Les petits pas du Mac dans le monde de l'entreprise

Christophe Laporte |
La virtualisation aurait pu ouvrir les portes de l'entreprise à Apple. Le fait de pouvoir faire fonctionner facilement Windows aurait pu inciter les entreprises à adopter les solutions d'Apple.

Mais dans les faits, le Mac ne progresse pas aussi vite que certains voudraient, à en croire une étude IDC. Au niveau mondial, la part de marché de Mac est passée chez les professionnels de 1,2% en 2006 à 1,6 % en 2008. L'année dernière, la firme américaine a vendu 2 millions d'ordinateurs aux entreprises. À titre de comparaison, Apple écoule environ 10 millions de Macintosh par an.

Toutefois, aux États-Unis, la situation est plus compliquée pour Apple. Durant la même période, sa part de marché est passée de 1,5 % à 1,4 %.

Interrogés par Silicon sur les avancées de Snow Leopard pour le monde de l'entreprise avec notamment la prise en charge d'Exchange dans Snow Leopard, de nombreux responsables informatiques ont affirmé que cela ne changerait pas grand-chose.

Dans l'entreprise, migrer du PC au Mac nécessite de racheter du logiciel, de former les employés, de modifier leurs habitudes… Et vu la conjoncture, pour bon nombre de professionnels, ce n'est tout simplement pas le bon moment pour se lancer dans un tel chantier.

Sur le même sujet :
- 12 % des foyers américains ont un Mac

avatar youpla77 | 

Il est loin l'article où quand on avait demandé aux responsables IT des sociétés ce qu'ils comptaient faire à l'avenir, une grande partie avait répondu migration vers autre chose que Windows...

avatar iNabil | 

peut être que quand plus de gens auront un mac à la maison ils estimerons ne pas avoir à faire de formation et de ce fait ils seront plus tentés d'en avoir, mais ça se fera dans le temps je pense

avatar Brewenn | 

"une grande partie avait répondu migration vers autre chose que Windows..."

en s'arrangeant pour que l'ingénieur compte (Microsoft) qui s'occupe de leur entreprise l'apprenne.
Ce qui fait que si le DSI est malin, il a pu obtenir quelques remises non négligeables ! bien qu'il n'avait jamais eu l'intention de quitter l'environnement Windows.

avatar aurelientotoro | 

La prise en charge d'Exchange constitue un pas important, mais cela ne suffira malheureusement pas à changer la donne. En plus des raisons évoquées par l'article, le coût supérieur au poste et une évolutivité plus réduite sont deux autres freins majeurs. Le bridage d'Office n'aide pas non plus et constitue un frein pour bien des gens...

Je ne pèse pas le pour et le contre (j'en vois déjà venir me dire qu'un Mac coûte moins cher en maintenance ou a une durée de vie plus longue qu'un PC) mais constate juste qu'il s'agit d'un défi énorme pour Apple et qu'il sera malheureusement difficile de bousculer les choses en entreprise.

Mais je pense en effet que les choses peuvent changer avec le temps et surtout en gagnant des parts de marché sur le grand public.

avatar sekaijin | 

je ne suis pas très étonné par ses chiffres la virtualisation sur le poste de l'utilisateur n'apporte rien dans l'entreprise ou si peux. gérer un mac avec un windows virtualisé revient quasiment à gérer deux poste utilisateurs. pour une entreprise c'est pas top.

mais je crois qu'il faut se poser les question dans l'autre sens non pas que faire avec un Mac dans l'entreprise mais comment répondre à un besoin de l'entreprise avec un mac.

et là malheureusement avec toutes ces qualités MacOS n'est pas à la hauteur.
(pas que windows le soit plus mais d'autre fournisseur ajoutent les manques)

un exemple tout simple sous linux ou windows vous prenez un document quelconque et vous le posez sur un serveur http (sur l'intranet) geste simple quotidien et très largement répendu. ce document devient de fait accessible sur l'intranet et tout un chacun ayant droit peut l'ouvrir d'un clic.
nous faisons ça tous tous les jours.
Avec MacOs certain document sont de bundle. naturellement pour le partager un utilisateur va le poser sur le serveur http et là ça ne fonctionne plus si un utilisateur de l'intranet essai de l'ouvrir il entre dans le dossier et vois les divers éléments du bundle mai ne peut utiliser le document.

à ça apple répond qu'on a qu'à le zipper. soit donc zipper déposer télécharger dezziper ouvrir
là ou on fait habituellement déposer ouvrir (apple m'a aussi répondu que je pouvais utiliser pdf mais chez moi les formules excel ne fonctionnent plus lorsque j'en fait des pdf)

voilà c'est un exemple des plus basique qui déjà oblige à se casser la tête il en va ainsi avec beaucoup d'aspect du système d'apple.

et pourtant je reste fidèle au mac depuis 1986.
A+JYT

avatar melaure | 

Il faut dire aussi qu'Apple ne se bat pas et ne fait pas preuve d'agressivité dans ce domaine. Croire que les entreprises vont venir toutes seules vers Apple ...

Sans une grosse SSII à ses coté et plus de produits pro, c'est mort. Toutes les DSI que je connais n'en veulent absolument pas !

Comme le disais bien un autre article, les seuls macs qui peuvent être présent sont les ordis perso des employés.

avatar thebarty | 

C'est surtout l'enfermement des DSI dans leur "savoir" historique qui freine le plus.

Quand une techno de longue date sur PC arrive sur Mac, on vous répond vite fait que la solution n'a pas été validée sur cet OS et n'est donc pas recevable.
Exemple type indirect : RSA a sorti son appli AppStore de SecurID. Bien que SecurID soit utilisé depuis bien longtemps, essayez donc de vous faire installer le seed qui va bien sur votre iPhone...

Autre exemple : une DSI qui met en avant l'innovante solution Lotus SameTime (mdr) pour la visioconf, alors qu'iChat est utilisé depuis longtemps et d'une qualité bien différente.

En clair, il faudra attendre la prochaine génération de DSI (un peu plus ouverte, espérons-le) pour voir les choses bouger

avatar gigi | 

@sekaijin

Je voit pas ce que tu veux dire au juste , je suis sur mac et dépose des fichiers sur FTP très souvent. Le fait de compressé les fichiers c'est surtout pour canoufler les noms bizarre que les utilisateur mac donne à leurs fichiers. soit avec des espaces ou tirets qui font qui ne sont pas gérable et coromp le fichier sur certains FTP.

Suffit de s'en tenir a des noms cours dépourvu de caractère spéciaux ou d'espace et le tout fonctionne

avatar _TZ_ | 

@gigi, sekaijin veut parler de certains fichiers qui sont vu comme un seul et même fichier dans le finder, mais qui sont en fait des répertoires. Un exemple standard : les applications, mais il y en a d'autres, notamment avec la suite iWork je crois.

avatar Mabeille | 

ne soyez pas trop presser de voir des mac dans toutes les boites
sinon chez Apple ils seront obligé de faire de rétro compatibilité alors qu'a ce jour à la sortie d'un nouvel os les boites se démerdent pour gérer ça. Ils devront arrêter les comportements qui s'en fichent des utilisateurs genre ils n'ont qu'a suivre. Ils auront alors besoin de trainer des casseroles comme Microsoft doit le faire. Donc ne soyez pas presser, la liberté de mouvement d'Apple vient de la grande liberté d'adaptation des clients, donc vous. Les mac users acceptent des choses incroyables et inconcevables dans le milieu pro qui bouge bcp plus lentement. Ceci d'ailleurs explique en parti les résultats de Vista sur le plan pro.
Quand à la longévité des Mac .... elle est légendaire, oui c'est un mythe plus une réalité.

avatar melaure | 

Oui les documents rtf c'est pareil. S'il y a des images ou d'autres composants, on se retrouve sous windows avec un répertoire dans lequel y un fichier texte, des images, etc ... et donc avec plein de fichiers différents.

Bref y intérêt à avoir Office et faire du .doc !

avatar aurelientotoro | 

@thebarty

Quand bien même ce manque d'ouverture (réel) n'existerait-il pas, les autres points ici soulevés demeurent. Venant de l'informatique (une période révolue de ma vie) et utilisateur de Mac (depuis que cette période est révolue), jamais il ne me viendrait à l'esprit de suggérer à mon entreprise de passer sous Mac en l'état de choses. Dans une petite structure, et si des économies ne sont pas particulièrement recherchées sur ce poste de dépenses, pourquoi pas, mais sinon, c'est un choix que peu de choses justifient.

Mais les choses changeront, j'en suis certain.

avatar MMathieu | 

Dans mon entreprise, le problème de l'investissement et de la formation des employés a été réglé de façon "naturelle": excédés par nos horribles boîtiers gris, deux de mes collègues et moi même avons pris l'initiative d'apporter nos Macbook et de les paramétrer nous-mêmes.

Surprise la hiérarchie, nous a questionné (et plus particulièrement moi car je ne suis pas un graphiste) car elle trouvait étrange que des employés apportent leurs propres ordinateurs. Nous avons donc expliqué que les macintosh nous permettaient de travailler plus rapidement que nos PCs et pour la provoc', nous avons rajouté que si notre bureau était intégralement équipé de Macintosh, l'équipe I.T se verrait réduite de moitié.

Si vous décidez de franchir le cap, n'oubliez pas de temps en temps de préparer vos diaporamas sur keynote histoire d'en mettre plein la vue à tout le monde ;)

avatar aurelientotoro | 

J'ajoute en ce qui me concerne que, par contre, revenir sur PC en dehors de l'entreprise serait, également, un choix que peu de choses justifient.

avatar Brewenn | 

Peut être mais en proposant un choix supérieur de machines pas "tout en un".

avatar thebarty | 

@ aurelientotoro
Certains arguments sont recevables, certes, mais pas bloquants. Je travaille dans un service qui est passé de 14 personnes sur paris à 250 dans le monde en un peu plus de 10 ans. Et tout ce beau monde bosse sur Mac (1 ou 2 chacun) dans une entreprise qui doit avoir dans les 150 000 PC. Tu sais la meilleure ? On a même un grand nombre de XServes...
Et tout ce parc est connecté aux équipements standard groupe, utilise les outils standard groupe,...
Il n'y a que quand on veut aller plus vite que la cellule "ralenti", pardon, veille techno que se pose un problème.
Comme quoi, quand on veut, on peut.

avatar iBook 68 (non vérifié) | 

De toutes façons, dans mon entreprise il y a trop de logiciels qui ne fonctionnent que sous Windows (Autocad, Xelec, Pro-Engineer) et je ne parle même de nos bases de données ainsi que tout l'historique comptable sous AS-400... C'est pas prêt de changer.

avatar brenda | 

je suis une très petite entreprise, qui connait bien l'environnement apple (ex tech agrée apple pendant quelques années) je me suis déjà rendu à des "présentations" des "solutions apple pour les pme et tpe".
avec la présence des "responsables marchés" et bien c'est simple ne sont présentés que les produits apple. quand on les interroge sur les solutions de gestion commerciales, de compta ... de prospections ... on est renvoyé sur pages et numbers ...
un peu léger comme réponse :(
c'est certains que pour les photographes et les médecins il y a des réponses, mais pour les autres métiers ?
Je ne pense pas que ça va aider à développer la présence de mac dans les pme françaises.

cdlt

avatar spleen | 

"C'est surtout l'enfermement des DSI dans leur "savoir" historique qui freine le plus"
C'est tellement plus confortable de croire que c'est toujours de la faute des clients.
Au delà des excuses du mauvais commercial qui n'arrive pas à vendre (c'est toujours de la faute des autres), la vérité toute simple, c'est qu'Apple s'en fout royalement !!
Il y a beaucoup plus d'argent à gagner sur le marché soho qu'à aller s'emmerder avec des directions informatiques qui demandent des effort : prêts de machines, accords avec des distris et SSII, synergie avec des éditeurs de solutions pros, négos de prix sévères....
Pour Apple, visiblement, tout ça est un peu trop fatigant.
Qu'ils restent couchés, personne ne s'en plaindra.

avatar sekaijin | 

@gigi je ne parle pas de FTP mais de http
ce que je dis c'est que si tu pose un doc qui est un bundle tel quel comme on le fait tous les jours avec word sur un serveur http le navigateur le vois comme un dossier et non comme un document ou un bundle
mais il y a beaucoup d'autre freins du aux choix d'apple

en gros pour une grosse entreprise passer au mac consiste à tout changer les machine les os les serveurs les application d'entreprise tout y passe

A+JYT

avatar Beu | 

Je crois que peu de gens gerent ici un parc de plusieurs centaines de machine.

J'ai un mac a la maison. Je le trouve super. mais c'est impensable en entreprise.
D'une part parceque le matériel est bcp trop cher. Et qu'il n'y a pas de modeles dans la gamme repondant aux besoins. On va pas acheter des macbook pro aux employés. Nos PC nous coutent 500€, écran compris. Core2Duo récent, 2go de ram, 500go de dur. Port com et parallèle indispensable au maintien du parc actuel d'imprimantes et autres.
D'autre part parceque les logiciels métiers ne sont pas compatible. Chez nous on recense environ 200 applications données aux users. Avant que toutes soient compatible, en particulier les 50 applis métiers specifiques, c'est pas demain la vieille.
Enfin parceque Windows tant décrié marche tres bien en entreprise, parceque vérouillé (utilisateur non administrateur), et totalement paramétrable par stratégie.

avatar shenmue | 

@Mabeille:"ne soyez pas trop presser de voir des mac dans toutes les boites
sinon chez Apple ils seront obligé de faire de rétro compatibilité alors qu'a ce jour à la sortie d'un nouvel os les boites se démerdent pour gérer ça."

Pour une fois, je suis assez d'accord avec toi là dessus.
Cette étude montre aussi, il faut savoir être "carré" jusqu'au bout, que la PDM d'Apple dans le grand public excède de loin les 4% que les chiffres de ventes semblent montrer, mais seulement au global.
L'équipement pro, c'est 70% du parc et des ventes de machines chaque année dans le monde. si Apple fait les 2/3 de ses ventes sur les 30 % restant, cela veut dire q'il a déjà largement atteint les 5% auprès du grand public. CQFD.
Ou alors, l'étude de IDC est bidon, ce que je ne pense pas...mais étrange tout de même que personne n'ait finalement fait le bilan réel de ce que de tels chiffres veulent dire au delà de la non-présence, pas forcément mauvaise, d'Apple dans les entreprises: Apple perce fortement sur le grand public avec ses macs. Baisser sa PDM aux Us sur les entreprises mais passer au global de 5 à 8% de PDM en 2 ans et à 12% en base installée auprès du grand public, cela montre qu'Apple n'attaque pas seulement le haut de gamme mais le GP dans son ensemble.
Et en effet à terme, comme cela sera déjà sans doute le cas avec les étudiants blindés de macs, Apple table sur le fait que ce sont les individus qui finiront par ramener du mac dans l'entreprise et que les décideurs IT seront un jour ceux que l'on voit en ce moment avec des macs dans les facs et les grandes écoles américaines. Maintenant la politique tarifaire d'Apple la coupe in fine de l'immense majorité des postes bureautiques en entreprise qui se monnayent pou rien, et par wagons.

@Spleen:"Qu'ils restent couchés, personne ne s'en plaindra."

Marrant, c'est exactement ce que je pense de toi ça...

avatar Michele Bugliaro | 

Je bosse pour une petite entreprise: nous avons un iMac Intel, un Mac Mini G4, un iBook Intel et un PowerMac G4 400. J'ai créé un réseau interne. La facturation est faite avec FileMaker Pro. :-)

avatar divoli | 

On sait fort bien que le Mac est globalement très peu présent en entreprise, et cela depuis fort longtemps, et que ce sont les particuliers qui constituent l'essentiel de sa clientèle.
Et finalement on pourrait se dire que c'est cela qui le protège du marasme actuel, à contrario des grandes marques de PC qui ont une clientèle plus hétérogène, et en particulier une clientèle d'entreprises, et qui subissent plus notablement les effets de la crise économique.

Passer de 1,2 à 1,6 % en deux ans, c'est vraiment très peu, c'est peanuts comme dirait l'autre, et je ne crois pas que la situation changera avant très longtemps. Il faudrait que Apple se montre plus volontariste et revoit son modèle économique.

avatar pvmstg | 

Ça reste toujours la question logiciel... Pourquoi acheter un mac plus chère, devoir se payer en plus window et la virtualisation, si c'est pour rester en windows...

La virtu a un intérêt pour une transition si les logi intéressant sont dispo en mac... pour faire une transition sans heurt.

Je fais de la carto et on utilise arcmap et corel draw. Alors, comme c'est pas disponible sur mac... rien à faire pour passer sur mac. On ne peut pas tout refaire ou garder deux systèmes... Donc voilà une des raisons de la faible pénétration... en dehors de quelques secteurs, le mac n'a pas l'appel logiciel pour intéresser les entreprises.

avatar Brewenn | 

La pénétration ne se fera que dés
l'annonce d'un Apple OSX pour toutes plate-formes.
ou
l'annonce de towers ou desktops up-gradable à des prix raisonnables.

Et de l'intérêt des développeurs d'applications métiers.

avatar vintz72 | 

Ouaaaahh ! 1.2% à 1.6% au niveau mondial ?? Je comprends mieux pourquoi il y a 0 Mac dans les services informatiques en France... et là, je pense qu'il y a du boulot pour Apple avant de pénétrer ce milieu. Déjà, il faudrait qu'ils aient une machine à 400-600 euros max tout compris qui puisse faire "poste de travail" (j'entends pour un développeur par exemple). Ensuite, il y a toute une image à forger... et ça c'est long. Dommage parce qu'une vraie machine Unix pour développer c'est quand même autre chose que cette daube de Windows (sur lequel existe cygwin, ouf !).

avatar nlex | 

"évolutivité plus réduite"

ça c'est marrant je trouve : j'ai jamais vu un ordi dans une boite sur lequel on faisait des mise à jour matériel du genre changer le disque dur, changer la carte graphique (à part sur l'ordi de celui qui fait les commandes d'ordi biensur ;) A part peut être l'écran, s'il pète avant le PC mais franchement ça n'arrive pas tous les jours.

99% du temps les ordis sont tels qu'il sont était livrés et le resteront.
Mais c'est pas grave ça rassure tout le monde de savoir qu'on PEUT le faire.

avatar T Ki | 

Le choix d'Apple d'interdire de virtualiser OS X (client) ne doit pas aider.
Autant on pouvait essayer de pardonner ces basses mesquineries quand la pomme était en dessous des 3% de pdm et que la presse annonçait sa mort imminente... Autant maintenant qu'Apple est une des entreprises les plus profitables du secteur, c'est inexcusable et ne risque pas de donner confiance. Qui chez les gros comptes a envie de s'emmerder avec une boite qui ajoute des contraintes absurdes sans aucun fondement technique ?

CONNEXION UTILISATEUR