Le patron de Mac OS X quitte Apple

Christophe Laporte |

Coup de tonnerre ! Bertrand Serlet qui était le chef d'orchestre de Mac OS X a fait savoir qu'il allait quitter Apple. C'est son bras droit, Craig Federighi, qui le remplacera au poste de vice president of Mac Software Engineering.

Avec le recul, ce n'est pas tout à fait une surprise. Alors qu'il était omniprésent lors de la présentation de Snow Leopard, Bertrand Serlet n'était pas monté sur scène pour présenter les nouveautés de Mac OS X Lion. Les démonstrations avaient été faites par Craig Federighi.

Dans le communiqué de presse, Bertrand Serlet déclare qu'il est arrivé à un point où il veut se focaliser “moins sur les produits et davantage sur les sciences informatiques”. Pour lui, la transition avec Craig Federighi se fera dans la douceur. "Craig a fait un excellent travail avec l'équipe Mac OS X ces deux dernières années, Lion est une grande mise à jour produit et la transition [avec Craig Federighi] devrait se faire sans heurts "

Bertrand Serlet est un proche de Steve Jobs, les deux hommes ont travaillé ensemble pendant 22 ans. Chercheur à l'INRIA, Bertrand Serlet a émigré aux États-Unis en 1985 pour poursuivre sa carrière au PARC de Xerox, l'endroit même où Apple a fait ses emplettes pour son interface graphique

Dans ce petit monde, il ne tarde pas à côtoyer Steve Jobs : il rejoint NeXT en 1989. Il travaille alors avec Avadis Tevanian, créateur du micro-noyau Mach, et Jean-Marie Hullot, autre diplômé d'Orsay à qui l'on doit Interface Builder. Sur NeXTSTEP, Serlet va travailler au Workspace Manager (l'ancêtre du Finder de Mac OS X) et à différentes APIs (notamment certains aspects de WebObjects). Lorsqu'Apple fait l'acquisition de NeXT, ces trois-là se retrouvent : Avie Tevanian est vice-président en charge du développement de Mac OS X jusqu'en 2006 et Serlet, en tant que vice-président en charge de la plateforme technologique, chapeaute les travaux de Hullot sur iCal et iSync.

Alors que Tevanian devient directeur technique d'Apple en 2003, Serlet hérite de son poste de vice-président en charge de l'ingénierie logicielle, titre qu'il conservait jusqu'à présent et qui lui a valu de diriger le développement de Mac OS X 10.4.

Depuis le départ d'Avadis Tevanian, c'est sans doute la plus grosse perte qu'ait enregistrée Apple sur le plan logiciel. Ce départ s'inscrit dans une politique de renouvellement des cadres initié il y a un certain temps déjà chez Apple. Tout comme Scott Forstall, Craig Federighi est un quarantenaire qui a été à bonne école.

Présenté comme étant le protégé de Bertrand Serlet, il a travaillé chez NeXT où il s'occupait du développement des composants logiciels nécessaires à la création d'applications d'entreprise et de WebObjects. L'homme a ensuite rejoint Apple suite au rachat de NeXT, puis est parti comme directeur technique chez Ariba, qui conçoit des solutions de maitrise et de rationalisation des dépenses. C'est en 2009 qu'il fait son grand retour chez Apple (lire : Federighi : le monsieur Mac OS du keynote). Peu de temps après son arrivée, il fit sa première apparition dans un keynote lors de la WWDC pour présenter certaines fonctionnalités de Snow Leopard.

Sur le même sujet :
- Apple : le jeu de cadres


avatar daito | 
DrFatalis, Tes questions sont vides, elle ne méritent même pas d'y réfléchir. Non mais franchement c'est surréaliste de voir un mec qui est encore entrain de se lamenter du passage aux proc Intel ou de la possibilité offerte par Apple d'installer Windows. Apple est passé à autres choses, les utilisateurs Mac sont passés à autres choses. Le terme mensonge est incorrect, bien trop exagéré au regard de ce que fût la RÉALITÉ. La réalité était la suivante. Personne ne nie les qualités des proc G5 pas même Apple. J'ai moi même encore un PowerMac G5 bi-proc qui tourne encore très bien sur Leopard. Bien sûr que pendant longtemps les proc PPC ont été supérieurs aux proc Intel, on est tous d'accord. Mais ensuite la situation a changé, il faudrait commencer à l'accepter! La réalité était que ces proc n'étaient toujours pas dispo pour les portables (toujours en G4) et que globalement même pour les desktop Intel ne faisait pas évolué ses G5. Il fallait une alternative pour RESTER QUE LE MAC RESTE COMPÉTITIF NIVEAU PERFORMANCE FACE AUX PC Donc là où est le mensonge?? De même concernant Windows. Juste remettre le choses dans leur contexte. Apple n'a pas remplacé Mac OS par Windows, Apple livre toujours ses machines avec Mac OS, Apple n'installe pas Windows sur ses Mac. Apple permet juste aux utilisateurs notamment les gens qui passent du PC au Mac (ces personnes sensibilisées par la campagne Get a Mac) d'installer Windows pour permettre une transition en douceur (notamment logicielle). Donc Apple ne dit pas que Windows c'est super bien, que la campagne Get a Mac était bidon gnagna. Apple permet juste d'installer Windows sur son Mac pour des raisons bien précises!
avatar béber1 | 
@ DrFatalis "...Apple COMPUTER qui savait faire tenir un OS entier sur une disquette..." et on peut faire quoi avec maintenant ? :p
avatar daito | 
"Au point d'en arriver à dire "supprimer des fichiers inutiles pour l'utilisateur est aussi une forme d'optimisation", le problème étant de savoir pour quel utilisateur ils sont inutiles." Non mais c'est une blague. Comme SL ne tourne que sur Intel, le code relatif au PPC est inutile pour l'utilisateur de SL. Tu es d'accord? Supprimer des pilotes HP car l'utilisateur utilise une imprimante Canon est aussi plein de bon sens. Tu es d'accord? "Allez Daito, prouve moi que j'ai tort: cite moi un truc que tu reproche à Apple (à part de m'avoir comme client depuis 1984, bien entendu!)" Oui, je pense par exemple qu'Apple doit impérativement avec ses partenaires ATI/AMD et nVidia proposer de meilleurs drivers des cartes graphiques afin d'éviter les problèmes diverses que l'on a à chaque nouvelle machine.
avatar DrFatalis | 
Cher Daito, tu ne me lis pas avec attention: je ne rconteste pas la nécessité du passage à intel ni l'arrivée de winwin, MAIS la façon dont Apple dont cela s'est fait. Encore une fois, la façon plutôt que la forme. Tu parkes de pilotes d'imprimantes: certes, il peut sembler inutile d'en trimbaler tout un farnat, mais dans la vrai vie: avec ton portable, tu te retrouve dans des établissements (scolaires/universitaires pour moi, entreprises pour d'autres) et tu a besoin d'imprimer. Chez toi, (y a des canapés....) tu as une HP, mais là, mince, c'est une brother. Soit tu as les pilotes "inutiles", soit tu n'imprime pas (et ne compte pas les récupérer sur le net, tu n'y a pas accès avec ton mac, non mais!) Pour winwin, soyons clair: c'est apple qui a eu besoin de faciliter l'installation de windows sur ses machines, pas l'inverse: c'est un aveu d'échec, reconnu tel quel par Steve lui même, je le cite: " nous n'avons jamais bu l'opposition mac/pc comme une guerre de plates formes (mon oeil!), et c'est pour ça qu'on a perdu". C'est clair, non? PERDU! Une preuve supplémentaire ? Avec IOS, Apple utilise a son profit ce qui a fait la force de winwin aux heures de l'opposition entre les deux plates-forems: la quantité de logiciels disponibles. Lorsque les windosiens nous faisaient remarquer le faible nombre de soft pour mac, nous nous défendions en remarquant que leur qualité était très supérieure à la foule des applis winwin; et que la quantité n'était pas une mesure de la qualité. Aujourd'hui Apple ne commence pas une keynote sans se taper sur les cuisses au sujet de la quantité de soft disponibles, sans s'interroger sur leur pertinence et leur qualité. Le mac de demain, c'est l'ipad. On peut s'en réjouir, le déplorer ou se demander quel type d'informatique cela va t'il donner, et quel sera le rôle du client. C'est peut être pour cela que de nombreux caciques d'apple computer ont rendu leur tablier ces derniers mois.
avatar NikonosV | 
"SL permettait d'économiser de l'espace disque" ce n'est pas du au ménage mais à la compression de données et compresser / décompresser des données, ça consomme des ressources en passant de Tiger à Leopard, j'avais remarqué que les mêmes applis consommaient 2 fois plus de mémoire virtuelle sous Leopard que sous Tiger là, en passant à lion, le minimum de mémoire physique recommandé a doublé donc il faut 2 fois plus de mémoire réelle pour faire tourner lion perso, vu la direction que prend l'os et qu'on n'a de choix à l'installation je serais pour un dvd qui contient un version normal d'osx et une version allégé je serais curieux de voir le nombre de personne qui choisirait l'un ou l'autre ...
avatar Un Vrai Type | 
@DrFatalis : Tu n'as pas accès à internet avec ton mac... Un gamin de 10 ans branche un iMac G3 à internet en 15 secondes... Ca donne le niveau du débat. Le passage PPC-Intel est une réussite citée et reconnue. Comparer le G5 au pentium 4 ou 5 et au Core2Duo suffit à comprendre (si on est doté d'un cerveau et d'objectivité). Comparer le G4 et ce que Freescale en a fait (hyper-spécialisation, changement d'I/O etc.. le rendant incompatible avec Mac OS X, Hyperthreading, firewire... tout en restant 32bits. Impensable à l'époque). Le Mac de demain, c'est l'iMac/MacBook ... Ils se vendent très bien et Apple en est très contente. Apple n'a pas donné de signe en cessant de faire évoluer ces machines (qui a dit Thunderbolt ?) Oui, des technologies iPad/iPhone vont profiter aux macs (dans Lion par exemple). Mais Apple sait aussi que l'inverse est vrai (unibody, trackpad tactile - multitouch, Core Image... ) Bref, tu nous fais un grand troll comparant parfois Mac OS X à Mac OS 6 (pour la disquette) parfois à Windows (pour le nombre d'applis dispos..). Oui, Mac OS 9 et mort et a perdu face à Windows (ils l'ont même enterré ces salauds ! ) Oui, la mésentente entre IBM et Motorola a tué le PPC sur ordinateur personnel. Oui, Mac OS X ne reprends des parts de marché que depuis qu'il est considéré comme une plateforme (iTunes, Mac App Store ... et ça va s'amplifier !). Oui, l'Apple qui bradait ses PPC 5200 moins cher que des PC est morte. Oui, le passé c'était peut-être bien, mais c'était moche fermé, plein de bugs, pleins de concurrents. Et Oui, Apple avec 2 transitions osées et réussie s'en est sortie (de peu). En fait, Dr, ce qu'il vous faut, c'est un Amiga, un Atari, un Thomson... Un de ces ordinateurs qui garantissent aujourd'hui qu'ils ne changeront ni demain ni jamais.
avatar daito | 
[quote]Cher Daito, tu ne me lis pas avec attention: je ne rconteste pas la nécessité du passage à intel ni l'arrivée de winwin, MAIS la façon dont Apple dont cela s'est fait. Encore une fois, la façon plutôt que la forme.[/quote] En quoi la façon ou ce que tu appelles la forme ont été choquants?? Je ne vois pas du tout! [quote]Tu parkes de pilotes d'imprimantes: certes, il peut sembler inutile d'en trimbaler tout un farnat, mais dans la vrai vie: avec ton portable, tu te retrouve dans des établissements (scolaires/universitaires pour moi, entreprises pour d'autres) et tu a besoin d'imprimer. Chez toi, (y a des canapés....) tu as une HP, mais là, mince, c'est une brother. Soit tu as les pilotes "inutiles", soit tu n'imprime pas (et ne compte pas les récupérer sur le net, tu n'y a pas accès avec ton mac, non mais!)[/quote] Là encore c'est du niveau du pourquoi Apple ne met plus son OS sur une disquette. Déjà je ne vois pas pourquoi tu ne peux pas connecter ton ordi au net. Tu fais quoi à l'université? Par ailleurs, je ne pense pas que dans ton université il y a toutes les marques d'imprimante du marché. Donc chez toi ou je ne sais où, tu installes les pilotes des imprimantes que tu utilises et voilà la vie est belle. [quote]Pour winwin, soyons clair: c'est apple qui a eu besoin de faciliter l'installation de windows sur ses machines, pas l'inverse: c'est un aveu d'échec, reconnu tel quel par Steve lui même, je le cite: " nous n'avons jamais bu l'opposition mac/pc comme une guerre de plates formes (mon oeil!), et c'est pour ça qu'on a perdu". C'est clair, non? PERDU![/quote] Je ne vois pas la relation entre la citation de Jobs qui date d'une autre époque et le fait qu'APPLE ait proposé une solution maison pour installer Windows. Par ailleurs ton idée est fausse. Apple n'a pas eu besoin de faciliter l'installation de Windows (Le Mac était déjà devenu une plateforme à succès) mais à profiter de la possibilité d'installer Windows sur les Mac.
avatar daito | 
[quote]ne preuve supplémentaire ? Avec IOS, Apple utilise a son profit ce qui a fait la force de winwin aux heures de l'opposition entre les deux plates-forems: la quantité de logiciels disponibles. Lorsque les windosiens nous faisaient remarquer le faible nombre de soft pour mac, nous nous défendions en remarquant que leur qualité était très supérieure à la foule des applis winwin; et que la quantité n'était pas une mesure de la qualité. Aujourd'hui Apple ne commence pas une keynote sans se taper sur les cuisses au sujet de la quantité de soft disponibles, sans s'interroger sur leur pertinence et leur qualité. [/quote] Et?? Je retourne l'argument. Pourquoi donc Apple qui a subit cet argument pendant des années avec le Mac (la plateforme Windows a plus de logiciel) ne pourrait pas utiliser à leur tour cet argument commercial qui reste efficace. C'est quelque chose qui est mesurable (la quantité d'apps) alors que la qualité des apps d'une plateforme à une autre ne se quantifie pas. Par ailleurs, on sait maintenant quand même que l'AppStore est aussi synonyme de qualité.
avatar Rez2a | 
Alors ça c'est inattendu... Espérons que ça n'ait pas de rapport avec Lion.
avatar ragmaxone | 
ça c'est du concis :)
avatar neiluj2 | 
:o ! Est-ce qu'on a une idée du pourquoi ?
avatar jordan04 | 
Son accent nous manquera à tous
avatar SolMJ | 
Vous essayez de battre le record de l'article le plus court de l'histoire de l'actu mac ?
avatar oomu | 
Ho non ! pas Bertrand Serlet !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR