour charger le fichier de test." lol, faudrait envoyer le message d'erreur à Apple puis bien souligner le PRO sur la facture!

avatar mat16963 | 

Cette limitation à un seul écran externe sur une machine à passé 2000 boules est quand même une de ces pingreries comme seule Apple sait faire…

avatar dark juju | 

« Mais il est plus compliqué à conseiller qu'un Air ou qu'un MacBook Pro M3 Pro ».

Je vous trouve assez dur avec lui. Je me considère comme un pro qui n’a pas besoin d’une puissance phénoménale mais qui apprécie énormément les qualités de l’écran pro Motion (120 hz, sa résolution, le HDR …) vu le nombre d’heures que je passe dessus. Et clairement l’écran du MacBook Air n’est pas à la hauteur pour le prix de la machine.
J’aime également la prise HDMI pour se brancher facilement en salle de réunion sans trimbaler son adaptateur.

Je suis très content qu’Apple propose ce modèle et je trouve qu’il a sa cible.

avatar Nesus | 

@dark juju

Même avis. Je n’ai pas besoin de monter des films en 8K en 3 minutes. Et pour autant j’aime le confort qu’on apporte ce modèle et que n’apporte pas le air. Je suis content que pour avoir ce pro, je ne sois pas obligé de m’offrir une puissance inutile, à mon usage, et le prix qui va avec. Ça me semble un bon compromis, même si la clé d’entrée a beaucoup progressée.

avatar raoolito | 

@dark juju

l’ecran oui, une tuerie 🩷

avatar koko256 | 

Un « oui mais... » pour un produit Apple c'est assez rare !

avatar jopaone | 

Clairement, à 2000 balles ne même pas proposer 16Go de Ram de base en 2023.. 🙄🙄

avatar Malouin | 

«  Si l'on devait faire une comparaison avec avant, le M3 serait à la gamme des puces Apple ce que les Core i5 étaient à celles d'Intel. Des processeurs suffisamment aptes à tout faire, mais pas optimum pour tout. »
Comment dire ! Quand je compare mon MacBook Pro Intel i5 à mon MacBook Air M2, c’est le jour et la nuit ! Même pire !
Autonomie, chauffe… Rien ne peut être comparé.
Bref, je ne comprends pas cette réflexion. Même si les tests sont sans ambiguïté par la suite : « Quant à un Core i5 Quad de 2 GHz passé par le même test, le M3 lui assène un score 400 % supérieur. ». J’ai cru un instant que ce n’était plus MacGe mais DellGe !

avatar ech1965 | 

Faut relire... quand "ils" comparent le core i5 c'est par rapport AUX AUTRES Intel.
PAS par rapport aux Apple Silcon

avatar donatello | 

@Malouin

Effectivement, vous ne comprenez pas.

avatar pagaupa | 

@donatello

En même temps, c’est un breton 😉

avatar donatello | 

@pagaupa

Moi aussi

avatar pagaupa | 

@donatello

Toutes mes condoléances alors!

avatar Dimemas | 

@ papauga. : et ?

avatar iftwst | 

Je reviens juste sur la RAM.... Les 8go tant décriés par rapport à 16go depuis qq articles ne l'étaient pas DU TOUT au temps où MacG testait le Mac mini M1....Les perf étaient même décrites quasi égales. Peut etre est ce spécifique au Mini de 2020 ? j'ai d'ailleurs acheté un config M1 8g à cause de cela, en ne voyant pas un intérêt aussi évident qu'il semble l'être aujourd'hui. Dommage.

Nicolas disait en 2020 dans son test.....

https://clubigen.fr/macg/labo/118165

"Mon collègue Anthony a testé deux Mac mini, l’un doté des 8 Go et l’autre de 16 Go, et ses tests montrent que les performances sont souvent similaires, avec des écarts négligeables sur les mesures théoriques (Geekbench) et des différences en général réduites sur les mesures pratiques."

Le discours a bien changé....

avatar raoolito | 

@iftwst

pour le coup je pluessoie
apres on pourra dire que 2020 c’était ya 3ans, avec des softs comme la génération d’image en local, sans parler des videos 3d…

bon disons qu’en imaginant le conserver 6-7ans 8go c short?

avatar Dimemas | 

ah mais clairement !
c'était purement grotesque, et le pire c'est qu'on te répond parfois que c'est faux lorsque tu leur dis ça.
C'est d'ailleurs quelque chose qui a commencé à pas mal m'énerver avec ce genre de site, on a vraiment l'impression qu'il y a une volonté de transmettre le message d'apple sur leurs machines (comme le coup de la ram des Mac qui vaut le double de celle des PC...) et de reprendre des articles de macrumours

à cause de ce genre d'article, je me suis retrouvé avec un MBP M1 en 8go qui se retrouvait limité dans certaines taches comme Xcode déja en 2020 (juste ça !)

c'est le problème lorsque les sites apple font des tests à la va vite basés sur des tests synthétiques qui ne veulent RIEN dire ! (comme geekbench)

avatar iftwst | 

@Dimemas

Oui dommage.

avatar lolonoeli | 

Et un test du M3 Pro est prévu ?

avatar Moebius13 | 

J’attends vraiment les nouveaux IPad Pro M3, l’écart commence à devenir intéressant pour mes usages par rapport au Soc M1.

En revanche j’espère qu’Apple intégrera davantage de Ram (devoir aller sur le modèle le plus cher pour bénéficier de seulement 16Go de Ram c’est d’une mesquinerie !).

Tous les IPad Pro 2024 M3 devrait être dotés de 12Go de Ram et les versions les plus chères devraient pouvoir recevoir en option 32Go de dotation.

Au passage il serait grand temps qu’Apple fasse évoluer iPad OS parce qu’on se retrouve avec des Soc plus puissant que 90% des ordinateurs portables vendus sur le marché au grand public mais avec un OS qui reste ultra limité, notamment dans le multitâche.

Ne peut-on imaginer qu’en branchant un Apple Keyboard ou équivalent MiFi, IPad Os passe en mode « Pro » avec une interface plus proche de Mac OS ? (Vu le surcoût du clavier ça ne serait pas du vol !).

Ce serait d’autant plus pertinent que les rumeurs parlent d’un IPad Pro qui passerait à 14" pour le modèle le plus grand, donc il n’y aurait plus aucune excuse (et la cannibalisation des produits entre eux n’a jamais dérangé Apple).

D’ailleurs sur une version 14" ne pourrait-on envisager une option M3 Pro ? Je m’interroge, est-ce que le dégagement de chaleur serait trop important ? Ou éventuellement une version un peu boostée du M3 de base avec quelques cœurs en plus ou des fréquences plus élevées.

De même, avec Apple qui soi disant (mais je n’en crois pas un mot depuis le début), je ne comprends pas que l’Apple TV n’ait toujours pas été mise à jour pour inclure un Soc M1, M2 ou M3, ou même un A17 Pro, notamment pour titrer partie des fonctionnalités d’upscaling (parce que pour ce qui est du JV autant pisser dans un violon).

avatar didloan92 | 

Mon fils pour la Fac a préféré le format 15 pouces du Air par rapport au Pro 14. Mais il a préféré investir dans la configuration 16/512 qui est équilibrée plus performante et pérenne pour une utilisation sur 5-7 ans minimum 👍 Avec le tarif étudiant et une carte Apple de 150€ offerte l’ensemble lui est revenu à 1739€ au lieu de 2059€ 🙃

avatar Dimemas | 

c'est vraiment dingue ... mais je ne suis pas du tout d'accord avec ce qui a été dit sur l'autonomie
je tiens tout au plus 7 heures en étant économe avec Xcode, VSC, docker et 2 navigateurs

quand a l'article lui-même... beaucoup de reprise sur ce qu'annonce apple, un petit test geekbench qui surévalue le M3 alors qu'en vrai vous le dites très vite fait, c'est totalement décorrélé avec les tests logiciels.
Les tests synthétiques GB qui favorisent étrangement toujours les puces apple et que vous persistez à afficher...
Alors que cinebench ne marche pas car oui ces MBP sont complètement anémiques sur certains aspects (la RAM BORDEL !!!) sur un fond de mensonge de la part de l'équipe marketing

Cette machine est beaucoup trop chère avec une config de base grotesque et Apple continue de prendre ses clients pour des portefeuilles ambulants (ou autre chose)

avatar Faabb | 

@Dimemas

Ah, et c’est la même machine: MBP 14"et CPU M3 ?
Le test bureautique et web de MacGe fait une utilisation peu intensive du CPU et du GPU.
Je ne suis pas surpris qu’en appuyant sur la pédale, on divise l’autonomie par 2.

avatar Dimemas | 

Non par contre :). C’est le M1 Pro avec 32 go de ram.
Mais l’autonomie est équivalente figure toi

avatar Faabb | 

@Dimemas

Belle bête !

avatar Dark Phantom | 

@Dimemas

Évidemment je ne cesse de le dire, il faut arrêter de prendre Geekbench en référence.
Il faut regarder logiciel par logiciel et la c’est souvent la surprise
Pour l’autonomie , il y a une amélioration avec les Apple silicon mais pas aussi grande qu’annoncée

avatar PixelPopz | 

C’est pour ca que je ne sais toujours pas quoi acheter entre le MBA 15 M2 full gonfig et un MBP 14/16 M3 pour faire de l’upscale vidéo IA avec les logiciels Handbrake, Waifu2x, Real-srgan, Topaz et bien d’autres. Je n’arrive pas à déterminer si me simple MBA 15 M2 suffirait. Help me please 🫤

avatar airmac | 

@PixelPopz

Sérieusement ???

avatar PixelPopz | 

@airmac

Oui pourquoi ? A part faire de l’upscale, j’ai pas besoin de énormément de puissance. Du coup je ne sais pas. Et la Puce M2 est plutot bonne non ? Tu dirais quoi toi ?

avatar Dark Phantom | 

@PixelPopz

Beaucoup beaucoup de ram

avatar PixelPopz | 

@Dark Phantom

Oui du coup je pose la question entre un MacBook Air 24giga de ram et un macbook pro avec 32

avatar Dark Phantom | 

@PixelPopz

Pour ma part, c’est toujours plus. Surtout pour de l’upscaling vidéo. Puis c’est bien de prendre une machine avec ventilo

avatar Manulus | 

Je cherche un mba ou MBP avec 16Go Ram en Bretagne si quelqu'un vends.

avatar Gromeul | 

Pour celles et ceux qui viennent d’un Mac sous Intel, le gain en puissance doit être phénoménal. Pour les autres venant de Mac sous Mx, aucun intérêt pour un usage basique

avatar Dark Phantom | 

@Gromeul

Pas forcément phénoménal
Tout dépend de la configuration

CONNEXION UTILISATEUR