La capitalisation boursière d’Apple passe les 1 000 milliards de dollars

Anthony Nelzin-Santos |

Après de bons résultats trimestriels et la promesse qu’ils bénéficieraient directement du rapatriement des liquidités d’Apple, les investisseurs ont porté l’action AAPL vers un nouveau record historique, au-delà des 207 $. La capitalisation boursière de la firme de Cupertino franchit ainsi la barre — ô combien symbolique — des 1 000 milliards de dollars. L’occasion de rappeler deux petits détails qui font la différence.

Le cap des 1 000 milliards est franchi lorsque l’action touche 207,05 $, ce qui a été le cas quelques minutes aujourd’hui, et devrait l’être plus durablement les prochains jours.

D’abord, que 1 000 milliards ne font pas un « trillion », du moins pas dans les pays francophones. La confusion provient de l’usage de différentes « échelles » de nomenclature des grands nombres. Les États-Unis et la plupart des pays anglophones utilisent l’« échelle courte » où 1 000 millions font un billion et 1 000 billions font un trillion.

La plupart des pays européens et les pays francophones utilisent l’« échelle longue » où 1 000 millions font un milliard et 1 000 milliards un billion1. L’usage a varié au fil du temps, mais est désormais bien établi (aucun Français ne parle de « billion d’euros » pour dire « milliard d’euros ») et même légalisé (décret 61-501 du 3 mai 1961).

Ensuite, que cet événement n’est pas tout à fait une première dans l’histoire, sauf à restreindre l’histoire aux dix dernières années dans les pays occidentaux. Sans remonter à la United East India Company2 et lancer un débat sur les mérites des comparaisons monétaires à l’échelle historique, ou même seulement à la Standard Oil Company3 et lancer un débat sur l’ajustement pour l’inflation, il faut parler de l’entrée de PetroChina à la bourse de Shanghai en 2007.

Une entrée fracassante, permettant au géant chinois du pétrole de franchir la barre du billion dans la journée, et d’éclipser tous ses rivaux… pendant quelques moments et selon une méthode de calcul contestée. Le cours est redescendu aussi vite qu’il était monté et dix ans plus tard, la société avait perdu plus de 800 milliards de dollars de capitalisation, la plus forte chute de l’histoire moderne.

Mais enfin, le passage du cap du billion est une véritable performance pour une société qui, rappelons-le, était donnée pour morte il y a 20 ans. Apple a su jouer du système financier mondial, avec talent mais aussi avec cynisme, pour maximiser ses gains. Reste qu’elle n’aurait jamais rien gagné sans avoir conçu des produits capables de séduire des centaines de millions de clients. Ces vingt dernières années, Apple a vendu 205 millions de Mac, 381 millions d’iPad, 396 millions d’iPod, et surtout 1,25 milliard d’iPhone.

« Si vous n’êtes pas dans un bon jour, souvenez-vous que ce jour en 1976, Ronald Wayne a vendu sa part de 10 % dans Apple pour 800 $. Elle vaudrait 58 065 210 000 $ aujourd’hui. » Et donc 100 milliards de dollars ce 2 août 2018. Image u/Kartingf1Fan.

Le succès d’Apple est, de manière générale, celui du secteur technologique américain. Amazon pèse 871 milliards de dollars, Google un peu de plus de 843 milliards, Microsoft environ 814 milliards. Les historiens tracent des parallèles avec d’autres moments de l’histoire américaine, du succès des trusts alliant énergie et transport aux heures folles de la finance, en passant par l’émergence des télécoms au début des années 1970.

À chaque fois qu’une poignée d’acteurs a pesé sur les indices de manière disproportionnée, le régulateur est intervenu. L’heure n’est pas aux démantèlements spectaculaires, façon Standard Oil ou AT&T, mais la pression est réelle. Les cadres de Facebook connaissent les travées du Congrès américain comme leur poche, les avocats de Google ont pris des appartements à Bruxelles et Washington, et le président américain en personne menace Amazon.

Apple elle-même n’est pas épargnée : la Commission européenne lui a ordonné de rembourser 13 milliards d’euros « d’aides illégales », des réductions d’impôts offertes par le gouvernement irlandais depuis 2003. Si la menace ne vient pas des gouvernements, elle viendra peut-être de la Chine. En ajoutant Facebook, cinq géants américains des technologies figurent parmi les dix premières capitalisations boursières, mais aussi deux chinois. Tencent, un immense conglomérat qui recouvre des centaines d’activités, et Alibaba, que l’on peut décrire comme l’« Amazon chinois », sont en embuscade.


  1. Dans l’échelle longue, un trillion représente un milliard de milliards (1018), autrement dit un million de millions de millions (106 × 106 × 106), c’est-à-dire un million à la puissance trois. Un billion représente un million de millions (1012), c’est-à-dire un million à la puissance deux (106 × 106).

  2. La première société cotée au sens moderne du terme, fondée en 1602 comme une compagnie à charte chargée du commerce avec l’Inde et les pays d’Asie du Sud-Est. L’une des sociétés les plus puissantes de l’époque, elle reste sans doute la plus grande société jamais créée, avec une capitalisation équivalente à 7 ou 8 000 milliards de dollars actuels. Après sa dissolution en 1799, ses possessions ont formé la base de l’empire colonial néerlandais.

  3. La firme pétrolière de John D. Rockefeller, un exemple classique de trust avec une forte intégration horizontale, démantelée en 1911 après une décision historique de la Cour suprême.


Tags
avatar lepoulpebaleine | 

@Brice21

Vision complètement financière de l’économie.
La finance (le pognon) doit être au service de l’économie « réelle » (et ce faisant des clients, des travailleurs), et pas l’inverse.

avatar Philbee | 

@brice21
« sa vision sociale, écologique, managériales ... ont porté leurs fruits »

Affirmation qu’il convient de pondérer...

Petits rappels (parmi d’autres) :

• Une DRH obligée de s’excuser pour des propos qui ne sont en rien désobligeants et qui démissionnera quelques temps plus tard :

http://iphoneaddict.fr/post/news-218186-patronne-diversite-chez-apple-sexcuse-propos-controverses

• Un ancien développeur (20 ans chez Apple) et «product Manager of Automation Technologies » remercié sans ménagement, du jour au lendemain :

https://www.macg.co/os-x/2018/07/comment-lautomatisation-grand-public-est-arrivee-chez-apple-102956

Cook a sûrement une vision très utilitariste de l’éthique...

avatar Brice21 | 

@Philbee

C’est anecdotique en regards des vastes investissements d’Apple dans l’énergie renouvelable, le recyclage, les efforts d’Apple sur les prestations sociales et le contrôle des travailleurs dans les usines de leur sous traitants, son combat pour la diversité, la tolérance, les conditions de confort de travail (Apple park), etc. Tim Cook en a fait bien plus que Steve Jobs à cet égard. Même si je reste un fan absolu de Steve.

avatar arnaudducouret | 

Dingue !

avatar feketesas | 

.

avatar ErGo_404 | 

Répondre a la volonté des actionnaires mène souvent à conduire une stratégie de forte rentabilité à très court terme, ce qui n'est que rarement une bonne chose.
Mais bon le monde est fait d'exceptions et ce n'est pas nous a notre niveau qui allons pouvoir prédire si la stratégie d'Apple est bonne.

avatar Faabb | 

Mille milliard de mille sabords !!!!
??

avatar Aimstar95C | 

@Faabb

??? ⚓️

avatar marenostrum | 

c'est du virtuel tout ça. spéculation pure.

avatar XiliX | 

@marenostrum

"c'est du virtuel tout ça. spéculation pure. "

Virtuel... compréhensible
Speculation ??? mais c’est quoi la définition ?

avatar marenostrum | 

une boite technologique ne peut pas valoir plus que la richesse entière des terres d'un pays, (ou de plusieurs pays), qui a nourrit les hommes pendant des millénaires. c'est là la spéculation. (Apple ne produit rien de essentiel pour l'homme, au contraire, on va mourir plus vite qu'en vivant sans ces produits électroniques).
et puis (sans en être fataliste) une boite technologique peut disparaitre en quelques années. comme a disparu Kodak, etc. il suffit qu'une technologie plus alléchante attire les foules.

avatar hawker | 

milliard de milliards (10^18)?

Plutot 10^24.

Sinon, oui il sont riches a un niveau dementielle.. quand on vend des produits qui valent 200 dollars pour 1000 par parlettes de milions, c'est le resultat.

avatar zoubi2 | 

@hawker

Heu... 9+9=18, non ? :-)

Ou bien 9x2=18 si vous voulez.

avatar Paquito06 | 

Y a rien a redire, hater ou pas, les chiffres parlent d’eux-memes. Bravo Apple.
Amazon prendra le relais d’Apple sur le long terme selon moi, ils entrent dans le domaine de la santé et ca va faire mal, ils depasseront tantot Apple.

avatar bunam | 

À la louche dans un mois ;)

avatar Madalvée | 

Super les ouvriers qui fabriquent l'iPhone vont être augmentés.

avatar misterbrown | 

@Madalvée

Merci Patron !

avatar misterbrown | 

Les riches de plus en plus riches.
Les pauvres de plus en plus pauvres.

La créativité et l'innovation qui fondent.

Apple Vs Google (Google-Samsung-Huawei-..)

C'était plus drôle BlackBerry Vs Palm Vs Nokia VS Apple Vs Sony Vs Samsung...

Maintenant les designs, les interfaces, les jeux à succès, s'unifient pour rapporter plus de pognon dans des systèmes ou les App sont censurées suivant chaque cahier des charges, chaque pays.
Bref. Rien de réjouissant.

D'ailleurs depuis le 1er août la Terre vit à crédit. Merci le cloud, YouTube, le bitcoin, internet... On a jamais autant consommé d'énergie. Et puis comme on est riche, mettons le clim, puisqu'il fait chaud et qu'on achète de l'énergie renouvelable.
...

avatar zoubi2 | 

@misterbrown

"La créativité et l'innovation qui fondent"

Ce n'est pas un tantinet exagéré ?

avatar XiliX | 

@misterbrown

"Les riches de plus en plus riches.
Les pauvres de plus en plus pauvres."

Bah ça dépend, s’ils veulent rester pauvre ou devenir plus pauvre... alors oui tu as raison

Mais avant... S Jobs aussi était pauvre. La différence est qu’il n’accepte pas d’être pauvre.

avatar Horfilas | 

@XiliX

Bah oui les SDF, s’ils sont SDF, c’est parce qu’ils le veulent bien et qu’ils ne se bougent pas assez le cul pour s’en sortir ?

avatar Dodo8 | 

@misterbrown

Plutôt ceux qui créent de la valeur de plus en plus riches, et ceux qui se laissent porter de plus en plus pauvres.

avatar Horfilas | 

@Dodo8

Ceux qui se laissent porter ? Les ouvriers qui construisent nos habitations, nos bureaux, nos routes ? Les personnels soignants ? Les personnels enseignants ? Les agents de nettoiement qui font en sorte de garder les rues de nos villes propres ? C’est marrant cette société où ceux qui font tout sont considérés comme des rien sans ambitions.

avatar ataredg | 

Cette superbe performance ne doit pas nous faire oublier qu'Apple fait partie de ces entreprises qui pratique l'optimisation fiscale qui n'est pas illégale, mais qui prive les états, donc vous, vos enfants et moi, d'argent public pour faire tourner les écoles, les hôpitaux, entretenir les routes, assurer la sécurité etc ... Au final, c'est nous qui payons par nos impôts ce manque. C'était ma minute de gauche. Bisou à Tim Cook.

avatar alexis83 (non vérifié) | 

@ataredg

Ne pas oublier que si Apple fais ça c’est grâce à nous qui avons élus des gens qui ont mis en place de tel système.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR