Le PowerPC G3 de 1997, premier processeur optimisé pour Mac OS

Jean-Baptiste Leheup |

Les meilleurs oracles ont parlé. Avec l'aide de Paul le poulpe et d'un fond de marc de café, ils nous annoncent que nous allons enfin découvrir le premier Mac équipé d'un processeur spécialement dessiné par Apple. En attendant, on peut une nouvelle fois se plonger dans la très riche histoire d'Apple, et se souvenir de ce 10 novembre 1997 où Apple a présenté le Power Macintosh G3, équipé du processeur éponyme, le premier à avoir été conçu pour s'adapter à Mac OS.

Avant le G3, comme nous le rappelions ce matin en souhaitant un bon anniversaire au Power Macintosh G3, le catalogue d'Apple était divisé en deux : d'un côté, de puissants modèles destinés aux professionnels, avec leur PowerPC 604 ; de l'autre côté, les modèles pour le grand public, avec un processeur PowerPC 603.

Le processeur PowerPC 603e à 180 MHz du Performa 6400, en 1996

Les premiers étaient largement dotés en mémoire vive, en mémoire cache et autres coûteuses technologies. Les seconds, à l'inverse, étaient généralement pensés pour coûter le moins cher possible et embarquaient souvent des technologies bridées. Nous avons donc gardé le souvenir d’un processeur PowerPC 603 poussif et technologiquement dépassé. Une réputation largement imméritée, pour un processeur qui remplissait parfaitement son office.


Tags
avatar Lightman | 

Ah, un G3 266/400 Minitour sous Système 8.1, ma première config complète d'étudiant pour laquelle j'avais claqué 30000 F (ou 5000 € je ne sais plus).

Un modèle de démontabilité avec un boitier qui s'ouvrait en 2. Largement personnalisé et musclé au fil des années, il est toujours parfaitement fonctionnel et… se repose dans ma cave maintenant. 😢

Ecran ViewSonic DiamondTron,
Scanner Agfa SnapScan 600 Artline,
Imprimante Epson Photo Ex A3,
Carte TV Formac,
Boitiers de disques durs extractibles,
MODEM Olitec 🤪

Que de souvenirs !

avatar Captain Bumper | 

PowerPC603ev plus précisément sur la photo, après avoir débuté par le 603 (75-100 MHz de mémoire, équipant les 52xx et 62xx) puis suivi par le 603e (100-120-133-150(?) MHz équipant les 63xx et 53xx entre autres).
Edit : il me semble quand même qu'une tentative de modernisation à l'image du 603->G3 avait été tentée pour le 604 qui avait connu outre sa variante 604e une variante appelée "Mach5"...

avatar fousfous | 

Comment ça se fait qu'à l'époque les processeurs ne consommaient pas grand chose?
Il devait pourtant y avoir une volonté de plus de puissance, c'était impossible d'augmenter plus le TDP?

avatar Captain Bumper | 

@foufous : les processeurs n'avaient qu'un seul coeur, pas d'unité graphique intégrée, pas de neuromachin ou autres unités spécialisés... Aujourd'hui le moindre processeur a 4, 6, 8, 10 coeurs multipliant de presque autant la consommation électrique (sans compter les fils logiques).

De nos jours, en prenant un processeur basse conso, ou entrée de gamme et en le transformant en processeur à 1 ou 2 coeurs, on obtient des conso similaires voire moindre pour une puissance raportée au coeur supérieure et une vitesse d'horloge bien supérieure.

avatar dandu | 
Augmenter le TDP, c'est pas une cause de l'augmentation des performances, c'est une conséquence, et pas forcément attendue. Globalement, on essayait d'augmenter l'efficacité, la mémoire cache, etc., et la consommation c'est un effet indésirable. Et à l'époque, on n'avait vraiment pas les systèmes de refroidissement actuel, donc c'était compliqué de refroidir même quelques dizaines de W. Plus le fait que les architectures étaient pas prévues pour monter en fréquence. A l'époque, le X704 était justement dans cette voie là : monter en fréquence violemment mais avec une architecture plus simple et une consommation (très) élevée. Mais ça a été un échec, parce qu'un CPU efficace c'était mieux (et parce qu'on pouvait pas refroidir des dizaines de W à l'époque). Actuellement, on augmente la consommation pour augmenter les perfs parce que souvent, on a n'a pas réellement d'autres choix, mais ça reste possible (cf. les derniers AMD ou les puces d'Apple).
avatar donatello | 

Très bon article.
N'y a-t-il pas eu également de la part d'Apple un flair marketing en mettant ainsi en avant le processeur et en lui donnant un nom percutant G3.

Il me semble que jusqu'alors, le grand public (dont je faisais partie) n'avait que peu d'idée sur le type de processeur qui équipait leur machine et, quand bien même il aurait essayé de s'y intéresser, le nom absolument imbittable de ce dernier lui serait rapidement sorti de l'esprit.

avatar Nesus | 

La grande folie fut quand même la sortie du PowerMac G3. Un design unique, une grosse évolutivité (pour l’ouvrir il suffisait d’ouvrier le loquet à sa droite et une connectivité exemplaire pour l’époque. Certains diront que sa souris était son plus ris défaut, personnellement je l’adorais.

avatar Grahamcoxon | 

Souvenirs souvenirs. J avais le performa 6400 avec un écran 14pouces...

avatar YetOneOtherGit | 

Le PowerPC n’était qu’une variante de la très belle architecture POWER qu’IBM supporte toujours (La 10° itération est annoncée pour 2021)

Elle a été initialement pensée pour les puissante station de travail RS/6000 (Et c’est sur ces machines que je l’ai utilisé)

La transposition de l’architecture en collaboration avec Motorola (qui abandonne alors sont architectures RISC 88k) pour des usages plus grands public a toujours été confronté à des intérêts divergents entre les acteurs de l’alliance.

Les enjeux d’IBM n’était pas ceux d’Apple et les moyens de Motorola n’étaient pas ceux d’Intel.

La conjonction de ces deux facteurs conduit au relatif échec et au final ce sont bien plus les consoles qui ont porté l’économie du PowerPC que les Mac alors moribonds.

avatar lcd_ts | 

Super article ! J'avais acheté un Performa 6200 neuf à l'époque, une machine un peu curieuse avec sa carte TV, sa télécommande IR mais ses performances vraiment médiocres.

avatar BingoBob | 

Bel article. Que veut dire le G de G3 ?

avatar Lightman | 

@BingoBob

Generation

CONNEXION UTILISATEUR