Premiers benchmarks pour l'iMac Pro 18 cœurs

Mickaël Bazoge |

L'iMac Pro à 18 cœurs est puissant, c'est certain, mais puissant comment ? Jonathan Morrison, qui a reçu le tout-en-un un peu plus rapidement que les autres, a eu l'occasion de tester l'ordinateur et d'y faire rouler quelques benchmarks. Les résultats sont, comme on pouvait s'y attendre, assez impressionnants.

Avec Geekbench 4, l'iMac Pro flirte avec les 50 000 points en test multi-cœurs (48 831 précisément), loin devant l'iMac Pro 10 cœurs (37 063) et le modèle à 8 cœurs (31 361). En revanche, le Xeon W ne fait pas de miracles sur des tâches mono-cœur, avec des performances assez proches (un peu plus de 5 000) à ses deux camarades moins bien dotés (lire aussi : Test de l'iMac Pro 2017 : des processeurs Intel Xeon W conçus pour les tâches parallélisées).

Le SSD (1 To en standard) est rapide, mais pas tellement plus rapide que sur les deux autres machines de test et ce, aussi bien en lecture qu'en écriture. Toutes les configurations sont logées à la même enseigne à ce niveau.

La théorie c'est très bien, mais rien ne vaut la pratique. Le bloggueur a mis aux prises cette configuration face à un iMac Pro 8 et 10 cœurs dans plusieurs tests applicatifs, à commencer par des logiciels optimisés comme Final Cut Pro X. L'exportation d'un fichier RAW 8K en 4K Pro Res a demandé 5 minutes et 51 secondes au modèle à 18 cœurs, contre 6'34'' pour le 10 cœurs et 7'22'' pour le 8 cœurs.

Une différence marquée donc, même si elle n'a rien d'ébouriffant. Mais comme le dit Jonathan, au bout d'un an le gain de temps et de productivité est mesurable. Screenflow 7 offre également des différences de performances sensibles :

Les résultats sont fort honorables aussi avec Cine-X et un rendu dans Cinema4D.

Dans des logiciels moins bien optimisés, les différences sont moins marquées et, partant, moins intéressantes. C'est le cas dans Media Encoder d'Adobe : un encodage a été réalisé en 6'54'' sur l'iMac 18 cœurs, contre 10'08'' sur le modèle 10 cœurs, et… 8'36'' sur le 8 cœurs, qui s'est révélé donc plus rapide que son grand frère équipé de deux cœurs supplémentaires, sans que le testeur ne puisse expliquer pourquoi.

Dans After Effects, dans lequel des rendus ont été réalisés pour cette vidéo, l'iMac Pro à 10 cœurs s'est montré plus rapide avec 9'42'', le 18 cœurs a demandé une minute de plus (10'36'') et le 8 cœurs est bon dernier avec 12'19''. Adobe ne tire pas totalement partie des possibilités des iMac Pro, en attendant des optimisations donc.

Au vu de ces résultats, la nécessité d'acquérir ce modèle spécifique d'iMac Pro n'est pas forcément évidente, à moins bien sûr d'avoir beaucoup de traitements vidéo à réaliser dans les logiciels optimisés pour faire cravacher les cœurs. L'investissement peut se justifier, mais encore une fois — et surtout à ces niveaux de prix — il convient de bien identifier ses besoins.

Tags
avatar Wolf | 

Rien que pour avoir un iMac noir sur le bureau ça vaut le coup

avatar Mickaël Bazoge | 
Voilà, ça c'est le bon esprit !
avatar pim | 

« L'investissement peut se justifier, mais encore une fois — et surtout à ces niveaux de prix — il convient de bien identifier ses besoins. »

Si j'appliquais cette phrase, ça ferait longtemps que j'aurais revendu mon iMac à 4 k€ (si, si), pour un raspberry Pi ! Car pour coder du LaTeX, un raspberry Pi, ça fait tout aussi bien !

avatar Mickaël Bazoge | 
Après, rien n'empêche de se faire plaisir aussi ^^ Même si on peut se faire plaise avec Pi…
avatar BeePotato | 

@ pim : « Car pour coder du LaTeX, un raspberry Pi, ça fait tout aussi bien ! »

Pas vraiment, non. Faire du LaTeX, ça signifie pas mal de lecture sur l’écran. Du coup, l’iMac avec son écran à haute résolution présente un sérieux avantage sur ce point par rapport à ce qu’on peut connecter à un Raspberry Pi.
D’autre part, s’il y a des schémas ou autre figures à produire pour inclure dans ces documents en LaTeX, Mac OS, ses applications et sa gestion du PDF sont nettement plus efficaces que ce qu’on peut faire tourner sur un Raspberry Pi.

Donc oui, ça peut le faire, mais « tout aussi bien », non. Voilà, d’un seul coup l’achat de ton iMac est parfaitement justifié. ;-)

avatar kays69 | 

Perso le 8❤️ me suffis largement pour des montages en 4K sur FCP sachant que c’est pour le loisir et non professionnel.

avatar marenostrum | 

achète des actions Apple la somme et tu gagneras plus.

avatar pocketalex | 

le 8C me suffit amplement

J'ai envie de dire ... un iMac 5K i7 m'aurait surement tout aussi bien convenu pour ce que je fais (quoique... La Vega ça le fait dans les preview 3D et les rendus) mais je suis très content du Pro 8C

Par rapport à mon ancienne config, je ressens le boost sous le capot, tout est rapide et fluide (C4D, After Effect, Photoshop), les rendus fusent

J'attends néanmoins très impatiemment deux choses :

- Mon prochain NAS TB3 équipé en Full SSD, car la puissance du Xeon et de la Vega est actuellement bridée par notre ancien NAS en Gigabit Ethernet et son débit anémique de 110 Mo/s. J'essaie de bosser au mac en local mais ce n'est pas tout le temps possible
- Qu'Adobe optimise certains logiciels pour le multi, et notamment After Effects

Après, on pourra vraiment s'amuser

Très belle bête cet iMac Pro. Sur le papier, on s'étonne du concept d'un tout-en-un équipé en Xeon et CG puissante, cela parait contre-nature. Mais à l'utilisation, ça en devient une évidence.
On a une station de travail complète, simple, qui marche et dont on a pas à se préoccuper, on se concentre sur le travail.

Et l'écran 5K ... quel confort.
J'ai tout de suite branché un écran 24" pour étendre l'espace de travail, mais ne l'utilisant pas, je l'ai finalement débranché.

avatar benjico | 

Pour l'optimisation des rendus After, j'ai pris RenderGarden. Du coup je lance des rendus sur 6 coeurs en tache de fond et je continue à bosser sur After comme si de rien n'était ( j'ai un 10C ). C'est magique...

avatar lenogre | 

La différence est vraiment loin d'être phénoménale entre un 10 et un 18 cœurs, c'est très décevant.
La meilleure config reste finalement le 10 cœurs.

avatar pocketalex | 

tu t'attendais quand même pas à des performances x2 ?

avatar BeePotato | 

@ lenogre : « La différence est vraiment loin d'être phénoménale entre un 10 et un 18 cœurs, c'est très décevant. La meilleure config reste finalement le 10 cœurs. »

Comme ça a déjà été dit, ça dépend des besoins de chacun.
La différence n’est effectivement pas phénoménale quand on teste avec une seule application — simplement parce qu’il est rare d’avoir une application susceptible d’occuper pleinement autant de cœurs.
Mais pour quelqu’un qui fait exécute régulièrement en parallèle deux tâches susceptibles d’utiliser chacun une dizaine de cœurs (un gros calcul en fond pendant qu’on utilise une autre application bien gourmande, ou simplement deux gros calculs en fond pendant qu’on prépare la suite en travaillant avec une troisième application), la configuration à 18 cœurs deviendra intéressante. Reste ensuite à voir en fonction du budget, bien sûr.

Tout ça juste pour dire que les benchmarks présentés ici ne représentent pas tous les cas d’usage possible d’une telle machine, loin de là.

avatar byte_order | 

> La différence est vraiment loin d'être phénoménale entre un 10 et un 18 cœurs,

Ben si, y'a 8 coeurs de plus.

> c'est très décevant. La meilleure config reste finalement le 10 cœurs.

Non, la meilleure config c'est d'avoir des logiciels capables d'exploiter au mieux le nombre de coeurs dispo et d'en avoir *alors* le plus possible.

Sauf que c'est pas si simple de bien exploiter le maximum de coeurs possibles en parallèle, certains algos ne scalent correctement qu'en puissance de 2, et/ou que si les données sont dans deux caches différents (voir deux noeuds NUMA distincts), et/ou certains sont codés avec les pieds, ou certains encore sont de toute façon surtout I/O limited, etc.

Donc à un instant T et en fonction des algos disponibles, tous les coeurs ne pourront pas forcément correctement exploités, et à prix par coeur lineaire (ce qui n'est pas le cas, au passage, y'a un surcout qui peut être intéressant d'accepter pour préparer l'avenir proche...) la config affichant le meilleure rapport perf/prix n'est *dans ce cas là* pas forcément celles avec le plus de coeur.

A un instant T.

Imaginez que Adobe se penche sérieusement (on ne rit pas !) sur l'optimisation pour tirer pleinement parti d'un nombre de coeurs important juste *après* votre achat de cet config, pas de bol, une config supérieure est désormais celle qui a un meilleure rapport. Cela peut être ça l'avenir proche.

Bref. C'est pas une question de nombre de coeurs, c'est une question de qualité du code parallèle dans les applications dont vous avez besoin.

avatar pocketalex | 

"et/ou certains sont codés avec les pieds"

on avait dit qu'on parlerait pas d'Adobe 😂

CONNEXION UTILISATEUR