Ian Goodfellow retournerait chez Google après sa démission d'Apple

Florian Innocente |

Retour à la case départ pour Ian Goodfellow, dont la démission d'Apple ces derniers jours avait été médiatisée — mais non confirmée officiellement — puisqu'il retournerait chez Google.

Ce chercheur était l'un des responsables de l'apprentissage automatique chez Apple dans le groupe des Projets Spéciaux. Décrit comme extrêmement brillant il avait été débauché il y a trois ans de cela de Google où il avait fait toute sa carrière.

Ian Goodfellow.

D'après les informations de Bloomberg, Goodfellow devrait rejoindre la division DeepMind de Google, laquelle s'est illustrée par la création du jeu de Go AlphaGo et par des recherches dans le domaine de la santé.

Le départ de ce responsable avait été révélé il y a quelques jours par un extrait de sa communication adressée à ses collègues. Ian Goodfellow y regrettait le manque de flexibilité d'Apple quant aux possibilités de télétravail offertes à son équipe.

Par un hasard du calendrier, Apple vient de repousser à une date indéterminée l'application pleine et entière de sa nouvelle organisation hybride qui prévoit trois jours de présentiel obligatoires les lundi, mardi et jeudi.

Ce planning, qui a commencé par étapes depuis le 11 avril, devait entrer en vigueur de manière complète le 23 mai, cependant Apple a argué d'un regain des contaminations au Covid pour le repousser. Pour l'heure, les employés américains sont tout de même tenus de venir au moins deux jours par semaine.

Nouveau report de la formule de travail hybride présentiel/télétravail chez Apple

Nouveau report de la formule de travail hybride présentiel/télétravail chez Apple


avatar colafacola | 

On n’était pas trop inquiet à son sujet…

avatar alastorne | 

Apple semble tellement arriérée quant au sujet du télétravail 🫢

avatar fornorst | 

@alastorne

Pourquoi « arriéré » ? 2 jours au bureau et 3 jours en remote, ça me parait plutôt un très bon compromis non ?
Ça permet à la fois de garder le contact avec son équipe et l’entreprise tout en permettant d’améliorer sa qualité de vie en étant chez soi la plupart du temps. C’est ce qu’on a mis en place chez nous et je trouve que c’est un excellent compromis pour les équipes !

avatar alastorne | 

@fornorst
Le terme arriéré est exagéré, je vous l’accorde.
Mais je trouve que, pour une entreprise de tech, le télétravail devrait s’imposer naturellement et de façon beaucoup plus souple. Imposer des jours fixes et une fréquence obligatoire, je trouve ça encore très -trop- rigide personnellement.

C’est bien 3 jours au bureau et 2 jours à la maison, et non l’inverse.

Mais… vous avez raison sur le fond, je voyais le verre à moitié vide au lieu de le voir à moitié plein. Disons que ça va dans le bon sens.

avatar MGA | 

@alastorne

« le bon sens » qui a décrété qu’il est préférable de travailler chez soi ? Ce n’est évidemment pas contre vous que je me permets cette remarque mais les expériences peuvent être très différentes, j’ai travaillé à 100% chez moi pendant 5 ans…. plus jamais.

avatar pommier | 

@MGA

Le bon sens, c’est de s’adapter -quand c’est possible, évidemment- aux rythmes différents des employés différents pour arriver à une réussite commune qui ne se fait pas au détriment que de certains.

Si dans la même boîte, certains préfèrent bosser surtout en entreprise pour séparer travail et maison, parce qu’ils n’ont pas d’espace dédié, ou pour d’autres raisons, il y a aussi des employés qui se sentent bien mieux à la maison car moins distraits, plus en mesure de gérer leur équilibre pro-perso, moins obligés de vivre à proximité ou de perdre un temps fou-non payé- dans les transports.

C’est extrêmement délicat comme sujet, mais disons qu’une entreprise qui crée des fonctionnalités comme Cadre Centré et des apps comme FaceTime devrait offrir plus de flexibilité et pas simplement se reposer sur celle de ses employés.

avatar Ali Baba | 

@fornorst

Non : avec un tel rythme tu es encore obligé d’habiter pas trop loin de ton bureau. Et comme il est peu probable que les deux membres d’un couple travaillent dans le même quartier, tu continues à perdre du temps et de l’énergie dans les transports.

De plus une étude (dont j’ai oublié la référence) avait montré que le full remote offrait des gains de productivité alors que le remote partiel engendrait au contraire des pertes de productivité. En effet dans ce second cas de figure les employés avaient tendance à considérer les jours de télétravail comme du semi-repos et à lever le pied ; tandis que les employés en full remote s’impliquent dans leur travail, s’organisent mieux et mettent à profit les heures de transport économisées.

Bref, quel que soit l’angle sous lequel on le prend, ce n’est pas un « très bon compromis ».

avatar Rez2a | 

Un truc qui m’étonne un peu, il n’y a pas de clauses de non concurrence pour des boites comme ça aux US ? Le gars peut passer de Google à Apple puis revenir chez Google alors qu’il a un poste clé de lead AI et doit être au courant des méga projets chez les deux ?

avatar raoolito | 

@Rez2a

a ce niveau il a certainement un avocat qui a visé son contrat avant de signer.
Sinon on se demande presque si ce depart pour "cause de teletravail » n’a pas ete une excuse finalement. On sait combien l’Ia est bridée chez apple pour des clauses de confidentialités

avatar MachuPicchu | 

@raoolito

En effet, je doute que ça soit la seule raison.

avatar bibi81 | 

il n’y a pas de clauses de non concurrence pour des boites comme ça aux US ?

Les clauses de non-concurrence coûtent de l'argent aux boîtes qui les utilisent. Ça revient à continuer à payer un ex-employé...

avatar Yves SG | 

@bibi81

Et surtout, il n’est pas du tout sûre que ce type d’employé accepte de signer une clause de non concurrence…
Surtout quand il a justement été débauché de chez un concurrent

avatar redchou | 

@Rez2a

Apple ne les attaques que quand ils vont dans des petites boites qui n’ont pas trop les moyens de se défendre ou avec lesquelles elle n’a pas eu d’accord de non débouchage illégal par le passé… 😜

avatar Paquito06 | 

@Rez2a

“Un truc qui m’étonne un peu, il n’y a pas de clauses de non concurrence pour des boites comme ça aux US ? Le gars peut passer de Google à Apple puis revenir chez Google alors qu’il a un poste clé de lead AI et doit être au courant des méga projets chez les deux ?”

Tu signes un NDA qui restreint la circulation de l’information dès ton premier jour (tu peux pas avoir un colloc qui travaille chez google quand tu travailles chez apple ou meta par exemple) et qui t’empeches de divulguer des infos sur tes projets 6-12 mois apres avoir quitté ton poste, mais tu restes souvent libre de trouver du boulot ailleurs. J’ai souvent eu ca en banque d’investissement (avant meme d’etre dans la tech), on m’autorisait pas a etre embauché par la concurrence sous 6 mois. Tu vas voir les RH et tu leur expliques, soit ils te versent un salaire pour continuer a vivre, soit tu peux te faite embaucher. On etendait le “garden leave” dans le meilleur des cas (periode pendant laquelle tu as donné ta “notice period (demission), on te file plus aucun projet, tes acces sont tres restreints, mais tu continues d’etre payé).

avatar Crunch Crunch | 

Ha la la…
Steve Jobs le disait: Les personnes extrêmement talentueuses, sont aussi des personnes hors normes et compliquée à gérer… Mais, si ont arrive les cadrer, c'est "Hors normes" !

Ou un truc dans le genre 😅

avatar Espcustom | 

Un bon gars ce goodfellow….

avatar klouk1 | 

@Espcustom

"Un bon gars ce goodfellow…."

Oui, quel blaze…..

avatar DG33 | 

@Espcustom

😉

CONNEXION UTILISATEUR