Fermer le menu
 

Nolan Bushnell : de l'Atari 2600 à l'Apple II

Florian Innocente | | 14:58 |  10

Co-fondateur d'Atari, Nolan Bushnell a raconté une poignée d'anecdotes sur l'époque où Steve Jobs et Wozniak travaillaient pour son entreprise. Des propos tenus il y a quelques jours lors d'une conférence au Brésil. Il prépare également un ouvrage baptisé “Finding The Next Steve Jobs".

« Quelles sont les qualités qui ont permis à Jobs de réussir ? Il était créatif, mais le plus important est que c'était un gros, gros, gros bosseur. Combien de mes employés je trouvais allongés sous leur bureau à dormir lorsque j'arrivais tôt le lundi matin ? Pas beaucoup… Est-ce qu'il sentait un peu mauvais ? Oui, parce qu'on n'avait pas de douches et quand vous ne rentrez pas chez vous pendant 2 ou 3 jours vous pouvez commencer à empester… »

« Wozniak n'a jamais officiellement été employé d'Atari, mais il était copain avec Jobs, qui lui l'était. C'était génial, j'avais deux employés pour le prix d'un seul. »

« Ils ont fait leur premier ordinateur à partir de pièces d'un Atari que je leur avais donné. C'est pour cela que l'Apple II était basé sur le 6502 (le même processeur que la console Atari 2600,ndr). Le transformateur installé à l'arrière de chaque Apple II avait été conçu et fabriqué par Atari. »

Time Warner a acheté Atari en 1976, un groupe dont Bushnell dit qu'il avait la mentalité des maisons de disques, avec plus d'avocats que de créatifs.

« On avait avec l'Atari un ordinateur sensiblement meilleur que l'Apple II. On avait des sprites, des composants intégrés, pleins de choses.

L'Apple II était essentiellement un assemblage de pièces d'Atari autour d'un très bon design. Mais le nôtre était meilleur. Pourquoi Apple a-t'elle réussi et Atari échoué ? Steve a embauché des évangélistes pour le logiciel, alors qu'Atari avec la mentalité de Warner disait aux gens autour : si vous écrivez des programmes pour l'Atari nous vous ferons un procès. Durant les 3 premières années de l'Atari, il n'y a pas eu de développement de logiciels de tierces parties. »

Il raconte ensuite qu'il avait demandé à Jobs et Wozniak de réaliser le jeu casse-briques Breakout pour une borne d'arcade. Ils firent tellement bien leur boulot que ce jeu a contribué à créer le marché du jeu domestique au Japon, affirme Bushnell, lorsque Nintendo a créé une copie de ce titre. Jobs, plus tard, obtint de son ancien patron qu'il puisse avoir le fameux Breakout sur ses Apple II.

Enfin, petit crochet par la France où Nolan Bushnell avait une maison. Il se souvient que c'est au café les Deux Magots de Saint-Germain-des-Près, en 1987, où il trainait souvent avec Jobs, que les deux hommes convinrent qu'il fallait qu'Apple évolue sous la forme d'une multinationale. Le début d'une autre aventure…

NB : Bushnell raconte aussi que la numérotation de l'ATARI 2600 est venue de ce qu'il pensait qu'il n'y aurait pas plus d'une dizaine de jeux pour cette console, voire 26 maximum. Il y en eut finalement plusieurs centaines.

Catégorie : 
Tags : 

Les derniers dossiers

10 Commentaires

avatar totoguile 04/02/2013 - 15:34

un gros HS, mais ce serait bien d'avoir la bonne photo lorsqu'on veut poster la news sur google+...

Sinon pour revenir à cet article, il me semble avoir lu une histoire d'alimentation à découpage et la création des alimentations telle qu'on les connait : c'est ca le "transformateur" cité dans l'article ?

avatar Applesoft 04/02/2013 - 15:44

Steve Jobs au café des 2 magots ? Je sais pas, je trouve l'idée marrante :) je dis ça car j'ai jamais senti chez Jobs un goût profond pour la France, on va dire le côté "pompeux". Je peux pas m'empêcher de le dire qu'au 2 magots, il devait se dire : "tous ces gens qui se la jouent j'ai du goût et des idées" :))))

avatar béber1 04/02/2013 - 16:46

"j'ai jamais senti chez Jobs un goût profond pour la France"

mmm je pense que tu te trompes
car Jobs n'a jamais dédaigné s'entourer de Français (Hulot, Serlet...), montrait toujours un brin de Paris dans ses démos et utilisé des noms français dans ses fonctions logicielles (Rendez-vous, Exposé..)

avatar bazino 04/02/2013 - 16:56

Pas bien compris pour le nom de la 2600.

avatar sekhmet 04/02/2013 - 17:23

sympa, ça rappelle la période Atari de Woz et Jobs et leur contribution au jeu. C'est moins connu, toujours étonnant de voir qu'ils étaient partout eux (HP, Atari..)

avatar MarcoAix 04/02/2013 - 18:21

Au début la musique se pratiquait sur Atari.
Puis est venu le grand destructeur (Windows), Atari et Amiga ont été exterminés, et les survivants furent encouragés à servir le nouveau maître. Quelques uns se réfugièrent alors sous un pommier.
Plus tard Netscape (comme d'autres) s'enfuit dans une lointaine Galaxie, et fut supplanté par le merveilleux IE (pff, pff... pardon).
Ceci est l'histoire d'un siècle bien étrange et bien lointain ou les humains se déchiraient sans cesse : fort heureusement tout cela a bien changé et depuis que Google est entré dans chaque atome de ce système solaire une paix indicible - celle de la communication omnidirectionnelle - règne sur notre monde empli de joie.

avatar Feroce 04/02/2013 - 18:56

Steve Jobs n'a visiblement pas totalement appris sa leçon, on voit sur un slide qu'un des composants importants du succès, c"est le "cheap hardware".

avatar Applesoft 04/02/2013 - 22:11

@béber1 :
'"j'ai jamais senti chez Jobs un goût profond pour la France"

mmm je pense que tu te trompes
car Jobs n'a jamais dédaigné s'entourer de Français (Hulot, Serlet...), montrait toujours un brin de Paris dans ses démos et utilisé des noms français dans ses fonctions logicielles (Rendez-vous, Exposé..)'

Je m'explique plus précisément. C'est vrai tout ce que tu dis, et même avant sa mort, il cherchait à s'acheter une maison dans le sud de la France. Mais y'a toujours eu d'autres éléments qui me font penser qu'il était pas si fan tout de même :

- il venait rarement en France et pourtant le siège pour l'Europe sous Jobs, c'était Paris

- je crois qu'il a été admiratif de la France dans les 70es et de sa capacité à fabriquer des élites d'ingénieurs et lui-même vantait le système d'éducation en France (je trouve plus la video mais y'a une superbe ITW de l'époque sur ce sujet). Mais je pense qu'il a été progressivement un peu déçu et que 40 ans plus tard, son avis n'était plus aussi certain

- encore plus subjectif puisque cela repose sur l'image que je le fais du personnage, je pense qu'il était pas ultra réceptif à l'art de vivre à la française ou à l'européenne.

Tout ça pour dire que je crois que ce qu'il aimait dans la France, c'était sa conviction qu'on trouvait des talents comme Hulot (on sentait le profond respect de Jobs pour le frenchie) mais pour le reste, je suis moins convaincu ...

Par ex, je pense qu'il était plus fan de la culture japonaise, que ce soit la cuisine, l'architecture épurée, l'importance de la présentation ou du packaging, le design, les méthodes de travail etc...

avatar dernotte 05/02/2013 - 05:21

Le 2600, c'est pas plutot de "alt 2600" ou 2600.org ou la frequence des hackers de l'epoque. Le chiffre sonnait bien...

avatar Feroce 05/02/2013 - 16:30

Non, alt.2600 semble postérieur (1984 à ce que j'ai lu).
Par contre, il n'est effectivement pas impossible que ça soit lié à la fréquence des BlueBoxes.