IBM trouve ses employés sur Mac plus efficaces

Florian Innocente |

IBM aime Apple, et depuis quatre ans, avec le lancement de son programme Mac@IBM, le groupe profite de la Jamf Nation User Conference (organisée par l'éditeur de logiciels d'administration de parcs et de flottes), pour donner quelques chiffres. IBM et Apple sont également partenaires pour des solutions verticales sur iOS vendues à d'autres entreprises.

Fletcher Previn en 2018. Image : JAMF

Il y a aujourd'hui plus de 290 000 appareils Apple en service au sein d'IBM, lequel donne à ses salariés le choix d'utiliser un environnement Apple ou Microsoft. En 2018, ce chiffre s'élevait à 277 000 (134 000 portables, 40 000 iPad, 90 000 iPhone et probablement le reste constitué de Mac de bureau) ce qui équivalait à un quart de son parc informatique mondial (lire Des Mac, des iPad et des iPhone à gogo chez IBM). 78 employés étaient alors affectés à ce groupe d'utilisateurs.

Cette année, Fletcher Previn, le responsable des services informatiques d'IBM, a enfoncé le clou. Il a fait valoir que 7 personnes peuvent administrer un parc de 200 000 Mac, là où il en faut 20 pour s'occuper du même nombre de PC sur Windows.

La même étude a démontré que pas loin de 98 % des utilisateurs de Mac ont jugé que la migration d'une version de macOS vers une autre était simple, contre 86 % des utilisateurs de PC lorsqu'ils ont migré de Windows 7 à 10.

L'employé modèle a un Mac

Le reste des observations de Fletcher Previn porte sur la notion de productivité. Et là, c'est tout juste s'il ne faudrait pas songer à écarter toute personne travaillant sur PC ou émettant l'envie de le faire…

Les utilisateurs de Mac sont 22 % plus à même de dépasser leurs objectifs comparé à leurs collègues sur Windows. Ce sont aussi de meilleurs vendeurs, les contrats obtenus ont tendance à être 16 % plus importants en valeur que ceux décrochés par les utilisateurs de PC.

Ces employés sur Mac sont aussi nettement mieux notés par les clients et il y a 17% de risque en moins qu'ils aient envie de quitter le groupe. Enfin, 5 % seulement des utilisateurs de Mac réclament des logiciels supplémentaires à ceux fournis pour accomplir leur travail contre 11% côté PC.

Toujours à l'occasion de cette conférence, Jeremy Butcher, de l'équipe marketing produit pour iOS chez Apple, a indiqué que 100 % des 500 plus grosses entreprises américaines étaient clientes de matériels Apple.

Il a ajouté que des centaines d'organisations de toutes sortes disposaient de parcs très conséquents, puisque dépassant les 10 000 appareils.

Des volumes qui sont notamment le résultat d'un attrait pour les produits Apple de la part de 59 % des jeunes diplômés qui finissent leurs études supérieures ou d'une très large part d'employés qui les préfèrent aux PC, lorsque le choix d'un équipement leur est donné.

Tags
#IBM #Jamf
avatar JackOne | 

faut que j’en parle à mon employeur

avatar lepoulpebaleine | 

@JackOne

Moi ça va pas être possible : éducation nationale !
😂😂

avatar renan35 | 

certains en ont (CNRS, Inria). Près de chez moi, l'éducation nationale les revends via les Domaines au bout de 4-5 ans.

avatar fousfous | 

Par contre en France quand on parle de Mac au travail on effraie la DSI...
Apparement ce serait pas pour travailler et c'est compatible avec rien...

avatar alexis83 | 

@fousfous

Ah j’ai entendu ça aussi 😄

avatar melaure | 

@fousfous

Pour une fois je suis d’accord avec, les dsi sont presque toujours hostiles. Microsoft a bien bossé ...

avatar Trillot Bernard | 

@melaure

C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai toujours trouvé culotté de la part des utilisateurs de Microsoft de parler des utilisateurs de Mac comme des "FanBoys".

J'ai rarement vu des bourins aussi obtus que les Directeurs de Services Informatiques totalement dévoués à leur dieu Microsoft, chassant de leur boîte tout ce qui pouvait être Linux ou Mac...

On en trouve de temps en temps dans les intervenants de clubigen

avatar YAZombie | 

@Trillot Bernard: je pense que pour beaucoup on peut ici sans trop se tromper reprendre le rasoir d'Hanlon sous une forme légèrement modifiée, "ne pas attributer à la stupidité ce qui peut être facilement expliqué par un gros poil dans la main" 😁️

avatar tbr | 

@fousfous

J’ai également entendu cet argument de m*
Faut les comprendre, ces pauvres DSI : si tout le monde se met à bosser sur macOS, ils n’auront quasiment plus rien à faire : chômage

avatar Bigdidou | 

@tbr

« Faut les comprendre, ces pauvres DSI : si tout le monde se met à bosser sur macOS, ils n’auront quasiment plus rien à faire : chômage »

J’imagine que cette caricature naïve est volontaire voire ironique.

D’une part, tout le monde ne peut pas bosser sur mac, des entreprises dans mon domaine ont essayé, elles ont eu des problèmes.
Dès que tu bosses avec des logiciels métier qui créent forcément un écosystème fragile, des contraintes légales et réglementaires (ne serait-ce qu’en terme de sécurité), et une stabilité maximale du système.
La moindre mise à jour est critique et on doit pouvoir la désinstaller facilement et rester le plus longtemps possible sur une ancienne version tant qu’elle convient au besoin (le déploiement d’une mise à jour même technique d’un logiciel métier peut atteindre des coûts faramineux et inutiles s’il s’agit de s’adapter à une évolution mineure de l’OS.
Tant que la sécurité est maintenue, peu de raison de changer d’OS. Nous sommes toujours sous Win 7, par exemple.
C’est juste impossible avec macOS et le risque d’induire des coûts de maintenance des logiciels métiers pharaoniques.

Si c’est pour bosser dans son coin avec une suite bureautique, de montage vidéo ou de graphisme « pour fournir à ses supérieurs de l’excellent travail avec une productivité de dingue », le mac, c’est formidable.
Si c’est pour s’inscrire dans une architecture réseau complexe avec l’utilisation de logiciels métier et de bdd de déploiement toujours délicat et sensibles au moindre changement, Apple a rendu le mac caduque.

avatar Dumber@Redmond | 

@Bigdidou

Bien essayé mais vos arguments sont au minimum de mauvaise foi ou au pire fallacieux...

avatar Bigdidou | 

@Dumber@Redmond

“Bien essayé mais vos arguments sont au minimum de mauvaise foi ou au pire fallacieux...”

???

Tu bosses en entreprise avec quels logiciels métier ?
Quelle genre de bases de données ?
Quels impératifs et quelles contraintes réglementaires ?
Tu t’y connectes de l’extérieur comment ?

Je serais très intéressé d’échanger avec toi à propos du déploiement d’une solution Mac et des ressources internes ou externe qui te permettent de la maintenir....

avatar Lemon19 | 

@Bigdidou

Bien résumé

avatar YAZombie | 

@ Bigdidou: tu as raison, bien évidemment, mais ce cas n'est pas le général. J'ai assez envie de dire: comme le démontrent les données d'IBM.

avatar renan35 | 

windows qu'il faut s'en arrêt mettre à jour et réinstaller, ça donne du travail aux services informatiques. Le problème des mac actuels, c'est la fiabilité hardware.

avatar en chanson | 

@renan35

Attention à ton clavier...I am root

avatar JLG01 | 

« Cette année, Fletcher Previn, le responsable des services informatiques d'IBM, a enfoncé le clou. Il a fait valoir que 7 personnes peuvent administrer un parc de 200 000 Mac, là où il en faut 20 pour s'occuper du même nombre de PC sur Windows. »
C’est suffisant pour justifier la haine des informaticiens envers Apple. C’est la fin de leur confortable métier et de leur pouvoir de nuisance.
Et en France, c’est l’école IBM-Orange (Minitel) qui domine, la culture de la direction n’a pas traversé l’Atlantic.
(Je rentre sous mon abri antinucléaire car la riposte menace d’être violente).

avatar totoguile | 

@JLG01

Lol c’est pas faux. Lorsque je vois que dans 1 boite de 100pers, il faut déjà 3 personnes à temps plein pour gérer le SI...

avatar fousfous | 

@totoguile

Moi j'ai du attendre 5 mois pour une demande d'installation de logiciel... Du coup la prochaine boîte j'espère qu'elle fera du BYOD avec moi qui gère mon matériel!

avatar Bigdidou | 

@JLG01

“Il a fait valoir que 7 personnes peuvent administrer un parc de 200 000 Mac, là où il en faut 20 pour s'occuper du même nombre de PC sur Windows. “

De 200 000 ordinateurs qui font quoi ?
Sous quelles versions des OS ?
Autant j’aime le mac pour travailler solo, autant des macs dans mon entreprises avec les politiques de mises à jour d’Apple, c’est juste inimaginable.

avatar occam | 

@Bigdidou

"autant des macs dans mon entreprises avec les politiques de mises à jour d’Apple, c’est juste inimaginable"

C’est là que Jamf entre en scène.

Pour comprendre un peu mieux la stratégie de Jamf, et pourquoi son CEO Dean Hager fait tout ce tapage :
https://www.crn.com/news/mobility/jamf-ceo-on-why-apple-s-ios-13-and-mac...

À noter aussi son enchantement à l’égard de Catalina et iOS 13.

IBM n’est pas un cas isolé. Jamf bat le même tamtam chez SAP :
https://www.channelfutures.com/mobility/sap-to-move-growing-employee-app...

Et l’essentiel :
« SAP is taking a unique approach to its Apple deployment improvements using Jamf by choosing to manage all its Apple devices using one IT team, rather than creating separate teams for Mac and iOS devices.

“It’s a big deal because we can provide a consistent user experience across all those devices,” said Lang. “Whether you are using an iPhone or MacBook or a Mac, they will have the same look and feel across those platforms and with the same mindset from the IT staff. Most companies have a team for mobile devices and a team for desktop devices.” »

Un conclusion s’impose : ce type de déploiement massif pourrait être encore simplifié si le Mac passait à une architecture ARM. Une seule architecture, un seul type d’interface, une base code commune. Quelle grande boîte résisterait à une telle offre ?
Le Mac en entreprise semble promis à un bel avenir, à condition qu’il cesse d’être le Mac.

avatar Bigdidou | 

@occam

Intéressant.
Alors, bien sûr, je ne dis pas que le mac ne peut pas être déployé en entreprise et n’a pas d’intérêt à l’être, mais que ça n’est pas généralisable à tous.
J’explique la situation que je connais où les contraintes technique, réglementaire et humaines (le moindre changement de position d’un bouton, c’est demandé de formation, je pense que ça parlera à certains) font que la demande principale avec la sécurité est la stabilité de l’environnement.
Par ailleurs, pour que Jamf soit vraiment intéressant, j’ai compris qu’il faut avoir un usage vraiment intégré du smartphone au fameux Workflow. Dans les entreprises où tout se passe à l’intérieur, avec un usage pro et basique du smartphone limité a quelques cadres, c’est moins excitant.

Pour nous c’est mort : changer d’architecture informatique est quasi inenvisageable (Switch très compliqué dans un environnement h24,, risque, formations, coût faramineux pour un avantage pas clair), mais c’est franchement une bonne nouvelle si des grosses structures commencent à se voir offrir des moyens techniques séduisants qui leur permettrait de l’envisager et de montrer à des structures plus petites que c’est possible.

Faut pas oublier que les interfaces de mes logiciels métiers sous Windows, c’est juste l’enfer.
Je n’ai jamais pu voir de version mac faute de combattant, mais quand je vois pour de petits logiciels (par exemple de conversion vidéo ou autres) les différences spectaculaires entre les interfaces mac et Windows (en faveur de la version mac), je le dis que le retour du mac allègerait peut-être le poids de mon quotidien.
Mais ce sera pas dans cette vie.

C’est étonnant de voir parfois à quel point les techniques avancent vite, mais pas leurs mises en œuvre. Je regardais l’autre jour réaliser une IRM fonctionnelle. Une machine d’une technologie de dingue, une interface qu’on aurait dit venue de la NASA des années 70 pour la mettre en œuvre (j’exagère à peine).
Le côté cyber punk est charmant, remarque.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou

Je suis d'accord. Autant je ne doute pas un instant des atouts d'un Mac pour certains types d'employés et certaines tâches - je travaille moi-même sur Mac et je m'en félicite au quotidien (même si, avec les choix d'Apple de ces dernières années, il y a bien des risques que ma prochaine machine soit un PC) - autant la généralisation "remplacer un Mac par un PC permet de tout améliorer et de tout résoudre !" n'a aucun sens.

D'ailleurs, il serait intéressant de savoir pourquoi IBM ne pousse pas davantage le Mac auprès de ses employés (seulement un quart de son parc informatique) si c'est vraiment une solution à ce point supérieure.

Bref, le Mac en entreprise c'est clairement "oui"... lorsque les bonnes conditions sont réunies. :-)

avatar balou | 

Il y a une vingtaine d'années dans la ville de Roanne tous les formateurs en informatique des écoles étaient pro mac.
Pourtant quand il fut décidé d'équiper l'ensemble des écoles d'ordinateurs, l'Apple fut exclue par la mairie de l'Appel d'offres.

avatar bibi81 | 

Pourtant quand il fut décidé d'équiper l'ensemble des écoles d'ordinateurs, l'Apple fut exclue par la mairie de l'Appel d'offres.

Le principe de l'appel d'offres c'est de choisir la meilleure (sans doute aussi la moins chère)...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR