Apple abandonne son procès et signe un accord avec Corellium

Nicolas Furno |

Après avoir perdu une manche essentielle dans son combat contre Corellium à la fin de l’année dernière, Apple a finalement décidé de lâcher l’affaire. Le créateur de l’iPhone avait encore une option pour attaquer le service qui virtualise des iPhone sur ses serveurs, elle ne sera pas utilisée suite à la signature d’un accord entre les deux entreprises. Cet accord reste secret, mais Corellium pourra continuer à proposer ses iPhone virtuels.

Un iPhone 12 virtuel proposé par Corellium.

Corellium a trouvé comment virtualiser iOS et proposer l’équivalent du simulateur de Xcode, mais sur ses serveurs. L’entreprise a présenté sa solution au tout début de l’année 2018 et Apple a rapidement attaqué, d’abord en essayant de l’acheter, puis en l’accusant de violer les copyrights d’iOS. L’accord signé met fin à un procès qui s’annonçait long et qui penchait jusque-là fortement en faveur de Corellium, le juge en charge du dossier ayant rejeté toutes les accusations d’Apple.

De son côté, Corellium propose ses iPhone virtuels aux particuliers depuis le début de l’année, mais avec une vérification systématique des demandes pour éviter les abus et laisser les créateurs de malwares à l’écart. L’entreprise est parvenue jusque-là à offrir sa solution sur tous les appareils iOS, y compris les plus récents puisque l’on peut virtualiser un iPhone 12 sous iOS 14.


avatar Amaczing | 

Une bonne claque le matin pour réveiller la Pomme 🍏

avatar raoolito | 

@Amaczing

apple est toujours dans une posture de refus des qu'on touche à ses oeufs. On peut noter qu'elle a voulu acheter l'entreprise, ca dit qu'elle a quand meme apprécié le travail. On ignore les tenants de l'accor,d corellium va peut-être payer des royalties et travailler plus proche d'apple, voir peut-être qu'apple proposera leurs produits ? Ou integrera certaines d eleurs techno dans ses propres simulateurs ?
Bref, c'est un accord et en general cela veut dire que chaque partie y gagne. Correlium a gagné le droit de continuer sans tracas juridiques, mais qu'a gagné apple ? mystere...

avatar bibi81 | 

On peut noter qu'elle a voulu acheter l'entreprise, ca dit qu'elle a quand meme apprécié le travail.

Non, acheter pour tuer est classique.

avatar raoolito | 

@bibi81

classique classique
fort heureusement ce n'est pas la seule raison et d'ailleurs ce n'est pas forcément productif. Apple l'a déjà déjà vecu par le passe: les ingénieurs démissionnent et recommencent ailleurs
autant il est évident qu'il y avait une volonté de les arrêter autant rien ne prouve qu'il n'y ai pas aussi une volonté de les intégrer également
c'est rarement binaire ce genre d'action de rachat d'entreprise

avatar YetOneOtherGit | 

@Amaczing

"Une bonne claque le matin pour réveiller la Pomme 🍏"

Tu connais les éléments de l’accord?

avatar cecemf | 

Vraiment bizarre comme histoire comment le juge peut donner tord as Apple c’est sont logiciel qu’y utiliser par une autre compagnie illégalement est ce fait de l’argent déçue. Ou j’ai raté quelque chose?!

avatar noooty | 

@cecemf

Ben oui, tas rat et les cris ture 2 francs sait.

avatar brunnno | 

@noooty

👎🏽

avatar hogs | 

Oui. Le droit est complexe et sa mise en oeuvre encore plus. Tu peux être moralement dans ton droit et juridiquement en torts.
Le droit est fait de la combinaison des textes de loi, des jurisprudences que l'on peut résumé en "clarification, lors d'un procès, de textes de loi par une interprétation unanimement acceptée par le monde juridique" et finalement l'ensemble des jugements divers dont certains peuvent dans l'avenir devenir une jurisprudence. On ajoute à cela le fait que le droit américain permet la négociation entre les parties.
Dès lors, cet accord signifie qu'Apple a trouvé un intérêt dans cette négociation. Un long procès peut être extrêmement couteux et la position juridique d'Apple peut être pas aussi solide que proclamée d'où une issue incertaine du procès. L'arrangement a été choisi comme étant la moins pire des solutions par Apple.

avatar marenostrum | 

c'est pas son logiciel tout à fait, parce que Apple vend ses machines. alors le client peut faire ce qui veut avec. cette affaire à l'air comme le jailbreak des iPhone, où Apple ne peut rien faire dessus, ou Pegasus qui fait son commerce sur l'utilisation des failles.

comme si Ikea t'interdisait de modifier ses meubles, ou de les utiliser de façon différente que prévues par eux.

avatar Nesus | 

C’est amusant de voir la vision déformée certains.
Apple a voulu acheter, elle n’a pas réussi. La meilleure manière de mettre la pression pour avoir ce qu’on veut dans se cas, c’est un accord. Et pour l’avoir un force la main. Comment ? En faisant perdre de l’argent et du temps à l’entreprise cible. Et un procès, c’est ce qu’il y a de plus simple pour ça.
Corellium, c’est une petite boîte avec une trésorerie limitée qui a d’autres chats à fouetter que de fournir des éléments aux avocats et au tribunal. Donc a un moment, tu vois l’argent que tu perds à te battre et tu deviens plus conciliant. Du coup, tu gagnes à moitié, mais ça coûte toujours moins cher qu’un procès qui traîne indéfiniment.

avatar bibi81 | 

Corellium, c’est une petite boîte avec une trésorerie limitée qui a d’autres chats à fouetter que de fournir des éléments aux avocats et au tribunal. Donc a un moment, tu vois l’argent que tu perds à te battre et tu deviens plus conciliant.

Sauf que c'est Apple qui perdait...

avatar raoolito | 

@bibi81

apres combien de temps? et pourquoi alors cornelius a accepté de negocier un deal ou forcément ils ont du donner des choses en échange ?
nan tout le monde y perdait

avatar YetOneOtherGit | 

@bibi81

"Sauf que c'est Apple qui perdait..."

En première instance 😎

Un accord négocié plutôt que le passage sur un circuit d’appel ne signifie nullement qu’Apple n’a rien obtenu d’important pour eux, entre autre en terme de conditions d’accès à la solution pour les clients.

avatar Nesus | 

@bibi81

Apple perdait le procès, mais comme je l’ai expliqué avant, le procès n’est qu’un des éléments.
Gagner son procès, ça n’empêche pas qu’il faut quand même avancer l’argent à l’avocat, fournir les documents et tous les tracas qu’impose d’avoir un procès en cours.
Du coup, comme le temps c’est de l’argent, vous êtes perdant. Alors qu’Apple s’en moque complètement. Les avocats sont payés à l’année peut importe qu’ils bossent ou non.
Fatalement à un moment, vous préférez faire une concession que de continuer dans un système qui vous assèche et contre lequel vous ne pouvez rien faire. C’est classique comme fonctionnement. Ça se pratique dans tous les pays du globe.

avatar bunam | 

Prochaine étape : Corellium va proposer du matériel compatible ??? ;)

avatar raoolito | 

@bunam

ou plutôt Apple proposerai des solutions Cornelius ?

avatar YetOneOtherGit | 

@bunam

"Prochaine étape : Corellium va proposer du matériel compatible ??? ;)"

Absolument pas leur modèle économique et certainement pas ce qui doit être dans le champ des possibles de l’accord qui doit clairement cadrer les choses 😎

avatar xfce | 

Donc en fait ... c'est Xcode dans le cloud ?
Ce qui permet aux développeurs qui n'ont pas de Mac de développer tout de même leurs applications pour l'iPhone ?

avatar sebasto72 | 

@xfce

Non, pas XCode, seulement le simulateur d’iPhone intégré à XCode.

avatar iValFR | 

@xfce

Non, Xcode Cloud (si c’est bien de ça dont tu parles) c’est de l’intégration continue : compilation et lancement des tests depuis les serveurs de la pomme. Correlium permet de virtualiser iOS, remplace le simulateur de Xcode (donc une petite partie de Xcode).

Mais effectivement j’imagine que ce type de solution peut être pratique pour tester les apps développées avec des solutions type React Native sans passer par un mac.
En revanche, pour la phase de submission à l’App Store, Xcode reste une étape obligatoire.

avatar vince29 | 

HS
A propos d'Xcode quelqu'un sait si on peut signer une application uniquement en ligne de commande ?

avatar pariscanal | 

Un Hackiphone bientôt sur un Samsung

avatar pariscanal | 

Un Hackiphone bientôt sur un Samsung

CONNEXION UTILISATEUR