Tesla a livré les premiers exemplaires du Tesla Semi, cinq ans après sa présentation

Nicolas Furno |

Tesla a organisé une conférence dans la nuit à l’occasion de la livraison des premiers Tesla Semi aux premiers clients du semi-remorque entièrement électrique du constructeur américain. Cinq ans après sa présentation et avec trois ans de retard sur le planning original, le Tesla Semi n’est plus seulement un concept et quelques prototypes utilisés en interne, c’est un véhicule capable de tracter un chargement complet sur plus de 800 km grâce à une énorme batterie.

Elon Musk et Dan Priestley, responsable du programme Tesla Semi, pendant la conférence de lancement du camion (capture vidéo Tesla).

Cette conférence n’a rien révélé de fondamentalement nouveau, mais Tesla a rempli son contrat en offrant tout ce qui était annoncé en 2017. Malgré les multiples retards liés notamment à la pandémie et aux pénuries de composants, le constructeur livre bien des semi-remorques de classe 8, les plus gros qui circulent sur les routes américaines, sans moteur thermique. Ces véhicules ne représentent que 1 % de ceux qui roulent aux États-Unis, mais ils sont responsables de 20 % des émissions dans le pays et leur électrification devrait représenter une étape importante dans la transition énergétique.

Les contraintes sont naturellement bien différentes pour un semi-remorque qui doit pouvoir tirer des dizaines de tonnes sur de longues distances. Il faut non seulement de la puissance pour maintenir une bonne vitesse même en montée, mais il faut aussi une immense réserve d’énergie pour faire face à une consommation bien plus élevée. Le Tesla Semi doit répondre aux deux points, avec d’une part un système basé sur trois moteurs, comme les Model S et Model X Plaid, les voitures les plus rapides du constructeur. Un moteur placé sur un axe tourne en permanence pour maintenir la vitesse, les deux autres regroupés sur un autre axe servent uniquement pendant les phases d’accélération. Tesla promet ainsi un véhicule trois fois plus puissant que le meilleur concurrent thermique.

Cette combinaison, associée à tout le savoir-faire de Tesla en matière d’efficience (ses moteurs conçus en interne restent parmi les plus efficaces du marché) et à un design original qui améliore son aérodynamique1, devrait permettre d’offrir une consommation relativement mesurée lorsque le camion est à sa vitesse de croisière. Fidèle à ses habitudes, le constructeur n’a pas donné la capacité exacte de la batterie intégrée au Tesla Semi, mais la conférence a tout de même permis d’en savoir un petit peu plus sur la consommation et l’autonomie à attendre. Et il semble en tout cas que les promesses initiales seront bien tenues.

Tesla visait les 500 miles, soit environ 806 km, avec une seule charge de la batterie et avec une remorque pleine. Le constructeur a fait la démonstration lui-même avec un Tesla Semi finalisé et un poids total de 37 000 kg qui a parcouru ces 500 miles, non pas d’une traite puisque le conducteur a fait une pause, mais sans s’arrêter pour recharger sa batterie. La vidéo permet de constater que le camion a roulé à une vitesse de croisière autour des 90 km/h et l’entreprise a aussi présenté une courbe de sa consommation pendant la conférence.

Le véhicule est parti de Fremont avec 97 % de batterie et il est arrivé à San Diego dans le sud de la Californie avec 4 % de capacité restante. C’est un itinéraire intéressant, car il monte jusqu’à 1 200 mètres d’altitude en son point le plus élevé, alors que le départ et l’arrivée sont à peu près au niveau de la mer. Cela veut dire que le Tesla Semi peut offrir cette autonomie symbolique même avec un chargement complet et même avec un itinéraire qui monte en partie. La consommation explose forcément pendant ce temps, mais le frein régénératif offert par tout véhicule électrique permet de récupérer une partie de l’énergie en redescendant.

Tesla a indiqué pendant la conférence que le Semi avec sa remorque chargée ne devrait pas dépasser une consommation moyenne de 2 kWh par mile, soit environ 1,2 kWh par kilomètre. C’est énorme par rapport à une voiture électrique évidemment2, mais cela reste un excellent score étant données les conditions. Si on part sur cette moyenne haute et une autonomie de 500 miles, cela nous donne une capacité de batterie qui devrait tourner autour des 1 000 kWh, près de vingt fois plus que dans une Model 3 entrée de gamme et encore dix fois plus que dans une Model S ou Model X3.

Un Tesla Semi en charge à un megachargeur (image Tesla).

Autant dire que pour recharger cette immense batterie, il fallait prévoir un petit peu mieux que le réseau de superchargeurs qui peut délivrer 250 kW au mieux. Tesla y a pensé avec une architecture 1 000 V (400 dans ses voitures) et surtout une nouvelle borne « mégachargeur ». Elle est capable de délivrer jusqu’à 1 000 kW de puissance au Tesla Semi et le constructeur a été contraint d’ajuster tout son équipement, avec notamment un nouveau connecteur refroidi par liquide. Petite surprise au passage, toute cette nouvelle architecture de charge ne sera pas réservée au camion, le CyberTruck y aura droit aussi. Reste à savoir si sa plus petite batterie pourra encaisser une telle puissance.

Le constructeur n’a pas donné de temps pour les charges, mais il faut rappeler que les camionneurs doivent faire des pauses régulières, si bien que ça ne devrait pas être un problème. Par ailleurs, le Tesla Semi pourra même être uniquement rechargé pendant les phases de chargement et déchargement de son contenu. Tesla va néanmoins déployer des megachargeurs dans une partie des superchargeurs actuels. L’avantage étant que les itinéraires des semi-remorques sont en général connus à l’avance, ce qui simplifie le choix de placement pour ces chargeurs ultra rapides.

Le détail des megachargeurs, capable d’atteindre le mégawatt de puissance.

Les tarifs ne sont pas plus connus qu’en 2017, mais ce n’est pas comme si vous pouviez acheter un Tesla Semi de toute manière. D’une part, le camion a été conçu pour le marché nord-américain et rien ne permet de penser qu’il sortira en Europe. D’autre part, la production reste encore confidentielle dans l’usine de Tesla au Nevada et il ne faut pas s’attendre à une augmentation rapide de la cadence. PepsiCo et FritoLay sont les deux premiers clients et ils seront les seuls à recevoir des camions pour le moment. Ce n’est clairement pas une voiture individuelle produite en masse…


  1. La cabine en hauteur offre un autre avantage souligné par le constructeur pendant la présentation : le conducteur peut se tenir debout à l’intérieur.  ↩︎

  2. Notre Model 3 SR+ de mai 2021 tourne en moyenne autour de 145 Wh par kilomètre…  ↩︎

  3. Elon Musk a tweeté par la suite pour préciser que la consommation moyenne actuelle s’établissait à 1,7 kWh par mile, avec l’espoir de descendre à 1,6 voire 1,5. En refaisant nos calculs, cela donnerait un pack batterie autour de 850 kWh environ, mais comme Tesla vend une autonomie, le constructeur espère sans doute le baisser autour des 800 voire 750 kWh à terme.  ↩︎


Tags
avatar fredsoo | 

C’est un tracteur routier. La semie remorque est la remorque attelée au tracteur. 👍🏻😉

avatar r e m y | 

Ben oui mais Tesla appelle ce tracteur "Tesla semi"....

avatar fredsoo | 

Alors on va pas contrarier Elon Musk 😂

avatar Nicolas Furno | 

@fredsoo

D’accord, mais dans le langage courant, on dit bien semi-remorque pour parler de l’ensemble.

avatar fredsoo | 

@nicolasf

Steve jobs appelait bien une unité centrale un camion 👍🏻😁

avatar Uriah Heep | 

@fredsoo

👍

avatar stefhan | 

Tout à fait 😁

Après c'est toujours bon de savoir les termes exact, merci.

Comme le précise Nicolas, le grand public ne connait pas forcément le jargon utilisé dans chaque domaine.

avatar RonDex | 

@nicolasf

Je ne suis pas convaincu qu’au point de vue écologique ce soit mieux qu’un moteur thermique. D’une part les batteries, d’autre part l’énergie nécessaire pour « faire le plein »… 🤷‍♂️

avatar Nicolas Furno | 

@RonDex

Les études le prouvent pourtant. Et ce sera encore plus facile pour des camions qui ont un kilométrage élevé et stable, donc on sait très bien quand la pollution liée à la production de leur batterie sera compensée par l’absence d’émissions sur la route.

C’est d’autant plus vrai pour des camions, qui ont des gros moteurs diesel responsables d’une plus grande pollution que les voitures.

avatar RonDex | 

@nicolasf

Quelles études ? Il faut toujours se méfier. Est-ce que cette étude a été réalisé par le constructeur ou indépendamment. Et également vérifier si il y a des biais. Les études ne sont pas forcément faciles à décortiquer. Il ne faut pas juste lire la conclusion. Les journalistes Ont un peu trop tendance à se fier juste aux conclusions des études sont les analyser d’un regard critique. Pour ma part, j’ai appris cela durant mes études de médecine. J’ai l’habitude de regarder les études médicales, mais pour les autres, c’est un peu près la même chose.

avatar Nicolas Furno | 

@RonDex

Toutes les études sérieuses. Oui elles sont indépendantes. Et leurs conclusions sont si claires que même sans être spécialistes du sujet, il ne devrait pas y avoir de doutes.

Pour info, on fera un article plus détaillé sur le sujet un jour.

avatar RonDex | 

@nicolasf

Les conclusions ne signifient pas que les études disent vrai. Il faut savoir les lire entièrement de façon critique. Ce n’est pas forcément un exercice facile.
Autant pour moi, je n’avais pas vu que la réponse était de MacG Sorry ! 😉

avatar Nicolas Furno | 

@RonDex

Je suis d’accord, mais j’ai l’impression sur le sujet que c’est une discussion un peu vide entre des personnes qui n’ont rien lu et pensent quelque chose, contre des personnes qui ont lu ces études et rapportent que leurs conclusions disent l’inverse.

Je ne connais aucune étude qui se termine en disant qu’un nouveau véhicule thermique est préférable à un nouveau véhicule électrique sur le plan environnemental. Elles disent toutes l’inverse justement, je ne vois pas trop dans ces conditions quel doute on peut encore avoir.

avatar RonDex | 

@nicolasf

Attention, je n’ai jamais donné mon point de vue sur le sujet . J’ai juste Mis en garde Quand les gens disent que quelque chose est vrai car une étude le prouve.
Comme je l’ai précisé, autant pour moi, je n’avais pas vu que l’auteur du message provenait de MacG. Mon messages s’adressait à une personne lambda. 🙏

avatar barbe | 

@Nicolas : et donc que penses-tu de l'avis émis par l'ADEME selon lequel seuls les petits véhicules équipés d'une batterie inférieure à 60kWh sont pertinents d'un point de vue environnemental ?

avatar Nicolas Furno | 

@barbe

Je pense que c’est exagéré de dire que ce sont les seuls qui sont pertinents mais l’idée générale reste correcte.

avatar Nesus | 

@barbe

C’est une évidence. Dans un monde où le lithium demande des milliards de litres d’eau pour la production et où le lithium est toujours plus rare dans la terre (on va exclure celui de la mer que nous ne savons pas utiliser), il n’est pas tenable d’avoir des voitures électriques. Il n’est déjà pas tenable de renouveler autant le parc des thermique comme nous le faisons actuellement, alors l’ensemble en 10 ans…

avatar Paquito06 | 

@Nesus

“C’est une évidence. Dans un monde où le lithium demande des milliards de litres d’eau pour la production et où le lithium est toujours plus rare dans la terre (on va exclure celui de la mer que nous ne savons pas utiliser), il n’est pas tenable d’avoir des voitures électriques. Il n’est déjà pas tenable de renouveler autant le parc des thermique comme nous le faisons actuellement, alors l’ensemble en 10 ans…”

On trouve tjrs:
https://www.euronews.com/green/2022/10/24/frances-massive-new-mithium-mine-could-supply-700000-electric-car-batteries-a-year

avatar Nesus | 

@Paquito06

Oui on trouve, mais à quel prix ? Ce sont des mines qui ont des rendements toujours plus faible, qui demande d’aller chercher toujours plus profond.

Et le problème est exactement votre réflexion. On trouve toujours. Comme si le stock était illimité, qu’il suffisait de chercher correctement. Alors que la réalité est tout autre, on a déjà épuisé une grande partie de ce qui était disponible et il faut fournir toujours plus d’effort pour récupérer des miettes en plus, laissant toujours moins au génération futures…

avatar Paquito06 | 

@Nesus

“Oui on trouve, mais à quel prix ? Ce sont des mines qui ont des rendements toujours plus faible, qui demande d’aller chercher toujours plus profond. “

Ah bien sur! C’est comme la fracture hydraulique, cout, rendement, degats… On est vraiment capable des pires choses.

avatar Nesus | 

@Paquito06

C’est ça et c’est un parfait exemple, car dans les deux cas, ce sont des milliards de litres d’eau par an qui sont utilisés, pollués et perdus.
Ces mêmes litres d’eau manquants qu’on pleure chaque jour.
Mais bon…

avatar Nesus | 

@Paquito06

D’ailleurs, j’aimerais rappeler qu’on estime qu’il y a 1,4 milliard de voitures dans le monde. Donc il faut remette le chiffre en perpective. Tout cela est ridicule.

avatar Paquito06 | 

@Nesus

“D’ailleurs, j’aimerais rappeler qu’on estime qu’il y a 1,4 milliard de voitures dans le monde. Donc il faut remette le chiffre en perpective. Tout cela est ridicule.”

On ne va pas pouvoir equiper 1.5 Mrds de Chinois avec des voitures electriques pour remplacer leurs velos c’est sur. Et quand l’Asie de l’Ouest (Inde) va rattraper son retard, ca fera 1.5 Mrds d’individus a equiper. Les occidentaux feront juste rire. Allez bon weekend hein 😌

avatar Nesus | 

@Paquito06

Oui…
Également un très bon week-end !

avatar Paquito06 | 

@RonDex

“Je ne suis pas convaincu qu’au point de vue écologique ce soit mieux qu’un moteur thermique. D’une part les batteries, d’autre part l’énergie nécessaire pour « faire le plein »… 🤷‍♂️”

L’energie pour faire le plein avec une thermique ne peut pas etre propre, par definition. Or, l’energie necessaire pour faire le plein de l’electrique peut l’etre 😉

avatar RonDex | 

@Paquito06

On est d’accord. Cependant je m’interrogeais, du point de vue écologique, si ces camions Tesla (le sujet de l’article) sont plus ou moins polluant que des camions thermiques… Mais personnellement, concernant les voitures ou les autres moyens de transport électrique, j’ai toujours été convaincu. 🤷‍♂️

avatar Paquito06 | 

@RonDex

“On est d’accord. Cependant je m’interrogeais, du point de vue écologique, si ces camions Tesla (le sujet de l’article) sont plus ou moins polluant que des camions thermiques… Mais personnellement, concernant les voitures ou les autres moyens de transport électrique, j’ai toujours été convaincu. 🤷‍♂️”

Oh d’accord. En effet la logique est peut etre differente a ce niveau. On n’est pas sur les memes volumes, il en faudra un certain nombre pour que ca soit rentable ecologiquement parlant. C’est surement pas le cas avec le premier mois en circulation, et on attend une etude serieuse que va nous pondre un cabinet a ce sujet 😌

avatar r e m y | 

"...tirer plus de 14 000 kg..."
Y'a pas une erreur? Parce que 14 tonnes c'est un petit camion ! 🤔 (loin des " plus gros qui circulent sur les routes américaine" s qui peuvent tracter jusqu'à 60 tonnes)

avatar Nicolas Furno | 

@r e m y

Alors la classe 8 c’est minimum ça, mais en effet, ça peut être beaucoup plus. J’ai mis une autre formule plus vague et j’ai corrigé le chiffre pour leur trajet d’essai, c’était 37 tonnes en tout.

avatar AFLC7 | 

C’est assez impressionnant de voir tout le monde s’extasier devant ce qui ressemble à une connerie magistrale. La capacité énorme de la batterie de l’engin nécessite un chargeur de taille démesurée pour la recharger dans un temps décent. Pourquoi, quitte à faire un véhicule électrique, ne pas avoir réfléchi à faire comme les trains ? Pour faire simple caténaire sur l’autoroute, là où c’est facile à faire, c’est-à-dire pas sur les ponts, ou les tunnels et batterie de taille raisonnable pour rouler là où il n’y a pas de caténaire… pour information. Ce type d’alimentation électrique mixte caténaires/batteries est prévu et en cours de déploiement pour les trains. Les autorités TER de type AGC, hybrides, sont en train de troquer leur moteur diesel qui leur sert de groupe électrogène contre des batteries. Sur un trajet, Bordeaux Périgueux, par exemple ils vont fonctionner en filaire pendant environ 50 km, puis sur leur batterie pendant 80 km. Au retour la batterie se recharge grâce au fil de contact. Ce type d’infrastructures est certes plus cher à développer qu’un réseau de charge, et encore, je demande à voir quand on voit les puissances qui vont être requises, mais ce système ne met pas le réseau à genoux dès qu’un engin ou plusieurs engins se mettent à charger en même temps.

avatar r e m y | 

L'Allemagne avait fait un test de ce type sur une autoroute avec une voie équipée de caténaires, réservée aux camions électriques. Je ne sais pas ce que ça a donné.

Je me demande d'ailleurs si Volvo (qui a une gamme de poids lourds électriques, dont un semi-remorque 44 tonnes) n'a pas aussi testé une solution avec catenaire.

avatar bubu16 | 

@r e m y

Tout à fait. Les essais se sont fait avec des R450 de chez Scania en version hybride modifiée (https://www.scania.com/group/en/home/newsroom/news/2021/Seven-more-Scania-trucks-to-be-delivered-as-German-e-road-expands.html).

Pour Volvo ils ont une gamme dédiée oui (https://www.volvotrucks.fr/fr-fr/trucks/alternative-fuels/electric-trucks.html).

avatar Toto9233 | 

En Italie actuellement tu as la tournée de Noel par Coca Cola comme tous les ans, ils sont sur la place en bas de chez moi aujourd'hui, ils sont avec le Volvo Truck Electric https://www.ansa.it/lombardia/notizie/2022/11/25/a-natale-coca-cola-sostiene-il-banco-alimentare_18a8bfe2-4587-4ac4-b06d-127a3232362f.html

avatar clemens94 | 

@AFLC7

Complètement d'accord... On est dans l'absurde là.
On sait que le talon d'Achille de l'électrique c'est la batterie. Ce qui à mon sens devrait réserver l'usage de l'électrique aux trajets urbains (2 roues de la trottinette à la moto en passant par le vélo et le scooter, citadines, auto-partage...).
Pour les longs trajets et transports de marchandises, il faut clairement se tourner vers d'autres solutions : moteurs très récents à la dépollution plus efficace dans un premier temps, moteurs gaz (toujours du CO2 certes mais plus de particules), puis les technologies qui suivront (hydrogène, carburants de synthèse...).
Mettre des batteries de 3 ou 8 tonnes dans des camions c'est vraiment une hérésie. On dit qu'il faut extraire 10 tonnes de minerai pour faire 100 kg de batterie. Pour une batterie de 5 tonnes comme ici il faut donc extraire 500 tonnes de minerai, soit 15 bennes de camion...

avatar headoverheel | 

@clemens94

Et un peu virtuel pour le moment. Lorsque tu arrives au bout de ton temps de conduite, tu mets ton clignotant et tu recharges dans un megachargeur en image de synthèse.

avatar MONA57 | 

@AFLC7

bah frero on attends de voir vas-y. Pourquoi tu n’as monté ta société avec ton projet révolutionnaire.

avatar oomu | 

@MONA57

parce que PAS-Fréro ni Cousino, il explique que ce sont déjà des chantiers en cours (par des entreprises déjà installées) et qu'il y a déjà des solutions de masse, autour du transport ferroviaire (après les usa...)

donc
1: pas besoin de SA société de plus
2: ça n'a rien de révolutionnaire. arrêtez avec vos révolutions et d'être des amnésiques quotidiens.

avatar Nicolas Furno | 

@AFLC7

Alors je ne sais pas quelle est la bonne solution pour ce problème, mais Tesla ne sort pas de nulle part, ils ont réfléchi notamment au problème des réseaux lors de la charge des camions. Pendant la conférence, ils ont expliqué travailler avec leurs premiers clients pour les équiper de « Megapack », leurs batteries de stockage d’énergie. L’idée étant d’une part de les combiner avec des énergies renouvelables pour réduire les factures, mais aussi de servir de tampon pendant les charges pour éviter de trop tirer sur le réseau.

Même sans ça, on parle de camions qui vont aller d’une usine à une autre usine. Ce n’est pas de l’électricité domestique, la puissance fournie à l’usine est toute autre et son propriétaire peut l’utiliser comme il l’entend, pour faire tourner les machines et/ou charger ses camions.

avatar Dimemas | 

il n'a pas tellement tort sur le fond nicolas, lorsque tu as quelques camions, ça peut aller, mais imagine pour une flotte de camions la quantité d'énergie nécessaire.
J'imagine très mal une plateforme de logistique avec des centaines de camions être capables de leur fournir l'électricité suffisante pour fonctionner.

sinon on peut mettre un mini EPR par entreprise (joke inside)

avatar Nicolas Furno | 

@Dimemas

J’en sais rien, mais Tesla a des commandes qui portent sur des centaines de camions, justement. Et on parle de Pepsi, c’est pas une petite boîte qui lance des trucs sans réfléchir un minimum en amont.

Parce que le prix n’est pas connu, mais rien que la batterie, ça doit être plusieurs dizaines de milliers de dollars. On ne fait pas des investissements de plusieurs millions de dollars sans réfléchir à ce genre de problèmes.

Autre chose que vous oubliez : la charge à 1000 Kw n’est pas toujours nécessaire, une charge plus lente peut suffire dans bien des cas. Et quand bien même, c’est un pic de puissance, pas une moyenne. Bref, à mon avis vous surestimez le problème.

avatar Ro | 

@nicolasf

On dit pas que ça ne peut pas marcher, on dit juste que si Elon Musk avait vraiment l’écologie en tête il n’aurait rien fait comme il a fait depuis le début.

Pour déplacer des choses lourdes le train et le bateau sont les solutions les moins polluantes dont nous disposons. L’option d’électrifier les autoroutes semble une bonne piste. L’option de mettre les semi thermiques sur des trains est encore plus simple.

Tesla n’est évidemment pas motivé par la réduction des gaz à effet de serre, mais par la conquête du marché et du profit qui va avec. Et OUI l’un empêche l’autre.

avatar Dimemas | 

@ nicolas : oulaaaaa oui, je tablerais plus sur un prix à 6 chiffres rien que pour la batterie ;)
et oui pour les 1000W, c'était juste une suggestion sur ce disait AFLC7, mais quand bien même en charge lente, il faut quand même beaucoup d'énergie, on revient au même problème.
Et je pense qu'il faisait aussi allusion au poids écologique sur la construction d'un camion aussi.

Après c'est ce que tout cela m'évoque. C'est tout.

avatar Nicolas Furno | 

@Dimemas

Difficile à dire déjà sans connaître sa capacité. Mais c’est clair qu’on est déjà à cinq chiffres pour une Model 3, donc si elle est plus de dix fois plus grosse…

avatar Nesus | 

@nicolasf

100 camions pour Pepsi co., c’est jute pour tester et faire mumuse entre deux de leur unité de production.

avatar fredsoo | 

@nicolasf

Là tu parles de transport en compte propre. Pas de transport public de marchandises.
Déjà que par les temps qui courent dans certaines boites quand tu viens charger ou vider quand tu demandes la douche on te montre un truc immonde…. Imagine pour charger ton ogre énergétique…. Il faudra négocier en amont 😁

avatar Nicolas Furno | 

@fredsoo

Le Tesla Semi ne servira qu’à ça pour le moment, c’est du transport interne chez Pepsi et l’autre boîte que j’ai citée dans la news.

avatar fredsoo | 

@nicolasf

Ok effectivement. Mais marché de "niche" en comparaison du potentiel qu’offre le trm.

avatar Nicolas Furno | 

@fredsoo

Le trm ?

De toute façon, ce n’est pas comme si on pouvait produire suffisamment de camions, surtout électriques, pour répondre à tous les besoins. Le Tesla Semi répond à un besoin réel aux moins aux US, son ambition n’est pas de remplacer tous les camions sur la route.

avatar fredsoo | 

@nicolasf

Pardon, Transport Routier de Marchandises…. Transports public, par opposition au transport privé.
C’est clair qu’en France, ce serait compliqué.

avatar Nesus | 

@nicolasf

Et qui paie l’énergie ?
Parce que j’en balade des produits d’une usine à une usine et d’une usine à une centrale d’achat et je ne vois pas comment je recharge les camions. J’ai actuellement une flotte de 17 camions. J’imagine mal mes clients m’offrir le mégawatt, surtout au prix où il coûte et beaucoup n’aurons pas autant de réserve sous le pieds (généralement, on a une très grosse infrastructure électrique mais prévue pour gérer notre parc d’outil industriel, rarement plus au prix des équipements très onéreux).

Bref, la théorie contre la réalité…

Pages

CONNEXION UTILISATEUR