macOS Catalina : comment se préparer à l’abandon du 32 bits

Anthony Nelzin-Santos |

Comme prévu, macOS Catalina abandonne les applications 32 bits. Apple achève ainsi une longue transition vers les architectures 64 bits, débutée en 2009 avec Mac OS X Snow Leopard. Les développeurs ne peuvent pas dire qu’ils n’ont pas été prévenus, mais Apple elle-même n’a pas adapté toutes ses applications et tous ses frameworks aux architectures 64 bits.

Le passage à macOS Catalina va laisser de nombreuses applications sur le carreau, dont peut-être certaines que vous utilisez au quotidien. Lesquelles ? Comment évaluer les conséquences ? Comment éviter d’être obligé de passer à macOS Catalina ? Pour y voir plus clair, suivez le guide.

Les applications d’Apple incompatibles

Commençons par le commencement : toutes les applications intégrées à macOS Catalina sont bien évidemment compatibles 64 bits. Apple a recompilé, voire réécrit, quelques-unes de ses plus anciennes applications (lire : Incroyable : une mise à jour majeure du lecteur DVD dans macOS Mojave). Mais elle a surtout fait le ménage par le vide, sacrifiant des applications encore très populaires (lire : Dashboard est mort, vive Spotlight !).

Quelques-uns d’entre vous utilisent peut-être toujours les applications de la suite iWork '09, réécrites en 2013 avec une nouvelle interface et un nouveau format de fichiers. Vous allez devoir vous faire une raison : Pages 4, Keynote 5 et Numbers 2 ne tournent pas sous macOS Catalina. Ces six dernières années, les applications qui formaient la suite iWork ont récupéré toutes leurs fonctions, et en ont gagné de nouvelles.

Pages 8, Keynote 9 et Numbers 6 sont toujours capables de lire les fichiers de leurs lointaines ancêtres, au prix toutefois d’une conversion vers le nouveau format. La transition est d’autant plus facile que ces applications sont gratuites depuis quelques années. De la même manière, ceux qui s’accrochent encore à iPhoto et Aperture vont devoir se résigner.

Aperture sous macOS Mojave.

Après plusieurs révisions et avec ses extensions, Photos est maintenant un catalogueur très performant. Et si vous ne voulez absolument pas l’utiliser, les solutions ne manquent pas, de Lightroom à DxO PhotoLab en passant par Luminar. Enfin, le couperet tombera aussi sur l’ancien GarageBand 6.0.5, que l’on peut remplacer avantageusement et gratuitement par GarageBand 10.

L’abandon des architectures 32 bits ne touche pas seulement les applications, mais aussi les frameworks, ces briques logicielles qui composent le système. Ainsi le framework QuickTime tire sa révérence, après 28 ans de bons et loyaux services. Le lecteur QuickTime X demeure, mais l’ancien QuickTime Player 7 ne tourne pas sous macOS Catalina. Les formats et codecs QuickTime 7 ne sont plus disponibles, avec d’éventuelles conséquences sur les anciens projets Final Cut Pro et iMovie, comme l’explique une fiche technique d’Apple.

Des technologies antédiluviennes disparaissent aussi, comme Java 6 et Carbon HLTB. Seules les applications qui ne sont plus maintenues depuis des années les exploitent encore, et ne devraient probablement plus être utilisées, pour des raisons de sécurité et de fiabilité. Outre les architectures 32 bits, macOS Catalina abandonne Quartz Composer ou certains frameworks multimédia, remplacé par des logiciels plus performants (lire : macOS Catalina : fin des apps 32 bits, suppression de Dashboard, dépréciation de Quartz Composer).

Les applications tierces incompatibles

Depuis l’été dernier, le Mac App Store n’accepte plus de nouvelles applications, ni même de mises à jour aux applications existantes, qui ne sont pas compatibles 64 bits. Mais toutes les applications dans le Mac App Store ne sont pas maintenues par leurs développeurs, et toutes les applications pour macOS ne sont pas distribuées par l’intermédiaire du Mac App Store. Autant dire qu’il reste quelques applications 32 bits dans la nature.

Cela étant dit, la quasi-totalité des applications récentes et continuellement maintenues a été adaptée au 64 bits, même si certains développeurs ont attendu le dernier moment pour se plier aux injonctions d’Apple. Prenons l’exemple du parc informatique de notre rédaction, où nous installons des centaines d’applications par an, sans toujours les supprimer lorsque nous avons fini nos tests.

Une seule machine compte plus de dix applications 32 bits, la plupart en possèdent trois ou quatre, et deux (dont la mienne) n’en possèdent aucune. Dans la majorité des cas, les applications concernées sont soit d’anciennes versions d’applications qui sont aujourd’hui compatibles 64 bits (Scrivener 2, RapidWeaver 5, MacTracker 7.4…), soit des applications dont on sait qu’elles seront mises à jour dans les prochains mois (Adobe Creative Cloud).

La liste des applications 32 bits présentes sur la machine de mon collègue Stéphane. Sexy Girls Slot est un jeu vaguement érotique, téléchargé dans le cadre d’un article sur les règles de validation du Mac App Store, qui ne manquera à personne. Scrivener 2 pourrait être remplacé par Scrivener 3. Les composants de la suite Creative Cloud seront revus prochainement, mais pas Lightroom 6. Steam est compatible 64 bits, mais le Launcher n’est pas mis à jour automatiquement — il suffira de réinstaller l’application pour qu’elle tourne parfaitement sous macOS Catalina. Les rares composants 32 bits encore utilisés par Apple ont été supprimés ou remplacés dans macOS Catalina.

Restent quelques applications problématiques. Google mettra-t-il à jour Android File Transfer ? Probablement : cet utilitaire de transfert des fichiers vers un appareil Android est encore très pratique. Adobe mettra-t-elle à jour Lightroom 6 ? Sans doute pas : sa dernière version remonte à fin 2017, alors que Lightroom Classic CC et surtout Lightroom CC étaient déjà sortis depuis quelques mois. De nombreux jeux, notamment ceux édités par Aspyr, seront probablement touchés.

De manière plus subtile, une application 64 bits peut contenir des composants 32 bits, qui empêcheront son bon fonctionnement sous macOS Catalina. C’est le cas de Steam : si vous l’avez installé depuis longtemps, son Launcher 32 bits n’a pas été mis à jour automatiquement, et vous devrez réinstaller l’application manuellement pour obtenir une version purement 64 bits. Les suites Adobe Creative Suite et Microsoft Office devront être mises à jour pour tourner parfaitement sous macOS Catalina.

Dans tous les cas, si votre travail dépend d’une application, vous avez tout intérêt à consulter le site web du développeur, voire à le contacter directement. En l’absence de réponse, ou si votre application favorite est abandonnée depuis plusieurs années, il est probablement temps de chercher une solution de remplacement.

Comment identifier les applications 32 bits

Reste à voir quelles applications sont concernées. Vous pourriez lancer chacune de vos applications, et faire la liste de celles qui provoquent l’apparition du fameux message Machin.app n’est pas optimisé pour votre Mac. Plus simplement, lancez l’application Informations système1, puis consultez les informations de la section Logiciel > Anciens logiciels.

Malheureusement, ce panneau n’est pas toujours très fiable, et peut parfois lister des applications supprimées depuis plusieurs mois. En cas de doute, installez l’application 32-bitCheck, et demandez-lui d’analyser le dossier /Applications en vérifiant tous les bundles. Après quelques secondes à quelques minutes, elle fournira une liste des applications et des composants logiciels qui risquent de poser problème sous macOS Catalina.

Comment tester macOS en 64 bits dès aujourd’hui

Mieux encore : démarrez votre machine en « mode 64 bits », pour vérifier non seulement vos applications, mais aussi vos périphériques et leurs pilotes. Redémarrez votre machine en maintenant les touches et R pour accéder à la partition de restauration. Utilisez le menu Utilitaires > Terminal pour lancer le Terminal, puis exécutez la commande :

nvram boot-args="-no32exec"

Redémarrez, et votre Mac n’exécutera plus que les binaires 64 bits. Lancez les applications avec lesquelles vous gagnez votre vie, branchez vos périphériques et vos accessoires, vérifiez la compatibilité de votre imprimante, parez à toutes les éventualités. Dès que vous aurez terminé, redémarrez sur la partition de restauration, et exécutez la commande suivante dans le Terminal :

nvram boot-args=""

Comment éviter d’être forcé de passer à macOS Catalina

Rien ne vous oblige à installer macOS Catalina, mais vous pourriez bien vous retrouver coincés. Si vous ne pouvez ou ne voulez pas remplacer une application 32 bits, prenez d’abord garde à désactiver les mises à jour automatiques. Dans les Préférences Système, rendez-vous dans la rubrique Mise à jour de logiciels, puis décochez l’option Mettre à jour automatiquement mon Mac. Cliquez sur Désactiver les mises à jour automatiques, puis entrez votre mot de passe administrateur pour confirmer.

Cela ne suffit pas : si vous possédez un iPhone et un iPad, vous devez aussi les empêcher de passer automatiquement à iOS 13, dont certaines fonctions sont liées à macOS Catalina. Rendez-vous dans la section Général > Mise à jour logicielle des Réglages, puis désactivez les mises à jour automatiques. Voilà de quoi vous offrir un peu de répit, le temps que vos applications favorites soient mises à jour… ou que vous les remplaciez.

  1. Que vous trouverez dans le dossier /Applications/Utilitaires. ↩︎
avatar adixya | 

Au moins, on ne force pas la main des utilisateurs pour les faire passer au nouveau macos comme pour ios même si la pression s’est intensifiée avec HS je crois.

avatar armandgz123 | 

@adixya

+1

avatar Bigdidou | 

@adixya

« Au moins, on ne force pas la main des utilisateurs pour les faire passer au nouveau macos comme pour ios même si la pression s’est intensifiée avec HS je crois. »

Oh, si, mais de façon plus subtile (enfin, tout est relatif) qu’une obligation frontale, comme Microsoft (qui se calmerait, d’ailleurs).

avatar occam | 

@Bigdidou

« Can you imagine the shitstorm if Microsoft put a warning alert in front of all 32 bit windows apps? But Apple gonna Apple, right? »
Can you imagine the shitstorm if Microsoft put a warning alert in front of all 32 bit windows apps? But Apple gonna Apple, right? 🙄— Jeff Atwood (@codinghorror) November 29, 2016

Et le shitstorm qui s’est abattu sur Ubuntu :
https://itsfoss.com/ubuntu-19-10-drops-32-bit-support/
Machine arrière :
https://ubuntu.com/blog/statement-on-32-bit-i386-packages-for-ubuntu-19-...

Bref, ce n’est que chez Apple que les clients faisant valoir un intérêt légitime à continuer de faire tourner des applis 32 bits comptent pour des péons, et encore.

avatar Moonwalker | 

Arrête ton char.

macOS est 64 bits depuis Mac OS X Snow Leopard soit 2009, soit depuis 10 ans. Cela fait trois ans qu'Apple averti tout le monde qu'on va passer au 64 bits only, cinq ans qu'elle n'accepte plus d'applications 32 bits sur le Mac App Store. Canonical a fait son annonce du jour au lendemain.

Avec vos "intérêts légitimes" de mes deux, on en serait toujours au PPC.

avatar Scooby-Doo | 

PPC nostalgie !

Avant de tomber dans la force obscure :-)

avatar lmouillart | 

Oui enfin avec Steam tu as encore nombre de jeux en 32bits. Ceci dit c'est pas un drame comme indiqué dans l'article ça va faire du nettoyage par le vide.

avatar mapiolca | 

@Moonwalker

+1

avatar Scooby-Doo | 

Microsoft a bien été obligé de se calmer !

Les utilisateurs de Windows savent montrer les dents, la mâchoire voire le dentier pour les plus vieux, et attention c'est qu'ils savent mordre les bougres et grogner.

Du coup, Microsoft tient encore à ses jambons et évitent de trop les exciter.

Apple de son côté a devant lui un panel d'utilisateurs dociles et admiratifs, avec raison parfois, et du coup Apple ose l'impensable, virer des briques complètes de l'un de ses OS sans viande autour.

Un OS sans viande autour, c'est horrible, mais bon, tant que personne ne grogne, pourquoi se priver, je vous le demande !

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

tiens scooby-doo, tu en as pas assez d’aller basher ta morve anti apple « là-bas » tu viens aussi la déverser ici ?

———-

Apple fait un choix entre compatibilité et performances/sécurité, ou tout du moins entre « repartir son energie à maintenir des trucs anciens et mettre à jour ».
Ca ne date pas d’hier mais de très longtemps, c’est dans l’esprit de la boite. Je serais moins alarmiste que la news, HS sera encore maintenu une année, deux ans pour Mojave, bon...
En fait, dans mon ca,s c’est souvent la suite bureautique (pages, numbers...) en mode collaboratif qui m’oblige à un moment à switcher, car le mode de partage en direct oblige à rester synchro avec icloud qui lui est mis à jour régulièrement. Du coup arrive un moment « pages n’est pas compatible avec votre système » et du coup, bam, on doit débloquer un We pour passer nos ordis à n+1 ou 2.
Certains vont hurler mais perso je dis juste que retenir un ruisseau ne sert à rien, tu vas dans son sens à ton rythme, c’est tout.
(et je n’ai que des joies d’etre passé de sierra à mojave, mon passage sous Catalina ne viendra que vers le printemps 2020, quand on aura une version corrigée de plusieurs incrémentations.

avatar Scooby-Doo | 

Bonjour cher admirateur,

Vous avez écrit sans réfléchir ceci :

" Apple fait un choix entre compatibilité et performances/sécurité, ou tout du moins entre « repartir son energie à maintenir des trucs anciens et mettre à jour ». "

Donc vous pensez qu'exécuter des applications en 64 bits améliore la sécurité de votre ordinateur.

Savez-vous que la plupart si ce n'est la totalité des processeurs 64 bits produits par Intel (y compris pour Apple) ces 10 dernières années ont une voire plusieurs failles de sécurités majeures ?

Que ces failles n'étaient pas présentes dans l'architecture 32 bits de ce fondeur.

Que le 64 bits engendre une surconsommation mémoire parce que très efficace pour stocker de grandes valeurs mais plutôt inefficace sur de l'entier non signé.

Que la réactivité peut-être meilleure mais aussi vous obliger à racheter ou vous séparer de certains logiciels non mis à jour (et ne présentant aucun problème de sécurité en 32 bits).

Donc, pourriez-vous m'expliquer en quoi l'abandon du support d'une vieille technologie qui a fait ses preuves et qui n'est pas impliquée dans des failles majeures de sécurité pourrait améliorer l'OS, avec ou sans viande !

Dans l'attente de vous lire.

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

hahaha
joli  :)

Je l’ignore, je ne suis pas développeur. Mais je suis uniquement sûr d’une chose : moins de fonctions allège, moins de maintien d’anciennes tech permet d’optimiser, plus de place permet.. d’ajouter d’autres choses plus modernes.
C’est de la théorie, 100% d’accord, mais là on arrive à la confiance (ou pas) que l’on a dans l’entreprise Apple. Perso, j’y crois car je considère qu’ils ont l’expertise nécessaire et qu’ils pensent à leurs utilisateurs.
Alors évidement, là on ne sera pas d’accord sur ce dernier point, mais ça par contre ce n’est pas grave  :)
(et je trouve ce dernier post très interessant, merci)

avatar Scooby-Doo | 

Je pense surtout que Apple a des moyens limités de développement et que malheureusement elle est obligé de dégraisser l'OS pour éviter de se traîner la maintenance, la compatibilité et les problèmes d'interférences entre strates de son OS.

Ce n'est pas pour améliorer la sécurité de sa plate-forme, bien qu'indirectement cela y contribue, mais économiser du temps et des ressources sur des projets récents.

Les utilisateurs d'Apple Aperture ou Adobe Master Collection CS 6 qui ont besoin de 32 bits ne seront peut-être pas d'accord avec vous.

Si cela n'impacte pas votre travail, tant mieux, mais certains utilisateurs, par choix contraint ou volontaire, préfèrent ne pas s'en remettre au modèle tout abonnement d'Adobe par exemple.

L'excuse sécuritaire du 64 bits est complétement bidon de la part des constructeurs.

C'est la situation exactement inverse qui se passe, mais il faut un bon marketing pour faire oublier cela...

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

pour le 64 bits, de toutes façons c’est la tendance generale, android la suit aussi, je doute que le 32 bit soit maintenu indéfiniment.
Après, s’il apporte du bien et du mal, c’est presque logique, mais oui, la com’ ne mettra certainement pas cela en avant.

Pour le support des anciens softs non mis à jour, c’est même un autre débat. Je l’entendais il y a déjà vingt-cinq ans lorsque photoshop 2.5 activait les layers, modifiant profondément la manière de travailler sur une image. Alors oui, chaque changement apporte aussi son mal et son bien.
Je n’ai pas d’autre solution que de ressortir ce que j’ai écrit plus bas : on n’arrête pas un ruisseau, ça débordera de toute façons. On peut l’orienter, en profiter pour irriguer, avancer avec.
Perso je ne me jette pas (plus) sur les mises à jour de quoique ce soit, je préfère attendre 1-d’avoir le temps de mettre à jours, 2- d’avoir eu des retours 3- d’avoir le temps de passer le changelog pour exploiter les nouveautés (et trouver en quoi elles me seront bénéfiques en matière de productivité/qualité du résultat)

(j’admet être dépassé quand toute la suite adobe est mise à jour, suivi de macOs suivi des logiciels principaux, on fait ce que l’on peut pour suivre. Dans ces moments là, j’attend un peu et je planifie les upgrades avec quelques tests si c’est possible sur des machines virtuelles et/ou je trouve des logiciels alternatifs à jour. Je pense que c’est assez logique et basique comme réaction,je n’apprend rien à personne en énumérant cela. )

entre nos deux discours, il y a une différence fondamentale : j’accepte par avance de m’adapter (moi et mon workflow) aux évolutions, je considère que l’informatique pro et perso c’est d’abord et avant tout de la technologie et ca bouge en permanence. Sans doute sous windows on peut rester sous des softs 16 bits de 98 sans problèmes, qu’on aille pas me faire croire que cela n’a pas aussi un cout en matière de sécurité, de perfs ou autre.

avatar noxx09 | 

C'est vrai que "brûler ses vaisseaux" est une tradition chez Apple (ex : 68K -> PPC)... Mais cela permettait du "plus" : le passage à Intel a offert des perspectives qui compensaient les pertes liées au PPC. Maintenant c'est juste du moins... Puisque le 64 bits est déjà là. C'est surtout pour des problématiques de coût de maintenance d'OSX qui n'intéressent qu'Apple, une des entreprises les plus riches du monde... D'où le sentiment de foutage de gueule, à mon avis.

avatar raoolito | 

@noxx09

Oui, seul l’avenir nous dira si c’était justifié.

avatar Scooby-Doo | 

L'avenir c'est le processeur 128 bits, nah !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Processeur_128_bits

Oh quoi, j'hallucine c'est une vieille techno de 1976 !

On m'aurait caché quelque chose ?

Pauvre Scooby-Doo tu es complétement à la ramasse !

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

:D hahaha
L’avenir était donc en 1976, on a raté le coche et crotte ^^

avatar Scooby-Doo | 

C'est surtout qu'IBM avait quelques longueurs d'avance à cette époque !

Et Sun aussi avec ses processeurs Sparc.

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

J'ai entendu dire que niveau proc, ils avaient toujours les Power qui se défendaient non ?
( pas spécialiste du tout )

avatar Scooby-Doo | 

Je ne connais plus la production IBM en matière de processeurs.

Mais à l'époque des stations NeXT, le 68000 et son DSP de Motorola avait bonne presse.

Et NeXTstep avait PRMAN de base !

Donc, rien que cela, je peux vous garantir que l'on se faisait plaisir en matière d'images de synthèse.

avatar marc_os | 

@Scooby-Doo

« Je pense surtout que Apple a des moyens limités de développement »

Mais oui bien sûr.
Dsl, j’ai arrêté de te lire après cette première phrase qui n’augurait rien de bon.

avatar mapiolca | 

@Scooby-Doo

"Ce n'est pas pour améliorer la sécurité de sa plate-forme, bien qu'indirectement cela y contribue, mais économiser du temps et des ressources sur des projets récents."

Évidement ! Et tout bon gestionnaire d’entreprise sait ça : économiser les ressources pour les orienter vers les projets d’avenir. Le 32 bits et condamné de toute façon :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bug_de_l%27an_2038

Alors pourquoi pas changer maintenant ? Juste parce que ça t’embête ?

avatar Dwigt | 

Euh... Il y a comment dire... pas mal d'"inexactitudes" dans ce message.

Si tu te sers d'applis 32 bits depuis un processeur 64 bits, les failles liées à l'architecture du processeur resteront, surtout que l'OS derrière est 64 bits.

Quant à la surconsommation mémoire, le fait d'avoir un OS hybride 32 et 64 bits force à avoir deux versions des API, une en 32 bits, l'autre en 64. Ce qui occupe aussi de la mémoire. En plus, dans le cas de MacOS, on a Cocoa et Carbon en 32 bits, avec Carbon qui n'a jamais été porté en 64 bits.

Deux versions différentes des API ça augmente aussi le risque de bugs et de failles, vu qu'il faut revoir tout cela en parallèle. On vire Carbon et Cocoa 32 bits, on simplifie l'architecture et le support, et ça contribue donc à la stabilité et à la fiabilité du truc.

Je le répète encore une fois : si ton Adobe CS est 32 bits, ça n'empêche pas ton processeur 64 bits d'être vulnérable, et ça n'empêche pas les API 32 bits fournies avec le système d'avoir leurs propres bugs et failles, dont on a moins parlé parce qu'elles ne sont pas d'aussi bas niveau et généralisées que celles liées à l'implémentation de l'architecture 64 bits sur Intel (et aussi sur ARM, parce qu'ils ont repris une partie des technologies Intel). De toute façon, ces logiciels continueront à tourner si on garde le Mac avec Mojave au maximum comme OS. Je ne vois dès lors pas vraiment l'intérêt de vouloir utiliser la dernière version de l'OS, a priori pour avoir des corrections de failles et de bugs, et des applis dans une version de 2012, alors qu'elles ont des bugs et des failles maintenant bien connus...

avatar raoolito | 

@Dwigt

tout de suite quand un dev parle, ca se sent ^^
J’avais donc pas totalement tort, merci

Pages

CONNEXION UTILISATEUR