Uber suspend ses voitures autonomes après un accident mortel

Nicolas Furno |

Un prototype de véhicule autonome conçu par Uber a tué un piéton hier à Tempe, en Arizona. Une femme de 49 ans a été percutée par l’un des SUV Volvo modifiés par l’entreprise spécialisée dans les VTC et elle est morte des suites de ses blessures. Uber a immédiatement interrompu son programme de voitures autonomes en Amérique du Nord, au moins le temps que l’enquête arrive à son terme et livre ses conclusions.

Le véhicule impliqué dans l’accident (photo ABC15).

On sait néanmoins déjà que le véhicule était bien en mode conduite autonome quand l’accident a eu lieu. On sait aussi qu’il n’a pas ralenti du tout et qu’il a foncé sur le piéton à 40 mph (environ 65 km/h), probablement parce que l’ordinateur de bord ne l’a pas détecté. L’accident s’est produit pendant la nuit et la victime traversait a priori la route sans emprunter un passage piéton et les premiers retours suggèrent qu'elle est sortie brutalement d'une zone obscure pour avancer sur la route.

Ce n’est pas une excuse pour justifier la faiblesse du véhicule, toutefois. Pour qu’une voiture autonome soit viable, elle devra gérer tous les cas de figure, y compris les comportements parfois irrationnels et surprenants des humains. En théorie, la conduite informatisée devrait même être meilleure qu’un conducteur en chair et en os pour prévoir les risques et réagir rapidement. La preuve d’ailleurs avec l’accident mortel qui implique Uber : il y avait une personne derrière le volant, pour intervenir en cas de problème. Manifestement, elle n’a pas pu réagir à temps.

Certains remettent déjà en cause le concept même de conduite autonome, mais il faut aussi rappeler qu’Uber avance très rapidement dans ce domaine, peut-être trop rapidement. La firme a présenté ses premiers véhicules il y a près de deux ans, et fidèle à sa réputation, elle a commencé à les faire rouler sans aucune autorisation. Un conducteur reste en permanence présent dans les voitures, mais cela n’a pas été suffisant pour rester à San Francisco, où l’entreprise avait commencé des essais fin 2016. C’est d’ailleurs suite à cette interdiction que ses Volvo autonomes ont commencé à rouler en Arizona.

Ajoutons que ce n’est pas le premier accident impliquant une voiture autonome Uber. Il y a pratiquement un an jour pour jour, un autre SUV Volvo modifié par l’entreprise est rentré dans deux autres voitures à une intersection, alors que le véhicule roulait sans intervention humaine. Cet incident n’avait fait aucune victime, mais il est intéressant, parce que c’est encore une fois la même raison : un autre véhicule n’a pas cédé le passage, comme le code de la route l’obligeait. Dans un cas, comme dans l’autre, le module de conduite autonome s’est laissé surprendre par un événement anormal qui n’avait probablement pas été pris en compte par les algorithmes.

Spectaculaire, mais sans victime, cet accident impliquant déjà un véhicule Uber en conduite autonome l’an dernier. (Photo @fresconews)

Faut-il en conclure que la solution d’Uber est inférieure à celle des concurrents ? C’est difficile à dire sans les conclusions de l’enquête concernant cet accident, mais aussi parce que l’entreprise est très discrète sur son programme de conduite autonome et qu’on ne sait, au fond, pas grand-chose à son sujet. Rappelons aussi que ce n’est pas le premier accident mortel impliquant une voiture autonome, c’est une Model S de Tesla qui avait tué son conducteur courant 2016. Le constructeur avait mis à jour ses voitures quelques mois plus tard pour ajouter des mesures de sécurité supplémentaires qui auraient évité l’accident. Et les conclusions de l’enquête menée par les autorités américaines avaient finalement innocenté l’autopilote, en ajoutant qu’au contraire, il contribuait à réduire le nombre de crash.

In fine, c’est ce qu’il faut garder en tête à propos de ce nouvel accident et de la conduite autonome. Les voitures autonomes peuvent rester nettement plus sûres que les modèles traditionnels, même si elles ne sont pas infaillibles. Uber collabore avec les forces de l’ordre et on imagine que l’entreprise corrigera ses voitures pour éviter que ce type d’accident se renouvelle à l’avenir.

avatar Eric L | 

Les voitures autonomes ne seront sans doute "infaillibles" que lorsqu'il y aura uniquement des voitures autonomes, éliminant le facteur humain.

avatar pagaupa | 

@Éric L

Un monde sans humain serait donc parfait? ?

avatar r e m y | 

@Éric L

Et des robot-piétons sur les trottoirs...

avatar Issou la chancla | 

Non, juste de la discipline et de l'éducation.
En France, une voiture autonome ferait 600 morts par jours tellement tout le monde traverse n'importe comment dans ce pays.

avatar xeros72 | 

haha, c'est ce que je pensais avant de vivre en Floride..... entre les pietons qui traversent n'importe ou et les velos qui roulent la nuit a contre sens, sans lumiere, on a des morts quasiment tous les jours .... Tu m'diras, les conductueurs sont encore pires, j'ai vu de mes yeux un pauvre etudiant se faire tuer apres s'etre fait 'dragged under a car', je ne me souviens plus du mot francais)... bref... Venant de Paris, je pensais avoir vecu le pire... et bah non! (apres ca a peut etre change depuis le temps...)

avatar C1rc3@0rc | 

@Issou la chancla

«En France, une voiture autonome ferait 600 morts par jours tellement tout le monde traverse n'importe comment dans ce pays.»

Et ce chiffre tu le sors de quel chapeau?

En fait tu n'as pas totalement tort, il y a des comportements a risques qui finissent par aboutir sur des tragedies, les lois de la physiques etant immuables.

Mais le fait qu'un obstacle deboule sur la chaussée est une condition normale que les vehicules doivent pouvoir gerer - au minimum - en reduisant les consequences si l'impact n'est physiquement pas évitable.

Un systeme automatique est plus rapide dans la detection et la prise de decision qu'un humain - surtout un humain qui n'est pas a 100% de ses capacités cognitive et physiques - donc mathematiquement le nombre d'accidents evitables par un systeme automatique est superieur a celui possible par un conducteur humain.

La premiere condition pour reduire les risques d'accidents... c'est d'adapter la vitesse a l'environnement. A 20km/h les chances d'eviter les accidents sont bien plus grandes qu'a 50km/h. En milieu urbain la cle c'est la reduction de la vitesse et la circulation a sens unique.

Concernant les vehicules autonomes et les accidents, pour le moment on a des statistiques qui ne font que demontrer l'efficacité des vehicules autonomes.
Aux USA - dont il est question ici - le National transportation Safety board donne un chiffre de 37461 accident sur l'annee. Les vehicules autonomes impliqués dans un accident se comptent sur les doigts d'une main.

Apres on peut imaginer des solutions pour reduire encore les accidents: isoler les voies de circulation automobile des zones de circulation piétonne, supprimer la voiture(moto/camion/ tout ce qui a un moteur et va plus vite qu'un piéton peut marcher) des milieux urbain, isoler les voies inter-urbaine de l'environnement, reduire la vitesse en fonction de la densité du trafic, empecher le conducteurs de rouler plus d'un certain temps (2 heures max semble-t-il), equiper les vehicules de radar se mettant a "hurler"
si la distance de securité entre vehicules n'est pas respecte, equiper les vehicules éthylomètres et autres equipements rendant la conduite impossible si necessaire,...

Le probleme de l'humain c'est que son cerveau n'est pas adapté a l’automobile. On a pas d'instinct qui nous font percevoir la dangerosité d'une bagnole. Si on voit un boeuf nous foncer dessus a 20 km/h on va avoir peur, on va meme se mefier de l'animal qui broute dans un pré... alors qu'on marche sur un trottoir avec des bagnoles qui roulent a 50 km/h a quelques centimetres a coté, cela sans la moindre peur...

avatar jeanfififi | 

@C1rc3@0rc |
« . Les vehicules autonomes impliqués dans un accident se comptent sur les doigts d'une main.« 
Les véhicules autonomes se comptent aussi sur les doigts d’une , voire deux , mains .
Y’aurait il un lien ?

avatar C1rc3@0rc | 

@ jeanfififi
«Les véhicules autonomes se comptent aussi sur les doigts d’une , voire deux , mains .
Y’aurait il un lien ?»

Je sais pas comment tu es fait, mais tu dois avoir des mains assez speciales, parce que les vehicules autonomes qui roulent ne serait ce qu'en ameriques du nord ce sont plusieurs centaines...

avatar Bigdidou | 

@Éric L

Tu as lu la news ?

avatar Eric L | 

@pagaupa et @remy : LOL :-D

@Bigdidou, oui, j'écrivais en pensant à la seconde partie de l'article et la collision entre 2 voitures. Cependant je peux bien entendu me tromper mais ça me parait assez logique que lorsque nous serons les passagers passif de véhicules totalement autonomes qui respectent tous les même règles, sauf bug, les accidents deviendrons rarissimes. (À l'opposé, c'est la faculté de l'humain à ne pas rouler selon les règles qui provoque une grande partie des accidents).
De façon totalement subjective je ne trouve aucun plaisir dans l'automobile, ni la belle mécanique ni la conduite, de plus cela rend les gens agressifs - chacun pensant conduire mieux que son voisin - et cela pollue gravement; je suis impatient que les voitures autonomes existe (ce qui n'élimine pas le côté pollution malheureusement).

avatar pocketalex | 

@ForzaDesmo

"Mais des bugs il y en aura toujours. Quel système informatique n'a jamais de bug ? "

Je roule avec un scooter électrique acheté officiellement dans une boutique officielle, et qui dispose d'une autorisation de mise en circulation délivrée par l'Etat Français

Ce scooter fonctionne avec une batterie qui commande le scooter via un boitier électronique de gestion de la puissance appelé un "contrôleur" et ce dernier était défectueux. Il est tombé plusieurs fois en panne, dont une fois ou j'étais sur la voie rapide vers Bercy

Mon scooter s'est éteint en plein milieu de la route, en soirée, Il faisait nuit ... plus de moteur, plus de phare, plus rien, et des voitures qui filent autour de moi à 80km/h. Que du bonheur

Je parle pas du disjoncteur 20A situé entre la batterie et le contrôleur, et qui veille à éviter les surcharges. C'est une sécurité parmi d'autres, sauf que c'est ... un vulgaire disjoncteur de tableau électrique, prévu pour être posé ... dans un tableau électrique, et non dans un véhicule qui est secoué en permanence pendant des mois et des mois. Résultat : il lache tous les 18 mois, et je le commande sur Amazon et le remplace.... juste hallucinant.

J'ai encore une longue liste de petits détails croustillants, comme le Neumann qui se dévisse car il n'est pas fixé avec des écrous Nylstop mais avec de simples écrous de base, et donc en se dévissant il bouge, il prend du jeu, et le dispositif de blocage du guidon s'active, bref t'es sur la route, tu roules, et tout d'un coup tu ne peux plus tourner à droite... juste à gauche.

Et tout cela est sur le marché Français, on peut l'acheter et l'utiliser, c'est autorisé par l'Etat Français, et on peut y mettre ses enfants aussi, c'est un équivalent 50cm3

Bref pas besoin d'aller chercher chez les R&D de voitures autonomes pour halluciner

avatar C1rc3@0rc | 

@ForzaDesmo

«Mais des bugs il y en aura toujours. Quel système informatique n'a jamais de bug ? Et je ne parle même pas à chaque mise à jour.»

On sait faire des systemes informatiques capables de gerer les bug et qui en sont quasi absents... ce sont les systemes embarqués et les sytemes tolerants aux pannes.
Ça demande une architecture specifique, des objectifs de conceptions et de realisation tres differents de la micro-informatique commerciale grand public, des methodes et des outils de programmation conçus pour la securité et la durabilité,... mais on sait faire et ça existe depuis longtemps... faut pas croire que le genre de guignolerie qu'est iOS 11 ou Mac OS 10.13 est une normalité ou une fatalité.

Apres on peut s'inquieter d'un vrai danger qui n'est pas le bug mais le piratage. Parce que si on sait faire un systeme quasi sans bug et tolerant aux rares qui restent, faire un systeme non piratable personne ne sait faire ça. Des qu'un systeme est connecté a un reseau et que sont fonctionnement peut etre altere par des informations externes, alors ce systeme est piratable et il sera piraté.

«Je regrette mais cette pauvre personne est morte à cause d'une voiture autonome, elle aurait eu plus de chance et même évitée l'accident avec un conducteur attentif et une voiture normale non autonome.»
Non, cette regrettable tragédie est la conséquence d'une somme d'éléments qui ont aboutis au fait qu'un humain s'est trouvé au même endroit au même moment qu'un véhicule - alors que ça n'aurait jamais du être le cas- avec un désavantage physique fatal pour l'humain.
Les responsabilités seront établies par l’enquête et rien ne permet de dire aujourd'hui que le véhicule est responsable et encore moins qu'il s'agit d'une erreur du système informatique. De plus il y avait un humain au volant qui n'a pas réagi non plus... ce qui tend a laisser penser que système automatique ou pas cette tragédie était dans la situation inévitable et que la responsabilité peut aussi etre celle du responsable du reseau routier...

avatar françois bayrou | 

"mais on sait faire et ça existe depuis longtemps"

On essaie de faire mais non, on ne sait pas faire.
https://www.supinfo.com/articles/single/235-erreur-informatique-plus-cou...

Les systèmes tolérants aux pannes, permettent, comme leur nom l'indique, de pallier aux pannes, pas aux bugs :)

avatar C1rc3@0rc | 

@françois bayrou

Et si tu avais lu l'article que tu cite (une reference cela dit) tu aurais lu la conclusion: «Il s’agit d’une erreur de réutilisation, réutilisation d’un vieux modèle de 10 ans pensé pour Ariane 4 et non Ariane 5.»

Un principe de base de la methodologie n'a pas ete respecté... ce n'est pas un bug, c'est tout a fait volontaire, helas.

Un autre cas classique c'est la reutilisation d'un logiciel de Boeing par la SNCF. Ils ont fini par comprendre que ce qu'ils consideraient comme un bug n'en etait pas un: un train ça circule dans les deux sens, alors qu'un avion ça vole pas en marche arriere...

Conclusion ce n'est pas parce qu'on sait fait et qu'on a les outils pour le faire qu'on le fait... Question de volonté, de discipline et d'objectif

avatar françois bayrou | 

Oui.
Et du coup on en revient un peu à ce qui était écrit précédemment : des bugs il y en aura toujours. Ou alors, si le mot bug - un peu trop fourre tout il est vrai - te gêne : des erreurs de conception, d'interprétation, de mauvaises estimations, etc., etc., il y en aura toujours.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Éric L

Je partage ton avis en ce qui concerne les véhicules autour.... Mais cela ne couvre pas ce qui eat arrivé...

avatar pagaupa | 

Les chauffeurs UBER doivent jubiler...cette entreprise est cynique.
Après avoir exploité ses chauffeurs, elle les remplace par des robots...
INNACCEPTABLE avec cette misère qui ronge ce monde.

avatar pocketalex | 

@pagaupa

C'est comme l'imprimerie en 1400... ça a foutu dans la dèche un nombre inimaginable de moine copyistes. Rien de mieux que le conservatisme pour un monde meilleur, tu as raison.

avatar Abd Salam | 

@pocketalex

Toujours les mêmes caricatures face à toute critique de l’avancement technologique systématiquement assimilé au progrès...

avatar YAZombie | 

@Abd Salam: quand la critique elle-même est caricaturale il n'y a pas la moindre raison de l'épargner.

avatar Carbonized | 

Le japon et la Corée du Sud sont les pays les plus robotisés au monde, et les plus connectés, pourtant il n'y a pas de chômage.

avatar debione | 

Parce qu'ils ont créé une multitude de petit emplois, justement pour éviter le chômage...
Perso, essuyer 8h par jour la main courante d'un escalator, je préfère largement être caissier dans un super marché...

avatar Wolf | 

@pagaupa Bla Bla Bla ...

avatar glaglasven | 

Uber font n'importe quoi avec les voitures autonomes depuis plus d'un ans mtn. Il serait temps de leur retirer la license

Pages

CONNEXION UTILISATEUR