Samsung, l'empire toxique

Mickaël Bazoge |

L'empire de Samsung ne serait bâti que sur le vol, le mensonge et le déni, peut-on lire dans un article long et détaillé de Vanity Fair, tirant un portrait à charge du géant coréen de l'électronique. Et Apple ne serait que la dernière victime du modèle économique occulte du conglomérat, qui consisterait à piller la propriété intellectuelle de la concurrence, inonder le marché avec des copies à bas coût, et faire le dos rond en justice en attendant de sceller un accord à l'amiable - non sans avoir engrangé les parts de marché et les revenus.

Ententes à gogo

L'article de Kurt Eichenwald sur les coulisses peu ragoûtantes de la guerre des smartphones entre Samsung et Apple va au-delà du marché de la téléphonie : l'auteur y décrit un système peu amène mis en place au fil des années par un constructeur qui n'hésiterait pas à contourner les règles du commerce pour s'imposer de force sur les marchés.

La « ville Samsung », à Séoul.

L'article recense quelques unes des malversations dont s'est rendu coupable le chaebol dans les années 1990 et 2000 — un vertige judiciaire : Samsung a noué des ententes illicites avec des pseudo-concurrents sur le marché des dalles CRT (condamné en 2011 et 2012 aux États-Unis et en Europe), de la DRAM (condamné en 2005 aux États-Unis) et des écrans LCD (condamné aux États-Unis en 2006). Cette dernière condamnation est particulièrement intéressante, puisqu'elle intéresse Apple au premier chef.

Une entreprise anonyme baptisée NYer par les dirigeants de Samsung soupçonnait un délit d'entente entre ses fournisseurs d'écrans LCD. Cette victime de la hausse des prix orchestrée notamment par le géant de l'électronique, n'était autre qu'Apple, qui aurait alors pu se tourner vers les autorités antitrust américaines. Plutôt que de risquer une telle infamie, Samsung préféra alors s'adresser en personne au Department of Justice afin de bénéficier d'un programme de « clémence »… non sans balancer au passage les noms des sociétés conspiratrices complices. Samsung a tout de même dû verser des centaines de millions de dollars pour obtenir un arrangement à l'amiable dans ce dossier.

Kim Yong-chul, ancien directeur des affaires juridiques de Samsung. Crédit Reuters/Jae-Ho.

Ces ententes illégales et les condamnations afférentes ont eu le mérite de pousser l'entreprise à coucher sur le papier des règles de bonne conduite, dont elle se pare à la moindre occasion. Malheureusement, il y a souvent loin de la coupe aux lèvres : en 2007, l'incorruptible directeur des affaires juridiques de Samsung Kim Yong-chul dénonce un système de corruption massif : des soupçons de blanchiment d'argent, de collusion, de vol, de falsification de preuves ternissent l'image de marque de l'entreprise dans son pays. La société était visiblement atteinte par la gangrène de la corruption : le président de Samsung a ainsi été convaincu de fraude fiscale à hauteur de 37 millions de dollars.

À la décharge de Samsung, l'entreprise a eu le mérite de placer un chevalier blanc pour faire le ménage dans ses rangs. Mais en sa qualité d'État dans l'État, le mastodonte a largement su passer entre les mailles du filet de la justice coréenne. Kim Yong-chul a rapporté des témoignages — qui n'ont pas abouti en justice — édifiants : certains dirigeants de Samsung n'hésitaient pas à offrir quand il le fallait des sacs de golf bourrés de billets pour calmer les ardeurs de certains responsables de l'État.

Une stratégie prédatrice

Les ententes illicites ayant fini par coûter très cher, Samsung passe en 2010 à une nouvelle stratégie : le vol de propriété intellectuelle. Cette année, la cour de La Haye, aux Pays-Bas, juge que Samsung a enfreint les brevets de Sharp sur la technologie LCD et décide de stopper l'importation en Europe des produits du constructeur qui enfreignent ces brevets. Dans le même temps, l'ITC (le gendarme du commerce aux États-Unis) prend lui aussi la décision de bloquer l'importation des téléviseurs à écran plat du groupe. Pris à la gorge, Samsung noue finalement un arrangement à l'amiable avec Sharp… non sans avoir multiplié les parts de marché au détriment de son concurrent : fin 2009, Samsung détenait 23,6% du marché global des téléviseurs, contre 5,4% pour Sharp.

Un écran plasma de Pioneer, le PDP-5030HD.

Des manigances qui ont déjà été exposées au milieu des années 2000 sur le marché du téléviseur plasma, dont Pioneer est un des pionniers. En 2006, le constructeur japonais porte plainte contre Samsung qui une fois de plus, ne s'est pas privé de mettre à profit les brevets liés à cette technologie — la bataille judiciaire a duré des années, bien que Samsung ait été assez tôt convaincu de l'infraction. Résultat : en 2010, Pioneer ferme sa branche télévision et met à la porte 10 000 personnes.

Cette stratégie prédatrice, qui consiste à piocher sans vergogne dans la propriété intellectuelle de la concurrence puis à multiplier les recours en justice afin de repousser l'inévitable arrangement à l'amiable, a été érigé en modèle économique. Il permet de spolier les constructeurs adverses (qui servent de labos de recherche et développement gracieux) des revenus qu'ils auraient générés si leurs produits innovants n'avaient pas été mis en concurrence déloyale par des copies moins chères.

Il faut rappeler ici que Samsung est un des plus grands détenteurs de brevets au monde. Aux États-Unis en 2013, l'entreprise a ainsi déposé 4 683 demandes de brevets, derrière IBM (2 000 brevets de plus)… et loin devant Apple (1 501 brevets déposés l'an dernier). Longtemps, Samsung a eu une attitude effacée pour la gestion de ses brevets : tant qu'un concurrent n'attaquait pas le groupe en raison d'une infraction à des brevets, Samsung n'allait pas batailler en cour le premier. Cela a changé avec l'iPhone.

L'iPhone rentre en scène

Le 23 mars 2010, J. K. Shin, le patron de la division mobile de Samsung, présente sur la scène du CTIA de Las Vegas un nouveau smartphone, le Galaxy S. À Cupertino, on apprécie bien peu la nouveauté, qui du design aux fonctions en passant par l'emballage, a tout pompé sur l'iPhone. Steve Jobs, furieux comme on peut l'imaginer, et Tim Cook son second ne trouvent pas de terrain d'entente avec le président de Samsung, Jay Y. Lee.

J. K. Shin présente le Galaxy S en 2010. Crédit Reuters/Steve Marcus.

Le 4 août 2010, une délégation d'Apple se rend à un rendez-vous au siège de Samsung dans le centre-ville de Séoul. Cette représentation a pour mission de faire ouvrir les yeux des dirigeants de l'entreprise coréenne, de les mettre devant le fait accompli. Devant la démonstration des responsables d'Apple, un des vice-présidents de Samsung, Seungho Ahn, part dans une colère noire : « Comment osez-vous dire ça ! Comment osez-vous nous accuser de ça ! Nous construisons des téléphones depuis toujours. Nous avons nos propres brevets, et Apple en enfreint probablement quelques-uns ».

Durant les semaines qui ont suivi, un Steve Jobs furibard n'a pas cessé de demander comment les négociations se déroulaient entre les deux groupes, avant que finalement de nouvelles réunions soient décidées. Durant l'une d'entre elles, la délégation d'Apple met sur la table un projet de résolution : Samsung paierait des royalties sur les brevets qui ne sont pas constitutifs du caractère unique de l'iPhone, tandis que le constructeur s'engage à ne plus utiliser les brevets qui font de l'iPhone un produit à part. Peine perdue, Samsung refuse le compromis.

Soulignons qu'Apple s'était montrée particulièrement gourmande. On a ainsi appris, en amont du second procès qui a récemment opposé les deux entreprises, que le constructeur de Cupertino réclamait pas moins de 40$ par unité vendue — des royalties déraisonnables, aucune entreprise n'aurait accepté un tel compromis (lire : Apple est très gourmande sur les royalties réclamées à Samsung).

En attendant que la justice, poussée par une Pomme à bout, démêle l'affaire, Samsung joue la montre et engrange les revenus et les parts de marché au détriment d'Apple. La plainte du créateur de l'iPhone tombe finalement le 15 avril 2011, quelques semaines après la présentation d'un Galaxy Tab de 10 pouces modifié à la va-vite afin de coller au mieux avec l'iPad 2 fraîchement lancé. Samsung était visiblement prêt à cette éventualité, puisque quelques jours plus tard, la société portait plainte contre Apple en Corée du Sud… avant que la guerre judiciaire n'enflamme les tribunaux du monde entier.

Et pendant que la justice fait son travail, la stratégie de Samsung joue à plein : le constructeur est désormais le premier constructeur de smartphones (et de téléphones tout court) au monde, et le deuxième constructeur de tablettes.

Culture d'entreprise

Une anecdote incroyable rapportée par Vanity Fair montre à quel point cette culture a été intégrée par les employés de Samsung. En mars 2011, des enquêteurs des autorités antitrust se sont présentés devant l'usine Samsung de Suwon, au sud de Séoul. Ils y cherchaient des preuves d'une collusion possible entre l'entreprise et les opérateurs du pays visant à fixer les prix des téléphones portables.

Au bout de 30 minutes de palabres avec les responsables de la sécurité, l'équipe a pu finalement pénétrer dans les bâtiments. Ils y ont saisi une vidéo de sécurité montrant l'activité qui régnait alors que les enquêteurs poireautaient au-dehors : on y voit des employés détruire des documents et remplaçant à la va-vite leurs ordinateurs afin de masquer leurs agissements coupables. D'après un membre de l'équipe juridique d'Apple présent à la même époque à Séoul, et qui a eu vent du spectacle incroyable donné dans cette vidéo, un employé aurait même avalé des documents compromettants avant le raid des enquêteurs. Comment lutter contre une telle loyauté ?

Pour passionnant qu'il soit, ce long article de Vanity Fair tombe entre le verdict du second procès et les appels qui commencent à tomber : un timing que l'on peut interroger alors que visiblement, l'auteur a eu des infos de première main en provenance d'Apple. Rappelons que l'entreprise vient d'être condamnée pour infraction à un brevet de Samsung (certes racheté à Hitachi en 2011), que l'amende dont écope Samsung ne représente que 6% de ce que réclamait les avocats de Cupertino et que l'image de l'entreprise a été entachée par une condamnation récente et médiatisée pour entente sur le prix des livres numériques (et n'oublions pas le « cartel de l'embauche » qui s'est achevé sur un accord à l'amiable).

De son côté, Samsung n'a rien d'un enfant de choeur, et la longue litanie de ses méfaits, eux aussi condamnés, en témoignent. Mais ne présenter qu'une vision des choses n'est pas forcément dans le meilleur intérêt d'Apple qui, certes, a souffert des manigances de son concurrent, mais qui n'hésite jamais non plus à jouer les gros bras.

Source
image d'illustration Kārlis Dambrāns
avatar redchou | 

Ça ne m'étonne même pas...

avatar Mithrandir | 

C'est bien d'être mesuré, mais il faut se rendre à l'évidence : on est en présence d'une société qui a érigé la malhonnêteté extrême en principe de gouvernance et qui n'hésitera pas à continuer, puisque ça ne lui coûte rien. Et dans tous les domaines.

avatar Lymf | 

On oublie le procès avec Dyson pour les copies du design de leurs aspirateurs... :)

avatar USB09 | 

@Lymf

Si ça s'arrêtait que là...

leur technique économique semble infaillible puisque les gens achètent sans état de cause.

avatar Corentin.R | 

@Lymf :

Sans déconné il on copié dyson ? Oo

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar skynext | 

@lmouillart :
Safari sur le vol de webkit ?
1)web kit est ouvert donc ce n'est pas du vol.
2)Apple est le principal contributeur et le fondateur de webkit

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Xav852 | 

@lmouillart

Sur ce genre de site tourné vers la pomme, Apple est roi, Apple est dieu, Apple est maître.

D'ailleurs je me demande si c'est vraiment un site apple, je n'y vois que des articles sur samsung ... Bigre!

avatar XiliX | 

@Xav852 :
Arghhh je vois que ça fait mal aux Samsungboys de se retrouver face à la réalité de don dieu, maitre Samsung

Ha ha ha...

avatar XiliX | 

@lmouillart :
FAUX... Je vois qu tu aimes de plus en plus polémiquer et faire de la désinformation. Tu sais très bien que Apple a été contributeur actif de l'évolution de KHTML. Le passage à Webkit n'est qu'une évolution naturelle, puisqu'il reste open source.

Sinon il faut que tu ailles jusqu'au bout de ta pensée en disant que Google a volé Webkit avec Blink qui est un fork de Webkit.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Moonwalker | 

Ce que tu racontes sur l'histoire de Safari est un tissu de conneries.

KHTML et KJS étaient des projets sous licence LGPL v2.

En parlant de "vol" ou de "viol" t'es mûr pour les urgences psychiatriques. A moins que tu ne t'entraînes pour la coupe du monde de la mauvaise foi (rappel : le délirium est éliminatoire).

Ceux qui ne veulent pas que les gens reprennent leurs projets ne publient pas sous licence libre.

Apple a toujours publié les sources de ses forks (WebCore et JavascriptCore) comme le prévoyaient les licences de KHTML et KJS :
https://web.archive.org/web/20070310215550/http://www.opendarwin.org/pip...

Un petit rappel des faits : http://blogs.kde.org/node/1049

En 2005 Apple a présenté WebKit, soit l'ensemble du fruit de ses travaux, sous licence LGPL et BSD !!

http://www.webkit.org

WebKit is an open source web browser engine. WebKit is also the name of the Mac OS X system framework version of the engine that's used by Safari, Dashboard, Mail, and many other OS X applications. WebKit's HTML and JavaScript code began as a branch of the KHTML and KJS libraries from KDE.

WebKit is open source software with portions licensed under the LGPL and BSD licenses. Complete license and copyright information can be found within the code.

KDE a adopté WebKit.
http://kde.org/announcements/4.5/platform.php

La vérité est qu'Apple a rendu au centuple ce qu'elle avait trouvé dans KHTML.

Maintenant, je me demande ce que WebKit est venu foutre dans une histoire d'espionnage industriel de Samsung. Mais il faut croire que lmouillart ose tout et que c'est à cela qu'on peut le reconnaître, selon la définition de Michel Audiard.

avatar RBC | 

Belle réponse à Samsunginouillart !!!

avatar Trollolol | 

"La vérité est qu'Apple a rendu au centuple ce qu'elle avait trouvé dans KHTML."

Il ont rien rendu d'eux même du tout, s'il l'ont fait c'est pour ne pas finir devant la justice pour non respect de la license du moteur de base...

Les gars n'ont pas interdit de reprendre le projet, ils voulait juste un respect de la license qu'apple n'a respecter que parce qu'elle y a été contraint. Faute de quoi c'est les tribunaux qui aurait mi une droite à apple...

avatar Moonwalker | 

Bon. Puisque je constate que cela a du mal à entrer dans la tête de quelques-uns :
APPLE A TOUJOURS RESPECTÉ LA LICENCE LGPL V2 DE KHTLM ET DE KJS.

Ce que les liens expliquent parfaitement et que tu saurais si tu avais pris la peine de les lire au lieu d'inventer des histoires à dormir debout.

Le problème avec les équipes KDE se situait dans la collaboration, plus exactement la communication entre les deux projets ; une sorte de choc culturel entre la philosophie de l'opensource et le monde selon Cupertino. Si les devs Apple disposaient d'un plein accès aux dépôts et informations de KDE, ceux de Konqueror n'avaient pas même droit à la liste des bugs de Safari.

A cela s'ajoutaient des problèmes techniques car les objectifs et les méthodes de développement n'étaient pas les mêmes (KDE = Qt et X11 ; Mac OS X = Cocoa et Quartz). De fait, certains aspects du travail de l'équipe de David Hyatt n'avaient d'intérêt que pour Apple et OS X et parmi ce qu'ils retournaient au projet KHTML tout n'était pas exploitable en l'état dans Konqueror. Pour parler plus simplement, il manquait des pièces. C'est surtout cela que certains déploraient du côté de KDE, notamment quand Safari a passé l'Acid Test 2 alors que Konqueror restait en retrait.

En mettant en place le projet WebKit en 2005, Cupertino a résolu d'un coup les problèmes qui se posaient. Non seulement les développeurs KDE ont eu plein accès aux dépôts, mais Apple a publié sous licence BSD les éléments qui manquaient pour améliorer Konqueror. La licence BSD est une des plus libérale qui soit, beaucoup plus que la LGPL. Légalement, rien ne les y obligeait. Juste du bon sens. Ce n'était pas de la philanthropie mais du pragmatisme. Pour vivre et se développer avec les standards, WebKit (et donc Safari) doit rester ouvert et collaboratif.

A contrario, si Apple veut contribuer a minima à un projet, il lui suffit de suivre l'exemple de NeXT avec GCC.

L'histoire remonte à la genèse de NeXT. Richard Stallman avait alors obligé les équipes de Steve Jobs à publier les sources de leurs travaux sur GCC et Objective-C en raison de la licence GPL qu'ils semblaient vouloir oublier ou interpréter à leur façon. Vexés ? NeXT puis Apple ont par la suite toujours respecté strictement la licence mais sans jamais véritablement collaborer à GCC. Résultat, le travail de NeXT/Apple sur GCC est resté quasi inutilisé parce que trop spécifique à OS X. Tout fut conforme à la GPL mais sans aucun bénéfice pour la communauté. Par la suite, Apple a poussé les projets LLVM et Clang sous licence BSD-like et abandonné GCC et sa GNU pot-de-colle.

L'affaire est relatée plus en détail dans un article de David Chisnall exposant les enjeux autour des licences GPL et BSD-like : http://www.informit.com/articles/article.aspx?p=1390172

Pour faire bonne mesure, voici le point de vue des pingouins depuis leur banquise : http://lwn.net/Articles/405417/

avatar Arnaud de la Grandière | 

"Le fait qu'Apple a bâti ses premiers succès sur le vol de xerox (qui comme pour Samsung a donné lieu a des plaintes qui ont trainé) ..."

Quelques petites nuances de taille, tout de même :

1) Xerox a invité les ingénieurs d'Apple à visiter le PARC (son centre de recherche, dont les créations n'ont pour la plupart jamais abouti à des produits commercialisés) en échange d'un accès prioritaire aux actions d'Apple lors de son ouverture à la bourse.

2) Xerox n'a pas inventé la souris, c'est Douglas Englebart, au Stanford Research Institute, qui en a accordé une licence d'exploitation en bonne et due forme à Apple

3) L'interface graphique de Xerox, et sa souris, étaient assez primitives, Apple est allée beaucoup plus loin et les a rendues utilisables et commercialisables

(voir également https://www.macg.co/unes/voir/129732/une-vieille-histoire-de-rongeur )

4) Si Xerox a bien intenté un procès à l'encontre d'Apple, cette dernière n'a pas pour autant joué la montre, et il n'y a eu aucun accord à l'amiable, puisque Xerox s'est faite débouter par la justice (en raison des points avancés précédemment).

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Arnaud de la Grandière | 

Pour ce qui est du paroxysme de l'excellence de Samsung, il semblerait que la justice ne partage pas ton avis… et Apple n'a pas donné accès à ses technologies à Samsung en échange d'actions. Il ne semble pas que l'iPhone, même à ses débuts, ait été un tant soit peu primitif, ni qu'Apple ait été incapable d'industrialiser ses idées, comme ça a été le cas de Xerox.

Imaginons une seconde qu'il s'agisse des labos r&d d'Apple, sur des projets qui a l'époque n’intéressaient pas tellement la société : tablette, smartphone contre un tarif préférentiel d'achat d'actions (càd au tarif des salariés Apple), effectivement le vol est justifié.

Il s'agit d'autant moins d'un vol que le raisonnement de Xerox était clair : elle avait tout intérêt à ce qu'Apple soit performante pour que les 100.000 actions préférentielles qu'elle a obtenues en échange lui rapportent de l'argent. Et il s'agit d'autant moins d'un vol qu'en dépit des remords tardifs de Xerox, Apple n'a pas été condamnée par la justice, contrairement à Samsung. La comparaison est donc tout à fait inappropriée.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Arnaud de la Grandière | 

Apple n'a pas été condamné, car il s'agissait de viol et pillage de secrets industriels.

Ah, et ça n'est pas illégal, ça peut-être ? On ne se fait pas condamner pour pillage de secrets industriels ? Et peut-on parler de secrets quand c'est Xerox elle-même qui les a dévoilés à Apple de son plein gré, contre rétribution qui plus est ? Les faits sont en désaccord avec ta position, qui est donc intenable.

avatar Shralldam | 

@lmouillart

D'habitude, je trouve tes opinions intéressantes, même quand je ne les partage pas.

Mais là, je me demande ce que tu as fumé, quand tu sous-entend qu'Apple ne finance que peu de R&D, mais surtout pour le passage sur "les technologies primitives d'Apple poussées au paroxysme de l'excellence par Samsung".

Celle-là je vais l'encadrer.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar philoo34 | 

@lmouillart

"Effectivement, j'ai peu être été un peu extrême dans la dernière déclaration.

Cependant concernant la R&D Apple sous finance la sienne depuis bien longtemps, notamment au regard de ses revenus colossaux."

Faut arrêter la ..
Tu t'étais calmé dans tes crises d'urticaires sur Apple, mais ca te reprends et ça te fait dire plus de conneries qu'autre chose .
Met de la pommade je sais pas moi ...

Et il n'y a pas pire fanboy que celui qui s'ignore .

Et je préfère nettement un fanboy candide , prêt à gober certains trucs , qu'un fanboy voulant rallier les autres à sa cause en mentant à tout va , tout en le sachant .

avatar _mabeille_ | 

@philoo34 comme d'hab ton commentaire c'est de la daube, tu l'attaques sur des "comportements compulsifs" mais rien au fond .... tu sers à rien toi même pas lancer un débat.... pfffff

Pages

CONNEXION UTILISATEUR