Apple désamorce les soupçons de sexisme sur son campus

Mickaël Bazoge |

Apple se présente volontiers comme le champion de la diversité, de l'égalité et du respect. Mais comme dans toute organisation, l'erreur est humaine et des dérapages peuvent survenir. Cela a été le cas pour plusieurs employées du 1, Infinite Loop, dont les témoignages anonymes ont été compilés cette semaine par les sites Mic et Gizmodo.

On parle là de cas de plaisanteries misogynes, mais aussi d'une promotion qui passe sous le nez d'une salariée au profit d'un homme moins qualifié, ou encore de harcèlement. Ça la fiche mal pour une entreprise qui se pare de toutes les vertus, et révèle un envers du miroir à mille lieues de l'image lisse que vante Tim Cook à longueur d'interviews.

Denise Young Smith et Ina Fried de Recode.

Coïncidence ou non, ces affaires interviennent en plein lancement des iPhone 7 et Apple Watch Series 2. Pour éteindre la polémique naissante, Denise Young Smith, la vice-présidente aux ressources humaines, a tenté de désamorcer ces accusations de sexisme auprès de Recode, le jour même du lancement des nouveautés — autant dire que le sujet tient à cœur la direction d'Apple.

« Nous prenons ces problèmes pas seulement sérieusement, mais personnellement », explique la responsable avant d'assurer, une fois de plus, que l'entreprise est engagée dans la diversité sous toutes ses formes. Le dernier rapport sur le sujet faisait état de la présence de 32% de femmes dans les effectifs du groupe (lire : La diversité d'Apple progresse lentement). C'est en phase avec d'autres groupes informatiques, mais c'est encore loin de représenter la société américaine dans son ensemble.

« J'ai conscience que nous en sommes encore à 70/30 au sein de nos équipes d'ingénieurs. Nous devons être conscients que des personnes peuvent se sentir sans voix ou délaissées au sein de l'entreprise », dit-elle. En ce qui concerne les affaires citées, des « actions disciplinaires ont été prises », qui peuvent aller de la discussion informelle jusqu'au licenciement. Denise Young Smith n'a évidemment pas donné de précisions sur les dossiers spécifiques.

La patronne de la RH est en train de fignoler un courriel qui sera envoyé à ses équipes afin de faire le point sur la situation. Elle reviendra aussi sur l'engagement de l'entreprise et sur le sien. « En tant que femme et dirigeante, je pense que j'ai une plus grande responsabilité pour écouter toutes les femmes, toutes les personnes de couleur, qui peuvent avoir l'impression de ne pas être entendues ». Ces histoires, qui ont été suivies de près par Tim Cook, sont devenues une « top priorité ». Malgré les lancements des nouveautés cette semaine.

Tags
avatar flux_capacitor | 

"J'ai conscience que nous en sommes encore à 70/30 au sein de nos équipes d'ingénieurs."

Ça veut dire quoi ça, quel est leur but ? Arriver à exactement la moitié de femmes et la moitié d'hommes dans les équipes d'ingénieurs ? C'est ça qu'on appelle la "parité" ?

Mais dites-moi, quel est le ratio hommes/femmes des ingénieurs en informatique sur le marché ?
Si c'est davantage que 70/30 alors Apple est au contraire déjà bien placée sur ce point.
Si c'est moins que 70/30 alors Apple est en retard.

Prenons 10 profils d'ingénieurs extrêmement qualifiés, la crèmes de la crème, tous sexes confondus. Y a-t-il aujourd'hui au final moins de femmes embauchées parce que ce sont "des femmes" ou est-ce tout simplement parce qu'il y a… moins de femmes parmi ces 10 profils d'ingénieurs hautement qualifiés ?

Si le but est de forcer le ratio de 50/50 hommes/femmes parmi les ingénieurs, cela n'engendrerait-il pas l'effet pervers inverse de celui qu'on dénonce, à savoir que des hommes hautement qualifiés ne seraient pas engagés sous le seul prétexte qu'il faut absolument une femme pour combler le poste et améliorer le ratio, alors qu'il y a _beaucoup_ moins de femmes représentées dans cette catégorie professionnelle ?

avatar sachouba | 

@flux_capacitor :
Tout à fait, il y a beaucoup moins de femmes que d'hommes ingénieurs, il suffit de regarder les effectifs des grandes écoles d'ingénieurs en France et ailleurs. Il est donc tout à fait normal que les femmes soient moins représentées dans la profession.

Et on ne peut pas vraiment dire que l'accès au métier d'ingénieur soit plus difficile pour les femmes que les hommes. Le concours d'entrée aux concours des écoles d'ingénieurs n'est pas discriminant. Il s'agit davantage d'un choix, à mon avis.

avatar Claude Pelletier | 

Le biais qui contrarie la parité est bien  antérieur au concours d'entrée de ces grandes écoles. C'était  le truc rose  qui habille le poupon de sexe féminin,   et tout le tralala qui va avec,   et prépare les petites filles à "leur" rôle dans la société,  et qui, notamment,  ne les pousse pas vers certaines disciplines scolaires, vers des études scientifiques. Mais ça pourrait changer ! Parce que le modèle de la famille patriarcale prend du gîte, parce que les religions qui sont associées à une vision traditionnelle des familles sont un peu délaissées dans les sociétés urbaines, et parce que c'est contre-productif tout simplement.

Les entreprises font comme elles peuvent, elles n'ont que la possibilité de "bricoler", de jouer à la marge.

avatar mat 1696 | 

@flux_capacitor :
Totalement d'accord... Cela serait mal vu que cette parité homme/femme avec de plus en plus de femmes dans ces metiers avec normalement plus d'hommes, stagne ou recule d'une année à l'autre. Alors je suis sûr qu'Apple doit refuser pas mal d'hommes très qualifiés, sous le seul prétexte qu' "il faut une femme à ce poste"...

avatar C1rc3@0rc | 

En fait la question qui se pose c'est de savoir le nombre d'obstacles depuis le choix de la formation jusqu'a l'embauche qui se posent a une personne en fonction de son sexe, de son orientation, de son groupe ethnique, de son origine sociale, de son physique, de son âge...

La parité imposée est évidemment une imbécilité incommensurable qui introduit une distorsion dans un choix rationnel. Mais il faut encore que le choix soit factuel et rationnel, et ne repose pas, on n'introduise pas de valeurs modulatrice comme le sectarisme religieux, le dogmatisme, le sexisme, le racisme, ou d'autres facteurs culturels irrationnels.

Il faut rappeler que l'égalité est un des fondamentaux démocratiques, et que cette égalité concerne le statut de citoyen. Imposer la parité est une solution "batarde" pour imposer le respect de la loi, qui montre l'incompétence et la lâcheté des politiques!

Le fait est que les recruteurs ont des demandes explicites ou implicites qui ne sont pas soutenues par des arguments cohérents.
Il y a le très classique choix de la secrétaire, jeune et "présentant bien" qui va etre favorisé par rapport a la cinquantenaire ultra expérimentée.
Ou encore celui de l'asiatique issue d'un modeste milieux de banlieue qui va se faire passer devant par le "fils a papa" issu de la haute société...

Apres il y a des raisons qui sont valables (exposition a des environnements toxiques par exemple)
Il y a aussi des contraintes managériales difficilement négociables: je me souviens d'un cas ou "le" chef de projet devait "travailler" avec un client d'un pays sous loi islamique et il était impossible de faire accepter accepter une femme comme "interlocuteur". Pour le coup le directeur a trouvé comme une solution d'engager un binôme, composé de la cheffe de projet en poste et un ingénieur musulman, et vu le développement de la boite et la charge de travail c'était rationnel. Mais sinon le choix c'était abandonner le marché ou remplacer la cheffe de projet!

avatar harisson | 

@C1rc3@0rc :

"[…] facteurs culturels irrationnels […]"

C'est l'essence même de nos existences, nous ne sommes pas des machines.

avatar v1nce29 | 

Chef (et pas cheffe)

avatar hairsplitter | 

Tu as servi de sentinel, pardon sentinelle.

avatar Hoppy | 

@flux_capacitor :
Entièrement d'accord avec vous. C'est un sujet délicat à cause de cotas.

avatar Hoppy | 

@Hoppy :
Quotas bien sûr

avatar Bruno de Malaisie | 

L'enfer est pavé de bonnes intentions.
La parité imposée est une connerie crasse et est perverse par nature.

avatar en ballade | 

@Bruno de Malaisie :
Mais perversion humaine est encore pire. La discrimination positive à montre ses bienfaits ailleurs.

avatar madaniso | 

@en ballade Comment une discrimination peut elle être positive ? Les biens pensants se font prendre à leur propre jeu.

On veut bien entendre vos exemples sinon.

avatar lmouillart | 

La discrimination positive est faite pour créer un biais inverse à celui créer par les dérives allant contre les libertés individuelles : esclavage, patriarcat ... qui a amené à travers le temps a affaiblir des populations au détriment d'autres.
Avant de lâcher du lest sur l'autorité des états, il faut remettre un système un peu d'égalité dans le système de droit naturel. Sinon cela ne peut pas fonctionner.

avatar madaniso | 

@lmouillart Plus l'égalité c'est automatiquement moins de liberté. Il y a un moment, il faut faire un choix, égalité ou liberté. Dans mon cas, ce choix est fait depuis longtemps. Après, vous pouvez vous mentir à vous même si vous voulez. Les dérives de l'égalitarisme sont pourtant présents un peu partout dans la société aujourd'hui et sont bien plus dangereuses que vos caprices d'enfants gatés à envier ce que les autres ont de plus que vous. Si vous enviez quelqu'un, plutôt que de la haine et de la jalousie, admirer le et essayer de faire encore mieux que lui, votre défi sera de vous dépasser. Le mieux étant encore de vouloir se dépasser soi même, comme Nietzsche nous l'enseigne avec son surhomme.

L'egalité est le fardeau de notre société, mais pour prendre conscience de cela il faut lire (Orwell, Tocqueville, Stirner) et prendre de la distance avec les médias. En espérant avoir pu vous éclairez un peu...

avatar lmouillart | 

Le problème ce n'est pas d'aller vers plus de liberté, le soucis c'est que des centaines d'année de civilisation non libre, on crée de fortes inégalités.
Si vous voulez régler ces soucis d'inégalité, pour justement permettre a terme plus de liberté et que cela arrive avant les 1000 prochaines année, il faut forcer un peu le système.

Sinon vous irez a la totale encontre de vos principes libertarien vu que les conditions liées au droit naturelle ne sont pas acquises.
Principe de base : "Ainsi, les droits naturels de l'homme sont des droits qui viennent du fait qu'il est un humain, indépendamment de sa position sociale, de son ethnie ou de toute autre considération." Vu que ce n'était pas le cas, comme dit plus haut, vouloir aller plus loin c'est forcément brûler des étapes et mettre en place un système pervers.

avatar madaniso | 

@lmouillart :
Visiblement vous ne pouvez comprendre mon point de vue.
Les libertariens défendent les libertés individus, ils ne volent pas à certains pour donner à d'autres.
Un monde plus égalitaire n'est pas mon souhait car mécaniquement cette politique est un frein au maintien des libertés individuelles.
Moi je vous parler honnêtement car je n'ai rien à vendre, après si vous préférez adhéré au discours politique qui vous prends pour des imbéciles, c'est votre choix.

avatar awk | 

@madaniso

"Moi je vous parler honnêtement car je n'ai rien à vendre"

Quelle remarquable hypocrisie !!!

Tu vends à longueur d'enfilade une soupe pseudo-libertarienne mal digérée.

Ce n'est visiblement pas l'honnêteté qui t'étouffe !

Tu pourrais au moins admettre tout activisme et ton prosélytisme en faveur d'une idéologie que tu mets à ta sauce :-)

avatar Abd Salam | 

@madaniso :
Justement les libertariens devraient être des égalitaristes acharnés !

C'est l'égalitarisme qui seul permet de faire éclore une véritable méritocratie !

L'égalitarisme n'est pas la caricature qu'en fait l'establishment qui a peur de perdre sa place : ôter leur réussite à des gens qui l'ont mérité ;

Et genre prendre à certains pour donner à d'autres !

L'égalitarisme, c'est veiller à ce qu'aucun phénomène de collusions, de croyances tradi, de préjugés perso, etc ne viennent fausser un processus de sélection !

avatar madaniso | 

@Abd Salam :
Franchement vous le faites tous flipper à défendre l'égalitarisme sans en comprendre le concept. Vous devriez lire les 20 premières pages de "De la démocratie en Amérique" de Tocqueville, je vous garantie que vous allez vite changer d'avis. Je vous laisse bon dimanche.

avatar marc_os | 

@madaniso :
L'égalité un fardeau ?
Et la taxe de 35 milliards d'Euros prélevée sur les salaires par les entreprises pour les donner aux actionnaires, tu appelles ça comment ? Et les licenciements boursiers approuvés par Macron, c'est pas un fardeau pour les victimes qui se retrouvent au chômage juste pour augmenter les bénéfices d'une ultra minorité ?

avatar en ballade | 

@madaniso :
Regardez l'histoire des USA, de la ségrégation à la discrimination positive. Les bienfaits ont été nombreux. Faire croire que les embauches ou les promotions ne se font que sur le principe de la méritocratie, n est que pur phantasme, et la France est le meilleur exemple, que cela soit de la visibilité des femmes, ou autres groupes minoritaire.

avatar madaniso | 

@en ballade :
Les noirs aux USA ont maintenant un quota de présence dans les séries TV. Génial les avancées... Vous avez l'air satisfait d'un système de pensée qui enferme encore plus les communautés dans leurs points faibles, l'egalitarisme.

avatar marc_os | 

@madaniso :
Ah bon, tu trouves ça correct que seuls les blancs européens soient représentés à la TV et qu'au 20h il n'y ait pas de traduction simultanée pour les malentendants comme c'est le cas aux USA ?
T'as 80 ans ? Non ? On est mal barré.

avatar marc_os | 

@en ballade :
En France, la discrimination positive s'appelle le plus souvent "copinage" ou "les copains d'abord".

Pages

CONNEXION UTILISATEUR