OS X : Apple va-t-elle trop vite pour les entreprises ?

Stéphane Moussie |

Depuis Lion, Apple sort tous les ans une nouvelle version majeure d'OS X et du module OS X Server. Un rythme qui permet aux utilisateurs de bénéficier plus rapidement de nouvelles fonctions et d'améliorations, mais cette cadence est-elle adaptée au monde de l'entreprise ? Les professionnels ont des contraintes de compatibilité, de stabilité et de durabilité très fortes. Le tempo annuel donné par Apple s'accorde-t-il avec ces impératifs ? Si ce n'est pas le cas, peut-on se soustraire de cette vive allure ? C'est ce que nous avons demandé à des spécialistes confrontés à ces problématiques.

Kārlis Dambrāns CC BY

Un changement de système qui se prépare

Avant toute chose, les utilisateurs professionnels sont-ils au courant de la sortie des nouvelles versions d'OS X ? Absolument, répond Thibaut Metzinger, consultant certifié chez iNet System. « Tout le monde est au courant par la presse et les événements organisés par Apple. Mais les utilisateurs ne comprennent pas forcément toutes les implications que ces nouvelles versions représentent. » Il y a une distinction entre le professionnel qui gère sa machine tout seul et la direction des systèmes d'information (DSI) qui est généralement plus au fait des détails techniques, explique-t-il.

Pour autant, l'utilisateur final n'a pas besoin de formation quand il passe sur un nouveau système, assure Thibaut Metzinger. Un point de vue partagé par Guillaume Gète, consultant certifié indépendant : « Il est rare qu'au niveau utilisateur final, on ait besoin d'une formation, les bases d'OS X restant les mêmes. Une petite mise à jour des connaissances peut être nécessaire, mais rien de radical. »

À l'inverse, une formation pour la DSI peut être utile. « On peut dispenser une formation d'une journée à la personne référente pour les utilisateurs Mac afin de lui présenter les petites finesses de la nouvelle version », note le consultant d'iNet System.

Et pour dispenser ces formations, il faut évidemment que les conseillers connaissent OS X sur le bout des doigts. « Nous, professionnels du Mac, devons rester vigilants non seulement sur les changements esthétiques ou d'interface, mais surtout sur les changements internes », souligne Guillaume Gète qui donne un exemple concret :

Parfois, quand on fait des modifications de DNS, on a besoin de nettoyer le cache DNS pour s'assurer que les informations sont bien mises à jour (par exemple si on a changé l'adresse IP d'un serveur). Le Mac pourrait penser que le serveur est toujours à l'ancienne adresse IP si on ne rafraîchit pas le cache DNS. Eh bien, sous Yosemite, la commande pour nettoyer ce cache a encore changé !

On se dit qu'Apple pourrait faire un effort pour éviter de modifier ce genre de commandes administratives pourtant fort utiles… Et encore, là ce n'est rien. Souvenons-nous des énormes problèmes avec le protocole de partage de fichiers SMB, modifié avec Lion, et qui n'est réellement utilisable que depuis Mavericks. En fonction des implémentations, on peut se connecter à son serveur de fichiers SMB… ou pas. Quand on sait qu'Apple dégagera sûrement le protocole AFP d'ici trois versions d'OS X grand maximum, ça peut faire un peu peur…

Les versions bêtas sont justement là pour ça, relève Yoann Gini, un autre membre de l'Apple Consultants Network, le réseau des prestataires de services et de consultants certifiés par Apple. Mais globalement, « il y a suffisamment peu de différences coté administrateur système entre deux versions majeures pour que le changement soit indolore pour quelqu’un d’expérimenté », estime-t-il.

Matthew Pearce CC BY

Un rythme annuel pas forcément suivi

Les consultants doivent donc se « mettre à jour » tous les ans, en même temps que les nouvelles versions. Mais ce n'est pas pour autant que les Mac de leurs clients doivent faire de même.

« Pour les machines existantes d’un parc, aucun souci, rien ne nous force à faire la mise à jour dans l’instant et les utilisateurs finaux ne peuvent pas le faire à notre place », expose Yoann Gini. Thibaut Metzinger va dans le même sens : « Tant que l'activité ne nécessite pas de changement informatique, le professionnel peut utiliser le système d'origine de la machine. »

L'extrême limite, c'est la fin du support par Apple, qui implique que les éventuelles failles de sécurité ne sont plus comblées. « Il ne faut plus d'OS X 10.6.8 si l'ordinateur se connecte à Internet », prévient-il. Apple continuant de fournir le support pour trois versions, il n'y a pas de raison à sauter sur un nouvel OS dès qu'il sort, abonde Guillaume Gète.

Le moment de l'application de la mise à jour dépend ensuite de différents prérequis. L'un des principaux est la compatibilité avec les logiciels tiers. Il faut parfois attendre quelques mois avant qu'un éditeur sorte une nouvelle mouture de son application pleinement compatible avec le système, « mais depuis plusieurs années, c'est Apple qui imprime le rythme, juge Thibaut Metzinger, la plupart des constructeurs, des accessoiristes et des éditeurs suivent ses innovations. »

« Cette mise à jour est lourde car Apple rend régulièrement obsolètes un certain nombre de fonctions utilisées sur les anciens systèmes », signale Jean Bousquet, le fondateur de Cogilog qui édite une dizaine de logiciels professionnels dans le domaine de la gestion.

Il y a aussi un impératif de stabilité du système lui-même. Pas question qu'il fasse perdre de précieuses heures de travail à cause d'un Wi-Fi défaillant ou d'un autre bug. « Typiquement, jusqu’à 10.10.2 je ne pouvais pas ouvrir de VPN depuis mon iMac qui est en IP fixe. Le passer en DHCP suffisait à refaire marcher le VPN », cite par exemple Yoann Gini.

Les trois membres de l'Apple Consultants Network s'accordent à dire qu'il faut attendre la version x.x.3 d'OS X :

C'est à partir de ces versions qu'on commence à atteindre une vraie stabilité et des performances vraiment améliorées. Par ailleurs les éditeurs ont alors corrigé leurs plus gros bugs. N'installez surtout pas un système dès qu'il sort : perte de productivité et arrachage de cheveux quasi assurés !

Matthew Pearce CC BY

La rétrocompatibilité en question

Si les Mac déjà installés ne sont donc pas tenus de passer sur les nouvelles versions d'OS X dès leur sortie, il y a le cas des nouvelles machines qui viennent forcément équipées de la dernière mouture en date. Et il est impossible de les faire revenir sur une version précédente. Une situation qui peut compliquer les choses dans certains cas, comme en témoigne Yoann Gini :

Il n’est pas rare d’avoir des contraintes légales ou contractuelles dans une société qui nous force à tourner sur des environnements « validés ». Lorsqu’une étude d’un laboratoire doit être faite dans un environnement précis avec des versions logicielles précises, c’est toujours compliqué de forcer la main sur la montée de version du système d’exploitation. Ça rajoute du travail alors qu’on avait simplement envisagé d'installer un nouveau poste pour augmenter la cadence.

Guillaume Gète va dans le même sens :

On peut avoir besoin d'un OS compatible avec un logiciel un peu ancien. On n'a pas forcément envie d'investir dans la toute dernière version de FileMaker et cie. La virtualisation peut compenser un peu (on peut virtualiser OS X Server depuis la version 10.5, et OS X tout court depuis la 10.7), mais évidemment il y a un impact côté performances.

« Les logiciels ne sont pas forcément tout de suite compatibles, mais les éditeurs suivent forcément », tempère pour sa part Thibaut Metzinger.

Cogilog explique que ses clients ont souvent un parc hétérogène et qu'il doit évidemment prendre en compte ce paramètre. Tous ses logiciels sont ainsi compatibles de Snow Leopard à Yosemite. Cette rétrocompatibilité complique son travail d'adaptation et nécessite plusieurs mois de travail, « mais c’est le prix à payer pour bénéficier régulièrement de toutes les avancées d’Apple et contribuer à ce qu’Apple maintienne son avance sur les autres systèmes d’exploitation », observe Jean Bousquet.

Yoann Gini en appelle, lui, à un OS X en « Long-Term Support » sur lequel Apple s'engagerait à faire les mises à jour pendant 5 ans et à conserver à la vente des machines pouvant le faire tourner pendant 5 ans.

Gare toutefois à ne pas tomber dans les travers de Windows XP, comme le note Guillaume Gète :

En fait, je me dis parfois que l'informatique a été ralentie par Microsoft, et que c'est cette torpeur qui a imposé Windows XP durant des années. Qu'Apple veuille aller un peu plus vite, ce n'est pas forcément un mal non plus. Le risque étant d'aller parfois un poil trop vite… On se souvient de Snow Leopard, qui était une bonne version d'OS X parce qu'elle avait pris le temps de stabiliser son système. Ce serait bien de faire la même chose avec Yosemite.

avatar Boud | 

"consultant certifié indépendant" c'est juste très drôle à lire, enfin les indépendants non certifié doivent être vexés. Une certification étant en plus donné par un autre organisme qui garanti, bref c'est totalement idiot, il faut vraiment sortir d'école de commerce pour sortir ce genre de "statut".
Il est consultant de quoi en plus ? En paléontologie ?

La question qui se pose est plutôt de savoir si MAC est toujours étranger aux entreprises ?

APPLE va t-elle trop vite pour les entreprises ? Pour ça il faudrait déjà qu'il soit un minimum présent non ? Je ne dis pas qu'APPLE n'existe pas, mais que c'est négligeable, de quoi faire un marcher de niche de "maintenance" ...

Juste une blague cet article, comme le statut du mec.

avatar amiga500 | 

un DSI me disait à quel point il deteste Apple pour une chose : un nouveau Mac ne peut pas installer une version precedente d'OSX.

c'est apparement pénible à gerer et ça bloque beaucoup les achats de nouveaux macs chez eux. D'ailleurs ils achetent du PC dès qu'ils peuvent à cause de ça.

avatar Boud | 

Il y a un énorme marcher pour mac, pas de promotion du mac en entreprise, pas de pub, enfaite il y a rien. C'est simple le mac peut être une très bonne solution, mais tantôt incompatible, tantôt c'est finalement plus compliqué qu'un PC, trop onéreux par rapport à un PC dont tu sais qu'il n'aura pas besoin de maintenant vu l'utilisation. La liste est très longue. APPLE ne veut pas percer en entreprise c'est aussi simple que ça.

avatar Kimatel (non vérifié) | 

J'ai plusieurs disques internes dans un Mac Pro Early 2009.

Un SSD avec l'OS dernier cri, toujours mis à jour aussi immédiatement que possible.

Un autre SSD avec 10.6.8, la dernière version qui me permet d'utiliser la version de ChemDraw que je possède, et qui me permet d'utiliser encore des …Iomega REV 35 Firewire.

avatar Stéphane Moussie | 
@Boud : "consultant certifié indépendant", c'est en opposition avec "consultant certifié chez iNet System". Indépendant, dans le sens où il travaille seul, à son compte, et pas dans une entreprise où il y a d'autres consultants. Tu comprends ? Quant à consultant "de quoi", tu as la dénomination précise quelques lignes plus loin (Apple Consultants Network) et un lien vers son site web.
avatar Boud | 

Justement j'ai vu son site web, d'une part soit il est totalement nul en français, soit il n'est pas seul.
D'autre part aucune mention d'une certification.

Je t'invite donc à ouvrir un dictionnaire ou avant de publier de vérifier le contenu.

Du coup moi je suis expert en fake ? mytho ? Auto certification ?

Sans déconner les mots ont un sens ... Les fautes d'orthographe moi je m'en tamponne sévèrement, par contre autant de paradoxe pour appuyer un article .... Merci quoi, je préfère regarder la première chaine d'info de France pour avoir ce genre de .... truc, chose ?

Désolé si une personne a passé du temps, mais il y a manque tellement flagrant de rigueur (et même dans le titre et pourtant il y avait de quoi faire vu l'axe du sujet ...), que c'est juste drôle.

Quand tu as un titre plus long qu'en politique, c'est très mauvais. Et pourtant c'est des as dans ce domaine.

avatar 6ix | 

@Boud :
Tu t'acharnes sur quelqu'un qui n'a plus à faire ses preuves dans le monde Apple d'un point de vue technique, quelqu'un dont tu auras peut-être même lu un livre sur OS X ou utilisé un logiciel pour installer ce système depuis une clé USB.

Cela ne signifie en rien que ses dires ou ceux des consultants nommés ici sont des paroles divines, mais ils savent un peu de quoi ils parlent tout de même.

Pourquoi vouloir faire penser que son avis n'a aucune valeur?

avatar Trillot Bernard | 

@Boud
Vous pouvez contester ce que vous voulez mais restez courtois. Ici vous ne l'êtes pas et on a réellement l'impression que vous n'êtes qu'un pauvre type hargneux.

J'ai apprécié cet article. Merci Stéphane Moussie

avatar Stéphane Moussie | 
@Boud : les certifications sont à un clic de la page d'accueil (http://goo.gl/ILhsOg) ou encore sur cette page (http://goo.gl/6THGhK). Baser une attaque personnelle sur une suite de trois mots (dans un article de 10 000 signes) que tu n'as pas compris et de la mauvaise foi est ridicule. Si tu n'es pas d'accord avec les opinions exprimées dans cet article, c'est ton droit et tu peux très bien le faire savoir dans les commentaires de manière argumentée, comme d'autres l'ont fait. Mais si tes commentaires se résument à des médisances infondées, alors tu seras modéré (je rappelle qu'il y a une charte : http://goo.gl/cGDIRy).
avatar mimot13 | 

@Boud :

quand on écrit des trucs pour s'exprimer sur un sujet donné, c'est qu'on a quelque chose à dire et à défendre. A ce moment là il faut tenter d'être persuasif avec un bon argumentaire, ne pas se contenter de jeter des phrases acides sur le tapis ? Le problème qui se pose aussi alors sera de tenir un discours qui soit compréhensible et avec un minimum d'objectivité pour les lecteurs à qui on s'adresse..? Ou alors pourquoi écrire ?

Dans votre cas, on a plutôt l'impression de subir un "raz de marée" de bile ajouté à du vinaigre en grande quantité.. Dommage car vous avez des choses intéressantes à dire, enfin probablement ?

Ici votre discours est contre-productif et au final insignifiant.

avatar amiga500 | 

J'ai toujours 2 versions d'OSX de retard, à chaque fois j'ai des merdes avec mes logiciels ou hardware lorsque Apple sort un nouvel OSX.

Parce que c'est sympa ces nouvelles versions tous les ans, mais les developpeurs et les constructeurs de hardware eux ne suivent pas du tout ce rythme. C'est super pénible. Je ne compte plus les apps, plug ins achetés qui deviennent incompatibles 2 ans - 3 ans plus tard. Je ne parle pas de certains hardware dont les pilotes ne sont jamais mis à jour (LaCie je vous deteste).

ras le cul d'être un beta testeur.

avatar bobytron | 

@amiga500 : exactement.
LaCie, on vous déteste.

avatar oomu | 

je ne considère toujours pas SMB (SMB3 dans yosemite) comme utilisable hors environnement tout Mac. Enfin, oui ça marche, bien sur (attention les aigris je vous ai à l'oeil :) )

mais les performances sont vraiment mauvaises avec windows ou linux, et aussi en partie avec un autre Os X. Plusieurs raisons à cela:

- Finder fait n'importe quoi. Il fera plusieurs requêtes par fichier si tôt qu'on ouvre un dossier. Alors qu'il pourrait maintenant faire plusieurs demandes en une seule requête. Il demande plusieurs fois des choses inutiles etc. Path Finder en fait moins pour le même résultat à l'écran.
Spotlight et les différentes vues sur un partage réseau sont de l'ordre de l'Aléatoire: tout est possible (des fois on se retrouve avec un icône géant et faut changer de vue, des fois il retourne à la racine, des fois non, etc)

- Os X veut des choses spécifiques pour raisons historiques et compatibilités. Samba 4.2 a un module dédié pour tenir compte des spécificités de Os X et accélérer grandement le partage de fichiers. (pas encore testé, j'attends qu'une distribution linux intègre samba 4.2)

- Adobe et consorts refusent de garantir le fonctionnement ET LA SAUVEGARDE de documents sur Os X à travers SMB3 et AFP. Bon, dans la pratique, c'est aussi déconseillé en environnement windows d'éditer et sauver vos documents office ou adobe (ou autre) directement sur un partage distant.

Mais du coup cela n'encourage pas à faire du dossier personnel distant sur Os X. Ce qui serait le plus simple pour l'utilisateur. (faut qu'il pense à ouvrir un partage distant dédié, ou fouiner dans le Finder: qu'il en ait l'initiative).

-
Apple n'est pas une entreprise qui prend en compte les considérations des grands comptes (par exemple avec du support à long terme, c'est quand même bien + pratique pour laisser moisir un investissement, ou en collaborant avec les VAR.). Ce n'est pas son commerce tout simplement.

Elle vend avant tout du poste de travail personnel premium (donc pas la boite en carton pour le comptable) et des produits pour le grand public. Ils sont évidemment utilisables par des indépendants, des pme et entreprises, mais ce n'est pas le but premier de Apple.

Si Apple finit par faire des solutions dédiées aux entreprises (par exemple les App in-house), elle le fera dans un second temps, face au succès et désir engendré par son produit, et très souvent via un partenariat avec une entreprise d'avantage "corporate", tel IBM pour les apps ios.

En comparaison, Microsoft fait tout dés que possible pour s'assurer que son windows et office vont répondre aux exigences des entreprises et absorber pratiquement 30 ans de certifications et régulations. Mais c'est justement son coeur de métier. (et non la nouvelle informatique "mobile", + grand public, du coup).

avatar SMDL | 

@oomu :

"attention les aigris je vous ai à l'oeil :)"

Il faut toujours au moins un aigri-gri(s) dans la zone de commentaires. Ça porte bonheur ;)

avatar apossium | 

De l'indépendance des solutions logicielles par rapport au système et aux machines …
C'est un choix que fait l'entreprise (un mariage) qu'il devra assumer ensuite.
Trop de contraintes rend les opérations ensuite difficiles.

Mac en entreprise c'est compliqué ET on y arrive.

Après cela dépend de quoi on parle …

Et c'est certain que faire des maj d'OS tous les ans, c'est n'importe quoi !
Mais on n'est pas tenu de suivre sauf quand les OS termine leur support trop tot !

En ne maintenant pas un OS au moins 10 ans (dixit Win 7 2009 > 2020, et je parle pas de XP),
c'est impensable d'utiliser MAC.

Sauf cas particulier bien évidemment !

Et quand je vois que les ordi Apple sont :
de moins en moins réparables,
coutent de plus en plus cher,
OS trop instables etc …

cela rend les choses tjrs plus difficiles malgré un OS bien plus agréable que M$.

Sébastien

avatar bnonyme | 

Oui enfin cela fait plusieurs dizaines d'années que j'utilise Windows (technologie NT) et je n'ai jamais, je dis bien JAMAIS rencontré les problèmes que je rencontre avec un OS X. Alors bien sûr, les représentants de commerce d'Apple, style oomu ou patrick86 vont essayer de me dire que c'est parce que je suis un imbécile, mais dans ce cas pourquoi ne suis je pas un imbécile sous Windows ? Non, Apple est lamentable à sortir une nouvelle version tous les ans et ce faisant, prouve qu'elle n'a aucune connaissance du marché des entreprises et/ou que ce marché ne l'intéresse pas. Il est impossible pour une entreprise de suivre ce rythme. Une entreprise a besoin de stabilité et quand on voit la stabilité des versions annuelles, c'est incompatible. Bien trop couteux pour une entreprise. Par malheur j'ai installé yosemite sur ma machine (MacBook Pro 2010), qui était livrée sous Snow Leopard. Je n'aurais jamais du en changer. Ayant quitté yosemite, j'ai réinstallé Mavericks mais j'ai constaté des freeze aléatoires, qui m'avaient d'ailleurs fait quitté Mavericks pour yosemite. J'ai alors réinstallé Mountain Lion : totalement inexploitable sur ma machine tant l'instabilité est grande (cela part en vrille tous les jours mais pas sur les mêmes problèmes) et là je viens de réinstaller Mavericks, tant pis je ferai avec les freeze aléatoires (il suffit de fermer le capot 5 minutes puis de le réouvrir pour résoudre le problème mais quand on est pressé....)
Je ne sais pas ce que j'achèterai quand mon Mac rendra l'âme. Peut être bien un notebook Windows, je ne sais (je ne veux pas entre parler de cloud (j'ai un NAS) de la part de qui que cela soit). Avant je conseillais Apple aux utilisateurs néophytes qui n'avaient pas trop envie de se prendre la tête, mais comme OS X maintenant est 1000 fois plus prise de tête que Windows, je conseille Windows. Un utilisateur lambda n'est pas capable (et n'en a pas l'envie) de faire tout ce que j'ai fait ces derniers mors que j'ai passé à regarder des barres de progression avancer à la vitesse d'un escargot et à bidouiller pour que cela fonctionne. En tout cas, si jamais je rachète du Apple, il y a une règle qui est maintenant gravée dans ma mémoire : ne jamais changer le système livré avec la machine. Marre de jouer les beta testeurs pour Apple et cette fuite en avant ridicule ne peut être justifiée selon moi que par le désir d'Apple de rendre obsolète rapidement ses matériels de manière à imposer un renouvellement régulier de ceux-ci. Je compte garder encore mon Mac actuel au moins encore 5 ans (il aura donc 10 ans) s'il tient le coup, et en restant sous Mavericks, à moins que cela ne soit trop prise de tête, dans ce cas je ferai le tour des solutions du marché pour essayer de trouver la meilleure. Marre de me battre, un ordinateur est censé faciliter la vie, pas la compliquer. Je veux que cela fonctionne comme un téléphone, on décroche on a la tonalité, point, et sans se poser de questions existentielles.
PS : En l'occurrence, la question posée par le titre de l'article dénote une méconnaissance totale du milieu de l'entreprise

avatar petergab | 

"Alors bien sûr, les représentants de commerce d'Apple, style oomu ou patrick86 vont essayer de me dire que c'est parce que je suis un imbécile..."
Je veux bien me rajouter à la liste des représentants de commerce...
Je ne dirai pas que tu es un imbécile, à un moment ou à un autre nous le sommes tous, le tout étant de ne pas l'être tout le temps :)
Ce que tu décris sur l'instabilité des différentes versions prouvent simplement que le nouvel OS est mal installé. Comme beaucoup, j'ai une machine de "production" et une "expérimentale". Mais je n'ai pas rencontré tes problèmes. Et quand je les rencontre chez des clients, c'est qu'il y a eu installation sans la moindre précaution (vérification reconstruction du catalogue disque, le minimum), que l'OS précédent avait déjà pris un coup. La présence de virus non détecté, car "il n'y a pas de virus sur Mac", non mais des Malwares, oui. Installer Yosemite sans Ram (minimum 16Go) et surtout sans SSD, tu es certain d'avoir une machine qui rame plus qu'avant. Les accès disques étant plus fréquents.
Et puis qu'on arrête de dire du mal de Guillaume Gete, qui en plus d'être compétent est un charmant garçon plein d'humour.

avatar bnonyme | 

J'ai installé à chaque fois en partant d'un disque aussi nu qu'une boule de billard, je reconstruis régulièrement le disque et les permissions. Pas d'OS précédent puisqu'installation de zéro. je suis tellement sur qu'il n'y a ni virus ni maltera sur OS X que j'ai Intego Internet Security X8 qui tourne en permanence sur mon MAC dont le disque est chiffré, et que j'exécute toute les semaines MacSafe. Alors tu vas me dire que ce ne sont pas les meilleurs logiciels, peut être mais c'est quand même le minimum. J'ai utilisé Windows pendant 20 ans et je n'ai jamais eu l'ombre d'un virus, parce que 1) je n'installe pas tout et n'importe quoi à tout moment sur ma machine 2) je mets en place les garde-fous adéquats, 3) je défragmente et optimise régulièrement mon système (nettoyage de la registre sur Windows par exemple). 12 Go de RAM et pas de SSD, mais je ne parle pas de lenteurs, je parle hi-fi qui décroche sans arrêt, je parle de système qui freeze, etc, quel rapport avec la choucroute ?
Ne pas prendre son cas pour un cas universel est le comportement minimum quand on se targue de voir plus loin que le bout de son nez et quand on ne sait pas on la ferme.
Le problème des gens comme toi c'est qu'ils partent du principe de base qu'ils sont plus intelligents et compétents que les autres alors que c'est souvent les plus incompétents qui la ramène.

avatar Djipsy5 | 

Moi j'adore les mises à niveau annuelles. Sûrement parce que je ne suis qu'un utilisateur lambda qui aime se faire surprendre et faciliter des tâches de tous les jours! Lol

avatar CBi | 

Le problème existe aussi sur iPad, à la fois en logiciel: impossible d'acheter un iPad avec une version précédente d'iOS après la sortie du nouveau, et en matériel: aucune garantie sur la stabilité de la forme du i-device, qui peut nécessiter pour un accessoire adapté de refaire les moules une fois par an.
On arrive à un peu de flexibilité grâce à des grossistes officieux qui permettent de s'approvisionner en machines de la génération précédente, mais encore faut-il que ce soit accepté par le client.

avatar rmosca | 

à partir du moment où Apple à fait le choix bootcamp, leur investissement dans l'informatique professionnelle sur osx à chuté drastiquement.

Il n'y a rien qui s'inscrit dans le long terme ou même de façon pérenne.

il est suicidaire d'investir dans des solutions Apple pour une entreprise à l'heure d'aujourd'hui.

avatar gchermette | 

Vous êtes vraiment déconnectés du monde de l'entreprise, chez Macg... L'article est franchement à côté de tous les problèmes que peut rencontrer une grosse société : gros parc à gérer, énormément de logiciels différents dont il faut assurer la compatibilité, réduction des coûts partout où on peut .... Et ce ne sont que les 3 premiers qui me viennent à l'esprit en prenant... 2s de réflexion.

avatar macinside | 

je gère comme Yoann et Guillaume des parcs uniquement de mac (de 2 à 200 Mac), ce qui explique reflète exactement ce que je fais tout les jours depuis 2001, cette article est parfaitement dans l'esprit de ce que ce passe en entreprise. Après j'ai des cas de client qui mordicus ne veulent pas se défaire d'un logiciel et donc refuse le passage dans un système plus récent (j'ai un client qui reste en 10.6.8 à cause de top adresse et top agenda).

Réduire les couts c'est aussi rationalisé les logiciels et les licences, ne pas installé tout et n'importe quoi, negocier sur les volumes de licences, trouver un logiciel de remplacement quand c'est possible (pour une suite adobe ou office il n'y a rien de sérieux)

On sensibilise les clients aux évolutions avec les limites que cela peux avoir, pour le moment on freine avec Yosemite : trop de problème en vrai usage pro 10.9.5 tourne nickel en version client (en version serveur je râle toujours comme des limitations)

avatar Boud | 

Et toi aussi tu es consultant INDÉPENDANT certifié ?
Personne veut lui dire que à la limite, on peut dire consultant certifié, consultant indépendant, mais que les deux ensembles cela ne veut strictement rien dire, voir c'est paradoxal ?

MOUAHAHA

avatar Stéphane Moussie | 
@Boud : "consultant certifié indépendant", c'est en opposition avec "consultant certifié chez iNet System". Indépendant, dans le sens où il travaille seul, à son compte, et pas dans une entreprise où il y a d'autres consultants. Tu comprends ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR