AirPort : la naissance du Wi-Fi pour tous

Florian Innocente |

« Mais… qu'est-ce qui se passe ?! » demande tout sourire et faussement surpris un Steve Jobs ravi du bon tour qu'il vient de jouer à son public. Le patron d'Apple, non content d'avoir dévoilé avec l'iBook un cousin portable de l'iMac, était venu avec une plus grosse surprise encore : AirPort.

La première borne AirPort, toute de gris vêtue, comme une soucoupe volante, avant que le blanc ne s'impose

Il se sera écoulé quasiment 20 ans entre la présentation par Apple de ce produit et sa confirmation que, oui, elle cessait effectivement de fabriquer des routeurs AirPort. C'était dans l'air depuis 2016 mais cette fois c'est officiel. Celle par qui la démocratisation du Wi-Fi a commencé, ce n'est pas exagéré de le dire, estime que sa tâche est largement remplie. C'est la manière dont on peut le comprendre, la déclaration d'Apple étant en elle-même assez brève eu égard à l'ancienneté du produit : « We're discontinuing the Apple AirPort base station products. They will be available through Apple.com, Apple's retail stores and Apple Authorized Resellers while supplies last ».

20 années c'est suffisant pour qu'une part importante des utilisateurs de Mac ou d'iPad aujourd'hui ne réalisent pas à quel point était épatante la prestation de Steve Jobs en conclusion de cette Macworld Expo de New York, en juillet 1999. Le terme même de "Wi-Fi" n'était pas encore né et c'est en francs que les premiers clients de l'hexagone ont acheté leur équipement AirPort en septembre de la même année.

Le protocole "802.11" de connexion sans-fil sur la bande des 2,4 GHz avait été normalisé à peine deux ans plus tôt. Il visait d'abord les entreprises, les entrepôts, tous les endroits vastes et en quête d'une connexion réseau sans fil à la patte. Le grand public connaissait les communications sans fil sur les ordinateurs ou les PDA, mais avec l'infra-rouge seulement. Ce que montra Jobs ce jour-là revenait à passer de l'âge du modem qui crachote à celui de la fibre optique, la mobilité en plus.

Mais comment montrer l'invisible ? Comment faire apprécier une connexion sans-fil alors qu'il était déjà compliqué d'avoir une connexion filaire un tant soit peu rapide à la maison ? Eh bien en faisant les clowns, un numéro que Steve Jobs et Phil Schiller ont parfaitement exécuté.

Après avoir bien détaillé l'iBook, Jobs prend prétexte d'aller sur le web pour montrer la qualité de l'écran. La caméra qui le suit fait des gros plans sur les chargements de pages. Puis à un moment, Jobs dit qu'il va aller voir le site de Disney et, sans raison particulière, il se saisit du portable pour l'emmener avec lui, pendant que le caméraman suit derrière, en filmant toujours la page qui se charge.

Comme le ferait un magicien pour prouver qu'il n'y a aucun truc, Jobs attrape un cerceau qu'il fait passer autour de lui et du portable. Rien ne vient entraver son mouvement. La salle rugit de plaisir. « Pas de câble ! Pas de câble », lance Jobs. Comme si l'annonce de l'iBook n'avait pas suffi, le patron d'Apple annonce « la connexion sans-fil AirPort ».

Autre numéro un instant plus tard, lorsqu'il fait sauter Phil Schiller de quelques mètres en haut de la scène. Il s'agissait d'illustrer par cette blague la nouvelle promesse d'une informatique mobile et connectée.

Jobs expliqua qu'Apple avait étudié différentes technologies de connexion réseau parmi celles permettant de le faire dans différents endroits d'un même lieu, comme le CPL via le réseau électrique. Mais toutes obligeaient à se brancher à une prise murale. Aucune ne rompait le cordon ombilical. Il n'y a que le sans-fil pour libérer complètement l'utilisateur de ses câbles. Par chance, le 802.11 était déjà là, c'était une norme industrielle, avec un débit important pour l'époque et le chiffrement des données en transit : « Une très bonne confidentialité », assura Jobs (déjà une préoccupation).

L'autre coup d'éclat fut d'associer AirPort à un portable entièrement dirigé vers le grand public et les écoles. Cette technologie nouvelle et sophistiquée était enrobée dans un routeur en forme de soucoupe volante. Le premier ordinateur Apple compatible avec elle avait la forme d'un gros coquillage, en plastique translucide, en couleurs blanche, bleu ou orange, avec un adaptateur secteur au design inspiré d'un yoyo… Tout avait été fait pour ôter la technicité de ce produit et le rendre rassurant et désirable pour l'installer chez soi.

« Nous avons travaillé avec Lucent ces 18 derniers mois, main dans main, déclara Steve Jobs, pour marier leur technologie sans-fil avec la simplicité de notre technologie et en faire baisser le coût pour les gens, parce que ce genre de chose coûtait plutôt cher jusqu'à maintenant » (de l'ordre de quelques centaines de dollars quand cela ne dépassait pas le millier). La carte AirPort fut vendue 99 $ et la "Base station" (la borne) 249 $. En France, cela donnait respectivement 790 et 2 490 francs (soit 155 € et 488 € aujourd'hui).

La nouvelle génération "Extreme" de la première borne AirPort. Avec la carte, de jolies dimensions, que l'on devait insérer dans son Mac, avant que la miniaturisation des composants et la démocratisation de cette norme ne produisent leurs effets et n'en fassent des équipements de série.

L'iBook était muni de deux antennes logées dans les très larges bordures qui entouraient son écran. Pour avoir cette liaison sans-fil il fallait, au minimum, acheter la carte. On soulevait le clavier et on la branchait soi-même dans le logement prévu.

Cette première étape autorisait déjà un usage intéressant, celui d'établir des connexions sans-fil entre plusieurs iBook pour s'échanger des fichiers ou pour jouer. On pouvait déjà transférer des documents entre des ports infra-rouge mais avec tous les inconvénients de cette méthode : la lenteur et l'obligation de tenir les ports de chaque machine en face et près l'un de l'autre.

Si l'on s'équipait de la borne AirPort on passait au niveau supérieur. Elle pouvait distribuer par les airs une connexion internet via son modem intégré ou en se reliant par Ethernet à un routeur déjà existant (à défaut, un iBook pouvait aussi servir de borne). « 10 iBook peuvent se connecter jusqu'à 45 m de distance de la borne », poursuivit Jobs. C'est la moitié d'un terrain de football, c'est plus grand que n'importe laquelle des maisons des gens que je connais, à part Bill Gates… Mais il a les moyens de se payer deux bases stations, je pense qu'on n'a pas à s'inquiéter ».

Même ceux qui ont connu AirPort à ses débuts l'ont peut-être oublié, en France il fallait déclarer la mise en service de cette borne auprès des autorités, et Apple fournissait un formulaire à cet effet. La réglementation autour des équipements sans-fil sur la bande des 2,4 GHz s'est assouplie quelques années plus tard mais avant cela, on devait envoyer une demande individuelle de licence auprès de ce qui est devenu aujourd'hui l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Sauf à habiter près d'un site militaire il n'y avait heureusement pas trop de risques à se la voir refusée.

L'informatique mobile était devenu courante depuis de très nombreuses années, avec les portables PC, mais aussi les PDA. Seulement, avec AirPort, elle prenait un nouveau sens en gagnant une connexion réseau sans fil domestique performante, accessible jusqu'à une clientèle de néophytes1.

Ce qui aujourd'hui relève de l'évidence dans les usages était, à l'orée de l'année 2000, l'occasion de se projeter dans l'avenir, comme le montre un extrait de l'édito paru dans le SVM Mac de septembre 1999 qui faisait sa couverture2 sur AirPort, signé par son rédacteur en chef Haïm Benabou :

Imaginez-vous à votre domicile. Vous êtes dans le salon en train de surfer sur le Net, vous passez dans votre bureau pour vérifier une information et vous terminez dans votre jardin pour comparer les couleurs d'un rosier à celui que vous propose un vendeur en ligne. Mais tout cela n'est qu'une première étape. Je vous laisse penser aux implications si la distance autorisée n'est plus de 50 m mais de 50 km ou plus encore, grâce à une série de relais, par exemple !

Dans les années qui ont suivi, le scénario décrit au départ est devenu d'une banalité confondante. Pour la dernière partie, il suffit de regarder autour de soi les gens rivés sur leurs smartphones pour voir que l'idée s'est concrétisée bien au-delà de ce qui était suggéré. Comme le disait la conclusion, Apple a donné avec AirPort « le feu vert à l'informatique mobile ».

Le Wi-Fi est devenu l'oxygène des ordinateurs portables et dans un sens, l'iPhone est le résultat le plus abouti à ce jour de cette transformation entamée par Apple il y a 20 ans. Merci AirPort.


  1. Je travaillais chez SVM Mac pendant cette période et quelques jours avant Macworld Expo, un cadre d'Apple France bien placé nous avait conseillé de nous intéresser aux connexions réseau sans fil. Mais sans en dire plus. Malgré cet indice — le domaine était pour le moins obscur à l'époque — nous étions très loin de deviner ce qui allait être montré ! ↩︎

  2. Le choix d'axer la couverture sur AirPort (avec un clin d'œil à Space Invaders en rapport à la première pub de cette borne) plutôt que sur l'iBook ne tombait pas sous le sens. Ce portable était énormément attendu et auréolé de mystères jusqu'à sa présentation. La suite aura validé ce choix : l'iBook a marqué mais sans bouleverser son domaine (contrairement au MacBook Air par exemple) alors que le Wi-Fi a été une révolution. Un membre de l'équipe AirPort, rencontré par la suite sur Apple Expo, nous déclara qu'il était heureux que, pour une fois, ce soit sa borne et non l'iBook qui ait eu les honneurs. À l'inverse de tous les autres magazines. ↩︎

Tags
avatar Madalvée | 

Merci pour cette madeleine. Le temps où Apple me faisait rêver. Maintenant je ne revisionne même plus les keynote, et les extraits qui apparaissent dans les zappings comme l'autre immitant le poulet sont de la catégorie "malaise TV".

Mission du jour : trouver une Airport Express dont je n'ai pas l'utilité immédiate pour l'instant mais qui manque à ma panoplie.

avatar Florian Innocente | 
Il faut surveiller le refurb, il y en a de temps en temps. Ce n'est pas le rayon le plus souvent rempli mais ça arrive. Bon cela dit on jette un oeil tous les jours donc on préviendra :-)
avatar occam | 

@Madalvée

"Merci pour cette madeleine."

Joli !

avatar Rom 1 | 

La même, me prendrait bien une AirPort Extreme mais si AirPlay 2 ne fait pas partie des mises à jour, ça serait bien inutile...

avatar frankm | 

Vu la cartouche que viennent de se prendre les bornes AirPort... AirPlay 2, hum, ...

avatar JLG01 | 

@Madalvée

J’en ai une qui dort dans un tiroir.

avatar melaure | 

@Madalvée

J'y étais a cette keynote, quand Apple présentait encore des nouveautés en France.

Ils nous aura bien scotchés ce jour là d'autant que je bossais chez HP bien loin de ça sur le sans fil et avec des briques sans âme ...

Les années 2010 sont vraiment pipos comparées aux 10 ans qui ont suivi le retour de Jobs ...

avatar nicoplanet | 

L’art et la manière.

Jobs avait un talent certain.

avatar sebasto72 | 

@nicoplanet

Clairement !
J’ai eu la chance de le voir en vrai lors de deux Keynotes à Paris, c’était juste jouissif :)

avatar frankm | 

Il avait un truc énorme entre les mains, c'était trop facile. Pareil pour la présentation de l'iPhone de 2007

avatar Jean David Olekhnovitch | 

Même en ne cédant pas au « çétaymieuxavant », difficile de ne pas être nostalgique de cette incroyable époque. Le sans fil a tout changé dans les usages, et Jobs avait un talent fou pour faire rêver...et passer à la caisse

avatar misterbrown | 

Je le rappelle de ces premières Bornes Wifi, qu'on appelait Airport, et du début de MacOsX!

Nos stations, ordinateurs de travail étaient tellement gros ( PowerMac G4, écran CRT 21"), la portée tellement faible que je trouvais ça gadget dans les bureaux, il y avait juste le technicien informatique pour s'en amuser avec un PowerBook titanium...

Pendant ce temps Sony sortait ces VAiO "802.11b" c'était très sexy.

avatar inoclim | 

J'avoue en regardant la vidéo que Steve Jobs m'a fait complètement rêver et m'a donné envie d'en acheter. Il a vraiment un talent fou pour trouver les technologies de demain, c'est juste démentiel tout ce qu'il a trouvé.

avatar ckermo80Dqy | 

Steeeeeeeve !!! Missing you.?

avatar tbr | 

Je viens de débrancher mon AirPort Extreme (la version blanche carrée et plate qui ressemble au Mac mini) pour passer au Google Wifi mais finalement, cet airport est un bijou ! Déjà en gigabit ethernet alors que bien des équivalents ne le font pas encore

avatar Sgt. Pepper | 

C’est fou comme le monde a changé en si peu de temps et cela continue de s’accélérer ?

Malgré tout les gens sont devenu d’une exigence déraisonnable et se plaignent que cela ne va pas encore assez vite .

Pour les nostalgiques, cela n’a aucun sens de transposer les keynotes de 2000 à maintenant ?
Steeve Job était dans un espace/ temps où le monde de l’informatique était à inventer...
De nos jours, c’est plutôt le domaine spatial, voiture autonome, AI,..

Les innovations comme AirPod, HomePod, Watch, FaceId, HomeKit , Pencil, ... sont fantastiques ?

avatar macbook60 | 

Merci pour cet article Macg

avatar imrfreeze | 

Le wifi est clairement l’une des trois grandes inventions de ces 20 dernières années ! Ca a changé la vie. Mais tout le monde l’oublie tellement c’est devenu naturel. Merci de le rappeler dans cet article !

avatar rolmeyer | 

4 bornes en 20 ans la soucoupe grise quand elle est sortie, puis la blanche, puis l’express version 2 puis l’extreme version 2. J’utilise l’extreme version 2. Et elles ont été changées a cause du standard, pas parce qu’elles ne marchaient plus.

avatar rolmeyer | 

Bon macgé vous voulez me déprimer ce matin ? SVMmac...et son Cd rom interactif....pourquoi pas Golden tant que vous y êtes...que de souvenirs ! ?

avatar ce78 | 

Steve JOBS était un génie, un génie !

Bien sûr, ce n'est pas lui qui a inventé la norme 802.11. Comme ce n'est pas lui qui a inventé le mode objet pour créer un bureau avec une poubelle, un menu, un dock et des dossiers.

Mais son génie a été de savoir quoi en faire, comment les utiliser. Et ça, c'est indépassable. Personne n'a eu plus que lui cette vision de ce qu'allait être l'informatique, cette exigence maniaque des choses (parfois perfectible, il est vrai...).

Il faut reconnaitre à Steve JOBS ce génie incroyable. Il est comme Victor HUGO : Victor HUGO n'a pas inventé l'alphabet, mais il l'a utilisé comme personne. MOZART n'a pas inventé les notes de musique, mais il les a assemblées comme personne avant lui. C'est ça le génie !

Steve, tu nous manque.

avatar fabsolar | 

@ce78

C’est beau
?? bravo

avatar occam | 

Merci pour ce moment ?, Florian ?.

À ce propos, il vaut peut-être la peine de jeter un coup d’oeil sur les commentaires de l’article consacré par ArsTechnica au même sujet. Cet échantillon de lecteurs dont la techno-affinité ne fait pas de doute, et qui n’a pas froid aux yeux, exprime très bien pourquoi AirPort, et surtout son soft, était tant apprécié par des gens doués de discernement et parfaitement capables de mettre en place des alternatives.

https://arstechnica.com/gadgets/2018/04/apple-exits-wi-fi-game-airport-r...

avatar totoguile | 

@occam

Effectivement, la plupart des commentaires pointent du doigt le relatif échec d’Apple sur le marché de la domotique, et arrêter Airport, c’est se priver d’un moyen de construire l’architecture smarthome de demain (i.e. ajouter des radios type zigbee aux bornes)
D’un autre côté , cela clarifie la stratégie d’Apple sur HomeKit: wifi standard sinon rien.

avatar rolmeyer | 

Pour ceux que ça intéresse, si on veut réveiller un mac à distance bonjour sleep proxy sur le réseau sans borne airport ce sera encore possible, faut avoir une apple tv gen 2 mini. https://support.apple.com/fr-fr/HT201960

Pages

CONNEXION UTILISATEUR