Fermer le menu   

Tony Fadell

Fadell : « c'est Google qui bâtit la technologie pour les années à venir » 27/03/2014 | 16:45 | Stéphane Moussie | 90 commentaires

Tony Fadell a accordé un entretien au Sunday Times dans lequel il revient naturellement sur l'acquisition de Nest par Google. À ceux qui trouvent que Mountain View a dépensé trop d'argent — 3,2 milliards de dollars — pour une entreprise qui a sorti seulement un thermostat et un détecteur de fumée, Fadell répond que « contrairement aux autres sociétés qui ont été achetées extrêmement cher, nous avons de vrais revenus. » Des revenus qu'il refuse pourtant de révéler, « mais nous avons vendu beaucoup plus que ce que les gens pensent », assure-t-il.

Crédit : LeWeb CC BY

La vente de Nest à Google n'a pas été réalisée dans l'optique de bien remplir les poches, affirme le père de l'iPod : « Google voit grand. Nous voyons grand. Nest va devenir quelque chose d'énorme. » Et de faire part de la nouvelle mission qu'il s'est fixé : « j'ai contribué à changer le monde deux fois avec l'iPod et l'iPhone. Je veux avoir l'occasion de le faire une troisième fois. »

Pour Fadell, « les appareils domestiques d'aujourd'hui sont aussi mauvais que les téléphones mobiles avant l'arrivée de l'iPhone ». Il veut rendre ces objets plus intelligents, plus agréables, sans pour autant qu'ils captent toute notre attention.

« Nous n'avons pas besoin de plus de boutons, de plus d'écrans. Nous en avons déjà assez. » Le but ultime de Nest, c'est de doter les maisons de leur propre conscience, afin que leurs habitants n'aient à se soucier de rien. Une vision du futur de la technologie...

Lire la suite

Google aimait bien Nest mais surtout ses équipes 31/01/2014 | 08:55 | Florian Innocente | 25 commentaires

Nest c'est bien, mais les gens qui y travaillent c'est encore mieux. D'après des confidences obtenues par TechCrunch, Google était intéressé en premier lieu par les équipes de Nest, bien avant son thermostat et son détecteur de fumée. Tony Fadell se verrait confier la charge de travailler sur des appareils de différente nature et débordant du cadre que s'était fixé sa petite entreprise.

Matt Rogers, cofondateur de Nest et ex de l'équipe iPod/iPhone, Larry Page et Tony Fadell

Sa startup s'est développée avec de très nombreux éléments venus d'Apple et cette somme de compétences a pesé dans la balance. Ces individus ont eu l'habitude de concilier logiciel et matériel pour des produits de qualité, vendus partout dans le monde et dans des volumes records. TechCrunch parle aussi d'une carte blanche en matière de budget donnée à cette équipe pour le développement de nouveaux produits. Signe que Google entend bien rester les deux pieds dans le secteur matériel.

Une volonté que Larry Page a jugé utile de rappeler dans son annonce de revente de Motorola Mobility. Il a cité à cette occasion deux domaines en particulier, les produits pour la maison et l'informatique vestimentaire (lire Google garde les idées folles de Motorola).

Schiller renvoie Fadell dans les abysses de Twitter 18/01/2014 | 09:51 | Florian Innocente | 55 commentaires

Tony Fadell ne fait vraiment plus partie de la grande famille Apple. AppleInsider a remarqué que Phil Schiller avait retiré de la liste des sites et personnes qu'il suit sur Twitter, le compte du cofondateur de Nest, et ancien collègue. L'équivalent moderne du 't'es plus mon copain' dont s'amusent les parents lorsqu'ils l'entendent dans la bouche de leurs enfants. Un retrait survenu vendredi, c'est à dire 3 jours après l'annonce de l'acquisition de Nest par Google (cache des comptes suivis par Schiller).

Fadell qui avait amplement puisé parmi les salariés d'Apple pour constituer sa startup - le chiffre de 200 personnes est évoqué - et Fadell qui aujourd'hui rejoint avec eux l'un des deux grands adversaires aujourd'hui d'Apple. Voilà qui devait bien mériter une exclusion du club des quelques 115 personnes suivies par le senior vice-président marketing produit.

À moins qu'Apple n'ait effectivement exprimé un intérêt pour Nest il y a quelques semaines, comme l'a entendu dire, TechCrunch, avant de voir la fine équipe préférer aller en face.

Il faut toutefois rappeler que les Apple Store avaient obtenu au départ une exclusivité sur la vente du thermostat, et qu'ils vendent aussi le...

Lire la suite

Ces lunettes Apple qui n'ont jamais vu le jour 10/09/2013 | 15:59 | Florian Innocente | 0 commentaire

Des lunettes façon Google Glass comptèrent parmi les expérimentations d'Apple pour trouver de nouveaux débouchés de produits. C'est ce qu'a expliqué Tony Fadel, l'un des pères de l'iPod, à Fast Company.

« Chez Apple, nous nous demandions toujours ce que nous pouvions révolutionner d'autres. Nous avons jeté un oeil aux caméscope et aux télécommandes. La chose la plus folle dont nous avons parlé a été une sorte de Google Glass. Nous nous sommes dit : « Et si nous faisions un système pour donner l'impression que l'on est assis dans un cinéma  ? « J'ai réalisé tout un tas de prototypes. Mais nous avons eu un tel succès avec les produits que nous faisions déjà que nous n'avions pas le temps »

Fast Company a publié des témoignages d'anciens d'Apple, sur le thème du design, en plusieurs épisodes.

On y apprend par exemple que Steve Jobs, quelques instants après avoir annoncé le tout premier iMac, estimait qu'il n'avait pas fait le choix de la bonne couleur pour la coque. Que le système pour éjecter la carte SIM des iPad a été réalisé par un stagiaire qui travaille aujourd'hui sur des machines à café hors de prix (11 000$). Que les tables et leur agencement dans les Apple Store est directement inspiré de la déco du labo de design de Jonathan Ive. Que le premier iMac n'avait pas de disque dur, car inspiré des network computer d'alors (il y avait une ouverture sous l'écran dans lequel glisser le clavier) et plein d'autres anecdotes.

Ils sont tous extraits d'un ouvrage (en anglais) : Design Crazy de Max Chafkin, vendu 1,49€ sur l'...

Lire la suite

Tony Fadell : Apple et l'esprit start-up 05/12/2012 | 22:20 | Christophe Laporte | 19 commentaires

Tony Fadell était l'une des têtes d'affiche de l'événement LeWeb qui se tient actuellement à Paris. Lors de cette conférence, il était accompagné de Xavier Niel, qu'il connaît particulièrement bien et qui a joué le rôle de l'interviewer.

Parmi les points abordés lors de cette conférence, il a bien entendu été question d'Apple. Cette fois, celui que l'on présente comme "le père de l'iPod" n'a pas réglé ses comptes avec Scott Forstall, mais a évoqué l'esprit start-up d’Apple si cher à Steve Jobs.

Qu'est-ce que l'esprit start-up d'Apple ? Tony Fadell a comparé son expérience à Apple avec celle qu'il a eue à Philips quelques années plus tôt où quelques ingénieurs et lui avaient pour mission de concevoir les premiers appareils fonctionnant sous Windows CE.

Pour développer de nouveaux produits, Philips avait justement tenté d'insuffler un esprit start-up : elle avait installé dans le confort une petite équipe quelque part en Californie. Fadell se rendait régulièrement à Eindhoven pour montrer les avancées des différents projets.

C'est là où les soucis commençaient. Lorsque les responsables d'Eindhoven trouvaient quelque chose à redire, au lieu de les laisser revoir leur copie, ils leur envoyaient une équipe pour les aider à bien faire les choses. Ce qui aurait pu être réglé assez rapidement par des personnes qui connaissaient leur projet sur le bout des doigts devenait tout de suite plus compliqué. Selon Fadell, cela créait des interactions inutiles. Fadell raconte qu'il craignait avoir le même genre de difficultés lorsqu'il a rejoint Apple.

Le second point qui n'allait pas chez Philips, c'est le fait que sur dix produits qui avaient été développés et qui étaient susceptibles d'...

Lire la suite

Tony Fadell solde ses comptes avec Scott Forstall 29/11/2012 | 09:41 | Florian Innocente | 28 commentaires

Le limogeage de Scott Forstall par Tim Cook n'aura pas tiré une larme à Tony Fadell. On le pressentait au vu des rumeurs de relations tendues entre les deux hommes lorsqu'ils furent mis en concurrence autour de la création d'iOS, mais l'interview donnée par Fadell le confirme.

Aujourd'hui fondateur de Nest, ce fabricant de thermostats intelligents, Fadell a été interrogé par la BBC sur ses relations avec l'ancien patron d'iOS lorsqu'il était encore chez Apple (Fadell a quitté la division iPod en 2008).

L'homme a eu une réponse assez lapidaire « Nous savons ce qui s'est passé, Scott a eu ce qu'il méritait et les choses vont pouvoir aller de l'avant. » lance-t-il sans marquer de déception ni rendre un quelconque hommage à son ancien collègue.

Relancé pour savoir s'il y avait réellement un problème de mésentente entre eux, Fadell réitère son appréciation « Je crois que ce qui s'est passé il y a quelques semaines était mérité, justifié et cela a été fait ». A la seconde relance sur la difficulté qu'il y aurait eu pour lui à travailler avec Forstall, Fadell ne dévie pas « Encore une fois, il a eu ce qu'il méritait ».



Le journaliste s'enquiert de la situation dans laquelle est maintenant Apple en l'absence de Scott Forstall. Tony Fadell enfonce un clou supplémentaire « Je crois qu'Apple est dans une excellente position. Si vous avez lu certains articles, les gens se sont réjouis à Cupertino à l'annonce de cet événement ». Il cite ensuite la qualité des produits et fait une autre allusion indirecte au bénéfice du départ de Forstall « Il y a d'autres gens épatants dans la société et je crois que ces personnes ont de solides compétences pour faire fructifier l'héritage laissé par Steve ».

Un portrait de Scott Forstall...

Lire la suite

Tony Fadell réinvente le thermostat 25/10/2011 | 08:21 | Christophe Laporte | 75 commentaires

On était sans nouvelles de Tony Fadell, le géniteur de l'iPod qui avait définitivement quitté Apple l’année dernière. Après la musique numérique, l’ex-patron de la division iPod s’est mis en tête de révolutionner le monde des thermostats.

L’homme a en effet créé la société Nest, qui est sur le point de commercialiser un thermostat révolutionnaire portant le même nom. Il est parti du principe qu’une utilisation efficace d’un thermostat peut faire baisser jusqu’à 50 % votre facture énergétique. D’où la nécessité de mettre au point un appareil élégant, simple à utiliser, efficace, performant et intelligent.

L’objet apprend la température que vous aimez et à quelle heure, s’adapte en fonction de votre présence ou non, et dispose d’une connexion Wi-Fi pour être piloté à distance. Nest a développé notamment une application iPhone permettant de le paramétrer sans avoir à se déplacer.

Sur le strict plan du design, Nest est sans doute aux thermostats, ce que l’iPod était aux baladeurs MP3 lors de sa sortie. L’objet en lui-même est un joli clin d’oeil. Non seulement, l’écran est tactile, mais il dispose également d’une molette similaire à celle qui a fait le succès de l’iPod.

L’approche commerciale aussi est différente : avec son produit, Fadell souhaite s’adresser directement au grand public et non aux intermédiaires. Dans un entretien donné à TechCrunch, il affirme que son thermostat est aussi puissant qu’un smartphone. Son prix : 249 $.

Projet iPhone OS : Fadell donne sa version 14/10/2011 | 11:05 | Florian Innocente | 9 commentaires

Tony Fadell a livré sa version des faits suite au portrait de Scott Forstall dressé par Businessweek (lire Scott Forstall : le "mini-steve" d'Apple). L'article détaillait l'affrontement entre les deux hommes autour du projet de créer en 2005 un OS pour le futur iPhone.

Fadell qui avait conduit le projet iPod menait une équipe travaillant autour d'un OS à base Linux et Forstall défendait l'approche d'un Mac OS X allégé. S'en serait suivi une lutte âpre qui se serait poursuivie les années suivantes et aurait, pour une bonne partie, motivé en 2008 le départ de Fadell.

Tony Fadell a adressé à Businessweek la réponse suivante :

«J'ai hérité du second projet iPhone OS lorsque Jon Rubenstein et Steve Sakoman ont quitté Apple. J'y ai rapidement mis un terme après avoir constaté qu'une version modifiée de Mac OS était le meilleur chemin à suivre pour concevoir la plateforme de l'iPhone. Il était clair que pour créer le meilleur smartphone possible, nous devions nous appuyer sur les décennies de technologies, d'outils et de ressources investies dans Mac OS tout en s'épargnant une concurrence inutile entre deux projets opposés divergents»

Sur la description des rapports tendus entre les deux hommes ou même la personnalité de Forstall, là en revanche Fadell n'apporte aucun commentaire.

Tony Fadell quitte définitivement Apple 30/03/2010 | 08:42 | Christophe Laporte | 25 commentaires

Tony Fadell, ex-patron de la division iPod et l'un de ses principaux artisans du baladeur, quitte définitivement Apple. Depuis le début de l'année dernière, l'homme n'avait plus qu'un rôle de conseiller auprès de Steve Jobs.

Désormais, Tony Fadell veut aider les entreprises high-tech à concevoir des produits plus respectueux de l'environnement.

Longtemps responsable de la division iPod, Tony Fadell a été remplacé à ce poste par Mark Papermaster qui occupe depuis avril dernier le poste de Senior vice president Devices Hardware Engineering.

Sur le même sujet :
- Le père de l'iPod quitte Apple

Mark Papermaster se défend 08/11/2008 | 00:13 | Christophe Laporte | 8 commentaires

En milieu de semaine, Apple officialisait l'arrivée de Mark Papermaster comme senior vice president of Devices Hardware Engineering. Une arrivée qui n'est pas du goût d'IBM qui a attaqué en justice son ex-employé. Considéré comme l'un de ses 300 cadres les plus importants, Papermaster avait signé une clause de non-concurrence qui l'empêche d'aller travailler chez un concurrent pour une durée d'un an. Présenté comme un spécialiste des puces Power, l'homme a travaillé pendant 26 ans au sein de Big Blue.

La défense de Mark Papermaster est simple : Apple et IBM ne sont pas concurrents. "A ma connaissance, IBM ne conçoit pas, ne produit pas ou ne vend pas de produits électroniques grand public" a-t-il déclaré dans un document remis à la cour en charge du dossier. Il ajoute qu'Apple - hormis quelques épisodes dans l'informatique personnelle et à une occasion autour d'un contrat vente de Xserve à une université - n'a jamais été perçu comme un concurrent tout au long de sa carrière chez IBM. Pour définitivement calmer les craintes d'IBM, le nouvel employé d'Apple a expliqué qu'il n'aurait pas de rapport avec P.A. Semi, la société rachetée par Apple en début d'année et qui, selon IBM, entre en concurrence avec elle.

Dans sa chronique hebdomaire, Robert X. Cringely revient sur le jeu de chaises musicales chez Apple. Pour lui, le départ de Tony Fadell est lié à un problème d'ego avec Steve Jobs. Tony Fadell s'est souvent présenté comme le père de l'iPod, chose qui n'aurait pas...

Lire la suite

Pages