Uber suspend ses voitures autonomes après un accident mortel

Nicolas Furno |

Un prototype de véhicule autonome conçu par Uber a tué un piéton hier à Tempe, en Arizona. Une femme de 49 ans a été percutée par l’un des SUV Volvo modifiés par l’entreprise spécialisée dans les VTC et elle est morte des suites de ses blessures. Uber a immédiatement interrompu son programme de voitures autonomes en Amérique du Nord, au moins le temps que l’enquête arrive à son terme et livre ses conclusions.

Le véhicule impliqué dans l’accident (photo ABC15).

On sait néanmoins déjà que le véhicule était bien en mode conduite autonome quand l’accident a eu lieu. On sait aussi qu’il n’a pas ralenti du tout et qu’il a foncé sur le piéton à 40 mph (environ 65 km/h), probablement parce que l’ordinateur de bord ne l’a pas détecté. L’accident s’est produit pendant la nuit et la victime traversait a priori la route sans emprunter un passage piéton et les premiers retours suggèrent qu'elle est sortie brutalement d'une zone obscure pour avancer sur la route.

Ce n’est pas une excuse pour justifier la faiblesse du véhicule, toutefois. Pour qu’une voiture autonome soit viable, elle devra gérer tous les cas de figure, y compris les comportements parfois irrationnels et surprenants des humains. En théorie, la conduite informatisée devrait même être meilleure qu’un conducteur en chair et en os pour prévoir les risques et réagir rapidement. La preuve d’ailleurs avec l’accident mortel qui implique Uber : il y avait une personne derrière le volant, pour intervenir en cas de problème. Manifestement, elle n’a pas pu réagir à temps.

Certains remettent déjà en cause le concept même de conduite autonome, mais il faut aussi rappeler qu’Uber avance très rapidement dans ce domaine, peut-être trop rapidement. La firme a présenté ses premiers véhicules il y a près de deux ans, et fidèle à sa réputation, elle a commencé à les faire rouler sans aucune autorisation. Un conducteur reste en permanence présent dans les voitures, mais cela n’a pas été suffisant pour rester à San Francisco, où l’entreprise avait commencé des essais fin 2016. C’est d’ailleurs suite à cette interdiction que ses Volvo autonomes ont commencé à rouler en Arizona.

Ajoutons que ce n’est pas le premier accident impliquant une voiture autonome Uber. Il y a pratiquement un an jour pour jour, un autre SUV Volvo modifié par l’entreprise est rentré dans deux autres voitures à une intersection, alors que le véhicule roulait sans intervention humaine. Cet incident n’avait fait aucune victime, mais il est intéressant, parce que c’est encore une fois la même raison : un autre véhicule n’a pas cédé le passage, comme le code de la route l’obligeait. Dans un cas, comme dans l’autre, le module de conduite autonome s’est laissé surprendre par un événement anormal qui n’avait probablement pas été pris en compte par les algorithmes.

Spectaculaire, mais sans victime, cet accident impliquant déjà un véhicule Uber en conduite autonome l’an dernier. (Photo @fresconews)

Faut-il en conclure que la solution d’Uber est inférieure à celle des concurrents ? C’est difficile à dire sans les conclusions de l’enquête concernant cet accident, mais aussi parce que l’entreprise est très discrète sur son programme de conduite autonome et qu’on ne sait, au fond, pas grand-chose à son sujet. Rappelons aussi que ce n’est pas le premier accident mortel impliquant une voiture autonome, c’est une Model S de Tesla qui avait tué son conducteur courant 2016. Le constructeur avait mis à jour ses voitures quelques mois plus tard pour ajouter des mesures de sécurité supplémentaires qui auraient évité l’accident. Et les conclusions de l’enquête menée par les autorités américaines avaient finalement innocenté l’autopilote, en ajoutant qu’au contraire, il contribuait à réduire le nombre de crash.

In fine, c’est ce qu’il faut garder en tête à propos de ce nouvel accident et de la conduite autonome. Les voitures autonomes peuvent rester nettement plus sûres que les modèles traditionnels, même si elles ne sont pas infaillibles. Uber collabore avec les forces de l’ordre et on imagine que l’entreprise corrigera ses voitures pour éviter que ce type d’accident se renouvelle à l’avenir.


avatar harisson | 

@victoireviclaux

C'est devenu impossible, l'Information est en temps réel, en continu et massifiée (aucun site d'information n'a fait l'impasse sur celle-ci). Et même le résultat de l'enquête sera soumis à interprétation... si les sites d'informations le relaient.

avatar 406 | 

Perso, j'ai le freinage d'urgence. c'est sympa. par contre, ce week-end, j'ai roulé alors que la neige tombait. les capteurs se sont retrouvés couvert de qq millimètres de glace. le régulateur adaptatif m'a fait foncer dans le q de la 206 devant moi mais j'ai ralenti à temps...

avatar conster | 

résumons,
une voiture autonome d'environ 1.5 tonne roule à 65 km/h. il y a un ingénieur à bord.
Une personne sort de nul part avec son vélo. Si proche du véhicule que ni les capteurs, ni le chauffeur ne peuvent réagir à temps.
Seulement voilà, ici la bonne vieille physique, celle que l'on apprend à l'école s'applique et 1.5 tonne lancée à 65 km/h ne s'arrête pas sur quelques mètres. Je vous laisse les calculs, j'ai pas le courage.
Bref, impossible de l'éviter, même pour une machine.

avatar claude72 | 

@ conster
"... 1.5 tonne lancée à 65 km/h ne s'arrête pas sur quelques mètres. Je vous laisse les calculs, ..."

(edit) Pour une voiture de tourisme standard, équipée de pneu standard homologués sur route (/edit) le poids n'a pas beaucoup d'influence sur la distance d'arrêt (seulement sur la force de l'impact et donc sur les dégâts qui s'ensuivent !).

65 km/h / 3,6 = 18,05 m/s ... j'arrondis à 18 !

Si c'est un système électronique/informatique qui freine, alors il n'y a pas de temps de réaction, et on peut compter sur une décélération de 6 m/s2
(c'est la décélération normale d'une voiture particulière équipée de pneumatiques standard sur route sèche avec un système d'assistance au freinage ou de freinage électronique pour avoir la décélération maximale sans blocage des roues du début du freinage jusqu'à l'arrêt)
il lui faut donc 18 / 6 = 3 secondes pour s'arrêter
pendant ces 3 s la vitesse moyenne du véhicule sera de (18 + 0) / 2 = 9 m/s
donc la distance parcourue sera de 3 s x 9 m/s = 27 mètres

***********

Le même cas avec un humain aux commandes :

ça commence par un temps de réaction...
- un très bon conducteur, attentif, prêt à réagir, avec une voiture automatique et qui utilise son pied gauche pour freiner réagira en environ 0,3 s :
0,3 x 18 = 5,4 m
- un conducteur moyen (voire moyen-moins), peu attentif, surpris, avec une boîte méca (donc il accélère et freine avec le pied droit et doit donc passer son pied droit de la pédale d'accélérateur à la pédale de frein) réagira en plutôt 1 à 2s :
1 s x 18 = 18 m
2 s x 18 = 36 m
parcourus pendant le temps de réaction

ensuite si on compte seulement 5 m/s2 de décélération (car l'humain freine moins bien que l'informatique : il freine moins fort au début et il a tendance à bloquer les roues à la fin), le temps de freinage est de : 18 / 5 = 3,6 secondes
à la même vitesse moyenne de 9 m/s ça fait une distance de freinage de 3,6 x 9 = 32,4 m
- dans le cas le plus favorable : 5,4 + 32,4 = 37,8 m
- dans le cas le moins favorable : 36 + 32,4 = 68,4 m
- avec une moyenne à : 18 + 32,4 = 50,4 m

avatar conster | 

@claude72

Merci beaucoup pour vos lumières.
En résumé, dans les deux cas de figures,c’était malheureusement inévitable.

avatar claude72 | 

@ conster

Oui...

C'est pourquoi la vitesse en ville a été réduite il y a quelques années de 60 km/h à 50 km/h : comme la collision avec un piéton (celui qui débouche d'entre deux voitures sans regarder, ou le gamin qui court après son ballon) est souvent inévitable, et que certains accidents se produisent même avant que le/la conducteur/trice n'aie eu le temps de freiner (donc le piéton est buté à la vitesse à laquelle roule le véhicule, sans ralentissement) alors la vitesse autorisée en ville a été réduite à une valeur suffisamment faible pour la collision ne soit plus mortelle : un piéton buté par une voiture à 60 km/h était (le plus souvent) tué, alors qu'à 50 km/h il n'est que blessé (certes gravement, mais pas tué, ou du moins il a plus de chance de s'en sortir).

avatar Paquito06 | 

@claude72

“Le poids n'a pas d'influence sur la distance d'arrêt (seulement sur la force de l'impact et donc sur les dégâts qui s'ensuivent !).”

Je ne sais pas qui pense encore cela mais Newton et Einstein bondiraient ?

avatar r e m y | 

@Paquito06

Il n'a pas tord. Ce n'est pas que les lois de la physique ne s'appliquent pas aux véhicules automobiles, mais en raison d'un dimensionnement des freins par le constructeur, adapté au poids du véhicule à arrêter.
Un 38 tonnes ne nécessite pas 20 fois plus de distance pour s'arrêter qu'une berline.

avatar debione | 

C'est un peu plus compliqué que cela... Une locomotive lancée à 100km mettra largement moins de temps à s'arrêter qu'un train de 1km chargée de marchandise. Le poids fait toutes la différence...

Si effectivement les freins sont dimensionnés en fonction du véhicule, tu te retrouves quand même avec les lois de la physique... Alors un 38 tonnes ne mettra pas 20 fois plus de distance pour freiner qu'une voiture lambda, mais les disques ne sont pas non plus 20 fois plus gros et plus puissants. Par contre 2-3 fois plus de distance cela oui ( il suffit d'avoir rouler une fois avec un utilitaire charge à bloc pour savoir que si tu n'anticipe pas énormément le freinage ben tu loupes simplement le stop.)

avatar Paquito06 | 

@r e m y

Ca en a fait bondir plus d’un, qui ont pris le temps de repondre ??

avatar claude72 | 

@ Paquito06

"Je ne sais pas qui pense encore cela mais Newton et Einstein bondiraient ?"

C'est plutôt en lisant ta réponse qu'ils bondiraient : va réviser tes notions de physique, et on en reparle après.

avatar Paquito06 | 

@claude72

La phrase bateau sur les notions de physique ?
Je te laisse lire la suite des commentaires plus haut, ca peut te mettre sur la voix. Aussi, on parle de masse, non de poids (sauf pour la pesee du bipede qui surveille sa ligne ou lors du salon de l’agriculture ?).
Ou relire la seconde loi de Newton, au choix, je te mets sur la piste: ca s’appelle l’equation du mouvement dans la langue de Moliere.

avatar claude72 | 

@ Paquito06

"La phrase bateau sur les notions de physique ?"

Content que ça te fasse rire ! Ceci dit, c'est peut-être bateau, mais surtout c'est complètement vrai : c'est bien de connaître l'équation du mouvement, mais il faut aussi savoir quand et comment l'appliquer !
L'équation du mouvement va permettre de calculer la décélération maximale du véhicule en fonction de sa masse et de sa vitesse maximum (donc de son énergie cinétique) opposées à la puissance de ses freins et à l'adhérence de ses pneus : pas la peine de le faire, les ingénieurs qui ont conçu la voiture l'ont déjà fait, et ils ont fait en sorte que cette décélération soit dans la norme des voitures de tourisme standard (je corrige dans mon 1er message) pour que la voiture soit homologuée et aussi qu'elle soit dans la moyenne des autres voitures.

Ensuite la décélération (qui tient donc déjà compte de la masse maxi du véhicule) permet de calculer la distance d'arrêt en fonction de la vitesse : donc à partir du moment où la décélération normale d'une voiture est connue (environ 6 m/s2 minimum, entre 8,5 et 11 aujourd'hui selon Wiki) quelle que soit la voiture et sa masse maxi, l'équation du mouvement n'est plus nécessaire pour la calcul de la distance de freinage et la décélération suffit.

Je te donne le même lien qu'à ForzaDesmo et t'invite aussi à refaire le calcul.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Distance_d%27arr%C3%AAt

****

Ceci dit, dans l'exemple donné par conster du piéton qui surgit de n'importe où devant la voiture, souvent le conducteur n'a même pas le temps de freiner... donc seule la vitesse intervient et défini la gravité de l'impact (et c'est ce qui a déterminé l'abaissement de la vitesse maxi en ville de 60 à 50 km/h, et les zones 30)

avatar claude72 | 

@ ForzaDesmo |

"Après avoir lu ca y a même pas à chercher à lire la suite."

C'est dommage pour toi, car si tu avais un tant soit peu lu et, surtout, essayé de comprendre, tu aurais pu voir que mon calcul est exact, n'en déplaise à tes idées préconçues fausses et à tes piètres notions de physique !

Ceci dit, je vais te donner un conseil : avant de réagir à chaud sur un sujet que tu ne maîtrises pas dans un domaine que tu ne connais pas, renseigne-toi et fait un minimum de recherches, ça t'évitera de passer pour un idiot.

***********

"Tu réinventés la physque."

Tu peux commencer tes recherches par cette page sur Wiki, où le calcul est expliqué
(j'avais pris 6 m/s2 comme base de calcul car c'était le standard à l'époque où j'ai appris à le faire... selon Wiki, il s'avère que les voitures d'aujourd'hui freinent mieux)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Distance_d%27arr%C3%AAt

Tu regardes bien l'équation de calcul de DF, tu regardes bien à quoi correspondent les variables "v0" et "a0" et là tu vois bien que le poids du véhicule n'intervient pas dans l'équation.
Ensuite tu refais le calcul de DF avec une vitesse de 18 m/s et une décélération de 6 m/s2... et tu obtiendras 27 mètres, comme je l'ai calculé.

avatar claude72 | 

@ ForzaDesmo

"Tu as gros problème de réflexion apparement.
Ton équation est certe bonne, elle est juste une composante de la réflexion.
Donc ton raisonnement est faux dans ce que l'on veut déterminer tu oublies tous les autres paramètres qui entre en compte dans une distance de freinage ou la masse joue un rôle important."

Je pense que tu ne comprends pas le sujet de la discussion...

On ne parle pas de calculer la distance d'arrêt exacte d'un véhicule : ça c'est du boulot d'ingénieurs concepteurs de voitures, et ces ingénieurs ont déjà fait tous les calculs nécessaires pour dimensionner les freins, les pneus, les trains roulants en fonction de l'énergie cinétique et de tout le reste de manière à résumer tout ça dans un simple chiffre : la décélération possible du véhicule à la masse maxi (ou au PTRA)
Et "mon" équation permet simplement de calculer la distance d'arrêt théorique de la voiture à sa masse maxi en fonction de sa vitesse en utilisant simplement la valeur de la décélération déjà établie par les ingénieurs en fonction de tous les paramètres à prendre en compte.

Le reste je m'en fous : moi, en tant que conducteur moyen, ce qui m'importe c'est de savoir que ma voiture lancée à 65 km/h va avoir besoin de 27 mètres de freinage pour s'arrêter. Point final.
Et c'est vrai quelle que soit la voiture, que ce soit une berline de 1,5 tonne comme celle de l'article ou une Twingo de 600 kg ou un gros SUV américain de 3 tonnes, parceque quelle que soit la voiture elle a dû démontrer une décélération minimum d'au moins 6 m/s2 lors de son homologation par les autorités (UTAC ou DRIRE ?). Et si elle n'est pas capable de décélérer à au moins 6 m/s2 alors elle n'est pas homologuée et elle n'a pas le droit de rouler en France (et probablement aussi ailleurs)
Après si elle ne met que 25 ou 20 mètres pour s'arrêter parcequ'elle n'était pas à la masse maxi, et bien tant mieux, ça va dans le sens de la sécurité et ça m'arrange.

************

"Et j'attends toujours que tu me donnes les distances de freinage entre :
Une voiture :
Une voiture charge Max de son ptac :
Une voiture avec remorque Max. de son ptra:"

On s'en fout de tes tests ! je n'ai pas besoin de les faire parceque (comme tout le monde) j'en connais déjà le résultat : à la masse max, à 65 km/h, théoriquement 27 mètres... Pratiquement, un peu plus à cause de l'usure des freins, des pneus, des amortisseurs, etc.
Et un peu moins qu'un peu plus en-dessous de la masse max... mais je m'en fous, je préfère prendre en compte la distance à la masse max, comme ça quand je suis tout seul dedans ça me laisse une marge de sécurité supplémentaire.

Après, avec une remorque, ça va dépendre si la remorque est freinée ou non, et si oui, comment elle est freinée.

Mais ma voiture est une SmartForTwo, donc seulement 2 places, et il n'est pas possible de mettre 5 personnes dedans (même pas en les tassant dans le "coffre")... et en plus elle n'est pas attelable, donc pas de remorque et pas de PTRA. :-D

***********

" je peux si tu veux te donner l'équation que tu as complètement ignoré pour en arriver à un tel raisonnement absurde."

J'ai toujours soif d'apprendre, alors je t'écoute.
(cependant, évite quand-même de nous sortir un e = 1/2 m v² : ce n'est pas la peine, celle-là je la connais depuis longtemps ! :-D)

Quant au raisonnement que tu qualifies d'absurde, je te rappelle que c'est aussi ce qu'on apprend dans les manuels de code de la route et à l'auto-école, avec une formule simplifiée (et assez approximative) pour calculer la distance d'arrêt en fonction de la vitesse sur route sèche (le carré du chiffre des dizaines de la vitesse) et qui là encore ne fait pas intervenir la masse.
Je t'accorde que l'enseignement de la conduite en France laisse un peu à désirer sur certains points, mais de là à le qualifier d'absurde, il ne faut pas exagérer.

*************

"Faut arrêter Wikipedia ça semble rendre les gens encore plus idiot."

Cette formule est celle qui permet de calculer la distance et le temps du ralentissement de n'importe quel mobile soumis à une décélération... et je l'ai apprise en cours de physique au Lycée.
Même si les infos de Wiki sont parfois discutables, là en l'occurrence Wiki dit exactement ce que j'ai appris au Lycée. Mais comme je n'ai plus mes manuels de physique de l'époque, j'ai utilisé Wiki comme référence.

********

"Allez je t'aide un peu sur une dite constante "a" de l'équation que tu sembles adorer mais que tu interprètes mal."

Je ne vois pas ton aide ???
Ensuite pour moi "a" (en fait "a0") est l'accélération, qui étant négative devient donc une décélération : si ce n'est pas ça, explique-moi ce que c'est, j'attends tes explications.

avatar Paquito06 | 

@claude72

“Après si elle ne met que 25 ou 20 mètres pour s'arrêter parcequ'elle n'était pas à la masse maxi, et bien tant mieux, ça va dans le sens de la sécurité et ça m'arrange”

Ca contredit avec exactitude ton affirmation precedente, d’où la seconde loi de Newton (un peu plus complexe que le wikipedia fr, la version us est peut etre plus detaillee, a voir). 5 metres par ci, 5 metres par la... Au micron pres, une navette ou fusee, au choix, se plante. Non, la masse n’est pas une variable a negliger pour la distance de freinage. Au pire, on monte des freins de camion en ceramique a chaque auto et y a plus de souci, hein ?

avatar claude72 | 

Paquito06

"Ca contredit avec exactitude ton affirmation precedente, "

Je pensais que tu avais compris... c'est peut-être de ma faute, j'ai peut-être manqué de clarté, donc je vais le dire plus clairement : que ce soit une berline de 1,5 tonne ou une Twingo ou un gros SUV américain de 3 tonnes la distance de freinage sera à peu près la même car toutes les voitures homologuées sur route ont une capacité de décélération à peu près identique à la masse maxi, et elle est toujours supérieure à 6 m/s².
Après, le calcul est simple à faire pour avoir la distance de freinage à la masse maxi sur route sèche.

avatar claude72 | 

ForzaDesmo

"... un cours juste avant moi ?"

Si tu appelles ça un "cours", alors ça explique ton manque d'érudition : un cours, c'est un peu plus complet qu'une vague affirmation en 3 lignes.

Quant à toi, tu ne donnes pas de cours, tu ne réponds même pas aux questions !
Je m'attendais à ce que tu sois capable de développer tes affirmations, que tu m'apprennes quelquechose que je ne savais pas, j'attendais avec l'espoir de m'instruire... mais en fait, non, rien, que dalle : dans tes messages il y a juste de l'ironie, des moqueries et des insultes,

En fait, tu es juste quelqu'un qui essaye piteusement d'exister en cachant son manque de savoir et d'érudition avec sa grande gueule. Tu es juste un fanfaron de machine à café. C'est pathétique.

avatar Grizzzly | 

Je me demande comment tout cela va évoluer.

Quand bien même, j’ai beau savoir rationellement que le vehicule autonome est plus fiable que le véhicule piloté par un humain, j’ai quand même moins peur de traverser la rue devant un humain responsable au volant, conscient de la valeur de la vie humaine, que devant une machine programmée.

Cet accident montre bien en tout cas que même si la voiture autonome est plus fiable statistiquement parlant, chaque accident causé par la machine sera aussi beaucoup plus difficile à accepter.

avatar pommedor | 

"J'imagine la presse annonçant 150 morts d'un coup du à un bug du 1er janvier.
C'est pas pour rien que je suis sous macOs et pas windaube ! ;)"

Pourtant chaque année c'est apple qui fait les gros titres pour des problèmes de dates avec ses OS ^^

avatar Grizzzly | 

@ForzaDesmo

Clairement
Meme si le vehicule autonome est en moyenne 1000 fois plus fiable, j’ai pourtant 1000 fois plus confiance en un humain, aussi faillible soit il.

Le regard est un bon exemple en effet, on s’en sert enormement au volant ou en tant que pieton, il y a une communication non verbale qui se met en place.
Avec Terminator yaura pas de politesse, je crois que je lui laisserai toujours la priorité :-)

avatar r e m y | 

J'imagine un Grand Prix de formule un ou un rallye automobile avec uniquement des véhicules autonomes....
Ça doit être d'un chiant ?‍♂️

avatar Katsini | 

Passionné de sport mécanique, j’aime conduire.
Pourtant, en prolongeant la réflexion sur le futur automobile, je pense que, à terme, la généralisation des véhicules autonomes est inéluctable. Comme la disparition totale des hydrocarbures
.
L’integration des systèmes de navigations de plus en plus performants, l’intelligence artificielle et les nouvelles séries de capteurs permettront de rendre le tout encore plus secure.
Oui il y aura des incidents, des accidents et autres désagréments, mais n’est-ce pas le prix que nous devrons payer, poussés par un « « progrès » inévitable ?

avatar debione | 

Ben dites donc, j'espère que les systèmes embarqué dans les avions sont plus balaises...

On pourrait au moins espérer avoir les même exigences avant la mise en application. Le problème est que certains états aux US font exprès de ne pas légiférer sur les voitures autonomes en espérant attirer les grandes compagnies...

Quand deux cupidités se rencontrent...

avatar pommedor | 

Dans l'aviation c'est pire, les évolutions se font seulement après qu'yest eu un accident. Un système défaillant, tant qu'il a tué personne reste comme ça. Trop cher de tout mettre à jour pour une chose qui ne s'est encore jamais produite et qui potentiellement pourrait ne jamais se produire...

Les système sont tellement "performants" qu'ya encore eux des avions qui se sont taper l'un l'autre en début d'année au Canada, aucun mortsheureusement. Mais des engins de cette taille qui n'arrivent même pas à ce voir l'un l'autre sur le tarmac, dans les airs c'est clairement pas mieux.

Ya moins de soucis parce qu'ya pas autant de traffic et de faciliter à atteindre l'altitude à laquelle vol les avions. Si on avait des jetpacks, yaurait un paquet d'imbéciles qui finirait dans les turbines et les avions crashés ensuite.

avatar ddrmysti | 

"Faut-il en conclure que la solution d’Uber est inférieure à celle des concurrents ?"

Mouai enfin avant de remettre en cause la qualité de la solution vis à vi des autres, il faut aussi comparer les conditions de circulation, les environnements, les entourages, etc…
Un bon conducteur peut avoir plusieurs accidents dans sa vie, à cause de problème matériel, parce qu'on lui a coupé devant, etc… Un mauvais conducteur pour rouler toute sa vie sans accident si les autres autour de lui arrive à l'éviter. Est ce que le mauvais conducteur en sera pour autant meilleurs que le bon conducteur ?

avatar Paquito06 | 

L’Arizona a banni les voitures autonomes Uber.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR