Pour Tim Cook, la collecte effrénée de données incite aux violences et à l'extrémisme

Mickaël Bazoge |

Tim Cook a donné le discours inaugural de la deuxième journée du cycle de conférences Computers, Privacy, and Data Protection (CPDP) organisée entre autres par le Conseil de l'Europe à l'occasion de la Journée de la protection des données (on célèbre d'ailleurs le 40e anniversaire de la Convention 108 sur la protection des personnes à l'égard du traitement des données à caractère personnel). Un sujet cher au cœur du patron d'Apple : en octobre 2018, il faisait le voyage jusqu'à Bruxelles pour le même sujet (lire : Tim Cook sur la confidentialité : « Nous avons heureusement l'exemple européen devant nous »).

Pandémie oblige, la conférence d'ouverture s'est réalisée en visio. Mais les mots n'ont pas changé : Tim Cook s'en est de nouveau pris au « complexe industriel de la donnée ». Sans citer nommément Facebook, il a brossé un portrait peu amène de ces entreprises qui exploitent les données pour diffuser et promouvoir de fausses informations, pousser à l'insurrection et à l'extrémisme uniquement pour engranger de l'engagement et mieux cibler les publicités.

Si une entreprise est bâtie sur le mensonge aux utilisateurs, sur l'exploitation des données, sur des choix qui ne sont pas du tout des choix, alors elle ne mérite aucun éloge. Elle mérite d'être réformée.

Facebook appréciera certainement ce portrait en creux, alors que les émeutes du Capitole à Washington ont été largement la conséquence du fonctionnement des réseaux sociaux propagateurs de fake news et qui enferment les utilisateurs dans une bulle. Il n'est plus possible de « fermer les yeux sur cette théorie qui dit que tout engagement est bon, et que plus l'engagement est long, mieux c'est ». Le patron d'Apple prévient : « Si nous acceptons que tout dans nos vies puisse être agrégé, nous perdrons bien plus que des données, nous perdrons la liberté d'être humain ».

Tim Cook a de nouveau salué le règlement général pour la protection des données européen (RGPD), qualifié de « fondation importante » pour le droit à la confidentialité « partout dans le monde ». Il appelle au renforcement de ces règles, et demande d'en faire encore plus en coordonnant une réponse unanime contre ceux qui veulent exploiter les données de manière inconsidérée.

Extraits du document A Day in the Life of your Data mis au point par Apple.

Puisqu'on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, Tim Cook en a profité pour dérouler tout ce qu'Apple avait fait dans ce domaine, en commençant par la sécurisation des appareils, la protection des données, leur contrôle par les utilisateurs et une information claire et détaillée (les fiches confidentialité de l'App Store). Prochaine étape : l'apparition d'une boîte de dialogue dans les apps qui va demander l'autorisation de suivre l'utilisateur.

Tim Cook convient que la majorité des utilisateurs va refuser le suivi publicitaire (c'est la raison pour laquelle Apple propose une alternative), et qu'il existe un débat autour de cette nouveauté. La technologie n'a pas besoin de ces « coffres de données » qui gonflent au fur et à mesure des pérégrinations de l'utilisateur d'un site à un autre, fait-il remarquer. Le CEO rappelle que l'industrie de la publicité n'a pas eu besoin de ces données pour prospérer pendant des décennies.

« Est-ce que l'avenir appartient aux innovations qui rendent nos vies meilleures, plus épanouies et plus humaines ? », s'interroge Tim Cook. « Ou appartiendra-t-il à ces outils qui attirent notre attention à l'exclusion de tout le reste, qui aggravent nos peurs et agrègent l'extrémisme, pour diffuser des publicités toujours plus invasives au-delà de toute autre ambition ? ».


avatar Moonwalker | 

Il tient le même discours quand il se rend à Pékin ?

avatar MacPlusEtc | 

@Moonwalker

"Il tient le même discours quand il se rend à Pékin ?"

Devant des pékinois, ça ne manquerait effectivement pas de chien, mais il doit à mon avis mesurer ce genre de propos, comme tenu en laisse...

avatar Moonwalker | 

Oui. Des convictions à géométrie variable.

Tim Cook sert aux dirigeants le discours qu’ils veulent entendre. Le seul point commun : l’intérêt bien compris d’Apple.

S’il pouvait encore faire illusion, le voile s’est déchiré avec l’épisode de Hongkong.

We don’t get fooled again.

avatar Nesus | 

@Moonwalker

Non, Tim Cook respect la loi. Ça n’est pas lui qui a mis le contrôle des chinois en place. Et ça n’est pas à lui de l’empêcher. Les chinois votent et ils font des choix politiques, ce qui fait que leurs élus créent des lois. Et Tim Cook à la politesse de ne pas expliquer aux chinois ce qu’ils doivent faire. Même s’il n’en pense pas moins.
Vous croyez sérieusement que les chinois ne lisent pas ce que Tim Cook a dit à l’Union européenne ? Et qu’ils ne lui en feront pas le reproche ? Vous connaissez bien mal la Chine et surtout le gouvernement chinois.
Je vous invite à vous inscrire au compte de l’ambassade de Chine en France (sur Twitter). Vous allez grandement réviser votre propos.

avatar Krysten2001 | 

@Nesus

Les chinois votent pour le gouvernement maintenant ?🤔

avatar Moonwalker | 

@Nesus

Concernant l’application qui a été retirée de l’AppStore de Hongkong en 2019, il s’est plié aux désidérata des services de répression d’une dictature, sans qu’aucune instance judiciaire n’intervienne. Google a refusé la même requête.

Le peuple de Hongkong n’a pas voté pour une dictature, au contraire, et on l’empêche aujourd’hui de s’exprimer librement, contrairement à tous les accords internationaux sur la rétrocession de la ville et de son territoire que Pékin s’était engagée par traité à respecter.

C’est la seule vérité. En dehors de toute propagande.

Je te lis et je me crois revenu aux temps des « mao » qui nous revendaient la révolution culturelle à Paris.

avatar Nesus | 

@Moonwalker

Google n’a rien refusé. Google c’est fait jeter comme des malpropres et pour ne pas perdre la face ont déclarer ne plus vouloir y travailler.
Une entreprise, ça n’est pas fait pour faire de la politique, mais des bénéfices. Il n’y a aucune raison à ce qu’une entreprise ne commerce pas avec un pays, parce qu’elle a des règles différentes de vie. D’autant que vous êtes persuadé que notre système est le bon et le leur le mauvais, sur quoi vous basé vous ? Que fait xi jinping que n’a pas fait Trump ? Ou que Manuel Valls poursuivi par macron ?

Quant à hongkong honnêtement, il vous manque beaucoup de connaissances historiques et contemporaines pour tenir un tel discours. Ils veulent profiter de la force économique et militaire de la Chine sans s’embêter avec le gouvernement chinois (ce que je comprends parfaitement). Sauf que les hongkongais oublient qu’ils sont chinois et donc qu’ils doivent se plier à la démocratie. Et oui, la démocratie, c’est la majorité qui écrase la minorité. Selon le camp où on se trouve, c’est difficile à vivre ou non. Vous diriez quoi si demain l’île de France déclare qu’elle ne veut plus payer les impôts pour la province, parce qu’elle est moins génératrice de pib ?
Dans tout cela il n’y a ni blanc ni noir. Il y a des points de vues et des angles de vues. Celui des chinois, n’est pas moins valable que celui de la France. Et ça ne justifie absolument pas le mépris et l’envie d’excommunication technologique que vous rêver pour eux. Surtout qu’une fois qu’ils seront totalement isolés, avec quoi vont-ils pouvoir faire évoluer leur pensée ?

avatar Moonwalker | 

@ Nesus

Continue de mentir et de raconter n’importe quoi, ça n’en fera jamais une vérité.

La Chine, une démocratie ? Plus c’est gros plus ça passe ? Pas toujours mon gars, pas toujours.

avatar Nesus | 

@Moonwalker

Après vous avez le droit d’estimer ce que vous voulez. En attendant, il y a des élections et une population qui dans la majorité est très heureuse de sa vie.
Au passage, ça fait rêver l’ensemble de nos dirigeants et une bonne partie de nos élites. On l’a bien vu pendant la crise du Covid. Et quand je vois les précisions électorales, la majorité des français. Pas moi, mais, ce n’est pas mon avis que je donne, juste des faits.

avatar Krysten2001 | 

@Nesus

Il y a des élections ? Preuve de cela ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

« Il y a des élections ? Preuve de cela ? »

Oui il y en a bien 😎

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Alors je ne sais pas si c’est ironique 🤣mais si ce n’est pas, je veux bien des preuves 🥲

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

Tu cherche 30s et tu les trouveras 😉

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Je reviens vers vous dans 30 sec 😜

avatar Krysten2001 | 

@YetOneOtherGit

Que le temps passe vite 😎

http://french.china.org.cn/fa-zhengzhi/10.htm

J’ai trouvé cela en premier mais j’avoue que par rapport à ce qu’on entend c’est surprenant et intéressant. Je me suis toujours méfié des médias occidentaux pour tout ce qui était pays d’Asie mais j’avoue que je n’ai jamais fait attention de chercher pour les élections en Chine 🇨🇳 Merci 🖖

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

"j’avoue que je n’ai jamais fait attention de chercher pour les élections en Chine "

Après il y a un pas pour considérer que les conditions classique minimale d’une démocratie sont réunies mais il y a bien des élections et 8 partis autorisés.

avatar byte_order | 

@Nesus
> Si Tim Cook respecte la loi chinois quand il travaille en Chine,
> il n’y a aucune raison de discuter.

Il y a a discuter de pourquoi il a choisi de vouloir travailler en Chine
Car c'est un choix, pas une obligation. Apple n'est pas chinoise, pour rappel.

> Google n’a rien refusé.

Si. Google a refusé d'accepter de se plier aux demandes du gouvernement chinois, condition pour pouvoir y faire des profits.

> Google c’est fait jeter comme des malpropres

Conséquences de ce refus.

> et pour ne pas perdre la face ont déclarer ne plus vouloir y travailler.

Il suffisait/suffirait que Google accepte les demandes chinoises pour retrouver la possibilité d'y avoir une activité en Chine.
Hors ils n'ont pas changé de position, alors qu'ils le peuvent.

C'est effectivement bien une question de vouloir. Ils ne veulent pas accepter ces demandes pour pouvoir faire des profits en Chine. C'est bien un choix.
D'autres entreprises, elles, le veulent suffisamment pour avoir choisi d'accepter.

Ne faites pas comme si il n'y a pas de choix. Google, Apple, Amazon, FaceBook, Microsoft etc, on parle ici de groupes qui n'ont pas leur siège social en Chine. A ce titre, ils n'ont pas une obligation de se plier au gouvernement chinois dans leurs choix de développement à l'international. Y'en a bel et bien un choix fait.

Tout choix implique la responsabilité du choix fait.

> La loi chinois existe qui êtes vous pour la contredire ?

La loi chinoise existe *en Chine*.
Je ne suis pas chinois. La loi chinoise ne s'applique donc pas à moi. La loi de mon pays me donne le droit de liberté d'expression, ce qui inclus le droit de contredire un régime étranger sans craindre de conséquences de ce régime contre moi.

Au passage, c'est également valable pour Tim Cook, pas non plus chinois, et pour Apple, pas une multinationale de droit chinois non plus.

> Qu’est-ce qui vous permet de critiquer la façon dont ils vivent et les choix qu’ils font ?

Vous auriez pu noter que je parlais d'abord et avant tout du choix d'Apple d'accepter de participer à la politique chinoise afin de pouvoir y faire des profits.

La façon dont les chinois *choisissent* de vivre n'est pas mon propos, tant que c'est leur choix et que c'est bien un choix. Mon droit me permet toutefois d'en parler librement, que cela vous plaise ou pas, que cela plaise au gouvernement chinois ou pas.

Mon propos est le choix d'une entreprise de participer à la politique d'un régime qui ne laisse pas à certains de ses ressortissants choisir comment ils veulent vivre, ni même de l'exprimer. Cette participation n'est pas imposée à Apple, elle est liée au choix d'Apple de privilégier ses profits plutôt que la défense de valeurs, défense dont pourtant elle ose faire publicité.

avatar byte_order | 

@Nesus
> Tim Cook respect*e* la loi.

Chinoise.
Oui.

Mais, par contre, c'est bien lui qui a décidé de vouloir accéder au marché chinois, et donc de devoir respecter la loi chinoise.
Ce choix là, c'est bien le sien, et le Chine ne lui impose nullement d'être présent sur le marché chinois.
Si TC doit respecte la loi chinoise, c'est pas parce que TC est chinois, c'est parce que TC a choisi de préférer faire des profits en Chine que de défendre des valeurs, dont pourtant il se drape et l'entreprise.

> Ça n’est pas lui qui a mis le contrôle des chinois en place.

Mais c'est bien lui qui, pour pouvoir faire des profits en Chine, a décider de participer, d'aider le gouvernement chinois à appliquer ce contrôle.

> Et ça n’est pas à lui de l’empêcher.

Non.
Mais de choisir d'y participer, si.

avatar Nesus | 

@byte_order

En fait toute votre argumentation s’arrête à votre première phrase. Si Tim Cook respecte la loi chinois quand il travaille en Chine, il n’y a aucune raison de discuter.
La loi chinois existe qui êtes vous pour la contredire ? Qu’est-ce qui vous permet de critiquer la façon dont ils vivent et les choix qu’ils font ?

avatar Moonwalker | 

@Nesus

« Qu’est-ce qui vous permet de critiquer la façon dont ils vivent et les choix qu’ils font ? »

La liberté d’expression. Je conçois que ce concept a du mal à passer entre tes deux oreilles et entre celles des dirigeants de Pékin.

avatar Nesus | 

@Moonwalker

Et donc ? Parce que vous avez la liberté d’expression, vous avez le droit de juger autrui et de lui dire ce qu’il doit faire ? Vous ne mélangeriez pas deux choses ? C’est beau de combattre xi jingpin en étant encore plus extrémiste que lui...
Au passage, la liberté d’expression n’a pas l’air de plaire à notre président, vu ses actes et ses dernières déclarations. Vous allez le boycotter comment ? En empêchant les français d’acheter des iPhone parce qu’une partie du gouvernement est corrompu ?
Gardez de la cohérence s’il vous plait.

avatar Moonwalker | 

@Nesus

Tu racontes n’importe quoi.

avatar byte_order | 

@Nesus
> Parce que vous avez la liberté d’expression, vous avez le droit de juger autrui

Juger dans le sens émettre un jugement de valeur et non pas dans le sens judiciaire du terme ?
Oui, absolument, c'est effectivement ce que la liberté d'expression me donne comme droit.

En l'occurence, ici, je juge plus Apple et le régime chinois, pas les chinois eux même. Cela représente en terme de nombre de personne nettement, mais alors nettement moins de personne que l'ensemble de la population chinoise.

> et de lui dire ce qu’il doit faire ?

Non. Ca ce sont l'actionnariat d'Apple et le régime chinois qui le font.

> la liberté d’expression n’a pas l’air de plaire à notre président,
> vu ses actes et ses dernières déclarations. Vous allez le boycotter comment ?
> En empêchant les français d’acheter des iPhone parce qu’une partie du
> gouvernement est corrompu ?
> Gardez de la cohérence s’il vous plait.

Euh, comment dire... je veux bien la garder, mais cessez alors de pousser dans l'autre sens !

avatar hairsplitter | 

Si au moins en France on pouvait faire comme les Chinois: 99,88% pour un seul parti.

avatar YetOneOtherGit | 

@hairsplitter

"Si au moins en France on pouvait faire comme les Chinois: 99,88% pour un seul parti."

Nope aux legislatives il y a 8 partie autorisés et le PCC n’a fait que 70% des suffrages (Attention je ne suis pas en train de dire que c’est un parangon de démocratie mais juste que sur les élections au suffrage universel nous ne sommes pas sur les chiffres que tu annonce)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR