Test de l'iMac Retina 5K à disque dur (mi-2015)

Florian Innocente |

Il y a maintenant deux iMac Retina au catalogue d’Apple, avec un nouveau modèle moins cher, affiché à 2 299 €. Ça, c’est pour la bonne nouvelle. Cette gamme, dotée d’un écran exceptionnel par le confort visuel qu’il procure sur les textes et les images, commence enfin à se démocratiser tout doucement en perdant 300 €.

Deux iMac Retina et une version 2011 au fond — Cliquer pour agrandir

La mauvaise nouvelle c’est que cette baisse de prix s’est traduite par la présence d’un disque dur et que la carte graphique n’a toujours pas les épaules assez larges pour gérer impeccablement la définition de cet écran sur des tâches tout ce qu’il y a de plus courantes.

Quelles différences depuis l’automne ?

Quoi de neuf entre ce modèle et celui qui occupait seul la case du Retina depuis la fin de l’année dernière (voir son test) et qui n’a pas connu d’évolution ? Les changements ont porté sur le processeur, le support de stockage et la carte graphique. Tout a été raboté pour suivre cette baisse de prix de 300 €.

Le processeur est de la même génération “Haswell” qu’à l’automne : il n’y a pas encore chez Intel de successeur disponible, Apple est ici coincée. Il s’agit d’un Core i5–4590 à quatre coeurs, cadencé à 3,3 GHz (Turbo Boost à 3,7 GHz) au lieu de 3,5 GHz (Turbo Boost à 3,9 GHz). L’option Core i7 qui apporte l’Hyperthreading n’est pas proposée sur cette configuration.

La carte graphique AMD perd son “X” dans sa dénomination et la nouvelle référence est inédite. Il est apparu depuis que la différence avec sa devancière réside dans sa fréquence. Elle a été abaissée de 50 MHz, à 947 MHz au lieu de 1 GHz. Enfin, et c’est ce qui a le plus surpris, le Fusion Drive proposé en standard a été supprimé. De ce couple qui associe un petit SSD de 128 Go avec un disque dur plus copieux, il ne subsiste que le disque dur.

Le logement pour les 4 barrettes mémoire — Cliquer pour agrandir

Un Fusion Drive a cela d’intéressant qu’il présente à l’utilisateur un seul et unique volume de stockage. C’est OS X qui se charge de répartir les données entre les deux supports. Le SSD procure la rapidité à l’utilisateur (le système, les applications et les données les plus souvent sollicitées y sont automatiquement déportées) et le disque dur lui offre sa capacité de stockage plus conséquente. C’est moins rapide dans l’ensemble qu’un stockage basé exclusivement sur du SSD mais ce compromis est plus économique et plutôt performant (lire Fusion Drive : explications et essais sur un “ancien” Mac).

Depuis plus de deux ans qu’Apple a inauguré ce système avec des iMac et Mac mini, on se serait attendu à ce qu’il devienne maintenant un incontournable. Une valeur ajoutée forte pour distinguer encore son matériel. A fortiori sur une gamme “premium” comme l’iMac Retina. Eh bien c’est raté.

Sur les six iMac au catalogue, cinq reposent encore sur des disques durs de 500 Go ou 1 To dans leurs configurations de base. Ce qui peut se comprendre à l’extrême rigueur pour des 21“ devient de moins en moins acceptable sur des 27” et pas du tout lorsqu’ils sont Retina.

Les autres options de stockage ne sont pas interdites à ce modèle d’entrée de gamme. Mais l’intérêt est tout relatif. Si vous voulez retrouver le Fusion Drive de 1 To cela porte le prix de la machine à 2 539 €. Pour 60 € de plus, vous avez l’iMac Retina suivant avec le même Fusion Drive et les processeurs et carte graphique un peu plus rapides. Le choix est vite fait et l’option est calibrée exactement à cette fin…

Performances processeur

Nous avons déjà testé les performances de cette machine à sa réception. Nous en reprendrons donc les éléments. Avec Geekbench, qui mesure des performances brutes, 200 MHz en moins se traduit par une baisse de performances de 4,3 %. C’est à dire quasiment rien dans un usage de tous les jours. Il est intéressant de noter que notre iMac 27" de 2011, avec son Core i7 Quad à 3,4 GHz ne démérite pas face à ce Core i5 Quad 3,3 GHz. Si l’on envisage de remplacer un iMac vieux de quelques années, ce sera plus pour la carte graphique et la qualité incomparable de l’écran Retina que pour le processeur.

Avec les tests applicatifs, partout, ou presque, cette machine a perdu quelques secondes face aux modèles de l’automne dernier. Encore une fois, cela n’a rien de dramatique. L’encodage d’une séquence 4K dans iMovie prend 10 secondes de plus… sur une durée totale inférieure à 2 min. Dans l’export iPhoto, on devra attendre 7 secondes de plus. Tout cela est largement supportable.

Aperture et iPhoto : export en JPEG de 500 images. GarageBand : export d’un podcast. Final Cut Pro X : export en 1080p d’un projet 5K. iMovie : export en 1080p d’un projet 4K.

Dans ces opérations, où c’est essentiellement le processeur qui est sollicité, on a toujours une machine rapide qui va convenir à tous les utilisateurs, des plus tempérés jusqu’aux touche-à-tout. Final Cut Pro X s’offre d’ailleurs le luxe de faire mieux. Entre l’automne dernier et aujourd’hui il y a eu une importante mise à jour de ce logiciel qui peut expliquer cette amélioration. GarageBand aussi s’est montré un peu plus vif, pourtant c’est la même version qu’en octobre. Seul OS X a évolué entre temps (nous avons fait nos tests avec la version 10.10.3).

Pour Logic Pro il s’agit du nombre maximal de pistes jouées jusqu’à saturation — Cliquer pour agrandir

Performances carte graphique

Alors que la M290X de l’iMac Retina haut de gamme tourne à 1 GHz, la M290 “sans X” se contente de 947 MHz. En usage, la différence est ténue, on ne perd pas grand-chose, sinon rien en fonction des logiciels de test. Dans Cinebench R15, le test OpenGL met les deux cartes à égalité (89 fps). Avec Valley Benchmark on perd une maigre poignée d’images par seconde dans cette épreuve où les réglages sont poussés au maximum pour les niveaux de détails ainsi que l’antialiasing.

ValleyBenchmark, réglages des détails sur Ultra et antialiasing à x8

Dans un jeu comme Batman : Arkham City GOTY, lorsqu’on utilise la définition logique par défaut de 2560 x 1440 px et en mettant tous les réglages à fond, la séquence de test donne une moyenne de 56 fps. Ce n’est pas mauvais mais c’est un jeu qui date de quelques années maintenant. Cette carte étant quasiment identique à celle testée à l’automne, on renverra vers le test des premiers iMac Retina pour plus d’appréciations sur la partie ludique. Les iMac d’alors s’en étaient sortis avec un bilan disons correct face à des titres pour Windows lancés dans Boot Camp.

Que les iMac ne soient pas des foudres de guerre avec les jeux, on le sait. Ce qui agace, c’est de voir que cette seconde fournée d’iMac Retina a toujours du mal à offrir à ses utilisateurs un OS X fluide dans ses animations.

On ne parle pas d’un jeu gourmand, mais tout simplement de l’interface système que l’on a sous les yeux à chaque seconde de l’utilisation de cette machine. Avec juste deux bureaux virtuels, Dashboard activé et plusieurs fenêtres ouvertes, l’animation de Mission Control ressemble à un jeu 3D qui s’exécuterait sur une carte sous-dimensionnée. L’animation saute des étapes, au lieu d’être fluide comme sur tous nos autres Mac. Pas la peine de travailler des heures pour le constater, ces effets commencent à se manifester quelques minutes après le démarrage.

Parfois c’est le déplacement d’une fenêtre ou son redimensionnement qui courent après la souris, une autre fois ce sera le déplacement d’une grosse icône dans le dossier Applications qui saccade, ou alors un Coup d’oeil sur un banal JPEG qui s’ouvre avec une animation sans fluidité. Supprimer la transparence ne change (presque) rien, se forcer à rester sur la définition par défaut, non plus. Nous avons essayé avec l’écran externe 23" que l’on utilise habituellement branché à notre iMac et sans cet écran. Pas mieux.

Il est arrivé un cas extrême et paradoxal où, après avoir réactivé la transparence, tout est devenu d’une lenteur absolue. Il se passait 4 à 6 secondes entre un clic et l’exécution de la commande Mission Control, les déplacements de fenêtres étaient presque impossibles, les animations s'exécutaient à l'allure d'un escargot. Nous avons vu cette situation sur nos deux machines de test.

Soyons bien clair, tout n’est pas uniformément lent ou catastrophique et ces désagréments ne s’expriment pas toujours à l’extrême. La fluidité du passage d’un bureau virtuel à l’autre n’appelle pas de critique, par exemple. Peut-être même que des utilisateurs n’en seront pas gênés. Tout le monde, après tout, ne se sert pas en permanence de Mission Control ni ne jongle à toute vitesse entre douze logiciels.

Mais il y a fondamentalement un déficit d’optimisation quelque part avec ces iMac Retina et leur carte graphique proposée par défaut. Au quotidien, sans pousser la bête pendant des heures, l’utilisation est ponctuée de ces anomalies visuelles. Il faudra faire avec, puisque sur cette configuration on ne peut pas choisir d’autre carte graphique à la commande.

Nous avons eu deux configurations identiques de cet iMac entre les mains. Mon collègue et moi-même avons observé la même chose. Mon iMac était sur un OS X 10.10.3 avec ses applications installées de zéro, l’autre était sur un 10.10.4 bêta transféré depuis un MacBook Pro 15" Retina. Le bilan était même plus négatif pour mon collègue.

À ce stade, on ne peut que croiser les doigts pour voir arriver une amélioration d’ordre logicielle avec le prochain OS X (lire aussi iMac Retina : la carte graphique de base ne suffit toujours pas).

Performances disque dur

L’autre point qui fâche, c’est le retour à une solution purement disque dur en configuration de base. On est pourtant sur le fleuron des ordinateurs tout-en-un, tous OS confondus. Il n’y a pas ailleurs de plus beau monobloc, encore moins si l’on considère l’écran Retina. Et il faut faire avec un disque dur et ses lenteurs.

Notre modèle est équipé d’un disque dur 1 To de marque Seagate à 7 200 t/min. Sur l’iMac Retina de 2014 avec son Fusion Drive 1 To, un test de lecture/écriture séquentielle de petits fichiers (4 Ko à 1 Mo) donnait une moyenne de 420 Mo/s en lecture et 261 Mo/s en écriture. Avec notre modèle à disque dur, ces valeurs sont divisées par 2,5 (164 Mo/s) et 1,7 (148 Mo/s). C’est bien pire en lecture et écriture aléatoires, on divise les résultats par 7 et par 3,5.

Le test avec de plus gros fichiers (entre 20 et 100 Mo) donne une moyenne de 212 Mo/s en lecture et 210 Mo/s en écriture. Rien de palpitant, c’est normal, c’est l’effet disque dur. Point positif, il s’est avéré remarquablement silencieux sur les deux machines.

Par curiosité, nous avons fait le même test avec le disque dur 1 To de notre iMac 27" de la mi–2011 (un Western Digital à 7 200 t/min). Les résultats ont été encore un cran en dessous. La moyenne en lecture/écriture séquentielle de petits fichiers a été de 105 Mo/s et 81 Mo/s. Pour les gros fichiers elle était de 119 Mo/s et 116 Mo/s. Au moins, en quatre ans, les choses ont quand même progressé sur les disques durs.

Le nouvel iMac Retina d’entrée de gamme — petits fichiers
Gros fichiers

Autre exemple, la duplication d’un fichier de 8,7 Go (une base iPhoto) a pris 2 min 28 s sur cette machine. Sur un ancien iMac mi–2011 mais équipé en SSD cela a pris 1 min 49 s. Avec le tout nouveau MacBook Pro 15" Force Touch équipé d’un SSD de 256 Go, l’opération n’a pris que 14 secondes, c’est 10 fois plus rapide que notre nouvel iMac.

Bien sûr la comparaison est injuste puisque ce portable de 2 249 € bat un record avec son SSD. Mais cela illustre à nouveau à quel point l’écart se creuse toujours davantage entre ces deux technologies de stockage (lire Le SSD du MacBook Pro 15" Retina 2015 tient ses promesses).

Tout le monde aujourd’hui n’est pas équipé d’un ordinateur avec un SSD, c’est dommage car bien plus qu’un surcroît de RAM ou de megahertz, c’est l’organe de la machine qui peut transformer un veau en une gazelle. Une machine qui a quelques années retrouve littéralement une seconde jeunesse avec un SSD.

Conclusion

J’utilise quotidiennement deux iMac 27" mi–2011, des haut de gamme de l’époque. Chacun a un Core i7 Quad à 3,4 GHz et 12 Go de RAM. Mais l’un a un disque dur 1 To (7 200 t/min) et l’autre a reçu en appoint un SSD de 256 Go. Il n’est pas monté en Fusion Drive, mais il héberge l’OS, les applications et une bonne partie de mes données. Les autres données, dont ma Dropbox devenue trop grosse pour le SSD, sont placées sur le disque dur.

À l’utilisation, c’est le jour et la nuit entre ces deux configurations. La machine du bureau avec le SSD est toujours vive, les logiciels se lancent en un claquement de doigts et il est rare d’attendre plus d’un bref instant pour passer d’une application à l’autre. J’en ai toujours une douzaine ouvertes, toutes sont assez “légères”, dans le sens où ce ne sont pas des outils gourmands (outils de rédaction, de mail, navigateur web, Twitter, RSS, gestionnaires de tâches…).

La carte graphique est dépassée pour les jeux, mais je n’en utilise aucun. À aucun moment les performances ne sont prises en défaut dans ce qui est mon cadre d’utilisation. Si l’on oublie le critère de l’écran, ce n’est pas une machine que l’on a besoin impérativement de changer.

Le même environnement de travail, cette fois sur ma machine personnelle à disque dur, est un calvaire. Tout est lent, poussif et la roue colorée est ma meilleure amie. Les choses vont à peu près bien dès lors que je reste dans une application. Mais le disque dur plombe tout, aussitôt que je navigue entre les applications. Lorsque j’en lance une nouvelle, que j’ouvre trop de fenêtres dans Safari ou que je vais dans Photos (et c’était bien pire avec iPhoto).

Au bout de quatre ans d’une utilisation quotidienne, l’idée de remiser un iMac de 2011 à disque dur pour un modèle haut de gamme de 2015 n’a rien de saugrenue. On ne fera pas forcément un bond avec le processeur mais la carte graphique est plus véloce, le Bluetooth 4.0 permet de profiter de Handoff avec iOS et le tout fonctionne derrière un écran haute définition à nul autre pareil.

Cet iMac Retina d’entrée de gamme pourrait être le choix le plus évident dans cette hypothèse de changement. Il n’est pas donné mais c’est le moins cher. Cependant, son positionnement technique fait que l’on se retrouve avec un écran magnifique, mais où l’interface est rapidement à la peine et le support de stockage d’une autre époque. On a la tête dans le futur et les pieds dans le passé. Il faut alors s’orienter vers la grosse configuration, renforcée avec l’option de la carte graphique plus puissante. Là, on n’est plus du tout à 2 299 € mais pas loin des 3 000 € (2 899 €).

Quel que soit le profil de l’utilisateur de cette machine — soit le nouveau client séduit par la marque et capable de débourser une bonne somme pour s’offrir le plus beau monobloc du marché soit le macophile averti — on a du mal à les orienter vers cet iMac Retina d’entrée de gamme.

On est d'abord gêné pour le premier client. Il va investir en toute confiance dans une machine qui n’a pas le standing qu’elle prétend offrir. On partage ensuite la frustration du second qui va voir dans cette configuration un simple marchepied pour les configurations plus onéreuses.

Cliquer pour agrandir

En résumé, le prix de l’iMac Retina n’a pas baissé. La seule configuration qui tienne la route coûte toujours 2 899 € (avec un Fusion Drive 1 To et seulement 8 Go de RAM).

Il y a quelques raisons pour lesquelles on accorde un peu de crédit à cet iMac. Son écran évidemment, aussi parce qu’on nourrit toujours le secret espoir qu’OS X va finir par être optimisé pour sa carte graphique. Enfin, parce qu’Apple ne rend pas compliquée l’ajout de mémoire et que les spécialistes ont toujours un accès pour remplacer ultérieurement le disque dur par un SSD. Mais ce sont des lots de consolation pour une machine frustrante dans l’ensemble.

[MàJ le 12/06/2015] : OS X El Capitan accélère bien les Mac


2 299 €

Oui, mais…

Les plus :

  • Écran Retina d’excellente qualité
  • Bonnes performances du processeur
  • Le design et la qualité de fabrication

Les moins :

  • Un disque dur par défaut
  • Les ralentissements récurrents dans OS X
  • Aucune option pour changer de carte graphique
Tags
avatar CM-S | 

Rarement vu une telle arnaque. Quoique le Macbook...

avatar frankm | 

Oui quoique le Macbook. Mais la palme est pour cet iMac.
QUELLE HONTE !

avatar youpla77 | 

Le mac mini n'est pas mal non plus dans son genre. L'imac 21 pouces également, la conf n'a pas changé depuis un an et demi et il est même plus cher qu'à l'époque...

avatar Exaoctet | 

J'ai jamais pensé le dire un jour mais.... je commence à regretter l'ère Jobs.
Jamais de telles absurdités auraient vu le jour sous sa tutelle. Il était perfectionniste autant au niveau software que hardware, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui. La différence est d'autant plus frappante lorsque je compare cette immondice à mon iMac 27" i5 de fin 2009 sortie sous Snow Leopard. A l'époque, cet ordinateur avait un bon rapport qualité/prix, doté des meilleures technologies du moment et un OS ultra fluide et très performant. Bref c'était de la bombe. C'est loin d'être le cas avec les produits Apple d'aujourd'hui...

avatar Rez2a | 

@Exaoctet :
Sous l'ère Jobs, j'ai payé mon MacBook 200€ de plus que le modèle d'en dessous juste parceque c'était le seul moyen de l'avoir en noir.
2 ans après, à la sortie de Lion, il ne valait plus un clou avec ses 2GB de RAM, ça suffisait déjà plus.

L'iMac 27" de fin 2009 est le modèle le plus exceptionnel que j'ai connu depuis que je suis utilisateur de Mac, sans aller jusqu'à dire qu'il était donné, c'était un rapport Q/P excellent.

Tout ça pour dire : l'époque n'a rien à voir, ça fait un moment qu'il y a des ordis à jeter et des bons ordis chez Apple. J'irais même jusqu'à dire que l'entrée de gamme n'a jamais été aussi bonne que depuis quelques temps avec les MacBook Air. En revanche les gammes au-dessus c'est pas trop ça en ce moment, c'est vrai.

avatar Exaoctet | 

Il y a selon moi beaucoup plus de déchets sous le store 2015 qu'auparavant. Mais cela n'empêche pas qu'il y avait également des grosses merdes vendu à prix d'or sous l'ère Jobs... mais beaucoup moins que maintenant.

avatar Florian Innocente | 

Dans les grosses merdes il y a eu l'eMac, une belle soufflerie. L'iBook et sa carte graphique qui pétait était pas mal aussi.

Les nostalgiques du perfectionnisme de Jobs devraient relire cette série d'articles :-)

https://www.macg.co/tags/chronique-sav

avatar jackhal | 

J'avais aussi acheté le Macbook noir, non seulement parce que je le trouvais plus beau et parce que le contour noir me donnait l'impression que l'écran était un peu plus grand (tout en sachant que c'était faux)... mais si je me souviens bien il était un peu gonflé par rapport au blanc. Peut-être que le disque dur avait une plus grande capacité ou je ne sais plus quoi.

En tout cas en ce moment c'est quand même bien cher. Je voulais m'acheter un MacBook Pro Retina et, après avoir regardé ce qu'il y avait du coté PC où c'est finalement rarement vraiment moins cher à qualité égale, j'ai pris un MBPr sur le refurb, un modèle de mi-2014 avec 8Go de RAM et 256Go de SSD. Les différences avec l'actuel ne sont pas énormes (tant pis pour le nouveau trackpad) et il y a une ristourne sur le prix d'introduction, donc avant l'augmentation des prix.
Au final, c'était 1279€ au lieu de 1649€ pour le modèle actuel. Là ok, c'est une bonne machine à un prix très correct.
Mais payer 370€ de plus, même pour un ordi neuf, même avec quelques changements, non merci (surtout pour une machine secondaire).

En ce moment je trouve que ça vaut le coup de se replonger dans les anciens tests de MacG et de surveiller le refurb.

avatar Keysertom | 

@jackhal :
J'ai acheté la dernière version de ce MacBook Black édition (2008) ! Oui, il avait une configuration gonflé avec un processeur Intel core 2 duo à 2,4 GHz (contre 2,2 pour le blanc), un DD de 250 Go (contre 120 pour le blanc) et la puce graphique aussi je crois !

avatar jackhal | 

C'est bien ce que je me disais.
Mais... hem... c'était mon premier Mac et en l'occurrence je ne connaissais pas les planning, et je l'ai acheté la veille du renouvellement des Macbook. L'un dans l'autre, je n'ai pas vraiment profité d'une machine avec un petit boost de puissance. Au contraire.

avatar nicolasblanco | 

Ouille et merite.

C'est quand la derniere fois qu'un produit Apple a eu moins que la moyenne ?

avatar Stéphane Moussie | 
@nicolasblanco : la semaine dernière avec le dock Lightning : https://www.igen.fr/tests/2015/05/test-du-dock-lightning-pour-iphone-dapple-2015-91308
avatar comass | 

@stephmouss :
mais que faites vous avec le matos ??
vous le retourner ? vous le donner à des œuvres caritatives ??

avatar Keysertom | 

Ça pique mais c'était prévisible ! Des prix en forte hausse et des machines de plus en plus bridées...

avatar Fabricio33 | 

C'est clair que cela est vraiment mesquin, surtout au prix ou Apple doit acheter le SSD qui sert au fusion drive de 1To.
Il aurait pût faire une offre avec seulement un SSD de 120 ou 128Go de base, mais cela aurait rebuter pas mal de personne non initiée qui ne regarde que la capacité de stockage.

avatar dumas75 | 

"Une gazelle qui devient un veau"
Mort de rire :)

avatar Pommeduverger | 

Autans je suis tout à fait d'accord pour défoncer cet iMac qui est juste honteux et très mauvais. Mais le MacBook non, exsude moi mais c'est véritablement une machine séduisante.

avatar Penible | 

la machine est séduisante peut être mais quand on met le prix et l'équipement dans l'équation ... ça perd tout son charme ...

avatar TmrFromNO | 

Bon test, très objectif. Ce produit est mauvais, même des pro Apple en ont conscience.

avatar Exaoctet | 

"même des pro Apple en ont conscience."

Ouais ça fait plaisir. Macg remonte dans mon estime.

avatar Florian Innocente | 
@Exaoctet "Ouais ça fait plaisir. Macg remonte dans mon estime." On était descendu pourquoi exactement ? :-)
avatar TmrFromNO | 

Disons que certains que vos confrères semblent assez peu enclins et pré disposés à tailler Apple, ne cessant même d'encenser régulièrement la marque ou les produits avec des avis perso très peu objectifs, et s'empressent de tailler Samsung inutilement par pure provoc dès que c'est possible.

Donc voir que quelqu'un peut mettre un 4 à un produit Apple tout pourri, ça fait plaisir. pas certain que d'autres seraient allés aussi bas.

avatar phoenixback | 

@innocente :
Tes chaussettes artengo

avatar Wise | 

Faire des machines séduisantes mais impuissantes, j'ai du mal à comprendre le dessein... à part si l'on considère uniquement l'aspect financier.

avatar alexccross | 

@Wise :
La marge, la marge, et la marge pour pouvoir servir de beaux dividendes...le reste on verra quand on aura le temps

avatar empereur_kuzco | 

C'est le moment idéal pour tester des produits parle que tout le monde est sans pitié et ne laisse rien passer.

avatar Espcustom | 

Produit décevant mais apple tente qd meme le coup, ils peuvent se le permettre. en esperant que ca leur reste sur les bras..

avatar Jswat | 

C'est pour mieux justifier la prochaine hausse de prix pour le prochain Imac Retina.

avatar Duodecim | 

Apple commence à me faire peur. Pour 300 € de moins, on a un processeur et une carte graphique moins performants, et on perd le FusionDrive. Niveau qualité-prix, ça ne vaut pas du tout et on voit très bien que la firme tente de nous rediriger vers le modèle à 2 599 €. J'ai l'impression que ça va être de pire en pire au fil du temps : ils augmentent les prix et baissent les performances. Yosemite n'est pas un monstre d'optimisation et n'est pas exempt de bugs, et il faut du matériel décent pour faire fonctionner un Mac (contrairement à l'iPhone qui peut se satisfaire d'un Go de RAM en 2015). Je disais que les Mac valaient leur prix auparavant, mais avec cette hausse de prix et baisse de performances, je tends à dire le contraire...

avatar ecosmeri | 

@Duodecim :
On est d'accord. Meme par le passé les mac n'avait pas forcement des config digne de ce nom pour le prix mais l'os etait mieux optimiser. Aujourdhui sur macbook pro retina mi 2014 je peux a peine faire tourner final cut pro avec une autre appli sinon je n'ai plis assez de ram (et pourtant 8go) alors que sur mon mbp mi 2012 avec ssd et 8go de ram sous maverick aucun probleme

avatar CBi | 

A part ça, je suis content de ne pas avoir attendu la revue MacG du MacBook 1.3GHz pour acheter le mien, car elle se fait attendre (j'ai acheté un 1.2 et j'en suis satisfait)

avatar MaTMaC | 

Ca me fait mal au cœur.
Apple commence vraiment à partir en sucette :/
Je vais avoir de plus en plus de mal à défendre leurs produits auprès des réticents, à juste titre.

avatar Kaporal5 | 

Même le modèle haut de gamme de ce magnifique iMac Retina (avec la 295X) ne tiendra pas longtemps la route, à plus forte raison si Apple continue à sortir des OS codés avec les pieds. A moins d'avoir assez de thunes pour foutre 3000 euros dans un Mac tous les 2/3 ans, il est urgent d'attendre les futures versions de ce monobloc qui, pour l'instant, n'a pas les moyens techniques de ses ambitions esthétiques.

L'histoire des premiers MBPr se répète : la version 1 était victime de latences incroyables sous Safari (le moindre scroll mettait la CG à genoux), la version 2 a bien amélioré les choses mais c'est seulement à la version 3 qu'on a pu profiter de cette machine.

avatar iGeek07 | 

"L'histoire des premiers MBPr se répète : la version 1 était victime de latences incroyables sous Safari (le moindre scroll mettait la CG à genoux), la version 2 a bien amélioré les choses mais c'est seulement à la version 3 qu'on a pu profiter de cette machine."

Désolé, mais ce que tu affirmes n'est pas tout à fait exact. J'ai eu le premier MBPr et le problème du défilement dans Safari n'était présent que sous Lion, et comme on avait la mise à jour gratuite vers Mountain Lion 1 mois après, ce n'est pas resté un problème très longtemps.C'était un problème logiciel!
Mon avis est le même pour le problème de cet iMac rétina. Quand tu vois les jeux qu'il peut faire tourner, il a LARGEMENT la puissance pour que Mission Control soit fluide… à condition que le logiciel suive.
La résolution est simple : Apple doit améliorer les pilotes graphiques, où bien le code de rendu de Misson Control.

Si Apple révèle une mise à jour d'OSX avec une amélioration des performances, alors cet iMac pourra selon moi devenir un très bon produit (un écran 5K pour ce prix, c'est presque une bonne affaire), et gagner 3 points facilement sur la note de MacG (et je pense que MacG est d'accord avec moi… c'est son talon d'Achille qui gâche TOUT le reste).
[Edit] Je parle bien sur du modèle avec fusion drive, parce que celui avec disque dur… c'est du foutage de gueule quoi qu'il arrive.

Si Apple ne fait rien avec la prochaine version d'OSX, alors cette machine est un foutage de gueule, et je ne pense pas que devoir mettre une carte graphique encore plus puissante dans la prochaine génération soit vraiment une solution du problème (pour les acheteurs des futures versions) mais plutôt un cache misère.

La réponse le 8 juin… ou quand le sytème sera livré cet automne.
Dans les deux cas, livrer une machine avec un tel problème et proposer une solution (s'ils le font…) presque un an après et inadmissible.

avatar VanZoo | 

Apple a pris la grosse tête avec les ventes en hausse des Macs ( mais cela est aussi beaucoup dû à W8 très mauvais )

avatar MacGyver | 

mdr le "disque a plateaux"

le gasr qu'a fait ca aurait aimé ajouter le lecteur de disquettes mais on lit dit qu'il fallait enlever un max de connectivité pour que ca soit plus joli

avatar Rez2a | 

Je trouve la note très dure perso.

Je suis d'accord pour dire que l'absence de Fusion Drive est vraiment très mesquine, mais à part ça, les différences de processeur et de carte graphique sont négligeables entre ce modèle et celui à 2600€.

Donc au final, vous avez noté le modèle fin 2014 (sans la 295X, donc qui rame) à 8.5/10, et celui-ci à 4.5/10, soit 4 pts de différence pour une simple absence de FD par défaut.

Je pense que 2 pts d'écart auraient suffi pour aider à orienter les personnes intéressées mais bon, c'est vous qui faites les tests.

avatar Un Type Vrai | 

Je suis d'accord, l'iMac retina ne mérite pas 8.5/10, mais plus 6.5/10.

avatar Rez2a | 

@Un Type Vrai :
Le problème de l'iMac Retina c'est que la différence est assez flagrante entre son modèle de base et celui avec un upgrade de carte graphique.

Avec la M295X il mérite sans souci sa note, mais en configuration de base, tu ne peux pas mettre 8.5/10 à un ordi qui rame, à plus forte raison quand les gens de MacG remettent sans cesse ça sur le tapis. Le souci, c'est que si tu lui mets 8.5 pour noter le potentiel de l'ordi avec ses options, alors tu ne peux pas mettre 4.5 au modèle dont on parle aujourd'hui, puisqu'il peut être équipé d'un SSD et résoudre son plus gros problème.

avatar MacGyver | 

si en 2014 une machine valait 8/10, en 2015 elle doit valoir 6/10 et en 2016 4/10 (a la louche hein)
c'est normal, le prix des composants baissent, leur perf augmente

en plus de ca, mettre un DD dans une machine de cette gamme aujourdhui, c'est redhibitoire (et d'autant plus qu'elle n'est pas faite pour etre demontée cette chignole)

avatar Rez2a | 

@MacGyver :
Mais là on parle de 6 mois d'écart entre les deux tests, et niveau composants, ce qui différence le plus cet ordi des autres c'est son écran. Je pense pas me tromper que la situation n'a pas vraiment changé entre Octobre et aujourd'hui, le seul écran comparable qui existe autre part coûte à peu près 80% du prix de cet ordi...

avatar Florian Innocente | 

@Rez2a "Je trouve la note très dure perso."

La note de 8,5 avait fait débat dans l'équipe en octobre mais on avait finalement validé car on avait pu tester aussi le modèle avec la meilleure carte.

Pour celle de ce test, j'aimerais que tu vois les superbes animations sur mon écran d'iMac Retina alors que je suis en train de te répondre… C'est dingue comme c'est pas fluide avec Mission Control ou pour que Safari suive la souris lorsque je redimensionne sa fenêtre, et j'ai reculé d'un cran pour quitter la déf maximale.

On est 2 à travailler sur 2 de ces iMac depuis une semaine. On a beau essayer on n'arrive pas à trouver une situation (avec différents réglages) où l'on obtienne un environnement de travail fluide. Moi par rapport à mon iMac mi-2011 et Nicolas avec son MacBook Pro Retina 15" de première génération.

avatar Rez2a | 

@innocente :
Ah mais il a ses défauts je ne dis pas le contraire, je te crois sur parole pour Mission Control qui rame. Le problème c'est qu'il y a un autre modèle d'iMac Retina qui doit ramer tout autant que celui-ci sur Mission Control mais qui a été noté 8.5.

avatar Nicolas Furno | 

@Rez2a :
Non, on avait noté l'iMac Retina uniquement proposé à l'époque, mais avec la carte graphique en option. Si on avait pu améliorer la carte graphique sur ce modèle et mettre le modèle qui va bien, la note aurait été probablement meilleure.

Il faut aussi se rappeler qu'à l'époque, il n'y avait aucun autre écran 5K similaire à celui du tout-en-un d'Apple.

Et puis à l'époque aussi, on pouvait excuser Apple sur les lenteurs. Mais quelques mois et plusieurs mises à jour de Yosemite plus tard, ces lenteurs sont inacceptables. Le constructeur n'a rien fait et semble n'avoir rien à faire de ce problème. Donc la note est ajustée en conséquence.

avatar Doctomac | 

"Le constructeur n'a rien fait et semble n'avoir rien à faire de ce problème. "

Avez-vous soumis un bug report pour signaler ces problèmes de lenteurs (qui semblent quand même être bien sévères) et si oui avez-vous eu une réponse ?

avatar Florian Innocente | 

@doctomac "Avez-vous soumis un bug report pour signaler ces problèmes de lenteurs"

Non.
Il y a un thread sur le forum d'Apple ouvert depuis octobre et encore alimenté aujourd'hui…
https://discussions.apple.com/thread/6624344?start=180&tstart=0

Et encore, c'est titré sur Mission Control, mais les ralentissements débordent largement cette seule fonction. C'est simplement celle qui est *toujours* saccadée.

avatar Doctomac | 

Oui mais bon les forums, ça n'aide pas.

Le mieux, ce serait de soumettre un bug report (en exposant justement tous les problèmes de performance) et de voir leur réponse. Je vous encourage vraiment à le faire.

avatar Florian Innocente | 

@Doctomac : Oui mais bon les forums, ça n'aide pas.

Ce sont les forums Apple quand même.

Quand je me suis plaint de mes problèmes de Wi-Fi avec Yosemite — comme des tas d'autres — dans ces forums justement, leur équipe Wi-Fi m'a contacté et j'ai envoyé des logs de mes connexions.

Donc ils les lisent ces forums.

Ce problème de fluidité ils ne peuvent pas ne pas le connaître. Il se produit au premier démarrage d'un iMac Retina sorti du carton. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'ils s'en foutent mais clairement ils n'est pas prioritaire à leurs yeux.

L'iMac Retina ça doit être une part absolument minuscule de leurs ventes et je me dis que les gens ont pris pour la plupart l'option carte graphique.

avatar iGeek07 | 

Pour l'inactivité d'Apple concernant le problème, je suis d'accord que ce n'est pas très acceptable d'attendre aussi longtemps… mais je suis sur aussi que s'il améliorent leurs pilotes graphiques, ils veulent pouvoir se la péter à la WWDC plutôt que de balancer une mise à jour silencieuse dans une 10.10.x
Je ne dis pas que c'est une bonne pratique, mais que c'est ce qui retarde (je l'espère) le correctif : pouvoir afficher de meilleurs chiffres d'amélioration d'une génération sur l'autre à la WWDC.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR