Pourquoi Snow Leopard est-il si populaire ?

Nicolas Furno |

Mac OS X 10.6 fêtera son septième anniversaire cet été, mais cette version du système d’exploitation d’Apple semble avoir conservé les faveurs des utilisateurs. Quand on vous demande la version d’OS X que vous avez préférée, Snow Leopard ressort largement en tête : quasiment la moitié des votants l’ont choisi ! Et quand on vous demande ce que vous voulez pour OS X 10.12, vous répondez en masse : un El Capitan des neiges…

Qu’est-ce que Snow Leopard avait de si particulier pour qu’il reste à ce point ancré dans la mémoire collective des utilisateurs Apple ?

Pas de nouvelles fonctions, que des corrections

Avec Mac OS X 10.4, aka Tiger, Apple présentait 150 nouvelles fonctions. Avec Leopard (10.5), c’était carrément 300 nouveautés que l’on pouvait découvrir avec la mise à jour. Certes, ce n’était pas à chaque fois de grosses nouveautés, plutôt des petits ajouts et des changements parfois très discrets. Néanmoins, le constructeur ajoutait alors de nombreuses fonctions à chaque mise à jour, à tel point que c’est précisément l’argument contraire qui a été utilisé pour 10.6.

Sur la scène du keynote qui a servi à présenter Snow Leopard, Bertrand Serlet (alors vice-président en charge de Mac OS X) annonce fièrement que la mise à jour majeure n’a… aucune nouvelle fonction. L’objectif de cette version est de revoir les bases, à la fois pour améliorer ce qui existe et pour poser les bonnes fondations pour l’avenir de la plateforme.

Pendant les keynote de présentation : 300 nouvelles fonctions pour Leopard et 0 pour Snow Leopard. Ce qui n’était pas tout à fait vrai d’ailleurs, mais le message est bien passé.
Pendant les keynote de présentation : 300 nouvelles fonctions pour Leopard et 0 pour Snow Leopard. Ce qui n’était pas tout à fait vrai d’ailleurs, mais le message est bien passé.

Il faut dire qu'auparavant Leopard est sorti dans la douleur, et on peut comprendre pourquoi : c’était une mise à jour vraiment majeure, qui contenait autant des nouvelles fonctions que des changements en profondeur. Coup d’œil, Time Machine ou encore les bureaux virtuels, c’est lui. Le Dock en 3D, l’abandon du métal brossé et la barre des menus semi-transparente, c’est aussi cette version. Et puis le 64 bits généralisé, le système adapté autant au PowerPC sur le départ qu’aux nouveaux processeurs Intel ou encore l’intégration de Core Animation, c’est toujours pour le léopard.

Avec toutes ces fonctions, il fallait s’attendre à des bugs, et Leopard a traîné une très mauvaise réputation. Le système était souvent jugé trop lent et trop instable, ce qu’Apple a reconnu en quelque sorte en lançant l’idée d’un léopard des neiges. Snow Leopard a bien apporté quelques fonctions nouvelles, comme la prise en charge des comptes Exchange ou un tout nouveau lecteur vidéo, QuickTime X.

Néanmoins, les plus grosses nouveautés ne concernaient pas les utilisateurs, mais les développeurs. Le système est devenu intégralement 64 bits, la technologie Grand Central Dispatch (GCD) a simplifié le développement de logiciels qui exploitent tous les cœurs du processeur et OpenCL a permis d'utiliser la carte graphique pour du calcul intensif. Autant de fonctions que les développeurs pouvaient exploiter dans leurs logiciels et qui préparaient l’avenir.

« Le système d’opération le plus évolué au monde. Finement réglé. »
« Le système d’opération le plus évolué au monde. Finement réglé. »

Une excuse pour développer l’iPhone

Snow Leopard était aussi la promesse d’une stabilité retrouvée et de meilleures performances. Mais à sa sortie, la situation était beaucoup plus compliquée : même si, en apparence, rien n’avait changé, les fondations avaient été largement réécrites. Certains logiciels ont fait l’objet d’une large réécriture entre 10.5 et 10.6 pour tirer parti de GCD ou d’OpenCL. Quand on travaille à ce point sur les bases d’un système d’exploitation, on risque nécessairement de provoquer de nouveaux bugs.

Ça n’a pas raté : la toute première version de Snow Leopard, Mac OS X 10.6.0, a posé de nombreux problèmes aux développeurs et même aux utilisateurs. Pour prendre un exemple, la prise en charge d’Exchange dans Mail n’était vraiment pas au point et des utilisateurs se plaignaient de messages dupliqués ou encore de problèmes de synchronisation. On trouve d'autres témoignages de bugs plus ou moins gênants à tous les niveaux : des soucis avec le son, avec la consommation de mémoire ou encore avec Coup d’œil…

Les DVD d’installation de Snow Leopard et de Leopard Server.
Les DVD d’installation de Snow Leopard et de Leopard Server.

Ce félin n’était pas particulièrement mauvais pour autant et Snow Leopard était certainement meilleur sur ce point que son prédécesseur. Néanmoins, la promesse d’un système débarrassé de bugs n’était pas vraiment tenue et Apple aurait pu consacrer plus de temps encore à leur correction. Mais au fond, la promesse d’une mise à jour sans nouvelles fonctions majeures arrangeait bien le constructeur, occupé presque entièrement par l’iPhone à la même époque.

Leopard était déjà sorti en retard parce qu’Apple consacrait toute son énergie et surtout toutes ses équipes sur le premier iPhone. Et face au succès du téléphone, la tendance ne s’est pas inversée, bien au contraire : de 2007 à 2009, les développeurs de Cupertino ont eu énormément de travail sur le système d’exploitation mobile qui ne se nommait pas encore iOS. Avec l’App Store en 2008 et l’ajout de dizaines de fonctions en 2009 avec iPhone OS 3 (copier/coller, MMS…), il y avait de quoi faire sur le front mobile.

Aujourd’hui encore, Apple manque d’employés par rapport à ses besoins, mais c’était bien pire dans les années 2000. Pour développer iOS et le mener au niveau où il est actuellement, l’entreprise a été contrainte de faire des choix, systématiquement au détriment du Mac. Ce n’est pas pour rien que la conférence dédiée à OS X Lion, en 2010, a été surnommée « Back to the Mac » : la plateforme historique donnait le sentiment d’avoir été délaissé depuis 2007 et la sortie du premier iPhone.

Steve Jobs, lors de la présentation d’OS X 10.7.
Steve Jobs, lors de la présentation d’OS X 10.7.

Au milieu, Snow Leopard en a certainement pâti et la mise en avant de la meilleure stabilité était aussi l’argument marketing tout trouvé pour justifier l’absence de nouveautés. En vérité, si Apple avait pu mettre plus de développeurs sur OS X, on imagine qu’il y aurait eu quelques fonctions nouvelles. Ne serait-ce que pour des raisons marketing : il est plus facile de vendre quelque chose qui se voit, qu’un nouveau moteur.

Pourquoi est-il si populaire ?

Snow Leopard n’était pas si différent de ses prédécesseurs, dans le sens où cette version a également souffert de quelques bugs au lancement. Comment se fait-il que personne ne s’en souvienne ? On peut déjà souligner que la mémoire joue souvent des tours et que les utilisateurs d’OS X ne font pas exception.

On a tendance à oublier les petits défauts et à garder un souvenir exagérément positif de ses expériences passées. Vous n’êtes pas convaincu ? Prenons un exemple récent : la nouvelle interface de Yosemite a été plutôt impopulaire et a généré des débats houleux, en particulier à cause de la transparence glissée un petit peu partout dans le système. Mais ce n’est pas nouveau chez Apple et c’est avec Leopard que la barre des menus est devenue translucide et même, pendant les premières bêtas, totalement transparente.

Pendant les bêtas de Mac OS X 10.5, Apple a expérimenté avec la transparence de la barre des menus. Et proposé aux développeurs une version complètement illisible (gauche), avant de faire marche arrière (droite). (source)
Pendant les bêtas de Mac OS X 10.5, Apple a expérimenté avec la transparence de la barre des menus et proposé aux développeurs une version complètement illisible (gauche), avant de faire marche arrière (droite). (source)

Ce n’est pas que l’on essaie d’excuser toutes les décisions d’Apple, mais il faut reconnaître que l’on a tendance à oublier les problèmes, et les bugs de Snow Leopard en sont un bel exemple. Certes, le système est devenu très fiable et stable, mais il a fallu attendre pour cela plusieurs mises à jour intermédiaires.

C’est d’ailleurs l’une des différences majeures entre les années 2000 et aujourd’hui : on met à jour beaucoup plus rapidement nos ordinateurs. Craig Federighi, responsable chez Apple des systèmes d’exploitation, le rappelait récemment en soulignant que Mac OS X 10.6.0 avait été très peu installée :

Je me souviens de la sortie de Snow Leopard. Combien de personnes avaient installé 10.6.0 ? Approximativement personne ! On se disait alors que le rythme de mises à jour se calerait sur celui du renouvellement des Mac. On ne mettait pas à jour, ou alors on attendait 10.6.5…

Entre le prix demandé — 30 € pour Snow Leopard, ce qui était déjà 100 € de moins que ses prédécesseurs, mais il fallait avoir acheté Leopard pour bénéficier de ce tarif préférentiel — et le fait que l’on ne téléchargeait pas le système — on commandait une boîte avec un DVD —, inutile de dire que le taux d’adoption d’un nouveau système était alors beaucoup plus lent. Les plus enthousiastes mettaient à jour immédiatement, mais la majorité des utilisateurs attendaient, parfois même jusqu’au renouvellement de leur Mac, la nouvelle machine étant alors livrée avec le nouveau système.

Snow Leopard était livré sur un DVD, ou par la suite, sur une clé USB.
Snow Leopard était livré sur un DVD, ou par la suite, sur une clé USB.

Avec un taux de renouvellement aussi lent, la majorité des utilisateurs ne découvrait le système qu’après avoir été vidé de ses principaux bugs. Depuis que les mises à jour sont devenues gratuites, et depuis qu’elles se font via le Mac App Store, un grand nombre d’utilisateurs découvrent le système dès sa sortie, voire avant. Apple propose en effet des bêtas publiques qui sont parfois très populaires (10 % d’utilisateurs pour El Capitan) et qui servent à éliminer les bugs en amont. Mais il en reste forcément à la sortie, comme l’ont prouvé les problèmes de Gmail avec Mavericks ou de discoveryd avec Yosemite.

Et si Apple ralentissait la cadence ?

Ce que j'attends ? Rien ! M'en fous ! J'en ai marre de cette fuite en avant désespérée.
La seule chose que je souhaite, c'est l'arrêt de cette fuite en avant, avec l'ajout permanent de fonctions dont le client moyen n'a pas vraiment besoin et qu'il n'utilise pas. Et plus de stabilité, moins de bogues (il y en a encore plein) et plus de rapidité, point final.

Ces deux réactions (la première de Le docteur, la seconde de Chanteloux) sont probablement un petit peu extrêmes, mais elles reflètent bien une pensée assez générale. Qu’importent les raisons exactes qui ont poussé Apple à ne rien publier de nouveau dans Snow Leopard, le constat reste le même : une partie des utilisateurs a apprécié cette stabilité. Et ces mêmes utilisateurs la réclament encore aujourd’hui.

OS X est désormais développée sur la base d’un rythme annuel : on a une nouvelle version majeure tous les ans, elle sort à chaque fois à l’automne et elle contient quelques fonctions nouvelles. C’est le cas depuis Lion et on attend cette année une toute nouvelle version. Et il faut bien reconnaître que le constructeur a avancé à un rythme parfois un petit peu dingue, n’hésitant pas à tout changer d’une année sur l’autre. Vous vous souvenez peut-être du carnet d’adresses et du calendrier façon iOS dans Lion ou de Messages qui remplaçait iChat dans Mountain Lion.

Apple présentait Lion comme l’alliance parfaite du Mac et de l’iPad. Rétrospectivement, ce n’était probablement pas une si bonne idée…
Apple présentait Lion comme l’alliance parfaite du Mac et de l’iPad. Rétrospectivement, ce n’était probablement pas une si bonne idée…

Disons-le, Apple est sans doute allé trop loin dans la copie d’iOS, et le constructeur l’a certainement fait trop rapidement pour ne pas froisser certains utilisateurs. C’est probablement l’une des raisons qui expliquent que Snow Leopard est resté si populaire. C’est la dernière version du système d’exploitation avant les sorties annuelles et c’est la dernière avant l’arrivée d’iOS et de son emprise réelle ou supposée sur OS X.

Dans certains cas, le rythme annuel est trop rapide. C’est le cas en entreprise notamment (lire : OS X : Apple va-t-elle trop vite pour les entreprises ?) et Apple pourrait reprendre à son compte l’idée des distributions Linux « long term support » (LTS). Pour prendre le cas d’Ubuntu, on a le choix entre la toute dernière version 15.10 ou la 14.04 LTS. Cette dernière est sortie en avril 2014 et elle sera maintenue jusqu’en avril 2019, alors que la 15.10 est disponible depuis l’automne dernier, mais sera remplacée par une mise à jour dès le mois d’avril prochain.

Apple pourrait-elle adopter une même démarche ? Des mises à jour annuelles pour ceux qui le souhaitent, mais avec une version de référence conservée pendant une plus longue période. Le constructeur pourrait se contenter de combler les failles de sécurité nécessaires et s’engager à le faire pendant quelques années, ce qui rassurerait autant les entreprises que les particuliers qui n’aiment pas les changements trop fréquents.

Ce serait quelque chose de nouveau pour l’entreprise, mais après tout, Apple a prouvé ces dernières années qu’elle pouvait changer. Et elle n’est pas si loin de cette situation aujourd’hui, avec des mises à jour d’importance égale. Snow Leopard améliorait Leopard, Mountain Lion faisait la même chose pour Lion et même El Capitan est plus une amélioration de Yosemite qu’un changement majeur. Apple pourrait maintenir cette situation et garder le système plus fiable au moins une année de plus, laissant l’opportunité à ceux qui le souhaitent de tester les nouvelles fonctions.

Néanmoins, n’est-ce pas déjà ce qui se produit ? Même si Apple incite fortement ses clients pour qu’ils mettent leur Mac à jour, ce n’est pas obligatoire et on peut très bien attendre plusieurs mois après la sortie d’une nouvelle version pour l’adopter. La version actuelle de Yosemite est très stable par exemple et on peut aussi dire qu’elle fait office de version LTS. Ceux qui souhaitent la stabilité et la fiabilité peuvent très bien attendre six mois, voire un an, et l’obtenir en étant ainsi légèrement décalés. Apple fournit toujours des mises à jour de sécurité pour Yosemite et même pour Mavericks : doit-elle vraiment en faire plus ?

Apple met le paquet dans le Mac App Store quand un nouveau système sort. Mais l’utilisateur n’est certainement pas obligé de l’installer immédiatement pour autant. Au passage, ce n’est pas forcément très connu, mais on peut masquer la mise à jour en utilisant un clic secondaire.
Apple met le paquet dans le Mac App Store quand un nouveau système sort. Mais l’utilisateur n’est certainement pas obligé de l’installer immédiatement pour autant. Au passage, ce n’est pas forcément très connu, mais on peut masquer la mise à jour en utilisant un clic secondaire.

Quand on voit la tendance suivie par Microsoft, qui force ses utilisateurs à toujours utiliser la dernière version de Windows 10, on se dit que l’on n’est pas prêt de voir des mises à jour ralenties. Apple l’a même reconnu à demi-mot par l’intermédiaire de ses vice-présidents invités dans un podcast : il faut s’attendre à plus de mises à jour tout au long de l’année, avec des ajouts réguliers pour les utilisateurs.

Vous avez voté majoritairement en faveur de Mac OS X 10.6, mais quelle version du système avez-vous détestée ? C’est l’objet de notre nouveau sondage !


avatar Chanteloux | 

@mac_adam :
Très juste! Lightroom pourrait être le problème. Mais il reste que ça m'étonnerait, j'aimerais en savoir plus.

avatar OneCatFamily | 

Moi, j'aime Snow Leopard parce que c'est... La seule version récente d'OS X que mon MacBook Pro accepte...!

J'ai un CPU 32-bit-only, donc je ne peux pas installer d'autres versions.

Et c'est bien dommage, mais c'est comme ça, donc oui, SL est vraiment la version que je préfère... :-)

avatar Jacti | 

Qu'Apple arrête :
1) les versions majeures annuelles
2) la course à l'ajout de fonctionnalités inutiles

avatar Jacti | 

J'ai utilisé pratiquement tous les systèmes micro et mainframe : de MS-DOS à Windows 10, de OS/360 à Z OS chez IBM, de mini 6 à GCOS 7 chez Bull en passant par VMS chez DEC, OS2, OS9 et bien sûr tous les OS de Mac depuis le 128 et même l'Apple II, sans véritable OS quant à lui !
Et bien je suis désolé de le répéter une n-ième fois mais Snow Leopard est THE OS le meilleur que j'ai jamais rencontré et de loin (comme dans le sondage).

avatar Almux | 

Comme j'attribue une immense valeur au visuel, je trouve aussi que l'interface de snow était le plus agréable à mon oeil… avec un plein usage des capacités de nos écrans. Visuel que notre cher M. Ive a condamné à la plus lamentable des platitudes.

avatar Moonwalker | 

Certes, mais les goûts et les couleurs…

Le problème avec Apple c'est qu'on a pas tellement le choix : on accepte, ou on râle, ou on passe à autre chose.

avatar jipeca | 

Pas vraiment nécessaire. Etant donné le nombre de gens qui changent de matos à la moindre occasion, je me suis fait un petit stock (3) de iMacs 2009/2010, avec SSD, qui me donnent une totale satisfaction.Suis paré pour un moment, je crois. D'autant que certains soft m'apportent la majorité des fonction qui m'intéressent, apportées (copiées sur les dits softs ?) par les OS ultérieurs.
J'ai un iMac fin 2014 qui ne me sert pratiquement pas et que j'ai promis d'offrir à mon filleul.

Mais merci cependant.

avatar iBaby | 

« Même si Apple incite fortement ses clients pour qu’ils mettent leur Mac à jour, ce n’est pas obligatoire et on peut très bien attendre plusieurs mois après la sortie d’une nouvelle version pour l’adopter. »

Pas entre Yosemite et El Capitan, à cause du beau cafouillage de Notes, incompatibles entre iOS 8 et El Capitan, ou inversement entre Yosemite et iOS 9. Du coup il fallait tout avoir à jour.

avatar Chanteloux | 

après tout, Apple a prouvé ces dernières années qu’elle pouvait changer.

Ah oui ?????????

avatar joneskind | 

Je me tue à expliquer ici que si vous voulez un OSX toujours stable et sans bug tous les ans il suffit d'attendre une seule fois une dizaine de mois avant de faire la MàJ puis de la faire une fois par an. Vous n'aurez pas le dernier OSX mais la version 10.x-1.5 et vous n'aurez plus à vous plaindre.

Pour ma part je suis arrivé sur Mac sur une version bien avancée et stable de Léopard, et c'est les début de Snow Leopard qui ont vraiment été catastrophiques. Ça c'est très nettement amélioré par la suite et ma pire expèrience avec OSX reste à ce jour Lion qui a été mauvais jusqu'à la fin. Même la première bêta de Mountain Lion était plus performante (sur ma machine et pour mes besoins). Mavericks a terminé les améliorations de stabilité et de performances, à leur tour mises à mal par le piteux (en comparaison) Yosemite.

Je considère aujourd'hui que OSX a un cycle de développement de 3 ans. Une version qui chamboule un peu tout (Lion, Yosemite) une version qui améliore la précédente (Mountain Lion, El Capitan) et une version parfaite (Snow Leopard, Mavericks). J'attends donc avec impatience la nouvelle mouture d'OSX !

avatar Chanteloux | 

@joneskind :
Dites pas ça monsieur... Les derniers OS X n'ont JAMAIS été stables, pas plus au début qu'à la fin.

avatar patrick86 | 

"Les derniers OS X n'ont JAMAIS été stables, pas plus au début qu'à la fin."

Mauvaise foi.

avatar Chanteloux | 

@patrick86 :
La mauvaise foi c'est la vôtre. Lisez les forums et faites la liste de tous les bogues répertoriés.

avatar patrick86 | 

@Chanteloux :
Je ne nie pas l'existence de bugs. Par contre, je fais la distinction entre des bugs que rencontre une partie des utilisateurs et une instabilité chronique aggravée qui fait exploser tous les Mac.

Moi-même il m'arrive d'avoir des soucis et je lis des forums également, mais je fais la part de choses.

avatar joneskind | 

@Chanteloux

Je sais pas ce que tu fous avec tes Macs, mais moi je n'ai jamais eu de problème de stabilité avec Mountain Lion ou Mavericks. Toutes mes apps tournaient nickel. Jamais eu de KP, alors que j'en ai eu 2 ou 3 avec Snow Leopard. Les performances ont largement été améliorées par rapport à Snow Leopard, notamment grâce au support d'OpenGL 4.

Bref, c'est ton utilisation contre la mienne, et je serais bien curieux de savoir quels logiciels tu utilises pour provoquer l'instabilité du système.

avatar Chanteloux | 

@joneskind :
Uniquement lightroom 6.4. Sur les bogues de El Capitan, lisez les forums...

avatar Lecorbubu | 

En ce qui me concerne quelque soit la version d'OS X j'ai rarement eu à m'en plaindre... Bien sûr rien n'est jamais parfait et chaque version apporte ses défauts et ses avantages. Mais l'OS d'Apple reste dans le cadre de mon usage satisfaisant. Coup de chance ou usage, je n'ai jamais fait partie de ce à qui le mac est devenu une sombre pourriture après une mise à jour, peu de soucis de comptabilité avec mon parc d'applications de travail également.

avatar Le docteur | 

Personnellement, je n'ai jamais compris. Ou plutôt si : c'est le système par lequel a commencé la plus grande vague de switchers

avatar Moonwalker | 

Ouaip. Vivement le reflux.

avatar pismo500 | 

De toute manière les plus vieux utilisateurs d'Apple savent qu'en matière de matériel comme de logiciel, avec la pomme il est urgent d'attendre et de ne surtout pas jouer les early adopters. J'ai toujours un OS de retard, voir deux si les retours sont vraiment mauvais. Comme ça je n'installe que la version définitive de l'OS. Il n'y a jamais aucune avancée qui a justifié d'installer la version la plus récente. La seule raison, bien compréhensive cependant, c'est l'attrait de la nouveauté. Et pour certaines personnes (dont je suis) qui ont vécues pas mal de révolutions informatiques, cet attrait s'étiole avec le temps.

avatar tristan.marechal | 

Bonsoir à tous j'ai laissé mon iMac Late 2008 2,8/ 4GO / 1,5TO sous SL jusqu'à la semaine dernière.
J'ai fait une migration vers Mountain Lion pour pouvoir sauvegarder et gérer mon iPhone 6+ sous iOs 9… puisque SL n'est pas compatible iTune 12…
Belle erreur. ML ne m'apporte pas grand chose si ce n'est une compatibilité directe presque totale avec iCloud (synchro des calendriers, contacts, onglets safari etc…)… MAIS…
Je double l'occupation mémoire résidente avant tout lancement.
Le démarrage du Mac est deux fois plus lent.
Et surtout les ventilés sont audibles en permanence à plus de 1800 tous et jusqu'à 2600. Alors que sous SL, en bureautique j'étais toujours sous 1400 RPM qui est le seul audible pour cette machine.
Donc gros regret…

J'ai assi essayé depuis El Capitan. L'occupation mémoire résidente est encore plus importante. tout est globalement plus lent et le bruit est le même que sous ML…

Donc l'autre considération pour le choix d'un OS X est aussi celle de savoir pour quelle machine…

Pour mon iMac de 2008, la bonne réponse est Snow Leop'… sans discussion.

Quant au dernier MacBook Pro que j'ai acheté (13" non retina). Partition du HD livré et install de ML en lieu est place de El Capitant qui reste sur l'autre partition.
Résultat : c'est une machine rapide et confortable. Et pas trop dépaysante…

@+ @tous. Tristan

avatar Un Type Vrai | 

C'est normal...
Tu ne peut pas demander à un OS commercial* de 2015 de tourner comme une horloge sur un matériel de 2008.
Il faut comprendre que l'intégration que tu cherches, Apple s'en sert pour que tu renouvelle ton matériel, là où Apple gagne des sous.

* Ajout de commercial, parce que Linux, FreeBSD etc tourneront super bien.

avatar Ghaleon111 | 

"Tu ne peut pas demander à un OS commercial* de 2015 de tourner comme une horloge sur un matériel de 2008."
C'est pourtant le cas avec w8 a 10 qui sont superbement optimisé mème si je trouve ces os pas géniales
ça devrait être facile pour apple pourtant vu que soit disant ils maitrisent hard et soft...

avatar Un Type Vrai | 

Commercialement, Microsoft avait intérêt à poser du Windows 10 plus largement, n'ayant pas de matériel à vendre dans l'écosystème.

Je vais même te répondre qu'avant qu' liPhone ne prenne autant de poids, Mac OS X s'optimisait de version en version :
10.0 10.1, 10.2 ...
Plus stable, plus rapide etc sur un même matériel.

Ce temps est REVOLU,
Apple veut te vendre le dernier iPhone avec la dernière compatibilité OS X avec le dernier iMac.
Ils vcont pas t'aider à ne pas dépenser tes sous chez eux.

avatar jipeca | 

Dommage que apple interdise l'inverse, I mean l'installation de Snow sur un mac récent, et voir ce que ça donnerait par rapport aux derniers opus ! Mais je connais déjà la remarque "on ne peut tout de même pas leur demander d'assurer la compatibilité du matos avec des logiciels dépassés..."
Le problème c'est que ces OS restent très compétitifs sur leur vieux matos par rapport aux OS récents - Faudrait m'expliquer - et assurer la compatibilité serait un jeu d'enfant puisque à contrario on assure celle des Lions > Capitan avec le matos ancien . Donc volonté évidente d'écarter SL et les précédents. Et SL devient l'équivalent de Vista... Dire qu'il y en a qui roulent encore sur Tiger en parfaite sécurité.

avatar mac_adam | 

@jipeca :
Tu peux partitionner ton disque et y installer Snow Leopard il me semble.

avatar jipeca | 

Sorry pour la redite, je me suis trompé d'endroit.

@ mac-adam

Pas vraiment nécessaire. Etant donné le nombre de gens qui changent de matos à la moindre occasion, je me suis fait un petit stock (3) de iMacs 2009/2010, avec SSD, qui me donnent une totale satisfaction.Suis paré pour un moment, je crois. D'autant que certains soft m'apportent la majorité des fonction qui m'intéressent, apportées (copiées sur les dits softs ?) par les OS ultérieurs.
J'ai un iMac fin 2014 qui ne me sert pratiquement pas et que j'ai promis d'offrir à mon filleul.

Mais merci cependant.

avatar Average Joe | 

C'est possible, ça, d'installer un second OS plus ancien sur une partition du disque :gratte:
J'en ai jamais entendu parler. À ma connaissance, chaque Mac quand il sort se rend rétro-incompatible. On peut se contenter de l'OS installé ou d'en mettre un nouveau mais pas un plus ancien. Macomaniac a un MBP 17" avec Snow Leopard installé dessus d'origine. Il a aussi des disques externes avec tous les O.S. suivants dessus. C'est cela qui est jouable à ma connaissance.

avatar mocmoc | 

c'était l'occaz d'un "welcom to mac os x" stylé au demarage du mac non?

avatar Un Type Vrai | 

Un Nième article qui confond fréquence des MAJ et qualité.

La qualité s'obtient en accélérant la fréquence des MAJ.
Ce que vous ne voulez pas accepté, c'est que votre définition de qualité est différente de celle d'Apple.
Pour vous, c'est : "Moins de bug, plus de rapidités" pour Apple c'est "Moins d'alternative, plus de service Apple".

Relisez tranquillement mon commentaire, faite la liste des fonctionnalités qui passent maintenant par les serveurs ou les applications d'Apple entre 10.6 et 10.11 et acceptez que le futur de Mac OS X est un OS sur serveur iCloud verouuillé.

Je suis pour une MAJ tous les 6 mois, voir tous les 3 mois.
Partout où la fréquence des MAJ a augmenté, la qualité à augmenté.
Evidement, le contenu des MAJ est donc plus léger et les fonctionnalités bugguées sont corrigées à la MAJ suivante, c'est aussi ça une bonne politique de qualité.

avatar Chanteloux | 

@Un Type Vrai :
Les MAJ corrigent des bogues... Et en créent de nouveaux!

avatar Un Type Vrai | 

En effet, mais la couverture de test augmente...
Un bug survenu sur Chrome ne reviendra jamais.
Le wifi ety Mac OS X, c'est heu...

Voilà.

avatar Jacti | 

Ton commentaire ne tient pas compte des incompatibilités qui naissent avec les nouvelles versions : pilotes d'imprimantes, pilotes d'interfaces audio, plug-ins de différents logiciels (en particulier musicaux...), etc. Les nouvelles versions incessantes et les mises à jour sont une véritable galère pour les musiciens professionnels. Pour cette raison, ils ont souvent 2 voire 3 ou 4 versions de retard.
Je suis résolument contre les mises à jour sans arrêt et les nouvelles versions tous les ans. C'est bien trop rapproché par rapport à tous les logiciels que j'utilise.

avatar Average Joe | 

Pas seulement les musiciens.
Voilà ce que j'ai perdu depuis la mise à jour de Mountain Lion vers Mavericks :
1) le calme au niveau du disque externe de Time Machine, alimentation externe. Raccordement via un adaptateur Thunderbolt->FW 800. Sous SL ou ML il se calmait quand il n'était pas sollicité. Maintenant il est tout le temps à fond (7200 tours), du genre passablement bruyant.
2) la mise à jour de Perian. Du coup le quick look impose la conversion des vidéos dans le nouveau format de Quick Time.
3) la mise à jour du driver de mon imprimante. Je ne peux plus imprimer en recto-verso et dois utiliser un logiciel de Canon pour scanner avec ma MP-600, la fonction native de Mavericks n'étant plus utilisable car la MP-600 n'est pas répertoriée dans la liste.
Ne vous demandez pas pourquoi je n'irai pas de sitôt plus loin dans les O.S.…

avatar melaure | 

Sortir un OS tous les ans est une CONNERIE MONUMENTALE !!!

Voilà pourquoi on préfère les OS d'avant, parce qu'Apple prenait le temps de sortir des versions vraiment différentes !!!

Aujourd'hui tout est bâclé et sort en Alpha, même pas en bêta. Tim Cook s'en fou des produits bien finis et des clients, il est techniquement à la ramasse, c'est juste une usine à cash. Apple ne doit son succès qu'au Hype, mais plus du tout à sa technicité et son sens du détails qui sont morts avec Jobs ...

Quand au nouveau sondage, c'est clairement Yosemite. Je reste à Mavericks, car Mac OS n'a jamais été aussi MOCHE que depuis cet OS. Je préfère encore un Système 6 en noir et blanc !!!

avatar Chanteloux | 

@melaure :
D'accord avec vous en tout!

avatar Jacti | 

@melaure : entièrement d'accord avec vous.

avatar Doctomac | 

À l'époque, on critiquait les mises à jours étalées sur deux ans ou plus. On disait qu'Apple devait faire plus, proposer plus de nouveautés, plus régulièrement et rapidement. On disait qu'Apple ne s'occupe que de iOS, que le Mac était délaissé.

Apple se met à proposer des mises à jour annuelles (si on fait le bilan depuis Lion, Apple a ajouté beaucoup de fonctionnalités et chacune d'entre elles a nécessairement profité/comblé à un utilisateur).

Maintenant, les trolleurs éternellement insatisfaits comme melaure et les autres habituels qui disent amen à ses écrits nous racontent que c'est une connerie monumentale et en majuscule en plus.

Comme quoi les opinions sur MacG, c'est comme un slip, on en change tous les jours.

Ensuite, vient le discours haineux et mensongers. Non les versions d'OS X sorties récemment ne sont ni des versions beta et encore moins des versions alpha. On voit clairement que melaure ne sait pas de quoi il parle.
Deux versions récemment ont eu plus de bugs à la sortie que d'habitude, c'est Lion (sous Jobs, donc le blabla anti-Cook n'a aussi aucun fondement) et Yosemite, du fait des nombreuses modifications. Mais ces bugs ne reflétaient absolument pas des versions beta ou alpha.

avatar Chanteloux | 

@Doctomac :
Vous êtes complètement à côté de vos pompes. Les bugs d'El capitan et autres sont documentés partout. Et c'est pas parce que l'on critique Apple qu'on ne l'aime pas. La preuve, malgré tous ces bugs d'OS chroniques et persistants, documentés partout, je reste en Mac, depuis 1989!!! Ça c'est de l'amour!

avatar Doctomac | 

Des bugs, il y en a, il y en aura toujours et il y en a toujours eu. Un logiciel et à en particulier un OS sans bugs, c'est impossible. Globalement, OS X a toujours bénéficié d'un bon niveau de finition, OS X El Capitan d'un très bon niveau de finition (surtout en comparaison de Windows 10).

Je pense qu'au delà de la haine, certains en demandent trop à Apple ou demandent l’impossible car c'est Apple.

avatar Chanteloux | 

@Doctomac :
Désolé. Objectivement, J'ai plus +++ de bogues sur iMac/El capitan que sur Surface4/win10. Et je parle d'expériences réelles, vécues, non de suppositions ou de lectures ou de préjugés: j'ai les deux à la maison. Et malgré ça, j'aime mieux ÉC! Je vous dis. Je l'aime!

avatar Jacti | 

Nous ne sommes plus à l'époque de Lion. Il y a plus d'historique et de matériel en jeu connecté avec des pilotes dans tous les sens.
Aujourd'hui, donc, j'affirme et j'insiste : c'est une grosse connerie de sortir une nouvelle version tous les ans alors que la précédente n'est pas stabilisée et que nombre de plug-ins et pilotes ne sont même pas encore à jour avec la version précédente. J'en sais quelque chose avec les logiciels musicaux...
Et je ne parle pas de mes activités de développement et des incompatibilités entre librairies.
Ceux qui ne font que de la bureautique, du mail, des réseaux sociaux et du surf avec leur ordinateur peuvent se satisfaire de mises à jour fréquentes et de nouvelles versions mais certainement pas les pros qui cherchent avant tout stabilité, pérennité et qualité. Je suis loin d'être un trolleur. Je suis informaticien depuis 45 ans et un applemaniac de la première heure avec l'Apple II (bien plus ouvert avec ses 8 "fonds de panier" que les Mac actuels soit dit en passant). Je persiste, une n-ième fois : Apple est sur la mauvaise pente avec ses mises à jour et ses successions de nouvelles versions en rafale. Je ne crois pas que ce soit bon pour leurs affaires car les utilisateurs commencent à se lasser. En plus, le "flat design" c'est vraiment de la merde qui pique les yeux.
PS : sur l'Apple II, en 78, j'avais 2 cartes de "Mountain Hardware" interconnectées avec 16 oscillateurs et un crayon électronique pour écrire mes partitions directement sur l'écran. Eh oui, en 78 (http://www.applefritter.com/node/138) ! Je pouvais même faire de l'analyse de Fourier avec. Je n'ai même pas l'équivalent de l'ensemble de ce système aujourd'hui sur les Macs, soit disant des machines "sophistiquées"

avatar Chanteloux | 

@Jacti :
D'accord en tout.

avatar Ghaleon111 | 

Une chose dont vous n'avez pas parlé, c'est la vitesse, réactivité de l'os (dont vous auriez du faire part)
Mon vieille imac 2008 avec son pauvre DD 320go 7200t et son core2duo sous snow leopard démarrait en 20s en plus d’être beaucoup plus réactif pour tout que mon imac 27 fin 2013 de maverick a el capitan
OH grand jamais je ne voyais la roue multicolore, c'était très rare, tout était quasi instantané pour s'ouvrir dés l'affichage du bureau, c'était carrément le futur par rapport a vista a l'époque
Aujourd'hui il faut carrément avoir un ssd pour retrouver ce genre de réactivité! et c'est aussi aujourd'hui l'os le plus lent par rapport a linux et windows
Donc en aucun cas la mémoire nous joue des tours

Niveau fonctionnalité, ergonomie, design etc... c'est par contre bien au dessus de windows 10 ce qui me fait rester sur mac

avatar tristan.marechal | 

SL sur les Mac pré 2010 fonctionnait super bien.
Le couple était parfait. Plus rapide et fluide qu'un MacBook Air d'aujourd'hui avec El Capitan.
Et je parle même pas de EL Capitan sur MacBook 13" non rétina avec un HD…

Et cela aurait pu durer encore longtemps… la seule raison du switch à ML me concernant est la nécessité de pouvoir gérer mon iPhone sous iOs 9…

… je pense sérieusement a down grader mon imac vers SL !

avatar debione | 

J'ai gardé longtemps SL sur mon Imac 27" mid 2010... Jusqu'au jour ou j'ai du upgrader à cause des softs... Et la ce fut la catastrophe, d'un ordinateur très réactif qui s'allumait assez vite je suis passé à un veau... Alors cela ne se sent pas trop dans l'utilisation des softs (j'utilise beaucoup logic et main stage), mais alors il est devenu affligeant à l'allumage (compter entre 2 et trois minutes pour arriver sur le bureau), affligeant dans le finder, dans la copie de fichier, des moulinages à tout bout de champs... Bref, comparativement El Capitan est une vraie bouse.

avatar FollowThisCar | 

Personne ne mentionne ici un truc hyper important pour les connaisseurs, et une raison capitale de garder SL : la fin d'iTunes 10.

Donc avec SL 10.6.8 on peut garder iTunes 10.7, continuer d'apprécier la musique avec iTunes DJ et affichage des pochettes en grand, confectionner comme avant des myriades de librairies personnalisées et ainsi s'offrir à l'infini de nouvelles découvertes enfouies dans le dossier iTunes Media. Bref, une machine à musique parfaite, ce qui n'est plus le cas depuis iTunes 11.

Donc, avec un Mac d'occase de quelques années auquel on joint un SSD en externe et FireWire 800, on obtient un centre musical impeccable et pas cher : hyper rapide, démarre au quart de tour, fonctionne sans accroc ni bruit de fond. Faut juste faire gaffe de ne jamais accepter l'upgrade vers iTunes 11 sur ce Mac précisément.

PS. On pourrait également mentionner le fait que Mac OS 9.0.4 marche très bien sur SL (idéal pour des jeux anciens), mais SheepShaver fonctionne aussi sur les derniers Macs.

avatar jmtweb | 

Triste commentaire tendancieux...
Ayant utilisé l'ensemble des OSX hormis El Capitan, Snow Léopard est de loin, le meilleur OSX jamais mis en oeuvre par la pomme. Léger, sobre et stable : autant de qualités souhaitées par les utilisateurs.
A la suite du up grade vers Lion,Mvk et Yosemite, quelle déception, quelle lourdeur pour quoi de plus ? J'oubliais... la disparition de Front raw, fort heureusement retrouvé depuis mon downgrade vers Snow Léopard. Evidemment, IOS 9 est devenu sourd aux transferts des données vers itunes mais le problème a très vite été contourné en switchant vers android qui lui est parfaitement reconnu sur Snow Léopard avec enfin une vrai arborescence !

avatar Jacti | 

Entièrement d'acord pour iTunes. J'ai fait très attention de conserver iTunes 10 sur mon iMac de mi-2011 (d'ailleurs toujours sous SL). Hélas, j'ai acheté un iMac Retina en avril 2015 et là je suis sous Yosemite avec iTunes 12.3.2.35 qui est une vraie catastrophe ergonomique. Je veux qu'on rétablisse le multifenêtrage dans iTunes pour glisser/déposer entre listes de lectures de façon SIMPLE.
Bref, depuis l'après SL, Apple ne fait que merdouiller et balbutie l'ergonomie.
Non je ne passerai pas sous El Capitan, uniquement par principe car j'en ai marre du rythme annuel des versions.

avatar Espcustom | 

Les pleureuses étaient qd meme de sorti à l'époque je me rappelle.

C'est une sorte de légende urbaine cet os. Pas plus mauvais ni de loin meilleur que ML ou Mav...EC est également remarquable de stabilité et de rapidité chez moi.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR