Culture du secret : pas de faux projets pour tester les employés

Stéphane Moussie |
Pendant la campagne de promotion du journaliste Adam Lashinsky pour son livre Inside Apple, qui dévoile des éléments de la cuisine interne de Cupertino, la déclaration d'une personne lors d'une séance de questions-réponses avait attiré l'attention. Un membre de l'auditoire a déclaré qu'un de ses amis avait travaillé chez Apple sur « un faux produit » pendant neuf mois avant de plancher sur quelque chose de concret. Il se serait agi d'une méthode pour tester sa discrétion.




Selon Ars Technica qui a enquêté sur le sujet, cela ne tient pas. Apple ne mettrait pas en place des projets factices pour voir si des informations sortent de ses murs. Tous les employés de l'entreprise interrogés — ils travaillent dans différents secteurs et à différents échelons, précise le site —, disent n'avoir pas connaissance d'une telle pratique.

Les arguments sont nombreux pour contredire cette légende urbaine. Pour Apple, le temps est trop précieux pour qu'elle fasse travailler ses salariés sur des projets n'aboutissant sur rien, explique un ancien ingénieur à Ars Technica. Un autre indique que de toute façon, tout est sous NDANon Disclosure Agreement, un contrat de confidentialité.

« Vous pouvez être embauché à un poste où on ne vous dira pas à l'avance sur quoi vous allez travailler, c'est vrai. Mais s'ils choisissent de vous recruter, vous pouvez être en mesure d'émettre une hypothèse sur quelle tâche vous sera confiée en vous reportant à vos compétences, indique un employé actuel. C'est beaucoup plus simple de faire signer un NDA à quelqu'un et de le licencier s'il le viole. »


Photo Thierry Ehrmann CC BY


« Il y a un NDA sur tout ce sur quoi nous travaillons », souligne un ingénieur. Apple userait de façon quasi systématique de NDA, non seulement pour les projets, mais aussi pour les sous-parties d'un projet. Un moyen de signifier à ses employés qu'ils sont surveillés.

Si jamais Apple a vent d'une fuite d'information qui vient de l'intérieur de son siège, elle emploie alors les grands moyens. Tout le périmètre suspecté est totalement bouclé par le service de sécurité. Les employés doivent rester à leur bureau et leurs ordinateurs sont inspectés un à un. Un événement qui reste rare, « une fois tous les deux ans », d'après une personne qui en a fait l'expérience et qui ajoute que le dispositif est suffisamment impressionnant pour passer l'envie à quiconque de faire fuiter une information.

Pour expliquer cette rumeur de faux projets, Ars Technica avance le raisonnement suivant : l'employé d'Apple dont parle la personne qui a pris la parole face à Adam Lashinsky a très certainement travaillé sur un « vrai » projet qui n'a juste pas été mené à son terme. L'employé a peut-être alors cru qu'il s'agissait d'un « faux » produit et s'en est plaint à son ami. Un scénario retenu par les membres d'Apple interrogés lors de l'enquête.

Sur le même sujet :
- Interview : Adam Lashinsky, auteur d'Inside Apple

avatar Jeje680 | 
Tous ça pour faire le buzz
avatar ludmer67 | 
S'il est vrai qu'Apple ne fait pas plancher ses employés sur des projets bidons dès le départ, il s'est avéré vrai qu'Apple a pu distiller de fausses informations à certaines de ses cadres pour tester leur fiabilité. Par exemple, communiquer en interne sur de nouveaux iPod en fournissant une liste erronée de couleurs, liste différente selon le cadre visé. Ainsi, si un site de rumeurs dit que le prochain iPod sera rose, Apple saura qui a balancé l'information. (cf. MrX, ancien employé d'Apple France, dans le podcast "On refait le Mac")
avatar sekhmet | 
Je vois mal une entreprise payer 9 mois un gars pour rien. A la limite transmettre une info bidon pour voir si elle se retrouve dans les journaux ...
avatar lukasmars | 
C'est avec ce genre de fuites que l'on fabrique des légendes ..
avatar Philactere | 
De feux projets pour tester les employés... Ce qui voudrait dire qu'à l'embauche chaque nouvel ingénieur serait mis sur un faux projet ! Mazette ! Ça demande un vrais département faux-projet. Avec des tas de vrais fausses bonnes idées mauvaises à (ne pas) développer ! Et des faux-vrais budget. Le truc aurait été éventé depuis bien longtemps. Bien évidement qu'à part dans les films d'espionnage de l'après-guerre (et dans l'administration de l'ex RDA), aucune entreprise n'a envie de payer des gens a ne rien faire pour voir si il le font bien. Par contre des projets stoppés en cours d'étude ou de développement ça oui, ça se voit partout. C'est l'industrie, c'est comme ça.
avatar damien.thg | 
Si il y a des faux projets, on est pas prêt d'avoir la confirmation de cette pratique de toute façon. Ça en tuerait tout intérêt et peu de personnes doivent alors être réellement dans la confidence.
avatar tokugawa | 
Le gars qui était interviewé travaillait sur les prochains MacPro ? ^_^
avatar jipeca | 
Des faux projets, je ne sais pas si ca peut exister, sauf dans le cas ou un faisceau de présomptions est déjà présent, et pour confirmer ou infirmer ces présomptions et ouvrir ou fermer des hypothèses. Et ça, ça existe dans toutes les entreprises d'un certain niveau dès que l'enjeu est primordial. Se le cacher c'est faire preuve d'angélisme. Maintenant en faire une culture d'entreprise ce serait franchement paranoiaque. Les projets entamés et qui ne mènent à rien d'attendu ou de rentable, il doit y en avoir des dizaines. Dans le secteur R&D le contraire serait étonnant.
avatar patrick86 | 
@ sekhmet : C'est exactement la réflexion que j'ai eu ! ;)
avatar rikki finefleur | 
Par contre il y a pas mal de faux-jeton ^^
avatar LR Monkey | 
@tokugawa : +1 ;)
avatar SugarWater | 
En tout cas j'ai remarqué que pour les entretien de groupe pour l'Apple store il y a des faux candidats qui sont en fait des vendeurs de l'Apple store et qui jouent un rôle pour voir si vous vous énervez ou pas.
avatar mirando | 
J'avais plutôt entendu qu'un même projet avait différents noms de code pour déterminer plus facilement d'où venait la fuite.
avatar Cowboy Funcky | 
Le mec se plante et met cela sur le dos de la Pomme sous couvert de faux projet...

CONNEXION UTILISATEUR