Tesla a présenté le camion (et la voiture) le plus rapide au monde

Nicolas Furno |

Tesla a tenu une conférence de presse dans la nuit, essentiellement pour présenter… un camion. Le constructeur exclusivement électrique a dévoilé officiellement le Tesla Semi, un semi-remorque électrique qui devrait sortir en 2019. Et Elon Musk avait une petite surprise à la fin, sous la forme de la voiture de série la plus rapide au monde, tout simplement.

Le Tesla Semi est beaucoup plus aérodynamique que la moyenne, ce qui lui donne aussi une bouille étrange. Cliquer pour agrandir
Le Tesla Semi est beaucoup plus aérodynamique que la moyenne, ce qui lui donne aussi une bouille étrange. Cliquer pour agrandir

Le passage à l’électrique et les technologies habituelles chez Tesla apportent plusieurs nouveautés susceptibles d’intéresser les conducteurs et surtout les entreprises de transport. Le Tesla Semi devrait être plus résistant que la moyenne, notamment grâce à ses quatre moteurs électriques (un par roue arrière) qui nécessitent moins d’entretien. La transmission est garantie pour fonctionner pendant un million de miles (environ 1,6 millions de km), alors que c’est un composant fragile sur les camions traditionnels.

Les freins, autre composant qui doit être régulièrement remplacé en temps normal, ne seront presque jamais utilisés, puisque le semi-remorque s’arrêtera en rechargeant sa batterie. Le pare-brise a été renforcé et il est censé être d’un niveau militaire, alors que c’est un autre élément qui doit être changé en moyenne une fois par an, d’après Elon Musk.

La cabine intérieure ressemble davantage à un poste de conduite de train. Le conducteur est en position centrale pour maximiser la place, le confort et la sécurité. À noter que le volant et les deux écrans proviennent de la Model 3. Cliquer pour agrandir
La cabine intérieure ressemble davantage à un poste de conduite de train. Le conducteur est en position centrale pour maximiser la place, le confort et la sécurité. À noter que le volant et les deux écrans proviennent de la Model 3. Cliquer pour agrandir

Pour un camion plus que pour une voiture de loisir, la question du coût est centrale, c’est quasiment la seule qui compte. Tesla a voulu rassurer ses futurs clients, sans donner de prix précis, mais le constructeur affirme que son semi-remorque sera moins cher à exploiter qu’un camion diesel. Il s’agit du prix au kilomètre, donc le prix de l’essence et de l’électricité entre en jeu, ce qui fait largement pencher la balance en faveur du Tesla Semi.

Mais ce n’est pas tout, ce camion devrait aussi être le plus rapide pour une production de série, avec une accélération de 0 à 100 km/h évaluée à vingt secondes avec un chargement complet de 36 tonnes. C’est énorme par rapport à une Model S — 2,7 s pour le modèle le plus rapide —, mais le Tesla Semi laissera tous les modèles diesel loin derrière dans son rétroviseur (numérique).

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Faire le camion le plus rapide peut sembler futile, mais il y a un intérêt économique. La vitesse de croisière du Tesla Semi en charge sera environ de 100 km/h, bien au-dessus de la moyenne, ce qui assure des déplacements plus rapides et donc plus rentables. Sans compter que la recharge de la batterie pourra se faire à destination et limiter les arrêts sur la route.

À ce sujet, le constructeur a surpris en annonçant une autonomie de 800 km, sur autoroute et avec une charge complète. De nouveaux chargeurs nettement plus puissants seront déployés en même temps pour recharger un camion Tesla plus rapidement. Il faudra compter une demi heure de charge pour 650 km d’autonomie, d’après les chiffres donnés par le constructeur.

On distingue sur les deux écrans les rétroviseurs numériques. Les fonctions de pilotage automatique seront disponibles en standard dans le Tesla Semi, mais le constructeur n’a pas promis une conduite totalement autonome à ce stade. Cliquer pour agrandir
On distingue sur les deux écrans les rétroviseurs numériques. Les fonctions de pilotage automatique seront disponibles en standard dans le Tesla Semi, mais le constructeur n’a pas promis une conduite totalement autonome à ce stade. Cliquer pour agrandir

À défaut de dévoiler les tarifs, Tesla devrait rapidement ouvrir les réservations pour son semi-remorque, au moins aux États-Unis. La production devrait commencer en 2019, mais étant donnés les retards actuels sur la Model 3, on prendra cette date avec de grosses pincettes. Un acompte de 5000 $ (4248 €) sera demandé pour une réservation.

One more thing…

Après avoir présenté son camion, Elon Musk avait une petite surprise… une nouvelle voiture Tesla, d’ailleurs sortie de l’un des Tesla Semi. Comme promis, le constructeur va relancer son Roadster, le modèle de course qui a lancé la marque dans les années 2000. Sauf que cette nouvelle version a des ambitions encore plus folles : être la voiture de série la plus rapide jamais produite.

Elon Musk a glissé pendant la conférence qu’il voulait remettre l’industrie automobile traditionnelle à sa place avec le Roadster. Cliquer pour agrandir
Elon Musk a glissé pendant la conférence qu’il voulait remettre l’industrie automobile traditionnelle à sa place avec le Roadster. Cliquer pour agrandir

Les chiffres affichés par le constructeur donnent le tournis : le 0 à 100 km/h en 1,9 secondes battrait effectivement le record et ce serait la première voiture de production à passer sous la barre des deux secondes. La vitesse maximale devrait dépasser les 400 km/h, mais le chiffre exact n’est pas encore connu.

Pour rouler à des vitesses normales, le Roadster devrait aussi battre des records du côté de l’autonomie en atteignant les 1000 km sur une seule charge. Sa batterie de 200 kWh est deux fois plus grosse que celle qui équipe aujourd'hui les Model S et Model X. Et Tesla se paie le luxe de glisser quatre sièges, même si les deux arrières ont l’air très petits, mais aussi un gros coffre. Une manière de rappeler que l’électrique occupe moins de place, tout en offrant de meilleures performances que les énergies fossile.

L’intérieur est très futuriste, notamment avec ce volant aplati. Le toit est partiellement ouvrant, mais pas complètement, sans doute pour maintenir les performances aérodynamiques du véhicule. Cliquer pour agrandir
L’intérieur est très futuriste, notamment avec ce volant aplati. Le toit est partiellement ouvrant, mais pas complètement, sans doute pour maintenir les performances aérodynamiques du véhicule. Cliquer pour agrandir

Les voitures de Tesla n’ont jamais été bon marché, mais ce modèle exceptionnel sera logiquement hors de prix. Les tarifs commenceront à 200 000 $ et les personnes intéressées pourront réserver un modèle pour 50 000 $. Et si vous êtes pressé et riche, vous pouvez réserver l’un des mille premiers pour 250 000 $. C’est très cher et en même temps, pas tant que ça si le constructeur atteint le niveau de performances promis. À titre de comparaison, l’Agera RS de Koenigsegg tient le record actuel de vitesse à 447 km/h et elle est vendue à partir de 1,5 millions d’euros.

Le tout ne sera pas produit avant 2020, là encore, sous réserve que Tesla règle enfin ses problèmes actuels de production. À ce rythme, la Model 3 ne sortira pas vraiment avant 2018 des chaînes de production, alors que la date prévue auparavant était déjà un gros retard par rapport à la date initiale.

https://www.youtube.com/watch?v=5n9xafjynJA

avatar r e m y | 

Pas compris cette histoire de moteurs électriques qui seraient un composant fragile sur les camions traditionnels... il y a des moteurs électriques sur les camions traditionnels?

Bon sinon, 650 ou 800 km d'autonomie, ça risque d'être un point noir pour convaincre les transporteurs américains dont les camions font des distances considérables...

avatar Nicolas Furno | 

@ r e m y :

Ah oui, je me suis embrouillé. C'est la transmission qui est garantie pour le million de miles. J'ai corrigé, merci !

Pour l'autonomie, les camions seront rechargés au départ et à l'arrivée, ce qui change un peu les calculs. Pour les très longs trajets, peut-être que la vitesse supplémentaire compensera les pauses plus longues ?

avatar r e m y | 

@nicolasf
Ah ok, c'est plus clair... les moteurs situés au niveau des roues, supprimant la transmission des camions traditionnels.

Pour ce qui est de la vitesse, elle est limitée de toutes façons (55 mph sur la plupart des autoroutes aux USA) , ce ne sont pas les quelques secondes gagnées lors d'un redémarrage d'un feu rouge qui va changer beaucoup la vitesse moyenne sur un trajet de plusieurs milliers de miles.

avatar shaba | 

@r e m y

Ça dépend du type de route emprunté, 55 est assez peu fréquent au final. Sur les interstate c'est en moyenne 65, ça peut monter encore selon les états mais c'est rare.

avatar r e m y | 

@shaba

Tu as raison, mais quoi qu'il en soit ce n'est pas sur un différentiel de vitesse que les camions Tesla peuvent se démarquer.
Tous les camions sur les interstates ont leur régulateur de vitesse calé sur la vitesse limite autorisée.

avatar shaba | 

@r e m y

Entièrement d'accord ;)
Je ne me tiens jamais plus à carreaux sur la route que là-bas, j'ai vu un mec se faire arrêter et ça donnait pas envie :)

avatar C1rc3@0rc | 

Tesla cible son marché semble-t-il sur les USA au niveau du camion. Alors c'est vrai que la limitation de vitesse aux USA est tres respectée et que l'argument de la puissance d'acceleration semble etrange voire meme inquietante... Sur route les camions sont les principales causes d'accidents (apres l'alcool, les abrutis qui se prennent pour superman et la vitesse), si les camions peuvent maintenant faire des accellerations de cet ordre, ils vont devenir moins previsibles et cela va entrainer des comportement plus cahotiques... Donc oui, vraiment etrange.

Apres, aux USA il y a des trains de marchandises de plus d'un kilometre et le rail est tres utilisé, mais la configuration des USA ne permet pas de se passer des camions. L'idee de Musk est tres adpaptee aux USA, et l'evolution vers des systemes autonome qui est l'etape logique suivante est tres pertinente.

Quand on voit la coherence des merveilles que sort Musk, on se prend a esperer qu'un jours il s'attaque a l'informatique... le secteur a tellement besoin de coherence et d'innovation.

avatar Toinouco | 

@r e m y

Elon a parlé des côtes à 5 % avec traversées des Rocheuses ou le diesel plafonne à 45 miles à l’heure et l’électrique à 65...

avatar fredsoo | 

@nicolasf

La réglementation impose 90km/h max sur autoroute, donc hors de question d'aller plus vite. Déjà que la majorité des gens trouvent qu'ils roulent trop vite, ces monstres.

avatar marc_os | 

@ Nicolas Furno
« Pour les très longs trajets, peut-être que la vitesse supplémentaire compensera les pauses plus longues ? »
Tous les camions actuels roulent parfaitement à la vitesse autorisée, et même plus vite.
La vitesse maximale autorisée devrait donc être augmentée pour Tesla ???

avatar loire7000 | 

@r e m y

Vu que la réglementation stipule qu’un chauffeur ne peut rouler que 4,5 heures sans interruption , ça semble cohérent surtout quand on regarde l’autonomie gagnée en 30 minutes ??

avatar r e m y | 

@loire7000

L'enjeu sera donc de disposer d'un maillage important du réseau routier avec des stations de recharge rapide tous les 500 km. Est-ce que Tesla a les moyens d'un tel investissement?

avatar Nicolas Furno | 

@ r e m y :

Aux États-Unis, c'est pas loin d'être déjà le cas sur tous les grands axes. Bon, ce ne sont pas encore des chargeurs nouvelle génération spécifiques au Semi, mais j'imagine que ça viendra assez rapidement.

C'est plus facile à faire pour un camion qui reste systématiquement sur une autoroute, que pour une voiture de tourisme.

avatar jurisensei | 

@loire7000

La réglementation ne stipule pas, elle dispose!
Elle s’impose à tous!
Pour s’en rappeler : c’est comme le sexe, pour stipuler il faut au moins être 2

avatar lecureuil | 

@r e m y

Sauf qu’aucun chauffeur ne fait 800 km d’une traite (repos, vitesse, essence)
Donc puisqu’il doit s’arrêter il fera une recharge

avatar JLG01 | 

@r e m y

Et des poses obligatoires (syndicalisme) permettant de recharger.

avatar iDanny | 

@JLG01

Des pauses plutôt, pour se reposer.

Les poses c’est devant les caméras des radars, à la limite ??

avatar fte | 

@r e m y

La transmission est un élément fragile. Énormes contraintes.

avatar warkrave | 

@r e m y

Elon Musk a clairement dit que c'était fait pour les transports a proximité

avatar r e m y | 

@warkrave

Les transports de proximité avec un 38tonnes?

avatar harisson | 

@remy

Ben oui, tu ne prends pas ta Ferrari pour aller chercher le pain ?

avatar ingmar92110 | 

@r e m y

Tout dépend de quelle proximité on parle. Mais si on considère que 40km autour d’une ville de province de 300k ha est proche alors par exemple étudiant j’ai travaillé un été dans un moulin et après avoir rempli le 38 tonnes au quai avec des palettes de sacs de farine on allait livrer les boulangeries alentours... et des bahuts il y en avait pas qu’un qui partait en tournée... alors le fer-routage on oublie, et multiplier des petits camions, quel intérêt?... par contre cet electromusk aurait été plus rentable puisque les petites routes doivent abîmer plus la transmission et qu’on passe son temps à accélérer et freiner (conso). Bref il y a des cibles pertinentes pour ce produit je pense

avatar r e m y | 

@ingmar92110

Aïe... le pain va encore augmenter alors! ?

avatar DDivo | 

« Sauf que cette nouvelle version a des ambitions encore plus folles : être la voiture de série la plus jamais produite. »
? marrant comme formulation ?

avatar florian1003 | 

J’achète le Roadster !

avatar Juju.de.Reims | 

Le changement de pare brise c’est une fois par an dans la vidéo pas une fois par mois

avatar Nicolas Furno | 

@ Juju.de.Reims :

Oula oui, merci, c'est corrigé !

Déjà que je trouve ça énorme, une fois par an… ? Si quelqu'un connaît ce domaine, c'est un vrai chiffre ça ?

avatar jazz678 | 

@nicolasf

Sans « connaître le domaine » particulièrement, je fais 98% de mes trajets sur autoroute pour aller bosser.
Je change en moyenne 1 pare-brise par an. Je me prends régulièrement des projections de petits cailloux et autres s... qui traînent.
Je ne change plus aussi régulièrement quand j’ai juste de petits impacts mais uniquement en cas de fissures (j’essaye d’éviter la blacklist des assurances??)

Donc ça me paraît plausible pour un camion

avatar shaba | 

@jazz678

Tu dois rouler énormément pour changer un pare-brise par an ?

avatar jazz678 | 

@shaba

30-35000 kms/an

Pas énorme non plus

avatar shaba | 

@jazz678

Tu as des actions chez carglass alors ?

avatar pechtoc | 

@jazz678

Ton pare-brise est très bas et accessible plus facilement pour une projection de caillou, sur un camion le pare-brise est quand même 2 à 3x plus haut. Bon s’il avance cet argument, ça doit être le cas, sinon il n’avancerait pas un tel argument qui semble étrange pour nous.

Pour le reste, communiquer sur l’accélération 0-100km/h alors qu’aucun camion ne fera jamais ce genre d’accélération dans sa fonction, c’est assez risible, mais après tout la comm de Tesla ça a toujours été ça: des gros chiffres et des rendus. Au moins a marche auprès des investisseurs.
Très beau le roadster sinon, mais augmenter l’autonomie en augmentants la capacités des batteries, c’est la facilité et ce n’est certainement pas la meilleure solution. Heureusement que pour le moteur thermique les constructeur se sont pas juste dit « augmentons la taille du réservoir »

avatar jazz678 | 

@pechtoc

« Ton pare-brise est très bas et accessible plus facilement pour une projection de caillou, sur un camion le pare-brise est quand même 2 à 3x plus haut. « 

Qu’en sais-tu ? Si je te dis que je vais bosser en camion ?
...mais tu as raison.
Ça + la vitesse plus élevée en voiture ça augmente le risque

avatar ecosmeri | 

@nicolasf

D'apres certains assureurs c'est en moyenne 2 ans pour les vehicule leger. Perso jamais changé en 10ans et 3 bagnoles et 300 000km.

Mais pas étonnant avec leur regle a la con d'un changement automatique si impact dans le champ de vision. Tout ca pour faire du fric et augmenter les tarifs des assurances

avatar marc_os | 

Elon Musk sous ses airs High tech est en vérité un homme du passé, je dirais même un has been.
Pour preuve, ses voitures et gros camions. Alors qu'une gestion raisonnable de l'énergie et des ressources naturelles (matières premières pour batteries et moteurs, cuivre, cobalt) demanderait un changement de paradigme, à savoir un investissement massif dans le TRAIN, le moyen le plus économe et efficace après le bateau, vitesse en plus. Mais il est bien dans l'air du temps, avec ici le jeune banquier Macron qui lui aussi oublie le ferroutage.
Autre point commun, l'individualisme prioritaire devant l'intérêt général, c'est chacun pour soi avec sa grosse ouature ou son gros camion.

avatar marc_os | 

--

avatar Woaha | 

@marc_os

Et ça c'est le futur ? :

https://www.instagram.com/p/BYU1EttgwJE/

avatar marc_os | 

Un délire, ça c'est sûr, où toute considération écologique ou environnementale est mise de côté.

Quant à l'hérésie du transport routier, tu ne dis rien ?
Pourtant les TGV c'est hightech, non ?
Avoir des trains de marchandise rapides, ça serait bien plus efficace que ces grosses limaces sur les autoroutes. Mais non, Macron tient à ce que les intérêts PRIVES des gestionnaires d'autoroutes qui n'ont pris aucun risque soient prioritaires avant toute question environnementale.
Les mecs, va falloir vous préparer aux changements climatiques pour de vrai, car en tenir compte vraiment, ça n'intéresse pas les gros industriels qui ne prennent des décisions importantes que en fonction de la valeur de leurs actions et de la quantité de dividendes qu'ils peuvent engranger.

avatar albanet | 

@marc_os

Hey viens dans le vrai monde! Moi j’en ai 15 par jour des camions qui tournent et je te garantis qu’il n’y a pas un train pour régler ton problème...

C’est bien mignon de crier le ferroutage mais c’est une utopie et une bêtise de vouloir en faire un dogme. Donc oui il faudra encore pendant des dizaines d’années des camions...

Pour les pare-brise c’est un peu exagéré mais pas si éloigné que ça de la vérité.

Pour l’autonomie ça semble bon, à voir avec la réalité et effectivement les temps de conduites imposants des coupures régulières on pourrait envisager des recharges pendant ces moments la. Moi je paye pour voir !!

avatar backfromcharly | 

@marc_os
Putain y'a Mélenchon sur Macge ;-)

avatar marc_os | 

@ backfromcharly
Désolé, pour moi l’intérêt général prime sur l’intérêt particulier et sur les bénéfices d'une minorité qui de plus est limite criminelle en empêchant toute évolution permettant de limiter vraiment le réchauffement climatique dont le capitalisme est responsable.
Et le fait que ton seul "argument" soit de tenter de me dénigrer en me comparant à Mélenchon prouve bien que tu n'as justement aucun argument objectif à faire valoir.

avatar YAZombie | 

Oui, c'est amusant, tu réponds à quelqu'un qui fait une critique générale de tes propos fondée sur leur aspect idéologique, mais tu ne réponds rien à quelqu'un qui sait de quoi il parle (lui), à savoir albanet.
Eh oui, un vrai idéologue. Ça n'a jamais servi à rien d'autre qu'à promouvoir des totalitarismes.

avatar marc_os | 

@ YAZombie
C'est vrai que les "arguments" d'albanet qui dit « Moi j’en ai 15 par jour des camions qui tournent et je te garantis qu’il n’y a pas un train pour régler ton problème », c'est imparable.
Idem « c’est une utopie et une bêtise », je n'ai rien à opposer, c'est clair. Se contenter de dire « j'ai raison » sans argumenter pourquoi, c'est pas ma tasse de thé.

Par contre, je ne sais pas si vous le savez, mais avant la rage du tout camion qui a commencé il me semble dans les années 80 entre autres pour soutenir l'industrie "automobile" française et en particulier sa branche poids lourds (cf. aussi les accords Mitterand / Calvet sur le diesel), le chemin de fer était bel et bien utilisé et les rails allaient jusque dans les usines. Mais c'est sûr, comme les usines ont été délocalisées (avec leur pollution), ceux qui restent sont en train de rouiller.
De même, "avant la guerre", on trouvait des tramways dans les villes, qui ont été peu à peu remplacés par des bus, au diesel, c'est cool. Et que voit-on aujourd'hui ?
Ben mince, le retour des tramways !
Et en Suisse, ils sont aussi à la ramasse je suppose à imposer de foutre ces foutus camions sur des wagons.

Et bien, avec de telles mentalités à la Trump* qui ne veut pas qu'on l'empêche de polluer en rond, on est mal barré. Enfin nous ça va encore, ce seront nos enfants et les générations futures qui devront se démerder.
Et en plus, cadeaux bonux, ils auront aussi nos déchets nucléaires sur les bras pendant des milliers d'années.
Mais bon, je dis ça, je dis rien...
Après moi le déluge !
Amen.

(*) Moi aussi je peux vous comparer à des gens sympas.

avatar albanet | 

@marc_os

Déjà merci de le comparer à autre chose que ce connard, moi je ne t’ai pas attaqué.

Deuxièmement je travaille dans ce secteur et que tu ne veuilles pas comprendre qu’en l’état du réseau et des infrastructures ferroviaires françaises et du « gestionnaire » de ce réseau, ce n’est pas envisageable....

De plus les camions c’est aussi énormément pour les derniers kilomètres, les chantiers (dans les villes) etc...

Par contre l’hydrogène mériterai d’être développé, il y a des procédés qui permettent de stocker les énergies renouvelables Grace a ça et sans batteries, ça semble être une voie formidable de développement..,,

avatar YAZombie | 

@marc_os: Commentaire intéressant: donc en fait, tu reconnais toi-même que l'essentiel de ta réflexion se fonde sur une réalité qui n'est plus, à savoir l''existence d'un tissu industriel lourd. Ça commence bien.
Pour le reste, ce qui est frappant c'est que tu sembles croire que tu argumentes ? Non, tu restes idéologique, et ça se voit. Un exemple? Tu assènes (sans vraiment l'assumer) que le remplacement des tramways par des bus aurait été dû à une politique française visant à favoriser le diesel. Il se trouve que j'ai interviewé un spécialiste de la question il y a peu: ça a sûrement été UN élément (je veux bien le croire bien que le monsieur en question ne l'ai même pas mentionné), mais certainement pas LA raison, et même pas une raison primordiale. La Suisse? Elle sert de couloir à la majorité des transports de marchandise, il y a quelques points d'entrée et quelques points de sortie, soit une situation 100% idéale pour le ferroutage; bien évidemment y contraindre est tout à fait sensé dans le contexte.
En prenant des situations idéales, on s'enferre dans des boucles logiques. Typique des idéologues.
D'ailleurs, je n'ai jamais prétendu que le ferroutage, et même y contraindre, n'avait pas de sens. Ce que j'ai dit, c'est que tu es sur une position idéologique fondamentalement stérile puisqu'elle t'empêche (c'est le propre) de prendre en compte le réel, et notamment la variable humaine. Un type comme Musk, lui, fera certainement infiniment plus en proposant des produits qui amènent le client vers des produits plus respectueux de l'environnement (et je ne parle même pas d'Hyperloop ou de ses projets autour de la Boring Company - et non, je ne suis pas une groupie).
Ta vision idéologique amène fatalement à des contraintes qui aboutiront à des résistances, qui aboutiront à des obligations, qui aboutiront à des rébellions. C'est la "logique" des Bonnets Rouges, et de l'annulation totale du projet contre lequel ils se sont battus. Résultat? Zéro. Ou plutôt beaucoup d'argent dépensé pour rien. La position d'un Musk est d'aboutir à un résultat peut-être pas si important de prime abord, mais un résultat tout de même, et susceptible de changer les mentalités. Dans un pays comme les US, où les climato-sceptiques sont encore bien nombreux, ce n'est vraiment pas rien. C'est notamment grâce à eux que Trump est président, alors…
(*) Je ne t'ai comparé à personne.

avatar ingmar92110 | 

@marc_os

Je suis d’accord sur le fait que le rail est performant en France (pour les lignes en fonctionnement) mais aussi qu’il a été abandonné y compris pour le voyageur, pas que pour le frêt, plein de lignes sont inexploitées ou perdues. Mais le transport routier permet plus de flexibilité et de réactivité. Quand tu dois remplir un container et le véhiculer par train tu dois t’y prendre plus en amont. Donc pas forcément les mêmes usages. Les livraisons de commandes web ne peuvent attendre des semaines pour remplir un train..

avatar newiphone76 | 

@marc_os

"Ben mince, le retour des tramways !"

Ben tu dois être content alors. Tu fais partie de la municipalité de Paris ?
Plus sérieusement, c’est avec des gens comme vous qu’on n’avance pas. Elon Musk est un visionnaire qui, même si tous ces projets n’aboutissent pas, ont le mérite de questionner, de renverser les idées archaïques et solidement établies. Tiens ça me rappelle Steve Jobs...

avatar Rictusi | 

Si je pouvais te mettre quelques litres de glyphosphate dans le ventre et te faire respirer quelques kilos de poussière fine, tu me dirais encore que le progrès c’est toi ?

J’adore les gens...

avatar YAZombie | 

"Si je pouvais te mettre quelques litres de glyphosphate dans le ventre"
0n imagine que ton but serait, comment dire, de mettre fin à la vie de cette personne (on ne sait pas à qui tu parles, soit dit en passant? Alors pas besoin de glyphosate, de l'eau suffira très bien. C'est toujours la dose qui fait le poison, et dans le cas du glyphosate, celle-ci est si élevée qu'après 40 ans d'usage massif il n'y a toujours aucun cas de cancer lié à son usage. Aucun.

avatar Bigdidou | 

@YAZombie

"C'est toujours la dose qui fait le poison, et dans le cas du glyphosate, celle-ci est si élevée qu'après 40 ans d'usage massif il n'y a toujours aucun cas de cancer lié à son usage. Aucun."

C'est une façon très biaisée de présenter les choses.
Les cancers directement chimio-induits ne sont pas les seuls à prendre en compte.
Les facteurs de risque, ça compte, quand même en médecine et en santé publique. Il n'y a pas de lien direct avec le danger, mais l'exposition à celui-ci augmente de façon statistiquement significative le risque de développer une pathologie.
C'est pas très nouveau, comme concept.
On sait d'un coté que le glyphosate altère l'ADN humain (c'est Monsato qui le dit), et on a les études épidémiologiques qui montre un lien entre augmentation de l'incidence de certains cancers et l'exposition au glyphosate.
Il faut quoi de plus ?

Par ailleurs, la toxicité et les problèmes environnementaux associés à cette molécule dépassent largement le problème de sa carcinogénicité.
Au fond, qu'il soit cancérogène ou pas, ça change pas grand chose.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR