APFS, le nouveau système de fichiers d'Apple

Florian Innocente |

C’est l’une des surprises de cette semaine, Apple va dévoiler un nouveau système de fichiers, baptisé APFS alias Apple File System. Cette nouveauté fondamentale, que n’a pas évoquée Craig Federighi, est inscrite au menu des sessions dévelopeurs.

Cet APFS qui devrait succéder à terme à HFS+ et son prédécesseur — 30 ans d'histoire — met l’accent sur le chiffrement comme fonction de base, une optimisation pour le stockage de données sur supports flash et SSD, une protection des données contre les crash intempestifs, le TRIM, etc. Sa finalisation est prévue pour 2017, sans plus de précisions.

The Apple File System (APFS) is the next-generation file system designed to scale from an Apple Watch to a Mac Pro. APFS is optimized for Flash/SSD storage, and engineered with encryption as a primary feature. Learn about APFS benefits versus HFS+ and how to make sure your file system code is compatible.

Attention toutefois, les notes de version de macOS Sierra qui évoquent APFS précisent quelques-unes de ses limites dans sa forme actuelle, elles seront levées une fois le code finalisé. On ne peut pas s’en servir sur le disque de démarrage de macOS ; mais il y a possibilité de créer des partitions (internes/externes) en utilisant la ligne de commande. Autres exigences : il est sensible à la casse mais incompatibilité pour le moment avec AFP, Time Machine, FileVault et les Fusion Drive.

Un point encore, APFS autorise le space sharing, on pourra combiner de manière dynamique l’espace libre de plusieurs partitions formatées APFS afin d’obtenir un seul espace de stockage exploitable. C’est le retour sous une autre forme de ce qu’aurait pu apporter ZFS (lire ZFS : chronique d’un abandon).

Cliquer pour agrandir

Les amateurs peuvent trouver une présentation de ce système dans les pages développeurs. Il est expliqué que la compatibilité avec APFS démarrera à partir d’El Capitan.


Tags
#APFS
avatar Lonesome Boy | 

@Lonesome Boy :
Et je rajoute que quand tu développes, utiliser une couche d'abstraction est très souvent hautement souhaitable

avatar iGeek07 | 

Ding! :)

avatar Silverscreen | 

Le keynote présente les fonctions grand public parce que c'est avec l'adoption de ces fonctions que les développeurs vont gagner leur croute...

Le "comment exploiter ci ou ça" et "voici les changements architecturaux majeurs" c'est pour les sessions développeurs.

Donc ceux qui disent "ça en dit long sur les priorités d'Apple" n'ont juste pas compris ce qu'est un keynote...

Toutes les nouveautés iOS étaient dispos dans macOS et ce dernier va profiter d'importants changement architecturaux en plus (les fichiers anciens -y compris certains caches -déportés dynamiquement dans le cloud, un nouveau système de fichiers avec agrégation de volumes, siri sur la base du nouveau moteur racheté par Apple et ouvert aux développeurs (ex : ouvre le serveur Prod avec Transmit). Rien que ça, ça promet du lourd.

avatar Espcustom | 

La seule raison valable de passer sur sierra...

avatar XiliX | 

Allez moi aussi

RAAAAHHHHHH........

avatar ever1 | 

@macg: des testeurs de la beta ont remarqué que macos interdit désormais d'ouvrir des applications non signées. (Apple macOS Sierra beta no longer allows unsigned apps to run sur HackerNews)
C'est une énorme fermeture du mac.

avatar BeePotato | 

@ ever1 : « des testeurs de la beta ont remarqué que macos interdit désormais d'ouvrir des applications non signées. »

Sauf que c’est faux.
Ce qu’ils ont remarqué, c’est la disparition du bouton dans les préférences système qui permettait d’accepter par défaut d’ouvrir toutes les applications non signées.
Du coup, on doit maintenant confirmer pour chaque application non signée, lors de sa première ouverture, qu’on veut réellement la lancer. Selon la même procédure qu’avec le mode sélectionné par défaut dans El Capitan, quoi.

Ce n’est donc pas vraiment une fermeture, mais plutôt un pas de plus dans l’approche, qu’Apple a adoptée depuis quelque temps, de sur-protection des utilisateurs ignorants de certaines subtilités de l’informatique. Vu le nombre croissant de tels utilisateurs (ce qui n’est pas anormal, ni même forcément mauvais), cette sur-protection peut être vue comme une bonne chose. Ou au contraire, on peut la voir comme un échec, en se disant qu’il vaut mieux essayer d’apprendre quelques trucs à ces utilisateurs (on peut voir l’état actuel de ce panneau de préférences dans El Capitan comme relevant de cette seconde approche).

Pour mon usage personnel, j’espère juste que c’est seulement l’interface d’accès à ce réglage qui a disparu et qu’un petit appel à la commande defaults permettra de passer outre. Ce serait logique — mais avec Apple, on n’est jamais à l’abri d’une surprise. :-)

avatar byte_order | 

Demander à des utilisateurs "ignorants" à chaque premier lancement d'une application non signée si ils confirment comprendre le risque (alors qu'ils sont ignorants), c'est plutôt un constat d'échec selon moi.

A priori, un utilisateur "ignorant" est le moins bien placé pour prendre cette décision.
Si Apple a vraiment à coeur la sur-protection des utilisateurs ignorants, clairement la meilleure tactique reste d'interdire le lancement. des logiciels détectés comme douteux. A commencé par l'absence de signature.

Oui, cela ferme la plateforme et infantilise l'utilisateur.
Mais c'est une conséquence logique et classique de cette approche.

avatar Moonwalker | 

Si tu te sens infantilisé, il te reste le Terminal.

avatar BeePotato | 

@ byte_order : « Demander à des utilisateurs "ignorants" à chaque premier lancement d'une application non signée si ils confirment comprendre le risque (alors qu'ils sont ignorants), c'est plutôt un constat d'échec selon moi. »

Ça ne me surprend pas. :-)
Mais comme je l’ai écrit, le comportement lors d’une tentative de lancement d’une application non signée (d’après ce que j’en ai lu en ligne) le même qu’avec El Capitan : ça ne va donc pas demander aux utilisateurs ignorants s’ils veulent prendre le risque, ça va juste leur expliquer qu’ils ne peuvent pas lancer cette application.
Ce qui est bien ce que tu préconises — et qui est logique, dans le cadre de cette approche.

Quand j’ai écrit qu’on devrait confirmer qu’on veut bien lancer une appli non signée, je faisais référence uniquement à ceux qui savent comment le confirmer. Les autres, on considère apparemment que s’ils ne sont pas assistés de « quelqu’un qui sait », ben ils ne lancent pas ce genre d’application, parce que, comme tu le disais, ils ne sont de toute façon pas en mesure d’en comprendre le risque.

C’est donc mieux géré que ce que tu semblais avoir compris (à condition, bien sûr, que ce que j’en ai lu sur le net soit correct ET que ça reste comme ça d’ici la sortie de cet OS).

Quant à voir cette approche comme un échec… Comme je l’ai dit tout à l’heure, oui, c’est possible. Mais finalement, on peut aussi se dire que si on arrive à enseigner aux utilisateurs « ignorants » (qui, du coup, le seront moins) à se méfier des applications non signées, ils vont probablement se contenter de ne plus en lancer aucune, ce qui revient un peu au même. J’imagine qu’avec cette nouvelle approche, Apple tente surtout d’adresser un message aux développeurs pour les pousser à tous signer leurs applications.

M’enfin, je préférais tout de même, moi aussi, le compromis présent dans El Capitan.

avatar ovea | 

Ouééé … retournons à l'écriture d'un bon système de fichiers, passage obligé de toutes bonnes formations en informatique :))

Pages

CONNEXION UTILISATEUR