Qui décrochera le titre du prochain Steve Jobs ?

Christophe Laporte |

C’est la nouvelle marotte des journalistes. Dès que quelqu’un sort un peu de l'ordinaire, on se demande d’emblée s’il est appelé à devenir le nouveau Steve Jobs.

Elon Musk / image : Brian Solis
Elon Musk / image : Brian Solis

Dans cet article, le Journal du Net pose la question au sujet d’Elon Musk. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous connaissez sans doute certains de ses projets. Tout comme Steve Jobs, lorsqu’il se met à s’intéresser à un marché, il créé des technologies / produits « disruptifs ».

L’un de ses premiers faits d’armes, c’est PayPal, qu’il cofonda en 1999 et revendit trois ans plus tard à eBay pour la somme de 1,5 milliard de dollars.

Dans la foulée, il cofonda Tesla Motors, un constructeur automobile qui est spécialisé dans les voitures électriques.

Un prototype de la Tesla Roaster - image : fogcat 5
Un prototype de la Tesla Roaster - image : fogcat 5

La société qui n’est pas passée loin de la faillite en 2007, possède désormais une capitalisation boursière supérieure à celles de PSA et Fiat réunies. Pourtant, elle n’a livré que 20 000 voitures cette année.

Parmi les autres dadas d’Elon Musk, SpaceX dont l’ambition ultime est de rallier Mars ou encore le fameux hyperloop qui donnerait un coup de vieux au TGV. Ce projet de train développé dans un tube a pour objectif de relier San Francisco à Los Angeles en trente minutes !

Alors, Elon Musk peut-il concourir au titre du prochain ou nouveau Steve Jobs ? On vous laisse en débattre…

Tags
avatar neg2gwada | 

Non!!

avatar robertodino | 

Steve Jobs est et restera unique. Personne ne pourra le remplacer. Steve c'était l'incarnation spirituelle d'Apple.

avatar _mabeille_ | 

Allier Apple et spiritualité pour une boite qui représente le capitalisme dans ce qu'il a de plus aboutie c'est carrément étrange.

avatar AntoOoo44 | 

Personne ne le remplacera ...

avatar BoloG | 

J'ai suivi une partie de l'aventure SpaceX et j'en ai appris un petit peu sur cet Elon Musk. Il est encore jeune, il est peut être moins charismatique que Steve Jobs, mais c'est effectivement un visionnaire, passionné par son travail, et qui n'hésite pas à investir dans des technologies d'avenir. Même si les deux "personnages" sont différents, si Musk va au bout de ses projets il pourrait effectivement devenir, plus tard, un exemple à suivre.

avatar Rez2a | 

C'est dur de trouver quelqu'un dont le charisme approche celui de Steve Jobs, mais je partage l'avis de la personne au-dessus, Musk est un putain de bourreau de travail, investi à 100% dans ses projets, et il est loin d'avoir de mauvaises idées. Faut se dire aussi que c'est pas demain la veille qu'on retrouvera quelqu'un qui a accompli ce qu'a fait Jobs, mais c'est sans doute parce qu'il était là à la bonne époque.

avatar Gueven | 

Aucun rapport.
Un mec qui vend sa boîte n'est pas comparable avec SJ.

avatar BoloG | 

Il s'agissait d'une vente stratégique qui lui a permis de faire beaucoup choses très intéressantes par la suite et de se lancer dans des projets gigantesques. A sa place j'aurais fait exactement la même chose.

avatar jerome74 | 

Heu... Il ne me semble pas que Jobs ait gardé beaucoup d'actions Apple quand il en est parti pour fonder NeXT! Apple n'est certes pas passé sous le giron d'une autre boîte, mais Jobs n'était bel et bien plus là pour l'en empêcher...

avatar standelap | 

@Gueven :
Pour ton information Steve JOBS en a vendu des boîtes !!

avatar Frodon | 

Exact, à commencer par NeXT ;)

avatar oomu | 

il a fait acheter NeXT par Apple pour renverser la direction d'Apple et revenir dans Apple.

ce n'est pas pareil. C'était des ventes avec une visée de prendre le contrôle et de transformer les _deux_ entreprises.

Pour l'histoire, on ne sait pas si Steve Jobs l'avait planifié dés le début (des gens disent que oui) ou si les événements l'ont amené à reprendre la direction d'Apple (d'autres gens disent ça)

-
de la même manière, Pixar est une réaction à l'apathie de Disney de financer des travaux en infographie. (années 80s)

Les gens de Pixar étaient à l'origine des animateurs ou étudiants Disney. Quand Pixar fusionne avec Disney, ses dirigeants deviennent dirigeants de Disney Animation (Lassetter devient Disney Animation, carrément, couronnant sa carrière et la validité de son travail initié chez disney des années auparavant). Steve Jobs devint le principal actionnaire Disney.

Le point est: Quand Pixar fut racheté par Disney, elle est tout simplement revenue à la Maison. La boucle fut bouclée.

avatar Eurylaime | 

C'est de la science fiction, quand NeXT Software a été rachetée par Apple ça n'allait pas très fort. 1996 a été la seule année où NeXT a fait ses premiers bénéfices. Sans rachat, l'avenir de l'entreprise devenue mono produit avec WebObjects n'était pas nécessairement assuré.

Mais il est vrai que NeXT a fait le forcing pour se faire racheter, après c'était aussi un gros coup de poker, Apple s'étant poser de grosses questions pour savoir qui de Be, Sun ou même Microsoft pourrait remplir la Yellow Box.

avatar boyan_d | 

Bonjour oomu,

Comme toujours excellent commentaire.
À part un détail anodin à première vue mais comme un caillou dans une chaussure
(au bout d'un moment on craque… :-)

L'expression anglaise « the point is » ne se traduit pas par « le point est » (qui en fait n'existe pas), mais plus simplement par « bref » (cf. l'hilarante série de Canal+ pour une illustration du concept) ou par un plus formel « en résumé ».

My two cents…

avatar Lecompas | 

J'ai tiqué là dessus aussi :o)

avatar lmouillart | 

Comparer quelqu'un qui à révolutionné, la gestion des échange d'argent, l'automobile et qui révolutionne l’aérospatiale, avec un vendeur d'ordinateurs et de téléphones mobiles, hum hum...

avatar oomu | 

et pourtant, les années 80 ont initié la révolution des moyens de communications, de comment on travail, comme on créé, distribue et consomme la culture: l'Ordinateur.

et sans redevenir (ou devenir) un petit geek en 1980, vous ne pouvez pas voir l'impact que fut le Apple 2 et ce que représentent tous les fondateurs de la micro-informatique.

Le Micro-ordinateur est certainement l'outil le plus bouleversant qui fut mis en vente pendant le 20eme siècle. au delà du four à micro onde et bien sur paypal.

avatar boussiko | 

comparer Jobs à un simple vendeur prouve que tu n'as vraiment rien compris ou que tu es bien trop jeune pour comprendre ce que cela veut dire d'arriver à populariser et démocratiser l'informatique au point que presque tout le monde a un ordinateur (je parle dans les pays industrialisés).

tu n'imagines meme pas le génie qui a fallu à cet homme pour y arriver.

c'est comme si tu disais que daimler et benz ont juste fabriqué une voiture!

avatar _mabeille_ | 

@boussiko
hein??? qui a popularisé l'informatique???? Apple?
Ah non alors. Là c'est carrément faire mentir l'histoire. Apple a raté le coche!!!
L'entrée dans le foyer de l'informatique c'est surtout pas Apple!!

avatar tigerjeff | 

Pour parler de ce que je sais, j'ai une tesla model s et j'ai rencontré Elon au USA, c'est vraiment un GÉNIE !!
On en reparlera !

avatar frankdavid | 

Je ne suis pas fan de beaucoup de monde, je n'ai pas vraiment le profil, mais je dois avouer que j'ai toujours été admiratif de Steve Jobs. Pour évidement toutes les raisons qui ont été évoquées dans les divers commentaires. Je pense que des personnalités de la carrure de Jobs, il y en a peu. Il est toujours difficile de comparer. Il n'y a pas de nouveau Michael Jackson, il n'y a pas de nouveau Steve Jobs. Mais je crois définitivement que Musk fait partie de cette catégorie de personnes qui peuvent changer le monde.
En tout cas, la Tesla S sera ma prochaine voiture !

avatar oomu | 

non.

et je vais essayer d'expliquer.

Steve Jobs est apparu très tôt dans une NOUVELLE industrie, une industrie au croisement du commerce et du culturel: la micro-informatique.

Lui et d'autres sont des pionniers mais des pionniers d'une industrie bien particulière qui donnait naissance à des clubs, des hobbies, des misfits, des freaks, etc.

Steve Jobs est particulier dans le sens où il a presque toujours parlé, publiquement, que d'informatique. Pas de politique (ou prou), pas même d'animation (laissant Lassetter être la vitrine de Pixar). Poussé hors d'Apple, il fonde Next: de l'informatique, revenu à Apple, il cultive ce qu'il ne put faire à Apple dans les années 80.

Il est aussi un touche-à-tout qui a mis son nez dans la typographie, l'informatique, le design, le matériel, etc. Par exemple quand il défendait NeXTstep, il parlait avec force de la programmation objet ou de la pertinence de l'interface de Mail pour promouvoir le travail collaboratif, il les défendait sur un plan technique comme d'une évidence.

Globalement il est emblématique car il fut toujours focalisé sur l'informatique et Apple était sa vie.

Ce qui n'est pas le cas de gens comme Musk, Schmidt, Bezos, etc.

Premièrement: ce sont des gens qui ressemblent d'avantage à des hommes d'affaires qu'à des passionnés. Ils écrivent des livres sur divers sujets, ont des considérations politiques publiques bien au delà de leur entreprise ou changent de société régulièrement.

D'autre comme Ballmer ou Gates sont anciens, mais ont démontré régulièrement un manque total de gout et des opinions passe-partout, selon les lubies de l'industrie et surtout des propos qui restent loin de la technique (lire un livre de Gates, il ne parle pas de technique, de comment ça _marche_, mais science-fiction magique).

Pour en revenir à la génération actuel d'hommes blanc américains qui font des millions avec des sociétés, aucun ne peuvent être un "steve jobs": ils n'étaient pas au début d'une industrie naissante et culturellement riche, ni aussi opiniâtre sur leur propre industrie que ne l'était Jobs.

Jobs était énervant, têtu, subversif, tête à claque et dés les années 80 ça avait du sens. Mais surtout il était l'un de des pionniers de la micro-informatique. Le début de la culture geek. Ce mélange de culture, d'industrie, de hobby, d'obstination est spécifique et nécessaire pour faire un "steve jobs".

Je ne pourrais pas en dire autant de la voiture électrique (ou du train) ou du moteur de recherche.

-
Si vous voulez un "second steve jobs", c'est Linus Torvalds le plus proche. Son impact culturel fut important (linux, l'opensource validé, la cathédrale contre le bazar etc), son expertise technique redoutable, son obstination indépassable, son fiel corrosif.
Torvalds on l'adore ou on le hait, comme Jobs. Ca en fait un personnage de roman, de journaux. Quelqu'un qui polarise et dont on se souvient.

Mais jeune Torvalds n'avait pas assez l'allure d'un Beatles de son temps, contrairement au jeune Steve Jobs. Moins photogénique.

-
Mais sincèrement, pour comprendre "pourquoi Steve Jobs", il vous faut vous replonger dans les années 80. Du temps où Woz n'était pas un people mais se nomme Wozniak et était un ingénieur.

Ressortez Tron sur un magnétoscope VHS, allumez un émulateur Apple 2, mettez du gel dans vos cheveux et une K7 de Kraftwerk et lisez les interviews et magazines micro-informatiques de l'époque. Evitez la drogue quand même. C'était une époque de contre-culture, de tout est possible, de promesse de créativité débridée etc.

avatar _mabeille_ | 

@oomu

intéressant comme commentaire mais tout de même qqls points:

Globalement il est emblématique car il fut toujours focalisé sur l'informatique et Apple était sa vie.

Tu ne confondrait pas la conséquence et la cause là?
Il est emblématique parce qu'il a positionné Apple comme le concurrent d'un monde informatique uniformisé gris pas sexy du tout. Il a appliqué à l'informatique les systèmes du marketing. Quand il lance Think Different en 1984, il marque une rupture un fossé entre lui et les autres. Il se place dans la contre culture c'est ça son coup de génie. C'est tellement bien fait que même aujourd'hui quand Apple est devenu la culture et non plus la contre culture (en terme de téléphonie et iDevice) APple garde son image de tite boite sympa alors qu'en réalité Apple est un des plus gros morceau qui a pu exister. Mais cette image s'effrite en ce moment. Rien de grave.

Tu finis d'ailleurs sur la contre culture. Il a aussi eu la chance de pouvoir dématérialiser la musique là où Sony avec Sony music ne pouvait pas le faire de peur de perdre trop de frics. Apple n'avait pas ce problème. Sans iPod je ne suis pas si sûre qu'Apple eut été relancé.

PS pour les barbus je n'annonce pas la mort d'Apple. Et je ne la souhaite pas.

avatar Powerdom | 

Rabaisser jobs a un vendeur d'ordinateur et de téléphone. Mon pauvre imouillart...

avatar Lucier_lenlen | 

"On vous laisse en débattre…" -> APPEL AUX TROLLS :P

Lol, perso en voyant la tartine d'oomu j'ai décidé de prendre la porte

Pages

CONNEXION UTILISATEUR