Pourquoi la transition vers des Mac ARM est inévitable

Christophe Laporte |

Plus de dix ans sans transition. Quand on connait l’histoire du Mac, on sait qu’Apple fait de temps en temps des choix radicaux pour ses ordinateurs : des Mac 68k au PowerPC, du PowerPC aux puces Intel…

Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle transition ? La documentation d’Apple mise à disposition des développeurs peut le laisser penser. La firme de Cupertino a pour habitude de lister toutes les différences en ce qui concerne ses API d’une version à l’autre (un procédé courant). Dans celle relative au Kernel de Sierra, Apple a ainsi retiré plusieurs références à d’anciens processeurs Intel qui ne sont plus gérés par macOS comme les puces Merom. Jusque-là, rien de bien surprenant. La vraie surprise est de constater que tout en dessous, on voit qu’elle a ajouté la prise en charge de la famille de processeurs ARM Hurricane. Ce n’est pas une puce connue, sans doute un nom de code. Hurricane signifie en anglais, rappelons-le, ouragan. Voilà qui a le mérite d’être clair.

En tout cas, comme le note iDownloadblog, ce nom de code colle bien avec les noms de code des anciennes puces d'Apple. Le petit nom de l'A7 était Cyclone, A8 Typhoon et A9 Tornade. Hurricane serait le nom de code de l'A10, d'après Hardware.fr, qui s'appuie sur les découvertes de Chipworks qui a l'habitude d'autopsier les composants des nouvelles puces d'Apple.

Qu’Apple étudie la possibilité de produire des Mac ARM, cela n’a rien d’étonnant. Cela fait maintenant quelques années qu’elle explore cette possibilité comme elle l’a fait en d’autres temps pour d’autres architectures. Mais va-t-elle passer à l’acte ?

Le très réputé Ming-Chi Kuo tablait sur de tels ordinateurs pour 2016 ou 2017 (lire : Mac ARM : dans les deux ans avec un processeur A10X ?). A l’époque, il estimait que l’A10X pourrait être le futur moteur d'un Mac ARM. Avec le recul, ses propos sont très intéressants. Les tests effectués il y a quelques jours avec Geekbench montraient que le processeur A10 Fusion de l’iPhone 7 n’avait plus grand-chose à envier en termes de puissance brute à un MacBook Air. Alors certes, Geekbench ne reflète pas forcément la réalité, mais la dynamique et la montée en puissance penchent clairement pour le camp ARM.

Pour Apple, la difficulté est avant tout matérielle contrairement aux autres transitions. D’un point de vue logiciel, elle pourrait être plus indolore pour les développeurs. La compatibilité ne devrait pas être un problème. Apple maitrise les outils de développement (du langage de programmation aux API en passant par les compilateurs), elle contrôle la distribution avec le Mac App Store et a plus qu’un pied dans le monde ARM depuis maintenant une décennie ou presque.

Pourquoi le modèle d'Intel est dépassé

La difficulté pour Apple est d’être en mesure d’avoir dans ses cartons un processeur vraiment compétitif par rapport à ce que propose la concurrence. Sachant que la complémentarité logicielle / matérielle joue à plein et au vu des scores affichés par le processeur A10, cela n’a rien d’insurmontable. Dans un tel scénario, la grande force d’Apple serait de pouvoir concevoir un processeur vraiment taillé pour faire tourner au mieux la partie logicielle.

La fin de la loi de Moore offre des perspectives intéressantes comme l’explique le chercheur Mark Pesce sur The Register. Pour lui, l’actualité des processeurs ces dernières semaines se résume à trois points :

D’après Mark Pecse, la formule qui a fait le succès d’Intel ne fonctionne plus. La seule chose dont le monde a besoin, c’est : "toujours plus de transistors, et des transistors toujours plus petits". Cette formule a fait le succès de la plateforme Wintel, mais elle n’est plus pertinente à l’heure actuelle.

Ces cinq dernières années, Apple n’a eu de cesse d’avoir toujours plus de contrôle sur le matériel dans ses terminaux, et a amélioré de manière spectaculaire le niveau de performance de ses processeurs : un facteur de 12 sur ces cinq dernières années. Mais contrairement à Intel, cette progression ne vient pas du fait (ou pas seulement) de l'utilisation d'un nombre toujours plus élevé de transistors, lesquels sont toujours plus petits. Si ces puces progressent en efficacité, c’est parce qu’Apple utilise uniquement les transistors dont elle a besoin dans ses tablettes. Et c’est là où tout commence pour Apple.

Nous sommes entrés dans une ère où logiciel et matériel se confondent de plus en plus. La puce A10 est optimisée à fond d’un point de vue matériel pour travailler efficacement avec le noyau d’iOS sur la gestion d’énergie.

Pour le co-inventeur du VRML qui écrit de temps à autre pour The Register, le matériel va dans les prochaines années happer le logiciel. La frontière entre les deux sera de plus en plus ténue. Et cette maitrise du logiciel et du matériel, cette fusion même, est sans doute l’un des gros points forts d’Apple actuellement.

Pour le dire autrement et plus simplement, on entre dans l’ère du sur-mesure en matière de système-sur-puce, alors que jusqu’à présent, on faisait du prêt-à-porter.

Si Apple est sans doute en pointe dans le domaine, c’est loin d’être un cas isolé. De plus en plus d’acteurs s’y sont mis, notamment Microsoft et Google (lire : Comme Apple, Google voudrait son propre processeur).

Cette évolution explique sans doute le retournement d’Intel cet été. Le géant des semi-conducteurs a annoncé son intention de fabriquer à nouveau des processeurs ARM pour les produits mobiles (lire : Intel va fabriquer des processeurs ARM pour les constructeurs de produits mobiles). Mais n’est-ce pas déjà trop tard ? Le risque pour Intel n’est pas de disparaitre, mais de devenir un vulgaire sous-traitant se pliant au cahier des charges de ses partenaires.

Enfin, si en 2017 on voit vraiment des Mac ARM apparaitre sur le marché, on comprendra rétrospectivement pourquoi 2016 a été si calme sur ce front chez Cupertino.


Tags
#ARM
avatar awk | 

@lolo-69

"Je m'avance peut-être, "

Effectivement tu t'avances pas mal ;-)

Le portage des app des grands éditeurs ne serait pas une montagne infranchissable, d'ailleurs nombre d'entre eux ont déjà partiellement porté leur offre sur iOS

Nous ne sommes plus du tout dans la situation des changements d'architectures précédents.

Ni Adobe, ni MS ne déserterait le Mac sur un enjeu de ce type.

Pour le reste ta vision d'iOS n'engage que toi.

avatar ovea | 

@lolo-69 :
En prenant les messages sur le dispatcheur, mon système à pris la liberté de m'informer de tous les autres qu'elle avait (pardon c'est une Amiga) qu'elle c'était amusé à renvoyer vers d'autres à pas oublier … et du coup je sais plus ce que je voulais dire (j'en fait trop, non?)

avatar JLG01 | 

"gros points forts d’Apple actuellement."
Depuis le début.
Qui se souvient de l'interface graphique en VRAM dans les premiers Macintosh ?

avatar 2GSPCTransp | 

Ok pour Apple l'ordinateur individuel (PC) est mort, ils l'ont dit. Maintenant, s'ils ne font plus que des igadgets, au revoir les entreprises et personnellement après 35 ans chez Apple,dont 25 professionnels, je passerai à Linux et laisserai Apple. En tout cas, dans mon travail, utiliser des mac ARM serait à ce moment un non sens.

avatar awk | 

@2GSPCTransp

"Ok pour Apple l'ordinateur individuel (PC) est mort, ils l'ont dit."

Tu confonds ici alarment ce qu'ils ont dit et ce que tu as voulu en comprendre ;-)

" au revoir les entreprises"

Si ce n'est qu'il n'y a jamais eu autant de Mac en entreprise qu'aujourd'hui mais c'est sans doute un détail sans importance.

avatar byte_order | 

> Si ce n'est qu'il n'y a jamais eu autant de Mac en entreprise qu'aujourd'hui
> mais c'est sans doute un détail sans importance.

Et le fait que ces Macs soient des machines compatibles x86 faisant tourner un OS compatible Unix est également un détail sans importance sur sa présence croissante en entreprise.

avatar awk | 

@byte_order

"Et le fait que ces Macs soient des machines compatibles x86 faisant tourner un OS compatible Unix est également un détail sans importance sur sa présence croissante en entreprise."

Absolument, comme souvent tu as une vision très biaisée du monde de l'entreprise et des usages informatiques qui y sont le plus largement partagé.

Pour le reste, ARM ou x86, macOS sera toujours une Unix ;-)

Tu l'étonneras toujours en fait ;-)

avatar 2GSPCTransp | 

Pour rappel, il y a très longtemps, il y avait 3 fabricants de magnétoscopes , le moins bon, le VHS a gagné et le Betamax, le meilleurs a disparu. L'avenir de ce dernier pourrait bien être celui des Apple ARM.Ne pas oublier que M$ est (encore et toujours) très fort.

avatar awk | 

@2GSPCTransp

Comparaison n'est pas raison, particulièrement quand elle est autant capilotractée :-)

avatar enzo0511 | 

J'imagine pas la rentabilité d'Apple le jour où ce sera du ARM

Ils auront sacrément intérêt à répercuter les prix à la baisse pour les clients une fois affranchi d'intel

avatar awk | 

@enzo0511

C'est, pour moi, clairement une des enjeux rendant intéressante pour Apple l'éventuelle transition : retrouver une capacité à un positionnement tarifaire plus agressif sans sacrifier la marge.

Intel est un fournisseurs plutôt couteux.

avatar Valiran | 

Non, Apple est couteux, nuance.
Les autres fabricant de PC arrivent à sortir des machines plus puissantes, moins cher.

Le seul intérêt pour Apple de passer à l'Arm est d'augmenter sa marge tout en unifiant la R&D.

SI demain ils sortent le même processeur pour iPad/iPhone/iMac, avec un certain bridage pour les appareils de poche (batterie + chauffe), ils auront tout gagné et feront des économies monstres.

Par contre, le prix des Macs ne baissera pas, ne rêvez pas. Si Apple était enclin à baisser ses prix, ça se serait vu sur le Macbook pro 13" avec lecteur DVD.

avatar awk | 

@Valiran

"Les autres fabricant de PC arrivent à sortir des machines plus puissantes, moins cher."

Les autres acteurs se démènent comme ils peuvent pour dégager de leur activité une marge nette de l'ordre de celle de la grande distribution au mieux, quant elle n'est pas négative.

Le marché du PC est une horreur actuellement dont les acteurs ne vivent que par les activités connexes.

Apple à lui seul produits autant de marge nette avec son activité Mac que Lenovo, Hp et Dell réunit avec leur activité PC/

Peu ici on conscience du marché de merde qu'est devenu le PC pour ses acteurs.

Et ce n'est en rien encouragent à moyen terme.

avatar reborn | 

@Valiran :
C'est une politique de prix haut de gamme, c'est comme ça. L'on ne baisse pas le prix de la machine même si elle devrait être à 400 ou 500€ au lieu de 1000.

avatar Salvag | 

Processeurs ARM-NVIADIA :
Projection… pourquoi penser seulement au processeur ARM A10 peut-être que Apple a dans ses cartons (ils on engagé des spécialistes GPU Nvidia pour le futur technologique) des processeurs ARM-Nvidia A11 ou A12 +GPU intégré Nvidia et qu’ils travaillent sur une configuration à plusieurs processeurs (2, 4, 6, 8 ou 16 ?) car ils savent le faire (voir le MacPro 2009 à 2012) et même le MacPro 2013. Alors ce serait inévitable de basculer sur processeurs ARM. Mais pour cela il faut du temp en R&D.
Et même s’il faut rompre avec la compatibilité Intel.
Est-ce pour cela qu’il n’y pas des nouveautés Mac récemment (depuis au mois 3 ans sans avancée réelle côté processeurs CUP ou GPU ?
J’ai connu l’Amiga, Sun puis maOS X intel X86 ensuite. C’est l’évolution.
Bien le bonjour à tous.
Un vieux de la vielle.

avatar awk | 

@Salvag

On peut toujours s'amuser à échafauder des plans sur la comète.

Là où le bât blesse dans ta projection c'est qu'elle s'axe sur des enjeux de performance brute qui sont bien loin d'être les clefs actuelle du marché d'Apple.

Autres point, la multiplication des CPU ne change pas grand chose dans le contexte actuel de la course ç l'augmentation du nombre de coeur par CPU.

Toute nos machines sont fonctionnellement des multi processeurs aujourd'hui même si les unités fonction elles se trouvent gravées sur un même circuit.

Et cette croissance touche ses limites dés que l'on sort de quelques tâches hautement paralélisable.

Bref il y a très peu de chances qu'Appel fasse la transition pour une niche de marché.

Toujours surpris de voir que tant de commentateurs n'arrivent pas à voir que les enjeux de puissances sont aujourd'hui très loin d'être les moteurs de la plus grande part du marché des PC, d'où d'ailleurs; en grande partie son net ralentissement et sa décroissance.

C'est une vision du passé de croire que la puissance brute est l'Alpha et l'Omega su marché des PC.

avatar Salvag | 

Bonjour, d'accord avec toi pour le peu de chance qu'Apple fasse la transition pour une niche de marché. Mais qui dit transition d'une niche de marché ? Je dit seulement une évolution proportionnelle à des besoins d'une machine spécifique. Voir portables, desktops, tablettes, smartphones etc.

avatar awk | 

@Salvag

"Mais qui dit transition d'une niche de marché ?"

Toi ;-)

Les enjeux que tu poses en terme de performance sont aujourd'hui marginalisés à quelques segment de marchés où d'ailleurs l'architecture ARM a pour l'instant pas grand chose à proposer face à ce qu'offre Intel.

L'offre informatique actuelle a une puissance largement suffisante pour la plus grande part des usages, c'est un des gros soucis des acteurs du marché que de devoir trouver autre choses pour d'éclancher l'acte d'achat du plus grand nombre dans ce contexte que la frustration face au manque de puissance qui fût le moteur de l'industrie pendant des décennies.

avatar Salvag | 

Je n'ai jamais dit que c'est pour tous de suite... j'ai parlé d'une projection (avec l'esprit ouvert). Je parle en terme de marché GENERAL... avec chacune un besoin spécifique de la machine...
Jusque maintenant il y plus de 5 ans que Intel ne progresse vraiment plus (que par petits palier).

avatar awk | 

@Salvag

"Je parle en terme de marché GENERAL'

Moi aussi :-)

Et j'ai plutôt l'impression que tu parles d'enjeux de marché spécifique ;-)

Après pour ce qui est des prédictions à long terme, l'expérience m'a apprit qu'il faut s'en défier le plus possible ;-)

avatar Salvag | 

Qui sait ce que l'avenir nous réserve ? Surtout chez Apple !
D'ailleurs, mon avis, le futur c'est que chaque cœur de processeur sera spécialisé pour chaque tâche spécifique. c'est pour cela que je pensais à plusieurs cœurs spécifiques aussi bien en CPU que GPU.
Merci pour cette conversation intéressante.

avatar awk | 

@Salvag

"Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir"

Pierre Dac

Il suffit de regarder ce qui s'écrivait au début des années 80, 90, 00, 10 pour s'en convaincre ... à un horizon moyen c'est impossible sauf coup de chance qu'on qualifiera à posteriori de vista :-)

avatar ovea | 

@awk :
C'est doux dans une même phrase :
« d'éclancher l'acte d'achat »
(du plus grand nombre dans ce contexte que)
« la frustration face au manque »
(de puissance entrevue dans les procs aux fils des temps)

N.B. Cire d'abeille, térébenthine : pour fabriquer du cirage ;)))

avatar 0lf | 

@awk :
D'ailleurs, j'ai une question : est ce que ça vaut encore le coup de multiplier les coeurs du CPU si le GPU est déjà capable de prendre en charge les processus parallèlisables ?

avatar awk | 

@0lf

Ce qui est faisable en GP-GPU ne recouvre que très partiellement ce que peuvent faire des processeurs généralistes.

Le champ des possibles reste limité pour le GP-GPU

Après la course à la multiplication des coeurs touche ses limites sur les usages les plus répandus de l'informatique, mais ce n'est pas un drame puisque ceci ne sont pas en sous-resources et ne le seront pas plus demain.

Un des avenir du GP-GPU est dans le deep-learning, NVIDIA investit très lourdement sur ces enjeux.

avatar Stardustxxx | 

@awk
Surtout le problème, c'est de mettre les PC dans le même sac.

Le plus important c'est de savoir a quoi est destiné le PC : production ou consommation.
Pour consommer, un processeur ARM suffit, les tablettes le prouvent.

Pour produire (donc pour les Pro), cela depend de l'activité professionnelle : bureautique, ou besoin de puissance de calcul.

On va revenir au principe de Workstation pour ceux qui ont besoin de puissance, de mémoire etc...
Et a un terminal pour le reste (dans le sens ou tout est déporté sur un serveur ou le cloud).

avatar awk | 

@Stardustxxx

"Surtout le problème, c'est de mettre les PC dans le même sac."

C'est là mon crédo

Ne pas tomber dans le piège de croire que les usages les plus communs sont avant tout aujourd'hui, posé sur des enjeux de puissance et ne pas nier pour autant l'existences de niches où cette puissance est fondamentale.

D'ailleurs il n'y a pas que les applications de type stations de travail sur ce segment, le PC dédié au jeu est un des rares segment du marché du PC connaissant de la croissance et une honnête rentabilité.

"On va revenir au principe de Workstation pour ceux qui ont besoin de puissance, de mémoire etc..."

On y est déjà, c'est une niche certes mais elle existe et elle est active.

Un autres des segments du marché qui bien que relativement petit reste rentable.

En résumé nous sommes de plus en plus dans la situation suivante :
- La trés grande majorité des usages est adressé plus que confortablement par la configuration des machines actuelles.
- Il y a un segment porteur autour du jeu qui est une jolie niche où la course à la puissance prime encore
- il y a un segment pour des "stations de travail" qui lui même comporte des sous-segments où les enjeux de puissances ont aussi encore leur place.

Bref accepter la diversité du monde et le poids que chaque type d'usage y occupe.

avatar nomatechapl | 

@iPop
J'utilise un MacBook Pro mid 2009 Core 2 duo 2,53 GHz avec 8 Go avec NVIDIA GeForce 9400M 256 Go... sous El Capitan... en tant que graphiste et les dernières versions d'Adobe CC sans parler de montage vidéo... ? heu... simple retour d'expérience
A propos de Sierra... le MacBook blanc de ma compagne idem mais à 2,26 GHz est "éligible"
Sierra mais pas le mien

avatar perceval78 | 

Maintenant qu'Apple conçoit ses propres processeurs il est temps de passer à l'étape supérieure c'est à dire équiper toutes ses machines : montres, phones, box tv, tablettes, macs desktop, macs portables tous unifiés soit par iOs et ses dérivés soit osX soit les 2 pour la gamme iPad pro.

avatar awk | 

@perceval78

Il y a bien plus en commun entre iOS et macOS dés aujourd'hui que tu ne sembles le penser.

Et non macOS sur une tablette c'est une aberration conceptuelle issues d'une grande paresse intellectuelle.

avatar patrick86 | 

@perceval78 :
watchOS et tvOS sont déjà dérivés d'iOS, lui-même dérivé de macOS.

avatar Laurent S from Nancy | 

Pour les problèmes de virtualisation de Windows, les gens n'auront qu'à repasser sur pc.

W10 est très bon et l'argument suprême de combiner la qualité supposée supérieure de Apple avec la logitheque de Windows est un peu dépassé depuis quelques années ;)

avatar awk | 

@Laurent S from Nancy

Arrêtez de se faire des fantasmes sur l'incroyable supériorité de MacOS et l'infinie vacuité de W10 ferait effectivement du bien à beaucoup.

avatar ovea | 

@Laurent S from Nancy :
N'empêche qu'avec un i7 8Go avec les deux systèmes intégrés c'est plutôt génial sur un laptop ;)

avatar Laurent S from Nancy | 

@Ovea

Oui sans doute, mais je pense que si Apple décidait de s'asseoir sur Bootcamp et autres systèmes de virtualisation, ça ne serait pas si dramatique. Les gens qui achètent un Mac ne le font pas pour rester sur Windows en général...

Et pour les "pros" qui ont absolument besoin de tel ou tel logiciel sur Pc tout en restant sur Mac, ils doivent quand même être assez marginaux.

avatar djgreg13 | 

@Laurent S from Nancy :
La virtualisation c'est pas que Windows
Actuellement j'ai 6 vm Linux, 1 Windows et une esxi dans fusion qui contient je ne sais combien de vm dont une qui est un miroir debian

L'avantage c'est que même en déplacement je peux préparer mes futures vm, si Mac passait sur arm, je pourrais faire une croix sur cette solution sans repasser sous Windows

Perso Windows 10 j'adhère pas
Ma vm Windows sert à ouvrir toute sorte de docs office, de project en passant par visio et infopath, utiliser lync parce que la version Mac c'est une cata(c'est mon téléphone chez nous), recharger ma carte de transport( ça marche que sous Windows) et administrer l'ad (rsat sous Mac n'existe pas)

avatar brunitou | 

Mais quand je lis ça : "that would mean OS X would be discarded, at least for those Macs equipped with ARM-based silicon, and replaced by iOS itself or a variation of the operating system", ça fait peur -_-
(http://www.computerworld.com/article/3059376/mac-os-x/apples-emphasis-on-security-makes-arm-powered-macs-inevitable.html)

avatar awk | 

@brunitou

Pourquoi cela fait-il peur ? La peur c'est bien souvent irrationnel.

iOS et macOS partage déjà bien plus que tu ne l'imagines.

Après quoi qu'il advienne Apple ne va pas abandonner le paradigme WIMP sur les Mac de si tôt donc iOS pour tous les usages c'est aussi con que macOS sur une tablette.

avatar ovea | 

@macinoe :
Plus personne ne prête plus attention à calibrer … sauf quand ça ne l'ai pas : la mode trash étant passée par là, et puis …

y'a un type assis à ma place avec la V . * qu'est parue pendant que j'étais au … coin

*c'est un monde en adaptation permanente. Les boulots en graphisme qui tentent d'aboutir grâce à la force de tagueurs d'images, ça change la donne de l'équation.
Le photoposhage ainsi que l'iStratorisation d'artiste restera intéressante dans la limite des automates tels que Prisma sur iOS qui multiplierons les possibilités de profiles^* de choix comme force de propositions ;)

^*D'où l'intérêt de proc's et de la reprogrammation hardware et autres équivalents conceptuels avec un scop AfterShave^^ sur l'évolution dans le temps :-P

^^ composition AfterEffect

N.-B. le but reste l'animation temps réel avec des psycho-effets plus réalistes

avatar Frodon | 

Même pas sur qu'il y aura besoin de re-compilation. Avec le mécanisme de Bytecode qu'à mis en place Apple (au moins sur IOS, je ne me souviens plus s'il est également utilisé pour les apps macOS), pour permettre l'optimisation à l'installation des apps, la compilation finale en langage machine (ARM ou x86), pourra être faite à l'installation.
Les dernières avancée sur ces points sur XCode et Swift semblent préparer le terrain pour cela, en tout cas aideront fortement à faciliter une transition.

Evidement sauf pour les apps très liées au processeur (type virtualization ou certains n'ont de code qui peuvent parfois être fait en assembleur).

avatar ovea | 

@Frodon :
« parfois en assembleur »

Shadow Tracker's crunchy ;)

avatar ovea | 

« poil dans la main … Jacques Higelin - Tombé du ciel »

avatar inumerix | 

"Avec le mécanisme de Bytecode qu'à mis en place Apple"

Tu peux en dire plus là dessus. Jamais entendu parler de ça !?
Les applications IOS seraient du byte code comme en java et non du code machine ???

avatar Salmon7456 | 

En tout cas, c'est parfait pour mois, parce que encore un ou deux ans de plus j'aurrais le budget nécessaire pour faire un renouvellement matéreil parce que mon Mad Mini de 2007 (acheté début 2008) a 8 ans d'âge.

Il tourne toujours parfaitement sous Mac OS 10.6.8 Snow Leopard.

Pour la vertualisation je penses qu'il y aura une transition avec Parallel pour faire tourner Windows sur Mac ARM, je me fait pas trop de souci pour ça.

avatar byte_order | 

Sauf puce hybride ARM/x86, cela sera de l'émulation et non de la virtualisation.
Et l'émulation, c'est fatalement toujours plus lent.

avatar Salmon7456 | 

Mais alors par contre qu'es-ce que le temps a passé mais alors à une vitesse incroyable, j'ai l'impression que ça ne fait que 5 ans que les Mac sont passés au precesseurs Intel.

avatar Raikstorm | 

Et pourquoi pas un MacBook avec les deux, un processeur Intel pour les tâches lourdes et une puce arm pour les tâches plus communes et moins lourdes (Safari, film ou autres)...
La puce arm permettrais une économie en énergie considérable sur un mac et en cas de tâches lourdes basculer sur le processeur Intel...
Après il faut que les logiciels constructeur soit compatible avec l'architecture arm

avatar awk | 

@Raikstorm

"Et pourquoi pas un MacBook avec les deux, un processeur Intel pour les tâches lourdes et une puce arm pour les tâches plus communes et moins lourdes (Safari, film ou autres)..."

Sans cout par ce que cela n'apporterait pas grands chose et surtout par ce qu'un os devant se coltiner deux architectures systèmes de manière transparente c'est un drôle de truc :-) Et je ne parle même pas des programmes.

Décidément les montres hybride ça séduit

avatar reborn | 

@awk :
J'ai essayé remix os, eh bien utiliser des apps avec des UI conçu pour un usage au doigt sur desktop c'est une fausse bonne idée.

L'approche d'Apple avec des bases communes aux 2 os mais des UI différentes est plus pertinente je trouve.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR