Mac Hack #3 : hackintosh, d'où viens-tu ?

Jean-Baptiste Leheup |

Impossible d'envisager un dossier sur le hackintosh sans remonter à ses origines. Nous ne rediscuterons pas ici du projet Marklar, nom de code du développement de macOS pour Intel durant les années précédant l'annonce officielle d'Apple de 2005. La rumeur l'annonçait dès 2002 et la genèse de cette aventure a déjà été racontée par Florian il y a quelques années.

Non, ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est la genèse du hackintosh proprement dit, ce PC sous macOS né de la volonté d'émanciper macOS des ordinateurs frappés d'une pomme, après la présentation par Apple de sa gamme de Mac sous Intel. Car il n'aura pas fallu attendre longtemps pour qu'une communauté de têtes bien faites et bien pleines relève le défi de rendre macOS compatible avec le plus grand nombre de PC.

La naissance du hackintosh, c’est un peu la faute d’Apple

À peine Steve Jobs annonce-t-il officiellement la transition des Mac vers l'architecture Intel que la question de l'installation de ce système sur d'autres machines se pose. Pour la première fois, des utilisateurs de PC et des utilisateurs de Mac ont un intérêt en commun : associer la liberté du matériel des premiers avec la qualité du logiciel des seconds. Tous les yeux se tournent alors vers le premier Mac Intel officiellement disponible : le Developer Transition Kit qu'Apple confie aux développeurs volontaires.


avatar Nico_Belgium | 

Complètement hors sujet mais...j’adore votre widget !!

avatar docdav | 

Me souvient avoir tenté l’expérience.

2007 mon portable compaq de 2004 lache, en pleine orga du mariage.
Pour finir les préparatifs et bosser sur qq chose de récent et avec mes logiciels je boote sur un disque perso branché dans l’ordi du boulot (en win 2000...) sur mon temps off. (Et à la maison le fixe).
En lisant je tombe sur un forum où quelqu’un dit « si tu veux un bon portable qui tiens longtemps, puissant, prends un mbp. »
C’était sur macg. La 1ère food que j’y allais.

Ma seule expérience : des vieux mac fluo avec souris ronde interface Aqua sans internet.
Bref pas emballé.
Et là, au boulot, je découvre que 1, puis 2 sont équipés, puis d’autres s’y mettent, je teste, pas mal...
2009, j’attendais toujours pour acheter un MBP et voulait tester.
Je viens de réanimer (changement de carte-mère trouvée sur eBay chez un mec à 3 stations de métro, dingue) mon portable compaq de 2004. Grâce à qq sites anglais tony, insanelymac, j’installe OS X (pas simple, plein de kext a copier en ligne de commande, plusieurs bidouilles, une fois démarré encore 1h de bidouille), et ça marche et je surprends tout le ok de quand il démarre, avec le dong de démarrage.
Tout fonctionne, touches de raccourcis, trackpad, son, vidéo (et même la carte graphique sup ATI), ethernet, les ports usb, carte photo, tout. Même les mises à jour de base se font assez simplement.

J’ai testé comme ça 1 an et qq puis suis passé au mbp en 2011, le compaq était devenu trop lent.

Une bonne expérience, mais il fallait du temps, de l’envie et un peu de maîtrise.
Ça m’a beaucoup appris sur le système et aussi niveau débrouille.
Ça me sert encore.

avatar MartyMcfly | 

Super, on attend la suite!

avatar Azurea | 

Merci pour ce super sujet ! Tout un monde 👍

avatar mikele | 

Excellent article ! Merci 👌

avatar Cric | 

Du coup, est que ces génies de la bidouille ne vont pas trouver une solution pour installer macOS sur une solution à base d’ARM (raspberry pi ou autre) en contournant la protection assurée par la puce T2 ?

avatar Jean-Baptiste Leheup | 

@Cric

Il ne faut pas trop y compter... MacOS et le Mac seront liés comme iOS et l’iPhone aujourd’hui : on n’a encore jamais vu iOS sur un Samsung ou un Raspberry Pi ! Et plus les puces ARM d’Apple seront personnalisées par le constructeur, plus la tâche sera titanesque. Ça finirait par ressembler à de la « simple » émulation.

CONNEXION UTILISATEUR