FileMaker 19 sera la dernière mise à jour annuelle

Nicolas Furno |

C’est une vieille tradition annuelle qui va bientôt disparaître. On est en mai et on a donc droit à une toute nouvelle version de FileMaker, cet outil développé par une filiale d’Apple qui servait à l’origine de gestionnaire de base de données et qui permet désormais de créer des applications métiers. FileMaker 19 est disponible pour tout le monde avec son lot de nouveautés, mais ce sera la dernière mise à jour majeure et annuelle.

Rassurez-vous, FileMaker n’est pas abandonné, mais son créateur — qui se nomme à nouveau Claris depuis l’an dernier — adopte un nouveau modèle reposant sur des mises à jour continues. Il ne sera plus nécessaire d’attendre le mois de mai pour mettre à jour l’app et recevoir toutes les nouveautés annuelles, FileMaker sera mis à jour tout au long de l’année.

Exemple d’une app générée avec FileMaker (capture AppleInsider).

Un changement symbolique qui accompagne une évolution de longue date pour cet outil professionnel. Même si FileMaker est toujours une app à télécharger sur macOS et Windows, et même si on peut obtenir une licence perpétuelle pour l’utiliser, la majorité de ses utilisateurs repose sur le service web et un abonnement mensuel. D’ailleurs, l’une des nouveautés de cette année est que la version que l’on peut installer sur ses propres serveurs est désormais compatible avec Linux. C’est le système qui domine cet univers et la compatibilité simplifiera le déploiement de la solution.

FileMaker 19 améliore aussi le processus de créations d’apps en proposant aux développeurs d’utiliser des modules fournis par des tiers qui ajouteront des fonctions. En guise d’exemple, Claris cite la possibilité de générer une galerie d’images très rapidement, si c’est nécessaire dans une app. Dans la même veine, on pourra plus facilement intégrer du code JavaScript pour enrichir les apps générées avec la plateforme. Enfin, les apps créées pour iOS pourront bénéficier de technologies propres à cette plateforme : les raccourcis Siri, la lecture de tag NFC sur les iPhone récents et CoreML, la brique d’Apple pour l’apprentissage automatisé.

Vous avez plusieurs options pour utiliser cette plateforme : souscrire à l’offre FileMaker Cloud où tout est géré par les créateurs de l’app1, à partir de 21 € HT par utilisateur et par mois, avec une facturation minimale à l’année pour cinq personnes. La version à installer sur ses propres serveurs est facturée à partir de 16 € HT par mois et par utilisateur, avec les mêmes conditions. Enfin, il existe des licences finales pour les utilisateurs uniques, à 576 € HT (209 € HT si vous possédez une licence récente).


  1. Avec, autre nouveauté de 2020, la possibilité de concevoir et créer les apps directement depuis le cloud, ce qui rend les apps macOS et Windows facultatives dans ce cadre.  ↩

Tags
avatar occam | 

Et... clap de fin pour un logiciel que j’utilisais tous les jours depuis ce matin de 1985 où une boîte en carton bien cabossée, dont l’inspection des douanes avait arraché le couvercle puis bouché le trou avec du ruban adhésif, m’est arrivée direct de Nashoba Systems. Eh oui, Apple n’a fait, plus tard, qu’acheter FileMaker. Assez d’histoire, les aficionados se renseignent ici :
https://www.dancing-data.com/history-of-filemaker.html

Mais la direction prise par Claris n’est plus la mienne.
Depuis longtemps.

FM Pro 18 est déjà ma version finale, le temps d’effectuer la conversion de toutes mes bases de données vers des formats et supports ouverts.

So long, et merci for all the fish !

avatar beachris | 

De quels supports ouverts parles-tu ? Moi aussi, j'utilise FileMaker depuis la fin des années 80 et j'aimerais bien trouver une solution plus légère pour les fichiers du retraité que je suis devenu ! Merci...

avatar marenostrum | 

mon frère développe des applications avec FileMaker Pro Advanced depuis 20 ans, je lui ai posé la question, il m'a dit un programme qui s'appelle Xojo, mais qu'il n'a jamais trouvé bon.
sinon gratuit la solution est d'utiliser Java + php (la plupart des entreprises utilisent ça maintenant parce que FileMaker est trop cher). mais plus simple et rapide est d'apprendre direct le Swift m'a dit. ce qu'il aurait fait lui-même s'il voulait toujours developper, mais il veut se consacrer à la peinture maintenant parce que le temps passe vite.

FileMaker était pour des gens bricoleurs, qui la plupart n'étaient pas développeurs dans leur métier principal, mais consacré à d'autres choses. ça facilitait la vie, tu développais relativement vite un truc et surtout seul (sans besoin de créer une équipe ou boite entière pour faire un programme). avec les autres solutions qui se présentent il faut plus de boulot.

avatar mediapress | 

Très déçu aussi de cette nouvelle... je pense que c'est un choix assez risqué, l'application étant très spécialisée, elle va se priver d'un nombre important de clients... (autant Adobe était presque incontournable autant Filemaker n'est pas aussi indispensable... Ca sent la fin de ce logiciel...

avatar mediapress | 

Ça montre aussi que ce n'est pas bon de s'investir dans des solutions qui ne sont pas Open Sources, quand on est tributaire d'un éditeur qui agit comme ça, on l'a dans l'os...

avatar fmuser | 

Cela fait un moment que FileMaker pousse ses clients vers des licences sous forme d'abonnement, j'imagine que la plupart ont dû déjà suivre pour que ce choix soit fait.

FileMaker est une plateforme complète qui permet de faire du développement rapide, ce que l'on paye en licence, on le récupère largement en temps de développement et en support gratuit. Avec FileMaker, on n'a pas besoin d'embaucher une équipe de développement, un seul développeur suffit pour mettre en place une solution complète et sur mesure.

La bonne nouvelle est la sortie d'une version serveur pour Linux. Mac OS est toujours moins adapté comme serveur, et Windows manque de stabilité, j'espère que cette version Linux donnera le meilleur des deux.

avatar cybergl | 

Terminé pour moi aussi
Trop cher pour mes clients.

avatar mediapress | 

Lorsque tous les anciens clients auront disparus, Filemaker sera t-il capable de se rendre attractif aux plus jeunes ? Un système propriétaire et maintenant par abonnement pourra t-il s'imposer face à des systèmes open source de programmation comme swift ? Comment vont réagir tous ceux qui l'utilisent pour leurs propres usages pour des petits besoins personnels de gestion mais pour qui ça va devenir un budget mensuel ? Avec la crise financière qui s'annonce, la perte de clients pour Claris risque d'être plus grande que celle qui ont sans doute prévue...

avatar BeePotato | 

@ mediapress : « Comment vont réagir tous ceux qui l'utilisent pour leurs propres usages pour des petits besoins personnels de gestion mais pour qui ça va devenir un budget mensuel ? »

En effet.
Pour de tels usages, peut-être devraient-ils voir si un outil tel que LiveCode pourrait leur convenir.

avatar switch | 

L'article est mal traduit, mais j'ai compris que FMPro 19 sera la dernière version client proposée en achat "perpétuel" (avec un numéro de série), et laissera sa place à une version avec abonnement (comme c'est déjà le cas de la version serveur).
Beaucoup de développeurs vont donc tranquillement rester à la version 17/18/19 et y rester aussi longtemps que possible.
Claris pousse également très fort la version serveur hébergée chez eux, beaucoup plus lucrative que la version serveur classique… et oriente très clairement les développeurs vers le déploiement de solutions web. Mais ce type de solution exige une connexion internet permanente côté client, et n'est pas adaptée au stockage de données confidentielles puisqu'il est impossible de savoir où sont SES données.
La version serveur installable sur Linux est quand même une excellente nouvelle.
Par contre l'absence d'une version mobile (FileMaker Go) sous Androïd manque très cruellement.
Les alternatives sont rares, et LiveCode est très différent de FileMaker et pas clairement orienté "bases de données".

avatar mediapress | 

le runtime est également supprimé d'après ce que j'ai pu lire...
(je suis à la version 16, je voulais passer à la version 19, mais je vais l'annuler, je n'ai plus aucune perspectives d'avenir avec Filemaker maintenant, je suis utilisateur, mais je ne vends pas de solutions sur le web, tout est en local, Claris veut clairement se passer de gens comme moi qui font leur propre base de données perso en local...

J'avoue que je suis vraiment pas content, j'ai passé des semaines de programmation pour arriver au résultat que je voulais sur Filemaker et ça part à l'eau...

avatar switch | 

En effet mediapress, la création de runtimes n'existe plus dans la version 19, et si tu veux diffuser ta création, je te conseille la version 17 qui tourne encore sur Sierra et surtout sur Windows 10.
--
C'est une catastrophe pour nombre de développeurs qui codent et vendent leurs solutions par le biais des runtimes. Comme par exemple, cette appli pour renommer et organiser des photos et vidéos en masse:
www.exifphotoworker.com
--
La casse va être énorme parmi ces développeurs qui sont désormais bloqués à la version 18 et ne pourront pas demander à leurs clients de prendre un abonnement à FMPro_19 pour utiliser une solution en local.
--
FileMaker vient de commettre une erreur de stratégie car elle va rapidement perdre beaucoup de développeurs.
--
Une solution plus astucieuse (moins lucrative à court terme mais plus pérenne) aurait été de rendre la version 19 client gratuite et de rendre payantes les fonctionnalités "Advanced" comme la création de menus et bien sur la fonctionnalité de création de "runtimes" (à condition que les runtimes puissent faire tout ce que fait la version client, ce qui n'à jamais été le cas (la honte totale pour FileMaker !!) et monnayer la fonction de partage depuis un poste client et bien sur les versions serveur (local et hébergé chez FileMaker), quitte à passer toutes ces options payantes en abonnement.
Claris aurait ainsi permis la diffusion mondiale de FileMaker "pour tous", ça aurait été énorme, comme quand Apple à décidé de rendre OSX "gratuit".
--
Mais les jeunes loups à la direction de Claris ont opté pour une stratégie cupide de très court-terme, qui risque bien de voir le nombre d'utilisateurs et de développeurs se réduire comme peau de chagrin année après année… au profit de son concurrent direct: 4D
https://fr.4d.com
--
LiveCode n'a pas commis la même erreur: l'application est gratuite et permet de coder et créer des runtimes tout de suite, avec une offre tarifaire adaptée selon les besoins.
Mais LiveCode est différent dans son approche et par bien des aspects beaucoup plus complexe que FileMaker, avec un passage obligé par la programmation évènementielle orientée objets dont la courbe d'apprentissage est vraiment raide malgré des concepts (hérités de feu HyperCard) faciles à appréhender, mais dont le langage de programmation (en anglais) compte énormément de termes, ce qui prend des années à apprendre et à maîtriser.
LiveCode à néanmoins un très gros problème par rapport à FileMaker Pro: une fois compilés, les runtimes LiveCode sont verrouillés en écriture (sauf bidouillages), alors que les runtimes de FileMaker sont réellement orientés bases de données, donc utilisables en lecture et écriture.
https://livecode.com/products/livecode-platform/pricing/

avatar marenostrum | 

c'était devenu compliqué de plus en plus par les systèmes (macOS et Windows) l'acceptation des apps runtime, me dit mon frère. notamment avec la notarisation des apps, où les procédures d'acceptation changent continuellement. et se font automatiquement par des scripts. bref Filemaker n'a pas voulu casser la tête pour tenir à jour Runtime, que pour quelques rares développeurs qui proposent des solutions indépendantes, via runtime.
en ce qui concerne le manque des fonctions de runtime, lui compensait par Apple Script et des plugins, pour réaliser des interfaces identiques que les apps natives.

son site : https://www.zoftware.net/fr/

avatar switch | 

FileMaker à été en dessous de tout en créant de très nombreuses restrictions dans les runtimes.
Et compenser ces fonctions manquantes pour générer un runtime nécessite l'utilisation de plug-ins, parfois fort coûteux.
FileMaker n'à également rien proposé pour certifier et "notarier" les runtimes sur Mac: il faut faire ça avec des shell scripts, un véritable enfer.

avatar Carnutes | 

@switch

Les restrictions du runtime existent depuis plus de 20 ans ! Rien de nouveau. FileMaker annonce l’arrêt du runtime depuis plus de 10 ans !

avatar oomu | 

"Claris aurait ainsi permis la diffusion mondiale de FileMaker "pour tous", ça aurait été énorme, comme quand Apple à décidé de rendre OSX "gratuit"."

amusant, je considère encore "osx gratuit" comme une catastrophe.. ^^,

avatar switch | 

OSX n'est pas vraiment gratuit, car on sait tous qu'on le paye quand on achète un Mac (fort cher !)
Sa "gratuité" à été une stratégie géniale permettant l'installation de la dernière version d'OSX, réduisant ainsi la fragmentation des versions installées, et permettant de rendre obsolètes les vieilles versions le plus rapidement possible.
Quand au contrôle qualité d'Apple, c'est une autre histoire…

avatar marenostrum | 

c'est plutôt pour la facilité et la sécurité du développement de leurs services en ligne, films, musiques, jeux, etc. ils en gagnent beaucoup maintenant par ce biais.

ils font pas exprès de rendre difficile la vie de leurs clients, parce que ils savent que c'est jouer avec le feu. les clients on peut pas les fidéliser comme ça. ils vont pas changer de mac tous les ans, etc. par contre pour eux c'est plus facile pendant le développement prendre en compte que le système le plus récent. et pas une dizaine de systèmes.

avatar Toinouco | 

J’ai remplacé FileMaker par October CMS et son backend configurable avec le plugin builder... Si ça peut vous intéresser...

avatar jcp25 | 

Filemaker a laissé tomber le Pro avec la version 19 pour devenir Claris Filemaker.
Cela fait 25 ans que mon activité principale était le dev de bases FMP et je suis bien content d'arrêter mon activité.
Je ne garde que quelques anciens clients.
Depuis quelques années, personne ne comprend ou Apple/Claris veut aller avec FMP.
Le coût de dev est passé en 10 ans de 20k€ (40k€ sur 10 ans) a plus de 40k€ de mise de départ (hors licences et serveurs). À ces tarifs Oracle (ou autres) est beaucoup plus polyvalent.
On est passé d'un système tournant en serveur sur 1 ou 2 Macmini a des serveurs sous Windows car plus de materiel chez Apple et surtout une politique incompréhensible de version serveur / version OS. Sur Mac c'est deux ans de versions OS ensuite obsolescence ; sur Windows 10 ans. Et sur Win10 serv, on profite de tout l'environnement qui existe déjà chez le client.
Mais surtout, la ou attendait, entre autre, un support complet du SQL, on est resté sur un support mini (bien utile) et l'ajout de fonctionnalités peu utiles.
Et depuis trois ans Filemaker est très clair : migrer tout dans le cloud sur AWS avec sécurité renforcée mais à des coûts de 10k€/20k€+ par an. Et la, cela coince.
Sachant qu'il faut tout reecrire au bout de 10 ans, beaucoup d'entreprises sont parties ou partent "ailleurs"!
Car le paysage à bien changé avec des offres sous PHP etc clés en mains plus logiques qu'un dev et moins chères. Et si besoin d'un dev, le coût total fait basculer sur d'autres systèmes (pour le même prix on peut avoir de l'Oracle entre autre. Quand j'ai commencé, le ticket sur Oracle était de 1M$... Aujourd'hui on trouve à partir de 40/50k€ !)
Et surtout FMP, c'était surtout Mac et aujourd'hui il vaut mieux Win10 ! Attention, je ne dit pas que Oracle est mieux. Seulement que vu l'investissement... Il y a plus pérenne que FMP.
Mais je m'amuse toujours à développer sur FMP...
Pour moi... RIP FMP!

avatar switch | 

Merci jcp25, tu confirmes que dans l'univers des pros des bases de données FileMaker s'est également tiré une balle dans le pied, pour ne pas dire coupé les deux jambes…

avatar fmuser | 

Je suis aussi dans l'univers des pros des bases de données FileMaker et je trouve ces évolutions plutôt satisfaisantes. FileMaker continue de se professionnaliser et de cibler toujours plus les PME qui ont besoin d'applications de gestion sur mesures, particulièrement en client / serveur.

Je n'utilise plus le runtime depuis longtemps (son abandon étant annoncé depuis des années), les coûts d'abonnement ont plutôt diminué en 10 ans et inclus du support, la plateforme est toujours plus fiable et plus ouverte, l'arrivée du serveur sur Linux et les mises-à-jours continues devraient enfin réduire considérablement les temps d'installation et de mises-à-niveau.

Oracle, c'est très bien, mais cela vise plutôt des grosses infrastructures, c'est du lourd et cela demande une bonne équipe derrière.

PHP, Java, et Swift, c'est très bien aussi, mais ce sont des langages de programmation, ils ne concurrencent pas FileMaker, qui est une plateforme complète d'applications centrées sur la base de données.

avatar jcp25 | 

@fmuser
Chacun voit midi à sa porte.
Le serveur Linux n'est pas vraiment intéressant car les entreprises sont majoritairement déjà sous WinServ et Claris pousse les solutions AWS.
Et comme je disais FMP est de plus en plus cher en terme de dev.
Ce qui rend très onereux des solutions pointues pour des PME. Les plug-ins qui ajoutant des fonctionnalités qui auraient du exister sont de plus en plus cher et condamnés à courte/moyenne échéance car Apple n'en veut plus.
Un bon dev sur FMP est aujourd'hui dans la fourchette 1000/1500€ par jour car il a besoin de beaucoup plus de connaissances. Ceci explique cela.
Si j'avais 20 ans de moins, je retournerai tranquillement sur Oracle et ajusterai le mix FMP/Oracle en fonction des demandes... Avec 10 ans de moins... je ne sais pas ce que j'aurai fait.
Et je ne suis pas seul dans ce cas. Tous les dev avec qui je travaille et avec qui j'ai travaillé aux US sont dans cet état d'esprit.
Je dis bien "etat d'esprit". Ils ont fait ou ils feront comme moi des choix dans un sens ou dans un autre en fonction de leurs propres critères.
C'est l'avantage quand on est décisionnaire. On prend la décision et on assume la réussite ou l'échec.
Mais comme je disais je continue à assurer chez mes bons clients la maintenance tant qu'ils le veulent. Seulement je ne démarre plus de nouveaux chantiers.
Il faut dire que mon activité se rajoute maintenant à ma retraite et est limité à 30k€ par an en auto entreprise. Donc maxi 20/25 jours par an factures ce qui ne va très bien.

avatar Carnutes | 

@jcp25

Les développeurs professionnels attendaient le support SQL complet dans FileMaker. Ha bon ? Vous ne parlez pas en mon nom en tout cas. Le moteur de rechercher de FileMaker étant plus puissant et simple que le SQL.

Avec FileMaker il faut tout réécrire tous les 10 ans. La encore : ha bon ? Si la solution a été développée de manière professionnelle : non ce n’est pas la peine. Et pour les solutions non professionnelles développées il y a 10, 20 ou 30 ans : généralement il n’y a juste une conversion de fichier à effectuer et pas ou peu de modifications à faire. Et l’utilisateur retrouve ses réflexes immédiatement ! Je le constate tous les jours.

Enfin, ceux qui ont une licence annuelle (abonnement) n’ont pas à débourser quoi que ce soit pour obtenir la dernière version. On peu être ou non contre l’abonnement, mais depuis la mise en place de la licence annuelle, les clients sont plus sereins,.

avatar jcp25 | 

@Carnutes

Les développeurs professionnels attendaient le support SQL complet dans FileMaker. Ha bon ? Vous ne parlez pas en mon nom en tout cas. Le moteur de rechercher de FileMaker étant plus puissant et simple que le SQL.

Avec FileMaker il faut tout réécrire tous les 10 ans. La encore : ha bon ? Si la solution a été développée de manière professionnelle : non ce n’est pas la peine
--
Comme je disais, chacun voit midi à sa porte.
Non, le moteur de recherche de FMP n'est pas plus puissant que SQL car il obligé à créer des TO.
La plupart des bases écrites il y a 10 ans l'ont été sur du .fmp7
Il y a eu tellement de changements avec le passage en .fmp12 que les bases converties sont lentes. Avec des centaines de TO là ou SQL fonctionne en direct.
Qui plus est l'UI à complètement changee. Il y a 10 ans on travaillait sur des impressions, aujourd'hui sur des PDFS et des mails.
Et la gestion des mails sur FMP aujourd'hui passe par des plug-ins permettant de tout faire. Même chose pour la gestion des envoiS FTP
Pire que cela, le gros problème de FMP était la gestion des modifications de structure. Aujourd'hui cela se fait via un plugin mais c'est très merdique sur des bases converties.
Sur les anciennes versions les TO acceptaient le many to one. Sur les nouvelles, cela merde parfois.
Je pense que l'on est pas dans les mêmes bases.
Je respecte ton boulot, respecte le mien.
Quand aux bases d'il y a 30 ans... FMP à démarré il y a 25 ans. Et je peux t'assurer que les premières bases mêmes converties deux fois sont inutilisables.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR