Donald Trump refuse l'acquisition de Qualcomm par Broadcom

Mickaël Bazoge |

Pour Donald Trump, l'acquisition de Qualcomm par Broadcom, c'est non. Le président américain a signé hier un ordre exécutif, l'équivalent d'un décret présidentiel en France, interdisant la prise de contrôle hostile du créateur des puces Snapdragon par Broadcom.

La raison avancée par la Maison Blanche est que cette acquisition menaçait la « sécurité nationale des États-Unis », explique le président milliardaire. Ce dernier a pris cette décision suite à la recommandation du comité des investissements étrangers (CFIUS, pour Committee on Foreign Investment in the US), à qui il revient d'étudier les prises de contrôle d'entreprises américaines par des sociétés étrangères (Broadcom est basée à Singapour).

Le département du Trésor, la tutelle du CFIUS, avait déjà eu l'occasion de s'inquiéter de cette acquisition susceptible selon lui de réduire le « leadership » de Qualcomm dans le développement des puces sans fil de prochaine génération. Les autorités craignaient que Broadcom ne coupe les vivres de la R&D afin d'augmenter ses profits à court terme. Laissant ainsi les entreprises chinoises dominer le marché…

La décision de Donald Trump intervient alors que Broadcom allait déménager son quartier général aux États-Unis et qu'Intel se disait intéressé par Qualcomm, histoire de se protéger d'une entité Broadcom + Qualcomm qui aurait menacé ses intérêts. Début février, Broadcom avait rehaussé sa proposition : 117 milliards de dollars (la somme a été revue un peu à la baisse par rapport à l'offre initiale) pour Qualcomm.

avatar R1x_Fr1x | 

L'ultralibéralisme, c'est bien. Sauf quand c'est les autres qui nous mangent.

Les États-Unis d'Amérique dans toute leur splendeur. Quand les américains achètent dans le monde à tour de bras, là, en revanche, ils nous sèment de leur grande charité.

avatar ohmydog | 

@R1x_Fr1x

Ça n’a aucun rapport en fait. Ici on parle de sécurité nationale.

avatar R1x_Fr1x | 

"lol" comme disent les djeun's.

avatar Mamdadou | 

@ohmydog

Sisi, ça a à voir. Lorsque les GAFA rachètent en Israel par exemple, le gouvernement se fiche des questions de sécurité

avatar charlie105 | 

@Mamdadou

Dans ce cas, ne serait-ce pas au gouvernement israélien d’invoquer la sécurité nationale?

avatar C1rc3@0rc | 

@ohmydog
«Ça n’a aucun rapport en fait. Ici on parle de sécurité nationale.»

Si ce n'est pas de la pure foutaise protectioniste, cela pose des questions sur les obligations de collaboration de Qualcomm avec l'armée et les agences gouvernementales...

Trump verrait bien un rachat par Intel (ça fait peur)

Le rachat de Qualcomm par Broadcom est la meilleure des choses possibles et la plus plus logique.
Une acquisition par Intel - si elle etait possible financièrement - condamnerait les Snapdragon a moyen terme et plongerait le marché dans un marasme noir.

Quelles autres societes US pourraient acheter Qualcomm?
A part un fond d'investissment ?

Reste que jusqu'a present Qualcomm ne veut pas se vendre.

avatar fte | 

@R1x_Fr1x

"ils nous sèment"

La notion de sécurité nationale t’a échappé il me semble. Tu crois vraiment que d’autres gouvernements n’interviendraient pas dans des circonstances similaires ?

avatar R1x_Fr1x | 

oh si, il y a en eu des précédents et des tentatives d'invoquer la sécurité nationale, la souveraineté du pays et autres mesures protectionnistes. Ils ont très vite gouté à la "démocratie" à coup de rangers.

avatar en ballade | 

@fte

D’autres gouvernements aussi protectionnistes où va t’en guerre ? La France peut être

avatar Samus | 

Mais c est pas clair : broadcom est singapourien ou americain ? L un de ses sieges est aux Usa.. et puis historiquement c est une entreprise Us ...

avatar r e m y | 

@Samus

Je ne comprends pas non plus...
Sur son site, Broadcom se présente comme une entreprise américaine dont le siège social est à Irvine en Californie...
"Broadcom Limited is a diversified global semiconductor leader built on 50 years of innovation, collaboration and engineering excellence. With roots based in the rich technical heritage of technology powerhouses AT&T/Bell Labs, Lucent and Hewlett-Packard/Agilent, Broadcom focuses on technologies that connect our world. With the addition of industry leaders LSI, Avago Technologies and Broadcom Corporation, the company has the size, scope and engineering talent to continue leading the industry into the future."

avatar deltiox | 

@r e m y

Dans l’article il est précisé que Broadcom a été racheté à un moment donné par un fonds non US qui a maintenu le nom et l’apparence d’une société US

J’en déduis peut être à tort, que cette société est « perçue » par le gouvernement US comme un cheval de Troie d’un gouvernement étranger (lui même manipulé par la Chine) qui pourrait mettre la main sur une société technologique qu’ils souhaitent voir rester « réellement » US (aka avec la confiance du gouvernement US)

avatar EBLIS | 

Il s'agit bien d'une société étrangère, ils ont juste un conseil aux US. Comme le dit l'article, l'une de leurs stratégies en cas de refus était de carrément changer de domiciliation et de s'installer aux US en quelques jours, ce qui aurait plombé le refus car dans ce cas, le CFIUS n'aurait tout simplement pas le droit de se mêler du rachat vu que la société en question deviendrait US.

Je vous conseille très vivement, si cela ne pose pas problème à MacG, de lire cet article qui explique tout :

https://techcrunch.com/2018/03/10/qualcomm-vs-broadcom/

avatar r e m y | 

@EBLIS

Article super interessant. Merci!
Donc il ne reste plus à Broadcom qu'à aller au bout de la redomiciliation de leur siège aux USA pour pouvoir relancer leur offre d'achat sans que quiconque puisse s'y opposer.

avatar EBLIS | 

De rien.

Oui c'est à peu près ça, sauf si Trump réussit par un tour de magie à s'y opposer, là du coup c'est Intel qui espère entrer en jeu.

avatar C1rc3@0rc | 

r e m y

«Donc il ne reste plus à Broadcom qu'à aller au bout de la redomiciliation de leur siège aux USA pour pouvoir relancer leur offre d'achat sans que quiconque puisse s'y opposer.»

Ou se poser la question de pourquoi il est question du rachat de Qualcomm?

Les processeurs Snapdragon equipent la majorité des smartphone et tablettes haut de gamme et maintenant les PC Windows ARM en plus des Chromebook. Y a de plus en plus de processeurs concurrents ARM, mais ils sont pas produit en quantité suffisante ou ils ont pas les performance des Snapdragon. Qualcomm reste donc leader

Au niveau des puce reseau, Qualcomm est tres loin devant la concurrence et a une avance dans la 5G a des annees lumiere des autres. Si Apple tente de se passer des modem Qualcomm depuis 3 ans, la societe n'y arrive pas et se voit obligé de brider les peformances de smartphone qui ont des puces Qualcomm pour pas ridiculiser les puce Intel.

Au niveau des autres composants, Qualcomm est sinon leader, toujours en tres bonne position avec des produits de tres haut niveau.

Pourquoi cette entreprise devrait dont etre rachetée?

avatar byte_order | 

> Pourquoi cette entreprise devrait dont etre rachetée?

Pourquoi une entreprise ne pourrait pas être rachetée !?
Dans une économie libérale, une entreprise est un bien comme un autre.
Mais, étrangement, le libéralisme économique est plus souvent unilatéral que vraiment libéral.

avatar Bigdidou | 

@byte_order

"Dans une économie libérale, une entreprise est un bien comme un autre."

Rien que ça. La preuve que non.
Quel genre de bien ?

avatar imatoumi | 
[modéré] FI
avatar Splinter | 

Pendant ce temps, Qualcomm fait des pubs énormes dans Paris. Curieux pour une boîte qui ne vend rien directement aux consommateurs.

avatar deltiox | 

@Splinter

La même politique de communication que celle du « Intel inside »
Dire aux consommateurs : exigez d’avoir du Qualcomm dedans et indirectement mettre la pression sur des donneurs d’ordre qui voudraient se passer d’eux dans leurs produits

avatar EBLIS | 

@Splinter
C'est exactement ce que je me suis dit en les voyant, ces pubs pour la 5G ne seront pas saisies par le public pour qui le nom Qualcomm est inconnu.

@Deltiox
C'est une autre histoire pour Intel, ils étaient pendant longtemps leaders et ont matraqué le public pendant 10 ans voire plus à coup de pubs, d'événements et de stickers sur les PC. Ce n'est plus dans les coutumes de faire ça (sauf PC) et encore moins sur des téléphones. Le public quand il achète n'a pas de stickers et va acheter la marque qui lui plaît quelque soit sa puce comm ou autre.

avatar C1rc3@0rc | 

@EBLIS

La campagnre Intel - 1991 / 1994 pour le jingle a la con- s'est surtout faite pour contre-balancer la reputation sulfureuse de la societe et la mediocrité de ses processeurs: c'etait la periode de stagnation du 486 et la debacle du Pentium puis la foudre tombée sur Intel avec le bug qui faisait sortir des calcul faux aux pentium qui ont mis la communauté scientifique en colere avec des années de calcul a verifier... et qui a couté 500 millions de dollars de dommages a Intel.

Le programme Intel Inside était a la fois donc une campagne de publicité, mais aussi une marque de domination que devaient afficher obligatoirement les affiliés comme les esclaves des plantations americaines devaient garder relevé leur jambe de pantalon pour montrer leur bracelet d’enchaînement.

Le double objectif de cette campagne etait donc de rassurer le public tout en montrant la domination de Wintel.

Pour Qualcomm on est dans un campagne de communication qui vise a éteindre l'incendie des plaintes ultramediatisées des clients de Qualcomm face a ses contrats abusifs.

avatar alexischdt | 

J’ai une question. Comment peut-on avoir les cheveux aussi jaune en ayant le compte en banque dont il dispose ?
Voila.

avatar ecosmeri | 

@alexischdt

Quel est le rapport entre une couleur de chevaux et un compte en banque?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR